Archive for janvier 2016

Contre toute attente, Sarkozy n’a pas changé…

30 janvier 2016

Blog270_PhLivreAprès avoir annoncé solennellement au soir de sa défaite électorale à l’élection présidentielle de 2012 qu’il se retirait définitivement de la vie politique, et après être revenu en force à peine deux ans plus tard pour reprendre la tête du principal parti d’opposition, en jouant des coudes et en écrasant quelques pieds au passage, voila que l’inoxydable Nicolas Sarkozy publie un livre pour tenter de se remettre en selle sur la scène médiatique et concurrencer ses rivaux.

Il faut dire que pour lui la situation n’est guère brillante. Outre les affaires judiciaires qui s’accumulent sur son dos, sa récente mise en examen pour corruption active et trafic d’influence, et les soupçons de fraude sur ses comptes de campagne qui se confirment de jour en jour, son retour à la hussarde aux manettes de l’UMP puis son passage en force pour rebaptiser le parti « Les Républicains » ont laissé des traces.

Alors que les primaires se profilent à l’automne 2016, rien n’indique que Nicolas Sarkozy soit particulièrement bien placé pour porter de nouveau les couleurs de la Droite aux prochaines élections présidentielles. L’intransigeance et le cynisme dont il a fait preuve lors des récentes élections régionales en refusant obstinément tout front républicain contre le FN et la brutalité avec laquelle il a viré ceux qui, comme Nathalie Kozusko-Morizet avaient osé émettre un avis plus nuancé, l’ont conduit dans le tréfonds des sondages de popularité où il navigue désormais à 1 point derrière François Hollande : un véritable exploit par les temps qui courent !

Nicolas Sarkozy (photo Abaca)

Nicolas Sarkozy (photo Abaca)

Il lui fallait donc réagir, d’autant que tous ses rivaux potentiels aux prochaines primaires, Jean-François Copé, François Fillon et Alain Juppé, viennent tous de publier un livre pour attirer sur eux l’attention des médias. Qu’à cela ne tienne, l’ex-président de la république les a donc imité et vient de publier le 25 janvier dernier son dernier pensum, titré « La France pour la vie » et tiré à 120 000 exemplaires, lui qui déclarait il y a peu ne pas vouloir « écrire un livre qui vienne encombrer les étagères parce que personne ne le lit »…

Mais le président des Républicains n’est pas à une contradiction près, lui qui affirme sans arrêt qu’il a changé. Après avoir fustigé tant et plus tous ceux qui se livrent à la repentance, voila qu’il leur emboîte le pas et bat sa coulpe pour avoir « abaissé la fonction présidentielle » et lâchant en public son célèbre « Casse-toi, pauv’con » et pour avoir fêté sans vergogne son élection à la magistrature suprême en allant festoyer au Fouquet’s avec tout le gratin du CAC 40, puis en s’offrant des vacances de milliardaire sur le yacht de luxe de l’homme d’affaires Vincent Bolloré. Ces vacances indécentes à Malte à peine élu lui paraissent avec du recul avoir été « une erreur de jugement incontestable ». Promis, juré, il ne recommencera plus…

Blog270_DessinYachtSauf que, comme le rapporte le Canard enchaîné dans sa dernière édition, il vient tout juste de récidiver à l’occasion de ses dernières vacances ! Le 21 décembre 2015 en effet, la famille Sarkozy au grand complet s’est accordé un petit repos bien mérité à Marrakech, non pas dans un vulgaire hôtel pour touristes, mais dans un palais royal mis à disposition en toute simplicité par le roi Mohamed VI en personne. C’est le petit Louis et sa copine qui ont vendu la mêche en postant quelques photos de la piscine paradisiaque sur les réseaux sociaux, histoire d’épater les copains…

Le roi du Maroc Mohammed VI saluant Nicolas Sarkozy et son fils Louis, en septembre 2010 (photo Keystone)

Le roi du Maroc Mohammed VI saluant Nicolas Sarkozy et son fils Louis, en septembre 2010 (photo Keystone)

Et pour le voyage, pas de charter non plus mais tout simplement un jet privé arborant le bason du roi et venu chercher la famille Sarkozy en toute discrétion à la sortie du pavillon de Dassault Falcon Service au Bourget, en faisant en sorte que l’embarquement ne fasse sans que l’on voit monter les passagers à bord. Comme l’explique le Canard enchaîné, « on peut aimer les jets de luxe et avoir sa pudeur »… Et même du savoir-vivre comme l’a démontré Nicolas Sarkozy en encensant sans mesure son logeur royal lors d’une conférence donnée quelques jours plus tard à Abou Dhabi, le 13 janvier, au cours de laquelle il a déclaré avec emphase : « tout le monde n’a pas la chance d’avoir un souverain comme le roi du Maroc ! ». Les opposants marocains à la famile royale marocaine qui s’arroge chaque année plus de 250 millions d’euros d’argent publique et qui détient l’une des plus grosse fortunes mondiales ne manqueront certainement pas d’apprécier !

Dessin de Gros paru dans Marianne

Dessin de Gros paru dans Marianne

Quant aux paroles grossières qui lui avaient échappé lors d’une rencontre malheureuse dans les allées du Salon de l’Agriculture, là aussi la page est tournée, ou presque… A l’issue du récent meeting qui s’est tenu à Nîmes le 20 janvier 2016, c’est en des termes très choisis qu’il s’est adressé aux maires respectifs d’Agde et de la Grande-Motte devant de nombreux témoins : « Vous deux, il faut qu’on s’explique. Vous m’avez baisé aux régionales, petits merdeux. Moi on m’encule pas, hein ! Moi, je me fais pas enculer, compris ? ». Ceux qui craignaient que l’ex président de la République ait perdu avec le temps de sa désarmante et rafraichissante spontanéité seront donc rassurés : il n’a finalement pas tant changé que cela…

L.V.  LutinVertPetit

Les CIQ de Marseille dans le collimateur du sociologue…

26 janvier 2016

AfficheConfMattina_A4coulC’est à Carnoux et à l’invitation du Cercle Progressiste Carnussien qu’est intervenu, ce vendredi 22 janvier 2016, Cesare Mattina. Maître de Conférences et enseignant chercheur au Laboratoire méditerranéen de sociologie, le LAMES, rattaché au CNRS et à l’Université d’Aix-Marseille, Cesare Mattina est un spécialiste de la sociologue du politique et de la gouvernance urbaine.

Napolitain d’origine, Cesare Mattina s’est notamment intéressé aux questions liées au clientélisme et à la corruption. Sa thèse, soutenue en 2003, portait précisément sur les relations clientélaires et la gouvernance urbaine à Naples et à Marseille dans les années 1970-80. Mais il a aussi travaillé dans les années 2000 à une analyse du fonctionnement des comités d’intérêts de quartier à Nice, Toulon et Marseille, comme l’a rappelé Jacques Boulesteix pour introduire le conférencier, devant une trentaine de personnes, dont plusieurs représentants des CIQ de Carnoux.

Un auditoire très attentif dans la salle du Clos Blancheton

Un auditoire très attentif dans la salle du Clos Blancheton

Le sujet abordé par Césare Mattina traitait en fait de la question du dialogue entre les représentants politiques et les citoyens à partir de l’exemple des CIQ marseillais.

