Posts Tagged ‘Actualités’

Le Conseil constitutionnel sème la colère…

16 janvier 2019

C’est à un véritable déni de démocratie auquel s’est livré cet automne, en pleine révolte des Gilets jaunes, le Conseil constitutionnel en décidant de censurer arbitrairement et sans la moindre justification 23 des 98 articles de la loi dite Egalim (de son petit nom : « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous », ça ne s’invente pas mais c’est plutôt bien tourné…).

Le Premier ministre, Edouard Philippe et le ministre de l’agriculture, Stéphane Travert, lors du lancement des États Généraux de l’Alimentation en juillet 2017 (photo © Martin Bureau / AFP)

L’affaire avait pourtant bien commencé puisque le texte de cette loi tant attendue a été rédigé sur la base des compromis issus de longs mois de débats passionnés entre associations environnementales, représentants de la profession agricole et entreprises de l’agro-alimentaire, regroupés dans le cadre des fameux États Généraux de l’Alimentation. Une vaste consultation nationale qui résultait d’une promesse de campagne du Président Macron et que ce dernier avait lancée en juillet 2017. Clôturé fin 2017, après 14 ateliers et 75 réunions, le débat, enrichi de milliers de contributions citoyennes, a débouché en avril 2018 sur un projet de loi autour duquel députés et sénateurs se sont joyeusement étripés durant tout l’été.

Finalement adoptée par le Parlement le 2 octobre 2018, cette loi est notamment destinée à mieux assurer le revenu des exploitants agricoles tout en améliorant les conditions sanitaires et environnementales de production. Elle comporte notamment tout un volet destiné à renforcer le bien-être animal jusque dans les abattoirs, mais aussi des dispositions très attendues sur le développement des produits bio dans les cantines scolaires, l’étiquetage d’origine des miels ou encore la limitation de l’usage du plastique, interdisant notamment l’usage des bouteilles, touillettes et pailles en plastique à compter de 2020.

Améliorer le bien-être animal des filières d’élevage, un des objectifs visés par la loi Egalim (photo © Archives Ouest-France)

L’un des articles de la loi était particulièrement attendu par les défenseurs de la biodiversité et les tenants de l’agriculture paysanne puisqu’il autorisait – enfin ! – la vente aux jardiniers amateurs et aux collectivités publiques de semences anciennes du domaine public, non inscrites au Catalogue officiel. Une autorisation que réclamaient depuis des années l’association Kokopelli ou le Réseau semences paysannes, alors que plus de 99 % des semences cultivées par les agriculteurs sont désormais issues des 1600 variétés de plantes protégées par un « Certificat d’obtention végétale » et ne peuvent être vendues que par ceux qui en sont propriétaires, à savoir les quelques grandes firmes de l’agrochimie que sont les groupes Bayer-Monsanto, Dow Chemical ou encore DuPont de Nemours.

Continuer à produire et à diffuser les semences de variétés anciennes est pourtant d’autant plus important que cela contribue à entretenir une certaine biodiversité et à conserver un capital génétique varié dans lequel les générations suivantes seront bien contentes de puiser en cas de besoin. C’est notamment la thèse que défend l’écologiste Yann Arthus-Bertrand, président de la fondation GoodPlanet.

Le photographe écologiste, Yann Arthus-Bertrand (photo © Delphine Goldsztejn / Le Parisien)

Mais ce dernier ne décolère pas depuis le 25 octobre 2018, date à laquelle les huit « Sages » du Conseil constitutionnel ont décidé de censurer plus du quart du texte de loi dont cet article 78 qui autorisait enfin la vente libre de semences traditionnelles. Une décision d’autant plus incompréhensible que les « Sages » en question, parmi lesquels les anciens premiers ministres Laurent Fabius et Lionel Jospin qui ne sortent vraiment pas grandis de cette affaire, ne jugent même pas utiles de préciser les raisons d’une censure aussi surprenante !

Aussi curieux que cela puisse paraître, le Conseil constitutionnel, qui possède le pouvoir exorbitant de mettre à bas tout le travail législatif du Parlement, n’a en effet pas besoin de justifier ni même d’argumenter ses décisions. En l’occurrence, il affirme d’ailleurs n’avoir pas jugé sur le fond de l’affaire mais uniquement sur la forme, estimant que les points retoqués relèvent d’un « cavalier législatif », autrement dit n’ont aucun rapport avec le sujet principal de la loi. Il est vrai que traiter de semences agricoles dans une loi sur l’agriculture peut surprendre celui qui ne connaît rien au monde paysan… Une telle position est d’ailleurs d’autant plus étonnant que les membres du Conseil constitutionnel n’ont en revanche rien trouvé à redire à l’interdiction par cette même loi des pailles en plastique, justifiée par le souci de limiter les pollutions en mer : un souci louable et fort bienvenu mais dont le rapport avec l’agriculture est pour le coup nettement plus ténu…

Un dessin publié dans « Le Lot en action »

Mais ce serait leur faire injure que de voir dans cette péripétie législative une erreur d’appréciation grossière. Le fait d’avoir vidé de sa substance des pans aussi importants de ce projet de loi ne relève pas du simple caprice d’une poignée de politiciens aigris sur le retour, mais bien d’une attaque en règle orchestrée par la soixantaine de parlementaires qui ont saisi le Conseil constitutionnel et par les multiples lobbyistes qui ont défendu pied à pied les intérêts des multinationales de l’agro-alimentaire.

Si l’incident confirme une nouvelle fois ce que chacun savait déjà, à savoir la forte vulnérabilité de nos institutions face à ce travail de sape des lobbyistes professionnels, il met aussi en exergue l’âpreté du combat qui reste à mener pour que l’on revienne en France à une agriculture plus responsable et plus respectueuse de la biodiversité tant menacée : Yann Arthus-Bertrand n’a pas fini de se mettre en colère…

L.V.  

Publicités

Loïc Fauchon : la Société des Eaux de Marseille tourne la page ?

5 janvier 2019

A Marseille, la Société des Eaux de Marseille est une institution. Créée en 1941 en même temps que le bataillon des Marins pompiers de Marseille, dans la foulée du dramatique incendie des Nouvelles Galeries qui avait révélé au grand jour l’incurie des élus de la ville en général, et la vétusté du réseau municipal d’eau en particulier, la Société d’études des eaux de Marseille se transforme deux ans plus tard en Société des Eaux de Marseille à qui la ville confie la gestion de l’eau dans le cadre d’un contrat de régie intéressée.

En 1960, le contrat de régie est remplacé par une délégation de service public (DSP) et depuis cette date, la SEM n’a pas lâché l’affaire, gérant toujours, pour le compte de la ville de Marseille la production et la distribution de l’eau, ainsi que l’exploitation du Canal de Marseille qui achemine depuis 1849 l’eau de la Durance jusqu’au Palais Longchamp. En 2001, la Communauté urbaine de Marseille s’est substituée à la Ville et fin 2013, après une durée record de 53 ans, le contrat de DSP a enfin été remis en jeu dans la cadre d’un appel d’offre, après que les élus marseillais aient balayé d’un revers de main toute velléité de retour à une régie municipale qui est pourtant devenu le dispositif de référence de nombre d’agglomérations telles Grenoble, Paris, Rennes ou Nice.

Loic Fauchon (à côté de Jean-Claude Gaudin) et Martine Vassal (en porteuse d’eau) lors du 6ème forum mondial de l’eau à Marseille en 2012 (photo © Christophe Taamourte / Forum mondial de l’eau)

L’attribution du nouveau marché de l’eau potable et celle des marchés de l’assainissement a donné lieu à d’intenses controverses et à une sérieuse mise en cause de plusieurs responsables locaux, Martine Vassal en tête, étrillée par un rapport de la Chambre régionale des comptes puis soupçonnée de favoritisme et de prise illégale d’intérêt dans le cadre d’une enquête ouverte par le Parquet national financier et même placée un temps en garde à vue en juin 2017.

Toujours est-il que c’est encore le groupe Eaux de Marseille, aux mains de Véolia, qui continue à gérer, pour 15 ans supplémentaires, jusqu’en 2029 au moins, via sa nouvelle structure juridique ad hoc dénommée Société des Eaux de Marseille Métropole, la distribution de l’eau potable dans la capitale phocéenne et 17 communes voisines dont Carnoux : une affaire juteuse à 2,3 milliards d’euros, le second plus gros français marché de distribution d’eau…

Un groupe qui emploie plus de 2000 salariés et affiche un chiffre d’affaires de près de 337 millions d’euros en 2017, dont 230 millions dans le secteur de l’eau. Ses investissements dans le domaine de l’eau ne cessent d’ailleurs de baisser, passant de 58 millions d’euros en 2016 à 49 en 2017, confirmant s’il en était encore besoin qu’il vaut mieux ne pas trop compter sur des contrats de DSP avec une multinationale de l’eau pour assurer le renouvellement des réseaux pourtant vieillissants. Et d’ailleurs, le groupe se diversifie de plus en plus vers d’autres marchés encore plus lucratifs dont ceux de la propreté urbaine, de la collecte des déchets (via sa filiale Bronzo notamment) voire de la vidéosurveillance.

