Posts Tagged ‘Conférence’

Écho de conférence : Pourquoi se focaliser sur la dette publique ? Quel modèle économique pour le service public ?

3 juin 2018

Le conférencier invité par le Cercle Progressiste Carnussien, ce 24 mai 2018, pour ce sujet d’actualité, était Alain Beitone, déjà invité en janvier 2015. Michel Motré, Président du CPC, a rappelé en introduction le parcours de notre invité : professeur de sciences économiques et sociales en classes préparatoires au lycée Thiers de Marseille, formateur à l’IUFM d’Aix-Marseille, chargé de cours à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, et rédacteur de manuels d’économie, en collaboration avec d’autres auteurs.

L’auditoire, très attentif, a ainsi été immédiatement séduit par le côté pédagogique et la clarté de l’exposé d’Alain Beitone, sur un sujet pourtant d’un abord complexe pour les non initiés aux subtilités des processus économiques.

Alain Beitone en conférence à Carnoux le 24 mai 2018 (photo © Cercle progressiste carnussien)

Le mot «dette» engendre des réactions souvent vives, auprès d’un public pas toujours bien informé par les médias ou influencé par les partis politiques et responsables gouvernementaux qui tentent de justifier leurs orientations concernant la dépense publique, à des fins peu en rapport avec l’intérêt général. Mais de quoi parlons-nous lorsque nous évoquons la «dette» ?

– Une dette est un engagement, d’un État ou d’un particulier, à rembourser, à terme, un créancier, moyennant en général le paiement d’un intérêt.

– Il faut distinguer la dette «brute», qui est le total dû, d’une dette «nette» qui est la différence entre la dette brute et le total des créances détenues sur d’autre agents économiques et qui pourraient, dans certains cas annuler cette dette.

– A l’origine, une dette résulte d’un transfert monétaire à partir d’une épargne ou est le résultat d’une création monétaire. Ainsi, le billet de banque est une créance qui sert aux échanges économiques. L’économie repose donc sur une dette liée au flux de cette monnaie.

– Qu’est-ce que le taux d’intérêt ? C’est le prix du risque et du temps, c’est le prix d’un service.

– Qu’est-ce que le déficit public ? Dans le budget d’un État c’est le résultat (solde négatif) de la différence entre ses recettes et ses dépenses publiques. C’est donc un flux.

– Ne pas confondre ce déficit avec la dette publique qui est une accumulation, au cours du temps, de la totalité des engagements d’un État (les administrations centrales, locales et de sécurité sociale), à une date déterminée, et qui est donc un stock.

Pour comparer et suivre l’évolution de cette dette publique, il est communément admis d’utiliser un indicateur qui est le rapport entre le montant de la dette publique et celui du produit intérieur brut (PIB). Cet indicateur est cependant discutable car il rapporte le stock de dettes (remboursable sur plusieurs années) au flux annuel de production de l’économie.

Crise bancaire : un dessin de Lasserre

Il convient aussi de faire la différence entre la dette publique, qui est contractée par les agents publics agissant pour l’État, les collectivités locales ou la sécurité sociale, et la dette privée, qui est contractée par les entreprises et les particuliers (auprès des banques ou sur les marchés financiers). Il faut distinguer aussi la dette intérieure (contractée auprès d’agents résidents sur le territoire) et la dette extérieure qui appel à l’épargne d’organismes financiers de pays étrangers.

Ce dernier élément est illustré par l’attitude des États-Unis qui, depuis des décennies du fait de la faiblesse de leur d’épargne intérieure, ont emprunté au Japon et maintenant à la Chine, via l’émission de bons du trésor, afin de financer leur activité économique.

Le problème de la dette a pris une ampleur exceptionnelle, en 2007-2008, à l’occasion de la crise des subprime aux États Unis, qui est le résultat d’une crise de la dette privée où des prêts (immobiliers essentiellement) ont été consentis à des personnes insolvables. Suite aux saisies en grand nombre effectuées par les banques pour se rembourser, le marché s’est écroulé, les prix ont baissé et les banques n’ont plus réussi à couvrir leurs actifs, impactant toutes les banques mondiales par effet dominos.

Cela illustre le fait que l’économie suit des cycles en fonction de mouvements spéculatifs perturbant la capacité des États à rembourser les intérêts et le capital de la dette. Il est à noter que, pour les créanciers, la capacité des tats (ou des particuliers) à rembourser les intérêts est une garantie primordiale ce qui explique le fait qu’ils continuent à leurs accorder du crédit.

Un autre fait majeur, lié à la variation des taux d’intérêts, est la crise de la zone Euro en 2010, qui a touché cruellement la zone sud de l’Europe, et la Grèce d’une manière catastrophique. Mais cette crise n’est pas non plus une crise de la dette publique. Elle résulte d’une divergence des taux d’intérêts entre pays européens, alors que ces taux avaient pourtant convergé au moment de la création de l’Euro, mais sans qu’il soit tenu compte de la polarisation des zones économiques dans l’espace commun (pays du nord plus riches que ceux du sud). La crise déclenchée en 2010 est donc une crise de la crédibilité de la zone euro. L’arrêt de flux de capitaux en provenance du nord de la zone a précipité ces pays dans une situation inextricable. Il apparaît donc que cette crise est le résultat de choix collectifs, basés sur des décisions politiques, en relation avec une construction européenne imparfaite (absence de solidarité économique).

Évolution de la dette publique brute de différents pays en pourcentage du PIB

Une fois les éléments de vocabulaire et de contexte liés à la notion de dette précisés, Alain Beitone a commenté une série de graphiques retraçant sur plusieurs périodes, depuis la fin de la guerre et plus précisément sur les 10 et 20 dernières années, l’évolution des dettes publiques et privées en fonction du PIB, des taux d’intérêts réels sur les emprunts d’État, ceci dans les différents pays industrialisés tels que les États Unis, le Japon et la zone Euro.

Il en ressort ainsi qu’à part le Japon confronté depuis des années à un phénomène déflationniste, la dette publique de la France, en pourcentage du revenu national net, évolue au même rythme que les autres pays de la zone Euro, mais elle reste supérieure à la dette moyenne des pays de la zone européenne.

Évolution de la dette publique de différents pays en pourcentage du revenu national net (source F. Avaredo, L. Chancel, Th. Piketty, E. Saez, G. Zucman, Rapport sur les inégalités mondiales, éd. Seuil, 2018)

Cette situation est-elle acceptable pour autant ? Qu’est-ce qui explique qu’avec des taux réels d’emprunt proches de 0 % la France a des difficultés à rembourser sa dette ? Il faut remarquer que la France emprunte sur des durées courtes à des taux négatifs qui augmentent après cinq ans pour atteindre 1,5 % à 50 ans.

Pourquoi cette dette publique a-t-elle augmenté ?

Il faut remonter au premier choc pétrolier de 1974 qui a ralenti la croissance, entraînant une montée du chômage, accroissant les dépenses d’indemnisation ainsi que d’autres dépenses sociales. C’était encore la période bénéficiant de l’effet des « 30 glorieuses » où les taux d’intérêts réels étaient réduits par l’inflation, favorisant un effet de levier sur la consommation et de la production : on s’enrichissait en s’endettant !

Dette publique de différents pays européens en pourcentage du PIB (source INSEE)

Mais, à partir des années 80, la politique de désinflation provoque une hausse des taux d’intérêt réel, ce qui a un effet négatif sur la croissance, effet amplifié par la désindexation des salaires sur les prix, ce qui nuit à la consommation des ménages. Durant les années 80 et 90, une certaine stabilité n’a pas pour autant permis d’endiguer le phénomène face aux dépenses sociales accrues dans une période à faible croissance.

A partir des années 2000, l’émission de produits titrisés sur des emprunts liés à la dette privée aux US, annonçant la crise des subprime, a déconnecté le marché financier de l’économie réelle, plongeant les États comme la France, à partir de 2007, à faire des choix délicats dans leurs politiques sociales (financement des retraites, du chômage, aides sociales, etc) et fiscales, avec en particulier une volonté de baisser les impôts (exonérations diverses et baisses de cotisations) pour les plus riches, dans l’espoir (non garanti) d’une reprise des investissements et de l’emploi donc de la croissance (théorie du ruissellement).

Alain Beitone insiste sur le fait que la dette publique n’est pas la dette privée et qu’elle suit un flux quotidien d’emprunts et de remboursements, par l’État français, ce qui permet à chaque emprunt d’être remboursé en moyenne en 7 ans. L’État a donc la maîtrise de ce mécanisme dans le temps, sous condition de gestion équilibrée permettant de s’endetter pour acquérir des actifs et procéder à une redistribution sociale, résultat d’engagements politiques.

Il faut noter que l’administration centrale de l’État n’est pas soumise à un équilibre budgétaire alors que les collectivités locales le sont. La dette publique et la croissance sont liées, les dépenses d’infrastructures de l’État ayant un impact sur l’activité industrielle et les offres créatrices d’activités. Ainsi, en France, en dessous d’un taux de 1,5 % de croissance, on observe que le nombre d’emplois ne croît pas.

Alors comment réduire la dette publique ?

Pour Alain Beitone, la dette publique est soutenable si le taux d’intérêt réel sur la dette est inférieur ou égale au taux de croissance en volume de l’économie, ceci en jouant sur les taux nominaux, sur l’inflation,sur la croissance, et sur la restructuration de la dette.

La Banque Centrale Européenne pourrait ainsi racheter la dette des pays du Sud, ou donner la possibilité aux pays endettés concernés de ne pas rembourser les intérêts (pas de profits à faire), ou leur permettre de rembourser le capital sur une période plus longue. Il s’agit donc de revoir la logique de la construction européenne pour une meilleure solidarité dans la zone Euro et sa réindustrialisation.

C’est donc dans la poursuite de ce raisonnement que notre conférencier s’interroge sur le modèle économique à suivre pour financer les services publics dans notre société ?

Sur quels principes se définit un service public ?

Un article de P. Bauby et J. Boual (« les services publics entre l’État et le marché »), en 1994, met en avant trois principes :

– « la continuité, car la prise en charge d’une activité par le service public tient à l’existence d’un besoin social ou stratégique à satisfaire et implique que l’activité soit régulière et continue.

Un dessin de Thierry Alberti (source © SNEPFSU Toulouse)

– l’égalité, qui repose sur l’extension du principe d’égalité juridique devant la loi et le règlement de la Déclaration de 1789 et exige que les usagers soient placés dans une position égale, sans discrimination ni avantages particuliers ; principe qui entraîne celui de la péréquation des tarifs dans le cadre de la zone couverte par le service public. Se rattachent à ce principe celui de la neutralité des services publics à l’égard de tous les usagers quelles que soient leurs caractéristiques, ainsi que l’obligation de fourniture et l’objectif de minimisation des coûts, un service d’intérêt général n’ayant pas comme but d’être régi par la loi du profit,

la mutabilité, selon laquelle les prestations sont adaptées aux besoins et évoluent en quantité et en qualité. La notion de service public n’est pas statique, mais est une conception dynamique.

En vertu de ces principes, les services publics doivent être au service de l’intérêt général. Ils sont associés à l’idée de monopole, qui en fonde la légitimité : censé être seul capable de satisfaire certains besoins collectifs, le service public tend à un monopole de fait ou de droit »

Si l’on reconnaît la nature spécifique des objectifs des services publics pour certaines activités sociales, alors ils doivent être gérés d’une manière particulière et échapper à une logique marchande. Il s’agit bien d’un choix politique qui peut découler soit d’un intérêt stratégique commun, soit d’une nécessité de solidarité ou d’équité.

Ces choix ne peuvent être faits qu’avec le consentement des citoyens et des responsables politiques, tous devant en assumer les conséquences via le consentement à en payer le coût (cotisations, prélèvements) et la volonté de réduire les inégalités. Le sentiment d’efficacité des services publics sera d’autant plus partagé si la situation s’améliore par une gestion rigoureuse et une coordination des différents acteurs impliqués.

Le public, resté attentif durant l’exposé, profita de cet instant pour poser de nombreuses questions à notre conférencier, interrogé notamment sur les contraintes des directives de l’Union Européenne sur les services non-économiques d’intérêt général. Il existe de fait un protocole annexé au traité de Lisbonne (2007) qui reconnaît « le rôle essentiel et le large pouvoir discrétionnaire des autorités nationales, régionales et locales pour fournir, faire exécuter et organiser les services d’intérêt économique général d’une manière qui réponde autant que possible aux besoins des utilisateurs ». Donc les dispositions des traités européens « ne portent en aucune manière atteinte à la compétence des États membres»

Un public particulièrement attentif aux explications d’Alain Beitone (photo © Cercle progressiste carnussien)

Interpellé sur le contrôle des budgets, Alain Beitone reconnaît que son efficacité est discutable et que des « anomalies » sont constatées. Il se fait ainsi l’écho des propos du public, choqué par de trop nombreux gaspillages et les inégalités de traitement fiscal faites aux entreprises au sein de l’Europe, en particulier en faveur des GAFA, les géants du web. C’est donc bien l’approfondissement de la construction Européenne qui pourrait répondre à ce besoin d’amélioration de nos conditions de vie, souhaitée par beaucoup, en faisant converger de nombreux critères tel que la fiscalité, le traitement du chômage ou les minimum sociaux.

C’est finalement à une heure tardive que tous les participants ont partagé un apéritif, offert par le Cercle, durant lequel Alain Beitone se prêta avec disponibilité et pédagogie pour répondre à toutes les sollicitations. Encore une soirée particulièrement enrichissante pour le public d’une quarantaine de personnes venues à l’invitation du Cercle Progressiste Carnussien.

