Archive for février 2009

Manifestation contre le réchauffement climatique

25 février 2009

Enorme manifestation pour la sauvegarde de la planète.

Malheureusement, les éternelles discussions sur la mobilisation et le nombre de participants….!

Le frigidaire de police annonce quelques centaines et les congélateurs plusieurs milliers…. Ci-dessous une photo de la manif…

Les manifestants se dispersent dans l'ordre...

Les manifestants se dispersent dans l’ordre…

Publicités

Halte au mepris

25 février 2009
Je vous promet...

Je vous promet...

« Halte au mépris » : c’était sur les pancartes du 29 Janvier, c’est le sentiment de beaucoup de français face à Sarkozy et à son gouvernement. C’est le cas aussi dans le conflit des chercheurs et des enseignants chercheurs. Le discours du 22 Janvier 2009 a fait descendre pas mal de gens qui n’ont pas vraiment l’habitude de manifester, tant il y avait de mensonges et de contre vérités. « Les prix Nobels qui cachent la forêt », on se demande ce qu’il aurait dit si justement la France n’en avait pas eu plusieurs ces dernières années !  Aujourd’hui les personnels de la recherche et de l’enseignement supérieur demandent des excuses au président! http://excuses-sarkozy.fr.nf/ à continuer de signer.

La cible des Talibans au Pakistan

24 février 2009

La cible des Talibans au Pakistan : le maintien des filles dans l’ignorance… tout un programme

talibanfemmes10 jours de paix pour étudier l’accord négocié entre Islamabad et les Talibans dans la vallée de Swat au Pakistan : la paix contre la mise en place de la charia dans cette région.
Le problème posé est la charia  appliquée par les talibans qui ont déjà commencé les exécutions publiques des femmes, des punitions au fouet et autres menaces dirigées tout particulièrement contre l’autonomie des filles et des femmes à commencer par l’éducation.
« Dans cette vallée les talibans ont déjà interdit aux filles d’aller à l’école. Au cours de l’année écoulée, la totalité des établissements scolaires de la vallée recevant des filles ont été détruits.
Les Etats Unis n’ont d’ailleurs pas réagi à ce qui s’apparente à un échec cuisant de leur politique dans la région. » (Libération le 19 Février).
Pas de réaction de la France non plus, d’ailleurs savons nous ce que nous faisons encore en Afghanistan ?  Le retour des talibans à Kaboul est-il impossible ?
On n’entend pas souvent de ce genre de nouvelles dans les journaux télévisés…il faut dire qu’avec notre super président on en a suffisamment à commenter chaque jour !
C.T

100 mots

22 février 2009

100 : C’est le nombre de mots que les groupes d’opposition ont à leur disposition pour écrire un article dans Le Messager, l’inimitable revue de Carnoux. Certains pensent que c’est peu… Comme disait César à Marius au sujet de la grandeur des tiers, cela dépend de la longueur des mots.

En effet, supposons un instant qu’un des groupes d’opposition décide de faire paraitre le compte rendu de son voyage à Taumatawhakatangihangakoauauotamateaturipukakapikimaungahoronukupokaiwhenuakitanatahu, en Nouvelle-Zélande (85 lettres) ou à Gorsafawddacha’idraigodanheddogleddollônpenrhynareurdraethceredigion, au Pays de Galles (68 lettres)….. Inutile d’aller si loin, me direz vous. Il suffit d’aller à Saint-Rémy-en-Bouzemont-Saint-Genest-et-Isson, 45 lettres, chef-lieu de canton de la Marne et commune portant le plus long nom de France.

Pendant ce voyage, nous aurions pu rencontrer le fameux professeur Rhoshandiatellyneshiaunneveshenk Koyaanisquatsiuthwilliams, dont les recherches sur le chlorure d’aminométhylpyrimidinylhydroxyéthylméthythiazolium (49 lettres), le Pneumonoultramicroscopicsilicovolcanoconiosis (45 lettres) et l’Anémélectroreculpédalicoupeventombrosoparacloucycle sont reconnues dans le monde entier. A noter qu’il est un des rares chercheurs à posséder un Hippocampéléphantocamélos.