Loic Fauchon lors du Forum mondial de l’eau à Mexico en 2006 (source © ENB IISD)

Et pourtant, c’est toujours le même homme, Loïc Fauchon, lui aussi mis en cause suite à l’attribution du marché marseillais de l’eau en 2014 et lui aussi placé en garde à vue dans ce cadre, qui est à la tête de cet empire solidement implanté dans l’écosystème marseillais, et ceci depuis 1991, soit bientôt 27 ans sans discontinuer, qui dit mieux ? Fonctionnaire territorial, il a occupé des postes de direction à la région PACA puis au Département des Bouches-du-Rhône avant d’être nommé directeur de cabinet de Gaston Deferre en 1983 lorsque celui-ci était encore maire de Marseille, puis d’occuper le poste de Secrétaire général de la Ville aux côtés de Robert Vigouroux qui le place en 1991 à la tête de la SEM, comme directeur général. Il en devient le PDG à partir du 1er juillet 1997, alors que son ami Jean-Claude Gaudin est désormais maire de la ville.

L’homme a de multiples casquettes et le cumul des fonctions ne lui fait pas peur. Maire de Trets de 1989 à 1997, il a aussi fait dans l’humanitaire en créant en 1977 une ONG d’aide d’urgence, TransSahara. Depuis 2014, il est également président de la SAFIM, la société qui gère la foire internationale de Marseille tout en étant présent dans moult conseils d’administration dont ceux de l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse, de la Société des Eaux du Niger ou encore de l’IEP d’Aix-en-Provence d’où il est sorti diplômé en 1970.

Loïc Fauchon, PDG de la Société des Eaux de Marseille et président du Conseil mondial de l’eau à Marseille en 2012 (photo © J.M. Huron / SEM)

Mais sa grande affaire, c’est le Conseil Mondial de l’Eau qu’il a présidé de 2005 à 2012 après y avoir exercé de multiples responsabilités, ce qui lui a notamment permis d’organiser le sixième Forum mondial de l’eau qui s’est tenu à Marseille en mars 2012. Président honoraire de l’association depuis lors, Loïc Fauchon vient tout juste de se faire réélire Président, le 1er décembre 2018, de cet organisme qui promeut avant tout une gestion privée de l’eau et de l’assainissement par des multinationales comme Véolia, ainsi que cela lui est reproché fréquemment. Mais Loïc Fauchon n’en a cure, lui qui n’hésitait pas à proclamer, en 1998, comme le rappelait en 2010 le journaliste Marc Laimé sur son bloc Les eaux glacées du calcul égoïste : « l’eau, c’est toujours la vie, l’eau c’est parfois la mort. Mais l’eau c’est aussi le pouvoir, l’eau c’est aussi l’argent »…

Loïc Fauchon, réélu à la présidence du Conseil mondial de l’eau le 1er décembre 2018 (photo © Conseil Mondial de l’Eau / Econostrum)

Et voilà pourtant que ce personnage haut en couleur et qui vient de fêter ses 70 ans, est en train de passer la main comme il l’a annoncé devant quelques journalistes triés sur le volet le 14 novembre dernier. Les médias présents ont ainsi appris qu’une nouvelle directrice, Sandrine Motte, présente depuis 20 ans à la SEM, en avait été nommée directrice générale en avril dernier, assortie d’une directrice déléguée adjointe, Marie Borni, toutes deux ayant été directrice de cabinet du Président, lequel a annoncé qu’il quittera la SEM en juin 2019.

Sandrine Motte, directrice générale du groupe Eaux de Marseille, Loïc Fauchon, Président, et Marie Borni, DG adjointe (photo © F. Delmonte / Les nouvelles publications)

Le siège social de la SEM, situé dans le 6ème arrondissement près de la Préfecture a aussi été vendu et transféré sur le site de la Capelette, tandis que le groupe annonce une volonté de diversification dans d’autres domaines que celui de l’eau. Le départ prochain de son PDG pourrait donc correspond à un véritable tournant dans la vie du groupe. L’avenir dira si cette évolution se fait vers davantage de transparence et de déontologie une fois tournée la page Loïc Fauchon, lui qui n’hésitait pas en 2008 à assigner en justice pour diffamation l’association UFC Que choisir qui avait oser prétendre que l’eau était surfacturée à Marseille, comme le rappelait Le Ravi en avril 2009 : tout ceci ne sera peut-être bientôt plus qu’un mauvais souvenir d’une époque révolue…

L.V. 

2018 : petite rétrospective souriante…

1 janvier 2019

L’année 2018 vient de se terminer et une nouvelle a commencé. C’est l’occasion pour l’équipe qui anime ce blog collectif de souhaiter à tous ses lecteurs, fidèles ou occasionnels, une bonne et heureuse année 2019, en espérant qu’elle apporte son lot d’espoirs et de petits bonheurs malgré la morosité ambiante, la crise économique persistante et les craintes de catastrophe écologique annoncée…

C’est aussi l’occasion de jeter, comme chaque année à cette période, un petit coup d’œil dans le rétroviseur, histoire de se remémorer quelques-uns des faits, majeurs ou insignifiants, qui ont jalonné les derniers mois écoulés et qui ont inspiré, avec plus ou moins de bonheur, les dessinateurs de presse qui savent, comme personne, faire se télescoper l’actualité et la présenter sous son angle le plus loufoque ou décalé.

La sélection est totalement subjective et n’a pas prétention à constituer une rétrospective exhaustive et structurée de l’année écoulée, mais si elle peut faire sourire quelques-uns de ceux qui tomberont par hasard sur cette petite compilation, alors notre objectif sera atteint. A défaut, ce sera du moins l’occasion de présenter à nos visiteurs du jour tous nos vœux pour une joyeuse année 2019 !

Janvier

Le 17 janvier 2018, le Premier Ministre Edouard Philippe annonce la décision du gouvernement d’abandonner le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes, une opération initiée en 1963 et relancée en 2000 dans l’objectif d’y transférer l’aéroport de Nantes. Déclaré d’utilité publique en 2008, le projet avait fait l’objet d’une consultation locale en 2016, réservée aux seuls habitants de Loire-Atlantique et qui avait dégagé une majorité de 55 % en faveur du projet. Celui-ci suscitait néanmoins depuis 1972 une forte opposition, car sa mise en œuvre aurait signifier la destruction de vestes surfaces naturelles d’intérêt écologique et agricole majeur. La « zone d’aménagement différé » (ZAD, rebaptisée « zone à défendre » par les opposants au projet) faisait l’objet depuis 2008 d’une occupation par des militants venus parfois de très loin. Un dessin malicieux signé Wingz.

Février

Après le décès du chanteur Johnny Hallyday, ses proches se disputent l’héritage. Le 12 février 2018, Laura Smet et David Hallyday, les enfants de Johnny Hallyday, font savoir leur intention de contester devant la justice le dernier testament de leur père qui les déshérite au profit de sa quatrième et dernière épouse, Laetitia. Ils revendiquent aussi un droit de regard sur le dernier album posthume de Johnny et réclament le gel de ses biens immobiliers. Les médias se font alors l’écho de fortes tensions qui se seraient développées depuis des années entre Laetitia et les deux premiers enfants du chanteur décédé. Une situation qui n’a pas manqué d’attirer le regard acéré du dessinateur Tartrais…

Mars

En mars 2018, la guerre civile syrienne, qui fait rage depuis 2011, connait un nouveau paroxysme et s’invite régulièrement aux informations télévisées comme en témoigne ce dessin signé Hub. Le 11 mars, la poche rebelle de la Ghouta, à l’Est de Damas, est scindée en trois sous les assauts de l’armée syrienne de Bachar El Assad, épaulée par l’aviation russe, après d’intenses bombardements qui font des ravages parmi la population civile. Les groupes rebelles capitulent les uns après les autres, le dernier début avril après une nouvelle attaque chimique organisée par le régime syrien. Dans le même temps, l’armée turque appuyé par l’Armée syrienne libre, poursuit son offensive dans la région kurde et s’empare de la ville d’Afrine qui tombe le 18 mars 2018, confirmant le jeu mortel que se livrent différentes puissances étrangères évoluant sur le sol syrien.

Avril

Après une manifestation nationale le 22 mars 2018, les cheminots entament à partir du 2 avril une grève perlée qui durera jusqu’à l’été et perturbera fortement le trafic ferroviaire. Ce mouvement social est lié à la volonté du gouvernement de réformer le statut de cheminot dans le cadre de l’ouverture du transport ferroviaire à la concurrence et de la transformation de la SNCF en société anonyme. Bien que le gouvernement ait renoncé à recourir aux ordonnances pour mettre en œuvre la réforme projetée et qu’il se montre ouvert à la reprise de la dette colossale de la SNCF, les tensions avec les syndicats sont fortes et relèvent largement de ressentis divergents, comme l’a bien analysé le dessinateur Pascal Gros.