CM

Publicités

Services publics / Dette bientôt en débat à Carnoux

23 mai 2018

Ce jeudi 24 mai 2018, à Carnoux, Alain BEITONE, économiste et enseignant honoraire de chaire supérieure en Économie à Marseille et à l’Université d’Aix-Marseille abordera deux questions d’actualité : « Pourquoi se focaliser sur la dette publique ? » et « Quel modèle économique pour le service public ? »

Il développera une réflexion sur l’État, sa place dans l’économie, son financement, sa gestion de la dette publique, mais aussi sur les services publics, sujets décisifs pour l’avenir.

Cette conférence organisée par le Cercle progressiste carnussien, accessible gratuitement à tous, se tiendra dans la salle du Clos Blancheton à partir de 18h30. Elle sera suivie d’un échange avec le public et d’un apéritif convivial pour poursuivre les échanges autour d’un verre.

Dette et services publics : une conférence du CPC

5 mai 2018

Le Cercle Progressiste Carnussien organise une nouvelle conférence sur l’économie qui se tiendra à 18h30 le jeudi 24 mai 2018 dans la salle du Clos Blancheton à Carnoux-en-Provence.

 

Alain BEITONE, économiste et enseignant honoraire de chaire supérieure en Économie à Marseille et à l’Université d’Aix-Marseille abordera deux questions d’actualité :

« Pourquoi se focaliser sur la dette publique ? »

« Quel modèle économique pour le service public ? »

Il développera une réflexion sur l’État, sa place dans l’économie, son financement, sa gestion de la dette publique, mais aussi sur les services publics, sujets décisifs pour l’avenir.

Cette conférence sera suivie d’un échange avec le public présent que nous souhaitons nombreux compte-tenu de l’importance des questions traitées.

M.M.

Des télescopes géants pour traquer des univers lointains…

10 mars 2018

Pour cette nouvelle conférence organisée par le Cercle progressiste carnussien le 22 février dernier et qui a attiré un public particulièrement nombreux d’environ 65 personnes, ce sont Jacques Boulesteix et Michel Motré, qui en introduction ont présenté le conférencier, Jean-Gabriel Cuby, astronome au laboratoire d’astrophysique de Marseille et résident à Carnoux. Jacques Boulesteix a rappelé les différents aspects qu’englobe l’astronomie à ce jour, que ce soient l’étude de modélisation théorique de l’univers, la conception d’instruments d’observation et d’exploration, ou l’interprétation des enregistrements collectés.

Présentation du conférencier par Jacques Boulesteix (à gauche) – photo © CPC

Jean-Gabriel Cuby a présenté d’abord l’astronomie comme une science ancienne qui utilise aujourd’hui a besoin des outils spatiaux et des télescopes au sol d’une technologie hyper complexe. Ces moyens ne peuvent être que mis en commun au niveau planétaire pour permettre la poursuite des nombreux programmes d’observation de l’univers en cours et ceux prévus dans le futur.

C’est dans ce domaine que notre conférencier excelle puisqu’il a participé à la mise au point de très grands télescopes, ces dernières décennies, installés dans les observatoires répartis dans différents sites à la surface de la terre, notamment à Hawaii et au Chili.

Cela paraît évident mais c’est l’astronomie qui est à la source de nombreux outils utilisés quotidiennement, qui n’auraient pu être mis au point si le ciel avait été constamment recouvert de nuages ! Ainsi, les lois de la physique n’auraient pu être établies sans l’observation des planètes et leurs trajectoires, ou sans celle des étoiles, qui ont donné naissance aux théories élaborées par des savants comme Galilée, Kepler, Newton jusqu’à Einstein qui a modélisé mathématiquement notre univers. Même le GPS ne pourrait pas fonctionner sans l’apport de la théorie de la relativité…

Dès l’antiquité la connaissance de l’astronomie a permis l’établissement de calendriers, de cartes du ciel pour la navigation, la prévision d’éclipses. Cette connaissance constituait pour ceux qui les possédaient un outil de pouvoir. D’ailleurs les cultes les plus anciens associaient phénomènes célestes et architecture, tant l’influence sur leurs vies et croyances étaient importantes (pyramides, alignements de Carnac, de Stonehenge,..).

Galileo Galilei et deux de ses lunettes qu’il fit construire aux environs de Bologne un peu avant 1610

Depuis des millénaires et encore aujourd’hui, l’œil humain suffit à observer les astres les plus proches de notre système solaire si les conditions météorologiques le permettent. Mais ce n’est que depuis 1610 que Galilée a ouvert une ère nouvelle à l’astronomie avec la mise au point de sa lunette, prémisse des futurs télescopes constamment améliorés par d’autres savants comme Newton.

L’étape majeure se situe au 19ème siècle lorsque Camille Flammarion établit une cartographie de Mars, et c’est l’invention de la photographie qui permit d’enregistrer l’image de la nébuleuse du « tourbillon », qui est en fait la galaxie de la constellation  des Chiens de chasse.

Depuis 50 ans, l’astronomie a multiplié ses moyens d’observation grâce à l’exploration spatiale (en dehors de l’atmosphère terrestre) par des engins que sont les satellites et sondes interplanétaires ainsi que les missions habitées comme Apollo ou la station orbitale internationale, mais aussi via la mise au point de radio-télescopes.

Représentation de la sonde Rosetta et du robot Philae posé sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, surnommée « Tchouri » (source © CNES / illustration David Ducros)

Le télescope Hubble permet d’obtenir des clichés d’une finesse incroyable repoussant de plusieurs années lumières les limites de notre vision de l’univers. Les sondes Giotto, Huygens et Voyager après un voyage de plusieurs années aux confins de notre système solaire, de même que des sondes robotisées, explorent et transmettent leurs données enregistrées sur Mars ou sur la comète « Tchouri », avec la sonde « Rosetta » de l’Agence spatiale européenne (ASE/ESA), dont les données sont traitées précisément par le laboratoire de Marseille.

Dans ses propos, Jean-Gabriel Cuby a beaucoup insisté, en s’appuyant sur la projection de nombreuses photos, sur le parallèle entre le perfectionnement des télescopes (la taille de l’optique) et leurs limites d’observation des objets lointains.

Si la lunette de Galilée avait un diamètre de deux centimètres et demi, le perfectionnement permanent des techniques de fabrication et l’adjonction de nouvelles inventions technologiques permettent d’atteindre aujourd’hui un diamètre de l’ordre de 40 mètres.

C’est par un facteur deux, tous les trente ans, que la performance des matériels est améliorée. Mais ceci nécessite de concevoir différemment ce type de télescope. Comme il reste impossible de construire un miroir de 40 m de diamètre d’un seul bloc, on a choisi de juxtaposer 800 miroirs identiques sur une surface de presque 1 000 m² afin d’obtenir le résultat voulu, mais au prix de prouesses technologiques pour ajuster ces multiples miroirs dont la planéité ne tolère pas d’écart. Par comparaison la tolérance recherchée est celle de l’épaisseur d’un cheveu sur une surface équivalente à celle de la ville de Paris !

Différents télescopes installés autour du Mauna Kea à Hawaii (source © Université d’Hawaï)

Il est par ailleurs crucial d’implanter ces télescopes dans des régions où les conditions sont les plus propices à des observations quasi permanentes en toutes saisons, et surtout pour pouvoir observer des longueurs d’onde moins absorbées en altitude (infrarouge, ultra-violet, ondes millimétriques). C’est donc en haute altitude, sous les cieux les plus secs de la planète qu’ils sont installés, comme dans le désert d’Atacama (à 5 000 m d’altitude) au Chili ou sur le site de Mauna Kea à Hawaii (à 4 000 m d’altitude).

Les pôles constitueraient aussi des sites d’observation favorables, peu pollués et avec de faibles turbulences, mais les conditions climatiques et les difficultés logistiques ne permettent d’y implanter que des instruments de taille modeste.

Les très grands télescopes, bien que très puissants, souffrent néanmoins de l’atmosphère terrestre qui agit comme un « dépoli », modifiant les rayons optiques en provenance de l’espace lointain et élargissant les images. Une technologie récente, « l’optique adaptative » permet d’analyser la perturbation due à l’atmosphère et de la corriger en temps réel en utilisant des miroirs déformables. Si les images ainsi obtenues approchent la qualité des images observées par des satellites, elles ne compensent cependant pas l’absorption de certaines radiations par l’atmosphère terrestre.

En fait, l’astronomie moderne utilise d’une manière très complémentaire trois outils : 

  • les grands télescopes optiques, qui disposent des plus grandes surfaces collectrices et donc peuvent observer les signaux les plus faibles. Ils sont notamment utilisés pour analyser la lumière (spectrographie) pour déterminer la composition et la vitesse des objets célestes ; 
  • les satellites ou sondes spatiales, qui, situés hors de l’atmosphère terrestre peuvent détecter des objets dans des longueurs d’onde inobservables sur Terre ;
  • les radiotélescopes, qui permettent d’observer les atomes d’hydrogène et les molécules et qui nous donnent ainsi des informations sur la matière et la formation des étoiles.

Parallèlement, l’astronomie moderne ne se limite plus à la seule observation du rayonnement électromagnétique (spectre visible et spectre radio).

D’une part, depuis quelques années, on tente d’observer les ondes gravitationnelles (suggérées par Einstein). Le succès de la détection par les instruments LIGO (Etats-Unis) et VIRGO (Europe) de fusions de trous noirs ouvre une nouvelle voie à l’observation d’objets très massifs dans l’univers, invisibles par les télescopes classiques.

D’autre part, les observatoires de détection de neutrinos peuvent permettre d’observer dans les régions les plus denses et les plus absorbées comme le centre galactique. En effet, les neutrinos, particules n’interagissant pratiquement pas avec les autres, peuvent traverser l’univers sans absorption. Encore faut-il pouvoir les observer ! C’est ce qui se fait avec l’expérience Antarès située au large de la Seyne ou Amanda, dans les glaces du pôle sud.

La conjonction de tous ces moyens est une contribution essentielle à la découverte de nouvelle planète et à la compréhension de la formation de l’Univers.

Par comparaison, les télescopes spatiaux présentent de nombreux avantages techniques mais leur coût d’entretien (comme celui de Hubble, en fonction depuis 25 ans) est aussi très supérieur.

Un public captivé par les explications de Jean-Gabriel Cuby (photo © CPC)

Pour réduire les coûts de ces installations gigantesques, tout en développant plusieurs programmes d’observation, la solution réside dans une coopération internationale indispensable, cela par le biais d’alliances entre pays. C’est notamment le cas du projet JWST (James Webb Space Telescope, successeur du Hubble Telescope), télescope spatial déployable de 6,50 m de diamètre, prévu pour 2019 entre la NASA (Etats Unis) et l’ESA (Europe).

Le projet qui tient à cœur de Jean-Gabriel Cuby et sur lequel il insiste davantage, est celui auquel il a travaillé depuis 2004, et qui concerne la conception et la construction du télescope géant européen E-ELT (Extremely Large Telescope), installé au Chili sur le complexe déjà existant d’Atacama (VLT). Ce nouveau concept de télescope révolutionnaire au sol aura un miroir primaire de 39 mètres et sera le plus grand télescope optique au monde, capable d’analyser aussi le proche infrarouge. Il devrait faire considérablement progresser les connaissances astrophysiques en permettant une étude détaillée d’objets tels que les exoplanètes (planètes gravitant autour d’autres étoiles que le Soleil), les premiers objets de l’Univers, les trous noirs super-massifs, ainsi que la nature et la distribution de la matière noire et de l’énergie noire qui dominent l’Univers.

Vue d’artiste du futur Extremely Large Telescope en construction dans le désert d’Atacama (source © L. Calcada / European Southern Observatory / AFP)

Devant être inauguré en 2014 il ne sera mis en service qu’en 2024, démontrant que la difficulté de réalisation d’un tel projet n’est pas seulement d’ordre technique mais aussi financier, politique, logistique et environnemental. Pour un tel projet d’observatoire en astronomie, il faut en effet régulièrement compter une trentaine d’années entre sa conception et l’obtention des premiers résultats escomptés !

Si les retombées scientifiques espérées sont immenses, les avancées techniques et industrielles autorisées par un tel projet sont également importantes, avec la mise au point induite de nombreuses innovations technologiques commercialisables.

Pour conclure, le conférencier a rappellé les enjeux scientifiques que représente l’astronomie : l’étude des galaxies, la découverte des exoplanètes, une meilleure connaissance de l’évolution de l’univers, de son origine, de la notion d’énergie, de la possibilité de vie extraterrestre, avec ce caractère, certes irrationnel, qui touche au domaine du rêve.

Un public particulièrement nombreux pour cette nouvelle conférence du CPC (photo © CPC)

Ensuite le public a posé de nombreuses questions, révélant une curiosité inassouvie et de multiples interrogations sur notre univers, régi par des lois physiques mais ayant toujours cette capacité à émerveiller, d’une façon intemporelle, le simple observateur humain.

L’apéritif partagé par le public à l’issue de la conférence a permis de poursuivre le dialogue dans l’attente d’une autre conférence sur l’astronomie concernant les récentes découvertes faites dans l’univers.

C.M.

La conférence sur les mondes lointains se rapproche…

19 février 2018

Vous qui avez toujours voulu tout savoir sur les mystères de l’univers et la découverte des mondes lointains grâce aux télescopes géants, ne manquez pas la prochaine conférence du Cercle progressiste carnussien, déjà annoncée ici et qui se tiendra cette semaine à Carnoux-en-Provence, jeudi 22 février 2018 à partir de 18h30, dans la salle du Clos Blancheton, rue Tony Garnier.

C’est Jean-Gabriel Cuby, astronome au Laboratoire d’astrophysique de Marseille et spécialiste de l’observation spatiale à l’aide des télescopes géants, qui animera cet échange et qui retracera l’histoire de l’observation de l’Univers ainsi que celle des recherches les plus récentes dont la construction en cours du télescope européen le plus grand du monde, dans le désert d’Atacama au Chili.

