Archive for septembre 2010

Euromanif: une « grande réussite »

30 septembre 2010

La grogne sociale monte en Europe face aux mesures de rigueur prises depuis la crise de la dette, avec mercredi des dizaines de milliers de manifestants dans les rues de Bruxelles. Dans la capitale de l’Union européenne, 56.000 personnes selon la police, plus de 100.000 selon les syndicats, ont défilé pour dire « non à l’austérité« .La manifestation n’a pas provoqué le chaos redouté sur les routes et dans le reste des transports.

« Vous êtes géniaux! Plus de 100.000 manifestants dans les rues de Bruxelles, c’est une grande réussite », s’est félicité Claude Rolin, secrétaire général de la CSC, sur l’Esplanade du Cinquantenaire lors de la manifestation des syndicats européens contre l’austérité. Le premier ministre belge Yves Leterme a quant à lui estimé qu’il s’agissait d’un signal important à prendre au sérieux.

« Dès notre premier comptage – effectué dans le bas de la ville – nous savions que nous allions atteindre, voire dépasser nos prévisions », a confié une porte-parole de la FGTB. Entre 80.000 et 100.000 manifestants étaient attendus mercredi dans les rues de la capitale, en réponse à l’appel à la mobilisation lancé par la Confédération européenne des syndicats. A 17h00, la police faisait quant à elle état de quelque 56.000 manifestants.

« Ce mercredi est un grand jour pour la solidarité », a renchéri Jan Vercamst, le président du syndicat libéral. « Nous ne vivons pas pour travailler mais nous travaillons pour vivre décemment« , a-t-il ajouté devant un parterre bigarré.

« L’austérité est socialement injuste car elle touche les plus faibles d’entre nous. Et elle est économiquement imbécile car elle anéantit les espoirs de reprise », a de son côté poursuivi Claude Rolin, soutenu en ce sens par Anne Demelenne, secrétaire générale de la FGTB, pour qui la « modération salariale nuit à la consommation des ménages ».

100.000 manifestants

« Assez de s’en prendre aux travailleurs! Allez plutôt voir du côté des boursicoteurs« , a-t-elle poursuivi, soulevant l’enthousiasme des manifestants ayant déjà rallié le Cinquantenaire.

Parmi les manifestants, des Belges, évidemment, mais aussi plus de 10.000 Français, de nombreux métallos allemands, des profs grecs, des policiers roumains, des Hongrois aux tee-shirts ornés de la tête du Che, des Lituaniens portant leur drapeau national, des Polonais venus en bus, des nostalgiques du « Grand soir », des vieux usés par des années de labeur, des jeunes réclamant du travail, des enfants sur les épaules de leurs parents…

José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne qui rencontrait les syndicats à 17h00, avait pour sa part réaffirmé dans l’après-midi que « les comptes publics déséquilibrés et les dettes excessives sont anti-sociaux ». Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen, s’est lui fendu d’une vidéo pour défendre la politique européenne de rigueur budgétaire.

Retraite des femmes : le mensonge comme seul argument

26 septembre 2010

Tribune parue dans Le Monde (17 septembre 2010)

Sourd à l’hostilité de la population à la réforme des retraites, le gouvernement maintient son projet, en l’amendant de quelques mesurettes sur la pénibilité ou les carrières longues. Contre les inégalités de retraite entre les hommes et les femmes, pourtant très importantes, rien n’est prévu. Eric Woerth en conteste même la réalité et tient des propos lénifiants sur l’évolution de la situation, en niant les conséquences particulièrement négatives qu’aurait son projet sur les femmes. Sur cette question, son discours se réduit à deux arguments, basés sur l’hypocrisie et le mensonge.

Hypocrisie quand il répète que « la retraite n’a pas vocation à corriger l’ensemble des inégalités existant dans l’emploi ». Certes, mais elle n’a surtout pas vocation à les amplifier. Or c’est le cas : la pension moyenne des femmes, tout compris, ne représente que 62 % de celle des hommes, alors que leur salaire moyen représente 80 % de celui des hommes. En outre, sans les dispositifs conjugaux et familiaux dont elles bénéficient, leur pension ne représente même pas la moitié (48 %) de celle des hommes. Ces dispositifs se révèlent donc indispensables, tout en restant insuffisants pour compenser les inégalités.

Pourtant, le gouvernement n’hésite pas à affirmer, dans le dossier de présentation du projet de loi : « Les femmes bénéficient de nombreux dispositifs de solidarité au sein de nos régimes de retraite, qui (…) compensent efficacement l’impact des enfants ». Permettre aux femmes d’atteindre 62 % de la pension des hommes, est-ce cela une compensation efficace ? C’est probablement au nom d’une telle conception que ces dispositifs ont déjà été réduits par la réforme de 2003 et en 2009, et qu’ils continuent d’être mis en cause… au nom de l’égalité entre les femmes et les hommes ! Hypocrisie encore, lorsque le projet prévoit de sanctionner les entreprises pour… absence de plans pour l’égalité professionnelle, alors que c’est l’absence de résultats qui doit enfin être sanctionnée si on vise vraiment à l’efficacité.

Mensonge lorsque M. Woerth conteste le fait que l’allongement de la durée de cotisation et le recul des bornes d’âge pénalisent plus fortement encore les femmes : celles-ci ont en moyenne beaucoup moins de trimestres validés que les hommes, elles sont proportionnellement plus éloignées de la durée exigée, et elles attendent souvent l’âge de 65 ans pour liquider leur retraite sans subir la décote. Mais pour le ministre, il semble ne plus y avoir de problème d’inégalités entre les hommes et les femmes. Il affirme ainsi : « aujourd’hui les femmes ont au moins autant de trimestres validés que les hommes » (présentation du projet de loi le 15 juin 2010), et « la durée d’assurance des femmes est supérieure à celle des hommes de dix-sept trimestres en moyenne pour les générations récentes », et encore, lors du débat en séance du 9 septembre à l’assemblée nationale : « Les femmes nées dans les années 1960, lorsqu’elles prendront leur retraite, auront quinze trimestres de plus que les hommes ». Il ajoute : « ce n’est pas le gouvernement qui l’affirme, c’est dans le rapport du COR ».