Mai

La Commission européenne ayant décidé de prolonger de 5 ans l’autorisation d’utiliser le glyphosate, principe actif du Roundup, malgré son effet cancérigène probable et son impact avéré sur la destruction des abeilles, le Président Macron s’était engagé à interdire le glyphosate en France dans les trois ans. Pourtant, en mai 2018, le gouvernement refuse d’inscrire cette mesure dans le projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation. La condamnation en août de Monsanto, pour non avertissement du danger lié à l’utilisation du Roundup, puis la démission de Nicolas Hulot, en septembre, font monter la pression sur le dossier. Mais le 15 septembre 2018, la majorité présidentielle, en accord avec le gouvernement, rejette une nouvelle fois l’interdiction du glyphosate lors de l’adoption définitive de la loi. Encore une occasion manquée face à la puissance des lobbies de l’agro-alimentaire… Un dessin signé Mutio.

Juin

Aux États-Unis, les fusillades dans les lieux publics se multiplient malgré une forte mobilisation de la jeunesse pour mieux contrôler la commercialisation des armes à feu. Le 28 juin 2018, ce sont 5 personnes qui sont tuées par balles dans la salle de rédaction d’un quotidien d’Annapolis, tandis que le 18 mai, un adolescent de 17 ans avait massacré 8 lycéens et 2 professeurs dans son établissement scolaire de Santa Fé au Texas, et que le 14 février, une autre fusillade avait fait 17 morts dans le lycée de Parkland en Floride. Une série morbide qui n’empêche pas les lobbyistes de la NRA (National Rifle Association) de continuer à défendre mordicus le libre droit à l’acquisition et à l’usage des armes à feu. Un dessin féroce, signé Marc Large.

Juillet

Le 19 juillet 2018, Le Monde révèle qu’Alexandre Benalla, adjoint au chef de cabinet d’Emmanuel Macron et responsable de la sécurité pendant sa campagne présidentielle, avait été filmé en train de passer à tabac des militants en marge des manifestations du 1er mai, place de la Contrescarpe à Paris. Intervenant comme « observateur » auprès des CRS, le garde du corps du Président n’avait pas pu s’empêcher de faire le coup de poing. Sanctionné légèrement par une simple exclusion de 15 jours avant de réapparaître dans ses fonctions, Alexandre Benalla déclenche une véritable tornade médiatique qui affaiblira durablement le Président de la République. Un dessin signé Fabrice Grégoire.

Août

Le 14 août 2018, deux travées du pont Morandi à Gênes s’effondrent brusquement, ainsi qu’une des piles du viaduc sur lequel l’autoroute A10 franchit le Val Polcevera. De nombreuses voitures sont précipitées dans le vide et l’accident, aussi rare que spectaculaire, fait 43 morts et 16 blessés. Le gouvernement met rapidement en cause la responsabilité de la société concessionnaire Autostrade per l’Italia, accusée d’avoir négligé ses obligations d’entretien d’une infrastructure particulièrement sollicitée. Mais la catastrophe survient quelques mois à peine après la constitution du nouveau gouvernement formé suite à la victoire électorale du Mouvement 5 étoiles et de la Ligue du Nord en mars 2018, un gouvernement qui a tendance à accuser l’Union européenne de tous les maux et à vouloir restreindre fortement l’immigration, comme le souligne judicieusement le dessinateur Oli

Septembre

Le 26 septembre 2018, le Président Emmanuel Macron a reçu des mains d’Erik Solheim, directeur du Programme des Nations-Unies de l’environnement (PNUE) la distinction de « Champion de la Terre », un prix qui récompense des personnes reconnues comme « leaders environnementaux exceptionnels » et qui a notamment été attribué à Al Gore ou au Français Yann Arthus-Bertrand. Un titre qui témoigne de la haute estime en laquelle est tenu le président français à l’international sur les questions environnementales depuis l’organisation fin 2017 du « One Planet Summit » et son fameux slogan « Make our planet great again ». Emmanuel Macron organisait d’ailleurs ce même jour à New-York, le deuxième sommet du genre en présence de chefs d’entreprise et d’opérateurs financiers. Et ceci alors que les émissions françaises de gaz à effet de serre sont reparties à la hausse et dépassent largement les objectifs que la France s’était fixée, comme le suggère malicieusement le dessinateur Le Placide dans ce dessin publié par Chalon TV

Octobre

Le 29 octobre 2018, le candidat d’extrême droite, Jair Bolsonaro, militaire de réserve, raciste, climato-sceptique et homophobe, est élu Président de la République du Brésil avec plus de 55 % des suffrages, déclenchant une forte inquiétude internationale quant à l’évolution de ce pays, le plus peuplé d’Amérique du Sud et celui où les enjeux liés à la déforestation ont un impact mondial, mais qui se caractérise aussi par de fortes inégalités sociales, une corruption endémique et une violence au quotidien. A quoi ressemblera le prochain carnaval de Rio ? Telle est la question que se pose le dessinateur Péji

 

Novembre

Le mouvement des gilets jaunes, initié en réaction à la hausse des prix du carburant, prend de l’ampleur. A partir de la mi-novembre, blocages de routes et de ronds-points se multiplient tandis que les manifestations s’enchainent chaque week-end, parfois accompagnées de mouvements de violence urbaine. Un dessin de Christophe Besse publié dans Marianne le 23 novembre 2018.

Décembre

Le 11 décembre 2018, un terroriste islamiste s’attaque à des passants sur le marché de Noël de Strasbourg, causant la mort de 5 personnes et en blessant 11 autres avant de réussir à s’enfuir après un échange de tirs avec une patrouille de l’opération Sentinelle. Il sera abattu deux jours plus tard par la police. Le marché de Noël est rouvert dès le 14 décembre, et le mouvement des gilets jaunes se poursuit, comme l’a malicieusement noté le caricaturiste Bauer, dans ce dessin publié dans Le Progrès le 14 décembre 2018.

Joyeux Noël 2018 !!!

25 décembre 2018

Comme chaque année, le jour de Noël est l’occasion de sourire un peu et d’oublier pour quelques instants au moins les soucis du quotidien. Et, pour cela, rien de mieux qu’un petit dessin humoristique. Merci aux dessinateurs de presse et à leur humour décalé, tendre ou ironique qui leur permet avec beaucoup de talent de faire passer des idées de manière subtile, et … joyeux Noël 2018 à tous les lecteurs assidus ou occasionnels de ce blog collectif !

Un dessin signé Ucciani (source © Centerblog.net)

Un dessin signé Deligne (source © Pinterest.fr)

Un dessin signé Ranson (source © home.scarlet.be)

 

Un dessin signé F. Breant (source © blog Pierre la pierre)

 

Un dessin signé Phil Interlandi (source © Bric-à-brac.org)

 

Un dessin signé Flym (source © Jennely)

 

Un dessin signé Chapatte

Après le TGV, c’est le métro qui déraille à Marseille…

24 décembre 2018

C’est décidément la loi des séries. Comme le disait si élégamment l’ancien Président de la République Jacques Chirac, dans un élan de fatalisme corrézien, « les emmerdes, ça vole toujours en escadrille »… A Marseille, Jean-Claude Gaudin n’est probablement pas loin de penser la même chose. L’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne a mis à nu l’impasse de la politique menée depuis des années par la municipalité où il est élu depuis 1965 et qu’il dirige depuis 1995.

Jean-Claude Gaudin rue d’Aubagne le 5 novembre 2018 (photo © Patrick Gherdoussi / Divergence images in Marsactu)

A près de 80 ans, force est de reconnaître que l’état dans lequel il laissera la ville à ses successeurs à l’occasion des prochaines élections municipales prévues en 2020 est catastrophique. La priorité accordée à l’embellissement de certains quartiers aisés, fief de son électorat traditionnel, et à de coûteux investissements de prestige, ruineux pour la collectivité et source d’endettement pour les générations à venir, le retard colossal pris dans le développement des politiques de transports publics, le manque d’investissement et d’entretien dans de nombreux écoles et équipements publics du centre-ville en état de délabrement avancé, le clientélisme et le laxisme avec lequel ont été gérés les services municipaux, le bilan n’est pas des plus glorieux, malgré la faconde avec laquelle tout ceci est emballé…

En tout cas, le retour de manivelle est désormais un peu rude pour le maire qui s’accroche malgré tout à son fauteuil en affirmant qu’il doit « faire face dans la tempête avec la charge considérable du capitaine qui doit remplir sa mission » comme il l’a encore rappelé le 20 décembre dernier, à l’occasion du premier conseil municipal qui se tenait depuis l’effondrement des immeubles survenu le 5 novembre. Les huit morts, ensevelis sous les décombres de leur taudis étaient forcément au cœur des débats, de même que les 1500 et quelques personnes expulsées depuis lors de leur logement insalubre, à titre préventif, souvent dans l’urgence et l’improvisation la plus complète.

