Archive for mai 2011

Radars routiers….

31 mai 2011

La carte enfin disponible…

Alors que les premiers panneaux avertisseurs de radars fixes commencent à être retirés du bord des routes françaises, les radars « pédagogiques » font leur entrée dans le paysage de l’Hexagone. « Près de 200 radars pédagogiques seront installés d’ici le mois de juin. Puis dès le 15 juin, un appel d’offres sera lancé pour l’installation de 2.000 radars pédagogiques supplémentaires d’ici la fin 2011 », a annoncé Claude Guéant, lors d’un déplacement dans la Somme, ce lundi.

La carte officielle des radars.

Une « distance aléatoire »

Loin de remplacer les panneaux annonceurs de radars fixes, ils signaleront aux conducteurs la vitesse à laquelle ils roulent. En cas de dépassement de la vitesse autorisée, ceux-ci afficheront des messages tels que: « rappel zone à 90 km/h » ou « danger ralentir ». Le ministre de l’Intérieur a d’ailleurs été clair sur l’objectif de ces radars qui constituent « des moyens supplémentaires offerts aux automobilistes de bonne foi pour respecter les limitations de vitesse ». Il a également souligné qu’ « ils ne serviront pas à sanctionner » et qu’ « ils seront installés dans les zones dangereuses, en concertation avec les élus locaux, parfois en amont des radars fixes, mais à une distance aléatoire, parfois dans des zones où il n’y a pas de radar ».

L’aboutissement d’un projet contesté

Après la polémique qu’avait créé le gouvernement en annonçant sa volonté de supprimer tous les panneaux annonceurs de radars fixes, Claude Guéant a réaffirmé que « l’ensemble des panneaux signalant les radars seront démontés d’ici fin 2011 ». Si ces panneaux ont comme un sursis avant leur disparition définitive, le ministre de l’Intérieur a insisté sur le fait qu’il n’y a eu « aucun changement dans la décision du gouvernementale », avant d’ajouter que « ce n’est pas reculer que d’écouter les avis des uns et des autres, c’est simplement se donner les meilleurs moyens d’aboutir ».

Et alors que le coût d’installation d’un radar pédagogique devrait s’élever entre 2.500 et 5.000 euros, le ministre a expliqué que « ce ne sont pas contribuables qui financeront ce coût, mais les contrevenants » par le biais des amendes.

Rappel : Conférence 30 mai 2011

29 mai 2011

Alerte européenne enclenchée

27 mai 2011

Alerte européenne enclenchée après contamination d’E-coli

La Commission européenne a confirmé jeudi soir le déclenchement de son système d’alerte rapide dans l’ensemble des Etats membres après l’identification d’une source de contamination de la bactérie E-coli, qui a déjà tué au moins deux personnes en Allemagne.

Concombre espagnol......

Concombres bio espagnols
Les autorités allemandes ont informé jeudi soir la Commission européenne de la présence de ladite bactérie sur des concombres biologiques produits dans les provinces espagnoles d’Almeria et Malaga et importés en Allemagne.

Les recherches se poursuivent outre-Rhin pour identifier d’autres sources potentielles, alors qu’un troisième lot de concombres produits aux Pays-Bas et commercialisés en Allemagne est actuellement soumis à examen.

Selon la Commission européenne, les autorités espagnoles tentent pour l’heure d’identifier le site exact où les concombres contaminés ont été cultivés.

Mortelle
L’apparition de la bactérie E. Coli a déjà provoqué deux décès en Allemagne parmi 214 cas décelés, essentiellement dans la région d’Hambourg (nord), parmi lesquels figurent 68% de femmes, selon la Commission.

La Suède a également fait état de dix cas avérés de contamination, le Danemark quatre, la Grande-Bretagne trois, et les Pays-Bas un.

La Commission européenne invite toutes les personnes s’étant rendues récemment en Allemagne à être particulièrement vigilantes envers les symptômes de l’affection, comme des diarrhées chargées de sang notamment, et de contacter un médecin au besoin.

Faire taire les « climato-sceptiques délirants »

24 mai 2011

La lutte contre les « climato-sceptiques » se dote d’un nouvel outil: un site web grand public, réalisé par l’établissement public Universcience, qui répertorie toutes les données sur le changement climatique et les actualisera pour suivre ce phénomène « en temps réel ».

