Posts Tagged ‘Evénements’

Canicule : c’est reparti comme en 2003 ?

10 août 2020

La une du Parisien du jeudi 14 août 2003 (source © Le Parisien)

Déjà en juin 2019, alors que les services météorologiques annonçaient une forte vague de chaleur, les journaux titraient, à l’instar du Parisien, « Canicule : une semaine pire qu’en 2003 ? ». Et voilà que l’on voit refleurir dans les médias exactement la même alerte à l’occasion du nouvel épisode caniculaire qui s’est installé sur la France, alors que Météo France plaçait, samedi 8 août 2020, 14 départements en alerte rouge canicule. Le site tameteo.com titre ainsi : « Doit-on craindre la même canicule qu’en 2003 ? ».

Il faut dire que cette canicule qui a sévi pendant 15 jours début août 2003, bien que passée relativement inaperçue dans les médias à l’époque comme le relève fort justement André Larané, sur le site Herodote.net, a fait des dégâts et a laissé des traces. La température y a atteint des records avec 44,1 °C notamment enregistré le 12 août 2003 à Conqueyrac dans le Gard, plus de 40 °C à Auxerre à sept reprises et 9 jours au-delà de 35 °C à Paris même, où les nuits ont été particulièrement étouffantes en centre ville.

Pièce climatisée ou chambre froide : l’arme fatale des EHPAD contre la canicule…(dessin © Félé-dessin Blog)

Des conditions très éprouvantes pour les organismes et qui se sont traduites par une véritable hécatombe auprès des personnes âgées avec probablement près de 20 000 décès supplémentaires liés plus ou moins directement à cette vague de chaleur inhabituelle. Dès le 8 août, la Direction Générale de la Santé publie un communiqué sur les risques de déshydratation encourus par les vieillards, les nourrissons et les personnes vulnérables tandis que le surlendemain, le médecin urgentiste Patrick Pelloux, alors inconnu du public, alarme les médias en avançant le chiffre d’une cinquantaine de morts par déshydratation en île-de-France au cours de la semaine précédente. Il s’avérera que les jours les plus meurtriers ont été les 11 et 12 août 2003, alors que le pic de chaleur se conjugue à des concentrations excessivement élevées en dioxyde d’azote et en ozone dans l’atmosphère des grandes villes.

Le gouvernement à l’époque avait tardé à prendre conscience de cette situation, comme d’ailleurs dans d’autres pays européens, notamment en Italie où il fallu attendre 2005 pour que le pays reconnaisse une surmortalité comparable à celle de la France. Les images du ministre de la santé de l’époque, le médecin marseillais Jean-François Mattei, interviewé au bord de sa piscine le 10 août 2003, lui coûteront d’ailleurs son poste et il ne sera pas reconduit dans le nouveau gouvernement Raffarin constitué en mars 2004.

Campagne municipale d’information durant la canicule de 2019 (source © Commune de Veauche, dans la Loire)

Depuis, l’été 2019 a fait tomber bien d’autres records de température. Météo France n’a pas hésité ainsi à placer 78 départements en alerte canicule orange le 26 juin 2019. La session du Brevet des collèges, prévue les 27 et 28 juin a été reportée à cause de la chaleur. Le 28 juin 2019, le thermomètre indique 46 °C à Vérargues, dans l’Hérault, record absolu de température jamais enregistré en France. Il atteint le même jour 43,5 °C à Montpellier et 44,3 °C à Carpentras, tandis que l’on enregistre, le 25 juillet de la même année, un autre record de 42,6 °C à Paris et de 40,5 °C à Lille…

Contrairement à 2003, le risque sanitaire concernant les personnes les plus fragiles a été mieux pris en compte et il semble que, depuis l’épisode de 2003, l’on n’ait pas enregistré une telle surmortalité liée aux épisodes de canicule en particulier dans les établissements accueillant des personnes âgées. Cette surmortalité ne dépasserait pas 1500 personnes durant l’été 2019. Mais l’analyse historique réalisée notamment par Emmanuel Le Roy Ladurie dans son célèbre ouvrage Histoire du climat depuis l’an mil, montre que les canicules historiques qui ont frappé notre pays bien avant 2003 n’étaient pas indolores, loin s’en faut.

A l’époque, on pourrait penser que le risque principal causé par les pics de chaleur estivaux était surtout la perte des récoltes dû à la sécheresse. Mais avec le recul, il semble en réalité que les faibles rendements à l’origine de véritables disettes étaient beaucoup plus consécutifs aux étés pourris et pluvieux qu’aux périodes de canicules. Un terrible orage comme celui du 13 juillet 1788 faisait alors beaucoup plus de dégâts qu’une vague de chaleur en détruisant une part significative des récoltes de céréales et sa survenance explique en partie le climat de révolte qui préside la période révolutionnaire.

Famine consécutive à une période de sécheresse : gravure du XIXe siècle (source © DeuxSèvres79)

En revanche, les vagues de canicules, provoquant le tarissement des puits et des cours d’eau, avaient alors des connaissances sanitaires redoutables : l’eau devenue rare et souvent croupie permet le développement des germes pathogènes et la dysenterie fait alors des ravages en particulier chez les nourrissons et les jeunes enfants. En 1636, l’année où Corneille écrit Le Cid, Paris et tout le nord de la France sont frappés par un été caniculaire particulièrement torride dont on estime qu’il serait à l’origine d’environ 500 000 morts : une véritable hécatombe, sans comparaison avec ce qu’on a connu en 2003, d’autant qu’à l’époque la France comptait trois fois moins d’habitants que de nos jours !

La canicule parisienne, caricature à la une du Petit Journal le 9 septembre 1895 (source © BNF Paris / Hérodote)

En 1718 et 1719, deux étés très secs se succèdent et on estime le nombre de morts à 700 000 dont 450 000 pour la seule année 1719 où les vagues de chaleurs se succèdent sans discontinuer de juin à septembre et où les chroniqueurs signalent même des nuées de criquets qui ravagent les cultures jusqu’en Normandie. La Seine atteint alors son niveau le plus bas à Paris. Et d’autres été caniculaires surviennent en 1747 et 1779, faisant chacun encore de l’ordre de 200 000 morts, toujours principalement parmi les enfants en bas âge.

Plus près de nous, en 1911, une forte vague de chaleur sévit en France du 5 juillet au 13 septembre. En août, les 35 °C sont dépassés plusieurs jours consécutifs à Paris. Selon la démographe Catherine Rollet, on observe durant cette canicule une surmortalité de 40 000 personnes dont 29 000 nourrissons, alors particulièrement suivis par les inspecteurs des enfants du premier âge, chargés de la surveillance des enfants placés en nourrice à la campagne. Un biais cognitif qui met en exergue ces décès liés notamment aux insolations et aux diarrhées des plus jeunes, lesquelles restent encore redoutables pour les nouveaux nés, mais aussi les effets indirects d’une épidémie de fièvre aphteuse dans les régions d’élevage laitier, entraînant des pénuries de lait qui sont à l’origine de nombreux décès d’enfants en bas âge que l’on nourrit alors avec des produits de substitution mal adaptés.

Une victime d’insolation à la une du Petit Journal le 13 août 1911 (source © Leemage / Le Parisien)

A l’issue de ces observations, une vaste campagne de sensibilisation axée sur la prévention des maladies infantiles est lancée, laquelle portera ses fruits puisque la vague de canicule de l’été 1947 ne met pas en évidence de forte surmortalité infantile. Mais il faudra attendre 2003 pour que les pouvoirs publics prennent conscience que désormais les canicules sont aussi très dangereuses pour les personnes âgées avec des risques de déshydratation mortelle, un phénomène qui était jusque-là sans doute resté masqué par les effets nettement prédominants sur les nourrissons. A chaque crise son enseignement…

L. V.

Beyrouth : l’insoutenable légèreté du port

8 août 2020

La formidable explosion qui a ravagé les abord du port de Beyrouth, mardi 4 août vers 18 h, a frappé les esprits. Le monde entier a vu les images du panache de fumée et surtout des immeubles ravagés par la déflagration, du verre brisé jonchant les rues en plein centre ville de la capitale libanaise, et des blessés ensanglantés transportés en urgence à travers les rues dévastées.

Dégâts dans le quartier de Gemmayzé à Beyrouth le 5 août 2020 (photo © Mohamed Azakir / Reuters / France 24)

Des scènes de guerre comme après un bombardement, au point que certains, dont le président américain Donald Trump, toujours prompt à afficher des jugements péremptoires et bien souvent prématurés, ont affirmé que ce ne pouvait être que l’effet d’un acte terroriste. Exactement comme le 21 septembre 2001, lorsque l’usine AZF a explosé à Toulouse, 10 jours seulement après les attentats du World Trade Center et que les soi-disant experts venaient expliquer doctement sur les plateaux télévisés que l’un des ouvriers décédés dans l’explosion portait toutes les marques vestimentaires d’un kamikaze djihadiste.

Mais à Beyrouth comme à Toulouse, il semble bien qu’il ne s’agisse en aucun cas d’un acte volontaire criminel, mais bien d’un simple accident technologique comme il s’en produit malheureusement trop fréquemment. Il faudra du temps pour analyser en détail les causes d’une telle catastrophe dont le bilan encore provisoire fait déjà état de 154 morts et d’une soixantaine de disparus, mais aussi de 5 000 blessés et d’environ 300 000 personnes sans abri.

A Toulouse, près de 20 ans après la catastrophe qui avait causé la mort de 31 personnes, fait 2 500 blessés mais avait aussi créé des traumatismes durables à plus de 14 000 personnes encore sous traitement 18 mois plus tard, et engendré pour environ 2 milliards d’euros de dégâts, les nombreuses enquêtes qui se sont succédé et ont abouti en 2017 à la condamnation définitive des dirigeants de la société La Grande Paroisse, filiale du groupe Total, n’ont pas vraiment permis de conclure de manière définitive sur les causes exactes.

Le site de l’usine AZF quelques heures après l’explosion du 21 septembre 2001 (photo © MaxPPP / France 3 Occitanie)

Il est acquis que l’explosion est celle d’un stock de 300 à 400 tonnes de nitrate d’ammonium entreposé en vrac dans un hangar, mais les raisons de cette explosion restent controversées. Il a beaucoup été question d’erreur de manipulation avec la mise en contact de produits chlorés. Mais d’autres hypothèses ont été avancées, liées au fait qu’il y aurait eu une première explosion quelques secondes avant celle qui a soufflé le hangar d’AZF. La nature de cette première explosion ne sera sans doute jamais élucidée avec certitude, mais son siège potentiel pourrait être Ie site tout proche de la SNPE (Société nationale des poudres et explosif), spécialisée notamment dans la fabrication de propergols solides pour la propulsion de fusée et engins balistiques militaires et civils), même si les expertises n’ont pu le démontrer.

A Beyrouth, on mettra sans doute aussi beaucoup de temps pour analyser en détail les raisons de cette explosion. Mais comme à Toulouse, la cause principale du désastre vient de ce qu’on y stockait en site très urbanisé des produits particulièrement dangereux. Selon les premiers éléments diffusés dans les médias, le stock de nitrate d’ammonium qui est à l’origine de l’explosion est considérablement plus volumineux que celui du hangar d’AZF puisqu’il est question de 2 750 tonnes. L’explosion a d’ailleurs été entendue à Chypre, à plus de 200 km de là et les spécialistes considèrent qu’elle est l’équivalent d’une explosion de 1000 à 1500 t de TNT, soit un dixième de la puissance de la bombe d’Hiroshima. Par comparaison, selon Le Monde, l’explosion d’AZF, comme d’ailleurs celle de Tianjin en 2015, dont le bilan officiel est de 173 morts et 800 blessés, ne dépassait pas 20 à 40 t d’équivalent de TNT.

Maison d’Halifax après l’explosion du 6 décembre 1917 (photo © Wallace R. MacAskill / Bibliothèque et Archives du Canada / Wikipedia)

En revanche, on a déjà connu pire avec l’explosion accidentelle, le 6 décembre 1917, d’un cargo français chargé de 2 400 t de munitions et explosifs, le Mont-Blanc, au large du port canadien d’Halifax. Une collision avec un navire norvégien dans le chenal d’entrée du port, chacun refusant de céder la priorité, a transformé un banal accident de la circulation en formidable feu d’artifice. La puissance de l’explosion avait alors été évaluée à 2 900 t d’équivalent TNT, causant au moins 2 000 morts et 9 000 blessés et rasant une partie de la ville toute proche.

Comme à Brest en 1947, lorsqu’un bateau contenant plus de 3 000 t de nitrate d’ammonium s’était échoué avant d’exploser, soufflant les bâtiments sur des kilomètres à la ronde, c’est dans le port de Beyrouth que s’est passée l’explosion en ce mois d’août 2020. Le stock d’engrais qui est en cause y avait été transporté par bateau, à bord d’un cargo russe battant pavillon moldave et qui se rendait initialement au Mozambique. Selon le New York Time, le bateau en question, le Rhosus, était une épave flottante qui, à la suite d’une escale imprévue à Beyrouth, s’y est trouvée bloquée en 2013 après un contrôle technique des autorités portuaires. Après 11 mois d’attente et faute de réaction du propriétaire du navire, la cargaison aurait finalement été déchargée mi-2014 et stockée depuis dans un hangar où sont conservées les marchandises saisies.

Mais 6 ans plus tard et malgré, semble-t-il, plusieurs alertes de la part du service des douanes, le stock de nitrate d’ammonium pourtant hautement explosif est toujours là, sans surveillance particulière, alors que le Rhosus, lui, aurait purement et simplement coulé dans le port de Beyrouth depuis déjà plusieurs années.

L’explosion filmée en direct depuis un immeuble de bureaux (photo © Gaby Salem / ESN / AFP / Le Journal de Saône-et-Loire)

Reste à déterminer pourquoi ce nitrate d’ammonium a brusquement explosé ce mardi 4 août. Une chose semble acquise : l’explosion est consécutive à un incendie qui se serait déclaré suite à des travaux de soudure dans un entrepôt voisin, où étaient stockées des fusées de feu d’artifice. Différentes observations concordantes font état de cet incendie contre lequel les pompiers ont lutté pendant une dizaine de minutes sans pouvoir le maîtriser, et plusieurs vidéos ont été tournées alors qu’une épaisse fumée noire s’élevait des hangars du port, et ceci avant même qu’une première puis une seconde explosions ne se produisent, à 18 h, ce qui explique que l’on dispose de nombreux témoignages filmés de l’événement, analysés notamment par Le Monde.

Visite d’Emmanuel Macron à Beyrouth le 6 août 2020 sur les lieux de l’explosion, entouré de militaires libanais (photo © Thibault Camus / AFP / RTL)

Des éléments qui seront sans doute précieux pour analyser les causes et les responsabilités de cet accident technologique majeur. Une enquête internationale est d’ailleurs évoquée, réclamée notamment par Emmanuel Macron qui s’est distingué en se rendant sur place dès le surlendemain de la catastrophe, même si son ton quelque peu paternaliste a pu agacer certains.

Outre la prise en charge des nombreuses victimes et la reconstruction des quartiers endommagés, c’est une grande partie des infrastructures urbaines et portuaires qu’il va falloir reconstruire. Toute la zone des hangars où a eu lieu l’explosion a été soufflée, un cratère de 150 m de diamètre envahi par l’eau de mer s’est formé à la place du quai et les immenses silos à grains où étaient stockées les réserves stratégiques du pays ont été totalement détruits, ce qui laisse craindre un risque de pénurie alimentaire à court terme.

La zone portuaire détruite par l’explosion : au premier plan le cratère qui s’est formé à la place des entrepôts et à côté les silos à grain totalement éventrés (photo © AFP / L’Express)

Un événement qui devrait faire réfléchir les responsables politiques sur le risque, malheureusement présent un peu partout sur la planète, que fait courir en milieu urbanisé la présence d’installations industrielles, de sites de stockage et d’infrastructures de transports de matières dangereuses. Un risque trop souvent minimisé mais qui se rappelle parfois très brutalement à notre souvenir…

L. V.

Fessenheim : ça y est, on ferme !

4 août 2020

Voilà des années que certains l’espéraient, mais voilà qui est fait depuis le 29 juin 2020 à 23h. Alors que la France entamait son déconfinement sanitaire, le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Fessenheim a enfin tiré le rideau. Le réacteur n°1 quant à lui, avait été définitivement mis à l’arrêt le 20 février 2020. C’est incontestablement une page qui se tourne puisque Fessenheim est la première des 19 centrales nucléaires françaises à être ainsi fermée en vue de son démantèlement et alors que nombre de spécialistes, surtout au sein d’EDF, plaidaient pour en prolonger l’exploitation.

Les deux réacteurs nucléaires de Fessenheim en bordure du Grand canal d’Alsace (photo © Sébastien Bozon /AFP / France Bleu)

Lorsque sa construction a été décidée, en 1967, sous la présidence du Général de Gaulle, l’objectif était de recourir à la filière française dite uranium naturel graphite gaz. Mais deux ans plus tard, en novembre 1969, alors que Georges Pompidou a remplacé le Général à la tête du pays, on assiste à un revirement de situation : il est finalement décidé qu’il serait plus économique de recourir à la technologie des réacteurs à eau pressurisée commercialisés sous licence de la firme américaine Westinghouse Electric : à l’époque déjà il était bien difficile de résister aux sirènes de la mondialisation…

Autorisée en 1970, la construction de la centrale de Fessenheim, premier prototype industriel d’une longue série, débute en 1971 mais se heurte alors à une forte opposition citoyenne. En 1975, un attentat à l’explosif interrompt même le chantier pendant plusieurs mois tandis que les manifestations se multiplient, en France mais aussi en Allemagne et en Suisse toutes proches. Implantée au bord du Grand canal d’Alsace, la centrale est en effet à proximité immédiate de ces deux pays qui participent d’ailleurs au financement du projet et disposent depuis cette date d’un droit de tirage de l’électricité produite, à hauteur de leur investissement initial, à savoir 15 % pour le consortium suisse et 17,5 % pour la société allemande EnBW.


