Posts Tagged ‘Sciences’

Des Prix Nobel d’économie bien optimistes…

6 novembre 2018

Dessin de Chapatte (source blog Le Monde)

Cette année, le prix de la Banque de Suède en matière d’économie, attribué depuis 1968 par la Banque centrale de Suède en mémoire d’Alfred Nobel et sur le même modèle que les prix concernant les matières scientifiques dûment identifiées par les frères Nobel dans leur testament, est venu récompenser deux économistes américains. L’affaire n’a rien d’étonnant puisque près des trois-quarts des lauréats, depuis que ce prix est décerné, sont de nationalité soit américaine, soit à la rigueur britannique, et en tout cas très largement d’obédience ultralibérale, à tout le mois orthodoxe et, pour certains, franchement réactionnaires.

Le cru 2018 n’échappe pas vraiment à la règle en venant ajouter deux Américains de plus à cette liste de 82 lauréats. Officiellement, ces deux chercheurs ont été récompensés le 8 octobre 2018 pour avoir intégré la prise en compte l’un du changement climatique et l’autre des innovations technologiques dans les analyses macroéconomiques. De véritables précurseur dotés d’une vision écologique donc ?

Attribution du 50ème prix Nobel d’économie, lors d’une conférence de presse à Stockholm le 8 octobre 2018 (photo © Henrik Montgomery / AFP / Libération)

Pas vraiment en réalité si l’on en croit les éléments biographiques que l’on peut lire à leur sujet dans la presse. Paul Romer, pur produit de l’Université de Chicago, fils d’un gouverneur du Colorado et considéré en 1997 comme l’une des 25 personnalités les plus influentes des États-Unis, s’est fait notamment connaître pour sa théorie de la croissance indéfinie. Peu importe à ses yeux que les ressources naturelles soient en nombre limité et en voie de raréfaction après des décennies de surexploitation irresponsable. Il estime en effet que le moteur principal de la croissance vient du génie humain à développer sans cesse de nouvelles inventions, surtout depuis la généralisation de l’informatique et des nouvelles technologies de l’information.

Paul Romer (source Wikipedia)

Cette notion de « croissance endogène » que soutient Paul Romer n’est pas inintéressante puisqu’elle met en avant l’importance pour un gouvernement d’investir dans la formation, la recherche et le développement technologique pour permettre de faire émerger de nouvelles innovations qui seront le moteur de la croissance de demain. Elle fait néanmoins quelque peu abstraction de la réalité qui oblige à constater que les ressources naturelles, même les plus banales comme les terres agricoles, l’air et l’eau, et a fortiori les plus rares comme le gaz, le pétrole, les minerais, sont inégalement accessibles et que tout développement humain harmonieux et durable ne peut faire totalement abstraction de leur partage et de leur gestion à long terme.

Imaginer que l’homme toujours trouvera des solutions techniques nouvelles pour continuer sa course effrénée vers davantage de confort n’est pas vraiment cohérent avec ce qu’on observe de l’histoire des civilisations qui presque toutes se sont heurtées, à un moment ou un autre, à la raréfaction des ressources dont elles avaient besoin et bien souvent aux conflits qui en ont résulté…

Quant à la thèse développée par l’autre lauréat du Prix Nobel d’économie 2018, William Nordhaus, formé au prestigieux Massachussets Institut of Technology et professeur à la non moins prestigieuse Yale University, elle est tout aussi contestable. Fervent opposant dès 1972 aux thèses écologistes du Club de Rome qui alerte, déjà à l’époque, contre les conséquences environnementales et sociales d’une croissance économique aveugle, Nordhaus s’est intéressé dès la fin des années 1980 aux impacts potentiels du changement climatique dont les scientifiques commençaient tout juste à se rendre compte des potentiels effets dévastateurs à long terme.

William Nordhaus (photo © Harold Shapiro / Yale University)

Mais nul catastrophisme dans la thèse de l’économiste américain, contrairement aux mises en garde des scientifiques du GIEC, qui détaillent, dans leur dernier rapport rendu public précisément en ce même jour du 8 octobre 2018, à quel point il est crucial pour la survie de l’humanité de tout faire pour limiter en dessous des 1,5 °C le réchauffement climatique mondial d’ici la fin du siècle. C’est d’ailleurs ce qui explique sans doute que Nordhaus est récompensé par le gratin des économistes bien-pensants par ce prestigieux Prix Nobel d’économie.

Son approche est de fait purement économique et s’appuie sur un modèle mathématique des plus simplistes : quand l’économie se développe, elle produit davantage de gaz à effets de serre. Ces derniers ont des impacts sur l’environnement, ce qui va se traduire par des coûts (davantage de catastrophes naturelles, nécessité d’adapter certains aménagements pour suivre le niveau de l’élévation des mers, ou encore réduction des rendements agricoles dans certaines régions). Pour éviter que ces coûts ne viennent réduire trop fortement la croissance, il va donc falloir investir notamment pour financer une transition énergétique progressive vers des énergies décarbonées. Les modèles développés par Nordhaus ont donc pour but de déterminer le scénario optimal de réchauffement climatique qui permet, d’un strict point de vue économique, d’opérer cette transition énergétique sans impacter la croissance mondiale.

Le résultat de cette approche revient à imaginer une action très graduelle consistant à imposer à tous les pays un prix du carbone qui augmente de manière très progressive. Une vision qui suppose un effort identique de tous les pays, bien peu réaliste et qui a conduit à l’échec tous les sommets sur le climat jusqu’aux avancées de la COP 21 basée justement sur une approche plus différenciée. Mais surtout une analyse très différente de celle du GIEC ou du rapport Stern, établi en 2006 à la demande du gouvernement britannique, et qui chiffre le coût de l’inaction face au changement climatique, préconisant au contraire une action rapide et massive pour infléchir les émissions mondiales de gaz à effet de serre avant qu’il ne soit trop tard.

Evolution des émissions de CO2 en fonction des scénarios de développement : en vert le scénario tendanciel, en rouge celui préconisé par Nordhaus, en noir celui qui permet de ne pas dépasser une augmentation de plus de 2,5 °C et en jaune celui conseillé par le rapport Stern (source © Johan Jarnestad /The ROyal Swedish Academy of Sciences in The Huffington Post)

En réalité, Nordhaus appuie sa démonstration sur des hypothèses totalement irréalistes qui considèrent qu’un réchauffement de 2 °C en 2100 ne se traduirait que par une baisse de 1 % du PIB mondial, et que cette réduction resterait de l’ordre de 10 % pour un réchauffement de 6 %. A ses yeux d’économiste, le changement climatique global n’est donc qu’un problème mineur, dont l’impact sur la croissance sera d’autant plus limité qu’il alimente ses modèles avec des taux d’actualisation tels qu’il n’y a aucun intérêt à engager dès à présent des investissements massifs pour limiter dans le futur des événements dont les impacts économiques sont fortement minorés. Autant garder les choses en l’état et laisser les générations futures se débrouiller avec un problème qui ne nous concerne guère…

Avec un tel raisonnement et en s’appuyant sur son modèle DICE (Dynamic Integrated Climate-Economy model) William Nordhaus conseille donc aux gouvernements d’adopter une stratégie d’action très modeste qui vise une augmentation « économiquement optimale » de 3,5 °C d’ici 2100, ce qui revient quasiment à laisser se dérouler le scénario tendanciel actuel. Voilà qui devrait en effet convenir parfaitement à nos responsables politiques et tant pis pour nos enfants qui risquent de subir de plein fouet les conséquences d’un tel aveuglement…

L .V. 

Publicités

A la découverte de la biodiversité à Carnoux…

4 novembre 2018

La prochaine conférence du Cercle Progressiste Carnussien se tiendra le jeudi 22 novembre 2018, à 18h30, salle du Clos Blancheton à Carnoux-en-Provence, d’accès libre et gratuit comme pour les sessions précédentes.

Notre association a fait appel pour cela à une spécialiste, Mme Claude GADBIN-HENRY, docteur ès Sciences, pour traiter d’un sujet primordial, la biodiversité.

Cette conférence est intitulée La Biodiversité, avec pour sous-titre Comme vous ne l’avez jamais vue.

Qu’est-ce que la Biodiversité ?

La Biodiversité c’est la diversité du vivant.

Elle présente une infinité de formes animales et végétales inconnues.

La connaître mieux c’est mieux la protéger.

Elle englobe tous les organismes vivants : le Végétal, l’Animal et les Microorganismes, présents dans tous les milieux terrestres… Des grands mammifères connus de tous aux « minuscules », invisibles à nos regards. Sa protection déterminera la possibilité de la conservation de la vie, face aux érosions que l’homme lui impose actuellement.

Notre conférence vous présentera de nombreux organismes que vous regardez peu et que vous ne voyez pas, certains même vous effraient.

Nombre d’entre eux ont pourtant un rôle essentiel dans la survie d’autres espèces : à travers les relations de dépendances alimentaires ou parasitaires, la compétition et la collaboration qui caractérisent les rapports entre toutes les espèces.

La Biodiversité est en devenir permanent. Faire disparaître une seule espèce entraîne des réactions en chaine qui perturbent durablement l’équilibre des écosystèmes concernés.

Cependant de nouvelles espèces sont découvertes chaque jour sur notre Terre, ce sont des organismes « minuscules ou invisibles », on en parle peu, ils constitueront si nous y prenons garde une partie de la Biodiversité à venir…

Compte tenu de l’importance pour tous du sujet, nous vous attendons nombreux, jeudi 22 novembre.

Paléomusique : les idiophones de la Préhistoire…

31 octobre 2018

L’ethno-minéralogiste Erik Gonthier et ses lithophones (photo © Pierre Grosbois / Le Monde)

Erik Gonthier fait partie de ces chercheurs fascinants capables de rendre passionnants les plus austères des sujets scientifiques. Maître de conférence et ethno-minéralogiste au Museum national d’histoire naturelle, il travaillait en 2004 au Musée de l’Homme lorsqu’il y a fait une découverte étrange. Les réserves de ce musée renfermaient en effet de curieux pilons sahariens datés du Néolithique, entre 9000 et 2500 ans avant notre ère, et amassés au fil du temps et des conquêtes coloniales, notamment lors des grandes missions scientifiques Berliet au Sahara.

Les paléontologues qui s’étaient penchés sur le sujet avaient établi leur diagnostic comme en fait état par exemple cet article publié en 1968 dans le Bulletin de la Société préhistorique française et doctement intitulé Grands outils de pierre polie du Sahara nigéro-tchadien. Il y est question de « meules dormantes », de « haches boudin », de « haches à gorges » et de divers instruments aratoires ou destinés à extraire les plaques de sel, pour lesquels l’usage semble plus ou moins avéré.

Mais l’article cite aussi des pilons en pierre dure, soigneusement polis, et dont la taille peut atteindre jusqu’à 90 cm pour un diamètre de 5 à 9 cm. De belles pièces donc, dont la confection a certainement demandé des heures de travail patient, mais dont l’utilité comme pilon a longtemps laissé perplexes certains chercheurs, ne voyant pas très bien à quoi pouvaient servir des pilons aussi lourds et volumineux, sinon peut-être à casser des noix de palmier doum, particulièrement résistantes, pour en extraire une substance appréciée des chèvres.

Erik Gonthier à la baguette sur ses lithophones du Museum (photo © capture image reportage AFP mars 2014 / Youtube)

Ces doutes sont désormais définitivement levés depuis qu’Erik Gonthier, au début des années 2000 donc, a confirmé que ces objets oblongs de forme cylindrique, soigneusement taillés et polis par nos ancêtres il y a 10 000 ans, dans des roches dures souvent d’origine volcanique, comme le basalte ou la phonolite (cette pierre qu’on trouve au Mont Gerbier de Jonc, aux sources de la Loire, comme on l’a tous appris à l’école…), n’avaient certainement aucun usage alimentaire ou utilitaire mais étaient simplement des… instruments de musique, des lithophones pour utiliser le langage scientifique idoine, et même des… idiophones à en croire l’analyse très détaillée et pédagogique qu’il a publiée en 2009 sur son blog.

Par définition, les lithophones sont des instruments de musique à percussion directe, constitués de pierres sonores, posées au sol ou suspendues, et que l’on vient frapper avec une autre pierre ou une masselotte en bois ou en os par exemple. Des systèmes que l’on retrouve un peu partout à travers le monde, sous différentes formes, et qui ont très probablement été inventés bien avant les instruments de type membranophones tels que les tambours ou les tam-tam, constitués classiquement d’une peau tendue sur une caisse de résonance. La notion d’idiophone fait référence au fait que le son est produit intrinsèquement par la pierre elle-même, sans aucun rapport donc avec le célèbre Gaffophone, mis au point par un certain Gaston Lagaffe…

Concert de lithophone sur stalactites dans la grotte de Tito Bustillo, sur le site d’Altamira dans le nord de l’Espagne (source Youtube / cité par Marilyn Armagast Martorano)

Fort de sa conviction que ces curieux pilons lithiques n’étaient donc que des sortes de carillons préhistoriques, notre ethno-minéralogiste s’est mis en tête de les reconstituer et d’en étudier les propriétés acoustiques. Contrairement aux lithophones dits dormants, qui sont en réalité de simples pierres naturelles, des stalactites par exemple, que l’on frappe in situ pour les mettre en vibration et en tirer des sons plus ou moins harmonieux, les pilons sahariens ont la particularité d’être mobiles et étaient donc destinés à être transportés pour en jouer dans certaines occasions. Des lithophones manufacturés donc, mais cylindriques, contrairement à ceux très répandus sous formes de lamelles, un peu à l’image de nos xylophones.

Les expériences d’Erik Gonthier qui s’est transformé pour l’occasion en paléomusicologue, ont montré que les lithophones préhistoriques retrouvés de l’Algérie au Togo en passant par la Mauritanie et le Tchad, avaient la particularité d’être diphoniques, c’est-à-dire de pouvoir émettre deux notes distinctes à des fréquences vibratoires différentes. Sur la base de son travail, l’Orchestre national de France a décidé d’utiliser ces instruments de musique d’un autre âge dans le cadre d’une de ses animations Musicomusée destinée au jeune public et organisée en collaboration avec le Museum national d’histoire naturelle.

Les musiciens de l’Orchestre national de France jouent une création musicale de Philippe Fénelon sur des lithophones (photo © Pierre Grosbois / Le Monde)

Quatre percussionnistes de l’Orchestre national de France se sont donc mis au travail, sous la houlette du compositeur Philippe Fénelon, et le 22 mars 2014, les vieux lithophones préhistoriques sont sortis des réserves du musée pour un concert très exceptionnel, naturellement intitulé Paléomusique, sous forme de conte musical, d’ailleurs radiodiffusé un mois plus tard sur France Musique. Un événement lithophonistique tout à fait inhabituel qui marquera sans doute d’une pierre blanche l’histoire de la paléomusique. Une expérience en tout cas qui mériterait probablement d’être reconduite pour mieux faire connaître ces vestiges du passé aussi remarquables par leur sonorité que par la pureté esthétique de leurs lignes, histoire de faire d’une pierre deux coups…

L. V. 

Saoul comme un pigeon néo-zélandais…

18 octobre 2018

En France, il existe, selon les spécialistes, 570 espèces d’oiseaux. En Nouvelle-Zélande, ce nombre s’élève, paraît-il, à 168, pas une de plus ! On comprend donc que les Néo-zélandais, amoureux de la nature par tradition culturelle, soient très attachés à la préservation de leur faune ailée. Chaque année, ils votent donc en masse pour élire « l’oiseau de l’année ». Un concours organisé depuis 2005 par l’association environnementaliste Forest & Bird et qui connait traditionnellement un grand succès…

En 2018, les résultats du vote, dont le scrutin s’est clôturé dimanche 14 octobre ont été rendus publics dès le lundi matin. And the winner is… Pas le kiwi en tout cas, pourtant emblème symbolique du pays qui avait déjà été couronné de ce titre prestigieux en 2009. Non, cette année, les quelques 50 000 Néo-zélandais qui ont participé au vote ont décerné la majorité de leurs suffrages à un gros pigeon sauvage, dénommé kereru en langue Maori, Hemiphaga novaeseelandiae de son petit nom scientifique.

Le Kereru ou pigeon de Nouvelle-Zélande

Une espèce assez banale en apparence et qui n’est pas spécialement menacée d’extinction bien que son habitat soit localement en danger de régression. Mais un oiseau qui, comme tout un chacun, présente ses petites faiblesses… En l’occurrence, le pigeon de Nouvelle-Zélande se gave de fruits dont il contribue d’ailleurs à disséminer les graines, jouant un rôle très important dans la reproduction des espèces arborées.

Kereru dans une forêt de Nouvelle-Zélande (photo © Hawke’s Bay Today / South China Morning Post)

Mais il lui arrive souvent, à force d’ingurgiter des fruits très murs et partiellement fermentés, de voir son taux d’alcoolémie augmenter au-delà du raisonnable. Il n’est donc pas rare, à la fin de l’été, d’observer de gros pigeons tituber au bout de leur branche, voire carrément tomber de l’arbre faute de pouvoir maintenir leur équilibre tellement ils sont saouls… Un comportement qui les rend particulièrement vulnérables face aux prédateurs, dont les chats, qui peuvent alors facilement les attaquer. Des centres de protection animales sont donc régulièrement sollicités pour recueillir des pigeons ramassés à terre par des âmes charitables, afin de les placer en cellule de dégrisement, le temps qu’ils reprennent leurs esprits.

Grive musicienne dans une vigne (source grives.net)

On connaissait déjà l’expression « saoul comme une grive » qui fait référence au comportement des grives, grandes amatrices de raisins et qui font des ravages dans les vignes lorsque le raisin est bien mûr, se gavant de fruits au point de ne plus pouvoir s’envoler lorsque le danger guette. L’expression date, parait-il, d’un texte de 1486 où l’on peut lire « plus estourdy qu’une grive », le mot « estourdy » signifiant alors « saoul » en vieux français.

