Archive for avril 2016

Katulu ? n° 48

29 avril 2016

n°48 5Ce nouveau numéro (Katulu48) du cercle de lecture Katulu ? affilié au Cercle Progressiste Carnussien vous emmène découvrir de nouveaux ouvrages en espérant vous faire partager ses coups de coeur et son plaisir de la lecture. Si vous aussi vous avez envie d’échanger en toute convivialité autour de vos dernières lectures, venez nous rejoindre pour nos prochaines réunions !

Innocent

Gérard Depardieu

P1_LivreInnocent« L’innocence, c’est quelque chose de gratuit, de désintéressé, un simple état de l’être, sans espoir de contrepartie ». Ce livre est un cri du cœur et un livre criant de vérité où l’acteur Gérard Depardieu cherche, selon moi, à se faire aimer et à retrouver l’estime du lecteur.

Ce livre est vrai parce que Depardieu dit ce qu’il pense, ses bonheurs et ses peines, ses qualités et ses défauts …Différents thèmes sont abordés :

– l’amitié qui, selon lui peut être comme une fleur. Ça pousse, ça se fane, ça disparaît, puis la saison d’après, ça peut revenir comme une pivoine que l’on croyait perdue et qui d’un coup se donne à voir, éclabousse de ses plus belles couleurs.

P2_Depardieu

– le cinéma : « Le cinéma, ça doit être dangers, des brûlots, de la dynamite, des pierres brûlantes avec lesquelles on essaie de jongler, l’Art, quel qu’il soit doit être le contraire de la bienveillance, pour être utile l’art doit être dangereux, le cinéma doit être vrai c’est à dire dangereux ! ».

– le monde politique : « je n’ai jamais rencontré un homme de pouvoir honnête, jamais. Quand je dis homme de pouvoir, je parle de ceux qui prétendent des choses, qui prétendent prendre notre vie en main, faire notre bien, nous diriger…».

les religions : Profond pessimisme, peur de l’extrémisme, de l’intégrisme ! Que feront-ils après ? « Parce que tu crois que détruire ça amène à créer après, abruti… ».

Est-il vraiment sincère ? il se montre sous un jour différent : il mérite l’estime et la confiance, il est vrai !

Josette J.

 

 

Robe de marié

Pierre Lemaitre

P3_LivreLemaitreL’auteur, Pierre Lemaitre, est né en 1951. Ses romans sont des polars, des romans noirs où il rend souvent hommage à ses « maîtres » : A. Dumas, R. Dorgelès, James Ellroy, E. Gaboriau, Aragon, Proust mais aussi Hitchcock. Il a obtenu de nombreux prix mais surtout le Goncourt en 2013 pour « Au revoir là haut » une histoire qui met en scène, dans une langue magnifique, les tribulations de deux jeunes démobilisés en 1918 et qui ne reconnaissent plus leur pays gangrené par des scandales, dont des trafics de monuments aux morts et de sépultures. On peut penser aux « marchands de gloire » de Pagnol sur le même thème.

P4_Lemaitre

Le titre de ce livre, Robe de Marié, est emprunté à une lettre de poilu fusillé pour désertion et que l’on vient de réhabiliter. Il serait dommage de déflorer l’histoire de ce thriller qui, un peu à la manière d’Hitchcock, décrit la folie de Sophie qui devient meurtrière sans jamais se souvenir vraiment de ses crimes. Près d’elle, comme un fantôme malfaisant, il y a Frantz, son journal intime et sa moto…

Dans une troisième et dernière partie de ce gros roman de 270 pages, les deux protagonistes vont enfin se rencontrer et s’affronter mais… Je ne vous en dirai pas plus, lisez « Robe de marié » (et notez bien l’orthographe du dernier mot car tout est là !). C’est le genre de bouquin qu’on ne peut plus quitter et je dois dire qu’il y a longtemps qu’un livre ne m’avait pas passionnée à ce point !

Annie

 

 

LES PROFANATEURS

Michael Collins

P5_LivreCollinsA l’âge de cinq ans, Franck Cassidy a vécu un drame effroyable : la mort de ses parents dans l’incendie de leur maison. L’enfant, seul témoin, est confié à un psychiatre qui, croyant fermement au pouvoir du subconscient, teste ses méthodes d’hypnose sur l’enfant afin d’élucider le mystère de l’incendie. Il sera élevé, par son oncle, un fermier taciturne, sévère et sa femme Martha et grandit avec son cousin Norman.

Franck quitte, adolescent, la ferme de son oncle. On le retrouve au début du roman, adulte, marié à Honey Wainscot avec laquelle il a un petit garçon, Ernie. Franck apprend par un article de presse qu’un fermier a été retrouvé mort dans sa maison et un homme suspect a été appréhendé sans résistance. Sur la photo de la victime il reconnaît son oncle qu’il a toujours appelé père.

P6_Collins

Le mystère s’épaissit lorsque l’homme arrêté est retrouvé pendu dans sa cellule et sur son bras un tatouage portant « C. Green, Corée ». C. comme Chester, le fils de Sam Green le voisin de la ferme de ses parents. Or, pour Franck, cet homme, le Dormeur, ainsi surnommé, ne pouvait être Chester, ce dernier étant mort une trentaine d’années auparavant. Mais la police, les autorités ne l’entendent pas et ne cherchent même pas à vérifier ses allégations.

Qui est donc le Dormeur ? Quel jeu joue l’énigmatique et inquiétant Docteur Brown ? Et enfin, qui est (ou sont) à l’origine de l’incendie dans lequel ont péri les parents de Franck ?

Ghislaine

 

L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir

Rosa Montero

Rosa Montero devait préfacer le journal que Marie Curie a écrit après la mort de son mari Pierre. Mais ce journal l’a immédiatement passionnée et elle s’est attelée à l’écriture de « L’idée ridicule de ne jamais plus te revoir » en 2013.

Elle même venait de perdre son époux Pablo Lizcano et en découvrant ce journal, elle avoue : « l’envie d’utiliser sa vie comme un mètre étalon pour raconter la mienne »… « On me dit : il est mort. Peut-on comprendre des choses pareilles… Mais comment çà je ne vais plus le revoir… c’est une réalité inconcevable que l’esprit rejette : ne plus jamais le revoir est une mauvaise blague, une idée ridicule ».

Marie Curie, le livre et l'auteur...

Marie Curie, le livre et l’auteur…

Ce livre n’est pas une biographie de Marie Curie. C’est pour l’auteur l’occasion de parler des états d’âme de l’homme, de ses souffrances, de la mort… mais aussi du bonheur. Grâce à ce journal Marie Curie a « été sauvée de l’anéantissement » ; « La littérature, comme toute forme d’Art est l’aveu que la vie ne suffit pas » et Rosa Montero ajoute : « elle ne suffit pas non. C’est pour ça que je suis en train d’écrire ce livre, c’est pour ça que vous êtes en train de le lire ».

Ce livre est aussi un livre sur le machisme ordinaire dont a été victime Marie Curie. Or elle ne fut pas seulement la première femme à recevoir un Prix Nobel et la seule à en recevoir deux mais aussi la première à être diplômée en sciences à la Sorbonne, la première à obtenir un doctorat de sciences en France, la première à avoir une chaire. Une pionnière absolue. Un être différent. La première femme aussi à être enterrée au Panthéon des Grands Hommes.

Marie a fait preuve d’un courage extraordinaire pour tout assumer : « comment a t-elle fait pour survivre, pour s’en sortir… quelle puissance ! ». Quand elle eut une relation avec Paul Langevin, la haine et l’anti sémitisme firent rage « on la traita de Russe, d’Allemande, de Juive, de Polonaise, c’était la femme étrangère ».

Josette J.

 

 

 Le viking qui voulait épouser la fille de soie

Katarina Mazetti

Le livre se situe au Xème siècle. Certains personnages vivent dans une île au sud de la Suède. Ce sont « les Vikings » : paysans et constructeurs de bateaux comme ce père et ses deux fils. La mère a disparu quand le dernier fils avait 3 ans.

Une autre famille est originaire de Kiev. Le père est un riche marchand de soie qui voyage pour son commerce en particulier dans les grandes villes telle que Byzance. Il a un fils et une fille. Cette dernière a reçu en cadeau deux esclaves. Toutes les trois vont grandir ensemble et ne plus se quitter.

P9_Mazetti

Quand la ville de Kiev tombe aux mains des pillards, le riche marchand est tué ; ses enfants et les deux esclaves vont être recueillis par un des fils Viking et ramenés sur l’île suédoise. Le viking est tombé fou amoureux de la « fille de soie » qui partage son amour, mais le destin l’empêchera de l’épouser et il s’enfuira laissant sa « fiancée » enceinte qui finira par épouser son frère …

Est-ce vrai ou pas, on découvre qu’à cette époque le trafic d’esclaves est très important. Lors des raids des pillards, l’enlèvement des garçons ou des filles pour les revendre comme esclaves fait partie des butins à acquérir quand on part à l’assaut de nouveaux territoires. Chez les Vikings, pas d’organisations centralisées, pas de roi, de prince, les problèmes de vie commune sont débattus et la justice rendue par les sages de la communauté : le clan. Mais pas d’impôts ni d’armée pour défendre les intérêts d’un roi lointain.

Pour ne pas tout dévoiler de l’intrigue, il y aura un dénouement inattendu à la fin du livre…

Un livre très agréable à lire, on est transposé dans une autre époque, dans un autre monde. Ce n’est pas un livre historique scientifiquement parlant, mais il y a tout de même des bases archéologiques qui ont permis à l’auteur de faire de son livre une petite fenêtre ouverte sur ce petit peuple Viking qui a parcouru le monde sur les mers et souvent semé la terreur. Un bon moment.

Cécile

 

Brèves… pour trois « coup de cœur »

Titus n’aimait pas Bérénice – Nathalie Azoulai

Les passants de Lisbonne – Philippe Besson

Les chauves-souris, les singes et les hommes – Paule Constant

Ces trois livres ont, pour moi, un point commun : l’écriture. Une écriture riche dans le style, le vocabulaire, la construction de la phrase. Une écriture pleine de musicalité, de finesse, de raffinement.

Cette écriture il est difficile d’en parler, il faut la lire ! Il faut d’autant plus la lire que les trois sujets traités sont aux antipodes les uns des autres : la vie de Racine, le deuil et l’épidémie Ebola.

Trois sujets merveilleusement traités, aux personnages intéressants et attachants. Après lecture j’ai écouté ce que chaque auteur disait de son livre (grâce à internet). Une expérience intéressante qui permet soit de se trouver en concordance avec ce qu’il a voulu communiquer soit de constater la marge interprétative du lecteur que je suis.