« Il y a un climato-scepticisme légitime et un climato-scepticisme délirant », explique le journaliste scientifique Yves Sciama, un des principaux concepteurs de Climobs.fr L’idée est qu’il y ait un « débat qui ne soit pas parasité par des données dont on ne sait pas d’où elles sortent, qu’il ait lieu sur une vraie base scientifique », a-t-il ajouté.

Banquise arctique estivale 1979-2010

Réalisé par Universcience – qui regroupe depuis début 2010 la Cité des Sciences et de l’Industrie et le Palais de la Découverte, et que préside l’astronaute Claudie Haigneré-, il sera mis en ligne le 24 mai.

Il proposera des données validées par les revues scientifiques les plus sérieuses ou par le groupe d’experts de l’ONU, le Giec, sur les grands marqueurs du changement climatique: la hausse des températures, la montée du niveau des océans, la fonte des glaciers….

Spécialistes
Chaque thème est contrôlé par un scientifique référent, spécialiste du sujet. « C’est un concept unique au monde », souligne M. Sciama. « Il permettra de suivre le changement climatique en temps réel », a renchéri Roland Chaer, directeur sciences et société à la Cité des sciences et de l’industrie.

« Le projet est né des controverses sur le changement climatique », qui ont

Niveau marin par altimétrie satellite

pris de la vigueur peu avant le sommet de l’ONU sur le climat de Copenhague, fin 2009, et qui ont été nourries par des erreurs dans le dernier rapport du Giec, a expliqué ce dernier.

« Il y a eu la sensation au sein de la communauté scientifique que le fait que les données de base n’étaient pas accessibles aux non-spécialistes a permis la circulation d’informations fausses », a-t-il ajouté. Le site a été réalisé notamment en partenariat avec le CNRS et Meteo-France, avec comme conseillère scientifique, la paléoclimatologue Valérie Masson-Delmotte. (afp)

A qui profite l’apocalypse?

22 mai 2011

La fin du monde n’a pas eu lieu le 21 mai 2011.

Encore raté....!

Alors que Harold Camping annonçait l’apocalypse pour 18 heures, les habitants de la planète Terre ont tranquillement vaqué à leurs occupations. Mais le jour du jugement dernier a profité à quelques capitalistes bien intentionnés.

Depuis quelques mois, le prêcheur américain Harold Camping annonce de manière véhémente la fin du monde. Campagnes d’affichage de panneaux géants dans les principales métropoles du monde, annonces radios sur le réseau Family Radio, distributions de tracts, bref, tout pour inquiéter les populations particulièrement sensibles à ce genre de message.

Maintenant que l’alerte est passée et que nous sommes toujours là, on s’aperçoit que plusieurs petits malins en ont profité pour se remplir les poches. Chez CNN Money, on apprend que l’organisme sans but lucratif de Harold Camping n’est pas à plaindre. Family Radio Inc. a ainsi reçu quelque 18 millions de dollars en dons pendant 2009. Par contre, force est d’admettre que l’homme de 89 ans ne s’en met pas plein les poches. Il n’est pas payé par l’organisation – il ne l’a jamais été d’ailleurs -, mais emploie près de 350 personnes. Pour la petite histoire, sachez qu’environ 80% des salariés de Family Radio n’ont jamais cru aux prédictions de fin du monde!

D’après le Sydney Morning Herald qui s’est intéressé de près à l’apocalypse puisque l’Australie devait être le premier pays touché par des tremblements de terre et l’arrivée du Christ, Craiglist a passé des milliers d’annonces de personnes offrant de racheter, à bas prix, les biens de ceux qui pensaient qu’ils allaient retrouver le Seigneur aujourd’hui. Chez Eternal Earth-Bound Pet, par contre, le business est plus sérieux. Cette compagnie offre de s’occuper des animaux de compagnie de ceux qui auraient été sauvés aujourd’hui.

Le principe est simple. Comme toutes les personnes de Eternal Earth-Bound Pet sont athées, elles seront encore là après la fin du monde et pourront, ainsi, prendre soin desdits animaux. Le tarif est «raisonnable» comme le souligne la compagnie: 135 $ par adresse civique pour un seul animal et 20$ par animal supplémentaire. Le contrat s’étend jusqu’à 10 ans! Hier, une note sur la page d’accueil du site prévenait les clients qu’aucune réponse ne serait donnée à des demandes d’informations, en raison d’un volume de courrier électronique trop élevé!