D’après l’ouvrage La mystérieuse histoire du nom des oiseaux (éditions Robert Laffont), ce verbe « étourdir » est probablement issu du bas latin « exturdire », lequel signifie agir follement. Un verbe qui dérive justement du latin « turdus », mot qui désigne la grive, à cause précisément du comportement de cet oiseau qui titube au point de ne plus pouvoir s’envoler lorsqu’il s’est gavé de raisin.

A croire finalement que, des vignes du Bordelais jusqu’aux forêts de Nouvelle-Zélande, les oiseaux ne sont finalement guère plus raisonnables que les humains et ne savent pas mieux qu’eux résister à un bon jus de fruit, un tantinet alcoolisé…

L. V.

Les punaises de lit, un nouveau fléau ?

30 septembre 2018

Une punaise de lit, Cimex lectularius

Très répandues en Europe avant la seconde guerre mondiale, les punaises de lit avaient fini par quasiment disparaître de notre paysage quotidien dans les années 1950, chassées par l’usage à grande échelle de puissants insecticides dont le fameux DDT qui a fait tant de ravages sur notre environnement. Mais elles ont fait un retour en force depuis les années 1990, grâce à leur capacité d’adaptation aux insecticides et surtout du fait de la multiplication des déplacements à travers le monde…

La manière la plus fréquente de voir son appartement infesté par ces insectes hématophages rampants, qui piquent les gens lorsqu’ils sont immobiles, généralement la nuit pendant leur sommeil, est en effet de les rapporter dans sa valise, bien cachés dans les replis de son linge. De jour, ces animaux sont très discrets et vivent cachés souvent dans les sommiers ou les matelas, les lattes de plancher, les fissures du mur et derrière les plinthes, à l’abri de la lumière et pas trop éloignés de leur proie. Ils sortent principalement la nuit et choisissent de piquer en priorité les personnes dont la peau est fine et dont le sang leur convient, ce qui explique que plusieurs personnes dormant dans le même lit ne seront pas touchées de la même manière…

Cimex lectularius, de son petit nom, est pourtant bien visible à l’œil nu. Le corps de l’adulte est ovale et aplati, de couleur brune, un peu comme un pépin de pomme de 4 à 5 mm de longueur. Mais on le voit rarement et on le repère plutôt à ses traces que sont les points noirs de ses déjections et les petites traces de sang séché laissées sur le matelas, ainsi bien sûr qu’aux boutons rouges et aux démangeaisons qu’il laisse sur la peau de ses victimes…

Pour autant, la punaise de lit n’est pas dangereuse et ne transmet pas de maladie connue à l’homme. Le seul désagrément qu’elle cause vient des démangeaisons provoquées par ses morsures car, comme la plupart des insectes suceurs de sang, elle injecte en piquant un peu de salive anticoagulante pour fluidifier le sang dont elle se nourrit, ce qui provoque chez la majorité des personnes des réactions urticantes, parfois plusieurs jours après la morsure. Rien de bien grave en réalité, mais de quoi pourrir la vie de ceux qui vivent dans un appartement infesté au point de souffrir de burn-out parce qu’ils appréhendent de s’endormir de crainte de nouvelles piqures nocturnes !

Mobilier infecté de punaises de lit dans les rues de la Belle de Mai (photo © Sarah Nedjar / Radio France)

Or, les invasions de punaises de lit deviennent de plus en plus fréquentes. A Toulon ou à Marseille, des quartiers entiers en sont envahis et on retrouve régulièrement sur les trottoirs les matelas usagers de ceux qui, ne sachant plus comment se débarrasser de ces insectes, finissent par jeter leur literie entière, ce qui contribue d’ailleurs à la propagation de ces animaux vers les immeubles voisins… Début 2018, la presse se faisait ainsi l’écho de l’exaspération des habitants de la Belle de Mai où de nombreux appartements sont envahis de ces insectes hématophages, tandis que France 3 relatait les déboires du service des urgences à l’hôpital de la Timone où cet été un tiers des chambres ont dû être momentanément fermées le temps de les désinfecter contre une invasion de punaises de lits. Même le cinéma Pathé Liberté à Toulon a dû fermer début septembre, selon France Bleu, par suite d’une invasion de punaises de lits confortablement installées dans les fauteuils de la salle !

C’est en effet une des caractéristiques de ces insectes qui recherchent avant tout la présence de l’homme et qui sont susceptibles de se développer partout, dans les hôtels 4 étoiles comme dans les taudis les plus insalubres, pourvu qu’ils y trouvent des humains à leur goût (qu’ils repèrent grâce à notre chaleur corporelle et nos émissions de CO2) et de quoi se nicher confortablement.

Cycle de vie de la punaise de lit

Pour peu que la pièce soit bien chauffée, la punaise de lit verra son cycle encore accéléré : il lui faut en effet 5 semaines en moyenne pour devenir adulte et commencer à pondre ses œufs (à raison de 3 à 8 par jour) à température ambiante de 20 °C. Mais à 30 °C, il lui suffirait de seulement 3 semaines pour atteindre un tel stade de développement ! Sachant que la durée de vie d’une punaise est généralement de 9 mois, ce sont en moyenne de l’ordre de 500 œufs qu’une femelle peut pondre au cours de son existence, de quoi entretenir largement une colonie bien installée au sein de votre matelas confortable, chaque adulte se contentant d’un repas par semaine en moyenne…

Face à un tel fléau et pour sauvegarder la qualité de leurs nuits, les hommes ont imaginé bien des stratagèmes pour se débarrasser des punaises de lits. A écouter les spécialistes tels que Pascal Delaunay, entomologiste médical et parasitologue au CHU de Nice, interviewé par Futura Sciences, ou certains professionnels de la désinsectisation qui diffusent un guide pour se débarrasser des punaises de lit, la tâche n’est pas aisée…

Piège naturel à punaises de lit, à base de poudre de diatomite

La priorité est d’abord de bien identifier les insectes à l’origine de nos maux et ensuite d’évaluer l’ampleur des dégâts par une inspection soignée des zones à risque. Des pièges mécaniques simples sous forme de scotch à double face collé sur les pieds du lit ou à base de diatomite peuvent être utiles pour une telle inspection. Des techniques de pièges plus élaborés ont aussi été développés par des chercheurs canadiens de l’université Simon Fraser, en Colombie-Britannique. Après 10 ans d’études et l’examen minutieux de plus de 10 000 punaises de lit consciencieusement nourries par une des membres de l’équipe, piquée environ 180 000 fois pour la bonne cause, ils ont identifié trois phéromones principales qui permettent d’attirer les punaises de lits (bedbugs en anglais) et ainsi d’évaluer l’importance de l’infection (mais sans détruire les œufs ni les adultes qui digèrent tranquillement leur dernier repas, bien à l’abri, pendant 10 jours et parfois bien davantage).

En cas d’invasion avérée, la lutte mécanique reste fortement conseillée pour éliminer le maximum du stock à coups d’aspirateur, de nettoyage à la vapeur, de lavage à plus de 60 °C, voire de congélation à -20 °C au minimum, tout en veillant à ce que ce grand nettoyage ne se traduise pas par une simple dispersion de la colonie et son implantation dans les autres pièces de la maison ou chez les voisins…

Au-delà, la désinfection par des sociétés spécialisées, à l’aide d’insecticides spécifiques qui ne sont pas en vente libre dans le commerce, est souvent une étape coûteuse mais indispensable. Deux passages à 15 jours d’intervalles sont d’ailleurs généralement nécessaires pour achever les larves écloses entre temps car les œufs sont globalement très résistants à tous ces traitements…

Emeline Lemarié, étudiante chercheuse au sein du projet Breaking Bugs à l’Université Aix-Marseille (photo © Jérémie Hessas / France 3 Provence-Alpes)

Une autre voie de traitement pourrait néanmoins émerger, fruit des recherches d’une équipe marseillaise composée de jeunes biologistes, bio-informaticiens et spécialistes en biologie génomique. Leur projet, baptisé du vocable typiquement provençal Breaking bugs (clin d’œil au titre d’une série américaine, bien entendu), consiste en un piège à base de phéromones qui attire les punaises et les met en contact avec un champignon pathogène, Beauveria Bassania, lequel pénètre à l’intérieur du corps de la punaise pour la faire lentement dépérir. La mort n’étant pas instantanée, la punaise infestée quitte librement le piège et infecte à son tour les autres membres de la colonie, de telle sorte que celle-ci finit par disparaître après plusieurs semaines.

Une approche ingénieuse donc, que les étudiants marseillais s’apprêtent à présenter en octobre prochain à Boston, dans le cadre de l’IGEM (International genetically engineered machine) dans l’espoir qu’elle leur vaudra, sinon une reconnaissance mondiale, du moins une audience suffisante pour assurer une large diffusion de leur invention. Les punaises de lit ont du souci à se faire…

L. V. 

Archéologie : les bienfaits de la sécheresse

19 août 2018

A Londres, des températures anormalement élevés depuis le mois de mai 2018 (photo © John Stillwell / PA Wire)

Le début de l’été a été chaud au Royaume-Uni cette année. Et pas seulement parce que les esprits s’échauffent quant aux modalités de sortie de l’Union européenne… Au point d’ailleurs, comme le relevait le Huffington Post, le 23 juillet dernier, que PaddyPower, l’un des plus grands opérateurs britanniques de paris sportifs, s’interroge : qui de cette interminable vague de chaleur ou de la Première ministre Theresa May, embourbée dans le dossier du Brexit, jettera l’éponge la première ?

Il n’est tombé que moins de 50 mm de pluie en Angleterre entre le 1er juin et le 16 juillet, du jamais vu depuis le début des enregistrements de données météorologiques, et les températures ont atteint des sommets pendant tout le mois de juillet, comme d’ailleurs dans tout le nord de l’Europe.

Un feu de broussailles inhabituel dans l’est londonien, le 15 juillet 2018 (source @MPSCannHall)

On a même vu l’herbe jaunir à Hyde Park, un crime de lèse-majesté, et il a fallu mobiliser plus de 200 pompiers pour venir à bout d’un feu de broussailles tout à fait inhabituel qui a ravagé près de 100 hectares au nord-est de Londres le 15 juillet dernier…

Les agriculteurs britanniques se font des cheveux blancs en voyant leurs cultures sécher sur pied face à une canicule d’une telle ampleur, mais les archéologues, eux se frottent les mains ! Rarement en effet les conditions n’ont été aussi favorables pour observer, depuis le ciel, les « marques de cultures » qui révèlent la présence, au milieu des prés ou des champs, de vestiges historiques même profondément enfouis et indétectables depuis le sol.

D’anciennes fondations, même totalement arasées au fil du temps et recouvertes d’une épaisse couche de limons et de terre végétale, surgissent ainsi du passé car les racines ne peuvent s’y développer aussi profondément qu’alentours, si bien que les plantes y jaunissent plus précocement en cas de conditions climatiques particulièrement sévères. Inversement, d’ancien fossés, depuis bien longtemps remblayés et dont il ne subsiste aucun vestige en surface, offrent à la végétation un surcroit de réserve d’humidité en profondeur, si bien que l’herbe y apparaitra plus verte lors d’une période de sécheresse. Des contrastes parfois très nets sur les photographies aériennes, et qui permettent de mettre en évidence des restes d’aménagements historiques invisibles sinon.

Schéma de principe des marques de culture laissées par la superposition dans le temps d’une ferme gallo-romaine sur le site d’une ancienne implantation de l’âge du fer, entourée d’un fossé circulaire (infographie © Historic England)

Les plus anciens se souviennent avec nostalgie des conditions météorologiques exceptionnelles de l’année 1976 qui avait déjà été marquée par son lot de belles découvertes, ou celles, plus récentes, de l’été 2011, au cours duquel plus de 1500 sites archéologiques avaient ainsi été découverts, principalement dans les terrains argileux de l’Est de l’Angleterre, ainsi que l’explique un responsable d’Historic England, l’organisme public en charge de la conservation du patrimoine historique britannique.

Du coup, les archéologues d’Outre-Manche ont mobilisé tout ce qui vole, bien aidé en cela par le développement des drones qui permettent d’obtenir facilement et à moindre frais des photographies aériennes de bonne qualité. Et les résultats sont à la hauteur des espérances les plus folles !

Vue aérienne des vestiges de cromlech découverts cet été en Irlande (photo © Anthony Murphy / Mythical Ireland / Twitter)

C’est ainsi que le 10 juillet 2018, deux photographes passionnés d’archéologie, Antony Murphy, fondateur du site Mythical Ireland, et Ken Williams, qui anime le blog Shadows & stone, ont mis en lumière, grâce à des survols de drone au-dessus du site de Newgrange, connu pour ses nombreux vestiges préhistoriques dans la région du Brú na Bóinne, à 50 km au nord de Dublin, un immense cromlech inconnu, un ancien cercle de menhirs de près de 200 m de diamètre, datant probablement de l’âge du bronze et totalement invisible au sol, au beau milieu d’un champ de blé. La nouvelle a vite fait le tour du monde, reprise en boucle par de nombreux médias enthousiastes.

Mais les découvertes de ce type se sont multipliés tout au long de l’été. Toujours en Irlande, les vestiges d’une ancienne garnison ont ainsi été identifiés dans un champ, à Magor, dans le sud du pays, tandis que les traces d’une ancienne ferme datant probablement de la préhistoire ont été repérés près de Newport au Pays de Galle. En Angleterre, plusieurs sites funéraires préhistoriques, ainsi que l’emplacement de deux monuments probablement érigés à l’époque néolithique, entre 3600 et 3000 avant JC, ont également été identifiés près de la ville de Milton Keynes, à une centaine de kilomètres au nord de Londres.

Vue aérienne révélant des vestiges préhistoriques de monuments funéraires et de fondations près d’Eynsham, dans l’Oxfordshire (photo © Historic England)

Une douzaine de vestiges d’habitations de forme ronde remontant à l’âge de fer, ainsi que des restes de l’âge de bronze ont aussi été observés en Cornouailles, au sud-ouest de l’Angleterre. Dans le Yorkshire, ce sont des tombes datant de l’âge du fer qui ont ainsi été repérées durant l’été par des survols aériens, tandis que dans le Suffolk, c’est un cimetière préhistorique qui a pu être ainsi retrouvé.

La liste des découvertes archéologiques inédites réalisées durant cet été de folie est longue. Elle intéresse même des périodes historiques plus récentes avec une visualisation très nette de l’aménagement des jardins et de certains bâtiments désormais disparus à Tixall Hall, dans le Staffordshire, une ancienne maison de campagne de la reine Elisabeth, construite en 1555, et de même à Gawthorpe Hall, une autre demeure élisabéthaine située dans le Lancashire.

Traces d’anciens bâtiments détruits à Tixall Hall (photo © Historic England)

Dans le Nottinghamshire, à Clumber Park, ce sont les traces d’un ancien manoir datant du 18ème siècle qui sont apparues alors que le bâtiment avait été entièrement détruit en 1938. Même d’anciens aérodromes datant de la Seconde Guerre mondiale ont été rendus visibles, notamment dans le Hampshire, où l’ancien aérodrome de Lasham, utilisé par la Royal Air Force entre 1942 et 1945, est désormais parfaitement repérable depuis le ciel, tandis que des traces d’anciens abris anti-aériens ont refait surface, notamment à Cambridge.

Pour les archéologues, cette fenêtre de tir très particulière les incite à mettre les bouchées doubles pour survoler le maximum de sites prometteurs pendant que les conditions climatiques sont favorables. Mais il a recommencé à pleuvoir au Royaume uni depuis le 9 août, permettant depuis aux températures caniculaires de revenir à des valeurs plus raisonnables, ce qui pourrait signifier, pour les archéologues, le retour au bureau afin d’exploiter leurs clichés et organiser les chantiers de fouilles qui ne devraient pas manquer de les occuper pour les années à venir…

L.V. 

Méduses en Méditerranée : un nouveau péril ?

8 août 2018

Un dessin signé Glez, dessinateur burkinabé (source : Cartooning for Peace)

Ces derniers temps, l’actualité se focalise sur les arrivées de populations qui tentent, au péril de leur vie, de traverser la Méditerranée pour fuir des situations de guerre, de misère et de désespérance sociale, en espérant trouver en Europe un avenir meilleur. Mais cette situation qui obnubile et angoisse certains ne doit pas faire oublier d’autres mouvements d’espèces naturelles, en l’occurrence véritablement invasives, et dont l’ampleur des déplacements, le plus souvent lié à l’activité humaine, pourrait s’accentuer sous l’effet du réchauffement climatique mondial.

Les exemples en Méditerranée sont innombrables. Rappelons, à titre indicatif que selon la DREAL PACA, sur les 4000 espèces végétales que comptent la région, 931 soit près d’une sur quatre sont considérées comme exotiques, certaines colonisant les fonds marins, à l’exemple de la fameuse « algue tueuse », Caulerpa taxifolia, relâchée accidentellement en 1984 par l’aquarium de Monaco et qui avait envahi en l’espace de 20 ans plus de 5000 ha avant de commencer à régresser.

Le tetraodon, cousin du Fugu, désormais présent en Méditerranée

Depuis le percement du canal de Suez, on considère que plus de 900 espèces exotiques ont pénétré en Méditerranée, dont le « poisson-lapin », Siganus luridus, qui broute les herbiers de posidonies, mettant à nu les fonds marins, ou encore le tétraodon, Lagocephalus sceleratus, cousin du Fugu des Japonais et potentiellement mortel.