Je pourrais aussi vous citer des mots comme Rindfleischetikettierungsüberwachungsaufgabenübertragungsgesetz, Kindercarnavalsoptochtvoorbereidingswerkzaamhedencomité, Kalepomentaneïnomineïologie, antikalepomentaneïnomineïologiste, et le tout petit Anticonstitutionnellement…..!

Mais il suffit de citer quelques adresses de sites internet comme http://mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm
mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm.com
ou http://3.141592653589793238462-6433832795028841
97169399375105820974944592.com
(sites bien réels) pour bien montrer la futilité de la limite….!

Le plus intéressant serait de citer les travaux sur la protéine Titin  championne du monde avec 189 819 lettres. Son nom complet : Methionylthreonylthreonyl…isoleucine occuperait l’équivalent de 48 pages d’un document Word.

Je vous laisse méditer sur le mot Apaléopithécoaneucéphalodidactisme en 34 lettres……! A vos commentaires.

abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

P.S. : Cet article (sans compter ce Post Scriptum) fait 240 mots…!

500….50000….50000000000…..!

21 février 2009
je ferai tout ce que j'ai dit...

je ferai tout ce que j'ai dit...

500, Cinq cents promesses…! Oui, c’est le nombre avancé par certains journalistes qui se sont ‘amusés’ à dénombrer les promesses du Nicolas… J’ai vainement cherché la liste exhaustive de ces promesses….. De nombreux sites internet ici et la en proposent une liste

Peut être pourrions nous organiser un concours sur ce sujet..? Maisque promettre commerécompense…? Comme disait Hamlet, promettre ou ne pas promettre, etc… Ainsi, la réponse qui est donnée aujourd’hui est fort probablement différente de celle qui aurait été faite il y a un an.

Le rapport annuel de la  Cour des Comptes annonce que la dette publique de la France a explosé..! Oui, bon et alors…? cette information en elle même n’est pas un scoop.Par contre, la suite devient intéressante : elle (la dette publique) atteint désormais environ 50 000 (cinquante mille) euros par Français ayant un emploi. Je ne sais trop quelle conclusion il faut en tirer..? Une hypothèse : Si tous les Français ayant un emploi donnent 50 000 euros aujourd’hui, alors demain… alors demain quoi…? Petit détail qui a son importance, le remboursement de cette dette entraîne des intérêts…qui représentent 50 000 000 000 (cinquante milliards)  d’euros…..

extrait du rapport.

extrait du rapport.


SARKO : « la régulation du climat et l’atome, c’est moi » !!!

13 février 2009

Le 4 février dernier, sur France 2, un film fiction nous projetait en l’an 2075 pour nous convaincre de l’urgence d’agir contre le réchauffement climatique. Dans le cas contraire, c’est un scénario catastrophe que vivront nos petits enfants : banquise et glaciers largement fondus ; l’Afrique centrale transformée en large désert ; l’élévation du niveau des mers et, comme conséquences, des mouvements sociaux et économiques incom220px-epr_olk3_lagemensurables (réfugiés climatiques par millions, dégradation incontournable des rapports Nord/Sud, etc…

Pour inverser le cours des choses, un seul objectif : réduire la production de CO2. De ce fait, Sarko a beau jeu de décréter, un matin en se levant, la mise en chantier d’une deuxième centrale EPR (maître d’ouvrage EDF) en attendant une troisième pour satisfaire GDF/Suez.

A  son crédit, des avantages indiscutables :

–          meilleur amortissement des coûts des deux premières centrales en cours de construction en Finlande et à Flamanville

–          consolidation de notre expérience technologique pour mieux exporter

–          exportation de l’électricité produite puisque nous en produisons déjà trop.

Nous voici donc embarrassés pour juger de ce virage nucléaire. Personnellement, je ne le suis pas, estimant que les capitaux nécessaires (de l’ordre de 4 milliards d’euros pour une centrale) seraient beaucoup plus utiles, dans la conjoncture actuelle, à développer massivement une180px-epr_olk3_tvo_fotomont_2_vogelperspektive1 politique d’économies d’énergie et de développement des énergies renouvelables. Cela créerait rapidement des milliers d’emplois, répartis sur tout le territoire et profitant notamment aux jeunes formés à cet effet.

En tous cas, la question mérite un large débat national, la recherche d’un consensus rationnellement motivé et non pas d’une humeur matinale de l’Elysée !