Tout cela est faux. Les rapports du Conseil d’orientation des retraites (COR) disent des choses très différentes. Les écarts entre les durées validées par les hommes et les femmes se réduisent, lentement, au fil des générations mais on est loin, aujourd’hui comme dans un futur proche, de durées équivalentes : les femmes parties en retraite en 2004 avait toujours vingt trimestres de moins que les hommes, tout compris ! C’est à dire cinq annuités de moins, on peut rappeler que cinq annuités manquantes entrainent une décote de 25 %, sur une pension déjà plus faible puisque proratisée.

LA QUESTION RESTE ENTIÈRE ET NON TRAITÉE

Pour le futur, selon les projections établies par la Caisse nationale de l’assurance vieillesse (CNAV) et rapportées par le COR, les femmes « pourraient avoir une durée validée tout compris supérieure aux hommes. Pour la génération née en 1980, l’écart en leur faveur serait de l’ordre de cinq trimestres ». D’une part, cet écart contredit fortement les quinze ou dix-sept trimestres affirmés par le ministre ! Sur le fond, la génération de 1980 pour laquelle l’écart pourrait être de cinq trimestres en faveur des femmes, arrivera à 60 ans en… 2040, soit dans 30 ans. D’ici là, quid des générations de femmes qui partiront en retraite avec un nombre insuffisant de trimestres, en moyenne plus faible que les hommes, et que cette réforme obligerait à attendre 67 ans pour ne pas voir amputée une pension déjà bien faible ? Ces femmes n’auraient qu’à se consoler à l’idée que les inégalités auront probablement diminué au moment de la retraite de leurs petites filles ?

D’autre part, rappelons ce que le COR précise sur ces projections : « Ces estimations doivent néanmoins être interprétées avec prudence, du fait des limites inhérentes aux projections… elles suggèrent simplement que les écarts pourraient s’annuler voire s’inverser ». Eric Woerth ne s’embarrasse pas de telles réserves ! De plus, ces projections sont aujourd’hui obsolètes, puisqu’elles ont été réalisées avant la mesure de 2009 qui a diminué les trimestres attribués aux femmes du régime général au titre des enfants. Il est plus que probable que cela modifie grandement les projections pour l’avenir…

Le rapport du COR dit en toutes lettres que les décalages de la date de départ en retraite seraient plus importants chez les femmes que chez les hommes, témoignant de la pénalisation particulière des femmes en cas de report des bornes d’âge. Ce résultat reste lui aussi occulté. Même la Commission européenne attire l’attention sur le risque de pauvreté plus élevé pour les femmes, en particulier pendant la retraite.

La question des inégalités de retraite entre les hommes et les femmes reste donc entière et non traitée. Le projet de réforme est injuste non seulement envers les femmes, mais envers les jeunes, les carrières longues, les métiers pénibles et plus globalement l’ensemble des salarié-s, parce que fondamentalement il refuse de s’attaquer à l’inégal partage entre le capital et le travail qui a fait reculer la masse salariale en proportion inverse de l’envolée des dividendes. Un projet alternatif existe pour faire reculer les inégalités et financer un bon niveau de retraites, il est fondé sur la solidarité et le partage des richesses.

Voir l’interview de Caroline Mécary, coprésidente de la Fondation Copernic, au JT de France 2 (22/09/10) .

Réforme des retraites:

24 septembre 2010

Quelque 2,9 millions de personnes ont manifesté hier jeudi 23 septembre à travers la France contre le projet de réforme des retraites, selon le syndicat CFDT qui avait estimé à 2,5 millions les manifestants lors de la précédente journée d’action le 7 septembre.

Les syndicats estiment avoir réussi leur pari en mobilisant davantage de personnes qu’il y a deux semaines.

Le 7 septembre, plus d’un million de personnes étaient descendues dans les rues de France selon la police et jusqu’à 2,7 millions selon le syndicat CGT.

Le principal défilé jeudi, à Paris, a rassemblé 300.000 personnes, soit 30.000 de plus que le 7 septembre, selon les syndicats. Mais la police n’a compté que 65.000 manifestants, soit 15.000 de moins qu’il y a deux semaines. 22 000 manifestants à Marseille selon la police, 220 000 pour les syndicats. Un rapport de 1 à 10 qui illustre la bataille des chiffres autour de la manifestation contre la réforme des retraites.

Ces importantes divergences dans les chiffres parisiens expliquent les appréciations très différentes de l’ampleur du mouvement au plan national par les syndicats et le gouvernement.

Les syndicats ont affirmé avoir gagné leur pari en mobilisant à nouveau des centaines de milliers de manifestants contre la réforme des retraites, alors que le pouvoir a surtout noté la baisse du nombre de grévistes.

LETTRE DE TROIS PROFESSEURS DE VONNAS (AIN) .

23 septembre 2010

Le surdoué qui nous gouverne : Sarkozy, un sous-doué à l’Elysée.