Chez Post-Rapture Post (qu’on peut traduire par la poste d’après la montée au ciel), on garantit la livraison de messages manuscrits à des proches de ceux qui auront été sauvés. Comment? Même principe que chez Eternal Earth-Bound Pets, les employés sont tous athées et ne feront donc pas partie des élus de Jésus. Les tarifs vont du très abordable au délire. Pour 4,99 $, on peut faire parvenir un message de 1500 caractères à la personne de son choix, lettre qui sera livrée en deux à six semaines. Et pour 799 $ (oui!), on a droit à 3 000 caractères, imprimés sur du papier qui ressemble à un parchemin. De plus, la livraison est garantie en 24 heures, «mais dépend des possibilités de transport offertes à ceux qui auront été rejetés par Dieu» comme le souligne le site.

Et pour ceux qui veulent rigoler du fait que, non, la fin du monde n’a pas eu lieu le 21 mai 2011, le site Zazzle.com offre des pages et des pages de produits dérivés sur l’apocalypse. De t-shirts (dont certains vraiment hilarants) clamant fièrement «J’ai survécu à la fin du monde» à des tasses, des posters ou des casquettes, tout est là. Pour l’instant, malgré l’absence de catastrophe mondiale, Harold Camping n’a fait aucune déclaration publique. Ses employés, eux, s’attendent à retourner au travail lundi matin. Comme nous tous, finalement.

Au fait, le Jugement dernier, c’est aujourd’hui…!

21 mai 2011

Selon un système mathématique basé sur l’interprétation de la Bible élaboré par Harold Camping, dirigeant octogénaire d’un réseau américain de radios FM évangéliques, la date du premier jour du Jugement dernier est prévue pour le 21 mai 2011, soit aujourd’hui samedi. La fin du monde suivra le 21 octobre. S’il vous reste quelque chose à faire…

Sonnez de la trompette…

"Sacré Harold...!

….avertissez le peuple, Ézéchiel 33:3, le 21 mai 2011, la Bible le garantit! »… On dirait que le jour du Jugement, qui doit intervenir à la fin des temps et où les hommes seront jugés en fonction de leurs actes commis sur Terre, est arrivé, selon la page d’accueil francophone du site international de Family Radio.

Nombreux « signes »
« Dans la Bible, Dieu nous offre de nombreux signes destinés à avertir le monde que le Jugement dernier et la fin des temps sont imminents », écrit Harold Camping dans un document intitulé « Gay Pride, un signe de la fin des temps planifié par Dieu », avant de citer en exemples la création de l’Etat d’Israël et la « profonde détérioration spirituelle que l’on peut constater dans la plupart des églises ». « Mais aucun signe n’est aussi dramatiquement clair que le phénoménal succès mondial du mouvement de la Gay Pride », poursuit Camping, évoquant la cité de Sodome ainsi que sa destruction, comme symbole du Jugement dernier.

Dieu a provoqué la Gay Pride
« Il est remarquable de constater qu’aujourd’hui, le mouvement de la Gay Pride s’affiche fièrement dans le monde entier. Ceci correspond à ce qui se passait à Sodome, à l’époque de sa destruction », note-t-il. « Nous comprenons donc que Dieu a provoqué l’expansion de la Gay Pride et des mariages homosexuels afin de montrer au monde qu’il se trouve aux portes du Jugement dernier. Dieu nous a montré qu’il existe un parallèle frappant entre Sodome, à la veille de sa destruction, et le monde actuel, également sur le point d’être détruit », développe Camping.

Moisson salvatrice
« Nous avons appris que le 21 mai 1988 fut le dernier jour de l’ère de l’église qui marqua également le début de la période de 23 années de la grande tribulation durant laquelle Satan à été utilisé par Dieu pour régner officiellement sur les églises du monde entier », explique plus concrètement « Radio Famille » sur son site internet. « Durant les premiers 2.300 jours de cette période de 8.400 jours, le Saint-Esprit se retira de toutes les églises du monde entier. Ce phénomène provoqua le silence dans le ciel. Cette triste situation se poursuivra au sein des églises, jusqu’à la fin de la période de 23 ans de la grande tribulation. Cependant, à l’issue des 2.300 jours qui suivirent le 21 mai 1988 (fin de l’ère de l’église), le Saint-Esprit se répandit à nouveau sur la terre, produisant ce que la Bible appelle la « pluie d’arrière-saison » (Zacharie 10:1; Jacques 5:7) dans le monde entier mais pas au sein de l’église. C’est alors que Dieu commença l’ultime et considérable moisson salvatrice, ce qui provoqua une grande joie au paradis. Le salut que Dieu accorde ne se produit pas dans les églises mais en dehors d’elles et se poursuivra jusqu’à la fin de la grande tribulation, le 21 mai 2011″, selon le site.