P10_Titus

Dans Titus n’aimait pas Bérénice, c’est l’œuvre de Racine qui a inspiré l’auteur. Pourquoi, se demande-t-elle, Racine a-t-il créé des personnages féminins aussi tragiques ? La force des textes viennent de l’observation, de la compréhension qu’a eu Racine du chagrin d’amour et de la souffrance de la femme. A partir de cette façon universelle de dire le chagrin d’amour, de sa résonance actuelle, Nathalie Azoulai crée un personnage meurtri par l’abandon de son amant  qui se plonge dans la lecture de Racine.

P11_LivreBessonDans Les passants de Lisbonne, il est question des catastrophes naturelles dont les images créent émotion et compassion, mais qui sont aussi pour certains la cause d’une disparation unique, le deuil d’un proche. Il en est ainsi de l’héroïne du roman qui, assistant à la télévision, à la destruction de San Francisco, rasée par un tremblement de terre et un tsunami, réalise que son mari était présent dans un hôtel de cette ville. Après avoir cherché des signes de vie, elle cherchera des signes de sa mort. Celle-ci étant avérée, elle quitte Paris pour Lisbonne, ville de la « mélancolie douce », « la saudade », une cité romanesque, une atmosphère, un état d’esprit, une topographie… Ce livre est le roman de deux formes de relation à l’absence : le deuil et la séparation amoureuse.

P12_LivreConstantQuant au roman Les chauves-souris, les singes et les hommes, le premier sur l’épidémie Ebola, l’auteur, fille de médecin militaire, explique avoir toujours vécu « avec les épidémies ». Lèpre et tuberculose soignées par son père, peste et choléra, et aujourd’hui ébola, objet de recherche de son mari. La chaîne de la maladie qu’elle décrit est totalement exacte. Face à ce fléau c’est l’ignorance : personne ne comprend, ne voit le processus de contamination ; c’est aussi la superstition, la malédiction, la recherche du bouc émissaire. Contrairement à l’idée reçue que les grandes épidémies appartiennent à l’Histoire, aux siècles passés, l’auteur montre qu’elles nous guettent car elles résultent de la mondialisation actuelle.

Marie-Antoinette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Le buste du maréchal Lyautey, ou le mystère de la stèle baladeuse…

27 avril 2016
Buste de Lyautey à son emplacement historique de Carnoux (photo © AAKPPA, 2007)

Buste de Lyautey à son emplacement historique de Carnoux (photo © AAKPPA, 2007)

A Carnoux-en-Provence, commune dont l’histoire ne date que de 50 ans comme chacun sait (ou en tout cas finira bien par le savoir, fêtes du jubilé obligent…), le buste du maréchal Lyautey fait partie du rare patrimoine architectural des lieux. Adulé par les uns pour son œuvre de « pénétration pacifique » au Maroc dont il fut le premier résident général, honni par d’autres notamment pour la répression sanglante qu’il a conduite à Madagascar, le personnage est ambigu mais en tout cas c’est devant son buste en bronze que se déroulent à Carnoux toutes les cérémonies militaires et commémorations nationales, faute sans doute de monument aux morts qui n’a pas vraiment lieu d’être pour une commune aussi jeune !

Blog296_PhImageLyautey

Lors de la construction de la ville dans les années 1960, le buste en question trônait semble t-il dans les bâtiments qui faisaient office de mairie. C’est du moins ce que laisse entendre le témoignage de pieds-noirs rapatriés de la ville marocaine de Kenitra, l’ancienne Port-Lyautey, sur le blog de leur association, l’AAKPPA. Si l’on en croit leurs souvenirs, le buste en question ornait auparavant le hall d’entrée des services municipaux de  Port-Lyautey et aurait été rapporté à Carnoux par Madame Vincent-Briandet.

Ces mêmes anciens de Kenitra indiquent sur leur blog que le buste aurait ensuite été volé puis refait à l’identique par les bons soins d’une école d’apprentissage de Marseille. D’autres témoignages indiquent que le buste actuel aurait été donné à la ville de Carnoux par Jean-Paul Thepot, dernier commandant du paquebot Lyautey, appartenant à la Compagnie de navigation Paquet (CNP).

Créée en 1858 par Nicolas Paquet, la CNP fait partie des grandes compagnies historiques de navigation basées à Marseille. Ses bateaux ont acheminé des troupes françaises au Maroc dès 1907 et la compagnie possédait 15 navires en 1913.

Le navire Maréchal Lyautey de la compagnie Paquet

Le navire Maréchal Lyautey de la compagnie Paquet

A partir de 1922, elle se spécialise sur les lignes vers le Maroc et le Sénégal et se dote de 6 navires supplémentaires dont le Maréchal Lyautey, construit dans les chantiers navals de La Seyne-sur-mer, lancé en 1924 et sabordé en 1944 par les Allemands dans le port de Marseille. Un buste de Lyautey trônait tout naturellement en bonne place dans le salon d’honneur du bateau, et une réplique de ce buste se trouve désormais dans le jardin Masséna à Nice.

Le paquebot Lyautey dans le port de Marseille

Le paquebot Lyautey dans le port de Marseille

Un second paquebot, baptisé plus sobrement Lyautey et destiné à remplacer le précédent a été également construit à La Seyne, dernier paquebot de ligne issu des chantiers varois sous pavillon français. Lancé en 1950, il est remis à la Compagnie Paquet en 1952 en présence de la veuve du maréchal Lyautey, ce dernier étant décédé en 1934. Ce second paquebot qui contenait également un buste du maréchal, assura les liaisons régulières vers le Maroc et au delà, transportant ses 1200 passagers en moins de 100 heures de Marseille à Dakar. Blog296_PhPubPaquet

Victime d’un incendie de ses cuisines en 1958, le navire fut ensuite revendu en Italie où il fut rebaptisé du nom moins glorieux de Margarita… Face à la concurrence du transport aérien, en effet, la Compagnie Paquet s’essouffle et se recentre alors sur le secteur des croisières avant de se transformer en simple agence de voyages.

Frontispice d’un livre sur le paquebot Lyautey

Frontispice d’un livre sur le paquebot Lyautey

L’ex Lyautey, racheté par un armateur grec sera finalement voué à la démolition en 1975. Mais qu’est donc devenu le buste en bronze du maréchal qui ornait son salon d’honneur et dont on retrouve des illustrations sur les brochures publicitaires du paquebot ?

Mémorial du maréchal dans le parc du château de Thorey-Lyautey

Mémorial du maréchal dans le parc du château de Thorey-Lyautey

Selon toute vraisemblance, il aurait été remis par la Compagnie Paquet à l’Association Lyautey et installé en 1990 entre les colonnades et l’épitaphe provenant du mausolée de Rabat, eux-mêmes transférés en 1968 et qui constituent désormais le Mémorial Lyautey, érigé dans le parc du château de Thorey-Lyautey, en Lorraine.

C’est en effet dans ce château que le maréchal s’est installé à son retour du Maroc en 1925, en lieu et place de sa demeure familiale de Crévic, pillée et incendiée par les Allemands en août 1914. Il y avait fait notamment aménager un fabuleux salon oriental où il reçut le sultan Moulay Youssef en personne en 1926 et c’est dans ce château qu’il est mort en 1934.

Salon mauresque du château de Thorey-Lyautey

Salon mauresque du château de Thorey-Lyautey

Inhumé un an plus tard dans le fameux mausolée de Rabat dont il avait rédigé lui-même l’épitaphe grandiloquente, sa dépouille fut rapatriée en 1961 à la demande du général De Gaulle et est conservée depuis aux Invalides.

Quant au fameux buste qui orne le mausolée de Thorey, tout indique qu’il s’agit bien du bronze réalisé en 1950 pour le paquebot Lyautey par le sculpteur François Cogné. Ce dernier personnage, mort en 1952, fut le sculpteur officiel du régime de Vichy et l’auteur d’une statue en pied du maréchal Pétain mais il a aussi beaucoup œuvré pour laisser à la postérité de multiples effigies du maréchal Lyautey.

Statue équestre de Lyautey à Casablanca en 1938

Statue équestre de Lyautey à Casablanca en 1938

... et dans son état actuel

… et dans son état actuel

On lui doit en particulier une monumentale statue équestre du maréchal installée à Casablanca en 1938 sur la place de la Victoire, rebaptisée depuis place Mohamed V. La dite statue a d’ailleurs été déplacée de quelques centaines de mètres en 1955 pour l’abriter dans le jardin de ce qui est devenu depuis le Consulat général de France.

Statue en pied de Lyautey à Paris (photo © N. Buscot)

Statue en pied de Lyautey à Paris (photo © N. Buscot)

... et sa copie à Nancy

… et sa copie à Nancy

 

Une autre statue en pied du maréchal signée du même sculpteur Cogné est toujours visible place Denys Cochain à Paris tandis qu’une copie se promène du côté de la rue des Cordeliers à Nancy.

Buste en plâtre de Lyautey signé de François Cogné en 1930

Buste en plâtre de Lyautey signé de François Cogné en 1930

Quant aux bustes du maréchal, il semble que celui qui trônait dans le salon d’honneur du paquebot Lyautey était bien de la main du même François Cogné mais d’autres bustes en plâtre du même artiste sont connus dont un daté de 1930. Tous ces bustes montrent une étrange similitude et bien malin qui pourrait reconnaitre le vrai du faux parmi tous ces exemplaires en circulation. Espérons qu’un lecteur bien intentionné nous dira ce qu’il en est de l’origine réelle de celui qui est exposé à Carnoux… Buste qui a d’ailleurs disparu de la circulation il y a quelque temps déjà, lorsqu’il a fallu faire place nette en 2013 pour permettre la construction à son emplacement d’un nouvel immeuble dans le prolongement de la résidence III le long du mail.