La loi Vaillant de février 2002 qui vise à créer une démocratie de proximité concerne les villes de plus de 80 000 habitants et instaure la mise en place de Comités de Quartier mais ceux-ci ne sont pas installés à Marseille au prétexte qu’existent depuis la fin du XIXème siècle des CIQ.

Jean-Claude Gaudin, déjà maire de la ville et coutumier du fait, déclare froidement à l’époque qu’il n’appliquera pas la loi car il estime que la démocratie de proximité s’exerce déjà via les association loi 1901 que sont les CIQ à qui il attribue une légitimité démocratique en prétendant qu’ils sont « élus librement par la population », ce qui revient à entretenir la confusion…

Pourquoi une telle opposition à la Loi de la République ?

A Marseille, où le clientélisme constitue une pratique notoire depuis Gaston Deferre et encore avec Jean-Claude Gaudin, il existe un amalgame entre les représentants élus (mairies de secteur et mairie centrale) et les associations de type CIQ. Les membres des CIQ bénéficient en effet d’une légitimation qui prend trois formes : notablilaire (petite notoriété locale), institutionnelle (avec une confusion entre présidence associative et présence forte d’élus) et territoriale.

Cesare Mattina à Carnoux le 22 janvier 2016

Cesare Mattina à Carnoux le 22 janvier 2016

Cesare Mattina met ainsi en évidence le poids politique des CIQ dont la représentativité populaire et citoyenne est en question. En 2013, on recensait à Marseille 160 CIQ officiels (certainement seulement 90 réels) mais sans que tous les quartiers ne soient représentés (dont certains de la zone Nord de la ville). Par ailleurs, les associations de quartier ne sont pas intégrées aux CIQ.

A partir de l’exposé, de nombreuses questions ont été soulevées par l’assistance qui est convaincue de la nécessité pour les CIQ d’être une instance indépendante garantissant la qualité du dialogue entre ses représentants et les élus. C’est la base de la démocratie participative ! Mais les habitudes ont la vie dure et trop d’élus locaux ont peur de l’expression citoyenne indépendante. D’où cette volonté permanente de la contrôler en survalorisant les CIQ avec qui ils travaillent de manière collaborative sans trop se préoccuper de savoir s’ils sont vraiment représentatifs de l’opinion majoritaire des habitants du quartier.

A la suite de la conférence et du débat, les échanges se sont ensuite poursuivis autour d’un apéritif convivial offert par le C.P.C.

M.M.

Ci-gît un perdant du loto…

23 janvier 2016

Pas de chance vraiment pour cet habitant de Carnoux dont l’enterrement se produit alors même que l’église paroissiale s’emploie à déployer sur sa façade les affiches qui annoncent en lettres géantes l’organisation dans les prochains jours d’un super loto… La mise en place de ces banderoles incitant à venir participer au tirage du loto au moment même où est célébrée dans l’église une messe d’enterrement pourrait presque passer pour une faute de goût, voire pour une légère provocation, une manière de rappeler à ce pauvre macchabée qu’il n’aura pas la chance de gagner le gros lot puisqu’il quitte cette vallée de larmes avant même le tirage du loto…

Blog269_PhCorbillard

Le curé de Carnoux serait-il donc à se point gagné par la fièvre du jeu qu’il ne pouvait pas attendre quelques heures avant de déployer ses banderoles démesurées sur la façade de Notre-Dame d’Afrique ? Et d’ailleurs, est-il bien opportun d’utiliser ainsi cette église comme un gigantesque support publicitaire ? Passe encore quand il s’agit d’afficher un message de solidarité envers les Chrétiens persécutés du Moyen-Orient, même si le message en question pêche un peu par excès de sélectivité…

Mais où est donc le discours de compassion dans cette vulgaire banderole publicitaire annonçant l’organisation du Super Loto de la paroisse ? L’appât du gain serait-il devenu le seul ressort des catholiques pratiquants de Carnoux ? On savait déjà que l’évêché faisait d’excellentes affaires avec le maire de Carnoux en matière d’investissement foncier pour faire payer par la collectivité les frais de démolition de son établissement scolaire vétuste tout en obtenant un crédit gratuit pour acquérir les parcelles nécessaires à la construction de son nouveau collège privé. Mais on croyait se souvenir que les marchands du Temple avaient depuis bien longtemps été chassés par Jésus en personne. Manifestement, le goût pour le jeu n’en a pas été totalement évincé…

Blog269_PhEglise

« Croissez et multiplez » est-il écrit dans les Saintes Écritures. Ce que certains ont peut-être traduit un peu hâtivement en « Jouez et enrichissez-vous »… A moins qu’il ne s’agisse simplement de renforcer le goût inné de tout chrétien qui se respecte pour le hasard et le pari, ce fameux pari sur lequel Pascal, en son temps, s’est fondé pour argumenter de manière magistrale en l’intérêt de croire.

Espérons du moins que la famille du mort n’y a pas vu malice que cette cérémonie religieuse se déroule ainsi sous les slogans publicitaires qui invitent à venir jouer pour espérer gagner le gros lot tout en renflouant les caisses de l’Église ! La vie est une grande loterie a t-on coutume de dire, mais à Carnoux, la religion se résume, semble t-il, à un Super Loto…

L.V.  LutinVertPetit

Bientôt la conférence sur les CIQ à Marseille…

21 janvier 2016

C’est vendredi 22 janvier 2016 qu’aura lieu la prochaine conférence organisée par le Cercle Progressiste Carnussien. Présentée par Cesare Mattina, enseignant-chercheur au Laboratoire  méditerranéen de sociologie (LAMES-CNRS) et à Aix-Marseille Université, elle retracera la mise en place et l’évolution des comités d’intérêt de quartiers (CIQ) et leur légitimation politique et institutionnelle dans la cité phocéenne. Un beau sujet de réflexion en perspective…

AfficheConfMattina_A4coul

Venez nombreux assister à cette conférence, d’accès libre et gratuit, qui se tiendra vendredi à partir de 18h30, dans la salle du Clos Blancheton, située au dessus du nouveau parking, en haut de la rue qui passe entre la mairie et l’hostellerie de la Crémaillère.

Faut-il une primaire à gauche ?

18 janvier 2016

Alors que les ténors de droite commencent à aiguiser leurs couteaux en vue des primaires prévues à l’automne 2016 pour départager celui d’entre eux qui sera candidat lors des prochaines élections présidentielles en mai 2017, voila que la Gauche commence à son tour à s’interoger quant à la manière d’aborder ce prochain scrutin. Ce n’est peut-être pas un luxe au vu de ses résultats lors des dernières confrontations électorales, des élections municipales aux récentes régionales en passant par les européennes et les départementales où les électeurs de gauche se sont trop souvent vus confrontés, au second tour, à devoir choisir entre un candidat d’extrême-droite et son alter ego de droite, parfois très extrême…

Daniel Cohn-Bendit

Daniel Cohn-Bendit

Tout est parti d’une pétition lancée lundi 11 janvier par une tribune publiée dans Libération à l’appel de plusieurs intellectuels de gauche, parmis lesquels l’économiste Thomas Piketty, le retraité de la politique Daniel Cohn-Bendit, l’écrivain Marie Desplechin, le cinéaste Romain Goupil, l’écologiste Yannick Jadot, la comédienne Ariane Ascaride ou encore le sociologue Michel Wieviorka. « Nous voulons du contenu, des idées, des échanges exigeants. Nous appelons à une grande primaire des gauches et des écologistes » annoncent-ils dans leur communiqué en proclamant : « Nous n’acceptons pas que la menace du FN, le risque terroriste et l’état d’urgence permanent servent de prétexte pour refuser de débattre des défis extraordinaires auxquels notre société est confrontée. (…) Nous voulons faire de la prochaine élection présidentielle la conclusion d’un débat approfondi qui est passionnément désiré et attendu dans le pays ».