5 x 10 x 17 x 5 x 10 x 17 = 722.500 !

S'il vous reste...

« Dieu, dans sa grande miséricorde, nous a apporté une autre preuve flagrante. La voici: nous avons appris que la crucifixion s’était déroulée, précisément, le 1er avril de l’an 33 de notre ère, selon notre calendrier actuel. Le 1er avril 33 après Jésus-Christ est la seule date qui remplit toutes les exigences bibliques, c’est-à-dire un vendredi qui tombe à la date correcte pour la Pâque, date à laquelle le Christ devait être crucifié. Nous savons aussi, depuis un certain temps déjà, que la date du premier jour du Jugement dernier coïncidera avec la date de l’enlèvement, c’est-à-dire le 21 mai 2011. Mais on a ensuite découvert qu’il y a exactement 722.500 jours entre le 1er avril de l’année 33 après Jésus-Christ et le 21 mai 2011. Ce fait constitue une autre preuve infaillible que le 21 mai 2011 sera bien la date de l’enlèvement et celle du début du Jugement dernier », indique encore le site, avant d’étaler un système mathématique compliqué censé étayer la « preuve supplémentaire ».

Au temps pour lui
La presse a rappelé que ce n’est pas la première fois qu’Harold Camping prédit la « fin du monde »: il avait déjà annoncé le Jugement dernier pour le 6 septembre 1994. Admettant avoir pu commettre une erreur de calcul, il a passé une décennie à revoir les chiffres. Pour finalement annoncer la date du 21 mai 2011.


J’AI PLUS ENVIE…

19 mai 2011

J’ai plus envie de me prendre le quart-monde dans la gueule chaque fois que je mets un pied sur la Canebière. à Marseille.

Je m’apprêtais à écrire une chronique rafraîchissante pour un magazine d’été riant, bien décidé à taire mes énervements habituels. J’avais pris de bonnes résolutions, rangé ma parano dans ma poche et mes colères avec mes tenues d’hiver, au fond d’un placard. Je m’apprêtais même à faire de l’humour. Quelques fois, j’y arrive. Mais voilà. Une randonnée pédestre éprouvante entre les Cinq Avenues et le cours d’Estienne d’Orves a sapé mon moral et éradiqué mes résolutions optimistes.
J’ai plus envie de relativiser. J’ai plus envie de faire de l’humour. Et j’ai plus envie de subir ce cauchemar quotidien.
J’ai plus envie de supporter toute la misère du monde à chaque coin de rue.
J’ai plus envie de slalomer sans cesse entre des culs-de-jatte mendiants, des épaves avinées et des cartons d’emballages de fast-foods abandonnés sur le bitume chaotique du premier arrondissement.
J’ai plus envie de cette odeur de pourriture qui me saute à la gorge, de cette odeur d’urine à tous les angles de travioles, de cette odeur de merdes de chiens écrasées sur tous les trottoirs, de ces relents de transpiration et de crasse sur les banquettes arrière du 41.
J’ai plus envie de perdre des heures en bagnole dans un centre-ville laid, dévasté par manque total de prise de conscience individuelle et d’organisation collective.
J’ai plus envie de voir ma difficile survie professionnelle lézardée par des bureaucrates en R.T.T, assenant au petit peuple que la voiture est un luxe inutile, eux qui n’ont sans doute plus pris un métro depuis des lustres.
J’ai plus envie de me retrouver sur le parvis de la gare Saint Charles à onze heures du soir avec mes jambes et ma mauvaise humeur comme alternative à l’absence totale de transports en commun et à la présence suspecte de rares transports individuels qui frisent l’escroquerie.
J’ai plus envie.
J’ai plus envie de baisser les yeux devant l’indolence arrogante de jeunes connards.
J’ai plus envie de jouer les voitures-balais pour de malheureux touristes étrangers bouleversés, fraîchement dévalisés par des crétins sans loi ni repère.
J’ai plus envie de me retrouver à chercher des mots d’apaisement et à soliloquer des propos hypocrites sur la fraternité et la tolérance lorsque mes enfants se font racketter en bas de ma ruelle. 