Mnemiopsis leidyi (photo © Guillaume Marchessaux / IMO / LPED)

L’étang de Berre est ainsi confronté, depuis une quinzaine d’années, et après celui de Vaccarès, touché dès la fin des années 1990, à l’invasion de ce que les Anglo-Saxons appellent la « Noix de mer », Mnemiopsis leidyi, une sorte d’ovoïde gélatineux transparent muni de tentacules et qui évoque vaguement une forme de méduse sans être pour autant urticant ni dangereux.

Cette espèce est arrivée en Méditerranée en provenance de l’Atlantique nord, dans l’eau de ballast que les cargos chargent pour stabiliser leur coque et qu’ils déversent à leur arrivée, avec tous les micro et macro-organismes qu’elle contient et dont certains peuvent survivre pendant de longues semaines.

Dans l’étang de Berre, cette vaste lagune qui communique avec la Méditerranée par le chenal de Caronte, ce cténophore qui peut pondre jusqu’à 10 000 œufs par jour a proliféré à une vitesse inquiétante. Cette espèce carnivore détruit les œufs et larves des autres espèces et dévore le zooplancton, ce qui contribue à appauvrir fortement les populations de poissons. Il obstrue par ailleurs les filets des pêcheurs professionnels dont l’activité est en expansion sur cet étang dont la qualité des eaux s’améliore ces dernières années et pour lequel est désormais envisagée une inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Extrait d’une vidéo expliquant les effet de Mnemiopsis Leidyi dans l’étang de Berre

Une thèse est d’ailleurs en cours depuis 2015, à l’Institut méditerranéen d’océanologie et au Laboratoire Population Environnement Développement (LPED) de l’université d’Aix-Marseille, pour mieux comprendre les conditions de développement de cette espèce, considérée comme l’une des 50 espèces les plus invasives du monde, et en étudier les impacts socio-économiques, comme l’évoque un article de 20 minutes assorti d’une vidéo très pédagogique.

Cycle de reproduction de Mnemiopsis Leidyi

Les méduses urticantes, Pelagia noctiluca, quant à elles, sévissent périodiquement sur les côtes méditerranéennes, y compris à Marseille où elles sont portées par le courant ligure. Connues en traditionnellement selon des cycles d’une douzaine d’années (dont 9 à 10 ans de répit entre deux phases d’explosion). Toutefois, le réchauffement climatique semble avoir accéléré leur cycle en permettant leur reproduction même en période hivernale, ce qui permet aux adultes d’être bien présents pour la saison estivale.

Méduse pélagique en Italie

Leur nombre a été multiplié par 4 en Méditerranée depuis les années 2000 et on les observe désormais chaque année sur nos côtes depuis 1999. Il arrive même que leur aire de répartition s’étende très au nord, comme en novembre 2007, lorsque leur prolifération a fait des ravages dans les élevages de saumon en Irlande du Nord…

La presse se fait régulièrement l’écho de ces arrivées massives de méduses pélagiques, les « piqueurs mauves » dont la rencontre inopportune provoque de sérieuses brûlures chez les baigneurs qui, s’ils paniquent sous l’effet de la vive douleur qui en résulte, peuvent même se noyer. Près de 70.000 brûlures de méduses ont ainsi été recensées aux Baléares durant l’été 2006 et, en 2008, près de 300 baigneurs ont dû être soignés pour les mêmes raisons rien qu’à Antibes en seulement six semaines.

Echouage de méduses pélagiques sur une plage de La Ciotat en 2014 (photo © France 3)

France 3 déplorait ainsi en juillet 2014 l’arrivée massive de ces méduses sur le littoral méditerranéen de Martigues jusqu’à Menton, mentionnant même que la baignade avait dû être interdite sur les plages de La Ciotat le 16 juillet. En juillet 2016, c’était le Midi Libre qui constatait que les plages et même les canaux autour de Sète étaient complètement envahis par leur prolifération, tandis qu’en avril 2018 FranceTVinfo se faisait l’écho d’un échouage massif de vélelles, petites méduses violettes totalement inoffensives mais qui font désordre sur les plages et rebutent les touristes…

Un échouage de vélelles sur une plage près d’Ajaccio en Corse (photo © Pierre-Antoine Fournil / Corse-Matin)

De nombreuses plages tout autour de la Méditerranée s’équipent désormais de filets de protection pour empêcher que les méduses en goguette ne viennent se frotter aux baigneurs. Un réseau d’observation et de suivi a aussi été mis en place le long des côtes françaises de Méditerranée, dans le cadre du projet de recherche JELLYWATCH, initié en 2009 par l’Observatoire océanologique de Villefranche-sur-mer et co-financé par la Région PACA.

Avec l’aide du bureau d’études ACRI-ST, un portail d’observation a été élaboré, accessible sur internet et via une application pour smartphones, permettant à chacun de signaler ses observations de méduses et donc de savoir, jour par jour, où elles sont présentes. Un outil pratique et collaboratif, qui mérite d’être largement partagé pour limiter les risques de se trouver nez-à-nez avec une méduse pélagique et d’en garder un souvenir pour le moins cuisant…

L.V.

Climat : ça chauffe de plus en plus !

3 août 2018

En matière climatique, et contrairement à l’adage bien connu, les années se suivent et se ressemblent de plus en plus…

En janvier 2015, un article du site Futura Science indiquait que selon les données publiées par le NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) et par le GISS (Goddard Institut for Space Studies), un organisme scientifique rattaché à la NASA, l’année 2014 avait été la plus chaude jamais observée depuis que les mesures de température ont été généralisées dans le monde, à partir des années 1880. A cette date, les deux autres années considérées comme les plus chaudes jusque-là étaient 2005 et 2010, suivies de près par l’année 2013.

Les anomalies de température dans le monde depuis 1890 : écarts entre les températures moyennes observées (sur terre et sur mer) par rapport aux moyennes calculées sur l’ensemble du XXe siècle (infographie © Simon Malfatto / AFP)

Un an plus tard, le 22 janvier 2016, Science et Avenir, parmi d’autres, publiait un article indiquant que selon les analyses de ces mêmes organismes, issues du traitement (selon des algorithmes différents mais qui aboutissent à des conclusions convergentes) de plus de 6300 points de suivi de température répartis à la surface du globe, sur terre comme en mer, l’année 2015 avait été la plus chaude jamais observée sur Terre… La température moyenne du globe, cette année-là, a été en moyenne supérieure de 0,9 °C par rapport à la moyenne enregistrée au cours de l’ensemble du XXe siècle, et d’environ 0,23 °C par rapport à l’année précédente qui détenait jusque-là le record.

Il faut dire que cette année 2015 s’était caractérisée par un phénomène climatique El Niño particulièrement marqué, avec en particulier des températures anormalement élevées enregistrées durant le mois de décembre. Ce mécanisme de courant côtier chaud observé périodiquement (tous les 3 à 5 ans en moyenne) et qui se manifeste par une inversion des alizés sous l’effet du réchauffement des eaux du Pacifique le long des côtes américaines, explique en partie les températures moyennes très inhabituelles observées cette année-là.

Une planète en cours de réchauffement accéléré… (source © Shutterstock / Barnaby Chambers)

Sauf que le 18 janvier 2016, les lecteurs du Monde apprenaient que « Sans surprise, 2016 a été l’année la plus chaude sur la planète depuis le début des relevés de températures en 1880, marquant le troisième record annuel consécutif de chaleur, a annoncé mercredi 18 janvier l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) ». Autrement dit, pour la troisième année consécutive, les records de chaleur en moyenne sur l’ensemble du globe étaient battus. Par rapport aux valeurs moyennes du XXe siècle, les températures étaient pour 2016 supérieures de 0,94 °C par rapport aux normales, soit encore davantage qu’en 2015 où l’écart avait été évalué à 0,9 °C. A la surface des océans, la différence est un peu moindre, de l’ordre de 0,75 °C, mais sur les continents, l’écart moyen atteint 1,43 °C, ce qui est considérable.

Certes, localement, l’année 2016 a été marquée par des températures très basses, notamment au large de l’Antarctique, mais cela a été largement compensé, à l’échelle planétaire, par de nombreux records de chaleur enregistrés en particulier dans l’est de la Russie, à l’extrême ouest du Canada, dans l’est des États-Unis, ainsi qu’en Amérique centrale, au nord de l’Amérique du Sud, en Afrique de l’Ouest ou encore en Australie. L’Alaska a ainsi connu en 2016 son année la plus chaude depuis le début des relevés dans cet État en 1925.

Températures moyennes enregistrées en 2016 dans 190 pays du globe (source : Futura Sciences)

Bien entendu, les météorologues ont expliqué que cette nouvelle année de tous les records s’expliquait en grande partie par la récurrence du courant équatorial chaud du Pacifique El Niño, qui avait largement persisté jusqu’au printemps 2016, annonçant que « l’année 2017 sera probablement moins chaude ».

Et voilà que, dès le 7 novembre 2017, le site Futura Science annonce que « 2017 s’annonce comme l’année la plus chaude jamais enregistrée en l’absence d’El Niño. Elle talonne ainsi 2016 qui, elle, fut empreinte du phénomène météorologique et conserve le record historique. Les trois dernières années ont été les plus chaudes enregistrées, confirmant une tendance de fond au réchauffement climatique global ».

Une affirmation qui a été effectivement confirmée depuis comme le détaille un article publié dans le Monde le 1er août dernier, sur la base du Rapport sur l’état du climat en 2017, publié ce même jour par la NOAA, une synthèse établie en collaboration avec l’American Meteorological Society, par compilation de plusieurs dizaines de milliers de mesures recueillies et analysées par plus de 500 scientifiques issus de 65 pays à travers la planète.

Ce nouveau record établi en l’absence de manifestation du phénomène climatique d’El Niño confirme sans conteste la tendance de fond au réchauffement climatique global, en lien avec l’activité humaine, d’autant qu’il s’accompagne d’un nouveau pic de concentration, dans l’atmosphère, de gaz à effets de serre (dioxyde de carbone, méthane, protoxyde d’azote…). La teneur moyenne en CO2 a ainsi atteint un nouveau record mondial avec 405 ppm (parties par million), soit 2,2 ppm de plus qu’en 2016 et une valeur jamais atteinte depuis au moins 800 000 ans au vu de l’étude de la composition des gaz atmosphériques conservés dans les carottes glaciaires…

Au cours de cette année 2017, plusieurs pays, comme l’Argentine, la Bulgarie, l’Espagne ou l’Uruguay ont ainsi enregistré des records absolus de températures annuelles moyennes. Des pointes de 43,4 °C ont été relevées en janvier, en Argentine, et de 53,5 °C en août, dans l’ouest du Pakistan. Les températures moyennes à la surface des océans sont certes restées légèrement en dessous de celles de 2016, mais la partie supérieure des océans qui absorbe l’essentiel de l’augmentation de température liée à l’accumulation de gaz à effets de serre poursuit son réchauffement global, ce qui se traduit notamment dans les océans Atlantique, Indien et Pacifique, par des mortalités sans précédent de certaines formations coralliennes. Quant au niveau moyen des mers, il a atteint lui aussi un nouveau record, en se situant 7,7 cm plus haut qu’en 1993, début des mesures altimétriques par satellites, ce qui correspond à une élévation de 31 cm par siècle.

Coraux morts du fait du réchauffement climatique dans la Grande barrière de corail (photo © archives AFP)

Avec une température terrestre très supérieure à la moyenne dans les régions les plus australes, l’étendue maximale de la glace en mer arctique, début mars, a été la plus faible constatée depuis le début des observations satellitaires en 1980, et son extension minimale, en septembre, était inférieure de 25 % à la moyenne de la période de référence.

Quant aux événements climatiques extrêmes survenus en 2017, ils se sont caractérisés comme on pouvait s’y attendre par de violents cyclones et des épisodes torrentiels dévastateurs en Inde, durant la saison des moussons, au Venezuela et au Nigeria, en août et septembre, tandis que les sécheresses sévères n’ont épargné aucun continent, à l’exception de l’Amérique du Nord, provoquant notamment des incendies très destructeurs en Colombie britannique, en Espagne ou au Portugal, et même au Groenland

Et tout indique que l’année 2018, avec la période caniculaire que l’on vit actuellement, pourrait tenir un rang honorable dans ce cortège d’années records : décidément, ça chauffe de plus en plus !

L.V. 

La marche des cobayes

1 juillet 2018

L’expression fait vaguement penser à cette fameuse migration des lemmings, ces petits rongeurs du nord de l’Europe qui finiraient par se jeter dans la mer du haut d’une falaise pour y nager jusqu’à mourir d’épuisement, une idée reçue, sans le moindre fondement d’ailleurs, popularisée par un documentaire truqué produit par Walt Disney en 1958, mais qui a la vie dure…

Aucun rapport donc avec cette marche des cobayes, sinon qu’il s’agit dans les deux cas d’un problème de régulation des populations menacées par des prédateurs pour les lemmings, par des pollutions environnementales pour les « cobayes », ces citoyens militants qui dénoncent l’inertie des responsables politiques face à un monde de plus en plus toxique

L’un des porte-paroles de cette initiative, le jeune écrivain Thomas Dietrich, qui avait démissionné avec fracas en 2016 de son poste de secrétaire général de la Conférence nationale de la santé, dénonce avec de nombreux autres, ce monde devenu absurde où, selon les chiffres de l’OMS, un décès prématuré sur six serait causé par la pollution de l’air, de l’eau, des sols ou du milieu professionnel !

Rien qu’en France, on compterait ainsi, selon Santé publique France, 2,6 millions de salariés exposés à des produits cancérigènes sur leur lieu de travail, et entre 8 000 et 13 000 décès chaque année à cause des médicaments, soit 2 à 3 fois plus que par les accidents de la route…

Soutenue par de nombreuses personnalités et associations, dont Michèle Rivasi, députée européenne, ou encore Gilles Nalbonne, ancien directeur de recherche à l’INSERM et représentant du Réseau Environnement Santé, cette « marche des cobayes » est partie de Fos-sur-Mer le 1er mai dernier et vient d’arriver à Paris, le 30 juin, au terme de 60 étapes, 50 villes traversées et des centaines d’heures de débats et de manifestations autour de causes environnementales locales.

Le point de départ n’est pas le fruit du hasard car le pourtour de l’étang de Berre fait partie de ces lieux emblématiques où des citoyens s’élèvent depuis des décennies pour dénoncer les impacts sanitaires d’une politique industrielle fort peu respectueuse de l’environnement. L’un de ces acteurs, Daniel Moutet, président de l’association de défense et de protection du littoral du golfe de Fos, l’a d’ailleurs martelé lors de la réunion de lancement de la marche, qui a rassemblé près de 150 personnes : « Fos-sur-Mer est l’une des villes les plus polluées d’Europe. Avec toutes ses usines, elle dégage un nombre très important de particules fines et nous observons de plus en plus de cancers et de problèmes de santé chez les riverains ».

Les marcheurs ont d’ailleurs pu le constater de visu, dès le lendemain 2 mai, en parcourant la route jusqu’à Martigues, entre la cimenterie de Kerneos, l’usine sidérurgique Arcelor Mittal, les installations portuaires de Port-de-Bouc, ou encore les raffineries de Total à La Mède ou de Lyondellbasel à Berre-l’étang, visibles en arrière-plan.

Le lendemain, la marche des cobayes les a menés jusque dans l’agglomération marseillaise où les participants se sont rassemblés devant l’école maternelle Oasis, aux Aygalades, construite sur des sols pollués aux métaux lourds par un ancien site industriel, avant de se rendre au stade Vélodrome pour alerter sur les dangers sanitaires liés à l’ingestion des minuscules particules de caoutchouc recyclé issues de pneus usagés, riches en métaux lourds et hydrocarbures, qui sont répandus entre les fibres plastiques des gazons synthétiques.

Le site de l’ancienne usine chimique Legré-Mante (photo © Florent Bonnefoi / La Provence)

Ont aussi été évoqués ce jour-là, en parcourant les berges de l’Huveaune, la question de la pollution des cours d’eau en site urbain, le sujet des déchets qui s’accumulent sur la plage du Prado (surnommée Epluchures Beach) et le dossier du projet immobilier prévu sur l’ancien site d’usine chimique de Legré Mante, près de la Madrague de Montredon, mais aussi celui de la pollution de l’eau distribuée dans la cité d’Air-Bel où un habitant est décédé en septembre 2017 pour cause de légionellose.

La marche des cobayes devant le site de Mange-Garri à Bouc-Bel-Air, le 5 mai 2018 (source © Tous cobayes)

A chaque étape, les marcheurs se trouvent ainsi confrontés à de multiples problèmes environnementaux locaux dont l’accumulation ne peut qu’effrayer. Le 5 mai, ils se sont ainsi retrouvés sur le site de Mange-Garri, près de Gardanne, où l’usine d’alumine Alteo entrepose ses résidus de boues rouges issus des filtres-presse, résidus riches en fer, aluminium, titane, chrome, cadmium, mercure, arsenic, et on en passe, tous produits potentiellement toxiques qui sont ensuite disséminés par le vent sur les lotissements alentours et dans les cours d’eau les plus proches.

Quelques jours plus tard, la marche faisait une halte sur le site d’Arkema à Saint-Auban, près de Manosque, pour évoquer la question des victimes de l’amiante, avant de s’interroger sur l’impact des ondes électromagnétiques, des nanoparticules ou du futur tunnel Lyon-Turin, au gré de leur traversée des Alpes. A Vierzon, le 15 juin, les cobayes se sont croisés avec les militants du tour d’Alternatiba, d’autres militants également engagés en vue d’une société alternative plus respectueuse de l’humain. A Belleville-sur-Loire, le groupe s’est interrogé sur les impasses et les dangers de l’industrie électronucléaire, avant de se pencher, le lendemain, sur les résultats prometteurs de la phyto-épuration pour les stations de traitements des eaux usées, dans la petite commune d’Ouzouer-sur-Trézée, ou comment allier réflexion globale et action locale…

Les marcheurs devant la centrale nucléaire du Bugey, le 27 mai 2018 (source © Tous cobayes)

Arrivés samedi 30 juin à Paris, les marcheurs ont organisé un rassemblement place Stalingrad pour rappeler l’urgence de mieux prendre en compte les impacts sanitaires des pollutions environnementales de tous ordres, en espérant être reçus en début de semaine prochaine par le cabinet du Ministre de la transition écologique et solidaire. L’écho médiatique de cette initiative est resté assez discret, surtout en cette période de Mondial de foot, raison pour laquelle il eut été dommage de ne pas l’évoquer ici !