Les candidats à la primaire socialiste en 2011 (photo F. Dufour / Reuters)

Les candidats à la primaire socialiste en 2011 (photo F. Dufour / Reuters)

Le message est clair et leur appel a été manifestement entendu. Une semaine plus tard, leur pétition a déjà recueilli plus de 27 000 signatures, la preuve que le débat à gauche est encore possible et manifestement souhaité ! Il semble d’ailleurs trouver un véritable écho dans l’opinion publique puisque, selon un sondage réalisé le 14 janvier par Harris interactive pour Marianne, 85 % des sympathisants de gauche souhaitent l’organisation d’une primaire pour départager les candidats potentiels avant l’élection présidentielle de 2017 : un véritable plebiscite !

Voilà qui ne fait pas forcément les affaires de François Hollande, piègé par ses promesses de ne pas se représenter en 2017 s’il n’arrive pas à faire baisser significativement le chômage d’ici là. Son premier ministre Manuel Valls a beau répéter que l’actuel président de la République est le candidat naturel de la Gauche et qu’il ne peut décemment pas se soumettre aux règles d’une primaire qui pourrait l’affaiblir dans sa fonction présidentielle, il n’en demeure pas moins que les statuts même du Parti Socialiste prévoient explicitement que « le candidat à la présidence de la République est désigné aux travers de primaires citoyennes ouvertes »…

Le résultat des primaires en 2011…

Le résultat des primaires en 2011…

C’est d’autant plus gênant pour lui que sa popularité est loin d’être au zénith parmi les électeurs de gauche. Selon le récent sondage évoqué plus haut, seuls 17 % des sympathisants de gauche (et 5 % seulement des Français, une misère !) souhaitent qu’il soit leur champion lors des prochaines élections présidentielles… Curieusement, c’est Manuel Valls, le Monsieur 5 % de la primaire 2011, qui emporterait le morceau avec 25 % des suffrages auprès des sympathisants de gauche (et même 30 % parmi les seuls électeurs socialistes).

On comprend donc dans ces conditions, le peu d’enthousiasme de l’entourage du Chef de l’État face à cette proposition de primaire à gauche. Et pourtant, contre toute attente, Jean-Christophe Cambadélis a réagi en suggérant que cette primaire, pour qu’elle ait un sens, concerne l’ensemble des forces de gauche, dans toute leur diversité, d’Emmanuel Macron à Jean-Luc Mélanchon, afin d’aboutir véritablement à une candidature unique de la Gauche, probablement la seule condition pour que celle-ci soit encore présente au second tour…

De Jean-Luc Mélanchon à Emmanuel Macron, la Gauche dans toute sa diversité...

De Jean-Luc Mélanchon à Emmanuel Macron, la Gauche dans toute sa diversité…

La proposition est habile et pas si déraisonnable qu’il n’y paraît. Reste qu’elle ne recueille guère d’assentiment… Le Parti de Gauche s’y oppose catégoriquement, son porte-parole estimant n’avoir plus rien en commun avec les socialistes. Quant aux écologistes, leurs leaders ne semblent pas prêts à se ranger derrière une candidature unique de la Gauche et préféraient voler de leurs propres ailes, malgré leur score systématiquement riquiqui lors des élections présidentielles.

A gauche, le débat que chacun appelle de ses vœux aura sans doute lieu, mais il semble bien peu probable que l’idée des primaires en vue d’une candidature unique à gauche aille jusqu’à son terme. Avis aux sympathisants et électeurs de gauche : ils risquent fort d’avoir encore à choisir, au second tour des prochaines élections présidentielles puis législatives, entre deux candidats bien éloignés de leur propre vision de la société…

L.V.  LutinVertPetit

Du gazon aux mégots : tout se recycle !

16 janvier 2016

Blog267_LogoRecyclageNotre société de consommation croule sous les déchets dont nous ne savons plus que faire tandis que les ressources naturelles s’appauvrissent, épuisées en quelques décennies de surconsommation effrénée et déraisonnable. La solution est bien connue : il faut recycler… Redonner une nouvelle vie à nos déchets en les utilisant comme matière première pour la fabrication de nouveaux objets. Le métier de chiffonnier, qui fait le tour des maisons pour récupérer vieux vêtements et objets inutilisés, n’a pas attendu la mode du développement durable pour se créer, de même que celui de ferrailleur !

Blog267_PhBouteilles

Le préfet Eugène René Poubelle

Le préfet Eugène René Poubelle

N’oublions pas que le fameux arrêté signé le 24 novembre 1883 par un certain Eugène Poubelle, préfet de la Seine, qui oblige les propriétaires parisiens à fournir à chacun de leurs locataires un récipient muni d’un couvercle, destiné à la collecte des déchets, avait déjà imaginé le tri sélectif en rendant obligatoire trois containers, un pour les matières putrescibles, un pour les papiers et les chiffons et un troisième pour le verre, la faïence et les coquilles d’huîtres. Il a fallu près d’un siècle (et même un peu davantage à Carnoux…) pour que cette règle finisse pas s’appliquer, mais en tout cas le recyclage des déchets n’a rien d’une idée neuve !

Blog267_PhTri

En France, c’est à partir de 1992 que sont réellement mises en place les filières de recyclage des déchets ménagers et qu’est consituée la société Eco-emballage pour impliquer les producteurs dans le recyclage du verre, de l’acier, de l’aluminum et du plastique. Chaque Français produit actuellement 500 kg de déchets par an, dont 150 kg seulement sont valorisés grâce au recyclage. Papiers et cartons sont réutilisés pour la fabrication de nouvelle matière à l’identique, de même que le verre ou les métaux qui peuvent être facilement fondus pour être réutilisés. L’aluminium présent dans nos emballages alimentaires ou dans les pièces automobiles est réemployé pour fabriquer de nouvelles canettes tandis que nos bouteilles d’eau en polyéthylène fournissent le plastique nécessaire pour la réalisation de nouvelles bouteilles, de textiles, de moquettes, voire de cartes à pucesUne étude de l’ADEME en 2010 précise ainsi que 90 % des emballages fabriqués en France le sont désormais à partir de papiers et cartons recyclés tandis que ce taux atteint 60 % pour le verre d’emballage fabriqué à partir de calcin issu du verre recyclé.

La bonne nouvelle est que de nouvelles filières de recyclage voient le jour régulièrement et permettent d’étendre sans cesse les possibilités de récupération de nos montagnes de déchets. Les gravats issus des chantiers de démolition sont de plus en plus fréquemment réemployés après broyage et criblage, soit en remblai routier soit pour la production de granulats à béton. Le bois provenant de produits d’emballage, de construction ou d’ameublement est également valorisé pour la fabrication de panneaux ou de plots pour palettes neuves.