Mais pourquoi tant de haine envers le corps enseignant en général et les chercheurs en particulier ?
Tout simplement parce que Notre Majesté souffre du complexe du cancre parvenu.
Président médiocre, il fut par le passé élève médiocre, bachelier médiocre et étudiant médiocre.
Mais aucune trace de cette médiocrité dans son curriculum vitae.
Et pour cause, il l’a customisé, l’animal.
Officiellement Notre Souverain Éclairé serait titulaire d’une maîtrise de droit privé, d’un certificat d’aptitude à la profession d’avocat, d’un DEA de sciences politiques obtenu avec mention, et aurait fait des études à l’Institut d’Études politiques de Paris.
Waouh !
Mais alors pourquoi est-il aussi nul ?
Tout simplement parce que la plupart de ces titres universitaires sont faux.
Une enquête menée par Alain Garrigou, professeur de sciences politiques à Nanterre le prouve.
En parcourant l’annuaire des anciens élèves de Sciences Po, il a pu constater que Sarkozy de Nagy Bosca n’y figure pas, ce qui signifie qu’il n’a pas mené ses études à leur terme et ne peut donc se parer du titre d’ancien élève réservé aux seuls diplômés.
Et son DEA ? Pourquoi n’en trouve-t-on aucune trace dans les archives de Paris X Nanterre ?
Tout simplement parce que si le candidat Sarkozy apparaît bien dans le procès-verbal de la première session, il est ajourné pour ne pas s’être présenté à l’épreuve écrite terminale et n’avoir pas rendu son mémoire.
Et son certificat d’aptitude à la profession d’avocat ?
Obtenu sur le fil avec la note médiocre de 20/40 (7/20 à la première épreuve et 13/20 à la seconde)
Mais rappelons aussi, pour compléter le tableau, les notes obtenues au bac par le candidat 18917 en 1973 (Jury 80, lycée Molière) : 7/20 à l’épreuve écrite de français et 12 à l’oral (voilà pourquoi il s’exprime toujours dans un idiome approximatif), 9/20 en philo, 8/20 en maths (il a néanmoins su s’augmenter de 200 % !), 10/20 en anglais (« magnifical » s’exclama-t-il un jour en présence de la reine d’Angleterre) et 11/20 en économie (on n’est pas sorti de la crise ! ).
Avec 142 points sur 300, le médiocre petit candidat fut recalé et fut obligé de se présenter au repêchage.
Ne nous étonnons donc plus des propos méprisants qui sortent de la bouche de ce vilain petit personnage médiocre et rancunier qui a tant souffert de ne jamais avoir été reconnu à sa juste valeur par ses professeurs.

Enfin disponibles sur le net….

22 septembre 2010

Les délibérations de la CU MPM.

Sur le nouveau site de la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole :

Vous allez enfin pouvoir accéder et lire les délibérations (via la rubrique MPM puis Délibérations).

Accès direct aussi sur ce lien

Vous allez pouvoir chercher tout ce qui concerne Carnoux…..! Par exemple : Conseil de Communauté 02/10/2009 – N° FCT 001-1490/09/CC – Adoption des taux 2010 de Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères…. Et leur disparité….

Les 18 zones de perception de TEOM

Bonne recherche…..!

Et n’oubliez pas :

Racisme flamand…

21 septembre 2010

Scène désolante de racisme ordinaire en Belgique:

Reconduite à la frontière d’un clandestin français par deux policiers flamands :


… le Français avait pourtant fait un effort d’adaptation !

Les associations : un patrimoine divers et multiple, mais vivant.

20 septembre 2010

Pour leur 27e édition, les Journées européennes du patrimoine célèbrent la grande histoire du patrimoine collectif à travers les lieux marqués par l’empreinte des « grands hommes ».

La ville de Carnoux ne s’associe pourtant pas au mouvement promotionnel de son jeune patrimoine. Il est vrai que sa récente édification en est la cause : nul monument exceptionnel conservé par des hommes et des femmes passionnés ; nulles traces laissées dans les paysages et dans les esprits par celles et ceux qui les ont construits ou habités. Soit !

En revanche ce 18 septembre 2010, Carnoux a fêté les associations, tout au moins celles qui sont autorisées par la mairie à se présenter au public : uniquement les associations sportives et « culturelles »

Un répertoire établi par les services municipaux indique l’existence d’une centaine d’associations. Mais seulement 25 ont tenu un stand, avec une écrasante majorité pour le sport, spécialement encouragé dans notre ville… Il n’y a certes pas d’obligation pour une association d’être présente au forum, mais le net refus adressé à une association qui souhaite cette présence est significatif de l’étroitesse d’esprit et de la conception archaïque qui président à l’organisation municipale de cet événement.

Un tel refus a été adressé oralement au CPC, au prétexte qu’il favoriserait de prétendues dérives (recrutement politicien ? esprit critique insupportable ?). La fête des associations n’est pas un lieu de débat d’idées, mais le devoir de « porter à connaissance » existe bel et bien dans notre société républicaine et démocratique. D’ailleurs, en ce samedi 18 septembre, la présence largement commentée par le préposé à l’animation du député, du conseiller général et d’un maire voisin marque fortement la préférence du maire envers les associations conviées, et rejette dans l’ignorance publique celles qui ne sont pas dignes d’estime à ses yeux. A cet égard, on peut se demander si cette ségrégation n’est une faute …. authentiquement politique.

En effet quel risque y aurait-il à favoriser l’échange d’idées, et l’expression de réflexions citoyennes probablement inhabituelles et malvenues à Carnoux, ville sage et bien gérée. Le débat public sur des questions vitales, inévitablement politiques au sens fort (et non au relent politicien), ne peut être abandonné à nos élus au prétexte d’une saine gestion.

C’est l’objectif premier de toutes les conférences que le CPC organise périodiquement depuis des années : éducation, transports, retraite, parc des Calanques, astronomie, théorie de l’évolution… (pour ne citer que les thèmes des dernières conférences). Ignorer volontairement cette dimension c’est nier l’existence d’une vie intellectuelle locale et indépendante. Cette ambition est un enjeu majeur qu’il serait criminel de péjorer et de négliger. Voilà pourquoi ce type d’activité relève entièrement de l’action culturelle, celle qui ouvre l’esprit à d’autres formes de pensée, qui jette des ponts et qui met en valeur des pistes pour un avenir commun maîtrisé et contrôlé.

Il ne peut y avoir, ni à Carnoux ni ailleurs, de culture officielle, décrétée par quelques-uns. Cette culture, en consonance avec les modes existantes, se contente alors de pratiques conventionnelles. Une culture ouverte permet, en revanche, un débat permanent et conduit à la compréhension là où résident les préjugés, l’amalgame, la confusion, l’entre-soi.

Les associations qui recherchent une saine confrontation en sont les principaux acteurs… A condition de ne pas les empêcher de se faire connaître avant de s’exprimer.

Il faut le dire et l’imposer : toutes les associations, sans distinction aucune, constituent le véritable patrimoine vivant de Carnoux. Une grande partie de ce vivier est resté ignorée du visiteur.

Il faut savoir que dans les villes de Roquefort la Bédoule, Cassis, La Ciotat et Gémenos, toutes les associations sont présentes à leur propre forum des Associations. Après 12 ans d’absence le forum des Associations de Carnoux a raté son grand retour, par frilosité outrancière et déni démocratique.