Ne manquez pas ce petit moment d’évasion vers les univers lointains qui nous entourent. Comme à l’accoutumée, l’accès à cette conférence est libre et gratuit, dans la limite des places disponibles, et les échanges avec le conférencier seront suivis d’un apéritif convivial.

Prochaine conférence du CPC : à la découverte d’univers lointains…

29 janvier 2018

Le conférencier, Jean-Gabriel Cuby (crédit photo © planetastronomy.com)

Après quelques mois d’interruption, le Cercle Progressiste Carnussien relance son cycle de conférences. La prochaine se déroulera jeudi 22 février 2018 à 18h30 et sera animée par Jean-Gabriel Cuby, astronome au Laboratoire d’astrophysique de Marseille. Elle vise à partager les avancées récentes en matière d’observation spatiale à l’aide des télescopes géants, des outils fabuleux de plus en plus performants, permettant d’améliorer sans cesse notre connaissance des univers lointains, très au-delà de notre système solaire.

Jean-Gabriel Cuby est astronome, ex-directeur du Laboratoire d’astrophysique de Marseille (LAM). Il a été, pour l’Observatoire européen austral (ESO) au Chili, le responsable de l’ensemble de l’instrumentation du « Very Large Telescope » (VLT).

Il est ainsi devenu le spécialiste français des télescopes de taille extrême, dénommés ELT pour « Extremely Large Telescope ». Il est désormais en charge de la coordination pour le CNRS – et plus précisément pour son Institut national des sciences de l’Univers (INSU) – des activités liées aux ELT en France. Il est également fortement impliqué sur les ELT au niveau européen, au travers de programmes de l’ESO ou des programmes cadres de recherche et développement de l’Union Européenne.

Vue d’artiste du futur European Extremely Large Telescope en projet dans le désert d’Atcama au Chili (crédit photo © L. Calçada / ESO)

La construction du plus grand télescope au monde a débuté dans le désert d’Atacama au Chili. Ce télescope européen aura un miroir principal de 39 mètres de diamètre, constitué de plus de 700 segments individuels. La construction et la mise en opération de ce miroir, ainsi que de nombreux autres éléments de l’instrument, soulèvent de nombreux défis technologiques. Cet œil géant européen permettra l’observation directe de planètes hors de notre système solaire jusqu’aux galaxies les plus distantes aux confins de l’Univers…

C’est à la fois l’histoire de l’observation de l’Univers et celle des recherches les plus récentes que Jean-Gabriel Cuby envisage de présenter au public lors de sa prochaine conférence à Carnoux-en-Provence le jeudi 22 février 2018, dans la salle du Clos Blancheton, rue Tony Garnier. Comme d’habitude, l’accès à cette conférence est libre et gratuit et les échanges avec le conférencier seront suivis d’un apéritif convivial.

M.M.

Tolérance, rêve ou réalité, désir d’humanité

15 janvier 2018

Une rencontre de Katulu ? À l’occasion du Téléthon 2017

Dans le monde d’aujourd’hui le point d’interrogation suite à « désir d’humanité » semblerait s’imposer. Mais avec beaucoup de rêve et d’optimisme nous avons choisi de l’affirmer : la tolérance est un désir d’humanité.

L’humanité se flatte de tolérance, pourtant elle offre mille visages à l’intolérance. Les livres présentés à Carnoux par le cercle de lecture Katulu ?, ce 7 décembre 2017, dans le cadre d’un partenariat avec l’AFM à l’occasion du Téléthon, comme les équilibristes sur le fil, oscillent entre les deux.

L’intolérance, c’est le refus d’admettre l’existence d’idées, de croyances ou d’opinions différentes des siennes. Le sujet va jusqu’à persécuter ceux qui les soutiennent.

La tolérance c’est l’attitude de quelqu’un qui admet chez les autres des manières de penser et de vivre différentes des siennes propres, l’attitude de quelqu’un qui fait preuve d’indulgence à l’égard de ceux à qui il a à faire.

Que ce soit l’intolérance des intégrismes qui secouent le monde à notre époque, l’intolérance de l’esclavage qui fut le mal des siècles passés (sans oublier ses survivances d’aujourd’hui) ou bien les maux plus « sociétaux » que sont l’homophobie ou la maltraitance des enfants, toutes ces intolérances sont abordées dans les 5 ouvrages proposés mais tous nous assurent de notre humanisme fait de lutte, de résistance, d’idéal et autant de victoires et de conquêtes de la Tolérance.

Homophobie et maltraitance

Cécile nous a entraînés dans le nord de la France, en Picardie, dans un milieu ouvrier avec « En finir avec Eddy Bellegueule » d’Édouard Louis. Vous y verrez qu’il ne fait pas bon être trop raffiné, trop différent, dans une famille nombreuse où un garçon se doit de vibrer pour le football et ne saurait prendre plaisir à porter les vêtements de sa sœur !

« La démesure » de Céline Raphaël a été évoquée par Josette. Nous nous retrouvons dans un milieu bourgeois où un père intransigeant veut faire de sa petite fille une grande pianiste de concert, ce qui était, vous n’en serez pas surpris, le rêve du père lui même, qu’il va tenter de réaliser par l’intermédiaire de son enfant. Nous serons, dans ce roman autobiographique, face au visage affreux de l’intolérance portée à son comble et allant jusqu’à la maltraitance.

La séance publique de Katulu ? le 7 décembre 2017

Intolérance d’hier et d’aujourd’hui : esclavage, intégrismes

Roselyne, a parlé d’un roman sur la créolité : « l’esclave vieil homme et le molosse » de Patrick Chamoiseau. Cet auteur, né à Fort de France, a obtenu le Prix Goncourt en 1992. le livre présenté aujourd’hui a été publié en 1997. Nous sommes avec cet ouvrage « dans les îles à sucre » que sont la Guadeloupe et la Martinique, à l’époque de l’esclavage.

Nicole, quant à elle, a présenté un roman qui a obtenu le Prix Goncourt des lycéens en 2013 « Le 4ème mur » de Sorj Chalandon. Sorj Chalandon est écrivain et journaliste à Libération et au Canard enchaîné. Peut on raisonnablement, monter la pièce « Antigone » d’Anouilh, cet hymne à la tolérance, dans un Liban déchiré par la guerre, la guerre qui représente pour Chalandon, la violence et l’intolérance poussées au paroxysme ? C’est ce que deux amis, Georges et Sam vont expérimenter dans le sang et les larmes.

Enfin nous sommes resté au Liban avec Antoinette et le livre de Darina Al Joundi : « Le jour où Nina Simone a cessé de chanter » où comment une jeune fille élevée de manière libérale finit par se retrouver en hôpital psychiatrique suite à la montée des intégrismes déchaînés par la guerre.

Le texte complet de ces notes de lectures est accessible (TexteSeance). En voici un bref résumé :

En finir avec Eddy Bellegueule

Édouard Louis

Eddy Bellegueule est le véritable patronyme de l’auteur, qui, soumis à de fortes pressions, change finalement son nom pour celui de Edouard Louis Ce court roman raconte l’enfance et la jeunesse de ce jeune Picard, membre d’une famille pauvre de 5 enfants. Pauvre, la famille l’est, tant financièrement que sur le plan social et culturel. Pour son malheur, Eddy est différent des autres enfants : plus doux, plus raffiné…

L’auteur Édouard Louis (photo © John Foley)

Toute la souffrance de cet enfant lui viendra de cette différence et de ces « manières » que le père, en particulier, juge efféminées. Dans ce milieu là, l’homosexualité est rejetée comme une tare profonde, une honte. Il va donc passer son enfance et sa jeunesse à souffrir de ce rejet autant dans sa famille, qu’à l’école et au village et à essayer de « devenir un dur ». Il prend conscience qu’il est différent. Une seule solution pour lui : fuir.

L’écriture est précise, incisive, rapide, violente. L’auteur explique l’objectif de ce livre : « La violence est partout, tout le temps, dans les discours qui assignent à chacun une position, tu es un transfuge, tu restes à ta place, tu es une femme, tu restes à ta place de femme, tu es un Juif, un Arabe, un Noir, un homosexuel, toutes les interpellations nous assignent. Dès notre venue au monde, nous sommes enserrés dans le discours des autres. Le nom en est une preuve : c’est une identité imposée par autrui. C’est précisément cette question que je veux poser en littérature, faire de cette violence un espace littéraire ».

Cécile

La démesure : soumise à la violence d’un père

Céline Raphaël

Céline Raphaël est l’auteur de ce livre passionnant, documentaire écrit en 2012 à partir d’une histoire vraie dont le but est de faire reculer la maltraitance des enfants. Écrit sobrement sans pathos ni hystérie, ce roman représente l’exemple même de l’intolérance au quotidien ! Le père ne supporte pas que sa fille ne se consacre pas totalement à son art. Intolérance par rapport à l’autre qui devient objet ! Céline est née dans un milieu non seulement aisé mais également d’un bon niveau culturel. Le lecteur est choqué d’une telle cruauté en famille, inimaginable dans un tel milieu.

D’une exigence extrême, le père, la soumet à une vie infernale (privations, coups, violences de tous ordres) pour qu’elle devienne une pianiste de musique classique exceptionnelle, pour être l’artiste prodige dont il aurait pu s’enorgueillir et qu’il n’avait jamais réussi à devenir dans sa jeunesse !

L’auteur, Céline Raphaël (photo © Louise Allavoine / Babel)

Daniel Rousseau pédopsychiatre cité dans cet ouvrage analyse : « L’enfant se trouve alors empoisonné par l’ivresse des fruits de son succès, ce qui le fait s’identifier au bonheur du bourreau et participer à la jouissance du maître qui engrange ses dividendes narcissiques » Mais cette vie d’enfer, de tant de souffrances et d’horreur devint un jour intolérable à supporter et malgré la honte et la peur de dénoncer son bourreau elle accepta de tout révéler à une infirmière scolaire. La peur que son père ne l’aime plus s’apaise

Après un signalement à la justice le père fut reconnu « coupable de violences sur mineur de moins de 15 ans et écopa de 2 ans de prison et 3 ans d’injonction de soins ». Grâce à une volonté, un courage et une abnégation hors du commun, par un travail acharné, elle poursuivit des études contre vents et marées jusqu’ à ses années de médecine. Alors qu’elle était épuisée, anorexique et malheureuse, elle réussit brillamment à ses examens ! Sa souffrance, elle a voulu la transcender et en tirer un bien qu’elle donne à l’autre.

Josette J.

L’esclave vieil homme et le molosse

Patrick Chamoiseau

Patrick Chamoiseau est un auteur prolifique qui, à la suite d’Aimé Césaire et comme son ami Edouard Glissant prône la conservation des cultures, la protection de l’imaginaire des peuples et en particulier de la créolité. « Les poètes déclarent que le racisme, la xénophobie, l’indifférence à l’autre qui vient qui passe qui souffre et qui appelle sont des indécences qui dans l’histoire des hommes n’ont ouvert la voie qu’aux exterminations, et donc, ne pas accueillir, même pour de bonnes raisons, celui qui vient qui passe qui souffre et qui appelle est un acte criminel ».

L’auteur, Patrick Chamoiseau (source : Babel)

Ce petit roman poétique marie savoureusement le français le plus stricte au créole le plus imagé. Avec l’habileté d’un grand D.J. il réalise un mix fluide au service non pas de la coexistence mais de la cohérence des deux cultures des îles-à-sucre. Sept mouvements développent sa symphonie, sept chapitres souvent d’une violence intolérable, adoucie par le son des paroles et le rythme de la phrase.

C’était au temps de l’esclavage, quand les bateaux négriers ramenaient d’Afrique des cargaisons humaines pour les vendre aux maîtres-békés. L’homme y a perdu jusqu’à son nom ; il a celui donné par le maître. De sa lignée, ne lui reste que son nombril, il a tout oublié et n’a rien demandé.

Le molosse. Ce chien a voyagé dans les mêmes conditions que le vieil esclave. Lui aussi acheté au prix fort par maître-béké, fut enfermé en enclos grillagé entre la Grand-Case et la Sucrerie, puis nourri de chair fraîche, dressé à la chasse aux fugitifs par le maître qui en a fait un monstre ! Seul le vieil homme esclave lui jetait un regard.

Puis une nuit, le vieil homme gagna le couvert des grands bois ! « L’hurlade du molosse se met à défaire le domaine ». Le vieil homme avance en aveugle dans le murmure d’une forêt hallucinatoire le chien à ses trousses. Il tomba dans un trou, un trou d’eau, une source marécageuse aux vapeurs soufrées. Le molosse arrive et s’embourbe à son tour. Univers fantasmagorique où chacun lutte pour sa survie ; blessures, sursauts, vaillance. C’est la croisée des chemins : pour le vieil homme va s’ouvrir un autre monde. Il pense « Je suis un homme » et près de lui le molosse apaisé lèche ses plaies. « Il ne prenait pièce goût. C’était l’unique geste qui lui était donné ». Quand le chien réapparu, le maître ne le reconnut pas : il était tranquille, « presque mol. Alors le maître pleura sur son monstre perdu. Et un espace de doute s’ouvrit en lui ».

Roselyne

Le quatrième mur

Sorj Chalandon

Où il y a humanité, il y a intolérance. Voici donc l’homme… Cet être imparfait qui rêve parfois d’être un héros, et ce, au prix de sa propre vie en se nourrissant d’intolérances assumées ou secrètes ou inavouées. L’auteur illustre à sa façon le destin de l’homme, en transposant la tragédie d’Antigone à notre époque, tantôt oscillant entre la tentation d’un ordre à la Créon ou à l’intransigeance d’une Antigone.

Son roman nous raconte l’histoire de Georges, un jeune homme né en 1950 et mort en 1983. Lorsqu’il est étudiant à Paris Georges baigne dans les milieux de Gauche, fait du théâtre dans les usines. Il se lie d’amitié avec Samuel dont il fera son frère. Samuel est Grec, de religion juive et son rêve à lui était de faire la paix au Liban en montant cette pièce d’Anouilh. C’est ce rêve de Samuel qui conduira Georges au pays des cèdres.