L.V.  

Katulu ? n°54

22 juin 2018

Ce nouveau numéro du cercle de lecture Katulu ? affilié au Cercle Progressiste Carnussien vous fera découvrir de nouvelles oeuvres découvertes et partagées au cours du dernier semestre de l’année 2017, en espérant vous donner envie de les découvrir à votre tour. Retrouvez l’intégralité des notes de lecture de ces livres (Katulu n° 54). Si vous aussi vous avez envie d’échanger en toute convivialité autour de vos derniers coups de cœur de lecteur, venez nous rejoindre pour les prochaines réunions qui se tiennent régulièrement à Carnoux-en-Provence !

 

Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner

Un livre au titre accrocheur, qui rassemble un collectif de « savants » à majorité psychiatres et psychologues, édité par Albin Michel :

Patrice Van Eersel a été chroniqueur scientifique, rédacteur en chef du magazine Clés.

Boris Cyrulnik est psychanalyste, psychologue, neuropsychiatre et écrivain.

Pierre Bustany est neurophysiologiste et neuropharmacologue, spécialiste de psychophysiologie.

Jean-Michel Oughourlian, neuropsychiatre et ancien professeur de psychologie à la Sorbonne, est l’un des grands spécialistes français de ces « neurones empathiques » qui constituent notre troisième cerveau, le « cerveau mimétique ».

Christophe André, médecin psychiatre à l’hôpital Sainte-Anne à Paris, spécialisée dans le traitement et la prévention des troubles émotionnels (anxieux et dépressifs), a notamment introduit l’usage de la méditation dans les pratiques de soins en France.

Thierry Janssen, d’abord médecin et chirurgie durant plusieurs années, a choisi de devenir psychothérapeute spécialisé dans l’accompagnement des patients atteints de maladies.

La forme de l’ouvrage est originale avec quatre parties traitant du cerveau plastique, social, émotionnel et enfin un cerveau qui reste une énigme. Dans chaque partie, l’auteur fait un résumé des recherches actuelles et introduit la discussion qui va suivre avec un scientifique.

Boris Cyrulnik (photo © DR)

Notre cerveau est plastique (entretien avec Boris Cyrulnik) :

Nos neurones se remodèlent et se reconnectent jusqu’à la fin de notre vie. Aujourd’hui, presque n’importe quelle zone du cerveau est modelable, au prix d’efforts certes puissants mais accessibles. L’ensemble de notre cerveau peut entièrement se réorganiser suite à un accident par exemple. Boris Cyrulnik démontre que la résilience repose sur la plasticité neuronale.

Notre cerveau est social (entretien avec Pierre Bustany et Jean-Michel Oughourlian) :

Nos neurones ont besoin d’autrui pour fonctionner car notre cerveau est neurosocial. Nos circuits neuronaux sont faits pour se mettre en phase avec ceux des autres. Nos neurones ont absolument besoin de la présence physique des autres et d’une mise en résonnance empathique avec eux. Tout cela fonctionne, entre autres, grâce aux neurones miroirs. C’est un mécanisme qui fait que dès la naissance, notre cerveau « mime » les actions qu’il voit accomplir par d’autres, comme si c’était lui qui agissait. Les neurones miroirs servent à nous préparer à l’action, en renforçant les voies neuronales de notre cerveau moteur. Ils détermineraient toutes nos relations. Si le modèle devient un rival les émotions et sentiments positifs, bonne humeur, estime, amour se changent alors agressivité. La sagesse consiste donc à apprendre à désirer ce que l’on a.

Notre cerveau est émotionnel et autonome (entretien avec Christophe André) :

Sentir, penser, agir… Tout cela ne consomme que 1 % de notre énergie cérébrale, c’est la partie consciente. Le reste est utilisé par le non-conscient. Un neurone ne devient opérationnel que si des dendrites se mettent à pousser, le reliant par des synapses à d’autres neurones. Les 6 moteurs de croissance dendritique les plus importants sont le désir, l’affection, l’interrogation, la réflexion, l’action, l’effort volontaire. Ce qui détruit les neurones: le vieillissement, le stress, la pollution, certaines maladies, et surtout la passivité. On sait maintenant que notre cerveau ne comporte pas de régions spécialisées dans le calcul, la sémantique, la vision : tout fonctionne en réseau ! Les 3 principaux créateurs de réseaux neuronaux sont l’imitation, l’émotion et la répétition. Ces 3 facteurs constituent la trame de notre vie affective et relationnelle, car notre cerveau est éminemment social.

Notre cerveau est une énigme (entretien avec Thierry Janssen) :

De quoi sont faits nos rêves ? Les neurologues croient aujourd’hui que, pendant le sommeil paradoxal, le cerveau, libéré du contrôle conscient exercé par les lobes frontaux du néocortex, remodèle les réseaux neuronaux. A quoi ressemble ce remodelage ? Mystère ! Tout ce à quoi vous avez accès, c’est la traduction qu’en a fait votre moi conscient à la dernière seconde, juste au moment éclair du réveil, à la sortie de votre rêve. L’ultime énigme est circulaire : comment s’interroger sur ce qui nous sert à poser des questions, le cerveau étant à la fois l’étudiant et l’étudié ? Répondre à cette question serait-ce découvrir la nature de la conscience et de l’âme ?

Dans l’épilogue « Mais alors qu’est-ce que la conscience ? » ce sont les travaux d’Antonio Damasio directeur de l’Institut pour l’étude neurologique de l’émotion et de la créativité de l’Université de la Californie du Sud, qui sont pris en compte. « Le cerveau crée des cartes, qui vont lui permettre de s’informer et de guider le comportement moteur, mais aussi de fabriquer des images, qu’il va traiter pour produire ce que l’on appelle l’esprit et la conscience ». La conscience est esquissée dans le tronc cérébral et le cortex assure sa floraison. Dans un tel système, l’émotion et le sentiment exercent une primauté pour la conscience.

Au cours de ces entretiens passionnants, défaisant de nombreuses idées reçues, on découvre avec émerveillement des potentialités jusqu’alors insoupçonnées de nos neurones, ainsi que le caractère « neurosocial » de notre cerveau induisant la nécessité de stimuler nos cellules nerveuses tout au long de la vie. On est captivé par cet ouvrage qui délivre des découvertes stupéfiantes sur notre cerveau, dans un langage clair, simple et enthousiasmant.

                                                                                                          Antoinette

 

ALMA

J.M.G. Le Clézio

ALMA est le journal de voyage de Jérémie Fersen à la recherche de l’héritage spirituel que son père lui a partiellement caché. Il n’y a pas de préface, mais il y a en exergue, un quatrain datant de 1786, du poète écossais Robert Burns. Et puis il y a un prologue longuement animé par les noms qui, depuis l’enfance, virevoltent autour de Jérémie, « comme des papillons affolés ».

Il part pour un retour iniatique vers le pays de ses ancêtres paternels. Une veille carte sur toile datée de 1875 et un curieux caillou blanc de la grosseur d’une balle vont lui servir de viatiques. D’autres souvenirs ? Il n’en a pas ! Son père était un taiseux ! Alors il part à la recherche de ce lien qui lui manque.

Vient alors le développement, lorsque Jérémie Fersen débarque à Maurice, sur les traces d’Axel Fersen et de son épouse Alma. Ses aieux sont arrivés sur l’Isle de France en 1796, juste à la fin de la Révolution Française.

JMG Le Clézio (photo © Catherine Hélie / Gallimard)

Maigres indices sur lesquels il va faire du zapping selon la méthode actuelle. Clic sur Krystal : jolie lycéenne noire qui sèche ses cours. Clic sur Aditi, jeune femme d’origine indienne, enceinte d’un enfant sans père. Elle a été violée.

Clic sur la Surcouve, descendante de Surcouf, elle vit dans une cabane de pêcheurs avec des étagères remplies de livres anciens et de porcelaines de la compagnie des Indes.

Clic sur Marie Madeleine Mahé de la Bourdonnais, fille naturelle d’une esclave, reconnue par son père « gouverneur des Isles de France et de Bourbon » qui lui fit donner en France une éducation de demoiselle… mais pas d’héritage. A sa mort, elle finit à l’asile de la Salpétrière, sous Louis XV.

Clic sur Emmeline, très vieille dame, cousine d’Alexandre Fersen, enrôlé à quinze ans avec de faux papiers car il désirait fuir la vie étriquée de Maurice. Il devint avocat et c’est le père de Jérémie. Merveilleuse petite nouvelle sur la société coloniale du siècle passé…

Clic sur Topsie : c’est un flash plein d’humour triste.

Clic sur une autre navigation qui raconte les conditions aberrantes du transport d’un dodo vers l’Angletere et la fin du pauvre volatile en terre saxonne en 1608.

Feuilletant un album de photos jaunies, il recueille les dernières confidences d’Emmeline sur le secret de famille : Alma furent deux maisons séparées par un rideau de bambous ; dans la grande, les bons Fersen ; dans la petite, des Fersen maudits pour double métissage, branche anéantie à la disparition du cousin Dominique. Jérémie ne retrouvera pas Alma…

Etrange composition par la succession de caractères gras et italiques : le style concis-actif de la narration de Jérémie s’opposant au vécu-présent de Dominique beaucoup plus discursif.En fait, il s’agit toujours de la même personne, J.M.G. Le Clézio, pendant un de ses voyages dans l’archipel des Mascareignes dont Maurice, entre la Réunion et Rodrigues, est l’île centrale.

Ces voyages lui ont appris à faire le point entre les différents aspects de sa personnalité tout en promenant le lecteur dans un lieu magnifique, chargé d’histoire et de résonances dramatiques ou poétiques.

Des thèmes dominants : l’anéantissement des espèces dues à des fautes humaines, le passage d’une société esclavagiste à une société de consommation, la prostitution des jeunes à grande échelle induite par le tourisme mondial, la recherche mystique et le culte des morts par suite de l’affaiblissement des religions, les flux migratoire et ce qui en découle : le racisme ; la recherche de racines familiales dans un monde qui change vite. Qui sommes nous, où allons-nous ?

                                                                                                          Roselyne

 

Bella Ciao

Marielle Gallet

L’auteur, épouse de Max Gallo, raconte le combat quotidien de ce dernier contre la maladie de Parkinson, les errances d’un homme perdu, alors qu‘elle comprend qu’elle vit les heures tragiques de leur amour.

Quand elle rencontre Max il chante Bella Ciao pour la séduire ; l’amour la politique les réunissent. C’est un homme avide de culture, un bourreau de travail, passionné par la France, engagé auprès de Jean Pierre Chevénement puis intéressé par Nicolas Sarkozy. Mais on ne peut parler de lui sans évoquer le drame de sa vie, le suicide de sa fille Mathilde en 1972.

Lui qui a écrit tant de nombreuses biographies de Napoléon à De Gaulle, devient sous la plume de Marielle un héros romanesque. « il lui arrive de parler de lui à la troisième personne comme si cela allait le protéger ; un beau retournement de voir que celui qui a écrit 150 ouvrages devient à son tour l’un des personnages du livre ».

Elle dépeint les traits de caractère de cet homme à la fois modeste et conscient de sa supériorité, mais la maladie a rétréci sa vie, son corps, son écriture, ses mouvements, ses pas sont tout petits, il n’a plus assez d’énergie pour continuer à vivre ce qui faisait son essence essentielle. Il s‘ennuie, il n’aime pas l’homme qu’il est devenu, il préfère ne pas le voir. Lorsque les médecins ont diagnostiqué la maladie de Parkinson, elle s’est beaucoup documentée, mais lui n’a pas voulu.

Marielle a écrit ce livre pour surmonter l’indicible. Elle revit les merveilleux moments de leur amour car il y a une véritable tragédie à vivre simultanément la présence et l’absence de la personne qu’on aime ; écrire est un moyen de résister.

Ce livre aurait pu s’appeler le Désarroi car elle l’évoque très souvent au cours des pages.

Elle accepte la tyrannie de Max, elle l’excuse. Elle lui lit les pages de son livre mais ce n’est pas lui ; il emploie le mot « il » pour designer mon personnage. La vérité si elle existe ne l’intéresse pas. « J’ai toujours pensé que les hommes n’anticipent pas de la même façon que les femmes ; ils n’ont pas la même appréhension de la réalité ne s’y cognent qu’au moment où elle se matérialise ».

Je vous recommande ce livre émouvant bien écrit et plein de nuances ; en fait une vie.

                                                                                               Suzanne

 

Birmanie – Les chemins de la liberté

Sylvie Brieu

Sylvie Brieu (photo © DR)

Sylvie Brieu est grand-reporter et écrivain. Ce livre est un journal de voyage. L’écriture est fluide, le sens du détail des personnalités et des atmosphères des lieux parcourus rend le récit très vivant. Il nous entraîne aux quatre coins du pays, en particulier dans des provinces très récemment ouvertes aux étrangers sans qu’on puisse parler d’ouverture au tourisme. Grâce notamment aux réseaux de l’Église catholique, il permet d’aller là où cela est encore interdit. Certains de ces séjours dans les contrées les plus excentrées n’auraient pas été possibles sans l’intermédiation d’hommes d’Église dont quelques-uns s’avèrent très liés à la France, à l’image du père Philip Za Hei Lian, un religieux chin récemment décédé.

« Un flux d’impressions contradictoires m’assaille et me tourmente… La Birmanie reste un pays en guerre avec ses camps de déplacés internes, ses violences infligées aux minorités et ses terrains minés. La souffrance de ses populations, dissimulée à l’ombre des pagodes dorées, ne semble pas en voie de se dissiper. Plus je multiplie mes expériences dans ce pays, plus sa part d’ombre s’épaissit. » dit-elle.

Le périple de Sylvie Brieu est fait de multiples rencontres sollicitées et fortuites. Un patchwork qui permet d’aborder des groupes ethniques dont on parle bien peu. Toute la quête de la journaliste montre très bien le champ associatif et politique birman qui demeure profondément morcelé, avec la participation de nombreuses femmes particulièrement engagées et courageuses.

Sylvie Brieu doit reconnaître le rôle prépondérant d’Aung San Suu Kyi dans l’avancée de ce pays dans le concert des nations et le desserrage de la junte militaire. Cela prendra du temps avant la reconnaissance des différentes ethnies, de leur culture et de leurs religions dans un pays où l’ethnie birmane et le bouddhisme restent dominants.

Le style et la fluidité de l’écriture permet d’appréhender ce pays comme une aventure tout à fait passionnante. Ce serait bien d’avoir lu ce livre avant de visiter la Birmanie !

                                                                                                          Cécile

 

Un fauteuil sur la Seine

Amin Maalouf

Amin Maalouf fut élu en juin 2011 à L’Académie Française au fauteuil laissé vacant par Claude Lévi-Strauss. Depuis le 1er occupant reçu en mars 1634, l’auteur est le 19ème à occuper ce fauteuil. Pour chacun des 18 personnages de ce 29ème fauteuil, l’auteur fait un bref rappel de ce qu’il fut, de ce qu’il a pu écrire et le motif qui a conduit à sa nomination : un chapitre de 10 et 20 pages par académicien.

Avec beaucoup d’humour il donne un intitulé à ses chapitres et l’on découvre : « celui qu’on a préféré à Corneille », « celui qui est passé devant Voltaire », « celui qui idolâtrait Molière », « celui qui fut élu contre Victor Hugo » ou bien celui que les écrivains jalousaient, celui qui n’aimait pas son prédécesseur, celui qui fut l’homme le plus insulté de France ou par contre celui que tout le monde venait entendre, sans oublier celui qui fut deux fois condamné à mort.

Amin Maalouf en habit d‘académicien (photo © DR)

Dans son épilogue l’auteur explique qu’il a vu « en chacun des titulaires successifs le témoin précieux et éphémère d’une histoire qui le dépasse… » « Certains de ces ancêtres appartiennent sans aucun doute à ceux que Jules Renard appelait «le commun des immortels » mais parmi eux, « sur ce siège en bois » se sont assis Joseph Michaud (historien des croisades), Claude Bernard, Ernest Renan, André Siegfried, Henry de Montherlant, Claude Lévi-Strauss.

Le texte sur le premier occupant, Pierre Bardin, est l’occasion d’un rappel de la genèse de l’Académie Française : Valentin Conrart, 26 ans, crée à Paris avec une dizaine d’amis un cercle littéraire en 1629. La moyenne d’âge est de 30 ans et le plus jeune a 19 ans. Pendant 3 ou 4 ans, leurs réunions restèrent confidentielles, jusqu’au jour où un familier du Cardinal de Richelieu, l’abbé de Boisrobert se fit inviter. Informé le Cardinal proposa « d’offrir à ces Messieurs sa protection pour leur Compagnie qu’il ferait établir par lettres Patentes».

Un livre passionnant qui permet de redécouvrir la destinée de grands hommes qui font partie de la grande histoire, un livre précis, allant à l’essentiel, d’une grande documentation et dont la lecture est facile car le style est fluide, agréable.

Si vous aimez l’histoire, les biographies, vous serez comblés.