Commémoration à Carnoux devant le buste de Lyautey en 2014

Commémoration à Carnoux devant le buste de Lyautey en 2014

La stèle est réapparue provisoirement en 2014 à l’occasion des commémorations dont celle du 14 juillet, installée désormais sous les frondaisons du parc situé devant l’auberge de la Crémaillère, avec les enseignes du Crédit Mutuel en arrière plan. Mais elle en a rapidement été chassée lorsqu’ont débuté les travaux de réaménagement du parc Tony Garnier. Qui sait où erre actuellement la version carnussienne de ce fameux buste du maréchal Lyautey ? L’avis de recherche est lancé …

L. V.  LutinVertPetit

 

Pêcheurs de déchets en Méditerranée

24 avril 2016

La Mer Méditerranée, comme malheureusement bien d’autres dans le monde, croule sous les déchets de toute sorte. Le constat n’est pas nouveau et nombreux sont ceux qui depuis des décennies tirent la sonnette d’alarme, dénonçant ce véritable 7ème continent qui flotte au large, agglomérat de déchets de toutes sortes. Les images spectaculaires des cadavres d’oiseaux éventrés sur l’île de Midway en plein milieu du Pacifique, dont le contenu stomacal révèle tout un bric-à-brac de déchets hétéroclites ayant conduit à leur mort par étouffement ont fait le tour du monde et en ont ému plus d’un.

Blog295_PhDechets

Mais rien n’y fait et nos déchets continuent année après année à se déverser en mer, sans d’ailleurs que cela résulte forcément d’une action volontaire de l’homme. Les plastiques qui s’envolent de nos décharges comme ceux que l’on abandonne dans nos rue sont poussés par le vent, véhiculés par les cours d’eau et finissent immanquablement dans la mer, exutoire naturel de tous les emballages imputrescibles que produit en quantité sans cesse croissante notre société de consommation devenue incontrôlable !

Un pêcheur retire un sac plastique de son filet de pêche près des côtes de Villajoyosa en Espagne (photo © P. Armestre / AFP)

Un pêcheur retire un sac plastique de son filet de pêche près des côtes de Villajoyosa en Espagne (photo © P. Armestre / AFP)

En Espagne, à plusieurs kilomètres des côtes, les pêcheurs remontent ainsi chaque jour dans leurs filets d’énormes quantités de déchets plastiques, au point que certains d’entre eux ont décidé de rapporter à terre tous ces matériaux afin de soulager un peu le milieu naturel où ils font des ravages parmi la faune aquatique. Et les volumes deviennent si importants qu’une véritable filiale de recyclage s’est progressivement mise en place pour valoriser tous ces déchets…

Des sacs plastiques vus par les tortues marines comme d'appétissantes méduses (affiche Surfrider)

Des sacs plastiques vus par les tortues marines comme d’appétissantes méduses (affiche Surfrider)

L’association Surfrider estime ainsi que 8 millions de tonnes de déchets sont rejetés chaque jour dans les océans (à comparer aux 400 000 tonnes d’ordures ménagères collectées annuellement par la seule ex-communauté urbaine MPM…), sur les 300 millions de tonnes de matière plastique produite annuellement de par le monde : des volumes considérables qui se fragmentent peu à peu et font des ravages dans les organismes de ceux qui les ingèrent, poissons, cétacés, oiseaux de mer ou tortues notamment. La Mer Méditerranée constitue l’un des sites les plus vulnérables du fait de son caractère fermé et de la densité d’urbanisation de ses franges littorales. L’Espagne à elle seule jette chaque année plus de 4 millions de bouteilles en plastique dont une partie finira inévitablement sa course en mer…

C’est un reportage de France 2 diffusé dans le 20 heures du 7 avril 2016 qui s’est fait l’écho récemment de l’histoire de ces 150 chalutiers espagnols qui ont accepté de passer une partie de leur temps en mer à trier les déchets remontés dans leurs filets plutôt que de les rejeter à l’eau comme le font tous leurs collègues. Le reportage montre à quelle vitesse se remplit le conteneur dans lequel sont déversés les déchets de toute sorte piégés dans les filets : bidon de lessive, bouteilles, canettes, sacs plastiques ou vêtement usagé… Pour 80 kg de poisson pêchés, 20 kg de déchet rapporté à terre par ces nouveaux éboueurs des mers qui trouvent là une bonne occasion de redorer leur image auprès du public tout en procédant à la sauvegarde de leur gagne-pain.

Javier Goyeneche, fondateur d'Ecoalf

Javier Goyeneche, fondateur d’Ecoalf

En réalité, le mouvement est plus ancien et plusieurs médias dont La Dépêche en avaient déjà fait leurs gros titres fin 2015. Tout est parti de la création en 2009 par Javier Goyeneche de la société madrilène Ecoalf, baptisée ainsi en référence à la naissance de son fils Alfredo qui l’aurait incité à développer une activité économique en faveur de la sauvegarde de notre planète pour les générations futures. Le personnage est charismatique, bon communicateur et persévérant, si bien que sa société a prospéré sur la base d’une idée simple mais bien exploitée : il s’agit de créer une nouvelle ligne de vêtements et accessoires fabriquée principalement à partir de fibres textiles issues de matériaux recyclés.

Ecoalf a ainsi développé des partenariats avec d’autres acteurs pour alimenter ses usines en vieilles bouteilles, pneus usagers et filets de pêche en fin de vie. « Là où d’autres voient des ordures, nous voyons une matière première et pouvons la transformer en tissus à travers des processus sophistiqués de recherche et développement », explique le fondateur d’Ecoalf, dont les doudounes ou sacs à dos sont en vente chez Harrods à Londres ou Bloomingdale’s à New York.

Une nouvelle gamme de vêtements Ecoalf

Une nouvelle gamme de vêtements Ecoalf

L’objectif de cette société est désormais de créer une nouvelle collection de vêtements haut-de-gamme, qui devrait être présentée en juin prochain à Florence, et qui serait issue exclusivement des déchets récupérés en mer par les chalutiers espagnols d’Alicante, de Valence et de Castellon dont les pêcheurs jouent les éboueurs des mers. C’est la société PET compania (filiale de l’Italien Dentis), une des grandes entreprises de recyclage en Espagne qui traite dans son usine de Chiva, près de Valence, les déchets collectés par les pêcheurs, afin d’en extraire le matériau constituant, le fameux PET ou polytéréphtalate d’éthylène. Ce matériau une fois soigneusement trié est réduit sous forme de petites perles appelées pellets qui sont ensuite transformées en fibre textile par la société espagnole Antex, basée à Girona en Catalogne.

C’est ce fil textile qu’Ecoalf utilise pour sa collection de maillots de bain, vestes, sacs, chaussons qui sera dans un premier temps constitué avec 35 % de déchets plastiques d’origine marine et 65 % d’origine terrestre, mais qui, à terme, devrait être réalisé à 100 % à partir de détritus collectés en mer. Une façon, pour Javier Goyeneche, de « faire prendre conscience aux gens de ce qui se passe au fond de la Méditerranée ».

Ségolène Royal en visite à La Villa Méditerranée, le 21 mars 2016

Ségolène Royal en visite à La Villa Méditerranée, le 21 mars 2016

Une belle leçon en tout cas qui prouve que l’économie du recyclage n’est pas une simple vue de l’esprit. Une histoire que Ségolène Royal avait certainement en tête lors de sa récente visite à Marseille, le 21 mars dernier, où elle s’est longuement attardée à l’exposition organisée à la Villa Méditerranée et intitulée « La mer, destination finale ? Projet sur les déchets plastiques », avant de signer le décret d’application précisant les modalités d’interdiction de l’utilisation des sacs plastiques à usage unique. Un début de prise de conscience collective du danger que constituent nos déchets pour le milieu naturel marin ?

L.V.  LutinVertPetit

Au MUCEM, l’Algérie joliment encartée…

22 avril 2016

BloG294_PhMucemDepuis le 20 janvier et prolongée jusqu’au 8 mai 2016 se tient au MUCEM à Marseille, le musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, construit à l’entrée du Vieux Port, une exposition temporaire qui aura beaucoup fait parler d’elle et qui mérite vraiment le détour.

Organisée en collaboration avec l’Institut National d’Histoire de l’Art et la Bibliothèque Nationale de France, cette exposition est intitulée « Made in Algeria, généalogie d’un territoire ». Tout un programme, destiné à illustrer comment a évolué la représentation cartographique de ce vaste pays, parallèlement à sa conquête coloniale et à son histoire récente.

Blog294_PhAffiche

« La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre », pour reprendre le titre d’un célèbre ouvrage publié en 1976 par le géographe Yves Lacoste et force est de constater que la principale fonction des cartes, avant de servir à guider les touristes sur leur route des vacances, a été de faciliter le travail des armées en campagne : les fameuses cartes d’état-major, éditées au 1/80 000, avec leurs fines hachures destinées à figurer les reliefs, ont bel et bien précédé nos cartes routières Michelin…

Jean Antoine Simeon Fort, vue générale de l’itinéraire depuis Constantine jusqu’à Alger - Chateau de Versailles, photo C.Fouin

Jean Antoine Simeon Fort, vue générale de l’itinéraire depuis Constantine jusqu’à Alger – Chateau de Versailles, photo C.Fouin

Jusqu’au débarquement du corps expéditionnaire français à Sidi Ferruch en juin 1830, amorce de la colonisation française en Algérie, ce pays reste relativement méconnu des Européens, surtout en dehors de sa frange littorale. C’est ce que montrent les premières salles de l’exposition, justement dénommées « Vue de loin ». Si dans l’Antiquité le royaume de Numidie ne se distinguait guère du reste du monde méditerranéen, ce n’est plus le cas au-delà de la chute de Grenade en 1492 et de l’expulsion vers l’Afrique du Nord des maures d’Espagne.

Des relations conflictuelles s’instaurent dès lors avec le royaume de Tlemcen puis avec la régence ottomane qui s’installe à partir de 1515. Le territoire prend alors le nom, pour les Européens de « Barbarie », ce qui en dit long sur le climat de méfiance qui s’instaure entre les deux rives de la Méditerranée. Le terme actuel de « Berbère » en est d’ailleurs directement dérivé et l’exposition insiste sur la méconnaissance qui règne à cette époque en Europe quant à la configuration de cette contrée, vaste terra incognita ubi sunt leones, même si certains s’aventurent, à leurs risques et périls, dans cette contrée jugée hostile, tel l’espion Vincent Yves Boutin, dont les notes prises en 1808 seront précieuses lors de la conquête de l’Algérie.

Blog294_PhDessinOn entre ici dans la deuxième partie de l’exposition, intitulée « Tracer le territoire : de la conquête à la colonisation ». Ou comment la cartographie se met au service de la conquête militaire, à la fois outil pour guider les mouvements de troupes et instrument de propagande pour affirmer sa main-mise sur un territoire dont la toponymie est largement modifiée, histoire d’affirmer à tous que c’est le vainqueur qui prend possession du territoire et qui nomme les lieux.