L’auteur, Sorj Chalandon

Ainsi la pièce d’Anouilh nourrit S. Chalendon des questions existentielles. Dire non ou s’accommoder ? Colère ou Pardon ? Révolte ou Résistance ? Tolérance ou Intolérance ? Antigone ? Cette petite rebelle morte pour avoir jeté un grain de poussière sur une loi d’airain, elle ressemble à Georges. Antigone c’est notre courage, notre obstination mais aussi notre perte. Antigone ou le reflet de nos guerres intimes, de nos conflits intérieurs, nos intolérances envers nous-mêmes, nos hontes, nos fiertés. Antigone serait Georges qui ne s’autorise pas à la légèreté, au bonheur de vivre avec Aurore, sa femme, et sa fille. Il les quittera pour défendre un idéal.

Et même si la poésie n’arrête pas vraiment la guerre car le soldat a « tiré sur les lueurs d’espoirs, sur la tristesse des hommes, sur l’or du soir qui tombe, le bouquet de houx vert et les bruyères en fleur » l’homme continuera d’admirer « la beauté de ce sol, le tourment de ce ciel ». Il nous fait voir les cascades, les cèdres, les hommes, les femmes, cœurs de pierre ou de miel. Et même si le théâtre a été rattrapé par la guerre, même si Georges assassiné est aussi assassin, même si le réel s’est invité en mêlant comme dit Anouilh « ceux qui croyaient une chose avec ceux qui croyaient le contraire (.) morts pareils » on n’oubliera pas de sitôt ce Georges, son chant douloureux de dignité, de souffrance, de fragilité, son sens de la fraternité qui n’empêche pas le crime. Au bout de sa jambe qui saigne, de son corps qui meurt il a su entendre et nous faire entendre la douleur des autres, il a dit non à l’intolérance. Il défie son ennemi en mourant kippa sur la tête et clef de Jaffa à la main… DEBOUT.

Nicole

Le jour où Nina Simone a cessé de chanter

Darina Al-Joundi et Mohamed Kacimi

La pièce est devenue un livre avec l’aide de Mohammed Kacimi qui a posé les mots justes sur l’histoire terrible de Darina Al-Joundi, avec sa force de vie et son humour ravageur. Ce récit, très émouvant, est celui de la vie d’une jeune fille devenant une femme libre, Darina, dans une société stigmatisée par les normes sociales et religieuses, dans un Liban en guerre. C’est le témoignage de survivance de la narratrice qui porte en elle la violence du chaos vécu, ainsi qu’une réflexion générale sur la liberté.

Darina Al-Joundi

Darina Al Joundi nous entraîne dans l’atrocité du quotidien de la guerre civile des années 80 au Liban. Elle nous livre son regard sur l’histoire récente de son pays qui voit la montée des extrémismes religieux, la faillite des mouvements de gauche, la défaite des véritables laïcs. Selon Mohammed Kacimi « la vie roman de Darina dit combien est vulnérable la liberté de la femme, qui restera à jamais une langue étrangère aux yeux de l’homme ».

Pour écrire ce « roman d’une vie », la comédienne a repris ses souvenirs année par année. – L’enfance : « Une fête permanente. Nos parents nous apprenaient les sens de la beauté. Les poètes les journalistes, les militants frappaient toujours à la porte… » – L’adolescence dans la guerre qui transforme en loups les bourreaux et les victimes. Mais Darina, veut vivre comme le lui a appris son père, en étant libre de ses choix. Pour atteindre la liberté, elle se prête avec excès à de multiples expériences, pressée par le temps, convaincue qu’elle allait « mourir d’une seconde à l’autre ».

La narratrice commence son récit le jour de l’enterrement de son père, alors que l’armée israélienne vient juste d’évacuer le Sud-Liban après vingt ans d’occupation et que les maisons bombardées fument encore. La jeune fille s’enferme seule dans la chambre où gît le cadavre, recouvert d’un linceul blanc. Elle arrache la cassette qui débitait un chant coranique et, à la place, met du Nina Simone, conformément aux sentiments de son père, son héros, qui interdisait à ses filles de prier et de jeûner. Un coup d’éclat qu’elle paiera très cher…

Dans cet environnement de non droit, la guerre du Liban, qui régularise la mort, la narratrice nous livre la vérité de son être dans son immense fragilité et son irréductible force. Les mots sont crus, émouvants ou drôles. Le résultat est un livre saisissant poignant touchant au cœur et inoubliable.

Antoinette

Payer l’impôt ? Quelle drôle d’idée !

7 décembre 2017

Qui a eu cette idée folle un jour d’inventer l’impôt ? A priori, ce sacré Charlemagne n’y est pour rien et d’ailleurs, à vrai dire, on ne sait pas très bien… Mais il semblerait que la notion d’impôt, ce tribut que l’on paye à l’État pour alimenter le budget de la Nation et permettre le fonctionnement des services publics, soit une notion ancienne, instauré sous une forme ou sous une autre depuis que l’Homme vit en société. Dès l’instant où la vie en communauté fait émerger des castes spécialisées, de guerriers destinés à défendre le clan contre les razzias ennemies, ou de religieux permettant d’intercéder avec les Dieux, il faut bien subvenir à leurs besoins et l’instauration de l’impôt devient nécessaire.

Dans l’Égypte antique, les paysans étaient déjà lourdement taxés par l’impôt et dans la France du Moyen-Age, la situation de ces derniers n’est guère meilleure. A la corvée, un impôt en nature qui consiste à donner du temps de travail en échange de la protection du seigneur local, succède, surtout à partir du XIe siècle, la taille qui se paye en espèce et à laquelle s’ajoute bientôt la dîme, un autre impôt en nature payé à l’Église ou au seigneur, puis la gabelle, un impôt indirect payé sur certaines denrées de première nécessité comme les draps, le vin ou sel, sans compter bien sûr les droits d’octroi de péage ou de douane…

Le Paiement de la dîme (tableau de Pierre Bruegel le Jeune / musée des Beaux-Arts de Bruges)

Face à cette pression fiscale croissante, les gueux se révoltent, comme l’a rappelé un certain professeur Raymond Butcher, enseignant à la Harvard Business School, dans une conférence intitulée « Les révoltes fiscales, toujours ? », présentée devant le Département d’Histoire de l’Université de Cergy-Pontoise et dont Médiapart s’est fait l’écho.

Le sujet ne manque pas d’intérêt car il montre à quel point le rapport à l’impôt a évolué dans la société française depuis l’Ancien Régime. Une des premières révoltes fiscales que notre pays ait connues et que fait revivre cet érudit est celle des Cabochiens en 1413. A l’époque, le Roi Charles VI qui venait de convoquer les États Généraux pour obtenir de lever de nouveaux impôts permettant de faire face au train de vie dispendieux de la cour, se heurte à une révolte populaire, menée par un certain Simon Caboche, à la tête de la toute puissante corporation des bouchers. Prélude à la Révolution de 1789, les insurgés s’emparent de la Bastille, comme avant eux, en 1382, l’avait déjà fait le Peuple de Paris à l’occasion de la révolte des Maillotins, déjà en rébellion contre un taux d’imposition jugé exorbitant.

La révolte des Nu-pieds (gravure éditée à Rouen)

Et ceci n’est que l’un des épisodes d’une longue série de révoltes populaires contre le poids jugé exorbitant des impôts. En 1637, sous le règne de Louis XIII, ce sont les Croquants du Périgord qui se soulèvent : une véritable jacquerie paysanne contre laquelle il faudra mobiliser plus de 3000 soldats pour en venir à bout. Et deux ans plus tard, ce sont les Nu-pieds de Normandie, ces ancêtres des Sans-dents, qui se révoltent à leur tour contre l’instauration de la gabelle sur le sel. Là encore, la répression est sanglante et sans pitié.

Il y aura bien d’autres révoltes populaires par la suite, contre une fiscalité jugée excessive. On pourrait même entrevoir une lointaine filiation entre ces soulèvements plus ou moins spontanés et le mouvement des Bonnets Rouges qu’a connu récemment la Bretagne pour protester, avec succès, contre l’instauration de l’écotaxe pour les poids lourds.

Manifestation violente des Bonnets Rouges devant le portique écotaxe de la RN12 (photo © Eric Rannou / Le Télégramme de Brest)

Mais la thèse que développe le professeur Butcher est quelque peu différente. Selon lui, le peuple s’est désormais résigné à payer l’impôt et n’en est plus à rassembler fourches et gourdins pour aller affronter les forces de l’ordre afin de protester contre la pression fiscale. En revanche, et toujours selon lui, « les réticents, les contestataires et les pourfendeurs de l’impôt sont aujourd’hui les actionnaires, les milliardaires, les banques, le CAC 40, les fonds d’investissement et leur partie la plus mystérieuse, les hedge funds, en français les fonds spéculatifs ».

Les Pigeons, un mouvement de défense des entrepreneurs français qui maîtrise bien sa communication… (source : Le Monde)

Certes, comme le souligne le conférencier, ces privilégiés ne se rebellent pas ouvertement contre la pression fiscale, encore que les exemples soient nombreux de mouvements de protestations de la sorte : qu’on se rappelle les fameux Pigeons, ces patrons qui avaient réussi à faire reculer le gouvernement Ayrault dans sa tentative de rééquilibrer la taxation des revenus du capital, ou encore le Rassemblement des contribuables français du poujadiste boursicoteur Nicolas Miguet dont les affiches fleurissent régulièrement dans nos rues pour hurler à la spoliation d’État.

Mais selon R. Butcher, la pratique de ceux qui refusent l’impôt est devenue plus insidieuse : plutôt que de protester contre la taxation, le plus efficace, pour ces hommes d’affaires, généralement proches du pouvoir, est plutôt d’user de leur influence et de leurs réseaux pour faire en sorte d’échapper à la pression fiscale en toute légalité.

Dessin de Deligne publié dans La Croix

Il cite pour exemple, en appui à sa démonstration, le dossier LuxLeaks, ce scandale financier dénoncé en novembre 2014 à la suite des investigations du Consortium international des journalistes d’investigation du Center for Public Integrity : des milliards d’euros de recettes fiscales évaporées grâce à des accords fiscaux conclus de gré à gré entre le gouvernement du Grand-Duché du Luxembourg et plus de 300 multinationales, parmi lesquelles Apple, Amazon, Ikéa, Pepsi, mais aussi BNP Paribas, Crédit Agricole, Axa, et bien d’autres encore.

Jean-Claude Juncker, premier ministre du Luxembourg de 1995 à 2013 et président de la Commission européenne depuis 2014, se rit de la lutte contre les paradis fiscaux… (photo © Francois Lenoir / Reuters)

Le principe de cette fraude fiscale à grande échelle était des plus simples puisqu’il reposait tout simplement sur des accords secrets passés entre l’État du Luxembourg, dont le premier ministre n’était autre que Jean-Claude Juncker, l’actuel président de la Commission européenne, et des centaines de multinationales afin de faire bénéficier à ces dernières de taux d’imposition dérisoires, parfois inférieurs à 1 %. Libre ensuite à ces entreprises de gérer leur organisation interne de manière à rapatrier au Luxembourg l’essentiel de leurs recettes européennes, grâce à des jeux d’écritures, et les voilà quasiment exemptes d’imposition grâce au bon docteur Juncker qui a alors beau jeu de pointer du doigt les États en déficit budgétaire pour cause de rentrées fiscales insuffisantes…

Tout le monde peut constater l’ampleur de cette évasion fiscale massive que pratiquent les multinationales, mais aussi la timidité avec laquelle sont pointés du doigts les paradis fiscaux sans qui ne pourrait se faire ce détournement de fonds qui siphonne les rentrées fiscales des États et rend si difficile la mise en œuvre de politique publiques ambitieuses.

Dessin de Bar (source : BarActu)

L’Union européenne vient d’ailleurs tout juste de publier une nouvelle liste noire de 17 pays considérés comme paradis fiscaux parmi lesquels les Émirats Arabes Unis, Bahreïn, la Corée du Sud, Panama ou encore la Tunisie et la Mongolie. Aucun pays européen ne figure sur cette liste bien évidemment, pas même l’île de Jersey et encore moins le Luxembourg, la Suisse ou l’Irlande. L’honneur est donc sauf, même si certaines mauvaises langues ont la désagréable impression qu’on se moque du monde. Même le très libéral commissaire européen à la fiscalité Pierre Moscovici considère que cette liste reste « une réponse insuffisante face à l’ampleur de l’évasion fiscale à l’échelle mondiale ». On ne saurait mieux dire en effet…

L.V.

A quoi sert donc le Parc des Calanques ?

30 octobre 2017

Au dessus de la calanques d’En Vau

Souvenons-nous des débats homériques qui avaient secoué le petit monde politique local lorsqu’avait été lancée, en 2009, la concertation en vue de définir les contours du futur Parc national des Calanques, alors en gestation depuis une dizaine d’années mais dont la mise en œuvre devenait envisageable grâce à la réforme des parcs nationaux adoptée en 2006 et surtout suite à l’arrêté de prise en considération du projet signé par le premier ministre de l’époque le 20 avril 2009, un certain François Fillon, qui s’est depuis illustré par d’autres actions moins glorieuses…

Lors d’une conférence organisée sur Carnoux à ce sujet en décembre 2009, les craintes que suscitaient le projet avaient été lourdement exprimées. Comme de coutume, la plupart des élus locaux étaient alors mobilisés contre ce projet, perçu comme une main mise de l’État et dont la concrétisation allait nécessairement se traduire par l’imposition de contraintes supplémentaires et la perte de certaines de leurs prérogatives en matière d’aménagement du territoire et de développement urbain.