                                                                                                          Marie-Antoinette

  

La confrérie des moines volants

Metin Arditi

C’est un roman en deux parties assez dissemblables. La première se passe en 1937 au nord ouest de l’union soviétique, en Carélie.  Sous la pression stalinienne, de nombreux monastères et églises sont pillés, brûlés, détruits… Les moines sont torturés dans les prisons de Staline, ils fuient dans les forêts, se cachent…

Nicodime et ses 12 compagnons vont tenter de sauver les précieuses icônes, les statues, les livres et les tissus sacrés que les communistes brûlent… Il est intéressant de voir la description de la foi de ces moines, foi violente, émaillée d’auto flagellations et de mauvais traitements de toute sorte que s’infligent volontairement ces religieux.

Et puis, brutalement, page 143, on se retrouve à Paris en mai 2000, dans une galerie d’art où Mathias Marceau expose des photographies. Mais bien sûr, il y a un fil conducteur qui, un peu plus tard, réunira ces deux histoires en une seule… Ce fil passe par Irina, une jeune fille qui est au cœur même de ce récit, Irina qui a traversé la moitié de l’Europe, est venue à Paris où elle a changé de nom et de nationalité et a donné naissance à Mathias.

Metin Arditi (photo © Martial Trezzini)

Il serait dommage de vous en dire plus et de dévoiler les tenants et aboutissants de ce conte philosophique où vous rencontrerez des personnages improbables, du moine ancien trapéziste de cirque, à André, ébéniste dans le faubourg Saint Antoine.

Métin Arditi développe dans son roman les thèmes qui lui sont chers et que l’on verra ré-apparaître très souvent dans son œuvre, à savoir la filiation, l’exil, les bouleversements dus aux conflits mondiaux et durant lesquels les hommes font de leur mieux pour survivre dans des conditions souvent inhumaines.

Nous avons là un roman très atypique dont la première partie est basée sur des faits réels puisque Nicodime avait fait signer à sa « confrérie » une charte décrivant les droits et les devoirs de chacun, et le but de leur association. Une charte qui peut être vue aujourd’hui encore au musée de l’Ermitage à Saint-Petersbourg.

                                                                                                          Annie

 

Le bureau des Jardins et des étangs

Didier Decoin

L’histoire se passe au 12ème siècle, dans l’Empire du Soleil Levant. Didier Decoin est passionné par ce Japon médiéval, admirateur d’estampes japonaises, de la littérature notamment des contes et légendes de cette civilisation. Il décide d’écrire un roman à partir de ce thème ! Son écriture a duré 12 ans vu le travail fouillé d’érudition qu’il a dû accomplir !

C’est l’histoire d’une jeune femme Miyuki, issue d’un milieu très populaire, paysanne, épouse d’un pêcheur qui vient de mourir noyé en péchant des carpes merveilleuses, d’une surprenante longévité, destinées au Bureau des Jardins et des Étangs, afin d’approvisionner l’Étang sacré de l’Empereur!

Miyuki, héroïne magnifique est persuadée que son mari défunt l’accompagne toujours et elle décide de le remplacer et de rapporter aux villageois la récompense qui les fait vivre. Elle arrive à destination à Heiankyo après de nombreuses aventures…, participera au takimono awase (concours des parfums) et le gagnera ..!

Didier Decoin (photo © DR)

Le retour au village est une autre aventure… à découvrir !

J’ai été ébloui par le vocabulaire emprunté à la civilisation de l’époque et que l’auteur a mûrement étudié. Les images, rappels d’estampes japonaises font pénétrer intimement dans cette histoire ! Scènes fantastiques réelles ou pas ? On est aussi frappé dans ce roman par l’importance des parfums et des odeurs. Didier Decoin exalte les sens, les odeurs « délicates ou triviales ».

Beau roman d’Amour entre Miyuki et Katsuro, poésie, sensualité, sexualité, une histoire née du fond des âges, où le réalisme le plus crû côtoie le fantastique. Didier Decoin est fou de sa Miyuki, petite bonne femme, courageuse, vraie et sincére qui triomphe de ces aventures et reste très attachante pour le lecteur ! C’est l’héroïne romanesque par excellence !

                                                                                                          Josette J.

 

Le rouge vif de la rhubarbe

Audur Ava Ölafsdöttir

En Islande, Augûstina, adolescente de quartorze ans, vit dans une maison rose saumon avec Nina, amie de sa grand-mère décédée. Elle a les yeux de son père, c’est tout ce qu’il lui a laissé. Sa mère, ornythologue, voyage à travers le monde pour observer la vie des oiseaux et lui écrit des lettres poétiquement décalées. Décalée est aussi la manière de penser de cette jeune fille qui rêve de grimper la montagne à l’arrière du village : 844 mètres d’altitude, c’est haut quand on a un handicap de naissance et des béquilles.

Elle a déjà réussi à glisser dans la mer glaciale malgré les brisants de rochers, à nager dans la piscine bouillante en plein hiver neigeux, à dormir à flanc de côteau au milieu des tiges rouges du champ de rhubarbe, sous la dentelle verte des grandes feuilles qui découpent le ciel bleu.

Nina s’enorgueillit de la victoire de sa protégée aux compétions d’aviron de l’école et remarque son esprit de compétition, de concentration, de résistance. Cependant, cette  » ado » surdouée en math, s’obstine à transcrire les solutions des problèmes au gré de sa pulsion manuelle, tout comme elle préfère écrire les mots en forme de montagne! Ça agace le maître.

Auður Ava Ólafsdóttir (photo © DR)

A quoi ressemble cette héroïne originale ? On glane des indices au long du récit. Ses jambes de sirène la suivent comme des nageoires de phoques ; ses épaules puissantes et ses petits seins naissants recherchent le confort des gros pulls islandais tricotés par Nina ; ses tresses noires retenues par des rubans verts suggèrent la couleurs de ses yeux. Les chaussures de marche promise par Nina soulignent son désir d’être debout.

Aucune description appuyée, mais un art de la nuance et du mot juste coule comme l’eau des sources chaudes, vers le fjord étroit au fond duquel est le village. Ce gros bourg vit au rythme hiver – été, dans l’alternance des longs jours de soleil et des nuits interminables. Confiture de rhubarbe ou ragoût d’agneau. On est entre l’acide et le sucré, le blanc et le noir, l’ombre et la lumière, l’action ou la lecture, le courrier ou l’absence de nouvelles.

Un jour un télégramme laconique annonce la naissance d’un petit frère, outre… outre mer. Alors Augûstina, prend le départ pour la montagne, au début d’une nuit, pour arriver au sommet, à l’aube de l’été arctique, au moment où un pâle soleil apparait au dessus de la mer.

Le récit qui était au présent, passe, sur les deux dernières pages, au conditionnel… Jeu de piste… interrogation… que j’ai aimé. Le style de l’auteur léger, souple et rempli d’humour subtil, m’a séduit au point de me faire rêver de l’Islande, ce pays de neige froide, de lave noire et de sources bouillonnantes.

Imaginez la vie simple et vaillante de ses habitants ! 325.000 personnes, soit 3,47 habitants au kilomètre carré. Peu nombreux, ils ont tellement besoin les uns des autres sur ce rift nordique si proche du cercle polaire ! Envie d’aller y voir… pour un voyage géographique et psychologique.

                                                                                                          Roselyne

 

Jules

Didier van Cauwelaer

Jules est un chien ! Mais un chien d’aveugle, éduqué durant quatre ans dans une famille d’accueil et sélectionné sur concours pour accompagner Alice, jeune femme aveugle, handicapée accidentellement depuis ses dix sept ans. Elle a maintenant la trentaine et, en fauteuil roulant, tenant le harnais de Jules, elle prend l’avion pour Nice où un célèbre ophtalmologue va essayer de lui rendre la vue.

Dès Orly, ce curieux binôme entre dans une cascade d’aventures. Pour commencer, la rigueur du service d’ordre à l’embarquement alerte le vendeur du stand « Macarons Ladurée » qui par son intervention musclée permet à Jules de voyager en cabine avec sa maîtresse (la loi européenne de 2008 prévalant sur la décision du commandant de bord)…

Didier van Cauwelaert (photo © DR)

L’opération a réussi. Alice voit à nouveau et perturbe son chien par son comportement redevenu normal. Elle se sent obligée de rendre son compagnon devenu inutile à l’organisme des chiens d’aveugle; mais Jules ne l’entend pas de cette oreille et, rejetant son nouvel attributaire, part truffe à l’air à la recherche et à la reconquête de sa maîtresse pour une vie digne de sa renommée de chien-guide.

L’action se passe entre Paris et Deauville, décrit un milieu vaguement intello-marginal où le flair du chien remet les existences des humains dans le bon sens et surtout renforce notre admiration pour… les possibilités du golden red river.

Un livre à croquer comme les macarons de Ladurée !

                                                                                                          Roselyne

 

L’amie prodigieuse

Elena Ferrante

Tome 2 : Le nouveau nom

Une trilogie : L’amie prodigieuse – Le nouveau nom – Celle qui fuit et celle qui reste.

Raphaella Cerullo, fille du pauvre cordonnier Fernando, vient d’épouser par choix personnel Stefano Carracci, héritier de l’épicerie et des biens de Don Achille (usurier, terreur des gamines lorsqu’elles jouaient à la poupée).

Dès le départ en voyage de noce, elle fait sentir au jeune époux son mépris pour sa faiblesse envers la famille mafieuse Solara. Mais son mari s’impose, la jette sur le lit et la force.

Elle va se déchainer, alternant haine et conciliation. Elégamment vêtue comme une dame, elle occupe toute la place dans les magasins de son mari et dans son bel appartement de l’autre côté de la voie ferrée. Insolente et décidée, elle est souvent battue par Stefano qui fut un fiancé si doux ; mais cela lui est égal car depuis l’enfance elle a vu et subi ces excès : problème de la violence faite aux femmes dans les sociétés machistes.

Donc, cette jeune Madame Carracci, douée pour les affaires, est jalousée par bien du monde dans le vieux quartier. Seule ombre à cet épanouissement traditionnel : après une fausse couche, elle n’arrive plus à être enceinte. Cela lui convient parfaitement, mais mari, belle-mère et commères s’inquiètent. Le médecin consulté conseille un séjour à la mer.

Elsa Ferrante (photo © DR)

On loue une maison à Ischia où les maris viendront chaque fin de semaine, car Lina part en compagnie de sa mère Nuncia, de sa belle-soeur Pinuccia et de son amie Elena qui vient de terminer brillamment son année scolaire et qu’elle débauche de son travail d’été (place de la femme dans le monde du travail…).

La suite : une longue histoire d’amours contrariés, d’adultères, de séparations…

Ce second tome est un ouvrage dense ; il évoque les longs romans américains de cette époque, tels ceux de Pearl Buck… Facile à lire? Pas tellement! Dans l’écheveau du vécu de nombreux protagonistes pas très attachants, la longue torsade de l’amitié des deux filles se lâche ou se resserre au fil de la vie et de leurs éventuelles retrouvailles. Joli contraste fascination-répulsion.

En parallèle, l’évolution d’une société patriarcale, ignare et démunie vers une société ouverte sur les progrès du monde est discrètement suggérée. Comme mises entre parenthèse, sans esbroufe, ni grands mots, des situations dramatiques sont traitées avec une discrétion retentissante et ça c’est « génial ».

                                                                                                                      Roselyne

Comment a été ressuscité le café marron de La Réunion ?

13 juin 2018

On ne le sait sans doute pas assez mais la biodiversité est en grand danger du fait de nos choix de développement depuis des années : à force de défricher, de bétonner, d’urbaniser, de polluer allègrement et d’asperger nos champs à coup d’insecticides et d’herbicides, glyphosate en tête, on considère qu’un quart des espèces de mammifères est désormais menacée d’extinction et sans doute un tiers des amphibiens. Parmi les oiseaux, 94 espèces ont d’ores et déjà disparu de la planète et 187 sont en grave danger d’extinction.

L’alouette des champs, une espèce commune en voie de forte régression dans nos campagnes

En France, au cours de ces 15 dernières années, un tiers des populations d’oiseaux ont déserté nos campagnes, un déclin qui s’est amorcé au début des années 1970 et qui s’est encore accéléré entre 2016 et 2017 au vu des études menées tant par le Museum national d’histoire naturelle que par le CNRS. Seuls quelques espèces plus généralistes et plus opportunistes, telles que les pigeons, les merles ou les corneilles, tirent leur épingle du jeu en prenant progressivement la place des espèces en voie de disparition : adieu alouettes et rossignols !

Cette disparition massive et en voie d’accélération s’accompagne d’une chute brutale bien que moins visible des populations d’insectes, elles-mêmes en grand danger du fait principalement des ravages de l’agriculture intensive qui a totalement modifié les paysages et provoque de véritables hécatombes à coup de pesticides.

Coquelicots dans un champ d’orge : bientôt une image du passé ?

Et la flore sauvage n’est pas non plus épargnée par le développement de l’urbanisation et l’évolution de nos pratiques agricoles (le tonnage d’herbicides utilisé en France a été multiplié par 5 entre 1970 et 1990 et il continue encore à progresser malgré tous les engagements réglementaires). Ainsi, une étude menée entre 2009 et 2013 par le Conservatoire national botanique de Brest a montré que 120 espèces de plantes ont disparu en un siècle dans le département du Calvados, dont 44 depuis le début des années 1980. En Ile-de-France, on comptait environ 90 espèces sauvages présentes couramment dans les parcelles cultivées : un tiers d’entre elles a désormais définitivement disparu et seules 18 % restent encore stables, les autres étant devenues très rares ou en voie de régression.

Cette extinction massive de la biodiversité naturelle s’observe partout dans le monde. Elle suscite du coup des vocations de Noé des temps modernes. Marianne a dressé récemment le portait de l’un d’eux, Carlos Magdalena, surnommé « le messie des plantes » par un journaliste espagnol, séduit sans doute par son look christique. Il travaille au jardin botanique royal de Kew Gardens, dans l’ouest londonien, une vénérable institution victorienne qui héberge plus de 30 000 espèces végétales et qui s’est érigé en un vaste laboratoire de 121 ha attaché à la conservation des variétés menacées d’extinction.

Carlos Magdalena dans une serre de Kew Gardens (photo © Rebecca Reid / Kew Royal Botanic Gardens)

Ce passionné de la cause végétale a notamment à son actif le sauvetage d’un arbuste sauvage endémique des îles Mascareignes (l’archipel qui regroupe les îles de La Réunion, Rodrigues et Maurice), le café marron, Ramosmania rodriguesi de son petit nom. Bien que La Réunion apparaisse au touriste comme d’une grande richesse botanique avec de nombreuses plantes endémiques, l’île est en fait un désastre écologique avec 53 espèces végétales déjà irrémédiablement disparues et 393 (soit 30 % de celles qui y sont recensées) fortement menacées !

Lagon autour de l’île Rodrigues, dans l’archipel des Mascareignes

Sur Rodrigues, une trentaine d’espèces végétales ne se reproduisent plus, ce qui indique que leur disparition définitive approche à grands pas puisqu’on pourra la dater au jour où le dernier plant recensé viendra à mourir… Le café marron, une variété endémique de caféier découvert à La Réunion au début du XVIIIe siècle mais rapidement supplanté par la variété importée du caféier d’Arabie et de sa mutation locale, le Bourbon pointu, avait ainsi complètement disparu dans les années 1970, lorsqu’un écolier en a redécouvert un pied miraculeusement épargné en 1979.

Plant de café marron au Kew Royal Botanic Gardens

Mais comme on prête à cette plante de nombreux pouvoirs médicinaux, il a fallu la mettre en cage pour la protéger contre les habitants de Rodrigues venant régulièrement en couper des rameaux. Trois branches du survivant sont finalement prélevées et transportées jusqu’à Kew Gardens. Placées en pépinières, on parvient à en faire deux boutures que Carlos Magdalena s’efforce d’implanter dans du terreau fortifié. La première meurt rapidement et la deuxième la suit de près après avoir néanmoins laissé éclore quelques boutons.

Désespéré, notre botaniste fouille dans la terre pour y récupérer quelques racines qu’il replante soigneusement. Son acharnement finit par payer et de nouveaux plants de café marron arrivent finalement à pousser dans les jardins londoniens. Mais on a crié victoire trop tôt car on s’aperçoit que le plant rescapé et qui fleurit régulièrement ne produit pas de graines : un processus interne inconnu bloque la pollinisation !

Fleur de café marron au Royal Botanic Gardens de Kew (photo © Kew Royal Botanic Gardens)

Le « messie des plantes » y passe plusieurs nuits blanches, testant toutes les solutions possibles et imaginables. Il a finalement l’idée de couper la plante avec un scalpel et d’introduire un peu de pollen dans la plaie, dans l’espoir qu’il se propage. Il recommence 10 fois, 20 fois, 200 fois et finalement sa persévérance finit par payer : il obtient ainsi une fécondation, une seule ! Le fruit ainsi obtenu donne les premières graines, aussitôt semées en milieu stérile en 2003. Les premières germinations meurent mais à force de patience, de nouveaux plants finissent par croître.

Trois ans plus tard, Carlos Magdalena se rend sur l’île Rodrigues pour y replanter une quinzaine de plants de café marron. Freiné par d’incroyables tracasseries administratives, il persévère et voilà que le café marron est désormais réintroduit dans son milieu d’origine. Un bel exemple qui prouve que l’on peut parfois arracher une victoire dans ce processus d’extinction massive d’espèces, éteintes avant même qu’on ait pu en étudier toutes les potentialités, au point que certains en sont à fouiller dans les vieux herbiers des musées pour y recueillir les précieuses graines d’espèces disparues, dans l’espoir d’arriver à les faire revivre…

L.V. 

Les rivières mystérieuses de Cassis s’invitent au JT de TF1 !

16 avril 2018

C’est une belle consécration pour l’association de spéléologues qui travaille depuis des années à améliorer la connaissance des rivières souterraines du Bestouan et de Port-Miou qui débouchent en mer dans la baie de Cassis : le 12 avril 2018, un reportage tourné le 31 mars par une équipe de reporters de TF1 était diffusé au journal télévisé de 20h dans la rubrique Découverte.