Peu à peu, les zones blanches des cartes de l’Algérie se remplissent et les contours se précisent dans l’intérieur du pays. A partir de 1842, les soldats laissent la place aux colons qui commencent à s’installer pour prendre possession des terres et les cultiver. On entre dans le troisième temps de l’exposition où il est question de « capter l’Algérie ». Le territoire se structure tandis que de nombreux scientifiques, mais aussi des artistes, sont envoyés sur place, un peu dans la lignée de l’expédition scientifique en Egypte, pour déchiffrer les paysages, comprendre la géologie des lieux et en découvrir les richesses naturelles. En 1899, une expédition scientifique à travers le Sahara facilite la prise d’In Salah, à 1000 km d’Alger, ouvrant la porte aux explorations de vastes étendues désertiques…

Blog294_PhCarte

A partir de 1842, le territoire algérien fait son entrée dans un atlas national et à partir de 1848, il est directement intégré au territoire français, auquel il apporte trois départements supplémentaires. L’imagerie cartographique coloniale insiste alors sur la richesse de ce nouvel eldorado dont les trois-quarts de la production agricole et manufacturière sont envoyés en métropole alors que les populations indigènes s’enfoncent dans la misère. Il en résultera la guerre de libération à partir de 1954, jusqu’à l’indépendance accordée en 1962 au terme d’une période sanglante qui laissera, de part et d’autre, des traces amères et des cicatrices encore difficiles à refermer.

La dernière partie de l’exposition donne des « Aperçus de l’Algérie après 1962 » avec les réalisations du nouveau régime socialisant et des regards plus contemporains d’artistes algériens qui se réapproprient leur pays. Une note d’optimisme qui permet de confirmer que décidément l’Algérie est tout sauf la « Barbarie » qu’on a voulu lui faire endosser. Un magnifique parcours en tout cas qui mérite la visite et suscite la réflexion !

L.V.  LutinVertPetit

A Marseille, la L2 bientôt ouverte au public ?

20 avril 2016

La voie de contournement nord de Marseille, la fameuse L2, fait partie de ces vieux serpents de mer en gestation depuis des années et dont on ne voit jamais la fin. Autoroute A507 de son vrai nom, elle est sensée relier l’autoroute A7 au niveau de l’échangeur des Arnavaux à l’autoroute A50 via l’échangeur Florian situé à hauteur de Saint-Loup, réalisant ainsi un contournement partiel de Marseille par le nord-est sur une longueur totale de 9,7 km.Blog293_TraceL2

Le linéaire impacté ne paraît pas énorme à première vue mais le projet est dans les cartons depuis 1933 quand même ! Destiné à désengorger les actuelles voies de contournement dont la rocade du Jarret et, plus à l’extérieur, la RD 4 qui relie La Rose à La Valentine, cette fameuse L2 qui a aussi porté le nom charmant de Linea, est attendue depuis maintenant des décennies par les automobilistes marseillais coincés en permanence dans les embouteillages quotidiens de la cité phocéenne.

C’est en réalité l’État qui est à la manœuvre sur ce projet, comme d’ailleurs pour le fameux tunnel de Toulon, mais c’est bien la L2 qui aura finalement gagné haut-la-main la course de lenteur organisée entre les deux projets. Il faut dire, à la décharge du maître d’ouvrage, que depuis les années 1930, le paysage a bien changé et que de multiples contraintes se sont ajoutées aux difficultés financières qui ont plombé les comptes publics et freinent la capacité d’investissement de l’État, sans compter que l’adoption de nouvelles normes toujours plus sévères a fortement contribué à renchérir le coût du projet.

En près d’un siècle, l’urbanisation s’est poursuivie, rendant de plus en plus difficile l’acquisition des terrains nécessaires à l’emprise de la route et poussant les riverains à exiger davantage de protections contre les nuisances sonores. D’une autoroute périurbaine en tranchée à ciel ouvert, la L2 s’est transformée peu à peu en boulevard urbain qui devra être couvert sur près de 80 % de son parcours.

Blog293_PhAbandon

En réalité, les travaux proprement dits ont commencé en 1993, dix ans après la première déclaration d’utilité publique qui date de 1983. Vingt ans plus tard, en 2013, alors que la partie Est de la rocade était achevée sur 5,4 km et commençait à prendre l’allure d’une friche urbaine envahie par la végétation et couverte de tags, les services de l’État ont jeté l’éponge et décidé de confier l’achèvement du chantier à un groupe de BTP dans le cadre d’un partenariat public privé.

C’est Bouygues qui a remporté la mise sous forme d’un contrat juteux de 620 millions d’euros avec à la clé le versement par l’État d’un loyer annuel de 18 millions d’euros pendant 26 ans. Le coût total du projet dépassera ainsi allègrement le milliard d’euros. Rapporté au linéaire de rocade, cela représente plus de 20 fois le prix moyen d’un km d’autoroute, mais si l’on prend en compte la durée du chantier, cela s’explique largement…

Chantier en cours sur le tronçon nord de la L2

Chantier en cours sur le tronçon nord de la L2

Le chantier a donc repris depuis octobre 2013 comme nous l’avions déjà évoqué ici, et force est de constater que les choses avancent désormais à un rythme nettement plus soutenu. Le tronçon Est qui représente 5,2 km entre l’échangeur Florian et Frais Vallon est désormais terminé et pourrait être ouvert au public dès juillet 2016 comme prévu. De l’ordre de 100 000 véhicules y sont attendus chaque jour, ce qui devrait permettre de désengorger la rocade du Jarret. Quatre tranchées couvertes se succèdent sur ce tronçon dont les murs de soutènement ont été décorés par d’immenses fresques dessinées par de multiples artistes locaux sur une superficie totale de 1600 m2 au niveau de Saint-Julien.

Fresques ornant les murs de la L2 à Saint-Julien

Fresques ornant les murs de la L2 à Saint-Julien

Blog293_PhSoutenementQuant au tronçon nord, il est encore en plein travaux avec plus de 700 personnes mobilisées sur ce vaste chantier qui comprend plusieurs passages délicats dont la partie située sous le centre commercial du Merlan. Les travaux de confortement des talus dans ce secteur sont particulièrement spectaculaires et expliquent en partie pourquoi ce tronçon nord dont les travaux n’ont débuté réellement qu’en 2014 ne pourra pas être mis en service avant fin 2017. Encore un peu de patience donc, mais les Marseillais n’en sont plus à quelques années près…

L.V.  LutinVertPetit

Aix-Marseille : la métropole enfin opérationnelle ?

17 avril 2016

Après des années d‘atermoiements et de déchirements aussi impitoyables que pathétiques, dans lesquels certains de nos élus locaux se sont illustrés par une puérilité confondante, le pompon vient d’être décroché haut-la-main par Maryse Joissains, maire d’Aix-en-Provence, dont le conseil municipal a décidé le 29 mars dernier de déposer plainte contre l’État français devant la Commission européenne, au prétexte que la Métropole serait « une vaste connerie » et qu’elle aurait « été constituée sans aucune concertation et sans tenir compte de l’opposition de la majorité des maires du territoire », ce qui « porte atteinte au principe de libre administration des collectivités territoriales ». Après des années de concertation, de multiples conférences métropolitaines et d’innombrables débats acharnés, on reste baba devant un tel argument…

Maryse Joissains-Masini, maire d'Aix-en-Provence et opposante acharnée à la Métropole (photo P. Maillé)

Maryse Joissains-Masini, maire d’Aix-en-Provence et opposante acharnée à la Métropole (photo P. Maillé)

Mais heureusement, cela ne devrait plus bloquer la mise en place de la nouvelle métropole Aix-Marseille-Provence, officiellement créée comme le prévoyait la loi au 1er janvier 2016 et dont le premier président, Jean-Claude Gaudin a été réélu le 17 mars, 10 jours après avoir démissionné, son élection initiale ayant été pour le moins houleuse et contestée. Pour cette deuxième tentative, l’élection a été un peu plus sereine et le sénateur-maire de Marseille, qui aura 77 ans dans quelques mois, a été réélu dans un fauteuil avec 152 voix sur 239 votants. Les autres suffrages se sont répartis de manière assez attendue entre le sénateur-maire du Front national, Stéphane Ravier, le maire PCF de Martigues Gaby Charroux et l’élue marseillaise PS Florence Masse.

Lors de cette même réunion du conseil métropolitain, il a été procédé à l’élection des 26 vice-présidents dont 6 sont désignés d’office comme présidents des nouveaux conseils de territoires qui sont ni plus ni moins que les 6 anciennes intercommunalités que la métropole n’a pas encore réussi à faire disparaître, loin s’en faut. On y retrouve donc l’inévitable maire d’Aix-en-Provence et ex-présidente de la Communauté du Pays d’Aix, Maryse Joissains, mais aussi Guy Tessier pour le territoire de l’ancienne communauté urbaine MPM ou encore Sylvia Barthélémy pour le Pays d’Aubagne et de l’Étoile, ce qui relativise fortement l’ampleur du changement apporté par la nouvelle métropole… Histoire d’ajouter encore un peu à la confusion, la première vice-présidente de la nouvelle métropole Aix-Marseille-Provence n’est d’ailleurs autre que Martine Vassal, par ailleurs présidente du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône. Il est décidément bien difficile de sortir de la logique de cumul des mandats… On retrouve d’ailleurs dans la liste de ces nouveaux vice-présidents de la métropole naissante les maires de La Ciotat (Patrick Boré), de Cassis (Danielle Milon), d’Aubagne (Gérard Gazay) ou de Gemenos (Roland Giberti), tous également élus au Conseil départemental ou à la région PACA.