Léonide Glangetas

Crise et inégalités

11 février 2009

La crise s’étend aujourd’hui à tous les secteurs de la société : financière, économique, sociale, idéologique, etc. Elle n’est pas conjoncturelle, mais structurelle. Ses effets vont probablement se faire sentir de manière plus dramatique dans les mois à venir. Cependant la pensée libéralerevenu-disparite agit toujours comme un dogme bien implémenté dans le logiciel gouvernemental. Les déclarations d’apparence vertueuses du chef de l’Etat, policées ou hargneuses, cachent habilement la dure réalité. Par exemple, comment faire croire au peuple que la mobilisation grandissante serait la conséquence de cette fameuse crise ? C’est pourtant à cette tâche que l’omniprésident et ses ministres se collent depuis quelques semaines. Et le résultat se décline à partir d’une formule unique : les réformes se poursuivront, et leur rythme s’accélèrera. Le citoyen – c’est un mouton n’est-ce pas ? – n’a plus qu’à avaler cette réponse fumeuse. Or il peut y avoir de bonnes réformes et il y a certainement des réformqueleses dangereuses. Derrière la poursuite des réformes, les dogmes agissent souterrainement. Le libre-échange en est un bon exemple.

En France le libre-échange ne profite plus, depuis une dizaine d’années, qu’à une toute petite fraction de la population. L’appauvrissement a gagné une large majorité de citoyens. Or, le système éducatif produit 33 % de bacheliers par an dans une génération. On voit aussi se créer une vaste classe moyenne supérieure par l’éducation mais avec des revenus en pleine érosion. Ce sont les jeunes diplômés sacrifiés par le système économique. Cette situation ne risque-telle pas de mener à des troubles sociaux et politiques ? (1).

Et comment ne pas s’interroger sur l’évolution des salaires moyens en France entre 1998 et 2006,  à partir du tableau suivant fourni par l’observatoire des inégalités (2)

jackpot

On peut alors ouvrir un débat : Comment s’en sortir en période de crise ? Comment se creusent les inégalités ? Et les causes d’inégalités les plus scandaleuses ne viennent-elles pas de ceux qui sont placés par nous pour gérer nos caisses communes que sont le Trésor public et la Sécurité sociale ?

Il reste aussi à lutter contre l’idéologie de l’argent facile, ce qui suppose un réel engagement … politique.

Léon Perlou

(1) http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2430

(2) http://www.inegalites.fr/spip.php?page=imprimer&id_article=993

Mur…..mures…..!

10 février 2009

Tout le monde sait que les murs ont des oreilles…..!

murvide1

Mais saviez vous que les murs peuvent parler…crier…hurler…..?

Une piste cyclable à Carnoux ?

10 février 2009

Et si les enfants étaient plus clairvoyants que les adultes quant à l’avenir de notre commune ? Dans le cadre d’un atelier animé par l’Office municipal des sports au titre des multiples activités périscolaires proposées aux enfants de l’école Frédéric Mistral, des enfants de Carnoux se sont interrogés sur la question des transports et des déplacements dans la ville. Ils se sont pris au jeu et on mené des enquêtes sur la manière dont les carnussiens se déplacent, en particulier pour les trajets quotidiens vers l’école. Ils ont ainsi découvert sans surprise qu’une forte majorité de ces déplacements, même sur de très courtes distances, se font en voiture. Pourtant, Carnoux fait partie des communes les moins étendues de France et la plupart de nos déplacements quotidiens ne dépassent pas quelques kilomètres !

Cyclistes..A vos risques et périls....!

Cyclistes..A vos risques et périls….!

Poussés par leur curiosité naturelle et conscients de l’impact très négatif de ces multiples déplacements motorisés sur notre environnement quotidien en termes de bruit, de danger, de pollution atmosphérique, de gaspillage de ressources énergétiques non renouvelables et de stress lié aux encombrements, nos enfants se sont interrogés sur les raisons de cette priorité accordée à la voiture dans notre commune. Carnoux est un point de passage obligé pour tous les habitants de l’Est marseillais, d’Auriol à La Ciotat, qui rejoignent les quartiers sud de Marseille par le Col de la Gineste, ce qui génère un flux de voitures, estimé il y a déjà plusieurs années de cela à 17 000 véhicules par jour. Du coup, il a été nécessaire d’élargir au maximum la rue principale qui coupe en deux la commune, en réduisant autant que possible la largeur des trottoirs et en matérialisant un terre-plein central qui sépare les deux voies de circulation pour limiter les accrochages. Il en résulte que se déplacer à pied ou en bicyclette le long de cette rue principale où l’on se fait frôler par les voitures devient par endroit particulièrement périlleux et est inconcevable lorsqu’on est accompagné de jeunes enfants.