Chantier de construction de la centrale de Fessenheim dans les années 1970 (source DR / Les Dernières nouvelles d’Alsace)

Les oppositions au projet sont d’ailleurs telles que sur les 4 réacteurs initialement prévus, deux seulement seront construits, d’une puissance de 900 MW chacun. Mise en service en 1977, la centrale aura coûté au final de l’ordre de 1 milliard d’euros en valeur de l’époque. Un montant bien moindre que le chantier en cours de l’EPR de Flamanville désormais évalué à au moins 12,4 milliards d’euros. A l’époque, EDF avait calculé que cet investissement pourrait être amorti sur la durée d’exploitation de la centrale qui était estimée à 20 ans. Mais ses calculs, qui supposaient un fonctionnement à 75 % du temps, se sont révélés exagérément optimistes. Sur les 30 premières années de fonctionnement, ce taux de disponibilité n’a été atteint que 4 fois !

Salle de commande de la centrale de Fessenheim (photo © Gilles Varela / 20 minutes)

Les arrêts et les pannes se sont en effet multipliés sur les réacteurs de Fessenheim comme d’ailleurs sur la totalité des autres sites exploités. En 2002 par exemple, il a fallu remplacer les 3 générateurs de vapeur du réacteur n°1. Coût de la facture : 104 millions d’euros selon Greenpeace, et 210 jours d’arrêt consécutifs, soit un manque à gagner de 32 millions d’euros. Il a fallu 2 ans et demi de production supplémentaire pour rentabiliser un tel investissement.

Ce sont les visites décennales organisées sous l’égide de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) qui déterminent, tous les 10 ans et pour chacun des deux réacteurs, la poursuite de l’exploitation pour les 10 ans à venir. Après l’accident de Tchernobyl et plus encore après celui de Fukushima, les autorités se sont inquiétés de la légèreté initiale de la construction de ces deux réacteurs dont l’épaisseur du radier ne dépasse pas 1,20 m contre 4 m pour les centrales plus récentes. En cas de fusion du cœur de la centrale comme à Tchernobyl, le corium percerait ce radier en moins de 24 h et se retrouverait très rapidement en contact avec la nappe phréatique du Rhin dans laquelle baigne le site.

Implantation des 58 réacteurs nucléaires et autres installations connexes en France (source : Greenpeace)

Un scénario catastrophe qui a été au centre de bien des débats, notamment lors de l’inspection décennale de 2009 au cours de laquelle est également mise en évidence une très grave insuffisance quant à la prise en compte du risque sismique. En cas de tremblement de terre majeur, comme on en recense fréquemment dans le sillon alsacien, les digues de protection contre les inondations risqueraient d’être sérieusement endommagées et la centrale pourrait alors se retrouver exposée en cas de crue. C’est déjà ce qui avait failli se produire lors de la tempête de 1999 sur la centrale du Blayais qui avait été à deux doigt de se retrouver submergée par les flots, selon un scénario assez proche de ce qu’on a connu à Fukushima, avec les conséquences que chacun a pu constater… Depuis cette inspection de 2009, EDF a d’ailleurs dû investir la bagatelle de 380 millions d’euros de travaux pour obtenir l’autorisation de poursuivre l’exploitation du site.

En septembre 2012, François Hollande réaffirme sa volonté de fermer la centrale de Fessenheim d’ici 2016, conformément à sa promesse de campagne. Les lobbies nucléaires s’activent alors, EDF prétendant ne pas pouvoir envisager une telle éventualité sauf à devoir verser une indemnité dissuasive aux actionnaires minoritaires de la centrale, à savoir les Suisses et les Allemands, tant et si bien qu’en septembre 2015, Ségolène Royal, alors Ministre de l’écologie, annonce que la fermeture du site est repoussée à fin 2018, le temps que s’achève le chantier de l’EPR de Flamanville qui va de déboires en déboires.

Dialogue (fictif) au sommet entre Ségolène Royal et Cécile Duflot (dessin signé KAK publié en 2015 sur le site l’Opinon)

En mars 2017, la Commission européenne valide le protocole d’indemnisation proposé par EDF à ses partenaires en cas de fermeture anticipée de Fessenheim, mais en octobre 2018, le Conseil d’État annule le décret signé par Ségolène Royal, au prétexte qu’il aurait été pris sans que l’exploitant, en l’occurrence EDF, n’ait demandé officiellement cette fermeture : une argutie juridique qui permet de gagner encore un peu de temps et autorise Emmanuel Macron à annoncer finalement, un mois plus tard, que la fermeture du site n’aura lieu qu’à l’été 2020. Un calendrier finalement confirmé en septembre 2019 par Emmanuelle Wargon, alors Secrétaire d’État à la transition écologique et qui a donc bien été respecté, alors même que la mise en service de l’EPR de Flamanville reste toujours aussi hypothétique.

Dessin signe Besse, publié dans Marianne le 3 juillet 2020

Après 43 ans d’activité, le démantèlement de ces deux réacteurs ne s’annonce pas comme une partie de plaisir d’autant qu’il servira de laboratoire d’essais pour les 56 autres réacteurs encore en service et dont certains sont quasiment aussi obsolètes que ceux de Fessenheim. Un démantèlement qui n’a jamais vraiment été prévu et qui risque en effet de réserver son lot de mauvaises surprises. Jusqu’en 2023, la priorité est d’évacuer le combustible hautement radioactif avant de commencer, en 2025 seulement, le démantèlement proprement dit des deux réacteurs, opération qui devrait durer au moins jusqu’en 2040 selon le calendrier officiel actuel…

Cette fermeture définitive des deux premiers réacteurs nucléaires exploités commercialement par la France constitue en tout cas un signal fort, le premier depuis bien longtemps, que le pragmatisme économique, sinon l’ambition écologique voire la sécurité des populations, pouvaient finir par convaincre les plus zélés défenseurs de l’idéologie techniciste du lobby nucléaire français que d’autres voies étaient à explorer pour assurer l’indépendance énergétique nationale. Alors que tous les calculs confirment, année après année, que la filière nucléaire n’est pas si compétitive qu’EDF ne l’affirme et qu’elle constitue une véritable impasse technologique du fait de l’extrême difficulté à gérer dans le temps les déchets radioactifs qu’elle produit et à assurer au quotidien la sécurité des populations et de ses agents d’exploitation, voilà peut-être enfin un premier geste raisonnable vers des choix énergétiques plus adaptés et plus durables ?

L. V.

Pompéi revisité

29 juillet 2020

Les Romains, c’est bien connu, construisaient pour durer. Contrairement à nos élus locaux qui n’hésitent pas à raser un bâtiment public quasi neuf pour en édifier un nouveau à la place, selon l’adage bien connu de tous les maîtres d’œuvre : « faire et défaire, c’est toujours des honoraires »…

Les ruines de Pompéi et le Vésuve en arrière-plan (photo © Darryl Brooks / Shutterstock.com / Dailygeekshow)

La meilleure preuve de cette construction antique déjà adepte du développement durable avant la lettre, en est peut-être la ville de Pompéi. La petite citée locale, édifiée dans la plaine côtière très fertile qui s’étend au pied du Vésuve, au sud de Naples, n’est devenue romaine que vers 290 av. J.C. Assiégée par le général romain Sylla lors d’une guerre contre les Samnites en Campanie, la ville voit s’y installer une colonie de 2000 vétérans qui renforcent le développement urbain de la petite cité déjà prospère. La mer y est poissonneuse, les sols particulièrement propices à la viticulture et à la culture de l’olivier dont l’huile est largement exportée, tandis que l’on y produit d’excellentes pierres à meules qui sont alors très recherchées.

Affiche de l’exposition sur Pompéi au Grand Palais

La ville de Pompéi subit pourtant, au début des années 60 ap. J.C. un violent tremblement de terre qui endommage une partie des édifices publics et privés, rendant quasi inutilisable le réseau d’eau courante ainsi que les établissements thermaux. De nouvelles secousses sismiques en 70 contribuent à faire fuir certains habitants alors que la ville est en pleine reconstruction. Et en 79 finalement, la ville est totalement ensevelie à l’occasion d’une éruption volcanique du Vésuve tout proche. Une éruption assez bien décrite dans des lettres de Pline le Jeune à l’historien Tacite, lequel précise même la forme du panache de fumée. Longtemps daté du 24 août sur la foi de ces lettres, on sait désormais que le drame a eu lieu en réalité le 25 octobre 79, à l’automne, comme en attestent les fruits retrouvés sur place et un graffiti du 17 octobre.

Les deux villes voisines d’Herculanum et de Stabies sont recouvertes de scories volcaniques dont l’épaisseur atteint localement jusqu’à 20 m, tandis que Pompéi est ensevelie sous plusieurs mètres de lapillis et de cendres volcaniques. Les habitants qui n’ont pas réussi à fuir à temps sont tués lors de l’écoulement de leurs maisons dont les toitures ne résistent pas à une telle accumulation de matériaux. Les autres sont asphyxiés sous l’effet des nuées ardentes, ces gaz brûlants et toxiques qui dévalent à grande vitesse du volcan.

Fouilles à Pompéi au XIXe siècle (source : Gravures anciennes)

C’est en 1592 que l’on redécouvrit la cité enfouie de Pompéi, à l’occasion des travaux de terrassement d’un canal d’irrigation, mais la tranchée fut rapidement rebouchée au vu des fresques vaguement érotiques mises au jour. En 1709, les fouilles reprennent dans le secteur, aboutissant à la découverte des vestiges d’Herculanum qui est identifiée comme telle en 1738. Dix ans plus tard, les fouilles délaissent le site d’Herculanum où les dégagements sont rendus difficiles du fait de la coulée pyroclastique épaisse et relativement dure qui a recouvert tout le site. Elles s’orientent alors vers un autre site où il est plus facile d’excaver la couche de lapilli et de cendre moins compacte. Mais ce n’est qu’en 1763 que ce nouveau site sera identifié comme étant celui de la ville antique de Pompéi.

Dès lors, les fouilles se sont rapidement développées, y compris pendant les guerres napoléoniennes qui ont conduit Joachim Murat sur le trône du Roi de Naples. Mais il a fallu attendre 1860 pour que ces fouilles, qui initialement s’apparentaient plutôt à du pillage en règle pour récupérer les plus belles pièces et saccager tout le reste, prennent un tour plus scientifique. L’un des instigateurs de cette nouvelle approche en est Giuseppe Fiorelli, alors directeur des fouilles et qui fut à l’initiative de la technique du moulage interne en plâtre.

Moulage en plâtre d’un corps retrouvé sur le perron de la maison de Fabius Rufus à Pompéi (photo © Leemage / Electa / INRAP)

Sous l’effet des cendres brûlantes, tous les tissus et matières organiques avaient été carbonisées, laissant un vide recouvert d’une croûte de cendres solidifiées : remplies de plâtre liquide, et une fois ce dernier solidifié, il ne reste plus qu’à casser la croûte pour voir réapparaître les corps ensevelis. Plus de 1150 corps humains, sans compter les chiens et les chevaux, ont ainsi pu être reconstitués, dans la position exacte où la mort les a figés.

Effondrement partiel de l’école des gladiateurs à Pompéi en novembre 2010 (photo © Franco Origlia / Getty / RFI)

En novembre 2010, l’effondrement de l’école des gladiateurs met en évidence, aux yeux du monde entier, l’état de délabrement dans lequel se trouve le site archéologique pourtant l’un des plus célèbres. L’UNESCO s’affole et envoie sur place une délégation d’experts pour évaluer l’ampleur des dégâts, menaçant de classer Pompéi sur la liste du « patrimoine mondial en péril ». Les coupes budgétaires opérées sous l’effet de la crise économique et le désengagement de l’État au bénéfice d’entreprises privées moins regardantes sont largement mises en cause, sans compter les malversations de la mafia locale. Le commissaire extraordinaire nommé par le premier ministre, Silvio Berlusconi, pour gérer le site de Pompéi sera d’ailleurs inculpé pour corruption, abus de pouvoir, fraude, factures gonflées et escroquerie aux dépens de l’État…

Peinture murale en cours de dégagement à Pompéi (source : bande annonce de l’exposition du Grand Palais)

Mais depuis 2012, un nouveau programme doté de 105 millions d’euros, dont 41,8 millions venant de l’Union européenne, est engagé pour restaurer plusieurs maisons endommagées et créer un système de drainage des eaux pluviales afin de protéger les ruines de l’humidité. A partir de 2018, de nouveaux édifices ont été dégagés comme la maison de Léda et le cygne, la maison d’Orion et la maison du Jardin. Ces fouilles récentes et très spectaculaires sont particulièrement mises en valeur dans le cadre de l’exposition actuellement ouverte au Grand Palais, à Paris, sous forme d’un véritable parcours immersif avec une reconstitution en 3D des bâtiments dans leur état actuel et tels qu’ils étaient lors de la catastrophe de l’an 79.

Vue de l’exposition du Grand Palais avec sa scénographie spectaculaire (photo © Didier Plowy / France TV info)

Prévue pour être inaugurée le 25 mars, à une période où le confinement généralisé pour cause de Covid-19 ne le permettait pas, l’exposition a dû retarder son ouverture au public et en a profité pour élaborer de fabuleux outils de vulgarisation permettant de consulter à distance une partie des éléments exposés. Une série de vidéos montre ainsi de manière très pédagogique les fouilles récentes effectuées à Pompéi. On y découvre la fabuleuse mosaïque d’Orion représenté à la fois comme chasseur combattant un scorpion puis avec ses ailes de papillon en train de s’envoler vers le ciel après que Zeus l’a transformé en constellation…

Peinture murale récemment exhumée à Pompéi (source : bande annonce de l’exposition du Grand Palais)

La démarche des fouilles conduites récemment sur le site de Pompéi y est expliquée, comparée à celle des siècles précédents dont on a retrouvé les tunnels creusés à travers les vestiges antiques, permettant aux pillards de venir récupérer en aveugle sculptures, mosaïques et monnaie romaine. Le travail minutieux de restauration d’une mosaïque y est scrupuleusement expliqué, sur le fil du rasoir entre rénovation artistique et respect absolu de l’œuvre originale. Les villas romaines reconstituées en 3D, dans lesquelles on se promène virtuellement à 360 ° sont spectaculaires, avec leur atrium accueillant, leur péristyle ombragé, leur impluvium astucieux, leur cuisine enfumée, et leur jardin où il fait bon deviser à l’ombre des oliviers.

Le thermopolium de Vetutius Placidus à Pompei (source : Guidigo)

Même le thermopolium que l’on trouvait à tous les coins de rue de Pompéi, avec son comptoir sur lequel on pouvait s’attabler pour casser la croûte et goûter le pinard local, prend ainsi un air de modernité saisissant, pas si éloigné finalement de notre bistrot moderne. Comme quoi l’art de vivre traverse les siècles et reste finalement intemporel…

L. V.

Carnoux : la mairie a fini par tomber…

27 juillet 2020

Un gros tas de gravats : voilà tout ce qui reste de la mairie de Carnoux… Déjà en septembre 2017, alors que les terrassements pour l’extension de l’hôtel de ville battaient leur plein, l’édifice paraissait bien menacé avec ses fondations totalement déchaussées et ses murs à moitié cassés surplombant l’abîme, à la verticale d’un trou béant. Une situation qui avait d’ailleurs vaguement inquiété le maître d’œuvre et avait incité ce dernier à réclamer des investigations géotechniques complémentaires en vue de vérifier la bonne stabilité de l’édifice, construit un peu à la va-vite dans l’euphorie qui avait suivi l’érection de la ville pionnière de Carnoux-en-Provence au rang de nouvelle commune de plein droit.

Un tas de gravats, voilà tout ce qu’il reste de l’ancienne mairie de Carnoux-en-Provence (photo © CPC – 26 juillet 2020)

Un léger correctif qui venait à l’époque en complément de plusieurs autres et qui expliquait pourquoi le montant prévisionnel global du projet, chiffré initialement à 2,9 millions d’euros passait alors officiellement à 3,7 millions d’euros, alors même que le montant de l’opération était déjà à cette date en réalité de 5 millions d’euros comme le confirme sans la moindre ambiguïté le panneau légal d’information qui figure le long des palissades du chantier. C’est d’ailleurs bien sur cette base de 5 millions que le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône a accordé sa subvention de 2,2 millions d’euros.

Vue du panneau affichant les caractéristiques du projet, dont le coût est de 5 millions d’euros et précisant que le permis de démolir est accordé pour une surface de 31 m² (photo © CPC)

Il faut dire aussi que le maître d’ouvrage avait assez mal anticipé certains éléments du projet, oubliant notamment de tenir compte de la présence potentielle d’amiante dans les locaux de l’ancienne poste et des locaux associatifs situés à l’arrière de la mairie, ce qui avait considérablement retardé leur démolition, pourtant préalable à tout le reste de l’opération.

Depuis, les travaux ont bien avancé malgré quelques aléas de chantiers dont un incendie spectaculaire qui a bien failli faire partir tout l’édifice en fumée et obliger à tout recommencer à zéro, sans oublier la faillite de l’entreprise qui n’a pas survécu à un tel chantier et qu’il a fallu remplacer à la suite d’un nouvel appel d’offres. Des vicissitudes malheureusement fréquentes dans un projet public d’envergure qui est en gestation depuis des années et qui commence à être bien placé sur la liste des prétendants pour égaler le record du chantier le plus long de l’agglomération marseillaise, pour l’instant détenu haut la main par la L2…

La nouvelle mairie de Carnoux en cours de construction à côté de l’hôtellerie de la Crémaillère (photo © CPC – 26 juillet 2020)

Sauf que l’on commence à s’interroger sur le caractère évolutif de ce projet. En janvier 2017, la revue officielle de la municipalité, dans son n°46 du Messager, qualifiait ce projet d’ « extension de la mairie et construction du Point accueil tourisme », une appellation qui figure sur tous les dossiers de consultation des entreprises et sur les demandes de permis de démolir et de construire. Le calendrier des travaux prévoyait alors quatre phases successives : après la démolition de l’ancienne poste devaient s’engager la construction du point accueil et celle de l’extension de la mairie, suivies, « d’avril à décembre 2018 », par « la réhabilitation de la mairie existante ». Il est alors bien précisé que cette dernière consistera en un « réaménagement des locaux actuels ». D’ailleurs, le permis de démolir accordé alors et toujours affiché le long du mail évoque une démolition sur une emprise de 31 m² qui correspond a priori à celle de l’ancienne poste et des anciens locaux du CCAS situés à l’arrière de la parcelle.