Rélection de Jean-Claude Gaudin le 17 mars 2016

Réélection de Jean-Claude Gaudin le 17 mars 2016

Des tractations entre Gauche et Droite avaient eu lieu avant l’élection, histoire de se répartir les postes entre gens de bonne compagnie, tout en excluant bien entendu les élus du Front national qui n’ont donc aucun représentant au sein du bureau de la métropole, bureau constitué du président, des 26 vice-présidents et de 8 autres élus. Mais tout ne s’est pas forcément déroulé comme prévu et certains dont le maire socialiste de Vitrolles, Loïc Gachon, ou celui de Miramas, Jean-François Vigouroux, ont été devancés lors de l’élection par des candidats surprises de Droite qui n’ont pas hésité à fouler aux pieds l’accord politique passé entre Jean-Claude Gaudin et Jean-David Ciot. Voilà qui augure bien mal d’une réelle volonté de travailler ensemble pour l’intérêt général du territoire mais confirme que nos élus locaux sont décidément de grands enfants toujours aussi facétieux…

Chacun des membres du nouveau bureau s’est vu attribuer une délégation. Sans surprise, Patrick Boré sera en charge des activités portuaires et Danielle Milon du tourisme, tandis que Gérad Gazay se voit confier les zones d’activité et Roland Giberti l’eau et l’assainissement. C’est l’élu marseillais Roland Blum, déjà adjoint aux finances de la ville de Marseille qui sera en charge des finances tandis que le président de l’association des maires des Bouches-du-Rhône et opposant irréductible à la métropole, Georges Cristani, par ailleurs maire de Mimet, hérite de la délégation des équipements d’intérêt métropolitain…

Jusqu’en 2020, les conseils de territoires, autrement dit les anciennes intercommunalités conserveront une large partie de leurs prérogatives malgré la perte de leur statut de personnalité juridique. Ils seront en particulier chargés d’élaborer leur plan local d’urbanisme à l’échelle intercommunale, même si la métropole devra procéder à leur approbation officielle et veiller à leur cohérence globale via l’élaboration d’un schéma de cohérence territoriale (SCOT), dont la réalisation devra impérativement être engagée avant la fin de l’année. La transition vers une métropole omnipotente sera donc progressive. C’est d’ailleurs le cas dans la plupart des domaines. Ainsi, en matière d’eau et d’assainissement, ou pour ce qui concerne la gestion des déchets, la compétence de la métropole se limite pour l’instant à l’élaboration d’un schéma global de mise en cohérence mais la compétence opérationnelle continue d’être assumée par les intercommunalités, voire par les communes pour celles qui n’ont pas encore souhaité les transférer. Qu’on se le dise, la métropole ne se fera pas du jour au lendemain, les maires y veillent…

Réunion du Conseil métropolitain le 7 avril 2016 (photo M. Penverne / 20 minutes)

Réunion du Conseil métropolitain le 7 avril 2016 (photo M. Penverne / 20 minutes)

Toujours est-il qu’un troisième conseil métropolitain vient d’avoir lieu, le jeudi 7 avril, date à laquelle les 240 délégués métropolitaines étaient convoqués au Parc Chanot pour examiner pas moins de 41 délibérations inscrites à l’ordre du jour. Peu à peu, les choses sérieuses commencent même si une large partie des débats a tourné autour de la constitution des groupes politiques. En attendant l’adoption du futur règlement intérieur, nos élus locaux se sont en effet déchirés autour du seuil nécessaire pour pouvoir constituer un groupe dans la nouvelle métropole, la barre fixée à 20 paraissant trop haute pour certains. Un indice supplémentaire confirmant que la volonté de travailler ensemble n’est pas encore perçue comme parfaitement naturelle dans la nouvelle métropole…

Pour le reste, le nouveau président a dû faire procéder aux votes à main levée après avoir constaté que les votes électroniques conduisaient à un écrasante majorité d’abstentions, attribuée comme il se doit à un bug informatique, à moins que cela ne traduise le fait que la majorité qui lui est acquise n’est pas si solide qu’il n’y paraît puisque certains se réfugient dans l’abstention dès lors qu’on leur accorde un peu de discrétion…

Vote à mains levées lors du conseil métropolitain (photo publiée dans Go-met)

Vote à mains levées lors du conseil métropolitain (photo publiée dans Go-met)

Le point d’orgue de ce conseil métropolitain était le débat d’orientation budgétaire, prélude au vote du premier budget de la métropole qui devrait être adopté lors de la prochaine réunion du conseil prévue le 28 avril prochain. Les budgets d’investissement votés fin 2015 par les anciennes intercommunalités prévoyaient un montant global de l’ordre de 600 millions d’euros, mais il faudra se contenter de 400 dans ce premier budget métropolitain, ce qui a fait grincer des dents l’opposition socialiste et communiste. L’encien président socialiste de la communauté urbaine, Eugène Caselli, regrette le « retard pris par la métropole pour mettre en place ses structures techniques, humaines et financières ». Il évoque les urgences auxquelles il s’agit de répondre, « en matière de transport, de développement économique, de grands projets structurants, de contraintes financières et sociales et devront s’inscrire dans uns stratégie globale et pluriannuelle pour l’ensemble du territoire lors de la construction du budget 2017 ». Il estime pour sa part que « les investissements publics n’ont pas vocation à se porter uniquement sur les ronds points, les stades ou les salles de spectacle ». L’élu frontiste Stéphane Ravier, en rajoute une louche en affirmant que la métropole est « un monstre technocratique difficile à gouverner » dont la solvabilité « n’est pas garantie ». Quant au maire PRG de Grans, Yves Vidal, il en est déjà à estimer qu’il faut « solliciter l’État pour éviter la faillite dans 2 ans ».

Même Jean-Claude Gaudin reconnaît d’ailleurs qu’ « on n’arrivera pas à réaliser tout ce qui est prévu »… Autant d’optimisme et d’enthousiasme ne devrait pas manquer de conforter la population de l’aire métropolitaine dans le grand espoir qu’elle porte envers cette nouvelle structure de gouvernance !

L.V.  LutinVertPetit

Si Carnoux m’était contée… (partie 4)

15 avril 2016

LogoJubileEt voici le quatrième et dernier épisode de cette série d’enquêtes rédigées en 2004 par Annie Monville et publiées dans le quotidien La Provence, retraçant les premières années de la commune de Carnoux-en-Provence qui fête cette année son cinquantième anniversaire. Après les années de l’acquisition des terrains, celles des premières constructions, puis l’arrivée des pieds-noirs algériens, voici venu le temps de la constitution en commune nouvelle…

En 1964, le projet de faire de Carnoux une commune est approuvé par le Conseil général, mais il faudra attendre encore deux ans pour le voir aboutir.

On se souvient que c’est par un vote en date du 19 décembre 1964 que le Conseil général approuve enfin le projet de faire de Carnoux une commune à part entière. Le dossier est alors transmis à Paris. Mais la politique de l’époque ne favorise pas la création de villes nouvelles ; tout au contraire, on prône le regroupement de communes ! Le dossier va donc être enterré pendant deux ans, et c’est grâce à une intervention de trois Carnussiens, MM. Verlet, Couston et Dubois, auprès du directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur, que le décret portant création de la commune voit enfin le jour le 26 août 1966. Entre temps, des élections municipales avaient eu lieu en 1965. Aucun Carnussien sur la liste élue à Aubagne. En revanche, 5 Carnussiens sur celle de Roquefort-la-Bédoule. Parmi eux, deux personnages qui joueront un rôle dans l’avenir de Carnoux et dont nous aurons l’occasion de reparler, MM. Maret et Faure, qui seront respectivement premier et second maire de la ville.

Mais un village sans église n’est pas tout à fait un village ! Or, on se souvient que les messes continuaient à être dites par l’abbé Morin de Roquefort-la-Bédoule, dans une ancienne écurie de la Bastide. C’est en juillet 64 que va être posée, sur un terrain donné par la CIF, la première pierre de la nouvelle église érigée en partie grâce à une souscription régionale.

Pose de la première pierre de l'église Notre-Dame d'Afrique à Carnoux (source : site de la commune)

Pose de la première pierre de l’église Notre-Dame d’Afrique à Carnoux (source : site de la commune)

L’architecte en est M. Faure-Ladreyt. Le style en a été voulu contemporain pour mieux s’insérer dans ce village moderne. C’est l’archevêque de Marseille, monseigneur Lallier, qui posera symboliquement la première pierre en présence d’une foule nombreuse. Le choix du nom de l’église, Notre-Dame d’Afrique, fait bien entendu référence à la population pied-noire de Carnoux. Rappelons que Notre-Dame d’Afrique est le nom de la basilique qui s’élève sur les hauteurs d’Alger, en un site assez semblable, d’ailleurs, à celui de Notre-Dame de la Garde à Marseille.

1966, année de l’indépendance

Dans son discours, Monseigneur Lallier déclarait : « Si tous ceux qui ont prié Notre-Dame d’Afrique à Alger restent unis, alors Dieu saura écouter leur intense prière. La vierge Marie qui dut fuir son village pour sauver Jésus enfant, connaît bien la souffrance qui est au cœur des rapatriés ». Le 10 septembre 1966, une grande fête réunit des centaines de personnes sur la place Lyautey. La Marseillaise titre : « Carnoux-en-Provence dans la joie et dans l’union a fêté son indépendance ». Il y a là M. Edmond Garcin, député maire d’Aubagne, qui déclare : « N’oubliez jamais que l’administration d’une commune doit toujours être déterminée par l’intérêt de la population, et que jamais ne doivent prévaloir les intérêts particuliers ». Maurice Aimonetto, maire de Roquefort-la-Bédoule rappelle dans son discours que dès 1958, il avait déclaré : « Camoux sera indépendante, c’est la seule façon pour cette cité de vivre et de prospérer ».

Le sénateur Léon David, qui avait œuvré lui aussi pour cette indépendance, était également présent. La réunion était présidée par Adolphe Faure, qui faisait alors figure de prochain maire de la commune. L’année 66 devait voir l’achèvement de l’église et sa consécration à Notre-Dame d’Afrique. Un peu plus tard s’installait la tradition du pèlerinage du 15 août qui, chaque année, attire une assistance nombreuse dans notre ville.

Procession pour le pélerinage de Notre-Dame d'Afrique à Carnoux le 15 août 2013 (photo Cercle algérianiste de Marseille)

Procession pour le pélerinage de Notre-Dame d’Afrique à Carnoux le 15 août 2013 (photo Cercle algérianiste de Marseille)

Chaque municipalité apporte sa pierre

Les 8 et 15 janvier 1967 sont organisées les premières élections à Carnoux. Deux listes, toutes deux de droite, sont en présence : celle du colonel Verlet et celle conduite par Pierre Maret, enseignant. C’est cette dernière qui sera élue. Écoutons encore une fois Maurice Bonneau : « Je me suis présenté deux fois. Avec Maret, j’ai été conseiller municipal et avec Adolphe Faure, je suis devenu adjoint ». Adolphe Faure se présente contre Henri Faig en mars 71. Il fera un premier mandat puis un second, de mars 77 à décembre de la même année. Il démissionne alors pour laisser la place à son adjoint Marc Laprie. « Tout ça avait été entendu d’avance ! », confie M. Bonneau.