Mais le maire de Marseille a encore bien du mal à reconnaître que l’inertie de ses services et l’impéritie de sa politique ont pu contribuer un tant soit peu à cette situation dont il s’obstine à attribuer l’origine aux fortes pluies de l’automne, n’hésitant pas à réclamer à l’État qu’il reconnaisse l’état de catastrophe naturelle, histoire de le dédouaner et d’invoquer plutôt la fatalité. Une entourloupe qui lui a valu, de la part des centaines de manifestants en colère massés devant les portes closes de la mairie pendant la réunion du conseil municipal, l’invective peu amène, rapportée avec délectation par le quotidien Libération : « Gaudin, c’est toi la catastrophe naturelle »…

Evacuation d’un blessé en gare de Dromel après le déraillement d’une rame de métro, vendredi 21 décembre 2018 (photo © Bataillon des Marins-Pompiers de Marseille / La Provence)

En tout cas, la poisse le poursuit. Après le TGV qui déraille en arrivant à la gare Saint-Charles, après les immeubles vétustes qui s’effondrent, voilà maintenant que c’est au tour du métro marseillais de montrer des signes de faiblesse. Comme l’a rapporté La Provence, une rame de la ligne 2 a en effet déraillé vendredi 21 décembre 2018 vers 8h40 en quittant la station Dromel, blessant légèrement 13 personnes qui ont dû être pris en charge par les Marins-Pompiers de Marseille.

Un événement rarissime, dont les causes restent sans doute à préciser et pour lequel une enquête a d’ailleurs été ouverte, mais qui vient s’ajouter à la série noire… D’après les témoignages recueillis par La Provence, la rame en question aurait perdu une partie de son système de traction, laquelle serait venue percuter un pneu, provoquant le déraillement. Les passagers blessés ont été commotionnés, pour certains du fait des chocs lors du freinage brusque qui s’en est suivi, et pour d’autres par le heurt d’une grille qui s’est détachée du toit du wagon.

Rame de métro suite au déraillement en gare de Dromel (photo © Bataillon des Marins-Pompiers de Marseille / La Provence)

Un accident peu banal donc, sans doute dû encore à la fatalité comme l’enquête le confirmera probablement, mais qui a provoqué en tout cas de sérieuses perturbations dans le trafic du métro marseillais malgré l’organisation, par la RTM, d’un dispositif de substitution par autobus. Une nouvelle pierre néanmoins dans le jardin de Jean-Claude Gaudin qui n’en demandait pas temps, lui dont la hantise était de terminer son mandat hué par son électorat et lâché par tout le monde, à l’image de son lointain prédécesseur, le socialiste Henri Tasso, qui avait dû affronter une véritable tempête politique à la suite du terrible incendie des Nouvelles-Galeries, sur la Canebière, survenu le 28 octobre 1938 et qui avait fait pas moins de 73 morts et près de 200 blessés. L’événement avait déclenché un véritable tollé. Accusé d’incurie, d’incompétence et de clientélisme, la municipalité avait fini par devoir lâcher les rênes après une mise sous tutelle de l’État décidée en mars 1939. Espérons qu’il n’en sera pas de même pour Jean-Claude Gaudin, même s’il est difficile de ne pas établir un parallèle entre les deux situations…

L. V. 

Sur la route de Louviers, en pédalant…

16 décembre 2018

En France, la distance moyenne entre le domicile et l’école la plus proche est inférieure à 1 km, un trajet largement compatible donc avec un déplacement à pied ou en vélo. Une étude datant de 1992 et portant sur plus de 5000 enfants en âge scolaire montre que la durée moyenne du trajet pour se rendre à l’école est de 15 mn, ce qui confirme qu’il s’agit bien de distances très courtes.

Un dessin de Félé, publié le 29 août 2013

Et pourtant, une enquête réalisée en 2011 auprès de plus de 1000 parents d’enfants de moins de 10 ans par l’Association de prévention routière, indique que 73 % de ces trajets vers l’école se font en voiture. La raison principale évoquée est qu’emmener ses enfants à l’école en voiture est considérée comme plus pratique et plus sécuritaire. Un argument imparable ! Sauf que cela conduit à une situation pour le moins étonnante puisque, selon Planetoscope, les Européens consacrent en moyenne 42 minutes chaque jour, uniquement pour aller déposer en voiture leurs enfants à l’école et venir les y rechercher : une véritable aberration écologique pour des trajets aussi courts et généralement en site urbain, surtout lorsqu’on sait que, sur le premier kilomètre parcouru, la consommation des véhicules augmente de 50 %…

Un S’Cool Bus dans les rues de Rouen (source © S’Cool Bus)

C’est ce constat qui a incité il y a quelques années Amaury Piquiot, étudiant en dernière année d’études à Rouen Business School, dans le cadre d’un projet de création d’entreprise orienté vers le développement durable et la logistique, a imaginé un nouveau concept consistant à organiser un transport scolaire en commun, gratuit et écologique, sous la forme d’un bus à pédales d’une dizaine de places, conduit par un adulte et mu par la force motrice des enfants, avec toutefois une assistance électrique.

Avec un tel dispositif, les avantages sont multiples : c’est d’abord du temps gagné pour les parents qui n’ont plus à s’inquiéter d’accompagner eux-mêmes leurs enfants tous les jours à l’école et c’est surtout beaucoup d’énergie économisée et de pollution évitée, mais aussi davantage de sécurité du fait de la réduction du nombre de voitures à proximité des entrées et sorties d’écoles. Et c’est aussi pour les enfants un exercice sportif quotidien avec un côté ludique mais aussi éducatif car le chauffeur profite des trajets pour inculquer les règles de base en matière de sécurité routière tout en montrant aux enfants que le vélo peut être un moyen de transport parfaitement adapté aux trajets quotidiens sur de courtes distances.

Le premier véhicule utilisé par S’Cool Bus

L’engin utilisé comme support pour cette expérimentation a été importé directement des Pays-Bas où il a été développé, et adopté en France sous le nom de S’Cool Bus, un logo qui évoque bien la notion de bus scolaire amusant. L’aventure a commencé réellement en juillet 2014 lorsque le concepteur du projet a créé l’association S’Cool Bus avec une vingtaine de jeunes bénévoles motivés issus de divers horizons professionnels, une association sans but lucratif ni capital personnel, mais qui a néanmoins réussi à rassembler les fonds pour acquérir un premier véhicule et à suivre une formation auprès du constructeur néerlandais pour être en capacité d’assurer la maintenance de l’engin. Les ingénieurs et mécaniciens de l’équipe se sont d’ailleurs attelés d’emblée à transformer leur bus pour le doter d’un toit destiné à protéger les passagers de la pluie normande parfois insistante…

Utilisation d’un S’Cool Bus fin 2015 dans le cadre de festivités organisés par les commerçants de Rouen (source © Ulule)

Fin 2014, l’association fait rouler son bus dans les rues de Rouen, organise des démonstrations dans les écoles de la ville et s’associe à divers événements avec les commerçants et d’autres acteurs associatifs pour faire connaitre son concept, n’hésitant pas à transformer le bus scolaire en traineau à l’occasion des fêtes de Noël pour une tournée festive. L’idée plait et dès le mois de janvier 2015, le S’Cool Bus participe au transport scolaire des élèves de l’école Sainte-Marie de Rouen vers leur réfectoire, une phase expérimentale de six mois qui permet de faire participer plus de 150 enfants et connaît un grand succès.

Sur le chemin de l’école en S’Cool Bus

A tel point qu’à la rentrée suivante, l’association acquiert un second véhicule et organise pendant deux ans le ramassage scolaire de 25 enfants pour deux écoles de Rouen. Un dispositif plébiscité par les enfants qui en bénéficient et qui attire la curiosité d’autres agglomérations dont Lille, Grenoble et même, paraît-il, Marseille, où pourtant le transport urbain en vélo n’a pas bonne presse. Mais l’expérience ne suffit pas à convaincre la ville de Rouen ni la métropole de donner suite à ce projet.

Pas découragés pour autant, les jeunes bénévoles se sont tournés vers une communauté d’agglomération voisine, celle de Seine-Eure, située au sud de Rouen et composée de 37 communes dont la ville-centre de Louviers. Labellisée « territoire à énergie positive pour la croissance verte » par le Ministère de l’Environnement, la CASE a utilisé une partie de sa subvention d’État pour passer commande auprès de l’association qui a dû pour cela se transformer en entreprise. Un contrat de 170 000 € pour permettre à cette dernière de mettre à disposition 3 S’Cool Bus afin d’organiser les transports scolaires pour des élèves de l’école primaire Anatole France à Louviers.

Un S’Cool Bus à l’œuvre devant l’école Anatole France à Louviers (Eure), mardi 4 décembre 2018 (photo © Laurent Derouet / Le Parisien)

Fin 2017, l’équipe de S’Cool Bus est ainsi venue présenter son véhicule aux enfants et aux parents d’élèves afin de susciter les premières inscriptions. Plus de 60 personnes se sont montrées intéressées et il a fallu en sélectionner une trentaine en fonction des capacités des véhicules puisque chacun d’eux ne comporte que 8 places en plus de celle du chauffeur, ainsi qu’un banc permettant d’installer 2 ou 3 plus petits qui ne sont pas en capacité de pédaler eux-mêmes.