Il n’avait donc jamais été question jusque-là, dans les organes de communication officiels de la municipalité d’une démolition complète de l’ancienne mairie puisqu’il s’agissait de simplement de reconfigurer l’ancien bâtiment en le raccordant au nouveau. Mais manifestement le projet a encore évolué entre temps et il a finalement été décidé de raser complètement l’ancienne mairie pourtant solidement construite en béton armé il y a une petite cinquantaine d’années. C’est donc chose faite depuis cette semaine et il ne reste plus qu’un gros tas de gravats à la place de la mairie de Carnoux. Pour une simple reconfiguration de l’aménagement intérieur, telle que le prévoyait le projet, voilà qui est bien radical…

Chantier de démolition de l’ancienne mairie de Carnoux-en-Provence (photo © CPC – 26 juillet 2020)

Une bonne manière de faire table rase du passé et d’incarner le renouveau architectural sinon politique de cette municipalité au pouvoir depuis si longtemps, Jean-Pierre Giorgi y étant élu sans discontinuer depuis 37 ans. On construisait jadis pour plusieurs générations, surtout pour les bâtiments publics sensés affirmer la continuité de l’administration. A l’heure où Carnoux s’enorgueillit de célébrer chaque année la semaine du développement durable, voilà un bien mauvais signal donné à ce souci de pérennité et d’économie de moyens en réduisant ainsi en miettes et à grands coups de pelle mécanique un bâtiment public qui, une fois réhabilité et réaménagé, devait s’intégrer dans un nouveau projet architectural précisément conçu dans ce but. Le maire connaît sans doute les raisons d’un tel revirement. Peut-être daignera-t-il un jour en faire part à ses concitoyens ?

L. V.

Pas de Fête de l’Huma cette année…

25 juillet 2020

En 2020, la traditionnelle Fête de l’Huma, organisée par le quotidien communiste L’Humanité, n’aura donc pas lieu. C’est maintenant officiel, même si l’on s’en doutait déjà depuis quelque temps, après l’annonce de l’annulation ou du report de la plupart des festivals et des grandes manifestations festives récurrentes, pour cause de crise sanitaire qui joue les prolongations. Patrick le Hyaric, le directeur de L’Humanité, l’a finalement annoncé dans les colonnes du journal ce lundi 20 juillet 2020, après avoir déjà laissé entendre qu’il serait très compliqué de maintenir l’organisation d’un tel événement qui rassemble chaque année jusqu’à un demi-million de visiteurs par jour.

Un dessin signé Gros publié dans Marianne le 24 juillet 2020

Le 7 septembre 1930, la première Fête de l’Huma… (source © Dominique Lesparre)

Cette année marquait pourtant la 85e édition de la Fête de l’Huma qui avait été organisée pour la première fois en 1930, par Marcel Cachin, alors directeur de l’Humanité, même si l’idée initiale d’une grande fête populaire de la Gauche avait été lancée dès 1913 par le socialiste Marcel Sembat. En 1930, la première Fête de l’Huma, qui se tient à Bezons, dans le Val d’Oise, n’attire qu’un petit millier de participants mais permet de dégager quelques bénéfices pour financer le journal.

Il faut attendre 1936 et la période propice du Front Populaire pour que les grands concerts qui commencent à caractériser la Fête de l’Huma parviennent à mobiliser les 300 000 visiteurs. Devant le succès de l’évènement, son audience s’élargit rapidement. Dès 1937, les stands de pays étrangers, Union soviétique en tête, y font leur apparition, ainsi que ceux des collectivités du pays entier, donnant à l’événement un caractère national majeur.

Interrompu pendant les années d’occupation, la Fête reprend dès 1945, organisée désormais au bois de Vincennes et atteint cette année là le chiffre record de 1 million de participants. Au fil des années, le site se déplace à Montreuil, Meudon et finalement, à partir de 1960, à La Courneuve, d’abord au parc des Sports, puis dans le parc paysager départemental Georges-Valbon, et enfin, depuis 1999 sur l’Aire des Vents de ce même parc, situé à proximité de l’aéroport du Bourget et qui a été aménagé à l’emplacement d’un ancien bidonville.

2016 : une affiche déjantée pour la Fête de l’Huma… (source © Mag agenda culturel)

La fête est traditionnellement organisée sur 3 jours et était prévue cette année les 11, 12 et 13 septembre. Le vendredi était initialement réservé aux militants communistes mais est désormais ouvert au grand public depuis les années 1980. Outre les stands des différentes sections locales du PC qui proposent souvent boissons, nourritures et spécialités régionales, plusieurs scènes permettent aux artistes de se produire. Un stand des livres est présent ainsi que de nombreuses agoras permettent l’organisation de débats. Le dimanche après-midi est traditionnellement organisé un grand meeting politique qui s’achève généralement par une Internationale reprise en chœur, dans le plus pur esprit du militantisme communiste.

Les stands de la fête de l’Huma en 2015 (photo © Laura Bruneau)

Mais la Fête de l’Huma a réussi au fil du temps à drainer bien au-delà des seuls militants du PCF dont le nombre se réduit d’année en année. Ses expositions artistiques dont celle de Fernand Léger en 1957 ou de Pablo Picasso en 1967, 1973 et 1982 constituent de véritables événements culturels. Celle organisée en 2008 sur les artistes de rue rassemblait des œuvres de Jean Dubuffet ou encore Ernest Pignon-Ernest. En 1981, le clou du spectacle était une rame du TGV qui venait tout juste de battre le record du monde de vitesse sur rail à 380 km/h, tandis que le ministre communiste des transports de François Miterrand, Charles Fiterman, plaidait en faveur d’un développement massif du réseau de TGV sur le territoire national.

Grande scène de la Fête de l’Huma (photo © Thomas Samson / AFP / CNews)

Mais c’est surtout l’actualité musicale qui a contribué à la renommée de la Fête de l’Huma, avec ses concerts géants organisés en particulier sur la Grande scène qui peut accueillir de l’ordre de 100 000 spectateurs. De grandes voix s’y sont produites, telles que Léo Ferré, Jacques Brel, Renaud, Johnny Hallyday, Alain Souchon, Bernard Lavilliers, Michel Polnarreff, Jacques Dutronc, Juliette Greco, Cesara Evora, Léonard Cohen, Julien Clerc, Stevie Wonders, les Pink Floyd ou John Baez pour n’en citer que quelques uns. L’an dernier, les visiteurs de la Fête de l’Huma avaient ainsi vu se produire sur scène Marc Lavoine, Soprano, Kassav’, Les Négresses Vertes ou encore Paul Kalkbrenner.

Bernard Lavilliers en concert à la Fête de l’Huma en 2011 (photo © Patrick Gherdoussi / Fedephoto.com / L’Humanité)

Mais cette année, le spectacle n’aura donc pas lieu. Ce devait être pourtant la dernière édition dans ce site de l’Aire des Vents de La Courneuve puisqu’un nouveau lieu d’accueil devra être trouvé dès l’an prochain en raison des travaux programmés de construction du futur Village des médias destiné aux Jeux olympiques de 2024. La Fête de l’Huma aura donc raté sa sortie pour cause de Covid-19 et tout reste à réinventer pour une nouvelle édition en 2021. Il serait dommage qu’une fête aussi populaire et ancrée de longue date dans le paysage culturel français ne survive pas à la crise sanitaire…

L. V.

Marseille-Provence : un déni de démocratie

18 juillet 2020

Qui, en dehors de quelques élus locaux semi-professionnels, se souvient encore de la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM) ? Créée par arrêté préfectoral en juillet 2000, alors que la plupart des autres communautés urbaines françaises étaient en fonctionnement depuis les années 1960, celle-ci fut pourtant, avec un peu plus d’un million d’habitants, le troisième plus gros établissement public de coopération intercommunale.

Le territoire de l’ancienne Communauté urbaine MPM (source © AMP métropole)

Elle regroupait alors, autour de la ville de Marseille, 17 autres petites communes des environs, réparties entre l’Ouest (Marignane, Carry-le-Rouet, etc.) et l’Est marseillais (Cassis, Carnoux, La Ciotat, etc.). Les grandes villes voisines de l’agglomération marseillaise, telles Aubagne et Aix-en-Provence, avaient alors obstinément refusé d’adhérer à cette communauté urbaine au rabais, mise en place par Jean-Claude Gaudin, déjà maire de Marseille et qui présida cette structure intercommunale jusqu’en 2008.

A l’époque, les maires de toutes les communes voisines de Marseille, celui de Carnoux comme les autres, étaient furieusement opposés à cette association avec la ville centre. Roland Povinelli, alors sénateur-maire d’Allauch résumait assez bien le sentiment général en déclarant dans l’Express avec une forte dose de mauvaise foi : « On nous a forcés à entrer dans la communauté urbaine de Marseille en 2000. Depuis, c’est elle qui s’occupe des ordures ménagères et c’est une catastrophe: jamais ma commune n’a été aussi sale. Je suis obligé de payer du personnel pour recommencer le travail ! ».

Le socialiste Eugène Caselli, élu à la surprise générale président de MPM en 2008 (photo © Michel Gangne / AFP / 20 minutes)

En 2008, certains de ces maires limitrophes, dont Jean-Pierre Giorgi, pourtant incontestablement marqués à droite, exprimaient ainsi leur mécontentement en refusant de voter pour Renaud Muselier à qui Jean-Claude Gaudin proposait (mollement) de confier son fauteuil de président de MPM, préférant élire à sa place, le socialiste Eugène Caselli. Le début d’une ère particulièrement faste pour ces petites communes périphériques comme Carnoux qui dès lors ont pu puiser sans compter dans les caisses largement ouvertes de la Communauté urbaine, mais aussi du Département dirigé jusqu’en 2015 par Jean-Noël Guérini…

Guy Tessier, dernier président de Marseille Provence Métropole avant sa disparition fin 2015 (photo © CU MPM)

Le 31 décembre 2015, la Communauté urbaine MPM, alors dirigée par Guy Tessier, disparaissait officiellement au profit de la nouvelle Métropole Aix-Marseille-Provence, accouchée aux forceps par la volonté de l’État contre l’avis unanime de la quasi totalité des élus locaux, accrochés comme des arapèdes à leurs compétences, dont celle liée à l’aménagement du territoire et à l’élaboration des plans locaux d’urbanisme, qui leur donne tout pouvoir et permet un clientélisme débridé.

Mais pas question pour autant de laisser disparaître MPM. Après bien des tractations et de guerre lasse, l’État a dû se résoudre, comme à Paris et pour les mêmes raisons, de laisser perdurer les anciennes intercommunalités sous forme de « conseils de territoires ». Un non sens total qui rend la métropole partiellement impuissante mais permet aux élus locaux de garder un fort pouvoir de nuisance en continuant à pomper, pour le bénéfice de leurs petits projets locaux, les financements publics destinés à construire, aménager et équiper une aire métropolitaine cohérente et durable.

Les six conseils de territoire de la Métropole Aix-Marseille-Provence (source © AMP métropole)

La Communauté urbaine MPM s’est donc muée, sur le même périmètre et avec les mêmes élus, en Conseil de territoire Marseille-Provence, destiné officiellement à « animer », « coordonner » et « établir des diagnostics » en lien avec les compétences de la métropole telles que le développement économique, l’habitat, l’urbanisme, la propreté, l’eau, l’assainissement, les transports publics, etc. Les conseils de territoires se réunissent en principe avant chaque conseil métropolitain, continuent à gérer en direct certains équipements intercommunaux qui n’ont pas été transférés à la métropole (c’est le cas notamment de la piscine de Cassis) et ont même conservé un pouvoir d’attribution de marchés publics jusqu’à un certain seuil.

Logiquement, ces structures d’un autre âge, conservées uniquement pour faire accepter par les maires périphériques, la création de la métropole, auraient dû disparaître en 2020, lors du renouvellement des exécutifs municipaux, afin de permettre de passer à une véritable intercommunalité comme dans la plupart des autres grandes villes française, le modèle le plus accompli étant celui du Grand Lyon, érigé en collectivité territoriale à part entière et qui vient d’élire ses propres représentants au suffrage universel.

Certes, le nombre d’élus a été légèrement réduit en 2020, passant de 176 à 126. Pour autant, non seulement MPM n’a pas disparu, comme d’ailleurs les 5 autres conseils de territoires toujours en place, mais il est même question d’en renforcer les compétences en transférant celles de la métropole à ses structures croupions, histoire de bloquer de nouveau toute velléité de gérer les dossiers à l’échelle de l’aire métropolitaine. Un retour en arrière qui s’explique non seulement par l’égoïsme viscéral des communes périphériques à l’encontre de la ville centre, mais aussi par la nouvelle situation politique issue des dernières élections municipales.

La ville de Marseille ayant désormais une majorité de gauche et la métropole étant restée aux mains de la droite, la cohabitation en vue de préserver l’intérêt général du territoire aurait demandé de la part des élus locaux un minimum de bonne volonté et d’esprit de conciliation. Mais c’est manifestement trop leur demander. Après la Métropole AMP qui a reconduit à sa tête Martine Vassal pourtant sévèrement battue dans son fief marseillais, chacun des 6 conseils de territoire s’est choisi de nouveaux élus. Celui du Pays d’Aix a bien évidemment reconduit l’inamovible Maryse Joissains, pourtant condamnée à une peine d’inéligibilité mais toujours en attente du jugement en appel. Le pays salonais a reconduit le sortant LR Nicolas Isnard et celui de Martigues son ancien président communiste Gaby Charroux. François Bernardini est toujours à la tête d’Istres-Ouest Provence tandis que le pays d’Aubagne et de l’Étoile a (un peu) innové en confiant la tête de son conseil de territoire au maire de Cadolive, Serge Perrotino.

Roland Giberti élu à la tête du Conseil de territoire MPM le 15 juillet 2020 avec Jean-Pierre Giorgi masqué en arrière-plan, à gauche, pour une fois… (photo © J. J. / La Provence)

Ne restait plus qu’à choisir l’exécutif de Marseille-Provence, ce qui a été fait ce mercredi 15 juillet 2020. Bien entendu, pour le citoyen lambda, la logique aurait voulu que les représentants de la ville de Marseille qui regroupe à elle seule plus de 82 % des habitants du territoire, disposent d’une large majorité au sein de cette instance. Mais pas du tout…Sur les 126 représentants désignés par les communes pour siéger au Conseil de territoires Marseille-Provence, 102 sont pourtant issus de la ville centre. Mais la gauche marseillaise, bien que majoritaire dans son fief, se retrouve minoritaire au sein de Marseille-Provence.

De fait, c’est Roland Giberti, maire de Gémenos, une petite commune de 6 500 habitants, qui se retrouve à la tête de cette structure de plus d’un million d’habitants et c’est le maire de Carnoux (6 600 habitants), Jean-Pierre Giorgi qui en est désormais le premier vice-président !

Les 15 nouveaux vice-présidents du Conseil de territoire Marseille-Provence élus le 15 juillet 2020 autour de Martine Vassal (source © Made in Marseille)

Une situation assez inédite, sans aucun rapport, bien évidemment, avec ce qu’aurait donné une élection au suffrage direct. Les représentants de la nouvelle majorité marseillaise, dont le candidat écologiste Pierre Huguet a pourtant recueilli 50 voix lors du premier tour de scrutin, n’a pu ainsi obtenir aucun élu au sein de cette assemblée qui est pourtant supposée représenter un territoire où elle est numériquement majoritaire. Dépités, les élus de gauche ont fini par quitter la salle, incapables de peser, dans un mode électif aussi inique, sur un suffrage qui a donc conduit à élire 15 vice-présidents de droite et pas un seul de gauche. Le Conseil de territoire Marseille-Provence est donc désormais aux mains exclusives d’une poignée de maires de droite des petites communes périphériques et de quelques élus, de droite également, pourtant battus dans leur fief marseillais.

Roland Giberti aux côtés de Martine Vassal, candidat à la présidence de MPM le 15 juillet 2020 (photo © Georges Robert / La Provence)

Un signal très clair envoyé par la nouvelle président de la Métropole, Martine Vassal, qui était à la manœuvre, pour montrer que désormais l’intercommunalité servira d’abord et avant tout à renforcer les communes périphériques et à contrer la nouvelle majorité marseillaise issue des urnes. Les citoyens qui espéraient un sursaut démocratique et le développement d’une aire métropolitaine plus vivable attendront encore un peu…

L. V.

Métropole : les élus locaux à la manœuvre…

11 juillet 2020

En démocratie comme dans le secteur ferroviaire, la prudence est de mise : comme pour les trains, une élection peut en cacher une autre… L’année 2020 n’aura pas fait exception à la règle avec cette série d’élections à la tête des intercommunalités qui vient de se dérouler en toute discrétion, quelques jours après le deuxième tour des municipales. Déjà que ces dernières n’avaient pas rencontré un grand succès en termes de participation citoyenne avec un taux d’abstention jamais rencontré, au premier comme au deuxième tour… Et pourtant, l’élection du maire et de son conseil municipal constituent l’un des moments forts de la démocratie à la française, les citoyens restant très attachés à la figure tutélaire du Maire comme à celle du Président de la République.