J’ai plus envie de me laisser railler par ces troupeaux d’abrutis incultes, vociférant et bruyants au milieu des trottoirs qui n’ont qu’une douzaine de mots à leur vocabulaire, dont le mot « respect » qu’ils utilisent comme une rengaine sans en connaître le sens.
J’ai plus envie de contempler mon environnement urbain saccagé par des tags bâclés et des graffitis bourrés de fautes d’orthographe. L’illettrisme est un vrai fléau, il plombe même l’ardeur des vandales.
Et aussi…
J’ai plus envie de voir les dernières bastides mises à bas, les derniers jardins effacés d’un trait négligent sur des plans d’architectes en mal de terrains à lotir.
J’ai plus envie de cette ville qui saccage son passé historique sous les assauts des promoteurs (le comblement de l’îlot Malaval est une honte).
J’ai plus envie de cette ville qui perd sa mémoire au profit du béton.
Et encore…
J’ai plus envie d’écouter poliment les commentaires avisés des journalistes parisiens en mal de clichés, plus envie d’entendre leurs discours lénifiants sur la formidable mixité marseillaise. Elle est où, la mixité ? De la rue Thiers au boulevard des Dames, la décrépitude est monochrome.
J’ai plus envie de traverser le quartier Saint Lazare et de me croire à Kaboul.
J’ai plus envie non plus de me fader encore et toujours les exposés béats de mes concitoyens fortunés, tous persuadés que le milieu de la cité phocéenne se situe entre la rue Jean Mermoz et le boulevard Lord Duveen. Désolé les gars, le centre ville, à Marseille, c’est au milieu du cloaque, pas à Saint Giniez. Tous les naufrages économiques de l’histoire récente de ma ville tournent autour de cette erreur fondamentale l’appréciation de la haute bourgeoisie locale.
J’ai plus envie de ce manque d’imagination institutionnalisé, plus envie de palabrer sans fin avec des parents dont la seule idée d’avenir pour leur progéniture se résume à : «un boulot à la mairie ou au département».
J’ai plus envie d’entendre les mots «tranquille» «on s’arrange» «hé c’est bon, allez, ha» prononcés paresseusement par des piliers de bistrots.
J’ai plus envie de ce manque de rigueur élevé en principe de vie.
J’ai plus envie de l’incivisme, plus envie de la médiocrité comme religion, plus envie du manque d’ambition comme profession de foi.
J’ai plus envie des discours placebo autour de l’équipe locale de foot en lieu et place d’une vraie réflexion sur la culture populaire. J’ai plus envie non plus de me tordre à payer des impôts démesurés et de subir l’insalubrité à longueur de vie.
J’ai plus envie de m’excuser d’être Marseillais devant chaque nouveau venu croisé, décontenancé par sa découverte de ma ville. Ma ville !
Et pourtant, Marseille.
Pourquoi j’ai plus droit à ma ville ?
Merde !

Philippe Carrese est un écrivain marseillais de 55 ans, également spécialisé dans la Marine de Guerre, réalisateur de séries TV.  Il pousse un coup de gueule qui reprend ce que nous pensons presque tous.


Le 30 mai 2011

18 mai 2011

Il faut sauver la Luzerne

17 mai 2011

A l’attention de Monsieur Dacian Ciolos, commissaire Européen à l’Agriculture

Monsieur le Commissaire,

Comme vous le savez et l’avez vous même affirmé l’agriculture joue un rôle clef dans la production de biens publics tels que les paysages, la biodiversité, la qualité des sols. Dans le cas spécifique des grandes cultures qui occupent une grande partie du territoire agricole en Europe, la protection de l’environnement passe notamment par un allongement des rotations.

La luzerne est une de ces cultures qui s’intercale à merveille entre deux céréales. Captant naturellement l’azote de l’air, absorbant les nitrates en excès dans le sol, très sobre en pesticide et couvrant le sol toute l’année la luzerne constitue une véritable pause écologique. la luzerne fournit aussi aux élevages européens des protéines cultivées prés de chez eux et de grande qualité. Si la luzerne disparaissait de nos territoires il en résulterait une dégradation de la qualité des eaux, une plus grande exposition des sols à l’érosion, un appauvrissement de la biodiversité, une augmentation de la consommation d’engrais et de pesticides. Notre déficit en protéines de 75 % déjà aujourd’hui s’en trouverait aggravé.