LCS (Le citoyen sourcilleux)

21 septembre 2010

Associations de Carnoux : le tri sélectif progresse…

19 septembre 2010

Au cours du dernier conseil municipal qui s’est tenu à Carnoux jeudi 16 septembre 2010, il a été fait mention des résultats du tri sélectif des ordures ménagères qui permet sur Carnoux un taux de recyclage relativement élevé par rapport au reste de la communauté urbaine où ce taux reste dramatiquement bas et très inférieur aux objectifs affichés. A ce motif de satisfaction, largement dû au civisme des carnussiens et qu’il convient de saluer même si la marge de progrès reste conséquente, la municipalité peut désormais aussi s’enorgueillir de pratiquer avec beaucoup de succès un véritable tri sélectif parmi les nombreuses associations qui fleurissent à Carnoux…

Samedi 18 septembre se tenait sur la place Lyautey le forum des associations organisé par la municipalité, avec pour objectif de faire davantage connaître les multiples associations à caractère sportif ou culturel implantées à Carnoux. Une initiative classique dans la plupart des communes en cette période de rentrée, mais qui n’avait pas eu lieu à Carnoux depuis plusieurs années. L’idée de relancer un tel rassemblement était donc tout à fait louable et le Cercle progressiste carnussien avait exprimé son souhait d’y participer à l’occasion d’une rencontre préparatoire qui avait eu lieu à l’automne dernier. La réponse du maire et de son adjoint en charge de l’organisation, Monsieur Tumayan, avait été néanmoins sans appel : le Cercle étant considéré comme une association « politique » n’avait pas sa place dans une telle manifestation destinée à mettre en avant exclusivement les organisations à caractère sportif ou culturel, principalement à destination des enfants pour les inciter à exercer des activités extrascolaires.

La qualification de « politique » est quelque peu contestable pour une association qui a été créée, rappelons-le pour « favoriser l’information, la participation et les rencontres entre citoyens, créer des lieux permanents de débats relatifs à l’évolution de la société, tant sur les aspects sociaux, culturels, éducatifs, économiques que sur les grands enjeux planétaires, et développer la démocratie participative ». La principale activité du Cercle, outre la diffusion périodique d’une lettre d’information et l’animation d’un blog collectif, consiste à organiser sur Carnoux des conférences d’accès libre et gratuit sur des thèmes très variés et susceptibles d’intéresser un large public. Citons ainsi parmi les récentes conférences organisées par le Cercle : « Darwin et la théorie de l’évolution : héritage et dérives », « Les planètes du système solaire vu par les sondes spatiales » ou encore « Parc national des calanques : quels enjeux pour Carnoux ? ».

Tout est politique certes, objecteront certains, encore faut-il savoir ce que regroupe cette notion de « politique ». Chacun sait que l’équipe municipale actuelle, dont les représentants siègent à la communauté urbaine dans le groupe politique de l’Union pour une action communautaire dirigé par Renaud Muselier, sont totalement « apolitiques » comme ils se plaisent à le répéter sans pourtant cacher leur proximité avec la Droite. Mais il va de soi à Carnoux qu’un citoyen ayant une sensibilité de gauche est par définition un dangereux activiste ultra politisé et que toutes ses actions, même les plus anodines, sont nécessairement orientées et éminemment suspectes.

Le Cercle progressiste a donc fait son deuil de sa participation à ce forum des associations mais a observé avec intérêt les échanges qui se sont déroulés à ce sujet au cours du dernier conseil municipal. Interrogé par un élu d’opposition qui regrettait qu’une association caritative carnussienne n’avait pas été invitée à participer à ce forum malgré sa forte implication dans la vie sociale locale, Monsieur Tumayan avait répondu que ce forum avait été volontairement limité aux seules associations à vocation principalement sportive. Le maire avait néanmoins pris bonne note de cette volonté d’élargissement et avait promis en séance que la prochaine édition de ce forum serait élargie à l’ensemble des associations de Carnoux.

Le stand de Carnoux racines…

Le Cercle progressiste carnussien se réjouit naturellement de cette promesse solennelle de Monsieur Giorgi. Ceci dit, il semble que certains des stands installés sur la place Lyautey à l’occasion du présent forum aient échappé à la vigilance de Monsieur Tumayan. On voit mal en effet quelles activités sportives offrent à leurs adhérents le Lions Club ou l’association Carnoux Racines, pourtant en bonne place dans ce forum… Espérons que la prochaine édition du forum des associations à Carnoux fera preuve d’un peu plus d’ouverture d’esprit !

L.V.

58 cm d’espace….. Espace…?

18 septembre 2010

De nouveaux sièges pour gagner de la place dans les avions…

position quasiment verticale

Ni vraiment debout mais pas complètement assis… C’est la position proposée par un constructeur italien de sièges d’avions, qui pense avoir trouvé la solution miracle pour entasser encore plus de passagers dans l’espace déjà réduit des avions de ligne.
Composé d’une assise inclinée et d’un fin dossier, le siège « SkyRider » de la société italienne Aviointeriors oblige le passager à se tenir dans une position quasiment verticale, permettant de gagner de précieux centimètres entre les rangées. Alors que les sièges de classes économiques sont espacés aujourd’hui de 70 centimètres en moyenne, Aviointeriors promet de ramener cette distance à 58 cm.

Comme dans un scooter
Le SkyRider « est conçu pour un nouveau type de classe économique. La position est similaire à celle que l’on adopte en scooter », ajoute la société, qui a dévoilé son produit lors d’un salon d’équipement aéronautique à Long Beach (Californie).

Ryanair voulait des places debout
Michael O’Leary, le patron de la compagnie à bas coût irlandaise Ryanair, avait déjà prévenu qu’il ne verrait aucun inconvénient à créer des places debout dans les avions. Mais la décision serait sans doute rejetée par l’Union Européenne, pour des raisons de sécurité.

Inconfortable

un maximum de passagers dans l'appareil..?