Mais on ne peut guère en dire autant de l’intercommunalité qui, bien que trustant désormais la quasi totalité des compétences liées à la démocratie de proximité, reste le parent pauvre de la démocratie locale. Le fait est que, malgré le système de fléchage mis en place pour la désignation des élus communautaires, l’élection ne se fait pas au scrutin direct. Le citoyen est donc largement tenu à l’écart des tractations qui aboutissent à l’élection du Président et des Vice-Présidents des quelques 1258 établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre qui se partagent désormais entre métropoles, communautés urbaines, communautés d’agglomération et communautés de communes. De quoi laisser la voie libre à bien des arrangements entre élus locaux qui ne vont pas toujours dans le sens de l’intérêt public du territoire…

Martine Vassal réélue à la tête de la Métropole Aix-Marseille-Provence (photo © Nicolas Vallauri / La Provence)

Trois exemples pour l’illustrer…

Dans la métropole Aix-Marseille-Provence tout d’abord où Martine Vassal vient d’être réélue Présidente dès le premier tour de scrutin le jeudi 9 juillet 2020, alors même qu’elle avait perdu son pari de succéder à Jean-Claude Gaudin dans le fauteuil de maire de Marseille et qu’elle avait été très sévèrement battue par une quasi inconnue dans son fief pourtant acquis de longue date à la droite. Certes la droite était largement majoritaire dans ce nouveau conseil métropolitain issu des élections municipales du 15 mars et du 28 juin 2020, avec, selon les analystes, 109 élus classés à droite et seulement 90 se revendiquant de gauche, les autres étant considérés comme sans étiquette, centriste ou En Marche, sans compter les 8 élus du Rassemblement national marseillais.

Mais la surprise a été néanmoins de constater que Martine Vassal a été réélue avec pas moins de 145 voix tandis que le candidat de la gauche, le maire communiste de Martigues, Gaby Charroux, qui présentait un véritable projet métropolitain, ne recueillait que 61 voix sur son nom. Le maire LREM de la Roque d’Anthéron, Jean-Pierre Serrus, fortement impliqué jusque là dans le schéma de développement des mobilité sur l’espace métropolitain, était lui aussi balayé avec seulement 22 suffrages en sa faveur. Le RN Stéphane Ravier pouvait quant à lui se consoler de recueillir deux voix de plus que ce que lui promettait son propre camp…

Répartition des élus communautaires à la métropole Aix-Marseille-Provence (source © France 3)

Cette élection n’a guère été relayée par les médias malgré l’enjeu colossal que représente le fonctionnement de la Métropole avec son budget annuel de 4,8 milliards d’euros, ses 7 500 agents territoriaux et surtout l’étendue des compétences qu’elle détient. En toute discrétion, puisque le vote s’est fait à bulletin secret, la plupart des représentants, dont près de la moitié sont les maires des 92 communes du territoire métropolitain (78 d’entre eux étant l’unique représentant de leur commune, comme c’est le cas à Carnoux par exemple) ont donc choisi de reconduire Martine Vassal qui présente l’immense avantage à leurs yeux de détenir à la fois le carnet de chèque du Département et de la Métropole…

Les maires du groupe EPIC au conseil métropolitain, dont Jean-Pierre Giorgi, soutiens inconditionnels de Martine Vassal (photo © EPIC Métropole Facebook / GoMet)

En d’autres termes, pour l’ensemble des élus locaux du territoire, la Métropole n’est donc pas un outil d’intégration et de mise en cohérence des politiques publiques à l’échelle du territoire métropolitain mais simplement un guichet unique technique et financier qui leur permet d’assouvir leurs propres ambitions locales. Comme le regrette Jacques Boulesteix, ancien Président du Conseil de Développement de la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole et désormais élus d’opposition à Carnoux, dans une tribune publiée notamment sur GoMet et sur le site Carnoux Citoyenne, « la somme des intérêts particuliers ne fait pas l’intérêt général »…

L’opinion publique, à l’occasion de ces élections municipale a montré qu’elle était fortement réceptive aux enjeux environnementaux et aux questions de mobilité urbaine, de l’aménagement du territoire, du maillage des services publics ou encore de la gestion durable des ressources en eau, qui tous figurent au cœur des compétences métropolitaines. A Marseille, qui regroupe à elle-seule près de la moitié des habitants du territoire métropolitain, ces récentes élections municipales ont été marquées par une très nette volonté de changement avec l’émergence d’un mouvement écologiste et citoyen désormais aux commandes de l’exécutif communal. Mais les élus métropolitains ont fait la sourde oreille à cette volonté d’inflexion des politiques publiques et ont préféré reconduire Martine Vassal massivement soutenue par les maires des communes périphériques qui se partagent donc les vice-présidences en attendant de se partager les subventions…La rénovation des écoles et du centre-ville dégradé de Marseille ainsi que le développement des transports publics métropolitaines attendront encore un peu !

Patrick Ollier, réélu président de la métropole du Grand Paris le 9 juillet 2020. (photo ©Twitter / GrandParisMGP / Actu.fr)

A Paris, le paysage n’est finalement pas si différent avec, là aussi des arrangements entre élus qui ne se préoccupent guère ni du résultat des élections municipales ni forcément du développement du territoire métropolitain. Comme à Marseille, la part des investissements véritablement communautaires reste marginale dans le fonctionnement de la Métropole qui reste d’abord et avant tout un outil de redistribution de l’argent public en direction des communes. A Paris comme à Marseille, la droite est largement majoritaire au sein du conseil communautaire bien que la ville centre soit également aux mains d’une coalition de gauche dirigée par Anne Hidalgo.

Assurée de sa victoire, la droite s’était payée le luxe de procéder à une primaire pour se choisir son champion, en la personne de Vincent Jeanbrun, un maire du Val-de-Marne très proche de Valérie Pécresse dont l’objectif avoué est de faire disparaître la Métropole qui fait de l’ombre à la région Ile-de-France. Sévèrement battu à la primaire, Patrick Ollier a néanmoins été reconduit à la présidence de la Métropole du Grand Paris alors qu’il ne s’était même pas présenté au premier tour de scrutin. Une élection surprise qui n’aurait bien évidemment pas été imaginable si le scrutin avait eu lieu dans le cadre d’un suffrage direct…

Cécile Helle, maire d’Avignon mais pas du Grand Avignon… (source © Ville d’Avignon)

Et on pourrait multiplier ainsi les exemples de ces exécutifs communautaires issus de tractations entre élus locaux au mépris total de la volonté initiale des électeurs et dans lesquels jouent surtout des règlements de comptes entre barons locaux et des rivalités entre communes voisines pour la répartition des subventions publiques.

Citons ainsi le cas de la Communauté d’agglomération du Grand Avignon. Bien que largement réélue à la tête d’Avignon, la socialiste Cécile Helle a échoué pour la deuxième fois à prendre la tête de l’intercommunalité qui échoit au maire de Vedène, élu avec l’appui des voix du Rassemblement national. Un schéma que l’on retrouve dans bien d’autres intercommunalités où les maires des communes périphériques ont tendance à s’allier contre la candidature du représentant de la ville centre, histoire de se partager le fromage des subventions communautaires. La défense de l’intérêt général ne peut pas tout régir…

L. V.

Une écologiste à Marseille, un sarkozyste à Matignon…

4 juillet 2020

A Marseille, il aura donc fallu attendre la troisième tour pour connaître enfin le nom du nouveau maire issu de ces élections municipales à suspens dont le scénario a tenu toute la France en haleine. Pourtant, tout ceci ne devait être qu’une formalité, une simple passation de témoin entre un Jean-Claude Gaudin vieillissant et à bout de souffle, et sa dauphine Martine Vassal à qui il avait déjà cédé les clés de la Métropole, après qu’elle eut pris la tête du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône.

Bruno Gilles (au centre), candidat dissident LR malgré l’investiture confiée à Martine Vassal avec la bénédiction de Jean-Claude Gaudin (photo © Les Républicains / France Bleu Provence)

Certes, son collègue LR Bruno Gilles, qui lui aussi avait été adoubé en son temps (comme tant d’autres) pour briguer la succession, ne voyait pas d’un très bon œil cette volonté de cumul poussée à l’extrême alors que les deux collectivités que Martine Vassal dirigeait représentaient déjà à elles deux 7 milliards de budget annuel et des dizaines de milliers de fonctionnaires territoriaux. Il avait donc décidé de présenter ses propres listes, mais cela n’empêchait pas Martine Vassal de caracoler en tête des sondages à la veille du premier tour, le 15 mars dernier.

La surprise a donc été grande de voir le Printemps marseillais virer en tête de ce premier tour, bâclé juste avant le confinement généralisé, et marqué par une abstention record. Les équipes de Martine Vassal avaient pourtant mis le paquet, ne lésinant pas sur le collage des affiches qui recouvraient les murs de toute la ville, ni même sur le recueil des procurations, allant jusqu’à innover dans les procédures de simplification administrative pour faire signer ces procurations sans passer par le commissariat ni même en avertir certains des bénéficiaires…

Bureau de vote rue Felix Pyat, attaqué par trois hommes armés lors du 1er tour des municipales 2020 (photo © Gilles Bader / La Provence)

Prises la main dans le sac, les équipes de Martine Vassal ont sans doute pâti de ces procédés d’un autre âge, d’autant que les élections elles-même ont été émaillées de nombreux incidents. Au point d’ailleurs que plusieurs recours ont été déposés à l’issue du deuxième tour, dans les 11e et 12e arrondissement où le maire LR sortant Julien Ravier est arrivé péniblement en tête après avoir été l’un des acteurs de cette opération de procurations extorquées en EHPAD, sans même en informer ceux dont l’identité avait été ainsi empruntée. Un recours a aussi été déposé par le Rassemblement national dans les 13e et 14e arrondissement où le général David Galtier a été élu d’extrême justesse alors que le second tour a été le théâtre de multiples incidents et provocations en tout genre, avec même un mystérieux minibus multipliant les allers-retours pour faire voter.

L’avenir dire si ces recours judiciaires viendront ou non modifier le résultat définitif de ces élections. Toujours est-il qu’à l’issue de ce deuxième tour, dimanche 28 juin, Marseille était la seule ville de France pour laquelle on était bien incapable d’identifier le nom du futur maire. Arrivée pourtant largement en tête avec près de 40 % des suffrages exprimées, la liste du Printemps marseillais conduite par l’écologiste Michèle Rubirola ne disposait que de 42 sièges sur 101, du fait d’un mode de scrutin par secteur particulièrement inique. Avec seulement 2,7 % des voix, Samia Ghali remportait quant à elle 8 sièges, presque autant que les 9 du Rassemblement national qui avait réussi à se maintenir dans tous les secteurs et frôlait la barre des 20 %.

Martine Vassal aux côtés de Guy Tessier annonçant qu’elle lui laisse la place pour briguer le fauteuil de maire de Marseille, le 2 juillet 2020 (photo © France télévision)

Quant à la droite des Républicains, elle disposait sur le papier de 39 sièges, plus les 3 remportés par les listes de Bruno Giilles. Les tractations ont donc été intenses toute cette semaine pour préparer ce premier conseil municipal qui s’est tenu ce matin, samedi 4 juillet en vue d’élire le maire. Pour mettre toutes ses chances de son côté, la droite avait fini par se résoudre à écarter Martine Vassal puisque Bruno Gilles a toujours affirmé qu’il ne soutiendrait pas sa candidature. Pour être sûre de l’emporter au bénéfice de l’âge en cas d’égalité des voix, elle avait choisi le doyen de l’assemblée, Guy Tessier, 75 ans, lequel était d’ailleurs prêt à accepter les voix du Rassemblement national dont il a toujours été assez proche, au point même que son colistier, Lionel Royer-Perreaut s’en était ému et avait menacé de présenter sa propre candidature avant de se rétracter le matin même…

Mais à gauche, les discussions entre le Printemps marseillais et Samia Ghali n’avaient pas réussi à aboutir, cette dernière réclamant ni plus ni moins que le poste de 1er adjoint pour se rallier. Elle a donc présenté sa candidature au premier tour de scrutin, tandis que, coup de théâtre, les 9 élus du Rassemblement national, refusaient de prendre part au vote et quittaient ostensiblement l’hémicycle. De quoi donner des sueurs froides aux organisateurs qui devaient du coup se prononcer sur le nombre de voix nécessaire pour obtenir la majorité absolue. Après discussion, il a été admis que la majorité était du coup réduite à 46 voix.

Michèle Rubirola (à droite) remercie Samia Ghali pour son soutien à son élection (photo © Clément Mahoudeau / AFP / Le Parisien)

Le premier tour n’a pas permis de trancher, Michèle Rubirola remportant ses 42 voix attendues, Samia Ghali les 8 de son camp et Guy Tessier 41. Car bien entendu, une des élues s’est distinguée en s’abstenant : il s’agit de Lisette Narducci, pourtant élue sur la liste LR de Bruno Gilles. Mais elle fait partie de ces responsables politiques aux idées larges : ancienne socialiste, proche de Jean-Noël Guérini, elle avait retourné sa veste entre les deux tours des municipales de 2014 pour se rallier à Jean-Claude Gaudin et sauver ainsi sa mairie de secteur au prix d’un léger revirement idéologique…

Après plus de deux heures d’interruption de séance et d’intenses tractations en coulisse, Samia Ghali a finalement décidé de retirer sa candidature au profit de Michèle Rubirola qui a donc été élue maire de Marseille au second tour avec une majorité absolue de 51 voix, grâce à l’apport des colistiers de Samia Ghali et de Lisette Narducci qui a donc suivi le vent comme il se doit.

Le vieil homme et la maire… Jean-Claude Gaudin félicitant la nouvelle maire de Marseille, Michèle Rubirola (photo © Frédéric Speich / La Provence)

Pour la première fois de son histoire, Marseille se retrouve donc avec une femme à la tête de la municipalité, écologiste qui plus est, ce qui est un véritable séisme politique pour cette ville, depuis 25 ans aux mains de la droite. L’accouchement a été difficile et le suspens maintenu jusqu’au bout, mais la cité phocéenne s’inscrit pour une fois dans un mouvement de fond qui a touché plusieurs grandes villes française et montre un véritable intérêt des urbains pour ces questions de transition écologique et de participation citoyenne.

Jean Castex, nouveau premier ministre sarkozyste nommé par Emmanuel Macron (photo © Ludovic Marin / AFP / RTL)

Une évolution que ne semble pourtant pas avoir perçu le chef de l’État puisque Emmanuel Macron a choisi précisément ce moment pour annoncer la nomination d’un nouveau premier ministre en la personne de Jean Castex, un énarque marqué très à droite, membre de l’UMP puis de LR, ancien directeur de cabinet de Xavier Bertrand puis secrétaire général adjoint de l’Élysée auprès de Nicolas Sarkozy. Un tel choix à l’heure où la Convention citoyenne pour le climat vient de remettre ses conclusions et alors qu’une partie significative des Français vient de se choisir un maire écologiste ou proche de cette sensibilité laisse pantois et montre qu’il reste du chemin à parcourir pour que nos élites politiques prennent conscience des enjeux de société auxquels une part croissante des citoyens commencent à s’intéresser…

L. V.

Municipales : l’écologie citoyenne gagne du terrain

2 juillet 2020

Un bureau de vote à Marseille pour le deuxième tour des municipales, le 28 juin 2020 (photo © Christophe Simon / AFP / France TV info)

Décidément, ces élections municipales 2020 resteront dans les annales. Le premier tour réalisé en pleine pandémie mondiale de covid-19 avait été marqué par une abstention record. L’entre-deux-tours interminable en période de confinement généralisé a duré 15 semaines là où, en temps ordinaire les candidats n’ont qu’une petite semaine pour déposer leur liste et préparer le second tour.

Et forcément, le second tour en question, qui s’est finalement déroulé le 28 juin, à une période où chacun se croit déjà en vacances, n’a guère mobilisé les foules…Le taux de participation qui n’était déjà que de 44,7 % au premier tour a encore baissé pour finir à 41,6 % lors du deuxième tour : un chiffre jamais atteint pour des élections municipales qui d’habitude sont celles qui mobilisent le plus. En comparaison, le taux de participation atteignait 62,1 % en 2014 !

Au Havre, Edouard Philippe réélu maire bien que Premier ministre, un dessin signé Placide (source : Chalon TV Info)

Avec une aussi faible participation, les résultats sont forcément peu représentatifs mais ils n’en montrent pas moins des tendances tout à fait significatives. Le parti présidentiel de La République en Marche aimerait bien oublier rapidement ce scrutin, lui qui n’y a guère obtenu que des défaites humiliantes en dehors de la réélection triomphale du Premier Ministre, Édouard Philippe au Havre. Le Rassemblement National n’a guère connu de succès non plus à l’occasion de cette échéance électorale, en dehors de l’élection de Louis Alliot à Perpignan. Même la France Insoumise qui ne s’était pas trop investie lors de ce scrutin en dehors des coalitions de gauche préférera sans doute passer rapidement à autre chose, tandis que le PC a connu de nouvelles défaites avec la perte de villes où elle était ancrée de longue date comme Arles ou Gardanne.

Des élections municipales qui n’auront guère réussi au parti présidentiel face aux vieux chevaux de retour LR et PS, un dessin signé Kak (source : L’opinion)

Globalement, les grands partis de gouvernement que sont le Parti socialiste et Les Républicains, laminés lors des dernières élections présidentielles et législatives par la vague macroniste ont bien relevé la tête lors de ces municipales. Le PS se maintient sans difficulté à Paris, Nantes, Dijon, Rennes ou encore Avignon, et de justesse à Lille, mais s’impose brillamment à Nancy, Montpellier, Bourges ou Périgueux par exemple. Quant aux Républicains, ils gagnent des villes depuis longtemps à gauche comme Lorient ou Arles, mais aussi Metz ou Auxerre, tout en conservant sans difficultés leurs bastions de Nice, Cannes ou Aix-en-Provence et ceux plus récemment conquis comme Toulouse, Limoges, Saint-Étienne, Belfort, Reims, mais aussi, plus près de chez nous La Ciotat ou Aubagne.