Et c’est ainsi que l’aventure a débuté, dès le 3 janvier 2017 et pour une phase expérimentale de 2 ans. Chaque matin, le vélo-bus fait sa tournée et vient récupérer à domicile les enfants inscrits. Chacun est équipé d’un casque et d’un gilet jaune fluo, les cartables sont placés dans un coffre à bagage recouvert d’un filet pour ne rien perdre en route, et chacun pédale dans la bonne humeur vers l’école. Des trajets de l’ordre de 4 km accomplis à la vitesse moyenne de 15 km/h, qui permettent aux élèves d’arriver en classe en pleine forme comme l’affirment les professeurs qui constatent que les bénéficiaires de ce mode de transport original sont plus calmes et gagnent en autonomie.

Du coup, dès la rentrée de janvier 2019, l’expérience va être étendue à 6 autres écoles de la communauté d’agglomération Seine-Eure, avec pas moins de 10 lignes régulières qui concerneront, outre celle de Louviers, 5 communes supplémentaires, à savoir Val-de-Reuil, Les Damps, Le Manoir-Sur-Seine, Le Vaudreuil et Pont-de-l’Arche.

Un nouveau défi pour S’Cool Bus qui recrute actuellement des chauffeurs pour gérer cette nouvelle demande, et peut-être le début du développement d’un nouveau mode de transport plus écologique et plus adapté pour les courts trajets en site urbain. A quand le S’Cool Bus pour desservir le groupe scolaire Frédéric Mistral à Carnoux ?

L. V.

Méfi ! A Marseille, les poètes sont dans la rue…

12 décembre 2018

Rarement un événement aura autant secoué le quartier de Noailles, dans le centre-ville de Marseille. L’effondrement des deux immeubles vétustes qui ont enseveli 8 personnes le 5 novembre 2018, victimes non seulement de la pluie, comme a vainement tenté de le faire croire Jean-Claude Gaudin, mais aussi de l’incurie et de l’inertie des autorités municipales, voire de la cupidité de certains propriétaires peu scrupuleux, cet événement a déclenché comme un vent de révolte.

Rue d’Aubagne, désormais, même les murs s’expriment, avec hargne souvent, avec une certaine poésie aussi parfois…

JBx

Photo prise rue d’Aubagne, le 1er décembre 2018, sur un mur, à quelques mètres des immeubles effondrés (photo © JBx)

Une ronde de Cercles à Gémenos pour fêter 140 ans d’activités !

9 décembre 2018

Samedi 1er décembre 2018, le Cercle du Progrès Démocratique de Gémenos a convié les cercles des villes et villages voisins à fêter ses 140 ans !

A Gémenos, réunion pour le 140ème anniversaire du Cercle du Progrès Démocratique de Gémenos (photo © M. Motré / CPC)

C’est en effet le 25 septembre 1878 qu’est créé à Gémenos le Cercle du Progrès Démocratique, quelques mois après les élections du 6 janvier 1878, jour où la IIIème République, proclamée en septembre 1870, est véritablement établie. Rappelons que le 25 septembre 1792 est le jour où la 1ère République a été proclamée « une et indivisible ». D’où le choix du 25 septembre pour la création du Cercle de Gémenos !

A l’initiative des deux co-présidentes du Cercle du Progrès Démocratique de Gémenos, Mesdames Josette DAVID et Valérie THYOT, l’anniversaire donne l’occasion à plusieurs de ses membres de rappeler le contexte de sa création.

Quelques repères historiques de 1878

1878, sous la présidence de Mac Mahon et après la Commune de 1871, Louise Michel est déportée avec d’autres Communards en Nouvelle-Calédonie ou elle apporte son aide aux Kanaks.

Le 1er mai 1878, c’est aussi l’inauguration de l’Exposition Universelle de Paris, suivie le 18 mai par la création de l’Administration des chemins de fers de l’Etat.

Le 25 septembre, Gémenos voit la création du Cercle du Progrès Démocratique placé sous le signe de Marianne dont le buste est toujours présent dans ses locaux.

Siège du Cercle de l’Harmonie à Aubagne en 1915 (source © Cartes Postales Anciennes)

Quelques repères marquants pour le Cercle du Progrès Démocratique de Gémenos 

A l’origine, le Cercle n’accueille pas les femmes. Pour adhérer, il faut être présenté par deux parrains qui garantissent la bonne moralité de l’impétrant. Les cotisations sont réglées mensuellement, faute de quoi, la radiation peut être prononcée.

1893, le Cercle s’installe dans le bâtiment situé au 1 rue Jean Jaurès où il demeure toujours.

1902, date de création de la Section locale de l’Internationale ouvrière.

1936, création d’une cellule du Pari Communiste.

1941, les Allemands occupent le bâtiment du Cercle.

1978, les premières femmes intègrent le Cercle du Progrès Démocratique.

1988, dans ses locaux se tiennent des réunions et des activités de distraction. Le 17 mai 1988, l’état de l’édifice nécessitant des travaux importants, afin de régler leur coût, le Cercle cède une partie du bâtiment à la Mairie de Gémenos. Le débit de boisson est fermé.

1994, après les travaux, le Cercle ouvre de nouveau, avec une vocation citoyenne.

Les activités du Cercle

Tous les samedis, se tiennent des activités liées à la lecture : Les livres sous l’olivier (arbre qui a remplacé le platane présent à l’origine). Parmi les nombreuses actions, distinguons actuellement deux ateliers d’écriture, un cercle de lecture, des discussions sur différents thèmes de société. Auparavant, le Cercle a développé une Université du Gai Savoir, des ateliers Philosophie et toponymie, ainsi qu’une chorale et une formation au provençal.

Après cette large présentation à plusieurs voix, les Cercles invités ont pu présenter leurs objectifs ainsi que leurs activités.

Le siège du Cercle des Républicains à Roquefort – La Bédoule (photo © M. Motré / CPC)

Le Cercle Républicain des Travailleurs de Roquefort-La Bédoule, représenté par Françoise Vergne, a annoncé qu’en 2019 il fêterait ses 140 ans ! Cette rencontre fut l’occasion d’offrir un ouvrage sur son histoire (1) au Cercle de Gémenos et de préciser qu’il organisait, dans le cadre de son association Carrefour Citoyen, des conférences dont la prochaine se déroule le 6 décembre 2018 et sera consacrée au Populisme de Gauche. Ce Cercle est installé dans un bâtiment qui comporte un débit de boisson, caractéristique des cercles ruraux créés à a fin du XIXème siècle.

Le siège du Cercle du Progrès à Beaudinard (photo © Cyclo Sport Ciotaden)

Le Cercle du Progrès de Beaudinard dispose lui aussi d’un local et d’une cour qui sont la propriété des adhérents (1050 à ce jour). Il organise des réunions et des fêtes (Saint-Eloi), et propose des activités diverses (boules, cartes).

Septembre 2015 : le Cercle de l’Harmonie d’Aubagne fête ses 125 ans (photo © Florent de Corbier / La Marseillaise)

Le Cercle de l’Harmonie d’Aubagne a fêté ses 128 ans d’existence. Il dispose de 1000 m2 en propriété et dispose d’un débit de boisson (licence IV). Ses activités marquent une forte dominante culturelle : concerts, théâtre, cinéma, expositions artistiques, caractéristique qui vise à pallier la fermeture récente de la MJC de la ville. Il organise une aide aux devoirs pour les scolaires. Le Cercle a initié des partenariats avec différentes associations d’Aubagne et, comme la plupart des Cercles, il vise à rajeunir son public.

Le Cercle Progressiste Carnussien représenté par son bureau a enfin énoncé ses objectifs et ses activités. Outre sa jeunesse (18 ans), il a rappelé que, ne disposant pas de locaux propres, il bénéficiait de salles prêtées par la commune pour la tenue de réunions mensuelles et de conférences (4 par année environ) axées sur des questions concernant l’éducation, les sciences, l’économie, la santé…) qui réunissent entre cinquante et cent personnes. Son club de lecture KATULU ? est fréquenté par des lectrices assidues qui rendent compte de leur intérêt pour les livres lors de présentations publiques ainsi que sur le blog. Pour favoriser la réflexion citoyenne, le Cercle Progressiste Carnussien édite deux journaux par an et diffuse, via son blog et le relai de sa page Facebook, des articles portant sur des questions de société et de culture, locales, nationales et internationales.

Parmi les souhaits qui ont été émis, dont celui qui vise à partager nos calendriers d’initiatives, nous retiendrons aussi le bonheur de relations d’expériences au travers de rencontres à venir plus régulières.