Aussi, nous vous demandons Monsieur le Commissaire de proposer au Conseil européen des mesures durables et efficaces permettant de sauver la luzerne dès la récolte 2012 :

le report de l’OCM fourrages séchés jusqu’au 31 mars 2014

. une rémunération des services environnementaux remarquables qu’elle rend: qualité de l’eau potable, préservation de la biodiversité, maintien des paysages, protection des sols.

. un engagement sur le long terme car la luzerne est une culture pluriannuelle

. un niveau de compensation préservant l’attractivité économique de la luzerne par rapport aux autres grandes cultures

Monsieur le Commissaire, vous êtes en charge de la réforme de la politique agricole commune. A ce titre nous vous demandons de prendre en compte notre demande et de tout mettre en œuvre pour que la culture de la luzerne soit durablement encouragée dans la future Politique Agricole Commune.

Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire, l’expression de nos sentiments les plus respectueux.

J.P Verzeau,
animateur du collectif “sauvons la luzerne”


Passe encore de bâtir….

15 mai 2011

…mais se présenter à cet age….?

Josefina Villaverde, 101 ans, a décidé de se lancer dans la politique: la vieille dame est candidate pour le parti socialiste aux élections municipales du 22 mai à Cuntis, son village de Galice dans le nord-ouest de l’Espagne.

Josefina, candidate à 101 ans....

Née le 19 novembre 1909, Josefina, alerte et très enthousiaste, n’hésite pas à parcourir les rues de son village, à 50 kilomètres de Saint-Jacques-de-Compostelle, aux côtés de ses colistiers, en distribuant une plate-forme intitulée « Pour que gagne Cuntis ».

La vieille dame aux courts cheveux blancs, souriante, se souvient avoir pour la première fois déposé un bulletin dans l’urne le jour de ses 24 ans, dans une école de Cuntis. C’était sous la IIe république, pour les élections générales du 19 novembre 1933, les premières ouvertes aux femmes en Espagne deux ans après le feu vert du Parlement au vote féminin.

Sur la classe politique actuelle, sa préférence va à Carme Chacon, la jeune ministre socialiste de la Défense, parce que c’est une femme.
« Les femmes au pouvoir« , dit-elle, tout en ne cachant pas sa préférence pour l’actuel chef du gouvernement, José Luis Rodriguez Zapatero. Carme Chacon pourrait être candidate à la tête du parti socialiste (PSOE) en remplacement de Zapatero, qui a renoncé à se présenter pour un nouveau mandat aux législatives de 2012.

La vieille dame, veuve depuis 1973, trois fois arrière grand-mère et une fois arrière arrière-grand-mère, se dit « socialiste depuis la naissance » et raconte qu’elle aime parler de politique.

Rester fier(e) en toute circonstance !

14 mai 2011

Bientôt la déclaration d’impôts !

« Rester fier(e) en toute circonstance » !

Telle doit être notre devise !

Image du contribuable en 2011

Le plus important, quand le fisc t’a plumé(e)…
c’est de toujours garder…la tête haute !!!


un milliard de tonnes…..!

13 mai 2011

Plus d’un milliard de tonnes de nourriture soit un tiers des aliments produits sont gaspillées chaque année, affirme le Fonds des Nations unies pour l’alimentation (FAO) qui a appelé à « réduire les déchets alimentaires pour nourrir le monde ».

Au total, le tiers des aliments produits chaque année sur la planète pour la consommation humaine, soit environ 1,3 milliard de tonnes, est perdu ou gaspillé, selon un rapport préparé par la FAO, basée à Rome.

Ce volume équivaut à plus de la moitié de la production céréalière mondiale (2,3 milliards de tonnes en 2009-2010), alors que près d’un milliard de personnes – 925 millions – souffrent de la faim dans le monde.

Selon les experts de la FAO, les pays industriels et les pays en développement gaspillent grosso modo les mêmes quantités de nourriture, soit respectivement 670 millions et 630 millions de tonnes.
Mais pour des raisons différentes.

Dans les pays en développement, les pertes alimentaires sont importantes « aux stades de la production, de la récolte, de l’après-récolte et de la transformation », en raison notamment d »infrastructures défaillantes et de technologies dépassées ».

Dans les pays industriels, le gaspillage de nourriture, « est trop souvent le fait des commerçants et consommateurs qui jettent à la poubelle des aliments parfaitement comestibles ». En Europe et en Amérique du Nord, chaque consommateur gaspille entre 95 et 115 kg par an.