Grégory Doucet, nouveau maire écologiste de Lyon, avec Bruno Bernard, futur président de la métropole du Grand Lyon (photo © Maxime Jegat / Le Progrès / Lyon Plus)

Mais l’étiquette qui a le plus brillé lors de ces élections municipales si atypiques est celle de l’écologie citoyenne, portée par le parti des Verts ou brandie par des coalitions se revendiquant de la gauche écologique, citoyenne et solidaire. En 2014, c’est une coalition de ce type qui avait emporté la mairie de Grenoble, conduite par Eric Piolle, lequel a reconduit l’exploit six ans plus tard et a conservé sans difficulté son siège. Mais en 2020, les succès des écologistes se sont multipliés avec en particulier cette victoire remarquable de l’écologiste Grégory Doucet qui arrache le fauteuil de maire de Lyon et renvoie Gérard Collomb dans les oubliettes de l’Histoire malgré ses contorsions pathétiques, tandis que l’autre écologiste, Bruno Bernard conquiert la tête de la métropole du Grand Lyon.

Léonore Moncond’huy, la nouvelle maire écologiste de Poitiers (source Info-Eco)

L’exploit est au moins aussi remarquable pour l’écologiste Pierre Hurmic qui a ravi le fauteuil de maire de Bordeaux, une ville pourtant traditionnellement à droite depuis plusieurs générations. Et le cas n’est pas isolé puisque la ville de Strasbourg s’est aussi choisi un maire écologiste en la personne de Jeanne Barseghian. A Poitiers, c’est une toute jeune écologiste à peine trentenaire qui a remporté les élections devant le socialiste à l’ancienne, Alain Clays, pourtant maire depuis 2008. Les Verts ont échoué d’un cheveu à Toulouse ou Lille, mais ils ont remporté de beaux succès dans des villes où on ne les attendait pas forcément comme à Tours, Annecy ou Besançon.

C’est donc un véritable virage politique qu’a connu la France à l’occasion de ce second tour inédit et au sortir d’une pandémie mondiale qui a frappé les esprits. L’écologie politique connaît enfin un succès incontestable dans les urnes à l’échelle locale, ce qui confirme qu’une part croissante de l’opinion publique est réceptive à ces questions liées à la perte de biodiversité, à l’impact du réchauffement climatique global, à la pollution de l’air, de l’eau et des sols, ou encore à la durabilité de nos modèles économiques dominants.

Même à Marseille, le Printemps marseillais qui s’inscrit totalement dans cette dynamique de l’écologie citoyenne et solidaire marquée à gauche, a connu un succès inespéré en remportant 39,9 % des suffrages contre moins de 30 % pour la liste conduite par Martine Vassal qui était pourtant donnée archi favorite de ce scrutin. Avec plus de 13 000 voix d’avance, et une majorité très confortable dans 4 des 8 secteurs de la ville, le Printemps marseillais a réalisé un score remarquable dans une ville aux mains de la droite et de Jean-Claude Gaudin depuis 25 ans, réussissant même au passage à faire perdre au Rassemblement national son fief des 13e et 14e arrondissements remporté en 2014.

Michèle Rubirola, tête de liste du Printemps marseillais, entourée par Olivia Fortin, Sophie Camard et Benoît Payan, lors de la soirée électorale le 28 juin 2020 (photo © Philippe Magoni / SIPA / 20 minnutes)

Mais c’était sans compter sur les effets pervers d’un scrutin par arrondissement qui brouille totalement ce résultat et fait dire à Martine Vassal : « ce soir, je n’ai pas perdu » alors même qu’elle s’est fait battre dans son propre secteur des 6e et 8e arrondissements par Olivia Fortin, une quasi inconnue, totalement novice en politique. Certes, la présidente du Conseil départemental et toujours présidente de la métropole Aix-Marseille-Provence, a finalement dû renoncer à se présenter pour briguer le fauteuil de maire lors de l’élection qui aura lieu samedi 4 juillet 2020. Tout laisse penser que c’est probablement Guy Tessier qui briguera la charge au nom des Républicains, comme nous l’avions déjà évoqué ici, lui qui est le doyen du conseil municipal nouvellement élu et qui peut donc espérer l’emporter au bénéfice de l’âge et avec les voix de son ami, le dissident Bruno Gilles. Reste que les Marseillais comprendraient mal que la gauche citoyenne et écologiste qui a si nettement remporté ces élections municipales pourrait ainsi se faire voler la victoire par des manœuvres politiciennes aussi grossières. Mais dans la cité phocéenne tout peut arriver…

L. V.

Biélorussie : une révolution en pantoufles…

26 juin 2020

En Europe, la démocratie s’est peu à peu imposée comme le modèle dominant, même si les comportements dictatoriaux et les dérives autoritaires ne sont pas totalement absentes de certaines pratiques locales du pouvoir. Il subsiste cependant au moins un pays, officiellement républicain, que chacun s’accorde à classer au rang des véritables dictatures : la Biélorrussie, ou Bélarus selon son nom officiel imposé par les autorités au monde entier…

On en parle peu, mais ce pays de près de 10 millions d’habitants, n’a vraiment rien d’un havre de démocratie républicaine. Coincé entre la Pologne, la Lituanie, la Lettonie, la Russie et l’Ukraine, ce pays plus étendu que la Grèce et presque autant que le Royaume Uni, est une vaste plaine continentale sans débouché maritime mais couverte en partie de forêts. Une partie de ces dernières, au nord de l’Ukraine, reste d’ailleurs partiellement inaccessible à cause de l’irradiation rémanente consécutive à l’explosion de Tchernobyl…

Vue de Minsk, la capitale biélorusse (source © Kayak)

L’indépendance du pays date du 25 août 1991, après l’effondrement de l’URSS mais l’intermède démocratique n’est que de courte durée. Son président actuel, Alexandre Loukachenko, y a été élu pour la première fois en juillet 1994, avec alors 80 % des suffrages, contre son prédécesseur, Stanislas Chouchkievitch qu’il avait réussi à faire chuter suite à des accusations, apparemment infondées, de corruption.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko le 9 mai 2020 à Minsk (photo © Sergueï Gapon / EPA / MAXPPP / La Croix)

En novembre 1996, après une campagne où les médias ont été fortement muselés, Loukachenko remporte haut la main un référendum qui lui permet d’étendre son mandat présidentiel de 4 à 7 ans et lui donne la possibilité de fermer le Parlement, ce qu’il s’empresse de faire. La police occupe le Parlement et emprisonne 89 des 110 députés considérés comme « déloyaux » et qui sont remplacés dans la foulée par des homes des main, tandis que les pouvoirs des services de renseignement, qui s’appellent toujours KGB en Biélorussie, sont considérablement renforcés.

L’Europe et les États-Unis protestent et refusent de reconnaître la légitimité d’un tel scrutin, d’autant que Loukachenko multiplie les provocations, jugeant en 1995 qu’Adolf Hitler n’avait pas eu que des mauvais côtés, et explusant à tour de bras en 1998 les ambassadeurs de la plupart des pays occidentaux ainsi qu’une délégation du FMI dont il avait traité les membres d’escrocs.

Réélu dès le premier tour en 2001, il l’est également en 2006, officiellement avec 82,6 % des voix, aux termes de campagnes tronquées et très éloignées des standards démocratiques internationaux. Sa quatrième réélection en décembre 2010 passe également comme une lettre à la poste avec un score officiel de 79,67 %, mais suscite néanmoins quelques manifestations populaires. Dès le lendemain, des centaines d’opposants sont arrêtés tandis que sept des neufs candidats à la Présidentielle sont purement et simplement jetés en prison.

Arrestation d’un manifestant le 19 juin 2020 à Minsk (photo © Sergueï Gapon / AFP / Le Monde)

A partir de 2011, des sanctions économiques sous forme de gels d’avoirs sont mises en œuvre par la communauté internationale à l’encontre des dirigeants biélorusses, mais cela n’empêche pas Loukachenko d’être réélu pour la cinquième fois en octobre 2015 avec plus de 80 % des voix. En novembre 2019, un simulacre d’élections législatives permet de purger du Parlement les deux seuls et uniques opposants à qui il a été tout simplement interdit de se représenter.

Et voilà qu’une nouvelle élection présidentielle se profile dans ce pays, prévue pour le 9 août 2020. Bien entendu, Loukachenko y fait figure de grand favori pour son sixième mandat consécutif. Depuis un an, un blogueur du nom de Sergueï Tikhanovski, dénonçait sur internet les dysfonctionnements d’un pays en voie de délabrement, n’hésitant pas à haranguer les passants lors de rassemblements improvisés et publiant des vidéo où il appelle à dire « Stop au cafard ». Bien entendu, le Président ne pouvait pas tolérer un tel désordre et il a fait jeter en prison, le 29 mai dernier ce trublion qui envisageait justement de présenter sa candidature à la Présidentielle. Une candidature désormais écartée puisque le casier judiciaire du citoyen Tikhanovski n’étant plus vierge, sa candidature est irrecevable : tout est tellement simple en dictature !

Le blogueur Sergueï Tikhanovski lors d’un rassemblement populaire le 24 mai 2020, 5 jours avant son arrestation (photo © Vasily Fedosenko / Reuters / Ouest France)

Le blogueur turbulent ne constitue cependant pas la seule menace potentielle pour le pouvoir en place qui craint aussi l’un des candidats déclaré à cette prochaine élection, un certain Viktar Babaryka, qui dirigea pendant 20 ans la banque russe Belgazprombank et qui avait recueilli sans difficulté quelque 400 000 signatures en appui de sa candidature aux Présidentielles, là où il en suffisait de 100 000. De quoi inquiéter suffisamment le Président Loukachenko qui, par précaution élémentaire, a donc fait arrêter son adversaire politique en l’accusant de corruption, profitant au passage de l’occasion pour prendre le contrôle de la banque : il n’y a pas de petit profit quand on est au pouvoir…

Cette fois cependant, une partie de la population a réagi et des manifestations se sont organisées, notamment dans les rues de la capitale Minsk, pour protester contre l’arrestation du blogueur Sergueï Tikhanovski qui avait manifestement réussi à acquérir une certaine popularité et à soulever quelques espoirs. Pour éviter la répression, selon France-Inter, ils se sont simplement massés silencieusement le long des trottoirs plutôt que de défiler dans les rues, certains d’entre eux brandissant des tongs ou des pantoufles et faisant mine d’écraser le cafard, conformément au mot d’ordre imagé de Sergueï Tikhanovski…

Manifestation de soutien aux potentiels candidats d’opposition, à Minsk le 31 mai 2020 (photo © Vasily Fedosenko / Reuters / Courrier International)

Bien entendu, le pouvoir ne pouvait rester inactif face à cette « révolution des pantoufles » et la répression contre les manifestants est impitoyable .140 d’entre aux ont été arrêtés et jetés en prison vendredi dernier, y compris, selon Le Monde un opposant notoire, Mikalay Statkevich, qui avait déjà purgé 5 ans de prison et qui se retrouve de nouveau sous les barreaux.

Étant donné le rapport de force, il n’est pas exclu que le Président Loukachenko parvienne à ses fins avec une n-ième réélection triomphale en août prochain, à condition de mater d’ici là toute velléité de révolte populaire. Il semble cependant que la jeunesse biélorusse soit cette fois bien décidée à ne pas s’en laisser conter, l’épisode de Covid-19 ayant poussé la population à comprendre à quel point le pouvoir était inconséquent. Pendant toute la crise sanitaire, le Président Loukachenko a traité le sujet avec désinvolture et minimisé le risque, au point que chacun a pu se rendre compte qu’il n’était guère crédible. Peut-être un espoir pour le retour vers un régime plus démocratique dans ce trou noir de l’Europe ?

L. V.

A Carnoux, le débat impossible, l’opposition muselée…

24 juin 2020

A Carnoux-en-Provence se tenait jeudi 18 juin 2020, le jour du 75ème anniversaire de l’appel à la résistance du Général De Gaulle, le second conseil municipal de la nouvelle mandature. Le premier, qui s’était tenu à huis clos le 28 mai dernier avait simplement permis d’élire le maire au sein du nouveau conseil municipal et de décider du nombre des adjoints. Vu les conditions sanitaires actuelles, cette deuxième réunion aurait pu être ouverte à un plus large public, mais le maire, Jean-Pierre Giorgi, en avait décidé autrement, menaçant même, au cas où des visiteurs s’invitent, de demander de nouveau le huis clos, quitte à ajourner purement et simplement la séance en cas de refus, jugeant le respect des règles de distanciation sanitaire plus important que celui du débat démocratique…

Une attitude très révélatrice de son choix des priorités pour cette séance dont l’ordre du jour prévoyait le fameux « débat des orientations budgétaires », un épisode primordial de la vie publique locale puisque ce débat, prévu par les textes réglementaires, est l’étape indispensable avant le vote du budget, lequel aura lieu le 2 juillet prochain. Lors de ce débat, le maire présente, comme la loi l’y invite, le contexte macroéconomique et l’état des marges de manœuvres financières locales ainsi que les grandes orientations qu’il compte mettre en avant pour établir le budget municipal pour l’année en cours.

Ce moment est l’un des temps forts de la démocratie communale puisque c’est le moment où se construit le futur budget de la commune, sur la base des propositions de la majorité mais sous la forme d’un véritable débat, ouvert et pédagogique, avec l’opposition. Le débat ne donne pas lieu à un vote, mais il doit nourrir la réflexion de l’équipe municipale en vue de procéder aux derniers ajustements du projet de budget, sur lequel en revanche, les élus devront se prononcer par vote.

Sauf que à Carnoux, en ce 18 juin 2020, le débat n’a pas pu avoir lieu ! Le maire a comme à son habitude détaillé très longuement les orientations budgétaires qu’il compte mettre en avant pour l’élaboration du budget communal, ne faisant en réalité que répéter le texte que tous les conseillers municipaux avaient eu le loisir de découvrir plusieurs jours avant la réunion. Il a ensuite passé la parole à la salle pour lancer le débat. Aucun des 24 autres conseillers élus de la majorité n’a souhaité ajouté le moindre mot, pas plus d’ailleurs que les deux représentants de la liste de Di Rosa.

Extrait du site internet http://www.carnoux-citoyenne.fr/

Jacques Boulesteix a donc pris la parole au nom des deux élus de la liste Carnoux citoyenne, écologiste et solidaire, ainsi qu’il le relate lui-même sur le site créé à l’issue des élections, précisément pour rendre compte de son action et des débats en conseil municipal. Il a notamment rappelé que toutes les hypothèses sur laquelle s’appuyaient ces orientations et le projet de budget en découlant dataient d’avant la crise sanitaire du Covid-19 et a fortiori avant la crise économique et sociale qui se profile. Alors même que toutes les collectivités tentent d’ajuster leur action pour anticiper autant que possible cette crise, rien de tel ne semble avoir été prévu à Carnoux.

Extrait d’un article publié par La Provence le 24 juin 2020

Mais le maire de Carnoux ne supporte pas qu’on puisse remettre en cause son expertise technique en matière de construction budgétaire et n’envisage pas de devoir justifier ses orientations budgétaires face à une opposition qu’il considère par principe comme incompétente.

Après quelques minutes seulement d’intervention, il a donc commencé par interrompre Jacques Boulesteix à chacune de ses phrases avant de lui couper définitivement la parole, sous l’œil narquois des autres élus de la majorité, manifestement tous convaincus qu’un débat n’est qu’une perte de temps parfaitement inutile, du moment qu’ils ont la possibilité d’imposer leur point de vue puisqu’ils disposent d’une écrasante majorité.

A Carnoux, une opposition bâillonnée…

Face à une telle obstruction et n’étant plus en mesure de s’exprimer, Jacques Boulesteix a été contraint de quitter la salle. Le débat des orientations budgétaires pour l’exercice 2020 n’a donc pas eu lieu à Carnoux. C’est d’autant plus regrettable que l’état des finances de la Ville avec ses excédents budgétaires colossaux qui se reportent d’année en année autorisait justement des marges de manœuvres importantes pour aider au mieux vivre des Carnussiens face à une situation économique et sociale qui menace de se dégrader dans les prochains mois.

Mais circulez, il n’y a rien à voir ! Tel est le mot d’ordre de Jean-Pierre Giorgi, tout-puissant en son fief, au point qu’aucun des élus de sa liste n’ose ouvrir la bouche en conseil municipal, et qui ne supporte tout simplement pas qu’un autre élu, d’opposition qui plus est, se permette d’émettre des propositions et de susciter le débat.

Toute similitude avec une situation locale serait purement fortuite….

A la rigueur, il est toléré que l’on pose une question, naïve de préférence, histoire de permettre au maître (pardon, au maire) d’étaler sa bonne connaissance des rouages administratifs et de donner, avec un petit chouïa de condescendance, une leçon au malheureux incompétent qui a osé s’exprimer. Mais aller jusqu’à laisser penser qu’on aurait pu peut-être envisager différemment les orientations budgétaires pour la ville de Carnoux relève d’une outrecuidance inadmissible que M. Giorgi ne saurait tolérer. Qu’on se le dise ! Et tant pis pour le débat démocratique et la participation citoyenne : pas de ça à Carnoux…

L. V.

Uzès redécouvre son passé

23 juin 2020

La ville d’Uzès, située dans le Gard à 25 km au nord de Nîmes, qui ne compte actuellement guère que 8500 habitants, n’en finit pas de faire parler d’elle pour la richesse des découvertes archéologiques qui y ont été faites ces dernières années. Selon les historiens, le site a été occupé très tôt en raison de la présence, à proximité, de la Fontaine d’Eure, un groupe d’une dizaine de sources pérennes qui drainent la nappe du massif calcaire et contribuent à alimenter l’Alzon, un affluent du Gardon.

Vestiges de la Fontaine d’Eure captée pour alimenter l’aqueduc romain qui empruntait le Pont du Gard (source © Uzès utile)

Dans l’Antiquité, les tribus ligures qui y étaient établies en firent un nœud de transit commercial en imposant un droit de péage aux Phocéens, ces populations grecques alors installées à Marseille et dans ses environs, qui se rendaient dans les Cévennes pour y exploiter les minerais dont ils avaient besoin. A partir de 125 avant JC, Rome se lance dans la conquête de la Narbonnaise, fondant notamment les cités d’Aquae Sextiae (devenue Aix-en-Provence) ou Telo Martius (l’actuelle Toulon), tandis que Massilia conserve son statut de ville grecque jusqu’à sa prise par Jules César en 49 avant JC.