Blog267_PhGazon

Une entreprise Reval’Green vient de créer la première plateforme française permettant de recycler la pelouse artificielle qui recouvre désormais de plus en plus de stades et qui doit être renouvelée tous les 10 à 12 ans. Le gazon usagé y est broyé pour en séparer les différents composants. Sables et granulats elastomères sont réemployés en revêtement routier ou pour faire un nouveau gazon synthétique, tandis que les polymères qui forment la fibre et une partie du substrat sont valorisés comme combustible solide de récupération dans des installations industrielles.

Les matériaux composites à base de fibres de carbone sont en passe de connaître à leur tout une nouvelle vie avec le développement récent de procédés à base de solvolyse qui permet de libérer les fibres de carbone sans altérer leurs qualités. Un tel processus intéresse notamment l’industrie aéronautique dont Airbus qui espère valoriser ainsi les chutes de ses usines d’assemblage, mais permettra aussi de récupérer les composites des avions en fin de vie.Blog267_PhBeton

De même, les pales d’éoliennes, les coques de bateau de plaisance ou les cabines de douche, à base de polyester et de fibre de verre, représentent un immense gisement de matériaux jusqu’à présent non valorisable. Une société nantaise vient de développer un procédé permettant d’en tirer un béton de plastique qui présente des propriétés remarquables de légèreté, d’isolation thermique et de résistance au choc, de quoi mettre au point la production de toute une gamme de produits allant de la dalle de jardin à l’appui de fenêtre…

Blog267_PhCyClopeCitons aussi la nouvelle société Cy-Clope, créée par deux jeunes Lyonnais en vue de développer une filière de recyclage de mégots… Sachant que, malgré sa taille minuscule, un simple mégot de cigarette peut polluer à lui seul 500 litres d’eau et mettra 12 ans à se dégrader, l’enjeu environnemental est de taille et l’initiative mérite d’être saluée ! Dans ce domaine cependant, la difficulté principale réside dans la collecte. Pour cela, la société a créé le « cyclopeur », un container mis à disposition des entreprises et des administrations qui permet de recueillir jusqu’à 10 000 mégots, lesquels sont ensuite transférés dans une usine basée en Lozère où ils sont recyclés : cendres, tabac et papier sont transformés en compost tandis que la fibre, en acétate de cellulose, est valorisée dans la fabrication de plaques d’isolation en plastique ou de palettes industrielles.

L’intuition du chimiste Antoine de Lavoisier, guillotiné sous la Révolution en 1794, est plus que jamais confirmée : « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme »…

L.V.  LutinVertPetit

Tribune libre : chômage et sécurité

13 janvier 2016

Les sondages réalisés pendant la campagne des élections régionales indiquent que le chômage est la première préoccupation des Français, devant la sécurité.

Pour ce qui est de la sécurité, son amélioration ne peut être obtenue que par l’augmentation des effectifs de la police et un renforcement de ses moyens matériels. S’impose également une collaboration toujours plus étroite entre services ainsi qu’avec les polices des pays voisins. Contribuer à ramener la paix dans les pays où naît une part importante de cette insécurité serait sans doute aussi très utile.Blog266_DessinChomage2

Concernant l’emploi, c’est l’industrialisation qui a fait apparaître un chômage permanent, résultant de l’adaptation du marché aux besoins. Conscient de cela, l’État a mis sur pied l’assurance chômage, sur la base de cotisations payées par les employés et les employeurs, et financée par l’État lui-même dans certains cas.

Lorsque les revenus des gens diminuent, la consommation faiblit et ainsi commence la récession qui se traduit par une augmentation du chômage. Il faut donc agir rapidement en augmentant les salaires et en diminuant les impôts afin de rétablir le pouvoir d’achat de la population.

Blog266_DessinChomage4Mais les industries n’appartiennent pas à l’État : elles sont dirigées par des gérants nommés par les actionnaires et qui doivent avant tout défendre les intérêts de ces actionnaires. Les entreprises non seulement n’augmentent donc pas les salaires, mais s’efforcent au contraire de les tirer vers le bas pour réduire leurs coûts et maximiser leurs marges à court terme.

Pour tenter de diminuer malgré tout le chômage, l’État verse des aides aux entreprises en échange de promesses d’embauches, comme cela a été le cas récemment via le Pacte de responsablité. Mais les entreprises tiennent rarement leurs promesses et l’État est bien incapable de les y contraindre…

En même temps, l’État tente de relancer l’activité par divers moyens, en favorisant la construction, en lançant des chantiers d’infrastructures publiques ou en aidant à la création d’entreprises innovantes, par exemple dans le domaine des énergies nouvelles, mais tout cela ne suffit pas.Blog266_DessinChomage3

On sait par expérience que pour diminuer le chômage de manière significative, il faut favoriser l’investissement dans tous les domaines afin de relancer l’activité, et ceci sans trop se préoccuper de l’endettement qui en résulte. Un autre levier d’action consiste à favoriser les exportations en faisant baisser le cours de la monnaie nationale.

Mais nous ne sommes plus en mesure d’actionner ces leviers car les économistes de Bruxelles de nous le permettent pas. Pour eux, l’objectif principal est de rétablir l’équilibre du budget et de diminuer le montant de la dette. Et c’est ainsi que le taux de chômage continue à augmenter inexorablement tandis que le pays s’enfonce dans la récession à cause des politiques d’austérité. Cette politique d’arrière grand-père qui consiste à faire des économies plutôt que d’investir aggrave notre situation économique !

Blog266_DessinUELes États-Unis, longtemps première puissance industrielle mondiale (désormais détrônée par la Chine), mènent une politique radicalement différente : ils n’hésitent pas à investir massivement, quitte à augmenter leur endettement pourtant déjà élevé, et à faire baisser le cours du dollar afin de favoriser leurs exportations en cas de besoin. Cette politique leur a permis de rester une puissance économique de premier plan même si leur taux d’endettement par rapport à leur produit intérieur brut (PIB) est actuellement supérieur à celui de la France.

En Europe même, on constate qu’un pays comme l’Allemagne arrive à avoir un budget fédéral à l’équilibre, tout en investissant et en exportant davantage que la France. Le pays investit en particulier massivement pour développer les énergies renouvelables afin d’éliminer au plus vite ses centrales à charbon extrêmement polluantes. Alors pourquoi ce décalage avec notre propre économie ?Blog266_DessinAllemagne2

Une des raisons semble liée à un certain dumping social. Jusqu’à ces derniers mois, il n’y avait pas de salaire minimum garanti en Allemagne comme le Français moyen l’a appris récemment. Les employeurs profitaient de ce contexte pour pressurer les salaires en favorisant notamment l’emploi massif de travailleurs issus d’Europe de l’Est, ce qui leur permettait de produire à bas coût. Par rapport à la France, il semblerait aussi que les systèmes de protection sociale et de retraite soient globalement moins favorables, tandis que la démographie actuelle favorise des taux de chômage relativement faibles.

Il serait donc temps que l’Europe joue vraiment son rôle d’harmonisation des politiques sociales afin de rétablir davantage d’équité entre pays européens, mais bien sûr en s’alignant autant que possible sur les régime les plus favorables : une utopie irréaliste ou une véritable ambition politique ?

Michel Bouvier

Rejet de méthane : les Californiens concurrencent les vaches !