Extrait d’un article publié dans La Provence le 11 décembre 2009

Ce sont d’ailleurs ces arguments qu’a mis en avant le conseil municipal de Carnoux pour décider à l’unanimité de son refus de s’intégrer à l’aire d’adhésion du Parc lors de sa création en avril 2012. Tout le monde ou presque était alors persuadé que la création de ce Parc national allait se traduire par une mise sous cloche du massif des Calanques, sous le regard sourcilleux d’agents assermentés veillant scupuleusement à la stricte application de réglements tatillons, de nature à interdire toute activité de pêche, de chasse et de loisir.

Panneau de signalisation du Parc national des Calanques (route des Crêtes)

Mais les élus locaux se sont tellement démenés que les contours du Parc ont été réduits à la portion congrue et la charte du Parc complètement vidée de sa substance. Du coup, 5 ans après sa création, le Parc national des Calanques est comme transparent. En dehors de quelques panneaux bien discrets posés à certaines entrées et de quelques dizaines d’agents qui patrouillent dans le massif pour rappeler avec patience les règles de base à respecter dans un espace naturel protégé, l’impact du Parc national est jusqu’à présent excessivement modeste.

L’émissaire de Cortiou par où sont déversés les effluents de la station d’épuration Géolide dans le coeur marin du Parc national des Calanques

Aucun arrêt de l’urbanisation n’a été constaté depuis la création du Parc et la bétonisation se poursuit comme jamais dans toutes les communes limitrophes, de Marseille à La Ciotat en passant par Cassis. Les eaux usées de toute l’agglomération marseillaise et de Cassis continuent de se rejeter en plein coeur du Parc national, de même d’ailleurs que les déchets industriels toxiques de l’usine d’alumine de Gardanne, malgré les avis négatifs exprimés par le Ministère de l’Environnement, mais avec l’aval des élus du Parc, tandis que les eaux limpides des calanques continuent d’être sillonnées en tout sens par des norias de bateaux à touristes, de yachts privés, de hors-bord et de jet ski tous plus bruyants et plus polluants les uns que les autres..

Quant à la chasse, non seulement le Parc national ne l’a pas interdite sur son périmètre mais de surcroit il y autorise explicitement la chasse aux gluaux, pourtant expressément illicite aux yeux de la législation européenne, ainsi que le lâcher de gibier de tir, de ces faisans d’élevage sachant à peine voler qui sont lâchés dans la nature la veille de l’ouverture et qui se font écraser sur les routes par des automobilistes distraits.

Ballet de bateaux à l’entrée de la calanque de Port Miou

Pour ce qui est de la pêche, et en dehors des quelques zones de non-pêche soigneusement délimitées, la réglementation est des plus légères, autorisant par exemple pour la pêche de loisir 7 kg de poissons par jour et par personne auxquels s’ajoutent 15 prises tels que loups, daurades, congres ou bonites… Difficile de définir des règles moins contraignantes ! Elles résultent d’ailleurs de décisions prises par une commission rassemblant de nombreux acteurs socio-économiques : prudhommies de pêche, comité régional de pêche, représentations de fédérations de pêche de loisir, clubs et sociétés nautiques de pêche… Autant dire que chacun y plaide d’abord pour ses propres intérêts !

Mérou brun, espècé protégée (photo © Hervé Thedy)

En réalité, les seules limites qu’a réussi à fixer le Parc national concerne la lutte contre le braconnage, dans le but avoué de ne pas venir concurrencer les intérêts des pêcheurs professionnels. Et pourtant, force est de constater que même sur ce point le Parc national n’a pas fait preuve jusque là d’une grande efficacité comme vient de le démontrer l’affaire qui défraie l’actualité et qui a été révélée par un article de La Provence le 24 octobre dernier.

Les faits ne datent pas d’hier puisqu’ils ont été dénoncés en septembre 2015 par un groupe de plaisanciers excédés d’observer, jour après jour, des braconniers venir pêcher en toute impunité et avec de gros moyens dans les zones interdites du Parc, notamment autour de l’île de Riou ou près du phare du Planier. Ils adressent alors une lettre anonyme à la compagnie de gendarmerie maritime de Marseille, mais sans aucun effet. Un an plus tard, un pêcheur professionnel revient à la charge et prend à son tour la plume pour dénoncer ces agissements scandaleux et illicites, qui sont d’ailleurs confirmés par des observations effectuées par les agents du Parc national eux-mêmes.

Les gendarmes finissent par ouvrir une enquête et mettent sur écoute les téléphones portables des suspects, entre septembre 2016 et février 2017, tout en épluchant leurs comptes bancaires. Ils n’ont alors aucun mal à confirmer l’existence d’une véritable entreprise de braconnage à grande échelle, aux activités quasi industrielles. Deux pêcheurs professionnels, dont l‘un a d’ailleurs déjà été condamné il y a deux ans pour activité illégale dans ce même Parc des Calanques, sont mis en cause et les montants en jeux sont considérables.

Extrait d’une plaquette éditée par le Parc national des Calanques

Vue de la calanque d’En Vau et du Cap Canaille

Les biens utilisés pour ce braconage à grande échelle, dont un bateau semi-rigide explicitement nommé « Bracoboat » ont été saisis pour une valeur estimée à environ 200 000 €, ce qui confirme l’échelle industrielle de ce trafic. Les 4 pêcheurs et chasseurs sous-maris impliqués dans ce pillage en règle des richesses biologiques du Parc national des Calanques sont poursuivis pour travail dissimulé et blanchiment de travail dissimulé en bande organisée, pêche maritime dans une zone interdite et mise sur le marché par un établissement non agréé, de produits d’origine animale destinés à la consommation humaine. Ils comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Marseille le 8 novembre prochain et risquent de lourdes amendes.

En parallèle, 8 revendeurs qui écoulaient le produits de leurs pêches miraculeuses, dont des poissonniers et grossistes ainsi que des restaurateurs renommés de Marseille, sont convoqués devant le délégué du Procureur de la République car ils sont également poursuivis pour achat en connaissance de cause, de produits de la pêche sous-marine non professionnelle et d’achat non autorisé d’espèces animales protégées, dont certaines étaient d’ailleurs pêchées dans des zones réputées inalubres au droit de l’émissaire de Cortiou en particulier.

Ecogardes du Parc national des Calanques

Ce véritable pillage organisé qui se déroule depuis des années au nez et à la barbe des agents du Parc national des Calanques dont la principale raison d’être consistait pourtant à assurer une meilleure protection des richesses environnementales de ce milieu naturel exceptionnel, conduit à s’interroger sur l’efficacité réelle de cet outil. L’implication forte des collectivités locales dans sa gouvernance était certes une nécessité pour permettre l’acceptation du projet, mais elle s’est traduit par un tel affaiblissement des contraintes réglementaires qu’on en vient à se demander si le Parc, dans son fonctionnement actuel, présente la moindre utilité, même si les plus optimistes diront que ce serait sans doute bien pire sans cela…

L.V.  

Alors, peut-on vraiment les laisser se noyer ? L’appel de SOS Méditerranée

20 mai 2017

Le public habitué de nos conférences était au rendez-vous, ce jeudi 11 mai au clos Blancheton pour s’informer sur un sujet d’actualité qui vient en complément d’un thème déjà abordé, à savoir le sauvetage des naufragés en Méditerranée, majoritairement des personnes fuyant les conflits armés et la misère économique.

C’est Michel Motré, président du Cercle, qui présenta les conférenciers, Pierre Calfas, Christine et Benoît Fannière, membres bénévoles locaux de l’association SOS Méditerranée, avant l’exposition des actions de cette association illustrées par des films réalisés lors de sauvetages en pleine mer.

Il faut savoir que cette association créée en 2015 est entièrement financée par des dons privés (de France, d’Italie et d’Allemagne), qui ont permis d’affréter le navire « Aquarius », qui sillonne la Méditerranée entre la Libye et les côtes italiennes. Son objectif : venir en aide aux réfugiés qui emprunte cette route maritime sur des embarcations de fortune, inadaptées à la haute mer et sur lesquelles s’entassent des centaines de personnes.

Pierre Calfas rappelle que les routes migratoires empruntées depuis ces dernières années passaient principalement par le Maroc et la Libye, depuis le Sud, mais aussi par la Turquie, depuis l’Est. Mais de récents accords passés avec l’Europe ont eu pour effet de bloquer deux de ces itinéraires, laissant une seule voie d’exil, celle qui passe par la Libye. Un pays en proie à une anarchie totale où les passeurs ont toute latitude pour soumettre les migrants en errance à un véritable esclavage.

Les trois conférenciers de SOS Méditerranée à Carnoux le 11 mai 2017

Il rappelle aussi que ces populations cherchent à fuir la zone subsaharienne et la corne de l’Afrique touchées par des conflits ethniques et religieux, mais aussi par la dictature et la misère. Parmi ces pays se trouvent notamment l’Erythrée, la Gambie,le Nigeria, le Mali et bien d’autres encore. On observe même des migrants en provenance d’Afghanistan et de Syrie qui cherchent à contourner les frontières fermées et se dirigent vers la Libye, contraints par des passeurs qui les rabattent de force vers cette destination vantée comme un Eldorado où ils pourraient trouver du travail pour payer leur passage en Europe. Or c’est un piège où il se trouvent soumis au racket et au chantage voire à la torture. Les pires traitements leur sont infligés pour leur faire acquitter le prix de la traversée par la voie maritime.

Ceux qui ont eu la velléité de rebrousser chemin pour retrouver leur pays d’origine sont menacés des mêmes risques car ces chemins sont sous la coupe réglée de bandes organisées leur laissant peu de chance de leur échapper. Le Sahara est devenu un cimetière pour nombre de ces migrants. On comprend mieux dans ces conditions que ces hommes et femmes soient contraints à la seule issue possible, celle de devenir des boat-people, malgré le danger extr^me auquel ils s’exposent ainsi.

Car les chiffres parlent d’eux-même : depuis l’année 2000 ce sont plus de 30 000 personnes qui sont mortes en mer Méditerranée en tentant de rejoindre les côtes européennes. La traversée entre la Libye et l’Italie en fait l’axe migratoire le plus mortel au monde. Ce chiffre ne tient pas compte de toutes les personnes disparues, dont les corps et embarcations n’ont pas été retrouvés. Depuis 2014, le nombre des victimes est en hausse pour atteindre presque 5 000 par an.

Comment les autorités européennes ont-elles réagi face à cette situation ? Comment la solidarité des gens de mer s’est-elle organisée ? Cette mission de sauvetage a été essentiellement assurée par l’Italie qui a mis à disposition gratuitement des ferries pour acheminer les convois humanitaires, malgré les difficultés économiques dans lesquelles se trouve ce pays. La France a participé à cette aide mais le problème du coût de ces opérations a remis en cause la suite de cette action.

L’Europe, prodiguant une aide financière minime, a mis sur pieds l’opération « Mare Nostrum », opération navale et aéronavale pour organiser les secours, ce qui a permis de sauver 150 000 personnes. Outre son coût, cette opération est aussi critiquée car elle aurait, selon ses détracteurs, l’effet inverse de celui recherché en facilitant le passage de clandestins. Alliées à une conscience collective éphémère, cette opération a donc été abandonnée en 2014, les moyens financiers institutionnels lourds faisant défaut.

Klaus Vogel, capitaine de l’Aquarius (photo B. Langlois / AFP)

Face à l’inacceptable, c’est un capitaine de marine marchande, un Allemand, Klaus Vogel, scandalisé par l’interdiction de son armateur de se dévier de sa route pour sauver des naufragés, qui avec d’autres membres de la société civile s’est mobilisé pour créer en 2015, SOS Méditerranée, une association de sauvetage en mer comparable à celle connue sur nos côtes : la Société Nationale de Secours en Mer (SNSM).

La collecte de fonds après une mobilisation citoyenne a permis l’achat d’un bateau de haute mer possédant des spécifications techniques appropriées pour aborder et transférer des naufragés à bord. La taille de ce bateau permet l’accueil de plusieurs centaines de personnes (jusqu’à 900). L’équipage est formé d’anciens marins professionnels bénévoles recrutés sur un profil en adéquation avec les difficultés des missions à accomplir lors des sauvetages.

Un film documentaire illustre l’intervention du navire « Aquarius » et de son équipage, permettant au public de se familiariser avec les procédures de sauvetage :

– L’Aquarius est positionné en haute mer au Sud de l’Italie et peut intervenir rapidement dans les eaux internationales, au plus proche des zones de détresse se situant au large des côtes lybiennes, où se produisent la plupart des naufrages.

– A bord, un équipage expert du sauvetage et une équipe médicale (assurée par Médecin Sans Frontières) accueillent les naufragés, prodiguent les premiers soins, mettent à l’abri les plus vulnérables et coordonnent les évacuations sanitaires pour les cas les plus graves.

– Les opérations de sauvetage se font suivant les règles internationales, en totale coordination avec le « Maritime Rescue Coordination Center » (MRCC) basé à Rome.

Naufrage de migrants au large de la Libye, le 25 mai 2016 (Photo prise par la marine italienne / STR / AFP MARINA MILITARE / AFP)

C’est le MRCC qui reçoit un signal de détresse d’un canot en perdition en mer (ou signalé par un observateur), le MRCC appelle à l’action l’Aquarius qui envoie des canots de sauvetage et prend en charge les rescapés. L’Aquarius rentre au port italien indiqué par le MRCC. Les rescapés sont ensuite remis aux autorités pour un traitement administratif de leur situation.

Ce sont plus de 11 000 personnes qui ont ainsi pu être secourues depuis l’entrée en service de l’Aquarius. La technique de sauvetage s’est même améliorée, l’approche des esquifs des naufragés ayant été modifiée par rapport à l’origine car un phénomène de panique, parfois, s’emparait les naufragés à l’arrivée des canots, précipitant certains à la mer où ils se noyaient d’épuisement, ne sachant pas nager, à l’instant même d’être sauvés !