Le premier conseil municipal de Carnoux (source : site de la commune)

Le premier conseil municipal de Carnoux (source : site de la commune)

Chaque municipalité ajoute sa pierre à la nouvelle cité : le gymnase le Montfleury, la halte garderie, l’école en dur, la mairie. Le temps a passé. La 119e commune des Bouches-du-Rhône a grandi. Elle dépasse actuellement les 7 500 habitants. Dès les années 70, les Marseillais découvrent et investissent cette petite ville accueillante où les terrains sont vastes et tellement moins chers qu’à Marseille ! Que reste-t-il maintenant de la population de départ ?

Construction du groupe scolaire Frédéric Mistral (source : site de la commune)

Construction du groupe scolaire Frédéric Mistral (source : site de la commune)

Jean Chaland, qui fut le cinquième maire de Carnoux, citait le chiffre de 30 %. Ce n’est peut être plus vrai aujourd’hui… Mais qu’importe ? Tout le monde s’est fondu dans le creuset carnussien et les vieilles inimitiés ne sont plus que des souvenirs. Carnoux existe envers et contre tout, elle peut légitimement revendiquer la devise du maréchal Lyautey dont le buste orne la salle des mariages et le monument aux morts : « Réussir l’impossible ».

Annie MONVILLE

Article publié le 31 décembre 2004 dans La Provence

Si Carnoux m’était contée… (partie 3)

13 avril 2016

LogoJubileNous poursuivons notre petit retour en arrière sur les débuts de la commune de Carnoux-en-Provence qui fête cette année ses 50 ans. Après avoir évoqué l’acquisition des premiers terrains en 1957 par un groupe de Français établis au Maroc, puis les premières années au cours desquelles se construit l’ébauche d’une nouvelle ville, voici venu le temps de l’arrivée des pieds-noirs d’Algérie. Cet article est le troisième d’une série d’enquêtes rédigées en 2004 par Annie Monville et publiées dans le quotidien La Provence.

Eté 1962, un million de pieds-noirs quittent l’Algérie en catastrophe. Un certain nombre d’entre eux découvre Carnoux dont on dit que c’est « la ville des pieds-noirs ».

Arrivée de pieds-noirs à Marseille en 1962

Arrivée de pieds-noirs à Marseille en 1962

Les réactions sont variées. « Un jour, mon père m’a amenée voir la ville qui était minuscule et qui surtout était entourée de collines pelées et il m’a dit : « Tu vois, c’est là qu’ils veulent nous installer… » Pour lui c’était un ghetto et il n ‘avait aucune confiance en ce projet », raconte Annie, de Blida, qui d’ailleurs a, depuis, acheté une maison à Carnoux !

Pour d’autres, au contraire, Carnoux est la ville où ils veulent vivre. Entre « Marocains » et « Algériens », on doit pouvoir se comprendre…

Pour s’installer, il faut aller voir la CIF et être « parrainé ». Deux Carnussiens doivent se porter garants de votre moralité. Le prix du terrain reste de 30 à 40 % inférieur à celui pratiqué dans la région, et une villa de 4 pièces revient 50 000 nouveaux francs comme on disait à l’époque. Les « Logéco » de l’avenue Paul-Verlaine sont même moins chers : 40 000 NF.

En janvier 63, un journaliste du « Méridional », Melchior Calandra, écrit sous le titre « Carnoux en Provence ville de l’avenir » : « Au milieu des pins, embaumant le thym et le romarin, entre mer et montagne, à 250 mètres d’altitude, abrité du Mistral par les monts de la Sainte-Baume, Carnoux, de par sa situation privilégiée, semble faire partie d’un autre monde… On se demande bien vite et non sans étonnement, comment l’homme a pu dédaigner durant tant de siècles, ce lieu paradisiaque ».

Deux communautés différentes

En 63, Carnoux compte 334 villas bâties, 76 en cours de construction, 60 appartements en copropriété, 30 en location et une douzaine de magasins. Pour satisfaire les demandes des pieds noirs d’Algérie, on entreprend, le long du Mail, la construction des immeubles qu’on appelle encore parfois « immeubles des rapatriés », et qui portent des noms d’aviateurs, Mermoz, Guynemer… Mais tout ne va pas pour le mieux entre les deux communautés. D’un côté, des hommes installés, aisés, plus très jeunes, M. Prophète par exemple, né en 1896, avait donc 66 ans en 1962, De l’autre, des gens traumatisés par un départ plus que douloureux, beaucoup ont tout perdu, ils sont jeunes avec des enfants. A l’un d’entre eux, Emilien Prophète lancera même : « Vous n’êtes que des va-nu-pieds ! ». Paroles que beaucoup ne lui pardonneront pas. En même temps se met en place, côté Carpiagne, la zone industrielle. Parmi les premiers installés, citons la fabrique de cotillons et de feux d’artifice de M. Bernard, Soprafêtes, la marbrerie Colombo ou la ferronnerie Moyo.

Côté commerces, madame Petit tient une boutique de bonneterie qui fait aussi pressing. Les Girard, venus d’Agadir où ils ont tout perdu dans le tremblement de terre, sont dépositaires de presse. Il y a deux salons de coiffure, l’un pour hommes, l’autre pour femmes. Maria del Carmen Plattilero et son mari tiennent une librairie qui sera bientôt transformée en droguerie outillage et dépôt de gaz butane.

Vers l’autonomie de la commune

« Nous étions de Belcourt (banlieue algéroise) où nous tenions un magasin de pièces détachées auto. En 63, nous nous sommes classés cinquièmes dans un concours organisé par une marque de butane et impliquant les 230 concessionnaires des Bouches-du-Rhône ! Il faut dire que nous vendions plus de 50 bouteilles de gaz par semaine », se souvient Maria avec une certaine fierté.

Notre ami Maurice Bonneau n’a pas voulu être en reste. Rompant avec son ancien métier, il ouvre un commerce de chaussures, jouets et articles de sport.

De plus en plus de voix s’élèvent pour que Carnoux devienne une commune à part entière. Une seconde enquête en juillet 63 échoue comme la première. Il était cette fois question de rattacher Carnoux à Aubagne. Un « comité des cinq », composé de MM. Heinrich, Laforêt, Faure, Calandra et Bonan, se constitue et invite la population à signer une pétition en vue d’obtenir l’autonomie de Carnoux. La troisième et dernière enquête aura lieu en septembre 64. Peu à peu, devant la détermination des Carnussiens, les obstacles s’effacent un à un et c’est le 19 décembre 1964 que le conseil général approuve enfin le projet d’érection de Carnoux en commune distincte.

Annie MONVILLE

Article publié le 30 décembre 2004 dans La Provence

Si Carnoux m’était contée… (partie 2)

11 avril 2016

LogoJubileAlors que la commune de Carnoux-en-Provence fête cette année ses 50 ans d’existence, nous poursuivons notre petit retour en arrière, sur les premières années de cette 119ème commune des Bouches-du-Rhône, créée dans des conditions si particulières par un groupe de Français établis au Maroc et qui ont décidé, en 1957, d’acquérir un vallon quasi désert situé entre Aubagne et Cassis pour y construire ce qui deviendra une véritable ville nouvelle, ainsi que nous l’avons déjà évoqué. Cet article est le second d’une série d’enquêtes rédigées en 2004 par Annie Monville et publiées dans le quotidien La Provence.

En 1960, deux ans, donc, après les premiers achats de terrains, Carnoux compte 34 familles installées et une vingtaine de villas en cours de construction.

« Quand nous sommes arrivés, raconte madame Paris, notre villa que nous croyions terminée ne l’était pas ! Des amis nous ont heureusement prêté leur maison pour un mois. En août, il a fallu tout de même emménager. L’électricité venait d’un compteur de chantier, nous étions seuls ou presque au milieu des vignes, c’était le Farwest ! »

L’agglomération ne compte alors aucun commerce. On va chercher le pain à Roquefort-la-Bédoule par un petit chemin de terre. En septembre s’ouvre la première épicerie tenue par M. et Madame Roy. « Ça nous a changé la vie, commente M. Carita. M. Roy faisait toutes les courses à la Bédoule, il passait chercher les médicaments chez le pharmacien, il apportait le pain pour tous. Ah oui, les Roy nous ont beaucoup aidés ».

Le mail en cours de construction

Le mail en cours de construction

Le médecin le plus proche était à Aubagne qui, rappelons-le, n’était à l’époque qu’une toute petite ville. Il n’y avait pas non plus d’église bien entendu. Les messes étaient dites par le curé de La Bédoule dans la salle voûtée de la Bastide dont le rez-de-chaussée abritait les bureaux de la Coopérative immobilière. Une éolienne se dressait sur l’emplacement actuel de Notre Dame d’Afrique. Elle fournissait l’eau.

Une station d’épuration innovante

Ce n’est qu’en 1959, le 14 décembre, que fut inaugurée la station de pompage et d’épuration des Barles. Les prévisions initiales étaient de 1000 m3 par jour ce qui permettait une dotation quotidienne de 250 litres par habitant. Beaucoup de communes, à l’époque, n’en fournissaient pas autant. De plus cette idée d’épurer les eaux usées était très nouvelle pour l’époque et on peut dire que la station d’épuration de Carnoux a été l’une des premières de la région et peut-être de toute la France. Les enfants de Carnoux -ils n’étaient pas nombreux, puisque comme nous l’avons dit les premiers Carnussiens étaient plutôt des gens d’âge moyen- ont tout d’abord été scolarisés à Roquefort-la-Bédoule. Un mini car les y transportait chaque matin. Ce n’est qu’en octobre 62 que se déroulera la première rentrée scolaire à Carnoux, mais dans des conditions très précaires : « Nous avions aménagé deux classes dans le sous-sol d’une villa et notre première institutrice fut mademoiselle Stéfani bien connue à Carnoux où elle a accompli toute sa carrière », dit Maurice Bonneau.

Les commerces le long du mail devant la Crémaillère et l'école provisoire en 1962 (source : site de la commune)

Les commerces le long du mail devant la Crémaillère et l’école provisoire en 1962 (source : site de la commune)

Des préfabriqués, installés là où se trouve la mairie, viendront plus tard, en 1963. Sur le plan administratif, c’est la confusion : une partie de Carnoux est rattachée à Aubagne, l’autre à La Bédoule ! Dès 1960 des voix s’élèvent pour faire de Carnoux une commune indépendante. Pour ce faire, trois enquêtes seront réalisées : en 60, en 63 et en 64.