Titre d’un article publié dans La Provence le 5 janvier 2019

Au terme de ces présentations et d’échanges avec les nombreuses personnes présentes, les co-présidentes du Cercle de Gémenos ont convié le public à se réunir à l’extérieur pour une photographie marquant cet anniversaire et chanter au son d’un orgue de barbarie puis à regagner le local pour un apéritif de l’Amitié.

Longue et belle vie aux Cercles, lieux de sociabilité en Provence (2) !

Michel Motré

  • Collectif, Roquefort-la-Bédoule, 100 ans du Cercle Républicain des Travailleurs, Association des amis de Marius Aimonetto, 1996.
  • Pierre CHABERT, Les Cercles, une sociabilité en Provence, Coll . Monde contemporain, PUP (Publications de l’Université de Provence), 2006.

KATULU ? : une séance au profit du Téléthon

7 décembre 2018

Le groupe de lecture « KATULU ? », composante du Cercle Progressiste Carnussien, a organisé dans le cadre de ses activités une séance publique, le 6 décembre 2018, consacrée à la présentation de romans sélectionnés par les lectrices au cours de l’année et les ayant marquées plus particulièrement d’où l’intitulé de cette séance : « Coups de cœur ».

En plus de l’intérêt littéraire de cette manifestation, le public a pu exprimer sa générosité au profit de l’AFM-Téléthon car cette séance était inscrite au programme des manifestations 2018, organisées par la ville de Carnoux-en-Provence.

Les lectrices de Katulu ? à la tribune (photo © CPC)

En préambule, l’animatrice du groupe, Marie-Antoinette, a présenté ses collègues qui ont ensuite lu avec talent et émotion des extraits sélectionnés, nous permettant de découvrir des portraits de personnages et des parcours de vie aussi divers qu’émouvants.

Les sept ouvrages qui ont servi de support à cette lecture publique étaient disponibles à l’achat, fournis aimablement par la librairie « Le Préambule » de Cassis.

Un public très attentionné (photo © CPC)

Chamonix-Langtang : Pierre Pili

Le grand Marin : Catherine Poulain

Mandeley for ever : Tatiana de Rosnay

L’Abbé Pierre : Pierre Lunel

Une femme à Berlin : Marta Hillers

Alma : J.M.G Le Clézio

Paris est une fête : Ernest Hemingway

 

L’analyse détaillé des lectrices de Katulu ? pour chacun de ses ouvrages est accessible directement (Katulu_58)et permet à chacun d’en prendre connaissance : n’hésitez-pas à le consulter !

Un apéritif offert au public a permis de poursuivre les conversations dans une ambiance conviviale.

C. M.

La biodiversité dans toute sa banale splendeur

5 décembre 2018

La salle du Clos Blancheton à Carnoux accueillait, jeudi 29 novembre 2018, ses adhérents et un public fidèle pour une conférence consacrée à la « biodiversité », animée par Madame Claude Gadbin-Henry, docteur ès- sciences. C’est en déroulant un diaporama extrêmement riche en illustrations d’espèces animales et végétales qui peuplent notre planète que la conférencière évoqua leur interdépendance, et leur contribution à la constitution de ce que l’on nomme la biodiversité.

Un public particulièrement attentif (photo © CPC)

On peut définir la biodiversité comme la diversité des organismes vivants. Elle se construit avec :

– la diversité des écosystèmes : milieux de vie et interactions entre les espèces qu’ils hébergent en un lieu donné, aux conditions édaphiques homogènes. Ce milieu est déterminé par la nature des sols, des sous-sols et des conditions climatiques locales ;

– la diversité des espèces : variété d’espèces existantes ;

– la diversité au sein de chaque espèce : on constate des variations d’origine génétique entre les individus : c’est la biodiversité génétique, liée à l’existence des allèles variables pour chaque gène, à l’intérieur d’une espèce, cette variabilité est un avantage évolutif, car il permet l’adaptation aux changement du milieu de vie.

Les différents niveaux de la biodiversité (source © Académie de Dijon)

Une analyse scientifique internationale, publiée en 2018, met en évidence que la Coccinelle asiatique, espèce introduite, devenue envahissante et mettant en péril la faune locale de coccinelles, présente une variabilité morphologique (coloration et nombre de points) exceptionnelle déterminée cependant par un seul gène, sous diverses formes alléliques.

Les multiples facettes de la coccinelle asiatique (photo © Entomart / Sciences et avenir)

La biodiversité locale dépend toujours également du milieu où se développent les espèces animales et végétales, et ce milieu est parfois modifié par l’homme.

L’adaptation des espèces animales ou végétales à ces milieux est liée à la pression de sélection au cours du temps long de l’évolution, mais on peut l’observer actuellement : à l’occasion de variations du climat, des espèces introduites accidentellement entrent en compétition avec des espèces indigènes et peuvent les faire disparaître, ou devenir des nuisances majeures car elles sont dépourvues de prédateurs ou de concurrents. Ainsi la coccinelle asiatique, introduite à des fins de lutte biologique contre les pucerons, caractérisée par son extrême variabilité génétique, pourtant reposant sur un seul gène, est devenue une espèce envahissante. De même le Frelon asiatique ou le Moustique tigre sont devenus envahissants après des introductions accidentelles.

L’introduction sans précaution d’un végétal parasité peut parfois amener la destruction de l’espèce introduite et des espèces indigènes, ainsi les palmiers porteurs du Charançon rouge, extrêmement nuisible…

Claude Gadbin-Henry, la conférencière (photo © CPC)

C’est avec une intention particulière que notre conférencière oriente son propos sur le monde des insectes. Ils constituent en effet 85 % des espèces animales, sans compter celles non encore connues ! Et ceci, même si, pour la plupart d’entre nous, la biodiversité animale évoque le plus souvent les grands mammifères, les oiseaux, les poissons, et les animaux domestiques. Jean Henri Fabre, connu pour ses « Souvenirs entomologiques », fut en plus de ses talents de conteur, un excellent observateur des insectes, et un éthologue avant que cette science ne voit le jour.

L’histoire nous apprend que l’homme a connu les insectes depuis l’aube de l’humanité : des gravures rupestres, trouvées dans l’Ariège et datant de 14 000 ans, représentent des sauterelles : elles témoignent des nuisances pour l’environnement humain (vols de crickets migrateurs dévastant les champs)…

Papillon vanesse du chardon

Par contre, on sait maintenant, que les insectes ont un rôle majeur et indispensable pour la reproduction, et la fructification des plantes à fleurs car ils permettent le processus de pollinisation, sans lequel de nombreux fruits et légumes disparaitraient de nos assiettes !

La suite du diaporama projeté nous fit rentrer dans le monde minuscule de ces espèces, visualisant ainsi la morphologie spécifique des insectes, tous hexapodes (6 pattes), leur corps étant composé d’une tête, d’un thorax et d’un abdomen. A partir d’images photographiques réalisées à différentes échelles nous avons observé :

– leur tête adaptée et modifiée en fonction du mode de nutrition : mâchoires pour broyer des végétaux (criquet) ou pour déchiqueter des proies (libellules), trompe pour absorber le nectar (papillon)…

– des yeux composés de multiples facettes, qui atteignent un champ de vision proche de 360°.

– leur déplacement est assuré par des pattes adaptées à diverses fonctions (saut, récolte du pollen) et des ailes procurant un vol spécifique pour chaque espèce, tel celui de la mouche qui peut être stationnaire.

Mante religieuse

Une autre particularité des insectes est une carapace rigide ou squelette externe protecteur. Cette peau rigide nécessite d’en changer lors de la croissance (la mue). Certaines espèces possèdent des aspects et couleurs ayant la faculté « d’effrayer » les prédateurs, tandis que d’autres permettent de se dissimuler dans l’environnement (mimétisme).

Abeille pollinisatrice (photo © Maciej Olszewski, Shutterstock / Futura Sciences)

La reproduction et la protection de la descendance ont été illustrées par des exemples spécifiques prouvant cette longue évolution adaptative, telles les antennes des papillons mâles qui détectent leurs femelles à plusieurs kilomètres de distance (antennes constituées de micros-tubes, chacun ayant fonction de récepteur moléculaire).

La diversité du monde floral fut illustrée par la projection d’une multitude de photographies caractéristiques des nombreuses couleurs et formes infinies composant l’univers des fleurs et des végétaux.

La finalité de cette conférence était de sensibiliser au monde inconnu des insectes, adapté à presque tous les milieux naturels. Leur rôle est fondamental pour la conservation de la biodiversité animale; ainsi que pour l’avenir du monde végétal, où leur rôle de pollinisateurs est garant de la variabilité génétique des graines. Cette variabilité permettra les adaptations fonctionnelles nécessaires pour la survie des espèces aux modifications en cours et à venir de notre environnement. Les insectes sont ainsi un des piliers de l’avenir du vivant. Mais l’homme prédateur au sommet de cette chaîne ne mettra-t-il pas fin à cet équilibre harmonieux ? C’est la question abordée entre les participants au cours de l’échange puis de l’apéritif offert par le Cercle à l’issue de cette présentation enrichissante.