10 janvier 2016

On savait déjà les Californiens éternels machouilleurs de chewing-gum et, pour certains, gros consommateurs d’herbes, même si en la matière, leurs goûts diffèrent par rapport à nos charolaises, mais voilà que se révèle un autre point commun avec les ruminants qui peuplent nos vertes prairies : ils sont devenus, à l’occasion d’un accident industriel récent, de gros contributeurs aux rejets de méthane qui contribuent fortement au réchauffement climatique global par effet de serre.Blog265_PhVache

Jusqu’à présent en effet, c’était plutôt les vaches qui étaient accusées d’être à l’origine de ces rejets de méthane, un gaz dont l’effet sur le réchauffement de notre atmosphère est 25 fois plus élevé (et même 80 fois si on raisonne à court terme, sur une durée de 20 ans…) que celui du CO2, pourtant accusé de tous les maux ! La vache qui rote vient en tout cas de trouver un sérieux concurrent depuis qu’une fuite de méthane a été détectée le 23 octobre dernier dans un puits d’extraction situé à proximité de Los Angeles, en Californie, provoquant une catastrophe écologique majeure qui se poursuit depuis plusieurs mois maintenant.

Chaque heure, ce sont entre 44 et 58 tonnes de méthane qui sont ainsi répandues à l’air libre, selon l’ONG Environmental Defense Fund (EDF pour les intimes), qui actualise en temps réel les taux d’émission. Au total, plus de 80 300 tonnes de gaz ont ainsi été rejetées dans l’air depuis fin octobre, comme le rapporte Libération, soit l’équivalent des émissions de gaz à effet de serre de 5 millions de voitures ou de 8 à 9 centrales à charbon. Vraiment pas de chance pour la Californie dont le gouverneur, Jerry Brown, avait pris, en octobre 2015 justement, plusieurs directives destinées à réduire d’ici 2030 les gaz à effet de serre de 40 % par rapport à leur niveau de 1990… Or, d’après les estimations du California Air Resources Board, organisme chargé de contrôler la qualité de l’air, cet apport accidentel augmenterait de 25 % les émissions de gaz à effet de serre pour l’ensemble de l’État de Californie : voilà qui ramène les élevages bovins au rang de piètres amateurs, et qui fait quelque peu désordre juste après le – modeste – succès de la COP 21

Panache de méthane s'échappant du site et révélé par caméra infrarouge (source EDF)

Panache de méthane s’échappant du site et révélé par caméra infrarouge (source EDF)

Au delà du risque accru sur le réchauffement climatique de notre planète qui n’avait vraiment pas besoin de ces rejets supplémentaires, le risque pèse surtout sur les habitants de ce quartier aisé de Porter Ranch, dans la banlieue nord-est de Los Angeles. Selon les autorités, le risque est réduit car le méthane émis se dissipe rapidement dans l’air ambiant, restant très en deçà de la concentration à laquelle il peut être mortel par asphyxie. Sauf que ce gaz, invisible et inodore, est mélangé – justement pour pouvoir être facilement détecté – avec des composants riches en soufre (mercaptan) qui lui donnent cette odeur caractéristique et nauséabonde d’œuf pourri. Un véritable plaisir donc pour le voisinage de cette zone urbaine qui compte pas moins de 30 000 habitants, d’autant que ces additifs peuvent provoquer des nausées, des vertiges, des saignements de nez et des maux de tête.

Manifestants demandant des mesures d'urgence contre la fuite de gaz...

Manifestants demandant des mesures d’urgence contre la fuite de gaz…

Plusieurs centaines de riverains de Porter Ranch en ont déjà fait les frais et commencent donc à s’agiter sérieusement. Une procédure judiciaire a même été engagée par un millier d’entre eux sous forme de class action, contre la société qui exploite le site. Les plaignants ont d’ailleurs obtenu gain de cause la semaine de Noël, obligeant l’exploitant à trouver un logement temporaire dans les 72 heures pour tous les résidents de Porter Ranch qui en font la demande. Près de 2 174 foyers ont déjà été relogés et 2 694 autres devraient l’être rapidement. Deux écoles ont été fermées et le trafic aérien a été interdit au dessus de la zone.

Erin Brockovich lors de son intervention à Porter Ranch (photo N. Smith – The Gardian)

Erin Brockovich lors de son intervention à Porter Ranch (photo N. Smith – The Gardian)

Les riverains ont reçu le soutien, cette semaine, d’Erin Brockovich, la militante écologiste venue en voisine, qui s’était fait connaître pour avoir révélé une affaire de pollution des eaux potables à Hinkley, une histoire portée au cinéma en 2000 par Steven Sorderbergh dans un film qui avait valu un Oscar à Julia Roberts. La célèbre militante de l’environnement, par ailleurs adointe juridique a donné aux habitants quelques conseils de bon sens : « Tenez un journal des odeurs que vous sentez. Si vous vous sentez mal, notez les symptômes. Gardez toutes les factures des médicaments que vous achetez et ne signez rien sans en avoir préalablement parlé à un avocat ». Elle a aussi remis un peu d’eau dans le gaz en comparant la catastrophe à la marée noire qui s’était produite en avril 2010 dans le golfe du Mexique suite à l’explosion d’une plateforme pétrolière de BP : succès assuré devant une salle comble de riverains en colère !

Une comparaison qui ne doit guère être du goût de la société SoCal Gas (Southern California Gas) qui exploite cet ancien site pétrolier d’Aliso Canyon, reconverti en 1973 en centre de stockage de gaz, servant de réserve d’approvisionnement pour alimenter plus de 20 millions de consommateurs. La réserve souterraine, située à 2 500 mètres de profondeur, permet de stocker 240 milliards de m3 de gaz dans 115 puits. Mais les installations sont anciennes et vétustes, selon plusieurs témoignages relayés par la presse américaine et évoqués dans l’Usine nouvelle.

Site gazier d'Aliso Canyon (photo D. Musgrove - Los Angeles Daily News)

Site gazier d’Aliso Canyon (photo D. Musgrove – Los Angeles Daily News)

Le 23 octobre 2015, la fuite a été repérée dans l’après-midi par deux employés de la compagnie près du puits SS-25, un ancien forage pétrolier datant de 1954, et il a été décidé… d’attendre le lendemain ! Mais les jours suivants, leurs efforts resteront vains et rien n’empêche désormais le gas de sortir du sol tout autour du puits incriminé. En décembre, la société a dû se résoudre à entamer la réalisation d’un nouveau forage à proximité de celui qui fuit afin de pouvoir neutraliser ce dernier par des injections massives de boue et de coulis de ciment pour colmater toutes les fuites par où le gaz s’échappe. Un second forage est aussi à l’étude et devait débuter début janvier. Un chantier gigantesque qui va durer des mois et dont on espère arriver à bout en février ou en mars… Face à l’ampleur de la catastrophe, le gouverneur a été contraint de décrêter l’état d’urgence, mercredi 6 janvier, afin de permettre de mobiliser le maximum de moyens pour venir en aide à la population et s’assurer que les procédures mises en œuvre par l’exploitant sont bien à la hauteur des enjeux.