Le Pont du Gard, vestige de l’aqueduc romain qui alimentait Nîmes depuis la Fontaine d’Eure (source © Avignon Tourisme)

Dès lors, la cité gallo-romaine d’Ucetia, l’actuel Uzes, devient un satellite de la Nîmes augustéenne, alors dénommée Nemausus, à laquelle elle est reliée par un immense aqueduc de 50 km qui capte les eaux de la Fontaine d’Eure pour les acheminer jusqu’à Nîmes en franchissant le Gardon par le célèbre Pont du Gard, construit dans la première moitié du 1er siècle après JC et toujours debout.

Les vestiges de cette époque romaine ne sont pas aussi nombreux à Uzès qu’à Nîmes et se limitaient jusqu’alors à quelques fragments isolas de mosaïque, l’existence de la ville elle-même n’étant attestée que par la mention de son nom sur une stèle nîmoise, parmi ceux de 11 autres villes romaines des alentours., Mais des fouilles effectués en octobre 2016 sur le site de l’ancienne gendarmerie en vue de la construction d’un nouvel internat et d’un réfectoire pour les lycées de la ville ont permis de combler cette lacune en dévoilant de très nombreux vestiges inattendus.

Vue aérienne de la zone 1 en cours de fouille, avec de gauche à droite : le bâtiment à mosaïque antique, la rue et les habitations, mis au jour à Uzès début 2017 (photo © Denis Gliksman, INRAP)

Les 4000 m2 du site ont été intégralement fouillés par l’INRAP, ce qui a permis de constater que les lieux avaient été occupés depuis le premier siècle avant JC jusqu’au VIIème après JC, à la fin de l’Antiquité donc. Un mur de fortification plus ou moins contemporain de la conquête romaine a ainsi été découvert, ainsi qu’un pièce contenant un four à pain qui a été remplacé ultérieurement par un dolium, immense jarre en céramique destinée à la conservation du vin.

Les archéologues à l’œuvre en plein centre d’Uzès (photo © Frédéric Messager, INRAP)

Les nombreuses infrastructures identifiées sur place indiquent qu’on était bien ici au cœur de la cité romaine d’Ucetia, mais le clou de ces découvertes est une ancienne bâtisse à colonnade qui s’étendait sur 250 m2 et dont le sol était orné de deux immenses mosaïques décorées de motifs géométriques traditionnels. L’une d’entre elles, parfaitement conservée est ornée d’un vaste médaillon central entouré de représentations d’animaux polychromes : un hibou, un canard, un aigle et un faon.

L’un des deux panneaux centraux de la pièce mosaïquée antique totalement nettoyé, découverte à Uzès (photo © Denis Gliksman, INRAP)

D’autres vestiges spectaculaires ont été découverts à l’occasion de cette vaste opération de fouille qui s’est poursuivie en 2017, dont une vaste construction de 500 m2 , probablement une ancienne domus romaine, où la présence de nombreuses jarres atteste de la culture vinicole bien présente alors dans la région. Une des pièces de cette maison antique était chauffée avec un plancher sur hypocauste où circulait de l’eau chaude.

Et sur un autre secteur, les fouilles ont mis à jour un ancien carrefour de voies urbaines avec un puits en parfait état de conservation ainsi que les fondations de plusieurs bâtiments dont certains datent du VIème siècle après JC.

Vue aérienne de la partie déjà découverte du cromlech d’Uzès (photo © INRAP / Midi Libre)

En mars 2019, une nouvelle découverte archéologique majeure a eu lieu à proximité d’Uzès, à l’occasion d’un autre chantier de fouilles préventives, conduit également par l’INRAP dans le cadre d’un projet de construction d’une nouvelle route interurbaine et d’un bassin pluvial vers le quartier de Saint-Ambroix. Cette fois, c’est un gigantesque cromlech qui a été mise au jour par les archéologues, un cercle de pierres dressées, ainsi que des installations funéraires, le tout à proximité d’une ancienne voie antique. Une cinquantaine de mégalithes autrefois dressés étaient ainsi disposés en arc de cercle, de manière jointive contrairement au cromlech de Stonehenge, parmi lesquelles une statue menhir à visage humain. Ce cromlech, dont on connaît d’autres spécimens dans le Sud de la France, daterait de 2500 avant JC, tandis que la petite nécropole et la voie antique adjacente remontent à l’occupation romaine.

Le cromlech d’Uzès en cours de fouille (photo © INRAP / La Croix)

En extrapolant à partir de la zone déjà fouillée, il semblerait que le cercle de pierres faisait pas moins de 240 m de circonférence, mais la poursuite des fouilles pour dégager la totalité du site qui s’étend de part et d’autre exigerait d’acquérir d’autres parcelles. En attendant, la mairie, qui a déjà dépensé 70 000 € pour financer ces fouilles, a fait recouvrir la totalité du site pour la poursuite des travaux, les dalles, dont certaines mesurent plus de 4 m de hauteur, ayant été déplacées et mises à l’abri en attendant une hypothétique poursuite des investigations.

Vestige d’une maison médiévale de Massargues (source © L’Usèrge)

Et ce n’est pas fini puisque depuis juillet 2018 une autre campagne de fouilles a débuté à l’initiative de Samuel Longepierre, un archéologue de l’lNRAP, qui a découvert dans la garrigue, sur la comme de Saint-Quentin-la-Poterie, à quelques km au nord d’Uzès, les vestiges de l’ancien bourg médiéval de Massargues, totalement perdu dans les oubliettes de l’Histoire. Cette petite ville qui dépendait des comtes de Toulouse a été abandonnée vers 1260 à la suite d’un échange entre le Roi de France et de seigneur d’Uzès, alors qu’il s’agissait d’un centre important abritant des activités de poterie notamment et qui s’étendrait sur 3 hectares dont l’essentiel reste encore à explorer.

La petite ville d’Uzès et ses environs n’ont décidément pas fini de lever le voile sur leur riche passé historique…

L. V.

Lee, le chaton qui ébranle la diplomatie planétaire

19 juin 2020

C’est une histoire belge comme on les adore. Mais qui présente de surcroît une dimension internationale car dans notre système mondialisé, la moindre escarmouche entre Wallons et Flamands a des répercussions jusqu’au Pérou… On a évité, pour cette fois, une nouvelle guerre mondiale mais on n’aura peut-être pas toujours cette chance…

Le chaton Lee et sa jeune maîtresse (source : GAIA)

Tout a commencé début avril au Pérou. Une jeune Flamande de 22 ans, Selena Ali, étudiante en psychologie à Statbroek et ex-candidate au titre envié de Miss Belgique, y était alors en stage pour ses études. Mais le développement de l’épidémie de Covid-19 l’oblige à rentrer précipitamment au pays pour se confiner.

Durant son séjour péruvien, la jeune fille avait adopté un petit chaton tigré dénommé Lee. La rage sévissant de manière endémique dans la région de Cuzco d’où est originaire le petit chat, sa maîtresse prévoyante le fait vacciner, le 24 mars 2020. Son départ précipité du Pérou ne lui permet cependant pas d’obtenir l’autorisation officielle de voyager avec son animal de compagnie puisque, selon la réglementation en vigueur, ce dernier doit accomplir au Pérou une période de quarantaine de 3 mois avant de pouvoir passer la frontière. Une règle dont personne ne connaît d’ailleurs très bien la justification puisque la rage peut se déclarer jusqu’à 12 mois après qu’un animal ait été inoculé par le virus.

Toujours est-il que la jeune Flamande ne s’embarrasse pas de scrupules administratifs. Elle emballe soigneusement son minuscule chaton dans ses bagages en cabine, et vogue la galère ! Le vol semble-t-il se passe sans encombre et le chaton sait se faire discret lors des formalités de douane.

Tout se corse lorsque Selena Ali se met à raconter son histoire sur les réseaux sociaux. L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA), en charge des contrôles vétérinaires, s’étrangle d’indignation. La rage est totalement absente du territoire belge depuis 2001 et les autorités sanitaires wallonnes sont très chatouilleuses sur le sujet. L’animal n’ayant pas accompli sa quarantaine réglementaire avant de fouler le sol belge constitue donc un grave danger pour le pays déjà en proie au Covid-19. Aucun centre agréé n’existant en Belgique pour lui permettre d’achever sa période de quarantaine, le chaton Lee doit donc être euthanasié sans délai…

Le jeune chaton Lee qui a mis sens dessus-dessous la Nation belge (source : GAIA)

La décision implacable de l’AFSCA, fin avril, plonge la jeune étudiante dans le désarroi. Se refusant à voir sacrifié son petit chaton sur l’autel des exigences réglementaires de l’AFSCA, elle décide donc de cacher l’animal. Lorsqu’un agent de l’AFSCA se rend à son domicile accompagné de la police début mai, pour venir récupérer l’animal, il fait chou blanc et repart bredouille.

Dès lors, l’affaire prend une dimension nationale et, en moins d’une semaine, embrase l’ensemble du monde médiatique belge. Comme souvent en Belgique, la bataille oppose rapidement Wallons et Flamands, divisant le pays en deux camps inconciliables qui se déchirent sur les réseaux sociaux où l’affaire devient virale.

Convaincus de leur bon droit et de l’importance du risque encouru en matière de santé publique, les responsables de l’agence fédérale, soutenus par leur ministre de tutelle, le francophone Denis Ducarme, attaquent la jeune Selena Ali en justice. Le 15 mai 2020, une audience a lieu devant le Tribunal de première instance néerlandophone d’Anvers concernant le chaton Lee. L’AFSCA réclame alors pas moins de 5.000 € d’astreinte par heure à Selena Ali, tant qu’elle ne laisse pas son chat Lee se faire tuer. Ulcérée par la campagne de presse qui soulève le pays, l’AFSCA exige de surcroît une interdiction de parole de la propriétaire sous peine de 1.000 € d’amende par infraction.

C’est la goutte de lait qui fait déborder la gamelle… La décision d’euthanasier le chaton Lee au prétexte qu’il n’avait pas montré patte blanche au moment de poser ses coussinets sur le tarmac de l’aéroport belge avait déjà provoqué l’indignation de tous les défenseurs des chats. Mais l’exigence de museler aussi sa maîtresse en lui interdisant d’alimenter les réseaux sociaux est jugée attentatoire à la liberté d’expression.

Une campagne très médiatisée… (source : Planète Vie)

L’association belge de défense des animaux, GAIA, s’engage de toutes ses forces dans ce débat qui prend des allures de guerre civile. Le ministre (néerlandophone) du Bien-être animal (eh oui, ça existe!), Ben L.G. Weyts, et la Région flamande, soutiennent GAIA dans sa croisade contre la bureaucratie wallonne liberticide et sa volonté d’en finir avec le chaton Lee.

L’ambassadeur du Pérou en poste à Bruxelles tente bien de s’interposer pour essayer de sauver la vie de son ressortissant en proposant de le rapatrier temporairement au Pérou, mais le ton monte entre défenseurs du chaton Lee et partisans de la manière forte pour régler ce problème de santé publique. Des marques de prêt-à-porter surfent sur la vague en imprimant des tee shirts portant la mention « Blijf van mij poesje » (Ne touche pas à mon chat)…

De son côté et malgré l’injonction du tribunal, le chaton Lee et sa jeune maîtresse continuent à jouer au chat et à la souris avec les agents de l’AFSCA. Et le 29 mai 2020, tout le monde s’est retrouvé de nouveau devant la Justice, qui avait pourtant bien d’autres chats à fouetter, mais qui se devait de ne pas donner sa langue au chat face à un tel enjeu national. Heureusement, un terrain d’entente a finalement été trouvé. L’ambassadeur du Pérou a réussi à convaincre les autorités sanitaires de son pays d’accepter le petit chaton sur son sol natal pour qu’il y termine sa quarantaine écourtée, ce qui ne pose finalement aucun problème réglementaire, contrairement à ce qu’affirmait jusque-là l’AFSCA. Et le petit chaton a donc repris l’avion début juin pour purger sa peine tandis que sa maîtresse se voyait infliger une amende pour importation illégale d’animal.

Tout est bien qui finit bien donc, même si la Belgique tout entière a été au bord de la crise de nerfs pendant plus d’un mois pour une simple histoire de chaton et qu’il a fallu l’intervention d’un diplomate péruvien pour apaiser les tensions. On n’ose imaginer ce qu’une nouvelle affaire Dreyfus pourrait avoir comme conséquence dans un tel climat…

L. V.

A Marseille, l’incertitude règne

12 juin 2020

Au premier tour, une guerre d’affichage sans pitié… (photo © Gérard Julien / AFP / Le Monde)

Après 25 ans d’un règne sans partage de la droite sur la deuxième ville de France, aux mains d’un Jean-Claude Gaudin désormais largement discrédité et à bout de souffle, on se doutait bien que la succession ne serait pas des plus sereines. Le premier tour des municipales, organisé le 15 mars en pleine crise sanitaire du Covid-19 n’avait pas déçu les amateurs de sensations fortes avec ses bagarres de rues entre colleurs d’affiches et même une tentative de vol de l’urne dans un bureau de vote de la rue Félix Pyat par 5 hommes armés de kalachnikov. A Marseille, on a jamais peur d’en faire trop quand il s’agit de marquer les esprits…

Comme on pouvait s’y attendre au vu du contexte sanitaire dans lequel s’était déroulé ce premier tour en pleine période de pandémie mondiale et de psychose généralisée, le taux d’abstention y a atteint des records, dépassant partout les 60 % et même les 70 % dans les quartiers nord de la ville. Avec un tiers seulement des électeurs qui a jugé bon de se déplacer, les résultats de ce premier tour n’ont bien évidemment guère de valeur et laissent escompter bien des surprises lors du second, prévu dans 15 jours, le dimanche 28 juin 2020, plus de trois mois après, du jamais vu sous la Cinquième République !

Résultats d’un sondage réalisé par Ipsos-Sopra Steria pour franceinfo, France Bleu et La Provence, en janvier 2020 le score du FN et des écologistes a été quelque peu surestimé, celui du Printemps marseillais manifestement sous-évalué… (source © France TV Info)

Ceci dit, le premier tour avait quand même révélé son lot de surprises inédites. Tous les sondages et surtout les pronostics généreusement publiés par La Provence, donnaient Martine Vassal largement en tête, elle qui disposait du soutien indéfectible de son parrain et mentor en politique, le maire sortant Jean-Claude Gaudin. Déjà Présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence et du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône, elle se voyait bien désormais aussi dans le fauteuil du Maire. Et pourtant, elle n’est arrivée qu’en deuxième position avec seulement 22,3 % des suffrages exprimés et à peine plus de 36 000 voix, là où les listes de Gaudin en avaient recueilli plus de 96 000 en 2014.

Les résultats du premier tour : une vision globale quelque peu trompeuse dans une élection qui se joue par secteur (source © France TV Info)

Mais rien n’est encore joué pour autant, surtout dans une élection qui se déroule sur 8 secteurs, le maire lui-même étant finalement élu ultérieurement parmi les 101 conseillers municipaux, lesquels correspondent au premier tiers des conseillers élus secteur par secteur. Un mode électif indirect donc, qui peut réserver de nombreuses surprises encore, surtout dans un paysage aussi éclaté.

L’affiche de campagne du Printemps marseillais dans les 1er et 7e arrondissements (source © site Sophie Camard)

Chaque secteur est en effet une élection à part entière et rien n’indique que l’on aura la moindre idée, au soir du second tour, de qui finira dans le fauteuil du Maire. Les listes du Printemps marseillais, conduites par Michèle Rubirola, sont certes arrivées en tête du premier tour en nombre de voix global. Dans le premier secteur (1er et 7e arrondissements) et au vu des résultats du premier tour, sa candidate, Sophie Camard, suppléante du député Jean-Luc Mélenchon, semble avoir de bonnes chances de l’emporter face à la maire sortante LR Sabine Bernasconi, dans une triangulaire où le RN ne devrait faire que de la figuration, d’autant que l’écologiste Sébastien Barles s’est désisté en sa faveur.

Benoît Payan, tête de liste du Printemps marseillais dans les 2e et 3e arrondissements (source © Parti socialiste)

Il en sera probablement de même dans le deuxième secteur du centre-ville (2e et 3e arrondissements), où le socialiste Benoît Payan est en bonne posture dans une quadrangulaire avec le RN, la LR Solange Biaggi et la maire sortante Lisette Narducci, ancienne guériniste ralliée à Gaudin puis à Bruno Gilles et qui, jamais avare d’un revirement, vient de créer la surprise en recevant le soutien de LREM.