Le reportage dure moins de 5 mn mais, diffusé à une heure de grande écoute, c’est un bel hommage pour cette équipe de passionnés qui passe tous ses week-end à poursuivre pas à pas ses explorations, en particulier dans la galerie noyée de Port-Miou qui fait l’objet de ce reportage.

Comme le président de l’association, Gérard Acquaviva, l’avait lui-même expliqué devant une assemblée très nourrie de Carnussiens à l’occasion d’une conférence organisée par le CPC en octobre 2015, cette source d’eau douce qui débouche en mer à l’entrée de la calanque de Port-Miou est en réalité l’exutoire d’une galerie souterraine karstique désormais noyée que les plongeurs ont pu remonter à contre-courant sur une distance supérieure à 2 km.

Dans les années 1960, la SEM s’était intéressée de très près à cette source sous-marine comme ressource potentielle d’eau douce pour l’approvisionnement de Cassis et avait été jusqu’à investir dans la construction d’un barrage souterrain situé dans une cloche d’air à 500 m en amont de l’exutoire en mer. L’objectif de ce barrage était d’empêcher les remontées d’eaux salines dans la galerie. Mais depuis, on a compris que les communications avec l’eau de mer se faisaient surtout par d’autres conduits naturels plus profonds, vestiges d’un ancien réseau karstique développé lorsque le niveau marin se situait nettement plus bas.

Infographie TF1

Le puits creusé à l’époque pour le chantier du barrage facilite néanmoins les explorations sous-marines qui se font à l’aide d’un matériel aussi encombrant et lourd que sophistiqué. Le lendemain du passage des reporters de TF1, l’équipe de plongeurs conduite par Xavier Meniscus s’est ainsi offert le luxe de progresser d’une vingtaine de mètres en terrain jamais exploré jusque-là.

Plongeur à Port-Miou (extrait du reportage de TF1 – source Xavier Meniscus)

A l’extrémité amont de la galerie s’ouvre en effet un immense puits qui descend jusqu’à 232 m sous le niveau de la mer, en limite des capacités actuelles de la plongée souterraine. Le 1er avril dernier, l’équipe de plongeurs est descendue jusque-là et s’est avancé jusqu’à un nouveau carrefour ouvrant sur deux galeries, l’une se dirigeant vers la mer et l’autre sous forme d’une diaclase par où proviennent vraisemblablement les eaux du bassin versant amont. La zone de contact entre l’eau douce, issue des écoulements souterrains amont et une eau très salée, proche de la concentration de l’eau de mer, a d’ailleurs été bien repérée, ce qui confirme que l’eau salée remonte depuis la mer par des conduits plus profonds.

A de telles profondeurs et dans des conditions d’accès aussi périlleuses, la progression des explorations sous-marines devient délicate. C’est pourquoi les spéléologues travaillent en parallèle à rechercher des accès depuis la surface du plateau calcaire, comme cela a déjà été exposé ici et comme l’indique le reportage. Les essais de colorations effectués en 2015 sur deux gouffres situés tout près de Carnoux avaient connu des fortunes diverses. Celui des Gorguettes, situé en contrebas de la descente de Cassis, n’avait pas mis en évidence de jonction avec la galerie de Port-Miou alors que la coloration effectuée sur le gouffre du Mussuguet 3 s’était révélée nettement plus prometteuse.

Entrée du puits Mussuguet 3

Depuis, les membres de l’association s’acharnent donc à tenter de désobstruer le fond de ce puits naturel, initialement comblé d’éboulis. Le travail, bien que fastidieux et harassant, est payant puisque le fond du puits approche désormais de la profondeur de 50 m ! On est encore très au-dessus du niveau de la galerie de Port-Miou qui court plus bas, mais les spéléologues gardent bon espoir…

D’autant qu’un autre trou est identifié à quelques centaines de mètres de là, présentant en outre l’avantage de se situer de l’autre côté de la limite du périmètre du Parc national des Calanques, ce qui en facilite l’exploration. Dans les deux cas, la présence en profondeur d’une forte concentration de gaz carbonique toxique complique la tâche des spéléologues et exige de prendre des précautions spécifiques pour extraire le gaz avant toute pénétration.

Ce second puits, baptisé Sumac, fait également l’objet d’un gros travail de désobstruction depuis plusieurs années et atteint désormais une profondeur comparable. Une nouvelle coloration est d’ailleurs prévue la semaine prochaine dans ce dernier gouffre, avec le secret espoir que la fluorescéine débouche bien dans la galerie de Port-Miou, où des capteurs très précis permettent de la repérer même à de faibles concentrations. Si tel est le cas, nul doute que cela regonflera le moral des spéléologues de Cassis, les rivières mystérieuses, qui redoubleront d’efforts pour parvenir un jour, qui sait ?, à la jonction entre ces conduits karstiques qui drainent le plateau calcaire, et cette galerie noyée qui débouche en mer. De quoi entretenir la fièvre de ceux qui explorent l’inconnu, à deux pas de chez nous !

L.V.  

Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ?

Au fond de l’inconnu, pour trouver du nouveau.

Baudelaire, in Les Fleurs du mal

Le Bulgare et la cigogne

30 mars 2018

Décimées dans les années 1970, date à laquelle les populations de cigognes blanches avaient quasiment disparu du sol français, sous l’effet cumulé des pratiques agricoles, de la pollution, de la chasse mais aussi des épisodes de sécheresse en Afrique, ces populations d’échassiers migrateurs, désormais protégés en France depuis 1981, se sont peu à peu reconstituées.

Nids de cigognes sur les toits alsaciens

Alors qu’il ne subsistait que 11 couples nicheurs recensés sur le sol national en 1974, principalement en Alsace, les efforts menés depuis pour réintroduire l’espèce mais surtout protéger son habitat en restaurant certaines zones humides ont porté leurs fruits puisque l’on comptait en France plus de 1600 couples en 2010.

Pour autant, certaines régions d’Europe orientale restent nettement plus attractives pour ces oiseaux migrateurs que l’on voit arriver au printemps et repartir à l’automne pour leur migration africaine. Ainsi, on estime que plus de 50 000 cigognes, soit 20 % de la population mondiale connue, passent l’été en Pologne. Sciences et Avenir cite ainsi en exemple le petit hameau de Zywkowo situé à l’extrême nord du territoire polonais, tout près de l’enclave russe de Kaliningrad : dans les années 1960, on y dénombrait 120 habitants et 20 cigognes, mais désormais les chiffres se sont inversés et les rares habitants restés sur place consacrent tout leur temps à entretenir les mares et installer des plateformes sur leur toit pour faciliter l’accueil de ces migrateurs africains.

Nid de cigognes à Zywkowo en Pologne (source © Sciences et Avenir)

Et la Pologne n’est pas le seul pays d’Europe de l’Est à se montrer aussi accueillant envers ces populations émigrées, malgré les dérives nationalistes de ses responsables politiques. C’est une dépêche de l’AFP, relayées par plusieurs médias dont le Point, qui s’en est fait récemment l’écho : en Bulgarie, les premières cigognes arrivées en mars en pleine vague de froid polaire, se sont retrouvées littéralement congelées et ont dû être secourues par les habitants du cru.

Safet Halil, un employé de voirie quinquagénaire de Zarista, au nord-est de la Bulgarie, s’est ainsi distingué en recueillant au bord de la route cinq cigognes blanches aux ailes gelées. Il les a transportées dans sa demeure, par ailleurs fort modeste, a allumé le poêle pour les réchauffer et leur a acheté du poisson. Deux jours plus tard, les cigognes étaient toujours installées dans leur foyer d’hébergement provisoire, profitant de l’hospitalité du Bulgare au grand cœur avec qui elles avaient manifestement sympathisé, poussant même la familiarité jusqu’à lui donner quelques coups de bec amicaux.

Safet Halil et les cigognes qu’il héberge à domicile (photo © Dimitar Dilkoff / AFP)

Et le cas n’est pas isolé puisqu’une quarantaine d’habitants de la région l’auraient imité, récupérant de nombreuses cigognes en détresse du fait de la vague de froid et des chutes de neige qui ont sévi toute la semaine dernière dans ce secteur. Mises à l’abri dans des garages et des hangars agricoles, nombre de cigognes ont ainsi pu être sauvées. Une situation peu courante et qui a suscité de nombreux échanges sur les réseaux sociaux dans un pays où la population de cigognes est en hausse puisque le dernier recensement effectué en 2016 fait état de plus de 6000 de ces volatiles soit 1000 de plus qu’en 2010 : un afflux migratoire sans précédent mais dont les Bulgares se réjouissent.

Puissent tous les populations de migrants en provenance de régions africaines bénéficier d’un accueil aussi chaleureux dans nos contrées…

L.V. 

Pesticides dans les cours d’eau : France Nature Environnement s’alarme !

23 mars 2018

Epandage de pesticides en bord de cours d’eau (photo © Maxppp / France Bleu)

Le sujet n’est pas récent puisqu’un rapport officiel publié en novembre 2015 par le Commissariat général au développement durable, une instance du Ministère de l’écologie, l’analysait dans les détails, affirmant qu’au vu des suivis de qualité de l’eau effectués en 2013 dans nos rivières et nos plans d’eau (du moins là où il y a des points de mesure…), la quasi totalité des milieux aquatiques français est polluée par la présence de pesticides que l’on retrouve dans 92 % des points de mesure. Seuls les zones montagneuses et quelques rares secteurs encore épargnés par l’agriculture intensive en sont exempts.

Il faut bien reconnaître que la France fait toujours partie du peloton de tête des plus gros consommateurs de pesticides, ces substances chimiques destinées à lutter contre les organismes jugés nuisibles, qu’il s’agisse de plantes adventices (herbicides), d’insectes (insecticides), de champignons (fongicides), de vers (nématicides), de rongeurs (rodenticides) et on en oublie, utilisés à 90 % (voire davantage) par l’agriculture, surtout depuis que l’usage de ces produits est en voie de prohibition tant pour les particuliers que pour les collectivités.

Concentrations moyennes en pesticides dans les cours d’eau par bassin versant en 2014 (source : Observatoire national de la biodiversité)

Depuis 1999, la surveillance de la qualité de l’eau dans la nature n’a cessé de se développer et on disposait ainsi en 2014, selon le Ministère de l’écologie, de 3052 points de mesures de la qualité dans les eaux de surface (rivières, fleuves et lacs) et de 2121 points de suivi dans les eaux souterraines (nappes). Vu leur coût très élevé pour la collectivité, le nombre de ces analyses (qui portent aussi sur de très nombreux autres paramètres dégradant, dont les nitrates) est malheureusement assez limité, généralement 8 par an dans les cours d’eau et 4 par an seulement dans les nappes.

La tâche est en effet considérable car il s’agit de rechercher les traces de près de 700 principes actifs de pesticides (ainsi que les produits issus de leur dégradation dans le milieu naturel, qui donne parfois naissance à des substances encore plus redoutables pour le milieu naturel et souvent stables à long terme, des décennies après que le produit commercialisé ait été interdit à la vente). Cette variété de principes actifs à identifier et analyser ne cesse d’ailleurs d’augmenter, fruit d’une stratégie délibérée de l’industrie agro-chimique de mettre sans cesse sur le marché de nouveaux produits pour avoir toujours un coup d’avance sur la réglementation et le contrôle.

Ainsi en 2014 ce sont pas moins de 389 substances différentes provenant de pesticides qui ont été retrouvées sur l’ensemble des points de mesure en eaux de surface, et 265 dans les eaux souterraines, avec en moyenne pas moins de 17 substances différentes identifiées dans chaque station (mais jusqu’à 89 molécules différentes pour certains prélèvements !). Cette année-là, des pesticides ont ainsi été retrouvés, en quantité et en nombre variable selon les endroits, dans 87 % des points de mesure en eau superficielle et dans 73 % des points de suivi en nappe, ce qui en dit long sur la généralisation du phénomène.

Nombre de produits pesticides observés par point de mesure en 2014 (source : Ministère de l’écologie)

Certes, si l’on analyse l’évolution de ces observations depuis 2008, date à laquelle le réseau de suivi a commencé à être suffisamment dense pour se faire une idée globale du sujet, on observe une légère diminution de la proportion de points de mesures contaminés, malgré un nouveau pic très sensible en 2012. Cette évolution résulte sans doute des mesures d’interdiction portant sur certains produits et de l’évolution des pratiques agricoles, mais reste peu significative, d’autant que la consommation de pesticides en France ne cesse d’augmenter malgré toutes les mesures gouvernementales mises en place pour tenter de limiter leur usage.

Dans les eaux de surface, le produit phare, présent dans plus de 38 % des points de suivi est le glyphosate tandis que son produits de décomposition, l’AMPA, est retrouvé dans plus d’un point de suivi sur deux : merci Monsanto ! L’atrazine, interdite depuis 2003 est encore bien présente 11 ans plus tard, avec tout son cortège de produits de décomposition, tant dans les cours d’eau que dans les nappes. Dans ces dernières, on retrouve également de manière significative certains herbicides largement utilisés dans la culture du maïs, et l’on voit même apparaître depuis quelques années, dans nos milieux aquatiques, des résidus des fameux insecticides néonicotinoïdes de plus en plus utilisés.

Et voilà que France Nature Environnement s’empare de nouveau du dossier en lançant une pétition qui exige du gouvernement de revoir sa copie en matière de définition des zones de non traitement, tout en attaquant en parallèle plus de 40 arrêtés départementaux issus de cette évolution de la réglementation. L’affaire n’est pas des plus simples et mérite quelques éclaircissements. Cette notion de zones non traitées (ZNT) a été définie par un arrêté ministériel de septembre 2006 et vise à interdire l’usage de pesticides dans une bande de 20 à 50 m (mais pouvant aller jusqu’à 100 m) en bordure des cours d’eau, afin justement de limiter les risques de contamination par lessivage. La largeur de cette bande peut être réduite à 5 m sous réserve de respecter certaines conditions dont la présence d’une haie ou au moins d’une bande enherbée entre le champ et le milieu aquatique, ainsi que des pratiques d’application adaptées.

Bande enherbée le long d’un cours d’eau (source : Agence française pour la biodiversité)

Initialement, la liste des milieux aquatiques pour lesquels cette distance minimale de sécurité s’applique correspond à tous les cours d’eau, plans d’eau, fossés et points d’eau permanents ou intermittents figurant sur les cartes IGN au 1/25 000, mais elle peut aussi faire l’objet d’un arrêté préfectoral qui permet de prendre en compte les spécificités locales.

Car à l’usage, il n’est pas si évident qu’il n’y paraît de définir ce qu’est un cours d’eau et ce point fait l’objet depuis des années de multiples controverses avec la profession agricole. Le ruisseau qui draine le vallon de Carnoux en est un exemple parmi d’autres. Ce ru peut être considéré comme un oued qui draine toute la vallée, susceptible de faire transiter des débits conséquents en cas de forte pluie, débits qui se déversent directement dans le Merlançon (au rond point du pont des Barles) avant de rejoindre l’Huveaune plus en aval. Le reste du temps, ce cours d’eau est alimenté latéralement par les écoulements d’eaux souterraines qui s’infiltrent dans les coteaux de chaque côté du vallon. Avant l’urbanisation, cet oued était sec une partie de l’année. Depuis, il est alimenté de manière quasi permanente car il reçoit aussi tout ce que les Carnussiens déversent sans réfléchir dans le réseau pluvial : vidange de piscines, pompes d’exhaure, lavage de la voirie et déversements illicites dans les regards en bordure de chaussée, de colorants ou d’huiles usagées

Le ruisseau de Carnoux, un milieu aquatique de piètre qualité… (photo © CPC)

Ce ruisseau intermittent devenu quasiment pérenne est-il un cours d’eau pour autant ? Au vu de sa configuration et de son déversement direct dans le réseau hydrographique naturel en aval, oui. Pour autant, il n’est pas figuré comme tel sur les cartes IGN et le gestionnaire de la voirie départementale a manifestement tendance à le considérer plutôt comme un simple fossé routier largement bétonné, sans que personne ne se préoccupe de la qualité des eaux qui y transitent.

Du coup, les services de l’État se sont lancés depuis juin 2015 dans un vaste travail de cartographie afin de tenter de délimiter quels sont les cours d’eau, démarche qui a fait l’objet de discussions serrées avec nombre de gestionnaires et d’usagers dont la profession agricole. L’enjeu consistait, pour les agriculteurs notamment, à refuser le statut de cours d’eau au maximum possible d’axes d’écoulements, afin de ne pas être soumis à la loi sur l’eau qui réglemente les interventions dans les cours d’eau (enlèvement de sédiments, coupe de la végétation, remodelage de berge, etc.).

Ce travail n’était pas supposé avoir d’impact sur les zones de traitement phytosanitaire. Mais les services préfectoraux se sont engagés, suite à la parution d’un arrêté ministériel de mai 2017 qui modifie légèrement celui de 2006, dans l’élaboration de cartes permettant de définir les points d’eau à proximité desquels doivent être mises en œuvre les ZNT.

Carte des cours d’eau identifiés comme tels par la Police de l’Eau dans le département du Gard (en bleu). Les tronçons en rouge ne sont plus considérés comme des cours d’eau et les zones en violet ont un statut encore indéterminé, sujet à discussion (source : Ministère de l’écologie)

Et, surprise, ces cartes élaborées en lien étroit avec la profession agricole en parallèle de la cartographie des cours d’eau, aboutissent à réduire de manière très significative les tronçons du réseau hydrographique soumis à réglementation pour l’épandage de pesticides. Dans le Tarn-et-Garonne par exemple, c’est 30 % du réseau qui n’est ainsi plus soumis au principe des zones non traitées et même 43 % en Indre-et-Loire. Cette situation est d’autant plus ubuesque que les cartes ne sont pas cohérentes d’un département à l’autre, certains tronçons de cours d’eau étant protégés uniquement jusqu’à la frontière du département limitrophe, sans réelle cohérence puisque les écoulements se poursuivent bien sans se préocuper des limites administratives… La protection de l’eau, pourtant considéré en France comme faisant partie du « patrimoine commun de la Nation » est décidément un combat de tous les instants !