Quartiers de Porter Ranch (photo D. Macnew / AFP)

Quartiers de Porter Ranch (photo D. Macnew / AFP)

Pour ne rien arranger, la Californie essuie actuellement des pluies diluviennes, survenant après un mois de décembre historiquement chaud et des mois de sécheresse à l’origine de nombreux incendies majeurs. La cause de ces événements climatiques extrêmes : un phénomène bien connu d’El Niño particulièrement intense cette année, qui se caractérise par une accumulation d’eau chaude dans le Pacifique avec un renversement des alizés entraînant des bouleversements météorologiques sur toute la planète. Bref, tout va mal et ce n’est peut-être que le début : vive le réchauffement climatique !

L.V.  LutinVertPetit

Carnoux : une conférence sur les CIQ à Marseille

7 janvier 2016
Cesare Mattina, enseignant-chercheur en sociologie

Cesare Mattina, enseignant-chercheur en sociologie

Dans le cadre des conférences organisées régulièrement par le Cercle Progressiste Carnussien, le sociologue Cesare Mattina interviendra vendredi 22 janvier 2016 sur le thème de la légitimation politico-institutionnelle des Comités d’Intérêt de Quartier (CIQ) à Marseille. Enseignant-chercheur au Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES-CNRS) et à Aix-Marseille Université, Cesare Mattina est un spécialiste de la sociologie politique dont les sujets de prédilection concernent en particulier les questions de gouvernance et de démocratie participative, avec leurs dérives pathologiques que sont les relations politiques clientélaires, voire les systèmes mafieux.

Enseignant en sociologie urbaine et en sociologie politique, il anime depuis 2014 un programme de recherche franco-allemand sur la politique et la corruption mais a aussi travaillé, notamment avec Laurent Mucchielli, sur le trafic de drogue à Marseille, mais aussi sur la gestion des risques industriels dans le Val de Durance ou sur les phénomènes de criminalité organisée en Italie. Ses investigations l’ont aussi conduit à s’intéresser au fonctionnement des Comités de quartiers et conseils de quartiers (CIQ) dans les agglomérations de Nice, Toulon et Marseille.

C’est sur cette dernière thématique qu’il axera sa prochaine conférence prévue à Carnoux le 22 janvier prochain. Dans une perspective d’analyse socio-historique du rôle du secteur associatif et de leurs dirigeants dans le gouvernement de la ville de Marseille, il analysera le processus historique de légitimation par le pouvoir politique marseillaise de Comités d’Intérêt de quartier (CIQ) comme acteurs incontournables de la définition des problèmes locaux et de « proximité » et plus généralement du gouvernement de la ville.

Gaston Deferre

Gaston Deferre

Pour certains d’entre eux, nés dans les années 1890, en grand essor dans les années 1920, puis affaiblis entre la période vichyste et les années 1950, les Comités d’Intérêt de Quartier (CIQ) marseillais font résurgence concomitamment avec la nouvelle poussée de l’urbanisation des années 1960. D’une part, les CIQ proches des idées communistes et du PCF reprennent leurs activités tout particulièrement dans les quartiers au nord et à l’est de la ville. D’autre part, face à l’affaiblissement considérable des patronats d’entreprise au sortir de la guerre, face au recul de l’enracinement des cercles de sociabilités catholiques souvent liés aux partis de sa majorité, Gaston Defferre et ses camarades se voient obligés de réinvestir ces mondes associatifs de quartier dans l’objectif affiché est de mieux saisir et canaliser les nouvelles demandes provenant de la société urbaine.

Certes, ces associations et leurs membres ne vont pas recevoir les mêmes avantages dérivant de la redistribution clientélaire des ressources dont bénéficient les employés municipaux, les salariés du Provençal ou les entourages d’associations « communautaires ». Les ressources matérielles allouées par la mairie se limitent essentiellement à des petits locaux mis à la disposition des CIQ et aucune subvention publique n’est autorisée par les statuts des comités et de leur Confédération Générale. Cependant, c’est du côté des ressources symboliques et de reconnaissance notabiliaire que les CIQ bénéficient d’une très grande légitimation de la part des différentes majorités se succédant à la mairie. Malgré les récurrents débats médiatiques sur leur déclin, cette hyper-légitimation qui leur a été accordée fait, à partir des années 1960, des CIQ un acteur structuré et quasi-incontournable du gouvernement de la ville, capable de suggérer, de proposer et parfois d’imposer des visions de l’urbain et de la cité à différentes échelles (principalement mais pas uniquement, celle du « trottoir », des rues et des places, du quartier, de l’arrondissement).

AfficheConfMattina_A4coulCesare Mattina montrera comment cette hyper-légitimation des CIQ, construite dans le temps long, est essentiellement de trois types : une légitimation notabiliaire concernant davantage leurs présidents que la structure associative en elle-même; une légitimation institutionnelle qui les érige au rang même de composantes du pouvoir municipal ; une légitimation territoriale, du fait de pouvoir s’octroyer et voir reconnue une représentativité quasi-absolue du « quartier ».

Comme toutes les conférences organisées par le CPC, l’entrée est gratuite et ouverte à tous, avec un débat en direct avec l’intervenant à la suite de sa présentation. Alors venez nombreux, vendredi 22 janvier à partir de 18h30, dans la salle du Clos Blancheton !

Aubagne : le projet des Gargues dans l’impasse ?

4 janvier 2016

C’est une décision assez surréaliste qui a été prise par la Communauté d’agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Étoile (CAPAE) le 30 novembre dernier, lors d’un de ses derniers conseils communautaires avant disparition au profit de la Métropole Aix-Marseille-Provence qui s’est donc créée, comme prévu par la loi, mais dans une ambiance plus que délétère, au 1er janvier 2016.

Conseil communautaire de la CAPAE le 30 novembre 2015 (photo M. Chtioui – La Marseillaise)

Conseil communautaire de la CAPAE le 30 novembre 2015 (photo M. Chtioui – La Marseillaise)

Lors de cette séance et parmi 56 délibérations – rien de moins -, la cinquième d’entre elles a particulièrement retenu l’attention de La Provence comme de La Marseillaise puisqu’elle consiste en un rejet du projet d’aménagement de la ZAC des Gargues dont la Communauté d’agglomération est pourtant maître d’ouvrage depuis des années. Cette délibération, adoptée à l’unanimité, faisait d’ailleurs logiquement écho à la même décision défavorable prise par la ville d’Aubagne lors de son conseil municipal du 29 septembre 2015, suite à un long débat soigneusement retranscrit dans le procès-verbal de la séance.

Ce projet d’aménagement est pourtant dans les tuyaux depuis au moins 2009 et a été pour l’essentiel porté par l’ancienne majorité de gauche qui était aux commandes de la ville comme de l’agglomération jusqu’en 2014.

Vue aérienne du secteur des Gargues (photo Géoportail)

Vue aérienne du secteur des Gargues (photo Géoportail)

Il consiste à aménager une vaste zone de 42 hectares située entre l’autoroute A57 et la zone industrielle des Paluds, de part et d’autre de la jardinerie Tirand. Pour l’instant, l’essentiel de ces terrains sont des parcelles agricoles, pour la plupart encore cultivées et pour certaines occupées par des prairies où paissent encore régulièrement des troupeaux de moutons. Au sud, le secteur s’étend même de l’autre côté de la RD 8 (route de Toulon) jusqu’à la bretelle permettant de rejoindre l’A50 vers Marseille.