Une commission syndicale de cinq membres MM. Cabanieu, Labbat, Claudel, Gravallon et Vialet est élue. La municipalité de Roquefort-la-BédouIe donne un avis favorable à l’érection de Carnoux en commune distincte et accepte de céder une partie de son territoire pour ce faire. Cassis, par la voix de son maire, M. Agostini, refuse par contre toute aide. À Aubagne, le maire était M. Chouquet, il donne un avis favorable mais refuse de céder du terrain. Or, pour qu’une commune soit reconnue en tant que telle, il faut qu’elle ait une certaine superficie. La commission départementale à l’Équipement fixe celle-ci à 2 330 hectares. Or, Carnoux ne couvre à ce moment-là que 456 hectares.

Une vie rude, mais heureuse

« On reste loin du compte et ainsi se confirme que rien n’était simple à Carnoux dans les premières années », explique Roger-Pierre Raoult, un des premiers habitants qui est l’auteur de la seule étude actuelle sur la naissance de Carnoux, Naissance d’une idée, création d’une cité, Carnoux en Provence ouvrage rédigé en 1987 et auquel nous avons emprunté quelques dates et chiffres. La première enquête ne donne donc aucun résultat et il en faudra encore deux pour que tous les obstacles soient surmontés. Néanmoins les constructions avancent. Le terrain a été divisé en trois zones : « La zone A qui a été urbanisée la première, se trouvait autour de l’église actuelle, explique Maurice Bonneau. La Zone B s’étendait entre la mairie et l’immeuble Le Panorama avec une partie de la rue Paul-Verlaine. Enfin, la zone C se trouvait autour du gymnase le Montfleury ».

Les débuts de la construction (source : site de la commune)

Les débuts de la construction (source : site de la commune)

Lorsqu’on demande à ces premiers Carnussiens de définir l’ambiance de la ville à cette époque, un mot revient sans cesse : Convivialité ! « Tout le monde se connaissait, on fêtait la nouvelle année tous ensemble dans les locaux de la bastide… », se souvient Maurice. « Les jeunes jouaient dans les collines, c’était magnifique », ajoute M. Carita. « Côté sud il y avait des sources d’eau fraîche qui ont malheureusement disparu. C’était une vie rude par manque d’infrastructures, mais en même temps nous étions entre nous, nous nous sentions libres ! ».

L’été 62 va mettre fin à cet équilibre en amenant à Carnoux une population nouvelle issue elle aussi de l’Afrique du Nord, mais qui arrive avec des besoins et des désirs bien spécifiques. Un chapitre se clôt, un autre va s’ouvrir qui débouchera sur le Carnoux d’aujourd’hui.

Annie MONVILLE

Article publié le 29 décembre 2004 dans La Provence

Si Carnoux m’était contée… (partie 1)

9 avril 2016

LogoJubileEn cette année 2016, la ville de Carnoux-en-Provence fête ses 50 ans ! Un jubilé bien modeste pour une commune française à l’histoire très singulière et particulièrement brève par rapport à sa grande voisine Marseille, l’antique colonie grecque fondée par les Phocéens vers l’an 600 avant Jésus-Christ sous le nom de Massalia et qui a fêté son vingt-sixième centenaire d’existence il y a déjà quelques années…

C’est en tout cas l’occasion de revenir sur les conditions si particulières de la fondation de cette ville érigée en commune en 1966 seulement. Nous avons choisi pour cela de reprendre une série d’articles publiés en décembre 2004 par Annie Monville dans les colonnes de La Provence et que nous vous livrons in extenso.

Maurice Bonneau habite Carnoux depuis 45 ans. Vue l’extrême jeunesse de notre commune, il fait figure de patriarche parmi les Carnussiens. L’œil vif, l’esprit prompt, vous ne lui donneriez jamais ses 83 printemps ! « Je suis le plus âgé ici, je peux dire que je suis la mémoire de Carnoux » souligne-t-il avec humour.

Infatigable, Maurice est en train de rédiger, à l’intention de ses enfants, un livre de souvenirs et de photos rappelant la naissance si particulière de notre cité. Il a bien voulu nous ouvrir ses albums et raconter, à bâtons rompus, les faits marquants qui ont conduit à la naissance d’une nouvelle commune dans les Bouches-du-Rhône en 1966. « Je vous parlerai d’abord de la période que j’appellerai ‘marocaine’, dit-il, ensuite ce sera la période de la Compagnie Immobilière Française (CIF), puis en 62, j’évoquerai l’arrivée des rapatriés d’Algérie, jusqu’à la création de la commune. Après, ce n ‘est plus pareil, Carnoux est devenue une ville comme les autres… ».

Dans les jours qui suivent, La Provence publiera donc les souvenirs de Maurice Bonneau et ceux d’autres Carnussiens arrivés aux temps héroïques. Cette chronique intitulée « Si Carnoux m’était contée » évoquera sans doute bien des images dans l’esprit et le cœur de ceux qui ont vécu cette époque, et apprendra certainement quelques détails pittoresques aux nouveaux venus de notre chère ville.

Carnoux-en-Provence aujourd'hui

Carnoux-en-Provence aujourd’hui

L’histoire de la commune commence, dès les années 40, au Maroc, avec les premières rumeurs d’indépendance. Une folle aventure débute alors.

L’histoire, qui allait aboutir à la création d’une commune nouvelle dans les Bouches-du-Rhône, commence, étrangement, au Maroc. Dès 1944 ce protectorat français est agité de troubles fomentés par un parti nouveau, l’Istiqlal, qui réclame le départ des Français.

Ce n’est pourtant qu’en 56, le 2 mars, qu’est déclarée l’indépendance du pays. A partir de ce jour, va se poser avec acuité, pour de nombreux Français, le problème du retour définitif en métropole.

C’est alors qu’à Casablanca, un petit groupe de cinq hommes, trois entrepreneurs, un comptable, et un psycho-technicien, vont élaborer, dans l’indifférence générale d’abord, un projet insensé : Créer une ville en France pour accueillir les Marocains de retour au pays.

Ces hommes ce sont Emilien Prophète, qui deviendra le président de la CIF – Coopérative immobilière française —, Gilbert Cabanieu, premier vice-président, Ernest Toro, secrétaire général, Raymond Bauzon, administrateur, et André Roldan, administrateur.

L’idée prend corps rapidement et le 24 mars 1957 est officiellement créée la Coopérative immobilière française.

Trouver un terrain… en Provence

II fallait alors trouver du terrain à acheter. De l’avis général, ce devait être en Provence, dont le climat dépayserait moins ces amoureux du soleil qu’étaient les gens de Casa ou de Rabat.

Le vallon de Carnoux lors de la fondation de la ville. A droite, l'ancienne bastide de la Crémaillère

Le vallon de Carnoux lors de la fondation de la ville. A droite, l’ancienne bastide de la Crémaillère

Sur ce point, les versions divergent : certains disent qu’un notaire d’Aubagne, maître Seguin, signala à Emilien Prophète un vallon de 300 hectares à vendre, n’appartenant qu’à deux propriétaires. D’autres préfèrent une version plus romantique ; à Tanger, lors d’une soirée, on présente à M. Cabanieu la veuve de l’architecte lyonnais Tony Garnier, mort en 1948 à Carnoux dans sa bastide du XVIIIe siècle qui avait appartenu aux Clermont-Tonnerre avant de devenir un relais de diligences. Cette dame souhaite vendre son terrain avec la bastide… On imagine la suite…

Quoiqu’il en soit, les gestionnaires de la CIF font le voyage et, en avril 57, ils découvrent 270 hectares de vignes, d’arbres fruitiers et de garrigue comme une immense coulée verte entre deux collines aux pierres blanches. C’est le lieu-dit Carnoux, relié par des chemins de terre à Aubagne et à Cassis. Le coup de foudre est immédiat : « Vous pouvez préparer l’acte de vente », s’écrie Emilien Prophète.

Fonder une ville au XXe siècle, une folie !

Maurice Bonneau se souvient : « Outre la veuve de Tony Garnier, la CIF a acheté 139 hectares à un certain Tessier pour la somme de 350 000 francs. L’acte a été signé le 18 décembre 57. Sabiani, Arnaud et Blanchard ont vendu 172 hectares pour 57 500 francs ». Interrogé sur les raisons d’une telle disparité de prix, Maurice Bonneau explique que certains terrains étaient plats, alors que d’autres, plus pentus, représentaient moins de valeur à l’époque. C’est dans un cinéma d’Ain Sebaa, le Beaulieu, que vont avoir lieu les réunions de la nouvelle coopérative. Le terrain est loti en parcelles de 1 000 à 1500 mètres vendues à 1 franc le mètre carré. Le prix est dérisoire par rapport à ceux qui se pratiquent dans les environs. Mais il n’y a ni eau, ni électricité, ni tout à l’égout. Tout est à faire, à créer. Les journaux ne sont guère encourageants : les mots « fadas », « illuminés », sont employés. Fonder une ville en plein milieu du XXe siècle, quelle folie ! Qui sont les nouveaux coopérateurs qui deviendront les premiers Carnussiens ? En majeure partie des gens d’âge moyen, aisés, qui assurent ainsi leurs arrières mais qui resteront peut-être au Maroc si les choses s’arrangent.

Les Paris, lui 29 ans, elle 23, un petit garçon de 2 ans, font figure d’exception : « Nous étions de loin les plus jeunes, les autres avaient plutôt la quarantaine… ».

La construction des premières villas à Carnoux

La construction des premières villas à Carnoux

Une entreprise est choisie pour construire, dans un premier temps, 50 villas sur des plans type aux noms évocateurs : La Mireille, La Tramontane, La Cigale… Ce seront des villas blanches aux toits en terrasses, celles qu’à Carnoux on continue d’appeler « villas première génération ».

« Mon voisin Tognazzi et moi avons été les premiers à construire », se souvient Maurice Bonneau. Les deux villas, non loin de l’église, sont proches de celle de M. Carita, aujourd’hui décédé, et qui a été lui aussi, parmi les premiers occupants.

Annie MONVILLE

Article publié le 28 décembre 2004 dans La Provence

Tours végétales ou jungle urbaine ?

5 avril 2016

Alphonse Allais avait proposé de construire plutôt les villes à la campagne « car l’air y est beaucoup plus pur ! », mais la tendance actuelle semble être davantage de construire la nature en ville. Fleurissent en effet toutes sortes de projets architecturaux qui intègrent une présence très forte de la végétation dans constructions urbaines.

La villa Méditerranée à Marseille

La villa Méditerranée à Marseille

Un des précurseurs de cette nouvelle mode est l’architecte italien Stefano Boeri, celui-là même qui a dessiné la Villa Méditerranée inaugurée en 2013 à côté du MUCEM, avec son impressionnant porte-à-faux surplombant un vaste bassin en eau. Cet architecte visionnaire a en effet imaginé voici près de 10 ans la construction de deux tours de respectivement 76 et 110 m de hauteur dont les façades s’ornent d’une véritable forêt verticale. Un projet, joliment dénommé Bosco verticale, qui ne laisse pas indifférent, réalisé dans le cadre d’un programme de rénovation urbain en plein coeur de Milan.