Face à ce constat et plein d’enthousiasme, nos concitoyens en herbe se sont interrogés sur des alternatives et se sont dit que créer une piste cyclable traversant la commune permettrait déjà de résoudre une partie du problème en facilitant les déplacements à vélo, à la fois pour les habitants de Carnoux dans leurs mouvements quotidiens, mais aussi pour les très nombreux cyclotouristes qui passent par ici. Prenant leur rôle très au sérieux, ils ont imaginé un tracé réaliste pour ce projet de piste cyclable, depuis les Barles jusqu’à Carpiagne. Du coup, des parents d’élèves et des enseignants de l’école ont commencé à s’intéresser à ce projet qui prenait corps. Une consultation a été lancée qui a recueilli plusieurs centaines de signatures sur la commune et une délégation a souhaité rencontré le maire pour lui faire part de ce projet qui semblait rencontrer un fort assentiment parmi la population.

Malheureusement, la réaction du maire n’a pas été à la hauteur de l’enthousiasme de ses jeunes administrés et le projet a été renvoyé aux calendes grecques, en attendant que soient réalisés les travaux jugés prioritaires de restructuration du centre ville de Carnoux. Ensuite, d’ici quelques années et si le projet de piste cyclable s’avère encore faisable, une fois le contre ville remodelé, alors il sera peut-être temps de saisir la Communauté urbaine pour commencer à y réfléchir. En attendant, il est préférable de remiser son vélo au garage et vive les déplacements en voiture dans notre bonne ville de Carnoux !

L. V. LutinVertPetit

UNiversité de Provence

9 février 2009

logo_up.1233601515.gifCommuniqué :

Les trois Conseils1 de l’Université de Provence réunis le 2 février 2009, manifestent avec la plus grande fermeté leur opposition aux réformes en cours. Ils demandent :
– Le retrait du projet de décret modifiant le statut des enseignants-chercheurs
– le retrait de la réforme de formation et du recrutement des enseignants des premier et second degrés
– l’arrêt du démantèlement du CNRS et des autres EPST
2

Ces réformes vont toutes dans le sens d’une remise en cause des missions de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et d’un recul de ses moyens notamment en termes de postes (se traduisant dès à présent dans notre établissement par des suppressions de postes BIATOS3).

Les trois conseils exigent la mise en place dans les plus brefs délais d’une véritable concertation avec l’ensemble des acteurs concernés et qui puisse déboucher sur une réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche allant dans le sens d’une amélioration de son efficacité et de sa mission de service public.

1 d’administration, scientifique et « des études et de la vie universitaire »
2 EPST : établissements
Publics à Caractère Scientifique et Technologique
3 BIATOS : personnels ingénieurs, administratifs, techniques, ouvriers et de bibliothèque

Petit

3 février 2009

usb.1210872788.jpgIl s’en passe de belles dans certaines communes de la CUM !

A Carnoux-en-Provence, le Maire (de droite) mécontent des prises de position de l’opposition de gauche, a décidé désormais de ne plus communiquer en format numérique (courriel ou copie de clé USB) aux Conseillers Municipaux d’opposition les projets de délibération du Conseil Municipal. Cette punition ne touche pas les conseillers de la majorité. Il parait que la loi ne fait obligation que du support papier…

Heureusement, à Marseille, aucune entrave n’est mise, sur ce plan, au travail des Conseillers Municipaux : tous disposent non seulement des documents sous forme numérique, mais en plus, peuvent les consulter durant le conseil municipal, sur une console interactive individuelle, ce qui leur évite de transporter de volumineux dossiers.