C. M.

Une révolution de poids dans les mesures

3 décembre 2018

Les nouvelles unités de mesures adoptées à la Révolution française (gravure d’époque © DR)

C’était l’un des grands acquis de la Révolution française : le 18 Germinal de l’an II (7 avril 1795), dans son souci d’universalisme, la Convention nationale décrète que désormais, « il n’y aura qu’un seul étalon des poids et mesures pour toute la République ; ce sera une règle de platine sur laquelle sera tracée le mètre qui a été adopté pour l’unité fondamentale de tout le système des mesures ».

Contrairement à l’usage alors en vigueur qui se basait sur des étalons distincts et donc des unités de mesures variables selon les régions et les pays, les révolutionnaires français réunis en Assemblée constituante, avaient en effet décidé, dès 1790, sur proposition de Talleyrand, lui-même conseillé par Condorcet, de créer un système de poids et mesures à la fois stable et universel. L’idée n’était d’ailleurs pas nouvelle puisque c’est un religieux lyonnais, Gabriel Mouton, qui avait suggéré, dès 1670, de définir cette unité de mesure par une fraction de l’arc méridien terrestre.

C’est ce principe qui a donc été retenu en 1795, le mètre étant alors défini comme étant « la mesure de longueur égale à la dix-millionième partie de l’arc de méridien compris entre le pôle boréal et l’équateur », ce qui donnera lieu à la formidable épopée de Delambre et Méchain, deux scientifiques chargés, durant 7 ans, de procéder aux mesures géodésiques nécessaires pour évaluer précisément la distance entre Dunkerque et Barcelone

Tout le système métrique décimal, rendu obligatoire en France à partir du 23 septembre 1795, repose ainsi sur quelques unités simples et universelles dont les étalons en platine du mètre et du kilogramme sont déposés aux Archives nationales en 1799. Un siècle plus tard, en 1875, est créée la Convention du Mètre, signée alors par 17 pays et qui instaure le Bureau international des poids et mesures, première étape vers l’instauration du système international d’unités (dénommé SI dans le monde entier) adopté en 1960 et désormais en vigueur dans le monde entier sauf dans trois pays : la Birmanie, le Liberia et… les États-Unis !

La sonde spatiale Mars Climat Orbiter lancée par la NASA le 11 décembre 1998 (vue d’artiste)

Une divergence qui est encore à l’origine de certains dysfonctionnements comme celui qui a conduit la sonde spatiale Mars Climat Orbiter à s’écraser lamentablement à la surface de Mars le 23 septembre 1999 car l’équipe de navigation faisait ses calculs de correction de trajectoire dans un système métrique tout en alimentant ses logiciels avec des données sur la poussée des micro-propulseurs qui, elles, étaient exprimées en unités anglo-saxones : simple erreur de débutant…

Fondé en 1960 sur 6 unités de base (le mètre, unité de longueur, le kilogramme, unité de masse, la seconde, unité de temps, l’Ampère, unité d’intensité électrique, le Kelvin, unité de température et le candela, unité d’intensité lumineuse) auxquelles s’ajoute en 1971 la mole, unité de quantité de matière, le système est resté depuis lors solide sur ses fondements tout en faisant sans cesse progresser la définition des unités de base pour la rendre toujours plus précise et plus universelle.

C’est ainsi qu’en 1967, la seconde, définie jusque-là comme 1/86 400 de la durée d’un jour moyen, est redéfinie de manière beaucoup plus précise à partir d’un nombre d’oscillations lors de la transition entre deux niveaux d’énergie de l’atome de Césium 133. Et en 2011, la 24ème Conférence générale des poids et mesures décide de refonder totalement le Système international en se basant sur 7 constantes de la physique, parmi lesquelles la charge élémentaire e qui vaut, comme chacun l’apprend au lycée, 1,6 x 10-19 C, ou encore la vitesse de la lumière dans le vide, le fameux c de la formule d’Einstein E = mc2, qui approche les 300 000 km/s…

Adoption à l’unanimité du nouveau Système international lors de la 26ème Conférence générale des poids et mesures à Versailles le 16 novembre 2018 (source © Académie des Sciences)

Et la révolution prévue a donc eu lieu lors de la dernière Conférence générale des poids et mesures qui vient de se tenir du 13 au 16 novembre 2018 à Versailles et qui renvoie donc aux oubliettes de l’Histoire, « le grand K », ce cylindre de platine iridié d’1 kg, conservé sous trois cloches de verre au Bureau international des poids et mesures à Sèvres et qui définit depuis 1889 l’unité de masse qu’est le kilogramme. Il était temps puisque la masse de cet étalon avait lentement dérivé, accusant un écart de 50 microgrammes, certes négligeable pour le commun des mortels, mais dérangeant pour l’esprit scientifique et les besoins de l’industrie moderne entrée dans l’ère du nano-monde…

Désormais, le kg, initialement défini comme étant le poids d’un litre d’eau pure, n’est plus défini par référence à celle de l’étalon universel conservé à Sèvres, mais à partir de la valeur de la constante de Planck valant exactement h = 6,626 070 x 10-34 J.s, unité qui correspond à des kg m2 s-1. L’approche révolutionnaire vient de ce qu’on partait jusqu’à présent du kg défini à partir d’un élément de référence et qu’on mesurait la constante de Planck à partir de cet étalon au moyen d’une balance de Kibble (qui permet d’équilibrer les masses avec des forces électromagnétiques). On fera désormais l’inverse puisque cette constante universelle voit sa valeur fixée une fois pour toutes, et on en déduira la masse du kg à partir de cette valeur de référence.

Il en est de même pour le mètre qui était déjà défini depuis 1983 comme « la longueur du trajet parcouru dans le vide par la lumière pendant une durée de 1/299 792 458 de seconde » et dont la nouvelle définition est quasiment inchangée sauf qu’elle se base désormais sur une valeur explicite de la vitesse de la lumière égale exactement à 299 792 458 m/s.

Les autres unités fondamentales du Système international ont aussi subi un profond lifting. C’est le cas en particulier du degré Kelvin, qui était jusque-là défini comme une fraction de la température thermodynamique au point triple de l’eau où coexistent les trois phases solide, liquide et vapeur, définition qui dépendait fortement de la pureté et de la composition isotopique de l’eau utilisée. Il en est de même de l’Ampère, défini à partir de la force mécanique entre deux fils infiniment longs séparés d’un mètre et dans lesquels circule un courant électrique. La nouvelle approche, qui ne change rien pour la plupart des usages habituels, permettra d’obtenir des valeurs plus précises et intangibles pour les unités utilisées, y compris lorsqu’on s’éloigne du domaine de valeurs dans lequel elles ont été établies.

Expérience de spectroscopie à haute résolution au Laboratoire Kastler Brossel, contribuant à déterminer la valeur des constantes fondamentales (photo © Hubert Raguet / LKB / Journal du CNRS)

Plusieurs équipes françaises ont participé étroitement au calcul le plus précis possible des constantes de base sur lesquelles se fondent désormais le Système international. Ainsi, c’est au laboratoire de métrologie commun au LNE et au CNAM qu’a été fournie avec l’incertitude relative la plus faible la constante de Boltzmann k, si bien que la valeur retenue comme référence internationale est très proche de celle calculée par cette équipe de scientifiques français qui se situe dans la droite ligne de l’impulsion fournie sous la Révolution française et qui a permis de fournir au monde entier un système cohérent et universel d’unités de mesures.

L. V. 

Katulu ? se mobilise pour le Téléthon !

1 décembre 2018

Comme l’an dernier, le groupe de lecture Katulu ? se mobilise à l’occasion du Téléthon et invite chacun à venir participer à une séance publique d’échange autour de quelques livres « coup de coeur » lus ou relus par les membres de Katulu ?

Venez nombreux à cette séance qui se tiendra à Carnoux-en-Provence jeudi 6 décembre à partir de 18h30 dans la salle du Clos Blancheton située en haut de la rue Tony Garnier derrière le chantier de la mairie.

Marseille qui s’élève, Marseille qui s’effondre…

25 novembre 2018

Tour La Marseillaise (photo © Tangram architectes)

Le 25 octobre 2018 était inaugurée en grandes pompes à Marseille la nouvelle tour conçue par l’architecte Jean Nouvel, baptisée fièrement La Marseillaise et qui s’élève désormais à 135 m de hauteur sur les quais d’Arenc, en bordure de mer et aux côtés de la tour effilée conçue par Zaha Hadid pour y abriter le siège de la CMA-CGM, dans le périmètre de l’opération d’intérêt national Euroméditerranée.

Une merveille architecturale, toute en légèreté et en transparence, qui se joue de la lumière grâce à ses 3850 pare-soleils multicolores en béton fibré à ultra-hautes performances permettant de donner une apparence changeante à la façade vitrée de 16 000 m2 selon un nuancier tricolore du plus bel effet cocardier mais dont les 30 nuances oscillent, selon le concepteur entre le bleu azur de la mer et du ciel provençal, le blanc des nuages et du calcaire des calanques et, bien sûr, le rouge des toits de tuiles romanes. Une prouesse technologique donc, parfaitement intégrée dans son univers méditerranéen : bravo l’artiste !