La solution mi-figue mi-raisin – mais tout aussi inconfortable – d’Aviointeriors prétend mettre tout le monde d’accord. « Le SkyRider a été conçu pour permettre de réduire encore le prix des tickets sans sacrifier la rentabilité, en permettant d’embarquer un maximum de passagers dans l’appareil, conformément aux règles de sécurité », affirme la compagnie.

Monsieur le Président….

17 septembre 2010

Explications de Martine Billard sur le vote de la réforme des retraite.

Monsieur le Président, dans cet hémicycle, il y a des groupes politiques, il y a aussi des députés non inscrits et au nom de notre groupe je proteste contre le traitement qui est fait à ces députés non inscrits qui sont tout aussi légitimes que les autres députés, qui sont aussi des élus du  peuple.

Monsieur le Président, au nom du groupe GDR, des députés communistes, républicains, du Parti de Gauche, des Verts et des ultras marins, je proteste solennellement contre votre putsch de ce matin sur ordre de l’Elysée.

Le gouvernement est aux abois, empêtré dans le maquis des affaires et les règlements de compte internes à votre majorité. Vos tentatives de diversions en excitant les relents xénophobes sur le dos des populations roms, que vous désignez à la vindicte populaire, n’ont  pas réussi. Des dizaines de milliers de manifestants vous l’ont dit le 4 septembre. Vous jetez la honte sur notre pays. Qui a dit le « présumé coupable », bafouant ainsi les valeurs de la république ? C’est Brice Hortefeux le ministre de l’intérieur.

Face à la montée du rejet de votre texte sur les retraites par les français, dont nous sommes tous des représentants dans cet hémicycle, y compris les députés non inscrits, il ne vous reste que l’autoritarisme et le manque de courage. Où est le Premier Ministre en ce moment, alors que nous allons voter cette contre réforme antisociale ?

Depuis le début, vous avez tout fait pour museler le débat :

–       aucune négociation avec les syndicats mais un simulacre de discussion

–       un examen en commission fin juillet pour empêcher le débat avec la nation

–       une seule lecture, tellement vous êtes pressés d’imposer votre contre réforme et tellement vous avez peur de l’expression du peuple français.

–       l’imposition, une fois de plus, du temps limité. Depuis ce matin, votre agence de com vous fait répéter en boucle que la démocratie moderne c’est de délibérer à la va vite. Alors si c’est ça votre modernité, nous vous la laissons !

–       62 heures de débat : moins de 7 minutes par député. C’est ce que vous appelez la démocratie.  Alors oui chers collègues, la démocratie est en berne.

Votre gouvernement est un gouvernement de menteurs, du Président de la République à l’arrière-ban des ministres.

  • Mensonges ! Mensonge sur vos comparaisons européennes
  • Mensonge sur la démographie
  • Mensonge à propos de la situation des femmes devant la retraite
  • Mensonge sur les fonctionnaires
  • Mensonge sur la pénibilité
  • Mensonge sur la médecine du travail
  • Mensonge sur l’efficacité financière de votre réforme

L’équité pour vous, cela s’applique toujours entre pauvres. Mais lorsqu’il s’agit de taxer les richesses, l’équité disparaît.

Ce mépris des élus du peuple, des syndicats et du peuple tout entier est insupportable.

Vous avez ajouté la régression démocratique à la régression sociale.

Les Français refusent votre loi :

  • 57% sont contre le report de l’âge de la retraite à 62 ans,
  • 65 % contre le passage à 67 ans pour toucher une retraite sans décote.
  • Les deux tiers jugent vos concessions sur la pénibilité et les carrières longues insuffisantes.

A la dernière minute, des amendements scélérats ont été introduits, sans aucune négociation avec les syndicats, pour casser la médecine du travail. Une fois de plus, lorsque le Medef bloque tout accord, vous nous imposez sa loi.

De même, votre asservissement au marché et aux compagnies d’assurance vous conduit à imposer la retraite par capitalisation aux français qui la refusent. Votre objectif, malgré tous vos mensonges, est la casse de la retraite par répartition, solidaire et contributive.

Ce sont toujours les mêmes qui trinquent ! 80% de l’effort pour les salariés et le travail, 7% seulement pour les hauts revenus. Ce sont les femmes, les jeunes, les retraités les plus pauvres à qui vous demandez de se serrer la ceinture, pas à vos amis du Fouquets, du Bristol et du Premier Cercle.

Le 24 juin, près de 2 millions de travailleurs étaient dans la rue pour exprimer leur refus.

Pendant tout l’été la mobilisation a continué.

Les députés du Parti Communiste et du Parti de Gauche ont rencontré un accueil chaleureux lors de la signature de la pétition de soutien à leur proposition de loi pour la retraite à 60 ans. Cette pétition a rassemblé 120 000 signatures. Et nous avons ainsi montré qu’il y avait 3 projets.

Le 7 septembre, près de 3 millions de manifestants ont renouvelé leur opposition. 70% des français souhaitent la poursuite de ces mobilisations. Le 23 septembre, des mouvements de grève sont déjà annoncés dans plusieurs branches y compris dans le secteur privé. Nous serons à leur côté.

Et aujourd’hui, nous votons contre ce texte.

Et nous sommes très fiers, devant vous qui allez asséner ce sale coup au peuple français, d’avoir été à la rencontre des manifestants tout à l’heure Place de la Concorde pour leur dire que nous sommes avec eux pour défendre les vrais idées de progrès : la retraite à 60 ans à taux plein, sans allongement de durée de cotisation et sans décote. La retraite ce n’est pas une aumône. C’est un droit et c’est possible. Vous avez perdu cette bataille devant l’opinion publique. Les sénateurs vont reprendre le flambeau pour ce qui est du Parlement. Et vous serez obligés de reculer.

Mercredi, 15 Septembre 2010 00:00 MARTINE BILLARD


1 contre 70 et 329 contre 233…..

16 septembre 2010

Inondations dans les Bouches-du-Rhône : le Département va débloquer un million d’euros.

Inondation à Saint Andiol

C’est ce qu’a annoncé Jean-Noël Guérini, hier, aux maires des communes sinistrées.