Mais, concernant Carnoux, ceci me rappelle une anecdote. Il y a quelques années, en 1992, j’avais présenté au Directeur de Cabinet du Ministre du Tourisme (de gauche) de l’époque un projet de développement de tourisme scientifique, technologique et industriel pour la région marseillaise. Devant mon inquiétude de voir si peu de répondant au niveau national, il me confia, à ma grande stupéfaction, “vous savez, nous avons un petit ministère et un tout petit ministre…”. Carnoux est une petite commune.

Une bien curieuse conception de la laïcité…

2 février 2009

Chacun le sait, la neutralité de l’Etat est la première condition de la laïcité. La France ainsi ne connaît pas de statut de culte reconnu ou non reconnu.

Mais voici, en ce 8 Mai, une bien curieuse conception de la laïcité et de la séparation de la vie municipale et de l’église :

A Carnoux-en-Provence, le Maire, depuis quelques années, invite ses administrés… à l’Eglise !

 giorgi3.1210225205.JPGgiorgi4.1210225217.JPG

giorgi1.1210225226.JPG
giorgi2.1210226750.JPG

Sans aller jusqu’à une telle extrême et discutable conception de la laïcité, quelques communes (Auriol, Roquefort-la-Bédoule, …) incluent dans le programme de la manifestation la cérémonie religieuse. Bien que ce soit limite (et les temples, les synagogues, les mosquées ?) et une dangereuse dérive, le rassemblement républicain devant la Mairie, postérieur à la cérémonie religieuse, marque en fait le début de la manifestation municipale. A Carnoux, le Maire, lui, inclut carrément la cérémonie religieuse dans le programme et invite ses concitoyens à se rassembler devant la Mairie pour aller à l’église !

Il ne viendrait sans doute pas à l’esprit de ces Maires d’informer leurs concitoyens sur la laïcité. Voici donc quelques liens :
http://www.laicite-laligue.org/
http://vigilance-laique.over-blog.com/
www.laicite-republique.org
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/laicite/ 
http://www.assemblee-nationale.fr/site-jeunes/laicite/accueil/accueil.asp
http://www.europe-et-laicite.org/

Et, bien sûr, la pétition en cours, qui a déjà reçu plus de 150 000 signatures :
http://www.appel-laique.org/

La dette ? quelle dette ?

1 février 2009

Revenons un peu sur la dette de MPM : Marseille-Provence-Métropole est la communauté urbaine la plus endettée de France et celle où l’on trouve le plus d’élus irresponsables.

Depuis sa création, en 7 ans, son endettement a été multiplié par 6 et atteint 1287 € par habitant. Au départ, les communes lui ont transféré, les dettes des compétences transférées (230 €/habitant), ce qui a réduit d’autant l’endettement des communes, et depuis, l’inflation de la dette n’a jamais cessé d’augmenter (voir sur ce blog les nombreux articles sur la dette de MPM). Aussi les maires sortants mettent-ils en avant un endettement plus ou moins maîtrisé de leurs communes et passent-ils sous silence la dette colossale de MPM.

Ainsi, personne, aucun Maire, aucun élu, aucun Président ou vice-président de MPM n’est responsable de la dette…

marseille.1204791193.gifA Marseille, par exemple, JC Gaudin ne par le jamais de la dette de MPM, alors qu’il en est le Président ! Pire, dès qu’on lui parle de la dette de MPM, il parle de la dette de la Ville. Jamais JC Gaudin n’a concédé que l’endettement total des Marseillais était de 3400 € par habitant. C’est un sujet tabou. Pourtant, les chiffres sont incontournables.

Dans les communes avoisinantes, c’est le blackout total. Chut, on n’en parle pas !

carnoux.1204791182.jpgDans les communes où les listes de gauche en parlent, comme à Gémenos, Septèmes, le Rove, Carnoux-en-Provence, les soutiens de JC Gaudin font écran. A Carnoux, on atteint le sommet : dans la Provence du 6 mars, le Maire de droite sortant, vice-président de MPM, accuse carrément la gauche de “malhonnêteté intellectuelle” pour confondre la dette communale et la dette de MPM (alors que la gauche mettait au contraire en évidence l’évolution inverse de ces deux dettes) ! Un comble !

Car, pour la dette de MPM, il n’y a plus d’élu responsable. Même si ce sont les conseils municipaux qui désignent le conseil communautaire, on ne sait plus qui a voté cette foutue dette. La dette, c’est pas moi ! Moi je gère bien. La dette, c’est les autres ?