Les images de ce reportage témoignent de la reconnaissance des rescapés envers leurs sauveteurs : ils savent qu’ils ont échappé à la mort.

Ce sont cent opérations de sauvetage qui ont été effectuées par l’Aquarius depuis 2016. Le flux migratoire augmente avec la saison estivale et il difficile de sauver la totalité des embarcations à la dérive car durant le voyage de rapatriement des rescapés par l’Aquarius, rares sont les bateaux pouvant secourir ceux qui ont tenté la traversée au même moment.

Il faut savoir que les passeurs n’ont aucun remords à faire partir les migrants entassés sur des canots ne pouvant tenir la mer plus de huit heures sans moyen de se diriger, sans vivres, ni carburant suffisant, où le chavirage est certain dès que la houle est forte, le moteur étant sous dimensionné.

Le sauvetage d’un bateau de migrants par SOS Mediterranee (photo A. Psaroudakis /SOS Mediterranée)

A l’issue de cette projection, le débat s’est engagé entre le public et les conférenciers membres de SOS Méditerranée. Des précisions ont ainsi été apportées concernant les chemins migratoires et leurs rapports avec la situation politique des pays d’où proviennent les migrants. A ce jour c’est la Libye qui concentre ce flux de réfugiés dans l’attente hypothétique d’un départ vers l’Europe, séjour durant lequel ils sont traités comme des « animaux ».

Que font les Etats européens pour traiter le problème ? Depuis l’arrêt de l’opération « Mare Nostrum », c’est l’opération militaire « Sophia », avec 88 bateaux qui lutte principalement contre les passeurs au large de la Libye, sans mission officielle de sauvetage, de même que l’organisation de contrôle « Frontex », même si leurs actions permettent un certain nombre de sauvetages.

Quelles solutions pour endiguer ce flot migratoire ? C’est reposer le problème du développement économique de l’Afrique que seules les autorités politiques pourraient traiter, de même que les conflits armés, mais les intérêts divergents des grandes puissances et des gouvernements locaux sont tels qu’il est illusoire de croire à une résolution à court terme de ce problème.

Ce sont donc des initiatives citoyennes qui aujourd’hui sont à l’initiative d’action de sauvetages comme SOS Méditerranée ? Il faut citer l’Alliance de Médecins Sans Frontières et d’une ONG maltaise agissant dans le même but, alors même que le gouvernement maltais refuse l’accueil des réfugiés.

L’intervention de rescapés retournant dans leurs pays d’origine, en témoignant de leur expérience auprès des populations locales peut aider à faire prendre conscience que l’exil est un rêve illusoire et dissuader d’éventuels candidats à s’engager dans ce projet mortifère.

SOS Méditerranée a publié une lettre ouverte à l’Europe, au siège de Bruxelles, pour faire prendre conscience de la situation auprès des responsables politiques de l’institution, à l’occasion du second anniversaire de la création de l’association, sans écho particulier à ce jour. Paradoxalement la France a proclamé « cause nationale » le sauvetage en mer et à ce titre SOS Méditerranée et la SNSM sont honorées pour leurs actions. Cependant l’émotion ne semble pas suffisante pour faire passer à l’action les dirigeants politiques. Pourtant des conventions internationales régissent l’obligation de secourir les personnes et navires en détresse.

Un public particulièrement attentif lors de cette conférence à Carnoux

Ce sont les réunions d’information dans des associations comme la nôtre ou dans des établissements scolaires (collèges) qui peuvent alerter les citoyens sur les besoins de soutien à ces actions de sauvetage. Il faut noter aussi que l’Aquarius embarque occasionnellement des journalistes des grands média internationaux qui témoignent du travail réalisé par SOS Méditerranée.

Cette action a un coût, évalué à 11 000 € pour chaque jour de mission, pour l’affrètement du bateau, l’achat des canots de sauvetage, des gilets de sauvetage, et de la prise en charge médicale. Cette somme est financée, par des dons du grand public, des mécènes, des fondations, des entreprises et des associations citoyennes, mais aussi de nombreuses personnalités du monde maritime, scientifique et de la société civile qui soutiennent cette action.

A la fin de ce débat c’est le Président, Michel Motré, qui au nom du Cercle et du public félicita les conférenciers membres de SOS Méditerranée pour leur engagement humanitaire et leur force de conviction à poursuivre une tâche aussi difficile mais indispensable, avant de les inviter, tradition oblige, à partager un verre de l’amitié à l’apéritif offert à tous pour clore cette conférence riche en émotion.

C.M.

PS : L’APPEL DU 8 JUIN

Le Jeudi 8 Juin à 20 h, une soirée exceptionnelle est organisée par La Criée Théâtre National de Marseille pour soutenir l’action de SOS MEDITERRANEE.

Cet événement unique, porté haut et fort par les membres du comité de soutien de l’association composé de navigateurs, d’écrivains, de musiciens, de chercheurs, d’artistes, de journalistes sera placé sous le signe de la solidarité et de l’engagement. Il sera l’occasion d’un vaste appel à soutien et à mobilisation de l’ensemble des acteurs de la société civile, autour de la mission de sauvetage en mer et des valeurs de SOS MEDITERRANEE.

La soirée sera ponctuée de lectures, d’un débat, de témoignages, de projections et d’intermèdes musicaux, avec la participation de nombreuses personnalités : Daniel Pennac, écrivain – François Morel, acteur, chanteur – Titouan Lamazou, peintre et navigateur – Macha Makeïeff, auteure et metteur en scène – Catherine Wihtol de Wenden, politologue, directrice de recherche au CNRS – Bernard Foccroulle, musicien, directeur du Festival d’Aix-en-Provence – Alain Damasio, écrivain – Tarek Abdallah, oudiste, compositeur – Blick Bassy, musicien – Antoine De Caunes, acteur, cinéaste – Edouard Baer, animateur et comédien – Laure Adler, journaliste – Thierry Fabre, essayiste et chercheur – Marie Rajablat, auteure – Maryline Baumard, reporter au Monde. Et celle des équipes de SOS MEDITERRANEE, Francis Vallat, président – Sophie Beau, co-fondatrice et directrice générale, les marins-sauveteurs et bénévoles ainsi que bien d’autres invités …

Pour y participer la réservation est indispensable par mail ou par téléphone (06.14.16.85.96). La participation est libre sous forme de don.

Conférence SOS Méditerranée : c’est bientôt !

10 mai 2017

Comme nous l’avions déjà annoncé ici, la prochaine conférence du Cercle Progressiste Carnussien se tiendra cette semaine, jeudi 11 mai 2017, à partir de 18h30, dans la salle du Clos Blancheton, située à Carnoux-en-Provence, au dessus du nouveau parking, en haut de la rue qui passe entre la mairie et l’hostellerie de la Crémaillère.

Cette conférence, animée par Pierre Calfas, bénévole de l’association SOS Méditerranée, s’appuiera sur des extraits du film « Les migrants ne savent pas nager » et sur des vidéos réalisées par l’association. Celle-ci a été créée pour venir en aide aux milliers de réfugiés qui, fuyant la guerre civile en Syrie, en Lybie et ailleurs, tentent de traverser la Méditerranée sur de frêles embarcations, souvent causes de drames humains atroces.

Si vous aussi, vous vous sentez concernés par le sort de ces familles qui essaient de fuir des conditions de vie effroyables et se retrouvent bien souvent confrontés à des situations encore plus inhumaines dans des embarcations de fortune dérivant en pleine mer, alors n’hésitez-pas à venir dialoguer avec le représentant de SOS Méditerranée à l’occasion de cette rencontre inédite à Carnoux. L’entrée y est libre et gratuite.

Réfugiés : doit-on les laisser se noyer ?

25 avril 2017

Le Cercle Progressiste Carnussien propose, le jeudi 11 mai 2017 à 18h30 salle du Clos Blancheton à Carnoux-en-Provence, une conférence sur la question humanitaire du sauvetage en mer Méditerranée de personnes qui fuient les conflits armés et la misère économique.

Depuis l’an 2000, ce sont plus de 30 000 personnes qui sont mortes en mer Méditerranée en tentant de rejoindre les côtes européennes. La traversée entre la Libye et l’Italie en fait l’axe migratoire le plus mortel au monde. Pour la seule année 2015, ce sont 2 892 personnes qui ont péri sur cette route.

Face à cette tragédie, la société civile européenne s’est mobilisée pour créer en 2015 SOS MEDITERRANEE, une association européenne de sauvetage en mer Méditerranée.

Cette conférence qui s’appuiera sur des extraits du film « Les migrants ne savent pas nager » et sur des vidéos réalisées par l’association SOS Méditerranée sera animée par Pierre CALFAS, bénévole de l’association.

Crédit photo : Federica Mameli

Grâce à des dons privés venus d’Italie, de France et d’Allemagne, SOS Méditerranée a affrété un bateau, l’Aquarius, qui navigue entre les côtes libyennes et l’Italie et recueille à son bord des adultes et des enfants que des passeurs ont entassés sur de frêles embarcations inadaptées pour affronter un voyage long (plus de 30 heures) et périlleux.

Quand on sait que le sort de ces malheureuses personnes fait l’objet d’un marchandage initié par des soit disant passeurs qui les réduisent avant leur départ en situation de quasi esclavage, la question humanitaire qui se pose est bien celle de notre responsabilité collective. Doit-on les laisser se noyer sans rien faire ?

En effet, les embarcations surchargées ne laissent que peu d’espoir d’atteindre les côtes hospitalières  de l’Italie et, pour de nombreux passagers, c’est la mort qui les frappe après moins de 20 mn passées dans l’eau.

Sauvetage en mer près de Lesbos en décembre 2016 (crédit photo Laurin Schmid)

En France, cette année 2017, le sauvetage en mer a été classé Cause Nationale. Deux associations sont reconnues pour leur engagement, la SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer) et SOS Méditerranée.

Au-delà de l’aspect humanitaire du sauvetage en mer, c’est aussi la question de la désespérance de populations qui est soulevée et à laquelle Pierre CALFAS pourra apporter son analyse fondée sur une rare expérience en matière de développement économique et social, notamment en Afrique et au Moyen-Orient.

Nous vous attendons nombreux à cette conférence qui traitera d’un sujet auquel nul ne peut être insensible.

Michel Motré

Président du Cercle Progressiste Carnussien

Rivières mystérieuses de Cassis : les explorations se poursuivent…

22 avril 2017

En octobre 2015, une conférence organisée par le Cercle progressiste de Carnoux et animée par l’association Cassis, la rivière mystérieuse, avait attiré plus de 120 personnes pour visionner deux films spectaculaires présentés par Gérard Acquaviva et Louis Potié. Un succès qui s’explique largement par la fascination qu’exerce l’exploration en cours de ces deux résurgences en mer d’eaux douces, connues vraisemblablement depuis l’Antiquité mais dont on commence seulement à mieux appréhender les cheminements souterrains.

Emplacement des sources de Port-Miou et du Bestouan (source KarstEAU)

Au cours de l’année 2016, les explorations de ces conduits karstiques noyés, parcourus et cartographiés désormais sur plusieurs kilomètres et qui débouchent en mer, se sont poursuivies avec notamment plusieurs campagnes de plongée en avril et mai 2016 organisées en présence du plongeur professionnel Xavier Méniscus, qui avait battu en juillet 2015 un record européen de plongée spéléologique en descendant à -262 m dans un gouffre des Corbières.

Matériel utilisé pour la plongée de Xavier Méniscus à Port-Miou le 28 mai 2016

A Port-Miou, le 28 mai 2016, il est descendu à -145 m dans le grand puits terminal (qu’il avait exploré en 2012 jusqu’à -223 m), un puits qui se situe en amont de la galerie d’entrée, à un peu plus de 2 km du débouché en mer, dans la calanque de Port-Miou. Plusieurs vidéos ont été tournées à cette occasion, par Michael Walz et Fred Swierczynski. Le montage de ces images sous-marine donne une bonne idée de la nature de telles expéditions et de la sophistication du matériel nécessaire pour s’engager dans une telle entreprise.

Plongée dans la galerie naturelle de Port-Miou (extrait d’une vidéo réalisée par Fred Swierczynski en avril 2016)

On y voit les plongeurs se faufiler à travers les buses du barrage anti-sel qui avait été construit dans les années 1970 à une période où l’on espérait pouvoir exploiter un jour cette résurgence d’eau douce en la protégeant des remontées d’eau saline. Depuis, les investigations effectuées par les universitaires du programme KarstEAU, sous la conduite de Bruno Arfib, ont permis de comprendre que d’autres intrusions salines plus profondes permettaient à l’eau de mer de contourner ce barrage.

Coupe schématique de la résurgence de Port-Miou (document extrait de la plaquette Les rivières de Cassis)

Les images tournées à l’occasion de ces plongées récentes donnent une bonne idée de la taille de la galerie principale dans laquelle évoluent les plongeurs, et surtout de l’ampleur du puits qui se développe à l’extrémité de cette galerie.

Plongée dans le puits de Port-Miou (extrait d’une vidéo réalisée par Fred Swierczynski en avril 2016)

On y voit aussi un plongeur déverser de la fluorescéine dans la galerie fin de réaliser une mesure de débit (par suivi de la dilution).

Essai de coloration à la fluorescéine à Port-Miou (extrait d’une vidéo réalisée par Fred Swierczynski en avril 2016)

En avril 2017, de nouvelles plongées viennent d’avoir lieu, toujours dans la galerie de Port-Miou, qui ont notamment permis d’installer deux fluocapteurs à charbon actif qui devraient permettre de détecter finement toute trace de fluorescéine en vue de nouvelles tentatives de coloration.