Tourisme nucléaire…

12 mai 2011

L’unique centrale nucléaire des Philippines, construite à grands frais il y a une trentaine d’années mais jamais utilisée, va être ouverte aux touristes, curieux de visiter un tel endroit après la catastrophe de Fukushima, ont annoncé mercredi les autorités du pays.

Ce sera « une expérience éducative. On peut voir toutes les machines, tout l’équipement et comprendre ce qui s’est passé dans la centrale de Fukushima au Japon et pourquoi cela n’arrivera pas à (la centrale de) Bataan », a déclaré Ronald Tiotuico, directeur du tourisme de cette région, à l’ouest de Manille.

Jamais utilisée...!

Et pour cause, la centrale de Bataan n’a jamais fonctionné depuis sa construction en 1984, pour un coût de 2,3 milliards de dollars (1,6 milliard d’euros). L’uranium a été retiré il y a longtemps, a précisé Ronald Tiotuico.

La centrale, d’une puissance théorique de 620 megawatts, avait été construite sous la présidence de Ferdinand Marcos, qui voulait pallier les difficultés énergétiques du pays après les chocs pétroliers des années 1970.

Après le renversement de Marcos en 1986, la présidente Corazon Aquino avait refusé de la mettre en route, en raison de doutes sérieux sur la sécurité, puisque la centrale a été construite près d’une faille sismique et d’un volcan actif.

Sa maintenance coûte chaque année des millions de dollars au gouvernement philippin. Elle reste la seule centrale du pays. La centrale nucléaire de Fukushima a été gravement accidentée après le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars.

un mal pire que le charbon!

11 mai 2011

Les gaz et huiles de schiste modifient les perspectives énergétiques à l’échelle mondiale en raison de réserves planétaires importantes, notamment aux Etats-Unis où l’exploitation des gaz non conventionnels croît fortement, mais cette exploitation est aussi synonyme d’une pollution encore plus importante que le charbon.

A l’échelle mondiale, les ressources exploitables en gaz non

conventionnels seraient supérieures à celles de gaz conventionnels. Le tiers de ces ressources serait localisé dans la zone Asie-Pacifique, notamment en Chine où un centre de recherches a été lancé, et le quart en Amérique du nord, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Mais les sous-sols du Moyen-Orient, des pays de l’ex-URSS, d’Amérique du Sud et d’Europe abriteraient aussi des réserves non négligeables.

Nouvelles technologies

Ces gaz non conventionnels (gaz de schiste, mais aussi gaz de réservoir compact ou « tight gas ») sont connus depuis longtemps, mais c’est la mise en oeuvre de nouvelles technologies aux Etats-Unis qui rend son exploitation commerciale possible. Pour extraire les gaz de schiste, il faut en effet forer à l’horizontale jusqu’à 3 km de profondeur et injecter d’énormes quantités d’eau, de sable et de produits chimiques pour fracturer la roche.

Nappes phréatiques polluées

Une technique qui pollue les nappes phréatiques, mais pas seulement! L’EPA (agence pour l’environnement américaine) étudie actuellement les effets de ces gaz sur les eaux potables et la santé publique et une première synthèse, publiée par la revue American Scientist, montre qu’il y a déjà eu aux États-Unis, après trois ans d’utilisation, plusieurs fuites importantes de gaz dans l’environnement et de contamination de nappes phréatiques.

Les caractéristiques du gaz de schiste sont comparables à celles du gaz naturel (proches de celles du méthane): sa combustion génère du CO2 et son rejet dans l’atmosphère accroît les émissions de gaz à effet de serre (celles-ci seraient d’ailleurs jusqu’à 2 fois supérieures à celles liées à l’utilisation du charbon!). On imagine sans difficulté l’impact de son exploitation sur l’état de la planète.

A l’heure des efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, l’exploitation du gaz de schiste choque. On est loin des préoccupations environnementales! Cependant, en dépit de l’opposition croissante, y compris aux Etats-Unis, la part des gaz non conventionnels dans la production gazière américaine ne cesse de croître…


Ils sont forts ces Parisiens !

8 mai 2011

Ils viennent d’inventer la traction arrière

Photo réelle sans trucage faite en Alsace.

Suffit de regarder l’immatriculation (je vous fais grâce des lettres).


On s’étonne que ça merde chez les Parigots quand il neige


Personne ne peut garantir…..