Blog291_PhToursBoeri

Inaugurées en 2014 après un chantier qui a duré 5 ans, les deux tours abritent désormais, sur 19 et 27 étages chacune, 480 habitants mais aussi 780 arbres et 11 000 plantes végétales sans compter de l’ordre de 1 600 oiseau et papillons venus nicher et se nourrir dans ce nouvel écosystème urbain, ainsi qu’environ 9 000 coccinelles qui ont été lâchées sur les deux tours pour réguler les colonies de pucerons et autres insectes nuisibles… Les balcons des deux tours abritent ainsi l’équivalant d’un hectare de forêt constituée d’essences variées parmi lesquels des chênes verts, des noisetiers, des hêtres, des frênes et des oliviers, mais aussi des pruniers, cerisiers et pommiers choisis pour la beauté de leur floraison au printemps.Blog291_PhBalcons

Toutes ces essences ont été sélectionnées en fonction de plusieurs critères, dont leur faible pouvoir allergène, leur absence d’épines, mais aussi leur résistance au vent et aux parasites, leur aptitude à un élagage périodique, ou encore leur pouvoir anti-polluant par la fixation des micro-poussières présentes dans l’air. Car le projet se veut exemplaire en matière environnementale et utilise notamment l’énergie solaire et la géothermie tout en testant un nouveau concept de façade boisée destiné à favoriser à la fois le confort des habitants qui profitent ainsi de larges balcons ombragés et le développement d’une biodiversité inédite en site urbain. Des nids et des mangeoires ont ainsi été aménagés afin de rendre ce nouvel environnement attractif pour les oiseaux, les abeilles et les papillons ou les chauves-souris…

Blog291_PhAngleTourBoeriLa conception d’un tel chantier n’a pas été simple et a nécessité de multiples innovations technologiques pour accrocher les vastes balcons de 3,50 m de largeur à la structure de chaque tour. Chaque balcon, équipé de parapets surélevés, bénéficie en effet de soutiens spécifiques en acier et est équipé de bacs à terreau d’une capacité de 5 m3 chacun. La résistance des plantes aux rafales de vent a dû être testée en soufflerie d’abord au Politecnico de Milan, puis à l’International Hurricane Center en Floride, et des systèmes de sanglage particulier ont été mis en place. L’irrigation de toutes ces plantes vertes est quant à elle centralisée et automatisée, alimentée à partir de l’eau usagée du circuit de climatisation. Les habitants sont donc déchargés de toute corvée d’arrosage et n’ont pas non plus à s’occuper de l’entretien de leur forêt puisque l’élagage est confié à une équipe de professionnels intervenant sur cordes.

Blog291_PhVilleToursBoeri

Il sera intéressant d’observer comment un tel projet perdure dans le temps et comment les habitants des deux tours s’y adaptent. En tout cas, l’originalité du concept lui a valu d’être récompensé en novembre 2014 par le premier prix de l’International Highrise Award 2014 (prix du gratte-ciel le plus innovateur) par un jury du Musée d’architecture de Francfort : une belle distinction pour un projet architectural qui ne manque pas d’originalité et de poésie.

Blog291_PhTourCedreLe cabinet de Stefani Boeri continue d’ailleurs d’exploiter cette veine avec un autre projet intitulé « Les terrasses des cèdres », une tour de 36 étages construite en 2015 près de Lausanne en Suisse et dont la façade s’orne d’une centaine de magnifiques cèdres qui, comme dans le Bosco verticale de Milan, sont transplantés par des grues dans les caissons accrochés aux balcons et remplis de terre.

Mais d’autres projets comparables voient le jour un peu partout dans les cabinets d’architectes. Ainsi, dans le 13ème arrondissement de Paris, la tour de 18 étages M6B2, plus connue sous son nom de « Tour de la biodiversité » vient d’être érigée par l’architecte Édouard François pour le compte de l’Office public d’habitation Paris Habitat. Recouverte de plaques de titane irisé vert et emmaillotée de filets d’acier, sa façade est destinée à se végétaliser par une seconde peau de plantes grimpantes. Cette tour pourra alors servir aussi d’abri pour la faune locale tout en disséminant graines et pollen dans son environnement proche.Blog291_PhTourM6B2

Bien d’autres exemples du même type existent ou sont à l’étude qui devraient permettre de réimplanter dans nos centres urbains des nouvelles constructions support de nature en ville. Les murs végétaux se multiplient dans toutes les grandes agglomérations, traduisant au-delà d’une nouvelle mode architecturale un véritable tournant dans notre conception de l’aménagement du territoire où il est de plus en plus question de préserver la biodiversité en ville, de rétablir les trames vertes et bleues, de végétaliser les toitures et de désimperméabiliser les sols. Plus de 2000 espèces végétales et animales sont déjà recensées dans une ville comme Paris et ce n’est peut-être qu’un début…

L.V.  LutinVertPetit

Le petit plus du miel ardéchois…

2 avril 2016

Pot of honey and wooden stick.Parmi les nouvelles qui circulent sur la toile, en voici une qui a fait un joli buzz et qui mérite d’être évoquée ici ! L’affaire se passe en Ardèche, près d’Aubenas et est racontée avec force détails en date du 16 mars 2016, sur le site du Daily Béret sous le titre alléchant : « Ardèche : Le succès de son miel bio était dû à la plantation de cannabis de son voisin ». En voici quelques extraits qui ne manquent pas de saveur :

Rémy P. est un apiculteur dépassé par son succès, où plutôt était car sa production vient d’être stoppée net par les autorités ardéchoises. Son miel contenait en effet une quantité importante de THC (tétra-hydro-cannabinol), le composé psycho-actif du cannabis, estimée selon un expert local à « un bon quart de joint bien chargé par tartine ». D’où provenait cette substance illégale ? De la plantation tout aussi illégale de son voisin, qui sous couvert de cultiver la châtaigne maintenait également un cheptel de près de 200 pieds de cannabis, cachés parmi les arbres et autres végétaux de son domaine de plusieurs hectares. « Les abeilles devaient butiner les plantes du voisin, au lieu de butiner les châtaigniers.. » conjecturait le jeune apiculteur lors d’un point presse.Blog290_PhAbeille

C’est un père de famille albenassien qui a découvert le pot-aux-roses en faisant passer un bilan sanguin à ses deux enfants de 7 et 9 ans. « Théo et Théa sont habituellement des enfants très excités, leur mère et moi avons beaucoup de difficultés à canaliser leur énergie. Mais depuis quelques temps, ils étaient très calmes… Trop calmes même; Théo s’est mis à écouter du Sinsemilia en boucle dans sa chambre et un dimanche, Théa a regardé une motte de beurre fondre pendant 5 heures d’affilé, en rigolant. On s’est beaucoup inquiétés » déclarait-il, admettant que lui-même et sa femme avaient également développé « un certain penchant » pour ce miel.

Mais si beaucoup se félicitent de l’arrêt de la production du « space miel », ce n’est pas le cas de tous les consommateurs, à l’instar de Jean-Tristan Spliffe, 45 ans, l’un des plus gros clients de Rémy qui lui se déclare très déçu. « Avec ce miel je me sens beaucoup mieux, je n’ai plus mes douleurs matinales, je suis de meilleure humeur et j’avais même arrêté de boire ! Là, je sais pas ce que je vais devenir.. j’étais à un pot et demi par jour, arrêter d’un coup va être dur, très dur.. » confiait-il, ajoutant que « si les abeilles trouvent ça bon, c’est que ça peut pas être mauvais pour les gens ».

Blog290_PotsMielExaminé en laboratoire, ce miel spécial s’est révélé particulièrement concentré en molécules psycho-actives, comme le résume Océane, une jeune lycéenne, consommatrice malgré elle : « Les miels, il y en a des clairs, il y en a des foncés. Avec celui-là c’est clair : t’es défoncé ! »

Même si la justice n’a pas encore tranché, Rémy P ne pense pas être inquiété, contrairement à son voisin qui a déjà été incarcéré : « Je suis un apiculteur moi, pas un dealer. Si je deviens responsable des faits et gestes de chacune de mes abeilles alors on va où là ? ». Réponse le 31 avril prochain au tribunal de moyenne instance d’Aubenas.

Mazette, il s’en passe de belles dans les campagnes ardéchoises ! En tout cas, l’histoire n’est pas passée inaperçue et même les internautes marocains s’y sont intéressés puisque le sujet a été relayé par le site Le Desk qui s’est dit qu’il y avait peut-être là des débouchés intéressants pour les petits producteurs de cannabis du Rif…

Bien entendu, l’histoire était trop belle pour être vraie et a fait l’objet d’une mise au point sur l’édition ardéchoise du Dauphiné, qui précise que le Daily Béret est un site satirique dont il convient de ne pas prendre toutes les informations pour argent comptant…

Ceci dit, il n’est pas impossible que ce beau canular sorti avant même le 1er avril ait été inspiré par une autre information qui a également circulé sur internet début mars, annoncé par le site Newsweed, qui se présente comme le premier magasine d’information sur la consommation légale de cannabis, puis reprise par plusieurs médias dont Marie-Claire… On y apprend qu’un jeune apiculteur de 39 ans, serrurier de formation et fervent militant pour le cannabis thérapeutique qu’il utilise pour soigner son hyperactivité apprend à ses abeilles à faire du miel à partir de plants de cannabis !

Blog290_PhAbeilleCanabisSe faisant appeler Nicolas Trainerbees – tout un programme – il se dit passionné par le dressage des animaux et a développé une « technique d’entraînement pour que les abeilles recueillent la résine et l’utilisent dans leur ruche ». Nicolas et ses abeilles ont ainsi créé le premier échantillon de miel de cannabis, dénommé en toute simplicité cannahoney, un produit qui cumulerait les bienfaits pour la santé du miel et du cannabis. Selon cette source, le miel ainsi produit serait bel et bien psycho-actif mais en revanche, le THC et les autres cannabinoïdes butinés par les abeilles n’auraient pas d’effet direct sur ces dernières du fait de leur absence de système endocrinien. Des informations bien difficiles à vérifier en l’état d’autant que l’apiculteur en question serait sur le point de déménager dans un autre pays : on se demande bien pourquoi…

L.V.  LutinVertPetit