A la place de ce dernier ilôt encore largement préservé du bétonnage, la tentation était grande d’aménager une nouvelle zone d’activité, d’autant que l’extension de la zone industrielle des Paluds et celle de la zone commerciale des Martelles qui s’étend en limite nord (autour du magasin Auchan) voient leur extension désormais fortement restreinte car situées pour la plupart en zone inondable du futur plan de prévention du risque inondation.

Vue actuelle du secteur des Gargues le long de la RD8

Vue actuelle du secteur des Gargues le long de la RD8

Du coup, l’ancienne municipalité avait vu grand en imaginant, via la communauté d’agglomération, la réalisation de plus de 850 logements avec de multiples services publics tels que crèches, écoles et installations sportives, ainsi que des constructions de bureaux et de locaux industriels, un nouveau centre commercial et une zone de loisir centrée autour d’un immense complexe cinématographique, le tout desservi par la nouvelle ligne de tramway dans le prolongement de l’avenue de la République, moyennant aussi de nouvelles infrastructures routières pour faciliter l’accès depuis l’autoroute et un boulevard urbain central.

Adopté en mai 2012, le projet a été confié le 8 octobre 2013 au seul et unique opérateur privé ayant répondu à la consultation, la SAPAG (Société aubagnaise pour l’aménagement des Gargues), une société créée spécifiquement pour gérer ce projet et qui regroupe Immochan (la société immobilière du groupe Auchan, laquelle détient déjà -heureux hasard- plus de la moitié des terrains concernés), Guintoli (une entreprise de travaux publics) et Grand Delta Avignon (un bailleur social). Le contrat de concession, qui prévoit pour environ 500 millions d’euros d’investissement privé auquel s’ajouteront de l’ordre de 19 millions d’investissement public, a été signé in extremis le 25 février 2014, quelques jours avant la tenue des élections municipales qui ont vu la majorité basculer tant à Aubagne qu’à l’agglomération.

Projet de complexe imaginé sur le site des Gargues le long de l'autoroute

Projet de complexe imaginé sur le site des Gargues le long de l’autoroute

Depuis, c’est le chaos car les nouveaux élus n’ont jamais caché leur opposition à ce programme jugé pharaonique et suicidaire pour l’avenir du centre ville d’Aubagne déjà fortement mis à mal par la concurrence des zones commerciales périphériques. L’abandon du projet de tramway, décidé par la nouvelle équipe, rend également plus fragile le dossier car on imagine bien que les 3000 nouveaux habitants et les milliers d’emplois envisagés dans ce secteur périphérique dont les accès sont déjà fortement engorgés aux heures de pointe ne vont que rendre la circulation encore plus compliquée. Un projet de bus à haut niveau de service a bien été évoqué comme alternative mais cela ne semble pas à la hauteur des enjeux.

Logements et boulevard urbain en projet

Logements et boulevard urbain en projet

Malgré ce climat d’incertitude, la SAPAG a foncé tête baissée pour tenter de ficeler au plus vite le projet avant qu’il ne soit remis en cause. Les nouveaux élus ont tenté d’infléchir la voilure en remettant en particulier en cause les nombreux logements sociaux initialement prévus et dont la Droite ne voulait à aucun prix. Le nombre de logement a été réduit à 680 dont seulement 30 % en logement locatif social. La surface commerciale, initialement fixée à 80 000 m² a été réduite à 50 000 m² auxquels s’ajoutent 7 hectares d’activité industrielle et 30 000 m² de bureaux.

La crêche et l’école restent à l’ordre du jour ainsi que la création d’un parking relai de 400 places et un vaste pôle de loisirs avec le fameux complexe de 15 000 m² comprenant 15 salles de cinéma dont une salle Imax 3D de 450 places avec écran incurvé de 22 m, le nec plus ultra en la matière ! Baptisé Stratos, ce complexe, dessiné par l’architexte argentin Marcelo Joulia coûtera à lui seul 26 millions d’euros en étude et travaux, une paille… Une salle de spectacle et deux restaurants sont également intégrés dans le projet, sans trop se préoccuper de la concurrence possible avec le palais des congrès Agora situé à deux pas, pas plus d’ailleurs que celle du multiplexe de la Valentine…

Le centre de loisir avec ses places à l'air libre

Le centre de loisir avec ses places à l’air libre

Le projet a été présenté en grandes pompes lors du Marché international professionnel de l’immobilier de commerce qui s’est tenu à Cannes du 18 au 20 novembre. Lors de cette grande foire internationale, la ZAC des Gargues, rebaptisée « écoquartier Bonnes-nouvelles », ce qui fait plus vendeur, a été présentée comme un des projets phares de l’immobilier mondial avec son parc de logements et de tertiaire agencé autour d’un parc arboré du plus bel effet sur les maquettes et d’un boulevard urbain apaisé (une pure merveille sur le papier), son multiplexe Stratos et son centre commercial à ciel ouvert de dernière génération au nom de code évocateur Alpha 2017 : 200 boutiques, pas moins de 15 restaurants et 3 places extérieures réservées aux activités ludiques telles que le saut à l’élastique : les Terrasses du Port ont du souci à se faire !

Blog264_PhProjetEn attendant, c’est plutôt le projet qui a du plomb dans l’aile. Remis officiellement le 30 juillet 2015 à la CAPAE, il a été discuté en conseil municipal à Aubagne le 29 septembre et a été rejeté à l’unanimité puisque même les élus de gauche se sont abstenus ou ont refusé de prendre part au vote. Peu après, certains habitants ont lancé une pétition pour réclamer un référendum sur ce projet au motif, difficilement contestable, qu’un tel aménagement se traduirait par la perte d’excellentes terres agricoles en zone périurbaine, alors que de nombreux jeunes agriculteurs sont à la recherche de nouvelles parcelles pour s’installer. Ils s’appuient d’ailleurs largement sur l’avis fortement négatif qui avait été émis en 2012 par l’autorité environnementale, pointant de nombreuses faiblesses au projet dont par exemple le fait que ce n’était par forcément une bonne idée de vouloir installer autant de logements à proximité de l’autoroute, dans une zone très exposée au bruit et déjà largement congestionnée.

Bref, la décision prise en conseil communautaire de la CAPAE le 30 novembre dernier n’est que le coup de grâce d’un projet qui risque désormais de ne jamais voir le jour. Interrogé par La Marseillaise, le président du comité de direction de la SAPAG, Paul des Longchamps, ne décolère pas et se fait même menaçant, rappelant au passage que le groupe Auchan, dont le magasin des Paluds est le deuxième de France avec un chiffre d’affaire annuel de plus de 260 millions d’euros, est le premier contributeur fiscal d’Aubagne. Il réclame sans plus attendre que l’Agglomération lui verse de l’ordre de 10 à 20 millions d’euros pour rembourser le montant des études déjà réalisées et annonce des procédures juridiques en cascade pour obtenir des dommages et intérêts colossaux, à la mesure du préjudice subi : on imagine que les services juridiques d’Auchan vont avoir fort à faire dans les années qui viennent ! Le contribuable aussi, pour payer les pots cassés… Mais pas de panique, car c’est désormais à la Métropole de prendre en main le dossier et de régler le contentieux. Il n’est pas impossible que l’on assiste à de nouveaux rebondissements à l’avenir…

L.V.

Exit 2015 : bienvenue en 2016 !