Un million d’euros. Autour des maires des communes sinistrées du nord de département réunis hier après-midi en mairie de Noves, le président du Conseil général a dévoilé le montant du budget qui sera voté, en octobre prochain, pour réparer les dégâts causés, la semaine dernière, par les inondations. « Et je vous le dis: dès que ce sera voté, on démarre les travaux dans la minute qui suit« , a annoncé Jean-Noël Guérini, après avoir fait un tour de table pour mesurer la situation dans chacune des communes sinistrées.

Bernard Tapie s’offre mieux que le Phocéa

A peine le versement de 210 millions d’euros à Bernard Tapie confirmé par  la ministre de l’Economie Christine Lagarde, voilà que le Canard

Reborn (renaissance en anglais….!)

enchaîné nous apprend que « Nanard » s’est offert un yacht de 70 millions d’euros,  le Reborn. Un puissant yacht de 70 mètres, totalement restauré, avec 14 cabines pour les invités, salle de gym ou encore ciné. Et qu’il a acquis « moitié prix » ! Une affaire comme celle-là, ça ne se refuse pas. Surtout quand on peut se le permettre sans même avoir encaissé le fameux chèque de l’Etat, à moins qu’il ne lui ait versé bien avant de l’officialiser, puisque selon le Canard Bernard Tapie a fait cette acquisition « en début de cette année« …

Une renaissance donc ? A suivre. Une revanche plus sûrement, et un placement à l’en croire, puisqu’il souhaiterait le revendre dès le mois prochain après l’avoir fait restaurer… On ne se refait pas !

Réforme des retraites : l’Assemblée a adopté le projet de loi

L’Assemblée nationale a adopté la réforme des retraites, l’un des textes-phare du quinquennat, par 329 voix contre 233 en première lecture, mercredi après-midi 15 septembre, dans une ambiance survoltée.

Fidel Castro : « Supposons que Sarkozy devienne soudain fou… »

15 septembre 2010

L’ex-président cubain s’inquiète du fait que le chef de l’Etat français a « aussi une mallette avec les codes pour lancer une des 300 bombes nucléaires qu’il possède ».

L’ancien président cubain Fidel Castro affirme dans un article publié lundi 13 septembre que les expulsions de Roms de France montrent que le président français Nicolas Sarkozy est en train de devenir « fou », et s’inquiète de sa puissance nucléaire.

La Une du Nouvel Obs.

Fidel Castro rappelle « que la France est la troisième puissance nucléaire de la planète » et affirme que « Sarkozy a aussi une mallette avec les codes pour lancer une des plus de 300 bombes qu’il possède ».

La menace d’une guerre nucléaire

« Supposons que Sarkozy devienne soudain fou, comme il semble que cela est en train de se passer. Que ferait dans ce cas le Conseil de sécurité des Nations unies, avec Sarkozy et sa mallette? », se demande le leader de la révolution cubaine dans l’île communiste.

Sarkozy a récemment ordonné le renvoi de Roms de France vers la Roumanie et la Bulgarie, ce que le reste de l’Europe a condamné.

« Est-ce que cela a un sens moral et éthique de lancer une attaque contre l’Iran, qu’ils condamnent pour son intention présumée de fabriquer une arme de ce type? Où est la sagesse et la logique de cette politique? », demande le dirigeant cubain, qui agite depuis plusieurs mois la menace d’une guerre nucléaire en cas d’attaque contre l’Iran.

Néandertal, Cro-Magnon et Sarkozy

14 septembre 2010

Le président de la République a parlé durant une vingtaine de minutes, hier vers 14 heures, dans l’amphithéâtre du Pôle international de la préhistoire des Eyzies, en Dordogne. Un discours public qui faisait suite à sa rencontre à huis clos avec un groupe de paléontologues et d’historiens. Un texte préparé par l’équipe de son conseiller, Henri Guaino, et dont Nicolas Sarkozy s’est très souvent échappé, préférant s’adresser directement à la salle sans regarder ses notes.

Lors de l’une de ces improvisations, durant laquelle il a fait en plaisantant un rapprochement entre le

tout cela a visiblement inspiré notre président…!

physique d’Yves Coppens et ceux des hommes qui ont dessiné Lascaux, il a évoqué sur un ton badin « le Néandertalien, qui avait bien compris qu’il faisait bon vivre ici, que le climat était plus tempéré et qu’il devait y avoir du gibier ». Pas de chance pour le président de la République, l’homme de Néandertal a certes colonisé le bassin aquitain, mais il s’est éteint plus de 13 000 ans avant celui qui a dessiné Lascaux : l’homme de Cro-Magnon (Homo sapiens). Quant à la température, elle était plus glaciale que tempérée à cette lointaine époque. Toutefois, l’erreur du chef de l’État n’en est pas totalement une. Si l’homme de Lascaux n’a pas connu Néandertal, la récente découverte d’une équipe internationale de généticiens suggère très fortement que la lignée Homo sapiens porte une petite partie du patrimoine génétique de Néandertal, entre 1 et 4 %. Il est donc probable que Cro-Magnon et nous (la même lignée Homo sapiens) portions une infime part de Néandertal… Et pas seulement Yves Coppens.

Et dire que pendant huit ans, les Français se sont moqués de George Bush…

Sarkozy, l’incroyable président qui rétrécit…!

13 septembre 2010

Un édito du journal britannique The Economist descend Nicolas Sarkozy en flèche. « L’incroyable président qui rétrécit », titre celui-ci dans son nouveau numéro.

C’est un tout petit Sarkozy qui apparaît en Une de The Economist, cette semaine. Aux côtés d’une Carlita

géante, le président français est minuscule avec son chapeau de Napoléon surdimensionné.

« Quand Nicolas Sarkozy est apparu pour la première fois dans la conscience politique française, il ne ressemblait à aucun autre dirigeant récent ayant existé dans le pays », écrit le journal britannique. « Il osait dire aux Français ce qu’ils ne voulaient pas entendre: qu’ils devaient travailler plus, prendre plus de risques, promouvoir les minorités ethniques, être plus gentils avec les Américains », ajoute l’éditorialiste.

Mais aujourd’hui tout a changé, précise encore le journaliste britannique. Pour lui, Nicolas Sarkozy a rétréci. « Après moins de trois ans de pouvoir,  Sarkozy n’est plus que l’ombre du réformateur qu’il était ». Le journal va jusqu’à affirmer que maigres sont les chances d’une réélection en 2012.