Car dans le même temps, les explorations spéléologiques continuent depuis la surface du plateau calcaire, afin de tenter de repérer des voies d’accès terrestres vers l’amont de ces galeries souterraines noyées. En 2015, les spéléologues concentraient beaucoup d’espoir sur le gouffre de la Gorguette qui se situe juste en contrebas de la route départementale, dans la descente entre Carnoux et Cassis. Un essai de coloration y a donc été tenté en octobre 2015, avec l’aide des pompiers pour apporter la charge de dilution nécessaire. Mais grande fut la déception de tous les acteurs de cette expérience car aucune trace de colorant n’a pu être détectée ni dans la résurgence du Bestouan ni dans celle de Port-Miou.

Extrait d’un article de La Provence du 31 octobre 2015 relatant la tentative de coloration depuis le gouffre de la Gorguette

Depuis, les efforts se concentrent donc sur deux autres avens situés à proximité l’un de l’autre, au dessus du Mussuguet, en bordure du camp militaire de Carpiagne, de part et d’autre de la limite administrative du parc National des Calanques (ce qui ne facilite pas les autorisations pour y intervenir !).

Tête de l’aven Mussuguet 3

Le premier, dit Mussuguet 3 de son petit nom, est un puits vertical de 32 m de profondeur dont le fond est obstrué d’éboulis argileux et où la présence de caz carbonique oblige à prendre de nombreuses précautions. Persuadés que cet aven se prolonge en profondeur, les spéléologes s’acharnent depuis 2013 à déblayer le fond du gouffre de ces blocs éboulés. En février 2015, alors qu’ils avaient réussi à approfondir de quelques mètres le fond du trou, une première coloration a montré que ce point d’infiltration naturel était bien en lien direct avec la galerie de Port-Miou située juste en dessous puisque la fluorescéine a été détectée au barrage de Port-Miou 43 heures plus tard, après avoir parcouru environ 3,5 km en souterrain.

Equipement du Mussuguet 3 pour sa désobstruction (photo MV, 18 octobre 2015)

Cette bonne nouvelle a dopé les espoirs des spéléologues qui ont donc redoublé d’efforts, équipant à demeure le puits d’un portique métallique pour y suspendre le treuil destiné à remonter les déblais. Fin 2016, après de nombreux week-end passés à se relayer au fond du puits pour remplir des seaux d’argile, la profondeur de l’aven atteignait 44,15 m. Un travail de fourmi donc qui devra encore se poursuivre sachant que chaque seau remonté à la surface au prix d’efforts qui forcent l’admiration ne permet de faire baisser le fond du puits que de 1,3 cm en moyenne…

Quant à l’aven du Sumac, découvert en 2014 et situé à une centaine de mètres du précédent, il fait lui aussi l’objet d’un travail de forçat pour le désobstruer car il était totalement rempli de pierres lors de sa découverte. Le travail de déblaiement est d’ailleurs plutôt plus rapide dans ce dernier car les éboulis ne sont pas aussi argileux.

L’entrée du Sumac soigneusement protégée

En mai 2015, après avoir remonté plus de 2600 seaux de pierres, les spéléologues avaient ainsi atteint la profondeur de 12 m. Un an plus tard, alors que le fond du puits principal s’établissait à 19 m de profondeur, une diaclase secondaire a été repérée, laissant espérer un prolongement au moins jusqu’à la profondeur de 41 m. Le suspens se poursuit donc et tout laisse espérer que de nouvelles découvertes devraient permettre d’en savoir bientôt davantage sur ces fameuses rivières mystérieuses de Cassis et sur le réseau de conduits karstiques qui les alimentent depuis un vaste espace calcaire qui englobe probablement tout le massif du Beausset et peut-être même au-delà.

Rendons hommage en tout cas à ces passionnés qui se retrouvent tous les week-end pour progresser, centimètre par centimètre, pierre à pierre, seau après seau, dans la connaissance de ces réseaux souterrains qui se déployent sous nos pieds, aux portes de Carnoux.

L.V.  

« Cinq zinnias pour mon inconnu »

6 avril 2017

Tel est le titre du livre qu’est venue nous présenter son auteure : Marie-France Clerc, lors d’une session de Katulu ? ce dernier jeudi du mois, soit le 30 mars, à la salle Albert Fayer à Carnoux devant un public d’une vingtaine de personnes.

Les grands parents de Marie-France Clerc ont immigré d’Ukraine vers la Pologne en 1921 où la mère de Marie France Clerc est née, puis ils vont s’installer en Lorraine dès 1923. Ils seront naturalisés français en 1938. Cet épisode de l’exil sera très douloureux pour la famille de Marie-France qui n’en parlera que difficilement. Seules des chansons ou des histoires d’enfants du pays perdu vont nourrir les premiers souvenirs de notre oratrice. A l’occasion de la retraite elle ressent le besoin de faire des recherches puis d’écrire pour se libérer de toute cette angoisse dont elle a hérité de ses parents et grands-parents. Ce sera un livre sous le mode de roman, à l’adresse de ses petits-enfants, s’inspirant de ce qu’elle a retrouvé de ce passé enfoui.

Marie-France Clerc à Carnoux

M.F. Clerc nous parle d’abord de l’histoire de l’Ukraine en général mal connue. Si nous avons une certaine mémoire récente de la Révolution Orange, Maïdan, les manifestations et la répression sanglante vues à la télévision… nous sommes bien en peine d’avoir une idée plus précise de l’histoire de cette nation où la position de Kiev était prépondérante dès le 8ème siècle !

L’Ukraine, d’une superficie semblable à celle de la France, avec 46 millions d’habitants est une nation particulièrement riche en ressources agricoles et minières. Tout au long de l’histoire après avoir été le premier état slave et le plus puissant d’Europe aux 11 et 12ème siècles, l’Ukraine fut asservie par la Russie tsariste, les Polonais, les Turcs, avec quelques périodes de relative indépendance en particulier entre 1917 et 1920 avant l’annexion par la Russie Soviétique. Ce pays a vécu de terribles périodes de famine entre 1930 et 1933, puis la grande terreur entre 1937 et 1938 avec la purge des élites au cours de laquelle des centaines de milliers de personnes ont disparu. Ceci a contribué à la position mitigée vis-à-vis des Allemands tout d’abord accueillis comme libérateurs en 1941 puis combattus du fait des mauvais traitements infligés, sans parler de la solution finale pour les Juifs.

Aujourd’hui, après l’éclatement de l’URSS en 1991 et la programmation de son autonomie, l’Ukraine doit se « désoviétiser ». Il existe 13 langues en Ukraine avec une dominante de l’ukrainien mais aussi du russe : 70 ans de régime communiste soviétique et 300 ans d’interdiction de l’ukrainien ne s’effacent pas du jour au lendemain.

M.F. Clerc avec Marie-Antoinette Ricard (Katulu ?)

Durant cette rencontre avec l’auteure, nous avons aussi parlé de littérature avec Gogol, Chevtchenko, Kourkov, un Ukrainien qui écrit en russe : « Le pingouin », « Le journal de Maidan »…

Le livre de Marie-France Clerc n’est pas historique. C’est la transmission de la mémoire et la réconciliation avec le passé. Lorsqu’elle l’acheva, elle put enfin se rendre sur la terre de ses ancêtres, retrouver de la famille, prendre connaissance des archives et découvrir un peu de la véritable histoire des siens.

Ce roman est construit sous la forme d’une intrigue qui ne peut être résumée sans la déflorer ! Alors pour plus de détail il faut lire ce livre.

Une excellente soirée très animée par de multiples questions qui s’est terminée de façon tout à fait conviviale autour du verre de l’amitié.

                                                                                                           Cécile T.

Débat sur l’école (partie 4) : une école inclusive…

3 avril 2017

Le dernier sujet de cette table ronde aborde la question de l’égalité des chances pour les élèves souffrant de handicaps et leur intégration dans l’école.

C’est Laurent Mauneau, professeur des écoles spécialisé en charge du suivi de la scolarisation des élèves handicapés sur les villes de La Ciotat et Ceyreste, acteur du dispositif AEBEP (Élèves A Besoins Éducatifs Particuliers) qui fait en bref rappel de l’historique de la prise en charge de ces élèves « particuliers » .

Laurent Mauneau

Dans un passé encore récent, ces élèves identifiés « handicapés » étaient voués à être enfermés dans des institutions avec une quasi impossibilité de retrouver une vie sociale normale. A part quelques cas  de lourdes pathologies médicales ou comportementales nécessitant une scolarisation  dans un établissement spécialisé, la volonté d’accueillir des enfants différents dans l’école ordinaire s’est faite progressivement.

Le but est de passer d’un système de séparation, d’exclusion (incapacité à accueillir et prodiguer un enseignement adapté) à un système d’intégration (dans certaines conditions, dans un nombre limité d’établissement, avec des éducateurs spécialisés) vers un concept d’inclusion où l’élève « à besoins particuliers » est totalement intégré au sein d’une classe ordinaire.

C’est l’esprit de la loi de 2005 prônant l’accueil de tous les élèves en prenant compte  leurs handicaps à travers des adaptations et aménagements. Encore faut-il définir ce que sont ces incapacités. Ce sont aussi bien celles d’un enfant diabétique, d’un dyslexique, d’un enfant ayant des difficultés pour écrire, d’un déficient visuel ou auditif, ou d’un élève précoce voire d’un paraplégique.

C’est aussi poser le postulat que dès le départ, tous les élèves devraient être réunis sans distinction obligeant l’école à s’adapter. Pour Laurent Mauneau, c’est possible. Des protocoles sont prévus pour chaque cas pour compenser leurs difficultés, car la capacité  intellectuelle de ces élèves est équivalente aux autres et leurs facultés d’acquisition des connaissances sont similaires.

Les solutions passent par des adaptations tant matérielles que  comportementales. En effet, des outils très simples peuvent compenser les difficultés comme par exemple un ordinateur avec un clavier « Braille » pour un déficient visuel, la disponibilité d’une armoire à pharmacie pour stocker l’insuline d’un diabétique, instituer une discipline et des méthodes d’expression orale (élèves – professeurs) pour qu’un déficient auditif assimile en totalité les connaissances orales dispensées.

Il est évident que la mise en œuvre de ces dispositifs ne peut se faire qu’avec la coopération des familles, des enseignants, des partenaires éducatifs, chacun d’eux devant prendre en compte que la notion de « temps » (d’apprendre et de s’épanouir à son rythme) n’est pas la même pour tous pour atteindre l’objectif de la réussite de tous dans un milieu scolaire sous pression des programmes, des effectifs et des autres familles.

Il est encourageant de constater qu’en maternelle, par exemple, un sentiment d’empathie naturelle existe chez les enfants envers ceux qui sont en situation de handicap. Dans les classes supérieures, cela peut parfois faire naître des interrogations, car les élèves bénéficiant  d’aménagements spéciaux peuvent être perçus comme avantagés par rapports aux autres, comme quoi  un travail permanent doit être effectué pour ancrer dans les esprits la notion d’égalité.

Cette approche de l’accompagnement des élèves en situation de handicap révèle le besoin identique des élèves  en  difficulté scolaire « ordinaire » et l’obligation de l’école, de la société de s’adapter pour créer les conditions d’une réussite pour tous. Cette tâche est immense mais les solutions proposées au cours de cette table ronde ouvrent de réelles perspectives.

L’école : un océan de questions qui restent sur la table…

Les conférenciers furent ensuite interpellés par le public pour engager un échange d’idées sur les arguments et thèmes abordés précédemment. Il en résulte que les préoccupations relatives à l’école, au cours du temps, restent les mêmes :

– l’école doit-elle ne transmettre que des savoirs ou des valeurs ; émanciper ?

– l’orientation est-elle bien faite (stages, alternance) ?

– l’internat pourrait-il être une solution pour certains ?

– malgré de multiples réformes, la régression des performances est constatée. Pourquoi ?

– l’idéal ne serait-il pas une réponse individuelle adaptée à chaque élève, une utopie ?

La discussion se poursuivit un verre à la main pour clôturer cette soirée riche en contenu. Il semble évident, qu’à l’avenir, une autre conférence devrait être proposée pour éclairer notre vision sur l’école et son devenir.

C. M.

Débat sur l’école (partie 3) : la pédagogie Freinet…

2 avril 2017

Une des expériences en cours actuellement à La Ciotat, au collège Jean-Jaurès et au Lycée Auguste et Louis Lumière est intitulée CLEF (collège lycée expérimental Freinet). Michel Motré, ancien instituteur et ancien inspecteur d’académie, parle avec enthousiasme de cette expérience qui semble anachronique puisque l’école Freinet a été conçue pour le primaire et dans les années 1930 !

Michel Motré

Ce programme débuté en 2008, a été proposé d’abord par deux enseignants travaillant déjà en Pédagogie Freinet dans leurs classes afin de la mettre en place dans une équipe complète d’enseignants dans un premier temps de la 6ème à la terminale et désormais à partir de l’école primaire avec l’école du secteur Maltemps. Cela permet une cohérence pédagogique qui redonne toute sa valeur au travail, institue l’élève comme « auteur » de ses apprentissages et propose une réussite éducative fondée sur une approche globale de l’enfant.

La formation dispensée développe autant les savoirs conceptuels (notions, concepts, règles, normes et lois) que les « savoirs opératoires ». Dans cet esprit l’équipe enseignante s’attache tout particulièrement à l’expression (épanouissement), la vie coopérative, l’expérimentation, le travail individualisé pour favoriser des processus individuels dans le cadre d’une réussite sociale.

L’enseignement s’organise autour de cours disciplinaires en classe complète, de travail individualisé en groupes de niveaux mélangés (5 à 6 h par semaine), d’ateliers (3 h par semaine) et des d’autres moments de vie scolaire. La durée hebdomadaire de travail et le contenu des programmes sont identiques aux classes ne suivant pas cette expérience. Les parents sont associés à l’équipe pédagogique pour évaluer les travaux et la progression des élèves.

Les effets constatés sont probants sur les acquis des élèves qui ont plaisir à venir à l’école, où la sérénité règne dans les classes, une aisance orale est de mise et les élèves identifiés « décrocheurs »  sont de nouveau  en capacité de poursuivre des études dans les voies traditionnelles. De même les enseignants sont confortés par la reconnaissance de leur rôle de pédagogue.