7 mai 2011

La France doit accepter de se préparer à des accidents  nucléaires « complètement inimaginables », qui représentent le plus grand danger pour ses installations, comme le prouve la catastrophe de Fukushima, a estimé jeudi le directeur général de l’IRSN, Jacques Repussard.

Lui non plus....!

« Il faut accepter de se préparer à des situations complètement inimaginables parce que ce qui nous menace le plus, ce n’est pas un accident standard« , a déclaré le responsable de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) lors d’une audition parlementaire.

En France, avec EDF, « nous avons un des opérateurs nucléaires parmi les plus compétents au monde, il est donc d’autant moins vraisemblable que nous soyons confrontés à un accident standard« , a estimé M. Repussard.

Tous les scénarios possibles
« Si un accident se produit, le moins invraisemblable est que ce soit un accident absolument extraordinaire, lié par exemple à des effets dominos avec d’autres installations voisines, des aléas naturels ou des actes de malveillance. Il faut se préparer à ce type de scénarios », a averti le responsable de l’IRSN.

A la lueur de l’accident survenu dans la centrale nucléaire japonaise de Fukushima, le gouvernement français a décidé de lancer un audit sur la sûreté des installations nucléaires de l’Hexagone prenant en compte des cas de figure extrêmes, jusqu’alors écartés par les opérateurs ou les experts chargés de la sûreté.

« Pour les Japonais, ce n’était pas réaliste ce tsunami de 15 mètres de haut » alors que la digue protégeant la centrale de Fukushima n’avait été rehaussée que de 5,7 mètres, a relevé Jacques Repussard. « Il faut faire des scénarios réalistes dans un contexte qui n’est pas réaliste pour notre imagination, c’est ce qui s’est produit au Japon », a-t-il conclu.

Réduire la probabilité
Le directeur de l’IRSN s’exprimait dans le cadre d’une audition de la mission parlementaire sur la sûreté des installations nucléaires, créée après la catastrophe de Fukushima et confiée à l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques (OPECST).

« Personne ne peut garantir qu’il n’y aura jamais d’accident nucléaire en France« , a répété le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), André-Claude Lacoste, auditionné lui aussi. Il revient « aux exploitants, aux autorités de contrôle, au gouvernement, de faire ce qu’il faut pour réduire cette probabilité. A nous tous de faire ce qu’il faut pour en réduire les conséquences, mais à l’évidence il faut que nous soyons capables de les gérer », a-t-il insisté.

L’audition parlementaire ouvrait un séminaire international consacré à la gestion post-accidentelle des crises nucléaires, organisé par l’ASN jusqu’à vendredi dans les locaux de l’Assemblée nationale.


Mon petit doigt m’a dit….

5 mai 2011

Recherché par la police pour trafic de drogue et homicide présumé, un Brésilien a été arrêté mercredi à Florianopolis, la capitale de l’Etat de Santa Catarina (sud), trahi par son signe particulier: six doigts à chaque main.

particularité...

« Nous avions des indices selon lesquels il s’agissait de lui mais il nous présentait les papiers de son frère et nous n’avions pas de preuves. Nous avons demandé des informations à l’Institut d’identification de l’Etat du Parana (sud) où il est né et avec cette particularité, il a été possible de confirmer« , a déclaré le commissaire Enio Matos au site G1 de Globo qui publie la photo des mains du suspect.

L’accusé était recherché par la police du Mato Grosso do sul, Etat frontalier avec le Paraguay, et il est soupçonné d’avoir commis un meurtre lié au trafic de stupéfiants, en mars dernier à Santa Catarina, selon le commissaire Matos.


La Une « choc » du Time

4 mai 2011

Le magazine américain Time a indiqué lundi qu’il allait publier une édition spéciale sur Oussama Ben Laden, dont la Une ferait apparaître le visage du chef d’Al-Qaïda décédé barré d’une croix rouge, comme il l’avait déjà fait pour Adolf Hitler et Saddam Hussein.

Le magazine a précisé que la nouvelle édition consacrée à Oussama Ben Laden, tué dans la nuit de dimanche à lundi au Pakistan par un commando américain, serait disponible jeudi. Le magazine avait publié des éditions spéciales avec des Unes similaires en mai 1945 après le décès d’Adolf Hitler et en avril 2003 après celui de Saddam Hussein, mais aussi en juin 2006 après la mort du chef d’Al-Qaïda en Irak, Abou Moussab al-Zarqaoui.

1er mai.

1 mai 2011

Fête du travail.

Offert par le Cercle Progressiste Carnussien