1 janvier 2016

L’année 2015 vient de s’achever : pas trop tôt diront certains, accablés par le lot de drames et la dose de morosité qui a plus d’une fois caractérisé l’ambiance de cette année : attentats djihadistes, conflits armés, crise des valeurs, montée du chômage, érosion du pouvoir d’achat, angoisse face au changement climatique…Il est donc grand temps de passer à autre chose ! Mais pour que l’année 2016 soit perçue comme plus favorable que 2015, il dépend beaucoup de nous, collectivement…

C’est ensemble que nous trouverons les ressorts pour bâtir enfin une société plus vivable, plus solidaire, plus responsable, plus conviviale. Ne baissons pas les bras et retroussons-nous les manches. Chacun peut y prendre sa part et un peu d’humour ne nuit pas à l’affaire ! Petit retour en arrière sur quelques événements qui ont marqué l’année qui vient de s’achever, et un grand merci aux dessinateurs de presse, dont l’imagination débridée nous aide à porter un regard lucide sur les tragédies du quotidien. Un hommage d’autant mérité que la profession a de nouveau payé un lourd tribut début 2015, martyrisée par ceux pour qui la liberté d’expression est un crime…

Blog263_Dessin01Janvier

Après les attentats contre Charlie Hebdo, le 7 janvier, au cours duquel les frères Kouachi tuent 11 personnes dont l’économiste Bernard Maris ainsi que les dessinateurs Charb, Tignous, Cabu, Honoré, Wolinski, une grande vague de solidarité anime les Français mais beaucoup craignent que cet événement ne renforce les sentiments xénophobes envers la population musulmane de France (dessin de Dilem paru sur TV5monde)

Février

Blog263_Dessin02Après 10 mois de conflits entre l’Ukraine et la Russie, qui ont provoqué plus de 5 000 morts, les dirigeants français et allemands retrouvent le 11 février à Minsk l’Ukrainien Petro Porochenko et le Russe Vladimir Poutine pour tenter de signer un accord de cessez-le-feu et organiser le retrait progressif des belligérants. Pendant ce temps, l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, défraie la chronique en donnant une conférence grassement rémunérée à Abou Dhabi alors que son parti se déchire suite à la législative partielle perdue dans le Doubs (dessin de Placide)

Mars

Blog263_Dessin03Les élections départementales, les 22 et 29 mars, sur la base d’un mode de scrutin renouvelé imposant la parité homme-femme dans des cantons redécoupés, se soldent par une nette victoire de la Droite qui dirige désormais 67 départements. Le Front national obtient de gros scores et fait élire 62 conseillers départementaux mais n’obtient la majorité dans aucun des départements (dessin de Ixène)

Blog263_Dessin04Avril

Les accords de Lausanne le 2 avril entre l’Iran, les USA, la Russie, la Chine, la France, l’Allemagne et le Royaune Uni permettent de mettre un terme à la crise concernant le programme nucléaire iranien. L’iran est en effet suspecté d’avoir mené depuis des années un projet de développement de nucléaire à des fins militaires, ce qui est à l’origine d’un embargo contre ce pays. Malgré les menaces brandies par Israël qui s’est opposé par tous les moyens à cet accord, celui-ci devrait permettre la levée progressive de l’embargo en échange d’un contrôle international du prgramme nucléaire iranien (dessin de Ysope)

Mai

Blog263_Dessin05Le 27 mai, plusieurs cadres de la fédération internationale de football (FIFA) sont arrêtés à Zurich en Suisse, accusés de corruption, deux jours avant l’élection du président, Sepp Blatters, qui sera néanmoins réélu à son poste malgré le scandale, avant d’être obligé de démissionner puis d’être suspendu. Cette affaire confirme les soupçons de corruption qui pèsent depuis dans années dans le milieu du sport et du football professionnel en particulier (dessin de Na ! paru dans Humourama)

Juin

Blog263_Dessin06Le 26 juin, en plein mois de Ramadan, un terroriste se revendiquant de DAECH, provoque un carnage sur une plage tunisienne près de Sousse, entrainant la mort de 39 touristes et autant de blessés avant d’être abattu. Le même jour, un jeune employé d’une entreprise de transport décapite son patron avant de tenter de faire exploser un entrepôt de gaz dans la zone industrielle de Saint-Quentin-Fallavier, dans l’Isère (dessin de Chimulus)

Blog263_Dessin7Juillet

Le 1er juillet, les États-Unis et Cuba annoncent qu’ils rétablissent officiellement leurs relations diplomatiques rompues depuis la mise en place de l’embargo américain en février 1962 après le fiasco du débarquement avorté dans la Baie des Cochons en 1961. Ce processus de normalisation avait été initié par Barak Obama en décembre 2014 et se traduit le 20 juillet par la réouverture d’une ambassade américaine à La Havanne (dessin de Chrib)

Août

Blog263_Dessin08En août, l’actualité malgré tout, c’est les vacances ! En dépit de la crise économique, les bouchons sont toujours là en ce samedi 8 août… (dessin de Hub)

Septembre

Blog263_Dessin09Alors que les migrants affluent aux frontières de l’Europe, en particulier du fait de la guerre civile en Syrie, la chancelière allemande Angela Merkel annonce son intention d’accueillir 800 000 d’entre eux sur le sol allemand, avant de finir par rétablir sa frontière avec l’Autriche le 13 septembre. En même temps, l’agence américaine de protection de l’environnement révèle en septembre que le constructeur automobile allemand Volkswagen a mis au point un logiciel qui permet de truquer les tests d’émission de polluants lors des procédures d’homologation de ses véhicules et ceci depuis 2009 : la révélation de cette fraude industrielle à grande échelle soulève une forte vague d’indignation à travers le monde entier (dessin de Plantu)

Octobre

Blog263_Dessin10De fortes pluies le 3 octobre provoquent de graves inondations sur la Côte d’Azur en particulier dans les secteurs de Cannes, Mandelieu et Nice, provoquant la mort de 20 personnes, pour la plupart noyées dans leur véhicule ou dans des parkings souterrains suite à des comportements inadaptés, ce qui révèle le manque de prévention et d’information (dessin d’Oli)

Novembre

Blog263_Dessin11Une vague d’attentats à Paris le 13 novembre, revendiqués par DAECH, cause 130 morts et plus de 350 blessés, créant un climat de psychose et justifiant l’instauration de l’état d’urgence (dessin de Dilem)

Décembre

DjonyactuinterdireFNune solution.bmpAux élections régionales des 6 et 13 décembre, les candidats du Front national atteignent des scores particulièrement élevés. Ils ne remportent aucune des 13 régions métropolitaines nouvellement créées mais suscitent une forte crainte parmi les autres partis : le PS appelle à voter pour les candidats de droite dans plusieurs régions dont en PACA où Christian Estrosi est élu grâce aux voix de gauche malgré le refus de Nicolas Sarkozy d’appeler au front républicain (dessin de Djony paru dans Bar à mines)

Toute l’équipe de rédaction vous présente ses meilleurs vœux pour une bonne et heureuse année 2016 ! A vous tous, lecteurs assidus ou sporadiques, continuez à venir nous lire et partagez vos coups de coeur et coups de gueule en postant vos commentaires sur les articles qui vous ont touché… Puisse ce blog alimenter votre réflexion personnelle de citoyen et vous amener à vous interroger. C’est là sa seule ambition que d’alimenter échanges et discussions sur des thèmes de société et sur l’actualité locale. Bonne lecture pour les mois qui viennent !