Le journal titre sa Une avec la boutade: The Incredible shrinking president ( l’incroyable président qui rétrécit).

Ils n’ont pas pensés à acheter le mot-clé « Bouffons » ?

12 septembre 2010

Depuis l’opération de police au siège de l’UMP dans le cadre de l’affaire Bettencourt/Woerth, l’UMP a décidé « par tous les moyens » de traquer toutes les occurrences du terme « perquisition », employé, selon le parti, abusivement.

Après l’opération de police au siège de l’UMP, le parti majoritaire a acheté le mot-clé « perquisition » sur Google. Information relayée dans la presse vendredi 10 septembre.

« A partir du moment où, en terme de communication, vous ne voulez pas laisser un mot utilisé à tort, vous

L'UMP achète le mot-clé "perquisition"

déployez tous les moyens« , y compris l’achat d’un mot-clé au principal moteur de recherche sur internet, a-t-on expliqué à l’UMP. Car depuis la visite des enquêteurs, mercredi, rue de la Boétie, dans le cadre de l’affaire Bettencourt / Woerth, l’UMP traque toutes les occurrences du terme « perquisition », employé selon le parti abusivement en lieu et place de « transport d’enquêteurs ». Une expression dont le mot-clé n’a en revanche pas été acheté par l’UMP.

Du coup, lorsque l’on tapait, vendredi matin, le mot « perquisition » sur Google, apparaissait aussitôt un lien publicitaire proclamant « l’UMP pas perquisitionnée », qui renvoyait sur le site du parti. Où l’on nous expliquait que « l’UMP avait juste répondu à une demande du procureur de la République ».

Dans une vidéo, le directeur général du parti, Eric Césari, expliquait que les trois enquêteurs de la brigade financière venus consulter les archives de l’UMP avaient « sollicité un rendez-vous » pour ce « transport d’enquêteurs » ordonné par le parquet de Nanterre.

Le lien publicitaire a été retiré dans l’après-midi.

Lors des prochaines élections présidentielles l’Ump achètera le mot « DÉFAITE » histoire de se remonter le moral…..!

Réforme des retraites : C’est fait.

11 septembre 2010

Les députés français ont adopté vendredi l’article-clé du projet de loi de la réforme des retraites qui porte l’âge légal de départ de 60 à 62 ans à l’horizon 2018, malgré l’importante mobilisation de la rue.

Le texte reporte également de 65 à 67 ans l’âge permettant d’obtenir une retraite à taux plein quel que soit le nombre de trimestres cotisés, une disposition -l’article 6- qui a été adoptée vendredi en séance de nuit par les députés.

A l’issue d’un long débat, l’article 5 du projet de loi a été adopté à main levée trois jours après le succès des grèves et des manifestations qui ont vu défiler mardi de 1,1 à 2,7 millions de personnes contre la réforme des retraites.

L’article 6 a lui aussi été adopté par un vote à main levée après un long débat.

Pour ces deux articles, l’UMP et le groupe du Nouveau centre (NC) ont voté pour, les groupes de gauche ont voté contre.

« Nous sommes clairement opposés à cette mesure totalement injuste et totalement inadaptée à la réalité sociale de notre pays », a dit la socialiste Marisol Touraine à propos du report à 62 ans de l’âge légal de départ à la retraite.

Les députés de la majorité ont ainsi suivi le Premier ministre François Fillon, qui a exclu jeudi toute concession sur les « mesures d’âge ». Ces dernières représentent l’essentiel des économies de 18,6 milliards d’euros que le gouvernement compte faire à l’horizon 2018 grâce à sa réforme.

Le gouvernement explique que tous les pays européens ont relevé l’âge de départ à la retraite, à commencer par l’Allemagne, où le seuil a été porté à 67 ans, et ne s’est dit prêt à bouger que sur la pénibilité et les carrières longues.

« Je pense qu’aujourd’hui lâcher autre chose, ça veut dire ne plus assurer le financement des retraites », a dit François Fillon en expliquant que si l’on ne faisait rien le déficit serait de 45 milliards d’euros par an en 2020.

amplifier le processus de mobilisation pour obtenir des mesures justes

Communiqué commun

Retraites : et ils nous donnent des leçons !

10 septembre 2010

Quelques retraites de grands patrons :

  • Lindsay Owen-Jones (L’Oréal) : 3,3 millions d’euros de retraite par an depuis l’âge de 60 ans.
  • Franck Riboud (Danone) : 1,8 million d’euros de retraite par an.
  • Henri de Castries (AXA) : retraite prévue d’1,1 million d’euros annuels.
  • Denis Kessler (réassureur Scor), ancien vice-président du MEDEF : 800 000 euros de retraite par an.
  • Jean-François Dehecq (Sanofi-Aventis) : retraite prévue 770 000 euros de retraite annuels.
  • Henri Proglio (Véolia environnement) : 769 000 euros de retraite par an qu’il cumule avec un salaire de PDG d’EDF de 1,6 millions d’euros annuels.
  • Louis Schweitzer (Renault) : 900 000 euros de retraite par an.
  • Martin Bouygues (Bouygues) : retraite prévue de 740 000 euros annuels.
  • Noël Forgeard (EADS) : 1,1 million d’euros de retraite par an depuis l’âge de 57 ans.
  • Arnaud Lagardère (Lagardère) : retraite prévue de 560 000 euros annuels.
  • Bertrand Collomb (Lafarge) : 1 million d’euros de retraite par an.
  • Antoine Zacharias (Vinci) : 2,1 millions d’euros de retraite par an.
  • Claude Bébéar (AXA) : 434 000 euros de retraite par an.
  • Jean-Cyril Spinetta (Air France) : retraite prévue de 442 000 euros annuels.
  • Henri Lachmann (Schneider Electric) : 520 000 euros de retraite par an.
  • Bruno Bich (BIC) : 445 000 euros de retraite par an depuis l’âge de 57 ans.
  • Axel Miller (Dexia) : retraite prévue de 532 000 euros annuels.
  • Benoît Potier (Air Liquide) : 832 000 euros de retraite par an.
  • Jean-Martin Folz (PSA) : 800 000 euros de retraite par an depuis l’âge de 57 ans.
  • Daniel Bouton (Société Générale) : retraite prévue de 700 000 euros annuels.