La réussite aux examens, dans ces deux établissements et équivalent à celles des autres ne proposant pas cette méthode CLEF. Un signe ne trompe pas car les demandes d’inscription à ces établissements de La Ciotat ne peuvent être toutes satisfaites, des familles déménageant même de régions éloignées pour avoir la chance de profiter de ce programme !

C. M.

Débat sur l’école (partie 2) : les potentialités des TPE…

1 avril 2017

« On n’arrive plus à intéresser les élèves ! » entend-on chez les professeurs. « Les élèves s’ennuient » lit-on aussi parfois. Ces plaintes témoignent d’un certain découragement qu’un professionnel doit savoir dépasser. Dans cet objectif Jacques Tonnelle, ex professeur de mathématiques et formateur à l’IUFM, a exploré des pistes pour  repenser le rapport au savoir des élèves et le rôle des professeurs dans la manière d’attirer et captiver l’attention des élèves.

Jacques Tonnelle

Il n’hésite pas à redonner du sens au verbe « apprendre » qui, pour lui, au travers des TPE (Travaux Personnels Encadrés) permettent de découvrir ce qu’il appelle la raison d’être des « œuvres » sélectionnées dans les programmes. Pour lui une « œuvre » (savoir) est une création humaine nécessitant la mobilisation de connaissances diverses comme par exemple, une équation mathématique, le droit constitutionnel, une recette de cuisine, la génétique, etc. Cela peut dépasser le cadre purement scolaire d’une discipline figée, contrainte par des directives nationales (textes et instructions).

Quel est le  dispositif des TPE ? Actuellement les élèves en classe de Première doivent mener un projet « personnel encadré ». Des thèmes sont sélectionnés par les professeurs de la classe et les documentalistes sur la base d’une liste nationale, les élèves de la classe sont répartis en différents groupes autour des sujets choisis en accord avec les deux professeurs qui suivent leur recherche, à raison de deux heures par semaine.

C’est une question qui initialise un TPE, comme celle-ci : Comment la technologie  de GPS peut-elle s’avérer utile dans la gestion des catastrophes naturelles ? Les élèves travaillent en autonomie, par groupes et/ou individuellement. La constitution d’un dossier thématique atteste le travail de recherche documentaire. De plus chaque élève remplit un carnet de bord où est consignée la progression du travail individuel. La réalisation finale fait l’objet d’une communication orale face à un jury en fin d’année. Une note est portée au livret scolaire et sera prise en compte au baccalauréat.

L’objectif des TPE est de définir des situations problématiques motivantes de manière à stimuler l’action volontaire d’apprendre et, par la même, rompre avec la perte de saveur des savoirs qui font trop souvent l’objet d’une visite superficielle dans l’approche scolaire. Il s’agit de développer chez l’élève le goût pour l’enquête en organisant un parcours d’étude et de recherche qui permette de proposer une contribution à la question sélectionnée.

L’originalité de cette méthode – qu’on peut généraliser en l’adaptant – est de proposer des questions comme source de l’enseignement ! C’est alors la situation qui vient motiver l’action d’apprendre. D’où l’importance de la formulation d’un « sujet d’étude » sous forme de question. Le rôle des professeurs est primordial dans la gestion de la recherche. Il faut en effet montrer la pertinence des savoirs existants, mais aussi en mobiliser d’autres qui peuvent ne pas être inscrits dans les programmes.

On pourra ainsi parler du fonctionnement du GPS sans rentrer par exemple dans les nombreux aspects scientifiques et techniques qui pourraient entrer dans l’étude. Ces derniers seront alors utilisés comme boîtes noires, prises en compte certes, mais sans être travaillées. L’important est de faire apparaître, chemin faisant, les besoins de l’enquête, et d’en travailler quelques uns.

Le dispositif des TPE veut donc répondre à la nécessité de motiver les savoirs diffusés par l’école. Avant de céder la parole au nouvel intervenant, Jacques Tonnelle conclut par une citation de Gaston Bachelard : « C’est le travail qui est producteur d’un savoir, et pas le produit fini (la formule mathématique par exemple) .

C. M.

Débat sur l’école (partie 1) : un diagnostic déroutant…

31 mars 2017

Les adhérents du Cercle Progressiste Carnussien et le public portant un intérêt au sujet du rôle de l’école dans la mise en pratique de méthodes et initiatives permettant une amélioration de la transmission des savoirs ce sont retrouvés, Clos Blancheton, pour participer à une conférence sur l’école et la société. Un débat en forme de table ronde où quatre professionnels de l’éducation ont exposé, à tour de rôle, leur expérience et leur vision sur les méthodes et les pratiques pédagogiques pouvant réconcilier tous les acteurs de l’école : élèves, parents, enseignants et décideurs politiques. Le but de la soirée était de donner la parole au public pour échanger sur les thèmes abordés.

Michel Motré, président du CPC, présente les conférenciers et introduit la séance en rappelant que  l’objectif des communications est de lever les incompréhensions qui entourent le rôle de l’école, de ses acteurs dans notre société souvent en conflit avec celle-ci, tout en soulignant qu’il n’y avait pas de solutions  définitives mais  que des réponses existaient, des expériences tangibles probantes.

Les 4 conférenciers au Clos Blancheton, le 16 mars 2017

C’est Michel Neumayer, spécialiste de « l’éducation nouvelle » et formateur d’enseignants, qui prend la parole en premier pour dresser un tableau de la situation actuelle de l’école, diagnostiquer tel un examen clinique les conflits et tensions qui parcourent la société à son sujet.

Michel Neumayer

Il constate que l’école est à l’image de la société, c’est à dire inégalitaire ; les enfants de cadre et d’enseignants réussissent mieux que les autres, pourquoi ? « L’ascenseur social » qui profitait, au siècle dernier, aux classes défavorisées, ne fonctionne plus.

L’école est prise dans la double injonction d’éduquer, d’instruire et, dans le même temps, de trier les enfants par  une orientation précoce. La coupure « manuel » / « intellectuel » subsiste toujours avec un  mépris inavoué de l’enseignement professionnel.

L’école est tiraillée, à l’heure « d’internet », par le doute de ce qu’il faut transmettre et comment ? Le poids de l’enseignement « intemporel » persiste alors que les savoirs humains évoluent dans les sciences, la linguistique, et d’autres domaines.

A l’heure  de la globalisation planétaire et de ses enjeux, il est nécessaire d’aborder la transmission de nouveaux savoirs en évitant les conflits qui agitent l’école à propos de la laïcité en particulier ou d’autres sujets de clivages.

Les dernières évaluations PISA montrent, pour la France, que l’Éducation nationale ne parvient pas à améliorer la réussite des élèves les plus faibles. Cela pose le problème de l’évaluation des connaissances qui sont sanctionnées par des notes perçues  comme « une punition » quand elles sont mauvaises et déclenchent, alors souvent un blocage de la motivation de l’élève qui subit  la conséquence d’une absence d’individualisation des méthodes alors qu’en matière d’apprentissage, l’hétérogénéité, bien encadrée, est un moyen de redonner le goût au travail scolaire et de créer une progression efficace des ses acquis.

Des expériences et innovations existent mais suffisent-elles ? Aujourd’hui, le contrat qui lie la société  et l’école est régi par le Politique, est-ce suffisant ? Quelle place fait-on aux parents dans l’école ? Comment en fait-on des partenaires du devenir scolaire de leur enfant ?

Il ne faut certes pas que l’école devienne un objet de consommation mais qu’une juste appréciation des moyens mis à sa disposition, une formation adaptée pour les enseignants, une administration centrale efficace puissent alors contribuer à la création d’une vision ambitieuse, confiante (non anxiogène) de l’école du futur, telle est la conclusion de Michel Neumayer à cet instant du débat.

C. M.

Rappel : l’école en débat à Carnoux !

15 mars 2017

Comme nous l’avions déjà annoncé ici, la prochaine conférence du Cercle Progressiste Carnussien se tiendra la semaine prochaine à Carnoux-en-Provence, jeudi 16 mars 2017, à partir de 18h30, dans la salle du Clos Blancheton, située au dessus du nouveau parking, en haut de la rue qui passe entre la mairie et l’hostellerie de la Crémaillère.

Elle prendra la forme d’une table-ronde animée par quatre intervenants, ayant tous une expérience éducative en milieu scolaire et qui proposeront des pistes de réflexion et d’action pour améliorer notre système éducatif qui fait l’objet de nombreuses critiques et interrogations.

Si le sujet vous interpelle, n’hésitez-pas à venir participer à ce débat citoyen sur le fonctionnement de notre système éducatif, plus que jamais au coeur des enjeux de notre société ! L’accès y est gratuit et sans restriction, en dehors du nombre de places limité qu’offre la salle mise à disposition par la commune.

Prochaine conférence : école et société, comment lever le malentendu ?

19 février 2017

L’école et l’éducation constituent à la fois un enjeu politique et un terrain de conflits qu’il faut aborder clairement sans s’abriter derrière des faux fuyants ou des présupposés non explicites. On peut y retrouver tous les choix qui dépendent de convictions philosophiques ou religieuses, d’idéologies (surtout lorsqu’elles prétendent ne pas en être), d’intérêts personnels ou de groupes, de situations sociales. Transformer des usagers en clients, par exemple, n’est pas anodin : pouvons-nous être sereinement des consommateurs d’école ?

dessinprofs

Nous sommes bien au cœur de la politique, entendue dans son sens de choix de vie sociale et de rapports entre individus et collectivités (ou de communautés ?). Choix pour lesquels, aujourd’hui, on ne peut plus se contenter d’une démocratie représentative (soumise aux aléas médiatiques et politiciens) influencée par des experts sans contrôle et des sondages sans lisibilité laissant cours à toute démagogie et à un « clanisme » constituant d’écuries présidentielles… Repenser l’École ne peut être le privilège d’aucun spécialiste !

dessinchatLe Cercle Progressiste Carnussien cherche à faire vivre les valeurs citoyennes et toutes les idées progressistes dans leur diversité et leur richesse. Pour cela les conférences du CPC sont devenues, au fil des ans, un lieu de rencontre permettant l’information et la participation au débat entre citoyens sur l’évolution des institutions qui permettent la vie en société. L’École, à travers ses différentes composantes (maternelle, primaire, secondaire, université) a été et demeure un enjeu majeur pour l’apprentissage de la vie collective, pour la transmission des savoirs, pour l’étude les grandes questions d’aujourd’hui et de celles qui sont devant nous…

Les dernières évaluations PISA montrent, pour la France, que l’Éducation nationale ne parvient pas à améliorer la réussite des élèves les plus faibles, cela même si les critères généraux retenus ne sont pas pleinement pertinents. En effet, comment comparer la performance des élèves français à leurs condisciples coréens ou chinois quand on sait que ces derniers suivent aussi des cours  supplémentaires organisés après l’école !dessinfayot

Plusieurs sujets peuvent être mis en débat : L’école est-elle sélective ? Comment donner à tous l’envie d’apprendre ? Comment concevoir un enseignement qui favorise le fait d’apprendre et de réussir ensemble ? Comment avoir confiance dans l’école et dans sa capacité à faire réussir ? Pourquoi enregistre-t-on une augmentation sensible des demandes d’inscription dans l’enseignement privé ? Fait-on le choix d’une école pour les bons élèves ou d’une école pour tous ? Comment motiver les élèves pour l’école ? Comment construire une société d’avenir  pour tous les élèves ? Et la liste n’est pas exhaustive...

Cependant des voies d’avenir, des projets se dessinent pour améliorer l’efficacité de l’École. Certes les défis sont énormes, mais il y a des raisons d’espérer. Le thème retenu est ce point crucial autour duquel s’orienteront les échanges : École et Société, comment lever le malentendu ?

La conférence débutera sous forme d’une table ronde alimentée par quatre courtes interventions mettant en lumière des solutions ponctuelles qui surgissent dans l’école. Ces initiatives parfois ignorées ou marginalisées contredisent le fatalisme ambiant. Leur dévoilement permettra d’échapper aux lieux communs qui polluent le débat et fourniront des pistes à explorer pour l’avenir.

afficheconfecoleLes quatre intervenants, Laurent Mauneau (professeur des écoles spécialisé, enseignant référent pour la scolarisation des élèves handicapés), Michel Motré (instituteur puis professeur en zone d’éducation prioritaire et enfin inspecteur pédagogique régional en arts plastiques, ex-directeur de la délégation académique à la formation et à l’innovation pédagogique), Michel Neumayer (ex professeur en collège, puis formateur d’adultes, animateur du GFEN en Provence, le Groupe français pour l’éducation nouvelle, et membre du Lien international d’éducation nouvelle) et Jacques Tonnelle (ex professeur de mathématiques, formateur à l’IUFM et au DEA Didactique des mathématiques) exposeront des initiatives (expérimentations, innovations ou pratiques pédagogiques) probantes visant à éclairer le public avant que s’engage l’échange avec la salle.

L’École pourrait peut-être participer, par ses pratiques, (conseils, coopératives, élaboration des projets, productions d’élèves, apprentissage du débat…) de l’émergence d’une démocratie délibérative et participative? À condition que des zones de pouvoir (que peut-on décider dans la classe, dans l’école…?) soient instaurées et de ne pas sombrer dans la réunionnite aiguë. Resterait aussi à évaluer les réformes qui ont avorté ou ont été abandonnées. Peut être, aussi, à condition que se constitue une nouvelle association de chasseurs, défenseurs d’une écologie de la pensée : les chasseurs d’idées reçues…

dessinreformeNe pas oublier : vous êtes donc invités cordialement à cet échange ouvert à tous qui se tiendra jeudi 16 mars 2017 dans la salle du Clos Blancheton à Carnoux-en-Provence, à partir de 18h30.

J. Tonnelle