L.V. 

Des télescopes géants pour traquer des univers lointains…

10 mars 2018

Pour cette nouvelle conférence organisée par le Cercle progressiste carnussien le 22 février dernier et qui a attiré un public particulièrement nombreux d’environ 65 personnes, ce sont Jacques Boulesteix et Michel Motré, qui en introduction ont présenté le conférencier, Jean-Gabriel Cuby, astronome au laboratoire d’astrophysique de Marseille et résident à Carnoux. Jacques Boulesteix a rappelé les différents aspects qu’englobe l’astronomie à ce jour, que ce soient l’étude de modélisation théorique de l’univers, la conception d’instruments d’observation et d’exploration, ou l’interprétation des enregistrements collectés.

Présentation du conférencier par Jacques Boulesteix (à gauche) – photo © CPC

Jean-Gabriel Cuby a présenté d’abord l’astronomie comme une science ancienne qui utilise aujourd’hui a besoin des outils spatiaux et des télescopes au sol d’une technologie hyper complexe. Ces moyens ne peuvent être que mis en commun au niveau planétaire pour permettre la poursuite des nombreux programmes d’observation de l’univers en cours et ceux prévus dans le futur.

C’est dans ce domaine que notre conférencier excelle puisqu’il a participé à la mise au point de très grands télescopes, ces dernières décennies, installés dans les observatoires répartis dans différents sites à la surface de la terre, notamment à Hawaii et au Chili.

Cela paraît évident mais c’est l’astronomie qui est à la source de nombreux outils utilisés quotidiennement, qui n’auraient pu être mis au point si le ciel avait été constamment recouvert de nuages ! Ainsi, les lois de la physique n’auraient pu être établies sans l’observation des planètes et leurs trajectoires, ou sans celle des étoiles, qui ont donné naissance aux théories élaborées par des savants comme Galilée, Kepler, Newton jusqu’à Einstein qui a modélisé mathématiquement notre univers. Même le GPS ne pourrait pas fonctionner sans l’apport de la théorie de la relativité…

Dès l’antiquité la connaissance de l’astronomie a permis l’établissement de calendriers, de cartes du ciel pour la navigation, la prévision d’éclipses. Cette connaissance constituait pour ceux qui les possédaient un outil de pouvoir. D’ailleurs les cultes les plus anciens associaient phénomènes célestes et architecture, tant l’influence sur leurs vies et croyances étaient importantes (pyramides, alignements de Carnac, de Stonehenge,..).

Galileo Galilei et deux de ses lunettes qu’il fit construire aux environs de Bologne un peu avant 1610

Depuis des millénaires et encore aujourd’hui, l’œil humain suffit à observer les astres les plus proches de notre système solaire si les conditions météorologiques le permettent. Mais ce n’est que depuis 1610 que Galilée a ouvert une ère nouvelle à l’astronomie avec la mise au point de sa lunette, prémisse des futurs télescopes constamment améliorés par d’autres savants comme Newton.

L’étape majeure se situe au 19ème siècle lorsque Camille Flammarion établit une cartographie de Mars, et c’est l’invention de la photographie qui permit d’enregistrer l’image de la nébuleuse du « tourbillon », qui est en fait la galaxie de la constellation  des Chiens de chasse.

Depuis 50 ans, l’astronomie a multiplié ses moyens d’observation grâce à l’exploration spatiale (en dehors de l’atmosphère terrestre) par des engins que sont les satellites et sondes interplanétaires ainsi que les missions habitées comme Apollo ou la station orbitale internationale, mais aussi via la mise au point de radio-télescopes.

Représentation de la sonde Rosetta et du robot Philae posé sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, surnommée « Tchouri » (source © CNES / illustration David Ducros)

Le télescope Hubble permet d’obtenir des clichés d’une finesse incroyable repoussant de plusieurs années lumières les limites de notre vision de l’univers. Les sondes Giotto, Huygens et Voyager après un voyage de plusieurs années aux confins de notre système solaire, de même que des sondes robotisées, explorent et transmettent leurs données enregistrées sur Mars ou sur la comète « Tchouri », avec la sonde « Rosetta » de l’Agence spatiale européenne (ASE/ESA), dont les données sont traitées précisément par le laboratoire de Marseille.

Dans ses propos, Jean-Gabriel Cuby a beaucoup insisté, en s’appuyant sur la projection de nombreuses photos, sur le parallèle entre le perfectionnement des télescopes (la taille de l’optique) et leurs limites d’observation des objets lointains.

Si la lunette de Galilée avait un diamètre de deux centimètres et demi, le perfectionnement permanent des techniques de fabrication et l’adjonction de nouvelles inventions technologiques permettent d’atteindre aujourd’hui un diamètre de l’ordre de 40 mètres.

C’est par un facteur deux, tous les trente ans, que la performance des matériels est améliorée. Mais ceci nécessite de concevoir différemment ce type de télescope. Comme il reste impossible de construire un miroir de 40 m de diamètre d’un seul bloc, on a choisi de juxtaposer 800 miroirs identiques sur une surface de presque 1 000 m² afin d’obtenir le résultat voulu, mais au prix de prouesses technologiques pour ajuster ces multiples miroirs dont la planéité ne tolère pas d’écart. Par comparaison la tolérance recherchée est celle de l’épaisseur d’un cheveu sur une surface équivalente à celle de la ville de Paris !

Différents télescopes installés autour du Mauna Kea à Hawaii (source © Université d’Hawaï)

Il est par ailleurs crucial d’implanter ces télescopes dans des régions où les conditions sont les plus propices à des observations quasi permanentes en toutes saisons, et surtout pour pouvoir observer des longueurs d’onde moins absorbées en altitude (infrarouge, ultra-violet, ondes millimétriques). C’est donc en haute altitude, sous les cieux les plus secs de la planète qu’ils sont installés, comme dans le désert d’Atacama (à 5 000 m d’altitude) au Chili ou sur le site de Mauna Kea à Hawaii (à 4 000 m d’altitude).

Les pôles constitueraient aussi des sites d’observation favorables, peu pollués et avec de faibles turbulences, mais les conditions climatiques et les difficultés logistiques ne permettent d’y implanter que des instruments de taille modeste.

Les très grands télescopes, bien que très puissants, souffrent néanmoins de l’atmosphère terrestre qui agit comme un « dépoli », modifiant les rayons optiques en provenance de l’espace lointain et élargissant les images. Une technologie récente, « l’optique adaptative » permet d’analyser la perturbation due à l’atmosphère et de la corriger en temps réel en utilisant des miroirs déformables. Si les images ainsi obtenues approchent la qualité des images observées par des satellites, elles ne compensent cependant pas l’absorption de certaines radiations par l’atmosphère terrestre.

En fait, l’astronomie moderne utilise d’une manière très complémentaire trois outils : 

  • les grands télescopes optiques, qui disposent des plus grandes surfaces collectrices et donc peuvent observer les signaux les plus faibles. Ils sont notamment utilisés pour analyser la lumière (spectrographie) pour déterminer la composition et la vitesse des objets célestes ; 
  • les satellites ou sondes spatiales, qui, situés hors de l’atmosphère terrestre peuvent détecter des objets dans des longueurs d’onde inobservables sur Terre ;
  • les radiotélescopes, qui permettent d’observer les atomes d’hydrogène et les molécules et qui nous donnent ainsi des informations sur la matière et la formation des étoiles.

Parallèlement, l’astronomie moderne ne se limite plus à la seule observation du rayonnement électromagnétique (spectre visible et spectre radio).

D’une part, depuis quelques années, on tente d’observer les ondes gravitationnelles (suggérées par Einstein). Le succès de la détection par les instruments LIGO (Etats-Unis) et VIRGO (Europe) de fusions de trous noirs ouvre une nouvelle voie à l’observation d’objets très massifs dans l’univers, invisibles par les télescopes classiques.

D’autre part, les observatoires de détection de neutrinos peuvent permettre d’observer dans les régions les plus denses et les plus absorbées comme le centre galactique. En effet, les neutrinos, particules n’interagissant pratiquement pas avec les autres, peuvent traverser l’univers sans absorption. Encore faut-il pouvoir les observer ! C’est ce qui se fait avec l’expérience Antarès située au large de la Seyne ou Amanda, dans les glaces du pôle sud.

La conjonction de tous ces moyens est une contribution essentielle à la découverte de nouvelle planète et à la compréhension de la formation de l’Univers.

Par comparaison, les télescopes spatiaux présentent de nombreux avantages techniques mais leur coût d’entretien (comme celui de Hubble, en fonction depuis 25 ans) est aussi très supérieur.

Un public captivé par les explications de Jean-Gabriel Cuby (photo © CPC)

Pour réduire les coûts de ces installations gigantesques, tout en développant plusieurs programmes d’observation, la solution réside dans une coopération internationale indispensable, cela par le biais d’alliances entre pays. C’est notamment le cas du projet JWST (James Webb Space Telescope, successeur du Hubble Telescope), télescope spatial déployable de 6,50 m de diamètre, prévu pour 2019 entre la NASA (Etats Unis) et l’ESA (Europe).

Le projet qui tient à cœur de Jean-Gabriel Cuby et sur lequel il insiste davantage, est celui auquel il a travaillé depuis 2004, et qui concerne la conception et la construction du télescope géant européen E-ELT (Extremely Large Telescope), installé au Chili sur le complexe déjà existant d’Atacama (VLT). Ce nouveau concept de télescope révolutionnaire au sol aura un miroir primaire de 39 mètres et sera le plus grand télescope optique au monde, capable d’analyser aussi le proche infrarouge. Il devrait faire considérablement progresser les connaissances astrophysiques en permettant une étude détaillée d’objets tels que les exoplanètes (planètes gravitant autour d’autres étoiles que le Soleil), les premiers objets de l’Univers, les trous noirs super-massifs, ainsi que la nature et la distribution de la matière noire et de l’énergie noire qui dominent l’Univers.

Vue d’artiste du futur Extremely Large Telescope en construction dans le désert d’Atacama (source © L. Calcada / European Southern Observatory / AFP)

Devant être inauguré en 2014 il ne sera mis en service qu’en 2024, démontrant que la difficulté de réalisation d’un tel projet n’est pas seulement d’ordre technique mais aussi financier, politique, logistique et environnemental. Pour un tel projet d’observatoire en astronomie, il faut en effet régulièrement compter une trentaine d’années entre sa conception et l’obtention des premiers résultats escomptés !

Si les retombées scientifiques espérées sont immenses, les avancées techniques et industrielles autorisées par un tel projet sont également importantes, avec la mise au point induite de nombreuses innovations technologiques commercialisables.

Pour conclure, le conférencier a rappellé les enjeux scientifiques que représente l’astronomie : l’étude des galaxies, la découverte des exoplanètes, une meilleure connaissance de l’évolution de l’univers, de son origine, de la notion d’énergie, de la possibilité de vie extraterrestre, avec ce caractère, certes irrationnel, qui touche au domaine du rêve.

Un public particulièrement nombreux pour cette nouvelle conférence du CPC (photo © CPC)

Ensuite le public a posé de nombreuses questions, révélant une curiosité inassouvie et de multiples interrogations sur notre univers, régi par des lois physiques mais ayant toujours cette capacité à émerveiller, d’une façon intemporelle, le simple observateur humain.

L’apéritif partagé par le public à l’issue de la conférence a permis de poursuivre le dialogue dans l’attente d’une autre conférence sur l’astronomie concernant les récentes découvertes faites dans l’univers.

C.M.

Changement climatique : pourquoi personne ne bouge ?

22 février 2018

Depuis maintenant des années que les scientifiques du monde entier tirent la sonnette d’alarme, chacun sait que la température moyenne à la surface du globe s’élève progressivement, que le niveau moyen des mers monte petit à petit, et que les répercussions de cette évolution inéluctable risquent d’être dramatiques, en particulier dans les pays les moins développés, avec une recrudescence des vagues de sécheresses et d’aléas climatiques aux conséquences potentiellement dévastatrices, y compris avec des recrudescences d’épidémies voire de guerres.

Chacun sait bien désormais aussi que le principal moteur de ce changement climatique global, perceptible depuis le début du XXe siècle mais qui s’est dangereusement accéléré ces derniers temps et qui va encore s’aggraver dans les années qui viennent, quoi qu’on fasse, est l’activité humaine qui s’est traduite depuis plus d’un siècle par une consommation massive d’énergie fossile et une émission jamais égalée de gaz à effets de serre (CO2 et méthane pour les principaux).

Il y a belle lurette que les climatosceptiques, chantres de l’industrie pétrolière ou charlatans irresponsables, ont perdu toute crédibilité. Les publications scientifiques du GIEC, qui décrivent année après année une situation de plus en plus alarmante et de moins en moins réversible, ne sont plus contestées et les grands raouts internationaux tels que les COP s’enchaînent sans discontinuer, au cours desquels chacun y va de son discours grandiloquent sur la nécessité et l’urgence d’agir avant qu’il ne soit trop tard.

Un dessin d’Olivier Ménégol publié par Buzzly

Et pourtant, malgré cette prise de conscience planétaire incontestable, il ne se passe rien ou presque. Les États-Unis, deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre derrière la Chine, se sont choisi un président qui préfère développer l’extraction des huiles de schistes et relancer l’industrie pétrolière plutôt que de s’embarrasser de considérations environnementales. Et les belles promesses prises à l’occasion de la COP 21 ne se sont guère concrétisées depuis, aucune décision notable n’ayant été prisse à l’issue de la COP 23 qui vient de se terminer à Bonn. Tout se passe comme si chacun était conscient du risque et avait bien intégré les mesures à prendre pour le contrer mais préférait faire l’autruche comme si de rien n’était…

Contrairement à d’autres menaces comme celle de l’attentat terroriste ou de l’immigration mal contrôlée, pour lesquelles tout le monde se mobilise et qui incitent même nos responsables politiques à la surenchère, faire face au changement climatique semble beaucoup moins mobilisateur. C’est cette situation paradoxale qu’a parfaitement analysée le sociologue et philosophe américain George Marshall dans son livre intitulé justement Le syndrome de l’autruche : pourquoi notre cerveau veut ignorer le changement climatique ?

En réalité, cette inaction collective face à la menace pourtant avérée du changement climatique relève de ressorts liés à la psychologie sociale. Ce ne sont pas tant les campagnes de désinformation menées par certains lobbies industriels qui nous empêchent de nous mobiliser à la hauteur des enjeux, mais plus profondément la nature même de ce risque face auquel « notre cerveau évolué est incapable de réagir » selon Daniel Gilbert, professeur de psychologie à Harvard.

Contrairement à d’autres risques plus tangibles, le changement climatique se caractérise en effet par une menace diffuse, à long terme, qui n’est pas rattachable à un adversaire aisément identifié, mais qui provient de notre propre mode de vie… On est volontiers capable de se mobiliser contre une menace directe telle que l’implantation d’une centrale nucléaire ou d’un incinérateur d’ordures ménagères, surtout si elle se produit à côté de chez soi. En revanche, décider de moins utiliser sa voiture ou son smartphone, de ne pas prendre l’avion pour partir en vacances ou de baisser sa chaudière, tout cela pour faire en sorte que le climat reste vivable pour les générations à venir, voilà qui ne fait pas partie de nos gènes !

« Tout le monde contribue aux émissions à l’origine du problème ; tout le monde a donc une bonne raison d’ignorer le problème ou de s’inventer un alibi » estime ainsi George Marshall dans son ouvrage. Personne n’a envie qu’on lui rappelle la menace mondiale qui pèse sur chacun d’entre nous en cas d’inactivité prolongée. Même ceux qui ont subi un cataclysme pourtant assez directement rattaché au changement climatique, comme c’est le cas des victimes de l’ouragan Sandy dans le New Jersey, que George Marshall a interrogés, même eux préfèrent voir dans cet événement un aléa exceptionnel contre lequel on ne peut rien, mais n’envisagent pas pour autant de modifier leur mode de vie pour éviter que ce type de phénomène ne devienne monnaie courante.

En 2012, l’ouragan Sandy ravage la côte Est des États-Unis (photo © Shannon Stapleton / Reuters paru dans Geopolis)

On retrouve là le syndrome classique du responsable politique face à tout risque naturel. Les maires que l’on voit s’épandre devant toutes les caméras de télévision après chaque inondation pour déplorer un phénomène cataclysmique « jamais vu de mémoire d’homme » et implorer des aides à la reconstruction, sont les mêmes qui ensuite accordent des permis de construire en zone inondable en toute bonne foi, justement parce qu’ils sont persuadés qu’il s’agit là d’événements exceptionnels qui ne sont pas destinés à se reproduire, en tout cas pas pendant la durée de leur mandat électif…

Un dessin d’Ysope

C’est donc toute la difficulté à laquelle on se heurte pour faire face au changement climatique. Même si la plupart des gens sont convaincus de la réalité du phénomène, il n’en reste pas moins une menace floue, difficile à quantifiée du fait de ses manifestations aléatoires, et dont les conséquences concerneront principalement les habitants d’autres contrées voire des générations futures que l’on ne connaîtra jamais. Il est donc bien difficile pour chacun d’entre nous de se mobiliser face à un tel risque, d’autant plus lorsque cela implique de devoir renoncer à une certaine part de son confort personnel et à modifier ses habitudes de vie au quotidien…

En d’autres termes, les ressorts psychologiques à actionner pour mobiliser l’opinion publique sur ce dossier restent largement à explorer. Comme l’explique bien Marion Rousset dans un article paru dans Marianne, il ne suffit pas de faire appel à la rationalité de chacun mais il convient aussi de mobiliser une certaine charge émotionnelle : défendre la nature de manière générale n’a jamais été très mobilisateur ; en revanche, défendre son territoire contre un envahisseur quel qu’il soit a toujours constitué un mobile fortement fédérateur !