«La rente du PDG est en général calculée sur la base de ses trois derniers salaires (primes comprises), quand le commun des salariés doit produire ses 25 meilleures années», relève Capital, qui rappelle que les groupes font des provisions pour pouvoir verser à l’avenir les rentes promises.

On pourrait peut-être aller chercher l’argent où il est pour faire aussi les provisions pour les retraités et futurs retraités français ?

Source le journal du net (qui détaille toute les retraites détaillées de tous ces grands patrons).

Retraites : rassurer les marchés quitte à désespérer la rue…

9 septembre 2010

mobilisation impressionnante

Une mobilisation impressionnante mardi sur le Vieux Port pour protester une nouvelle fois contre le projet de réforme des retraites qui arrive en discussion à l’Assemblée Nationale mais qui est jugé injuste par deux-tiers des français selon les derniers sondages publiés. De l’ordre de 200 000 manifestants selon les syndicats s’étaient ainsi rassemblés mardi 7 septembre en bas de la Canebière formant une marée humaine assez impressionnante qui s’est écoulée pendant plusieurs heures jusqu’à la place Castellane en passant par la rue de la République, la Porte d’Aix, la Gare Saint-Charles et le cours Lieutaud.

Comme lors de la précédente manifestation du 24 juin, l’ambiance joyeuse et bon enfant de la manifestation cachait mal une profonde colère de la plupart des participants contre une réforme qui apparaît aux yeux de tous comme une formidable régression dont le seul objectif est de rassurer les marchés financiers quant à l’équilibre macroéconomique des comptes publics au détriment de la justice sociale.

Le gouvernement justifie par des arguments purement démographiques sa volonté de reculer encore davantage l’âge de départ en retraite afin d’intégrer l’allongement progressif de la durée de vie. Mais les français ne sont pas dupes et tout le monde a compris que la véritable raison du déficit actuel des caisses de retraites (32,3 milliards d’euros en 2010) est la crise financière et économique de ces dernières années, dont les responsabilités sont à rechercher plutôt du côté des banquiers et des spéculateurs. Compenser ce déficit en reculant l’âge exigé pour partir en retraite et celui permettant de bénéficier d’une pension à taux plein est un leurre qui ne tient pas compte du chômage des jeunes et du taux d’inactivité record des français de plus de 55 ans. L’effet mécanique d’une telle mesure sera nécessairement d’aggraver la baisse des pensions, tout en pénalisant davantage les femmes, souvent victimes de carrières incomplètes ou fractionnées, et les travailleurs ayant commencé tôt et ayant exercé des métiers pénibles.

Dans ce contexte, des mesures sont effectivement nécessaires pour rétablir l’équilibre financier des

On s’est battu pour la gagner, on se battra pour la garder.

caisses de retraites afin de sauvegarder notre régime de retraite par répartition, et personne ne nie cette nécessité. Mais la majorité des salariés réclame une réforme plus juste et plus réaliste, qui fasse davantage participer les revenus du capital et les banques, tout en reposant également sur une hausse modérée et progressive des cotisations patronales et salariales. L’allongement progressif des durées de cotisation exigées pour obtenir une pension à taux plein, voire des mesures incitatives pour permettre à certains de rester en activité plus longtemps, ne sont pas forcément des tabous pour de nombreux salariés, mais à condition bien évidemment que l’effort soit justement réparti.

Espérons que le gouvernement saura enfin entendre ce message de sagesse et ne s’arcboutera pas sur des positions intenables et d’autant plus inacceptables qu’elles sont défendues par un ministre empêtré dans des accusations graves de conflit d’intérêt et d’incitation à la fraude fiscale…

L.V.

Manif contre la réforme

8 septembre 2010

Tout est résumé dans cette pancarte photographiée lors du défilé à Marseille :

Tout est dit....!

Sarkozy à nouveau « trou du cul » du web

7 septembre 2010

Nicolas Sarkozy est à nouveau victime depuis ce week-end d’un « google bombing », un référencement sauvage qui fait apparaître sa page Facebook en tête des résultats Google liés aux mots-clés « trou du cul ».

Google Bombing…

Le phénomène ne dure jamais plus de quelques jours, mais il fait mal à la com’. Le président français, dont le gouvernement entame une semaine périlleuse (retraites, sécurité) après des semaines difficiles (affaire Bettencourt, Roms), n’avait pas besoin de ça. Un « Google bombing ». Relevant plus de la mauvaise blague que du piratage, ce phénomène fait correspondre un mot-clé et un résultat à priori peu cohérents. « Trou du cul » et l’adresse de la page Facebook de Nicolas Sarkozy, par exemple.

Comment ça ? Par l’action conjuguée de sites internet et d’internautes : plus ils sont nombreux à associer le mot-clé et l’adresse choisis, et plus le système d’exploitation de Google fait remonter cette référence dans la hiérarchie de ses résultats. « Parfois, en faisant appel à cette pratique, des farceurs peuvent générer des résultats étranges », a tenu à souligner Google dans un communiqué. « Dans ce cas précis, un certain nombre de webmestres ont utilisé l’expression en question pour pointer vers la page Facebook de Nicolas Sarkozy, la faisant ainsi remonter parmi les résultats de recherches liés à cette requête ». « Nous ne soutenons pas cette pratique, ni aucune autre visant à altérer l’intégrité de nos résultats de recherche, mais en aucun cas cette pratique n’affecte la qualité générale de notre moteur de recherche dont l’impartialité reste, comme toujours, au centre de notre action », a souligné Google.

Le moteur de recherche indique que ses résultats « sont générés par un algorithme qui classe, entre autres, les pages web en tenant compte de la relative popularité des sites qui pointent vers ces pages », comme il l’avait déjà expliqué en juillet 2009, alors que le président français était la cible de la même pratique, qui renvoyait vers le site de sa campagne (sarkozy.fr).

Voir aussi le nouvel obs et libé