Bruno Gilles, quelque peu amer après un premier tour qui ne lui a pas permis de percer face aux listes de Martine Vassal (photo © Olivier Monge / Myop / Libération)

La situation est sans conteste plus ouverte dans le troisième secteur, le fief de Bruno Gilles, un ancien soutien de Gaudin, désormais dissident LR et que même son ami Renault Muselier ne peut plus soutenir trop ouvertement par peur de perdre l’investiture LR pour les prochaines Régionales de 2021. Contre toute attente, c’est Michèle Rubirola qui y est arrivée en tête du premier tour. Ils s’affronteront donc le 28 juin, avec un candidat RN en arbitre spectateur. Mais rien n’est joué à ce stade en raison du fort taux d’abstention initial et du jeu des reports de voix, toujours incertain. Certes le Printemps marseillais reçoit le soutien des écologistes, éliminés d’emblée et le candidat LREM, également hors course, a appelé à voter pour cette liste, mais Bruno Gilles a reçu de son côté le soutien officiel de l’ex candidat LR…

Dans le quatrième secteur (6e et 8e arrondissements), l’ex fief LR de Jean-Claude Gaudin, où Martine Vassal en personne est tête de liste, cette dernière est arrivée gagnante au premier tour, mais elle est talonnée par la candidate du Printemps marseillais, Olivia Fortin, laquelle a pu fusionner sa liste avec celle de l’écologiste Christine Juste, tandis que le candidat de Bruno Gilles a retourné sa veste dans l’entre-deux tours pour venir rallier Martine Vassal. Mais leur duel risque d’être entravé par le maintien de deux autres candidats, l’un RN et l’autre LREM puisque Yvon Berland a finalement décidé de maintenir sa liste dans le seul secteur où il avait réussi à dépasser le seuil fatidique des 10 % : de quoi rendre le résultat quelque peu incertain et donner des sueurs froides à la candidate LR…

Lionel Royer-Perreault (à droite) assuré de remporter le 5e secteur avec le député Guy Tessier (à gauche), sur les listes de Martine Vassal (au centre) (source © Made in Marseille)

Dans les cinquième et sixième secteurs, les jeux semblent en revanche déjà faits. Dans les 9e et 10e arrondissements, le maire sortant LR, Lionel Royer-Perrault, un proche de Guy Tessier, fait la course en tête devant son challenger RN et ne devrait donc pas être inquiété par la candidate du Printemps marseillais même confortée par le soutien des écologistes. Quant au maire sortant des 11e et 12e arrondissements, Julien Ravier, LR également, il sera opposé au second tour au RN qui a fait un gros score, mais aussi à la liste du Printemps marseillais, menée par Yannick Ohanessian et à celle de Robert Assante, soutenue par Bruno Gilles, une configuration qui devrait assurer au maire sortant de garder son fauteuil.

Stéphane Ravier, en bonne voie pour conserver la mairie de secteur des 13e et 14e arrondissements (source © Rassemblement National)

Le septième secteur (13 et 14e arrondissements) est depuis 2014 entre les mains du RN Stéphane Ravier et pourrait bien le rester puisque ce dernier était largement en tête du premier tour, devant le général David Galtier, le candidat de Martine Vassal. Le second tour se résumera en effet à un duel entre ces deux candidats, tous les deux classés très à droite. Contre toute attente, le Printemps marseillais a en effet décidé de jeter l’éponge et de ne pas présenter de liste au second tour alors que les voix de gauche étaient majoritaires par rapport à celles recueillies par LR. Un suicide politique dont la gauche marseillaise est coutumière et qui risque d’obérer définitivement ses chances d’accéder à la mairie de Marseille puisque ce secteur est celui qui élit le plus de conseillers municipaux et que la gauche est d’ores et déjà assurée, avant même l’élection, de n’en remporter aucun !

Quant au dernier secteur (15e et 16e arrondissements, dans les quartiers Nord), celui tenu par la dissidente ex-socialiste et surtout clientéliste Samia Ghali, il a lui aussi de bonnes chances de basculer au RN dont la liste est très bien placée en deuxième position. Curieusement, la liste écologiste s’est ralliée non pas à celle du Printemps marseillais, menée par le communiste Jean-Marc Coppola, mais bien à celle de Samia Ghali. Le candidat soutenu par Martine Vassal, quant à lui, ne figurera pas au second tour.

Qui demain à la tête de la Mairie de Marseille ? (photo © Bertrand Langlois / AFP / 20 minutes)

Dans une telle configuration, on voit bien que rien n’est donc encore joué. La seule certitude est que, sauf énorme surprise personne ne devrait disposer, à l’issue du second tour d’une majorité absolue. Cela signifie que le maire sera vraisemblablement élu à la majorité relative, dans le cadre d’un jeu d’alliances et de compromis qui risque fort de le fragiliser pour toutes les décisions importantes qu’il aura à prendre, dont le vote du budget qui devra intervenir avant fin juillet et qui ne sera sans doute pas une partie de plaisir…

Les listes LR seront probablement celles qui auront le plus grand nombre de conseillers élus mais risquent d’avoir bien du mal à trouver un consensus sur le choix d’un candidat du fait des tensions fortes entre Martine Vassal et Bruno Gilles, ce qui pourrait bien favoriser l’émergence d’un troisième homme tel que Guy Tessier. Au vu des scores du premier tour, le RN, qui détenait déjà 20 % des sièges dans le Conseil municipal actuel et qui est le seul à se maintenir dans tous les secteurs, devrait engranger un nombre de sièges très conséquent et jouera probablement un rôle d’arbitre majeur au sein du futur conseil municipal. Quant au Printemps marseillais, dans l’hypothèse où il arriverait à faire élire un maire de son bord, Michèle Rubirola ou Benoît Payan, celui-ci se retrouverait en tout état de cause face à un conseil municipal composé peu ou prou de deux tiers d’élus RN et LR, ce qui ne lui rendra pas la tâche facile. Marseille n’est décidément pas au bout de ses peines…

L .V.

Un confinement mondial à géométrie variable

7 juin 2020

La pandémie mondiale de Covid-19 n’est pas encore achevée. En ce jour, dimanche 7 juin 2020, les chiffres qui circulent et que l’on peut retrouver sur différents médias dont Sortir à Paris, font état de près de 7 millions de cas confirmés dans le monde pour quasiment 400 000 morts attribués à cette épidémie virale. Le recul est désormais bien établi en Europe même si l’on a encore enregistré, dans les dernières 24 heures, 46 décès en France attribués au Covid-19 et encore un peu plus de 200 au Royaume-Uni. Mais il n’en est pas encore de même aux États-Unis où, même si le pic est passé depuis mi-avril, le nombre de morts était encore de 1 128 ces dernières 24 heures, pour un bilan provisoire qui dépasse désormais les 100 000 décès. Et la pandémie fait désormais rage en Amérique du Sud, notamment au Brésil où le nombre quotidien de victimes ne cesse d’augmenter de jour en jour, et a atteint 904 hier, avec sans doute des chiffres officiels très en deçà de la réalité effective.

Evolution des cas de Covid-19 en France jusqu’au 18 avril 2020 (source © IMHT)

Ceci dit, et même si l’heure n’en est pas encore à dresser des bilans, alors que le monde médical recherche encore un vaccin contre ce coronavirus tout en continuant à s’interroger sur l’efficacité éventuelle des traitements à base d’hydrochloroquine, les tentatives d’évaluation des stratégies de confinement mises en œuvre commencent à voir le jour. Jamais en effet l’humanité n’avait testé à une telle échelle le confinement massif de sa population.

Alors que les dernières décennies avaient au contraire été caractérisées jusque-là par une véritable explosion de la mobilité, voilà que brusquement, tout déplacement est devenu interdit. Sortir de chez soi pour aller acheter sa baguette de pain est devenu une aventure périlleuse qui a même valu à certains d’écoper d’une amende de 135 € pour avoir eu la malchance de rencontrer un policier zélé considérant que cela ne faisait pas partie des denrées alimentaires de base…

Un dessin signé Kristian (source © France Bleu)

Aller se promener sur la plage ou dans la colline, même de manière solitaire, est devenu en quelque semaines une activité profondément subversive et passible de poursuite. Et l’on ne parle même pas des régimes qui ont profité de la situation pour instaurer des dispositifs de traçage des moindres mouvements de leurs citoyens pour tenter de les suivre avec une précision inframétrique afin d’alerter tous ceux qui auraient malencontreusement croisé la route d’une personne suspectée d’être contagieuse.

Paradoxalement, une telle démarche de confinement généralisé n’aurait jamais été possible sans les outils de communication numérique qui ont permis d’une part d’informer la totalité de la population de ces règles fortement attentatoires aux libertés individuelles et évolutives d’une semaine à l’autre, mais aussi de mettre en place des solutions alternatives pour que les gens continuent à communiquer entre eux voire à poursuivre à distance une partie de leur activité professionnelle.

Contrôle policier à Paris pendant le confinement (source © Twitter Le Parisien)

Des outils qui permettent aussi, après coup, de dresser un bilan de la manière dont le confinement a été mis en œuvre d’un pays à l’autre. Le smartphone que chacun ou presque a désormais tout le temps dans sa poche, constitue avant tout un implacable mouchard. Chacun est désormais suivi en permanence dans ses moindres déplacements, au point même que certaines applications grand public en sont à compter le nombre de pas que nous faisons chaque jour, pour notre bien-être, bien entendu… Les utilisateurs qui acceptent de livrer leurs données de géolocalisation, et ils sont désormais très nombreux, alimentent de nombreux outils permettant désormais de suivre en masse les déplacements des individues.

Evolution du taux de fréquentation des centres commerciaux et lieux de loisir en France au début de l’épidémie de Covid-19 (source données © Google Maps / Colibree)

Google Maps a ainsi rendu public sous forme de données globalisées et anonymisées (pour respecter les différentes réglementations en vigueur sur la protection des données individuelles) les déplacements de millions de personnes dans le monde durant la crise sanitaire du Covid-19. On sait ainsi jour après jour quelle a été la fréquentation des lieux publics, rapportée à la fréquentation en temps habituel.

Ainsi, en France au plus fort de l’épidémie et jusqu’à début mai, le taux de fréquentation des centres commerciaux et lieux de loisir tels que cafés, restaurants, musées, bibliothèques, cinémas, parcs à thèmes, plages ou jardins publics était tombé à moins de 20 % de leur taux de fréquentation habituel. Normal puisque la plupart de ces établissements étaient alors fermés au public, contrairement aux magasins d’alimentation et pharmacie qui, eux, restaient accessibles, mais dont la fréquentation avait aussi baissé de 40 à 60 %.

La rue de Rome, grande artère commerçante de Marseille, déserte pendant le confinement (source © France3 Régions)

Une preuve, s’il en était besoin, que le confinement a été remarquablement respecté dans notre pays. Ces derniers jours, et toujours selon les observations de Google Maps à partir du positionnement de nos smartphones, le taux de fréquentation est redevenu habituel dans les parcs, commerces et pharmacies, mais reste inférieur de 40 % dans les centres commerciaux et centres de loisirs.

Des chiffres qui sont d’ailleurs confirmés par une analyse publiée par son concurrent, Apple, qui a rendu publiques des données très comparables basées non pas sur le géoréférencement des smartphones mais sur les recherches d’itinéraires, lesquelles ont chuté de 80 % voire davantage pendant la crise sanitaire, confirmant bien que les Français sont, dans leur immense majorité, restés chez eux pendant le confinement.

Evolution du nombre de recherches d’itinéraires en France pendant la crise sanitaire (source données © Apple / Labo FNAC)

Ces chiffres sont intéressants à analyser car ils sont disponibles dans le monde entier et permettent donc de comparer les stratégies mises en œuvre d’un endroit à l’autre. On retrouve par exemple chez nos voisins espagnols et italiens des tendances très comparables à ce que l’on observe en France. Curieusement, les chiffres sont également assez proches en Inde, un des rares pays du Sud a avoir pratiqué une politique très stricte de confinement, au prix de conséquences économiques et sociales d’ailleurs dramatiques.

Par comparaison, dans un pays comme l’Allemagne le taux de fréquentation des centres commerciaux et lieux de loisir n’a baissé que de 53 % au plus fort de l’épidémie, très loin donc des 82 % observés en France dans les même conditions. Au Danemark, cette baisse de fréquentation a été plus faible encore, de l’ordre de 29 %, tandis que la Suède observait une baisse minime, évaluée à 20 %. Des taux très comparables à ceux constatés à Hong Kong ou au Japon (- 25 %), sans même parler de la Corée du Sud où la fréquentation n’a été réduite que de 13 % pendant la crise sanitaire.

Les effets psychologiques du confinement ont peut-être été sous-estimés… Un dessin signé Deligne (source © Bado, le blog)

Ces chiffres confirment donc, s’il en était encore besoin, que les mesures de confinement global imposées en France ont été particulièrement sévères. Elles ont conduit à une paralyse totale de l’économie du pays pendant trois mois et à un climat de psychose généralisée, au point que nombre de parents ont refusé, à l’image du Premier ministre lui-même, d’envoyer leurs enfants à l’école lorsque celle-ci à rouvert ses portes.

Et pourtant, le bilan sanitaire de cette pandémie mondiale montre que la stratégie française n’a pas été particulièrement performante au vu du nombre de morts et par comparaison avec de nombreux autres pays. Tout laisse désormais à penser qu’une stratégie plus ciblée de lutte contre une telle épidémie aurait sans doute été plus efficace que cette immobilisation générale et indistincte, par ailleurs catastrophique par ses conséquences économiques et sociales, et ceci sans doute pour plusieurs années. Peut-être fera-t-on mieux la prochaine fois, à condition de savoir en tirer les enseignements ?

L. V.

Parking en façade

31 mai 2020

Une Fiat 500 bien garée (source © Royal de luxe)

Au pied des grandes résidences, s’étendent généralement de vastes étendues bitumées qui servent de parking. Ce n’est pas très esthétique ni très écologique. Il vaudrait mieux prévoir des espaces verts où les enfants pourraient jouer et la nature se développer. Mais où garer les voitures alors ? Mais sur les façades pardi ! On se demande à quoi pensent les architectes qui n’ont pas encore mis en œuvre une solution aussi évidente qui portant coule de source et est à la portée du premier clown venu.

C’est d’ailleurs ce qu’a fait M. Bourgogne, alias Jean-Luc Courcoult, un des fondateurs de la troupe de théâtre de rue Royal de luxe. En avril 2019, il a tout simplement garé sa petite Fiat 500 rouge sur la façade d’un immeuble du quartier Bellevue à Nantes, au 5 rue d’Aquitaine. Et comme il aime bien lui tenir compagnie, il a lui-même planté sa tente pas très loin, sur une autre façade du même quartier, au 2 rue de la Saône. Une installation de camping tout ce qu’il y a de plus classique avec table, chaise et un peu de matériel éparpillé tout autour, fixé à la verticale sur la façade de l’immeuble désaffecté, à la hauteur du quatrième étage.

M. Bourgogne en camping (source © Royal de luxe)

Un spectacle un peu ébouriffant pour les enfants de Bellevue (source © Royal de luxe)

Pendant une semaine, ce campeur insolite a tenu tout le quartier en haleine. Les classes de 9 écoles des environs se sont succédé au pied de la façade, le nez en l’air, pour voir évoluer cet étrange hurluberlu qui sort de nez de sa tente, fait sa toilette, étend son linge et écrit de drôles de lettres empreintes de poésie qu’il leur descend au bout d’une corde. Des textes merveilleux que les enfants découvrent ensuite avec leur instituteur et qui racontent l’histoire de la petite Fiat rouge un peu caractérielle, ou celle de M. Bourgogne, comme l’escargot bien sûr, qui n’hésite pas à escalader les façades, parfaitement à l’aise sur une surface verticale.

En mai 2020, la Fiat 500 est de retour dans le quartier de Bellevue mais cette fois elle est verte, comme un tableau d’écolier. Elle fait escale dans les écoles et les enfants peuvent écrire et dessiner sur sa carrosserie avec des craies de couleur comme ils le feraient sur le tableau de l’école…

Une lettre de M. Bourgogne (source © Royal de luxe)

 

Un univers plein de poésie où il convient de ne s’étonner de rien et qui enchante les petits écoliers nantais. Telle est la recette de ces installations théâtrales de la Compagnie Royale de Luxe, laquelle a été créée en 1979 à Aix-en-Provence par Jean-Luc Courcoult et ses camarades Véronique Loève et Didier Gallot-Lavallée. Rapidement exilée dans un petit hameau des Cévennes puis squattant un château à Toulouse, la compagnie est désormais basée à Nantes depuis 1989. Ses créations successives, d’une grande originalité, l’ont fait connaître dans le monde entier, notamment à partir de 1993 avec son Géant tombé du ciel, première étape d’une Saga des géants, qui s’achève en 2018 à Liverpool.

En 1997, à l’occasion des Rencontres de la Photographie à Arles, la troupe y avait présenté son rhinocéros géant de 5 m de long qui a ensuite remporté un franc succès l’année suivante lors de l’Exposition universelle de Lisbonne. Enfermé dans une cage, le rhinocéros géant exigeait pas moins de 17 personnes pour l’actionner.

L’éléphant du sultan à Nantes en 2005 (source © Royal de luxe / Auray)

Une caractéristique de ces créatures géantes que l’on retrouve notamment pour l’éléphant du sultan, créé en 2005 à Nantes pour célébrer le centenaire de la mort de Jules Verne et qui a ensuite voyagé jusqu’à Londres et Anvers : une belle bête de 48 tonnes et 22 m de longueur pour 12 m de haut, dont la mise en mouvement nécessite le concours de 22 manipulateurs.

En cette période où la crise sanitaire a mis à mal l’activité artistique et en particulier les spectacles de rue, il n’est pas inutile d’évoquer le talent et l’imagination de ces troupes qui ont l’art d’enchanter notre quotidien !

L. V. 

Pourquoi autant de morts du Covid-19 en EHPAD ?

18 mai 2020

Il est sans doute bien trop tôt pour tirer un premier bilan de cette pandémie de Covid-19 qui a totalement bouleversé nos vie depuis maintenant plus de 2 mois en France et qui continue à faire des ravages dans d’autres pays. En France cependant, et sauf mauvaise surprise suite au déconfinement progressif mis en œuvre depuis le 11 mai 2020, le pic de l’épidémie semble bel et bien derrière nous. Certes, 372 nouveaux cas de Covid-19 étaient encore déclarés pour la journée du samedi 16 mai, mais ce chiffre atteignait 7 578 le 31 mars dernier, ce qui atteste que le pire est bien derrière nous ! Sur un total de plus de 142 000 personnes infectées en un peu plus de 2 mois, on voit bien que les chiffres actuels sont plutôt caractéristiques d’un phénomène résiduel en cours de normalisation.

Évolution du nombre quotidien de nouveaux cas de Covid-19 en France (source © Wikipedia)

Tous les indicateurs confirment ce diagnostic. Le nombre quotidien de morts attribués à l’épidémie est repassé sous la barre des 100 depuis le 15 mai alors qu’on a enregistré jusqu’à 1 438 décès par jour le 14 avril 2020 et qu’on approche désormais le chiffre effrayant de 28 000 morts consécutifs à l’épidémie, même si ce type de données est par nature imprécise et sujette à caution. Les personnes décédées à leur domicile ne sont en effet pas répertoriées dans ces statistiques qui, inversement, intègrent de nombreux cas de décès de personnes non testées et pour lesquels existe simplement une présomption de contamination.