Reste donc à explorer d’autres modes de communication pour faire en sorte que la lutte contre le changement climatique global implique davantage. La littérature et le cinéma ont peut-être un rôle à jouer dans un tel combat. C’est ce que suggère Claire Perrin, doctorante en littérature américaine, dans un article consacré à ce nouveau genre littéraire de la cli-fi, la fiction climatique qui s’apparente souvent à des récits post-apocalyptiques où les personnages évoluent dans un monde ravagé par les effets du changement climatique. Depuis le succès des Raisins de la colère qui évoquait déjà les impacts sociaux d’une catastrophe climatique, nombre d’auteurs s’emparent de ce thème, parmi lesquels Paolo Bacigalupi, dont le roman The Water Knife, met en scène un combat homérique dans le Sud-Ouest américain pour l’accès à l’eau…

Faut-il donc encourager la production littéraire et cinématographique pour faciliter la mobilisation collective contre le réchauffement climatique ? Les talents artistiques peuvent-ils venir au secours des scientifiques, prompts à identifier les phénomènes, en analyser les causes et à proposer des panels de solutions techniques, mais peu outillés pour mobiliser l’imaginaire collectif ? Peut-être des pistes à explorer, pendant qu’il en est encore temps…

L.V.  

La conférence sur les mondes lointains se rapproche…

19 février 2018

Vous qui avez toujours voulu tout savoir sur les mystères de l’univers et la découverte des mondes lointains grâce aux télescopes géants, ne manquez pas la prochaine conférence du Cercle progressiste carnussien, déjà annoncée ici et qui se tiendra cette semaine à Carnoux-en-Provence, jeudi 22 février 2018 à partir de 18h30, dans la salle du Clos Blancheton, rue Tony Garnier.

C’est Jean-Gabriel Cuby, astronome au Laboratoire d’astrophysique de Marseille et spécialiste de l’observation spatiale à l’aide des télescopes géants, qui animera cet échange et qui retracera l’histoire de l’observation de l’Univers ainsi que celle des recherches les plus récentes dont la construction en cours du télescope européen le plus grand du monde, dans le désert d’Atacama au Chili.

Ne manquez pas ce petit moment d’évasion vers les univers lointains qui nous entourent. Comme à l’accoutumée, l’accès à cette conférence est libre et gratuit, dans la limite des places disponibles, et les échanges avec le conférencier seront suivis d’un apéritif convivial.

Une cartographie mondiale des rivières et plans d’eau

10 février 2018

En matière scientifique, la coopération européenne présente de belles réussites qui mériteraient d’être davantage diffusées. Le programme européen Copernicus, issu d’une initiative conjointe de l’Agence spatiale européenne et de l’Agence européenne pour l’environnement, et qui permet de développer la surveillance de la Terre par imagerie satellitaire en est un bel exemple. Initié en 1998 sous le nom un peu moins communicant de GMES pour « Global monitoring for environment and security », ce programme est désormais pleinement opérationnel depuis 2014 et le lancement des premiers satellites Sentinel.

L’objectif est simple puisqu’il s’agit d’acquérir et de mettre à disposition, des chercheurs comme des entrepreneurs ou des simples citoyens, des données satellitaires utiles pour permettre une compréhension globale des phénomènes, avec des retombées dans de multiples domaines dont l’agriculture, le changement climatique, la protection civile et l’aide humanitaire en cas de catastrophe, l’environnement, la planification en matière d’aménagement du territoire ou encore le développement des énergies renouvelables.

Parmi les principales thématiques visées par ce programme, la connaissance des phénomènes climatiques et de leur évolution, mais aussi la prévention contre les risques naturels constituent des domaines pour lesquels cette observation globale des phénomènes est tout particulièrement utile. Nous avions d’ailleurs déjà illustré l’intérêt des images ainsi produites et mises à disposition de tout un chacun pour évaluer par exemple l’extension spatiale d’un feu de forêt comme celui qui a menacé Carnoux le 7 septembre dernier.

Mais on pourrait citer aussi le suivi du panache de cendres issu de l’éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull en 2010 qui a beaucoup fait parler de lui malgré son nom imprononçable, et a cloué au sol des millions de passagers dans toute l’Europe du fait des perturbations du trafic aérien occasionnées…

Suivi du panache de cendres du volcan Eyjafjallajökull (sources © Service Copernicus de surveillance de l’atmosphère et Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme)

Bien d’autres applications, toutes plus utiles les unes que les autres, pourraient être citées dans ce domaine. Ainsi, une brochure de présentation du programme cite les cartographies de zones inondées rendues possibles par l’interprétation d’images satellite lors des inondations de mai 2014 qui ont provoqué de gros dommages dans les Balkans et tout particulièrement en Serbie et en Bosnie Herzégovine.

Cartographie de l’étendue des zones inondées en mai 2014 dans la région de Lazarevac en Serbie (source © Service Copernicus de gestion des urgences)

Suite au passage de la dépression météorologique Yvette qui s’était traduit par des précipitations très inhabituelles (l’équivalent de trois mois de pluie était tombé en 3 jours !), plus de 2000 glissements de terrain s’étaient produits et les inondations avaient causé des dommages évalués à 3 milliards d’euros, faisant 49 victimes le 20 mai 2014 et nécessitant plusieurs centaines de milliers d’évacuations. Le fait de pouvoir cartographier très rapidement et sur l’ensemble des zones touchées les secteurs urbanisés inondés constitue une aide précieuse pour guider les programmes d’aide d’urgence.

Mais cet outil présente également de multiples intérêts pour aider à la connaissance globale de notre environnement. C’est ainsi qu’a été lancé début 2017 un programme de cartographie interactive des eaux de surface à l’échelle mondiale. Depuis plus de 30 ans que les satellites tournent autour de la Terre et en photographient la surface sous toutes ses coutures, plusieurs millions d’images se sont accumulées, formant une masse de données colossales, issue en particulier des satellites américains Landsat mais destinée à s’enrichir considérablement à l’avenir avec celles issues des satellites Sentinel.

Le programme intitulé « Global water surface explorer » initié par l’Union européenne via sa politique d’open data Copernicus et en collaboration avec Google Earth Engine, vise précisément à exploiter cette masse de données concernant les cours d’eau (rivières, canaux, fleuves) et les plans d’eau (étangs, lacs, retenues de barrages). L’outil qui en résulte et qui est accessible librement permet de compiler l’ensemble de ces données depuis 1984 avec une résolution de 30 m et de suivre ainsi l’évolution de ces milieux aquatiques dans le temps et dans l’espace : une aide fabuleuse pour comprendre l’état des ressources en eau superficielle à la surface du globe !

Images prises par satellite de la Mer d’Aral en 1989 (à gauche) et en 2008 (à droite)

C’est ainsi que l’on apprend que sur les 30 dernières années pas moins de 90 000 km² de plans d’eau, soit l’équivalent de la superficie du Portugal comme l’indique Ouest-France, a purement et simplement disparu de la surface de la Terre. En parallèle, des plans d’eau autrefois permanents ne sont désormais plus que saisonniers, et ceci sur une superficie totale de 72 000 km² soit autant que celle de l’Irlande…

Curieusement, près des trois quarts de cette évolution très préjudiciable des plans d’eau évaporés au fil du temps se concentre dans seulement 5 pays : le Kazakhstan et l’Ouzbékistan (qui se partagent la défunte mer d’Aral) mais aussi l’Iran, l’Afghanistan et l’Irak, des pays déjà largement touchés par l’instabilité politique voire la guerre et qui doivent donc faire face de surcroît à une diminution drastique de leurs ressources en eau facilement accessibles.

Barrage d’Alqueva au Portugal

En Europe en revanche, la situation montre une augmentation des surfaces en eau en raison notamment de construction d’ouvrages hydrauliques qui permettent le stockage de l’eau. Citons notamment la mise en service en 2004 du barrage d’Alqueva au Portugal, qui avec 250 km² de superficie supplante désormais, comme plus grand lac artificiel d’Europe, le lac du Der aménagé en 1974 près de Saint-Dizier, en Haute-Marne, et qui s’étend sur environ 48 km².

Cet outil de cartographie interactive mis ainsi à disposition de chacun et qui sera prochainement étendu au milieu marin, constitue assurément une formidable aide à la décision pour l’analyse des ressources en eau disponibles sur le globe et dont l’existence est vitale pour bien des usages. Reste à espérer que nos responsables politiques sauront s’en emparer et anticiper les évolutions liées au changement climatique et à ses impacts directs sur les milieux aquatiques…

L.V.  

Prochaine conférence du CPC : à la découverte d’univers lointains…

29 janvier 2018

Le conférencier, Jean-Gabriel Cuby (crédit photo © planetastronomy.com)

Après quelques mois d’interruption, le Cercle Progressiste Carnussien relance son cycle de conférences. La prochaine se déroulera jeudi 22 février 2018 à 18h30 et sera animée par Jean-Gabriel Cuby, astronome au Laboratoire d’astrophysique de Marseille. Elle vise à partager les avancées récentes en matière d’observation spatiale à l’aide des télescopes géants, des outils fabuleux de plus en plus performants, permettant d’améliorer sans cesse notre connaissance des univers lointains, très au-delà de notre système solaire.

Jean-Gabriel Cuby est astronome, ex-directeur du Laboratoire d’astrophysique de Marseille (LAM). Il a été, pour l’Observatoire européen austral (ESO) au Chili, le responsable de l’ensemble de l’instrumentation du « Very Large Telescope » (VLT).

Il est ainsi devenu le spécialiste français des télescopes de taille extrême, dénommés ELT pour « Extremely Large Telescope ». Il est désormais en charge de la coordination pour le CNRS – et plus précisément pour son Institut national des sciences de l’Univers (INSU) – des activités liées aux ELT en France. Il est également fortement impliqué sur les ELT au niveau européen, au travers de programmes de l’ESO ou des programmes cadres de recherche et développement de l’Union Européenne.

Vue d’artiste du futur European Extremely Large Telescope en projet dans le désert d’Atcama au Chili (crédit photo © L. Calçada / ESO)

La construction du plus grand télescope au monde a débuté dans le désert d’Atacama au Chili. Ce télescope européen aura un miroir principal de 39 mètres de diamètre, constitué de plus de 700 segments individuels. La construction et la mise en opération de ce miroir, ainsi que de nombreux autres éléments de l’instrument, soulèvent de nombreux défis technologiques. Cet œil géant européen permettra l’observation directe de planètes hors de notre système solaire jusqu’aux galaxies les plus distantes aux confins de l’Univers…

C’est à la fois l’histoire de l’observation de l’Univers et celle des recherches les plus récentes que Jean-Gabriel Cuby envisage de présenter au public lors de sa prochaine conférence à Carnoux-en-Provence le jeudi 22 février 2018, dans la salle du Clos Blancheton, rue Tony Garnier. Comme d’habitude, l’accès à cette conférence est libre et gratuit et les échanges avec le conférencier seront suivis d’un apéritif convivial.

M.M.

Au Mexique aussi les explorations se poursuivent…

20 janvier 2018

Alors que les spéléologues de l’association Cassis, les rivières mystérieuses, poursuivent leurs explorations pour tenter de remonter les deux rivières souterraines du Bestouan et de Port-Miou, envisageant désormais la réalisation d’un forage pour explorer le puits terminal situé à 3 km de l’exutoire du Bestouan, voilà que leurs collègues mexicains viennent de faire un grand pas en avant dans la connaissance de réseaux souterrains ennoyés dans la région du Yucatan.

Gran Cenote près de Tulum, site touristique très prisé…

Comme en Provence calcaire, ce secteur du Yucatan est un massif karstique dans lequel les circulations d’eau souterraines ont créé des galeries souterraines par dissolution progressive du calcaire sous l’effet de l’acidité des eaux. Lorsque le toit de ces galeries s’effondre, on observe en surface la formation de vastes puits ou avens, connus localement sous le nom de cénotes. Certains de ces effondrements se forment sous la surface d’un plan d’eau (lac, lagune ou même dans la mer), et ne sont alors visibles sur sous la forme de tâches plus foncées, trous bleus ou trous noirs selon leur perception…

Les Mayas, qui occupaient la péninsule du Yucatan avant l’arrivée des Espagnols, connaissaient bien ces puits naturels donnant accès à de vastes réserves d’eau douce (et parfois salée lorsque les réseaux karstiques communiquement avec la mer, comme c’est le cas aussi à Port-Miou). Ils les utilisaient comme source d’approvisionnement en eau potable. Mais, ils les considéraient également comme des bouches d’accès permettant d’entrer en communication avec les dieux de l’infra-monde, d’où l’origine du mot cénote qui dérive d’un ancien vocable maya signifiant « puits sacré ». Ils s’en servaient donc aussi comme lieux de sacrifice et y jetaient des offrandes et autres victimes expiatoires, ce qui, dans notre conception hygiéniste moderne, paraît bien peu approprié…

Salle ornée de concrétions dans le réseau de Sac Actun (source : Feel the planet)

Toujours est-il que ces cénotes et les réseaux de galeries souterraines noyées qui les relient constituent un immense terrain de jeu pour les spéléologues et les archéologues qui les explorent depuis des années. L’un d’entre eux, le plongeur allemand Robert Schmittner, qui réside au Yucatan depuis maintenant 20 ans et dirige le projet intitulé Gran Acuifero Maya (GAM), explore ainsi depuis des années les réseaux sub-aquatiques autour de la cité balnéaire de Tulum. Il vient de faire la une de très nombreux médias en annonçant, le 15 janvier 2018, avoir réalisé la jonction entre deux réseaux désormais reliés entre eux, ce qui en fait la plus vaste grotte noyée du monde avec pas moins de 347 km de galeries connues !

Progression de plongeurs de l’équipe du GAM dans les galeries de Sac Actun (photo © Herbert Mayrl / GAM via Reuters)

Jusque-là, le réseau de Sac Actun, situé au nord de Tulum, était le deuxième plus vaste système subaquatique exploré au monde avec déjà 262 km de galeries, juste derrière un autre réseau de 269 km, situé dans la même région mais plus au sud et dénommé Ox Bel Ha. Quant au second réseau exploré par les équipes du GAM, connu sous le nom de Dos Ojos, il s’agissait d’un vaste labyrinthe de près de 84 km de longueur cumulée, qui se classait à la quatrième place mondiale. La jonction réalisée entre ce dernier système et celui de Sac Actun montre que les deux ne constituent qu’un seul et unique réseau qui prend désormais le nom du plus grand des deux.

Et le mouvement n’est sans doute pas fini car Robert Schmittner compte bien poursuivre ses explorations. Rien que dans le nord-est de l’État de Quintana Roo où se situe le réseau karstique ennoyé de Sac Actun, on a répertorié pas moins de 358 réseaux subquatiques accessibles, représentant à ce jour un linéaire total de 1 400 kilomètres !

Plongeur de l’équipe du GAM à Sac Actun (photo © Herbert Mayrl / GAM via Reuters)

Outre l’intérêt spéléologique et hydrologique d’une telle découverte de la plus grande grotte noyée du monde, cette meilleure connaissance des réseaux souterrains du Yucatan est une aubaine pour les paléontologues, archéologues et autres anthropologues. On retrouve en effet dans ces galeries noyées et au fond des puits qui en donnent accès, de très nombreux vestiges, ossements animaux et humains, mais aussi poteries et objets sacrificiels mayas qui permettent d’en savoir toujours davantage sur l’histoire de la région et les différentes civilisations qui s’y sont succédées.

Crâne de Naia découvert en 2007 (photo © Roberto Chavez ARCE / AFP )

C’est ainsi qu’a été retrouvé en 2007, dans les eaux du gouffre de Hoyo Negro (en français « trou noir »), un aven de 43 m de profondeur qui fait partie du réseau de Sac Actun, le squelette de Naia, une jeune fille de 15 à 16 ans qui vivait dans la région il y a environ 13 000 ans, en plein âge glaciaire, et qui était malencontreusement tombée au fond du gouffre où elle s’était noyée.

A l’époque, avant la fin de la dernière glaciation, le niveau de la mer était plus bas d’environ 120 m et du coup les grottes du Yucatan n’étaient pas ennoyées à leur niveau actuel si bien que l’accès au puits se faisait à pied sec. Outre ses restes, l’aven abritait également des ossements de 26 autres mammifères terrestres dont un tigre à dents de sabre et un gomphothère, sorte d’éléphant préhistorique.

Selon Le Monde, la découverte n’avait été annoncée qu’en mai 2014 par l’Institut mexicain d’anthropologie et d’histoire, à l’issue de nombreuses analyses. De fait, la découverte des restes particulièrement bien conservés de cette jeune fille de 13 000 ans s‘est révélée très enrichissante sur le plan scientifique car les populations amérindiennes indigènes de cette période étaient des groupes nomades peu nombreux et leurs vestiges ne sont donc pas si fréquents. L’analyse génétique de l’ADN mitochondrial de Naia a permis ainsi de confirmer d’une part son origine asiatique et d’autre part son apparentement aux actuels indiens d’Amérique malgré des différences morphologiques qui traduisent simplement les évolutions génétiques subies depuis que ces peuplades, venues de Sibérie par le détroit de Behring, se sont lentement répandues sur l’immense territoire américain. Des conclusions qui corroborent d’ailleurs celles issues de l’analyse d’un autre squelette découvert dans le Montana, plus ou moins contemporain de Naia et également issu d’une souche de population sibérienne.

Une chose est sûre, les grottes ennoyées du Yucatan, tout aussi mystérieuses que celle de Cassis, n’ont pas fini de livrer tous leurs secrets…

L.V.