Le nombre de personnes hospitalisées pour cause de Covid-19 est aussi en baisse, se situant désormais à un peu plus de 19 000 après avoir dépassé 32 000 mi-avril. Parmi elles, il n’en reste plus que 2 132 encore en soins intensifs au 16 mai 2020 alors que ce chiffre est monté jusqu’à 7 148 début avril, au moment où les autorités craignaient d’être localement débordées et devaient organiser des transferts de malades pour désengorger certains établissements. Les guérisons de personnes infectées ayant dû être hospitalisées se multiplient également, évaluées désormais à plus de 61 000.

Comparaison de la mortalité enregistrée en France en 2020 par rapport à celle constatée à la même période en 2019 (source © Wikipedia)

L’évolution des chiffres de surmortalité enregistrée est elle aussi encourageante, d’autant que cet indicateur présente l’avantage d’être plus exhaustif puisque basé sur la mortalité nationale effective, toutes causes confondues, établie à partir des données de l’État civil. Par comparaison à l’année de référence 2019, pour laquelle, comme en temps ordinaire, on observe une mortalité qui décroît progressivement de 1 800 par jour début mars (fin de la période hivernale) vers 1 600 début mai, l’année 2020 a été caractérisée par un pic très marqué de mortalité qui a atteint jusqu’à 2 800 décès par jour fin mars mais les chiffres actuels sont repassés, depuis fin avril, en dessous de ceux observés à la même époque en 2019, ce qui confirme bien ce retour à la normale tant attendu : malgré l’épidémie encore en cours ces deux dernières semaines, on meurt moins qu’en 2019 à la même période, ce qui pourrait même laisser supposer que le confinement a épargné des vies, indépendamment de son effet sur la propagation du coronavirus…

Evolution du nombre cumulé de décès liés au Covid-19 en France, à l’hôpital et en EHPAD (source © Wikipedia)

Reste que la répartition de ces décès selon les établissements interroge. Les décès survenus à l’hôpital s’élèvent ainsi à 17 412 à ce jour (points rouges sur la courbe ci-dessus). A la même date, on en compte 10 213 dans les EHPAD (les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, que l’on appelait jadis les maisons de retraite, avant que ne s’impose un langage technocratique édulcoré) et dans les centres médico-éducatifs (autrement dit des établissements pour enfants et adolescents atteints de déficience mentale). En d’autres termes, plus du tiers des personnes décédées en France du Covid-19 dans des structures d’accueil spécialisées sont mortes sans même avoir été hospitalisées !

Il serait bien entendu hasardeux d’en tirer des conclusions hâtives, d’autant que les caractéristiques des EHPAD diffèrent fortement d’un établissement à l’autre, certains étant médicalisés et parfois même équipés de matériel lourds d’aide respiratoire. Mais quand même, on s’étonne un peu de constater que plus de 10 000 personnes âgées atteintes du Covid-19 sont ainsi décédées en l’espace de 2 mois dans des centres spécialisés, entourés généralement d’un personnel qualifié qui les suit quotidiennement, sans qu’il leur soit proposé une prise en charge adaptée en milieu hospitalier…

Un trait d’humour du dessinateur Seb (source © Le Journal de Saône-et-Loire)

Il ne s’agit bien évidemment pas de faire le procès de ces structures d’accueil dont le personnel fait généralement preuve d’un extrême dévouement au jour le jour, comme il l’a justement montré tout au long de cette crise sanitaire avec de nombreux exemples d’équipes qui se sont volontairement confinées sur leur lieu de travail pendant plusieurs semaines d’affilée, précisément pour éviter d’être les vecteurs involontaires du virus qui aurait pu mettre en danger la vie des résidents les plus fragiles.

L’EHPAD de Mougins où 38 résidents sont décédés du Covid-19 (photo © Sébastien Botella / MAXPPP / France 3 Régions)

Mais certains témoignages individuels ne laissent pas d’interroger. Le cas de l’EHPAD La Riviera, à Mougins, géré par le groupe Korian, a été particulièrement relayé par la presse. Il hébergeait 109 résidents début mars, parmi lesquels 38 seraient décédés du Covid-19, sans même qu’il soit proposé des tests de dépistage pour les survivants. Beaucoup se sont interrogés sur le fait qu’en cas d’engorgement des services d’urgence et surtout de soins intensifs, les personnes âgées risquaient d’être considérées comme non prioritaires et ainsi de ne pas bénéficier de soins adaptés alors qu’on relate au moins deux cas de patients âgés de 101 ans qui ont vaincu la maladie, une femme aux Pays-Bas et un homme à Rimini, en Italie, ainsi qu’une femme de 97 ans hébergée en EHPAD dans le département du Nord.

Mais Libération rapporte notamment le cas d’un homme de 85 ans, atteint de la maladie d’Alzheimer, admis en octobre 2019 dans un EHPAD du Val d’Oise, atteint du Covid-19 début mars 2020, peu après l’interruption des visites autorisées aux familles. Sa fille se plaint alors de ne pouvoir même pas le joindre par téléphone et finit par forcer la porte de l’EHPAD pour se rendre compte que son père est enfermé toute la journée dans sa chambre de 10 m², sans téléphone ni télévision et sans aucun contact donc avec l’extérieur, sans bien entendu en comprendre les raisons du fait de son état psychologique. Un confinement qui s’apparente fort à une séquestration… Début avril, le vieil homme décède, seul, sans avoir pu revoir sa fille alors que celle-ci venait justement de trouver enfin le moyen de lui apporter un téléphone portable, mais trop tard… Le corps serait ensuite resté 2 jours dans la chambre en attendant qu’une place se libère en chambre mortuaire mais sa fille n’a pas été autorisé à le voir et a dû se recueillir sur le parking de l’EHPAD.

Le pape Benoît XVI visitant une maison de retraite le 12 novembre 2012 (photo © AFP / Osservatore romano / La Croix)

Des conditions plutôt rudes et qui méritent effectivement qu’on s’interroge sur les conditions de traitement de nos aînés dans certains de ces établissements, lorsque la crise sanitaire vient s’ajouter à un contexte qui n’est déjà par forcément simple au quotidien. Gandhi avait coutume de dire : « On reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite les animaux ». Le pape Benoît XVI avait justement élargi la réflexion à l’occasion d’une visite dans une maison de retraite en 2012 en déclarant : « La qualité d’une société, je dirais d’une civilisation, se juge aussi à la façon dont les personnes âgées sont traitées et à la place qui leur est réservée dans la vie commune ». A méditer…

L. V.

Monsieur G tire sa révérence

10 mai 2020

Gilbert Garcin est décédé vendredi 17 avril, à l’âge de 90 ans. Né en 1929 à La Ciotat, il avait fait ses études dans une école de commerce et fréquenté une université américaine avant de gérer, durant toute sa carrière professionnelle une entreprise de vente de luminaires. Une vie sans histoire de bourgeois marseillais, vivant dans un bel immeuble cossu avec vue sur le stade Vélodrome. Sauf que celui que certains surnommaient « le papi de Marseille », selon Libération, était devenu en quelques années un photographe mondialement reconnu dont les œuvres figurent dans de grandes collections publiques et privées.

Gilbert Garcin devant certaines de ses œuvres lors des Rencontres photographiques d’Arles en 2013 (photo © François Baille / MaxPPP / La Croix)

Une passion qui ne lui est venue qu’à l’âge de la retraite, lui qui, jusque là n’avaient pris que quelques banales photos de vacances comme tout un chacun. En 1995, à plus de 65 ans donc, alors qu’il cherchait de quoi occuper sa retraite, Gilbert Garcin remporte le premier prix d’un concours de photographes amateurs organisé par le photo-club d’Aubagne. Il gagne ainsi la possibilité de participer à un stage de formation organisé dans le cadre des Rencontres internationales de la photographie à Arles, par le photographe Pascal Dolomieux.

Le Funambule, cliché de Gilbert Garcin (photo © Gilbert Garcin)

Et là, c’est la révélation : il découvre qu’il n’est nul besoin de faire le tour du monde et d’attendre le bon rayon de soleil pour faire des clichés surprenants. Il suffit d’une maquette bricolée sur un coin de table avec des figurines découpées en carton et quelques accessoires pour recréer un décor minimaliste éclairé de manière astucieuse. Comme il maîtrise bien les éclairages après avoir vendu des luminaires toute sa vie, il s’aménage donc son propre studio dans son cabanon de La Ciotat et se met au travail, sous l’œil amusé et plutôt sceptique de sa femme Monique qui n’hésite pas à jeter un regard critique sur ses créations.

Habillé d’un vieux pardessus récupéré dans la penderie de son beau-père, Gilbert Garcin se met en scène lui-même dans son petit théâtre d’ombre, photographiant dans différentes positions sa propre silhouette de Monsieur Tout le Monde qui évoque irrésistiblement celle de Jacques Tati et qu’il appelle lui-même affectueusement Monsieur G. Ses effigies découpées constituent des petites figurines de 10 à 15 cm de haut qu’il met en situation dans des décors improbables dont le fond n’est autre qu’une image projetée sur un écran, le tout éclairé par des néons ou simplement à la lampe de poche, pour donner l’illusion de la réalité.

Le charme de l’au-delà, cliché de Gilbert Garcin (© galerie Camera obscura  / Le Monde)

Et le résultat est étonnant, teinté de surréalisme, d’humour et de philosophie. Comme le rapporte Le Monde, « Gilbert Garcin fait des photos intelligentes que tout le monde peut comprendre », selon le journaliste marseillais Yves Gerbal, qui fut l’un des premiers à avoir découvert son travail et qui préfaça l’ouvrage Mister G, paru en 2009 aux éditions Filigranes. Un univers poétique qui rappelle non seulement Jacques Tati ou Magritte pour ce côté surréaliste qui met le doigt sur les aspects absurdes de la condition humaine, mais aussi Hitchcock pour cette faculté à se mettre lui-même en scène, parfois avec son épouse, dans chacune de ses œuvres et bien sûr par ce choix du noir-et-blanc pour toutes ses photographies.

Les précaution élémentaires, une allégorie qui ne manque pas de prémonition pour la situation actuelle de confinement… (photo © Gilbert Garcin)

Les clichés de Gilbert Garcin ne cherchent pas à dénoncer ou à donner des leçons de morale, juste à aider chacun à réfléchir à la vie, à l’amour, au temps qui s’écoule, aux difficultés de l’existence, à l’angoisse de la mort, à tout ce qui fait le quotidien de la condition humaine. Un univers vaguement onirique où chacun peut s’identifier.

Regard sur la peinture contemporaine (photo © Gilbert Garcin)

Son œuvre comporte quelques centaines de clichés seulement mais, en 15 ans, Gilbert Garcin était devenu un photographe mondialement reconnu dont les œuvres, publiées via plusieurs ouvrages et exposées dans différentes galeries et musées, ont connu une très forte notoriété. Certains de ses clichés figurent dans les collections publiques de la Maison européenne de la photographie, du Fonds national pour l’art contemporain, ou du FRAC à Marseille. Une belle consécration pour celui qui hésitait, au moment de prendre sa retraite, entre faire de la photo ou aller à la pêche…

L. V.

Des foyers de Covid dans les quartiers Nord de Marseille ?

8 mai 2020

Tout compte fait, l’épidémie de Covid-19 aura fait beaucoup pour accroître de manière significative la notoriété mondiale de la ville de Marseille. Davantage sans doute que les croisières qui font escale à la Joliette ou que l’équipe de foot de l’OM, les deux piliers sur lesquels Jean-Claude Gaudin a bâti l’essentiel de sa stratégie de communication, c’est finalement au professeur Didier Raoult et à son art inimitable de mettre les pieds dans le plat en éclaboussant bien fort, que Marseille doit cette mise en lumière inattendue.

Les Birds, experts en confinement…

Le 3 avril dernier, le professeur désormais mondialement connu, se vantait dans un tweet d’autosatisfaction que, grâce aux efforts de l’IHU Méditerranée Infection qu’il a fondé et qu’il dirige, « depuis le début de l’épidémie, 2,5% des Marseillaises et Marseillais ont été dépistés. Ceci en fait la population la plus testée au Monde ». Une affirmation illustrée par de belles courbes montrant qu’avec 25 000 tests réalisés par million d’habitant, Marseille a fait trois fois mieux que l’Italie ou que la Corée pourtant souvent citée en exemple.

En réalité, comme l’a décortiqué Libération, la situation est un peu moins flatteuse, même si le cas de Marseille est effectivement très singulier par rapport aux autres ville françaises, du fait de cette stratégie mise en place par l’IHU de Marseille. Ayant décidé d’accepter de tester quasiment toute personne se présentant à ses portes, ce dernier avait réalisé à lui seul, au 27 mars 2020, un cinquième de tous les tests de dépistage du Covid effectués en France à cette date, ce qui constitue un bel exploit !

Personnes attendant de se faire dépister devant l’IHU Marseille le 23 mars 2020 (photo © Gérard Julien / AFP / Libération)

Le 3 avril, les chiffres annoncés étaient de 29 613 patients testés (pour un peu plus de 54 000 tests pratiqués car certains patients subissent plusieurs tests successifs dans le cadre du suivi de leur traitement) dont 20 987 Marseillais, d’où ce chiffre de 2,5 % communiqué par le professeur Raoult. Depuis cette date, la situation a un peu évolué et la proportion de population testée a nettement augmenté dans d’autres pays, en Italie en particulier qui avance à marche forcée.

Et certains esprits malveillants font même observer que les comparaisons de notre Panoramix local passent un peu vite sous silence l’exploit de petits pays comme le Luxembourg qui annonce avoir pratiqué près de 23 000 tests sur ses résidents dont le nombre n’est que de 626 000 habitants, ce qui représente effectivement un taux de dépistage très supérieur à celui de Marseille. Le nombre de cas positifs détectés serait d’ailleurs assez comparable avec un chiffre de 3115 annoncé au Luxembourg et de 3846 à Marseille si l’on en croit un article de La Provence, lequel fait état de 26 morts seulement à Marseille contre 52 au Luxembourg.

Une tente de dépistage à la Timone, où un marin-pompier accueille une habitante, le 2 avril 2020 (photo © Giacomo Italiano / MAXPPP / France TV Info)

D’autres pays ont même été encore plus loin, à l’instar de l’Islande qui annonce un taux record de 85 000 tests par million d’habitant avec 1616 cas positifs détectés et seulement 6 morts à ce jour, mais pour une population totale qui n’est que de 364 000 habitants, soit moins de la moitié de la cité phocéenne. Et l’on ne parle même pas des Îles Féroé, un territoire autonome du Danemark, grand massacreur de dauphins à ses heures, mais champion mondial du dépistage du Covid-19, se vantant fin mars 2020 d’avoir testé 10 % de sa population (de 52 000 habitants, faut-il le préciser ?) avec 196 cas positifs seulement.

Toujours est-il que l’exploit médiatique du professeur Raoult a fait des envieux et que chaque élu marseillais a voulu ouvrir son propre centre local de dépistage, histoire de rassurer ses concitoyens en attendant la fin du processus électoral toujours en cours. Selon Gomet, le 3 avril 2020, Yves Moraine, le maire LR des 6e et 8e arrondissement annonçait ainsi l’ouverture d’un autre centre de dépistage dans les locaux de la Villa Bagatelle, suivi quelques jours plus tard par sa collègue LR Sabine Bernasconi, maire des 1er et 7e arrondissements, qui ouvrait un autre centre de dépistage dans les locaux du Centre municipal d’animation.

Centre de dépistage Nord-Covid installé à Malpassé le 16 avril 2020 (photo © Gilles Bader / MaxPPP / France 3 Regions)

L’opposition RN ne pouvant rester inactive, le sénateur Stéphane Ravier annonçait alors, le 13 avril l’ouverture d’un nouveau local de dépistage dans son fief des 13e et 14e arrondissements, talonné par son challenger LREM, le député Saïd Ahamada, qui informait les Marseillais de l’ouverture, à partir du 16 avril, d’un centre de dépistage à l’Espace santé situé boulevard du Capitaine Gèze, dans les quartiers nord de Marseille, à quelques pas du marché aux puces, sous une tente gonflable prêtée par la Ville de Marseille et gérée par une équipe du Bataillon des marins Pompiers. De son côté, La Provence annonçait le 15 avril l’ouverture d’un autre centre de dépistage constitué de deux tentes dressées sur la parking de la Maison régionale de Santé dans le 13e arrondissement, à Malpassé, géré par Médecins sans frontières, l’hôpital Nord et des associations locales.

Annie Levy-Mozziconacci (source © PS Marseille)

Une initiative louable puisque ces différents centres de dépistage délocalisés au cœur des quartiers défavorisés de la Ville, et auquel les habitants peuvent se rendre sans ordonnance ont rapidement mis en évidence l’existence de nombreux foyers épidémiques, ce qui n’a rien d’étonnant dans des familles dont les conditions de logement facilitent la promiscuité. Une situation dénoncée notamment par la conseillère municipale socialiste, Annie Levy-Mozziconacci, candidate sur la liste de Stéphane Barles mais aussi médecin à l’hôpital Nord de Marseille et impliquée dans le dispositif de dépistage Nord-Covid installé à Malpassé. Ses cris d’alarme ont été largement relayés dans la presse début mai. Elle suggère de créer des lieux d’hébergement spécifiques pour permettre de confiner en dehors de leur milieu familial les personnes malades dont les conditions de vie habituelles ne peuvent que favoriser la propagation du virus à leur entourage. Une proposition qui bénéficie de l’appui de l’Agence Régionale de Santé mais qui ne semble pas encore avoir permis de convaincre les services préfectoraux de débloquer les budgets et surtout les autorisations administratives en vue d’une telle organisation. La Préfecture annonce attendre pour cela les instructions nationales qui devraient s’inscrire dans le plan de déconfinement en cours de finalisation. Simple affaire de patience donc…

L. V.