Tour La Marseillaise (photo © Gilles Guerin / France 3 Provence Alpes)

Un chantier mené rondement en tout cas à l’issue de 3 ans et demi de travaux confiés au groupe Vinci Construction, même si le projet était en gestation depuis le début des années 2000, et qui est sensé concrétiser pour son promoteur, Marc Piétri, président de Constructa, le renouveau du dynamisme économique de la cité phocéenne. Un projet phare en tout cas, qui a coûté la bagatelle de 210 millions d’euros, mais qui, de fait a été financé pour l’essentiel par de l’argent public.

Marc Piétri, élevé par Manuel Vals au rang de commandeur de la Légion d’honneur, le 1er juin 2017, aux côtés de Jean-Claude Gaudin et de Renaud Muselier (photo © DR / Destimed)

Ce qui a en effet permis au projet de prendre son envol en 2012 n’est pas une décision d’un investisseur privé mais bien celle de la Métropole MPM, alors dirigée par Eugène Caselli, qui avait engagé la collectivité en réservant d’un coup 12 des 27 étages du futur gratte-ciel, pour la modique somme de 6,7 millions d’euros par an sur douze ans, soit un peu plus de 80 millions au total. Et ce n’est pas tout car, comme l’explique notamment Capital, ce sont deux autres structures publiques qui lui ont emboité le pas, dont la Chambre de commerce et d’industrie, un organisme pourtant en pleine tempête, qui s’interroge sur son avenir, se plaint d’être étranglée financièrement par les récentes décisions gouvernementales, licencie à tour de bras et n’avait pas vraiment besoin de locaux supplémentaires, mais qui n’a pas pu résister à la tentation de s’installer dans les deux derniers étages de la tour emblématique, avec vue imprenable sur la rade…

Celui qui l’a suivi n’est autre que la Ville de Marseille qui, bien que lourdement endettée et disposant elle aussi de très nombreux locaux répartis un peu partout, a décidé d’engager 4,8 millions d’euros pour réserver des bureaux afin d’y loger gracieusement, moyennant une modique participation aux charges de 62 000 € par an, le siège du Conseil mondial de l’Eau (une structure associative fondée en 1996, dont Loïc Fauchon, dirigeant depuis 27 ans de la Société des eaux de Marseille, fut le président et Martine Vassal la trésorière), mais aussi le Plan Bleu (un programme des Nations unies consacré à l’environnement) et la Banque mondiale. Un geste d’amitié, pris en toute discrétion par Jean-Claude Gaudin en personne, s’appuyant sur une vague délibération cadre de 2014 : à Marseille, comme chacun sait, l’amitié n’a pas de prix…

Vue sur les Docks depuis l’intérieur de la tour (photo © Tangram architectes)

Quant aux 12 étages restant, qui ne sont pas payés directement par le contribuable, la moitié d’entre eux ont été réservés par trois groupes industriels dont l’activité est très étroitement liée aux marchés publics des collectivités, à savoir l’opérateur de télécommunication Orange, dont le nom s’étale désormais en grandes lettres sur le fronton du stade Vélodrome, le groupe de restauration collective Sodexo (qui assurera bien entendu la restauration dans la tour de bureaux) et la SNEF, un bureau d’études spécialisé dans l’énergie et le génie électrique.

Le reste des 38 000 m2 de bureaux, a été partagé entre le promoteur lui-même, Constructa qui s’est arrogé tout le 27ème étage, et les deux principaux financeurs de l’opération (aux côtés de la Caisse des dépôts), l’assureur Swiss Life REIM et le financier CEPAC, autrement dit la Caisse d’Epargne régionale. La société Haribo, qui s’est offert un étage et demi, constitue finalement le seul groupe privé non directement lié aux collectivités à l’origine du projet, qui viendra s’installer dans ces nouveaux locaux : un bien maigre bilan pour une opération qui était supposée attirer de nouveaux opérateurs économiques sur Marseille…

Recherche des victimes sous les gravats des deux immeubles effondrés, rue d’Aubagne (photo © Loïc Aedo / Le Moniteur)

Pour autant et malgré ce sérieux bémol, les Marseillais pouvaient légitiment considérer avec une certaine fierté ce nouveau monument qui vient s’insérer dans le paysage local même si la facture pour le contribuable est pour le moins salée. Il n’en fut pas de même lorsque, quelques jours plus tard, le 5 novembre, les feux de l’actualité se sont de nouveau braqués sur la cité phocéenne pour y observer avec consternation l’effondrement de deux immeubles de la rue d’Aubagne, ensevelissant sous les amas de décombres 8 personnes et nécessitant la démolition, par les pompiers de l’immeuble adjacent, qui lui-même menaçait ruine.

L’épisode a fait grand bruit et a rappelé, s’il en était besoin, l’incurie de la municipalité dirigée depuis 23 ans par un maire en décalage complet avec les besoins de ses concitoyens, lui qui croyait malin de lancer à l’un de ses opposant, l’élu Front de Gauche Christophe Pellicani, croisé sur place l’après-midi même du drame devant les ruines des deux immeubles effondrés : « Oh, t’y es pas sous les décombres, toi ? ». Du Pagnol, qui n’a fait rire que lui, d’autant qu’il a aggravé son cas quelques jours plus tard en se permettant de vanter sa politique en matière d’éradication de l’habitat indigne, estimant avait investi pas moins de 35 millions d’euros dans ce domaine, depuis 2005…

Jean-Claude Gaudin rue d’Aubagne après le drame, en compagnie de son adjointe (à gauche de la photo) Arlette Fructus (photo © AFP)

Un montant ridicule et qui n’est manifestement pas à l’échelle du problème comme les médias se sont évertués à le démontrer dans les jours qui ont suivi, en particulier Libération qui a publié un excellent dossier hors-série sur le sujet, particulièrement documenté et approfondi. On y apprend notamment que dès 2015, l’inspecteur général Nicol avait parfaitement analysé l’ampleur du désastre dans son rapport sur la requalification du parc immobilier privé à Marseille, pointant la vétusté de quelques 40 000 logements, soit 13 % du parc de résidences principales de la ville, et déplorant la faible efficacité des services municipaux qui ne prononcent qu’un nombre dérisoire d’arrêtés de péril imminent chaque année.

Une autre étude, publiée en 2014 par l’urbaniste Sandra Comptour, estimait que 48 % des immeubles du quartier de Noailles « nécessitent une réhabilitation pérenne à court ou à moyen terme », dont bien sûr celui du 63 rue d’Aubagne, propriété de Marseille Habitat, sous arrêté de péril depuis 2006 mais qui n’avait fait l’objet d’aucune intervention depuis, laissé vide et les fenêtres battantes jusqu’à ce qu’il s’effondre le 5 novembre 2018, sous la poussée de ses voisins encore plus bancal que lui.

Les trois immeubles des 63, 65 et 67 rue d’Aubagne photographiés par Google Street View quelques mois avant leur effondrement (photo © Google Street View / Le Monde)

Un rapport d’expertise plus qu’alarmant, signé par l’architecte Richard Carta le 19 octobre 2018 après examen de l’état du n° 65 rue d’Aubagne, analysé en détail par La Marseillaise, indique sans ambiguïté la gravité de la situation et conclut à la nécessité d’évacuer au moins le 1er étage, précisant que « les locataires ne pourront réintégrer leur appartement qu’après la mise en place d’un étaiement complet du rez-de-chaussée par une entreprise qualifiée ». L’adjoint délégué, Julien Ruas signe dans la foulée un « arrêté de péril imminent », qui fait obligation aux copropriétaires de « faire réaliser les travaux nécessaires d’urgence », dans un délai de 21 jours, manifestement excessif puisque l’immeuble s’écroule 18 jours plus tard, sans que rien n’ait été fait entre temps…

Toujours est-il que ce drame humain a véritablement constitué un électrochoc pour le microcosme marseillais, mettant cruellement en lumière les limites du système Gaudin. Ses services se sont depuis affairés à essayer de rattraper le temps perdu en multipliant les démarches d’évacuation dans de nombreuses autres copropriétés menaçant ruine : plus de 700 personnes auraient dû ainsi quitter précipitamment leur logement au 14 novembre selon les informations recueillies par Libération.

Manifestation en mémoire des victimes de l’effondrement à Marseille le 14 novembre 2018 (photo © Sylvain Thomas / AFP)

Mais pendant ce temps, la colère gronde dans ce quartier du centre-ville qui a le net sentiment de n’être pas écouté et d’avoir été laissé pour compte par une équipe municipale qui sait bien que ce n’est pas là que se trouvent ses électeurs : dans le bureau de vote le plus proche, comme le rappelle le Canard enchaîné, la candidate de Gaudin, Solange Biaggi, avait péniblement rassemblé 20 suffrages sur son nom lors du premier tour des législatives de 2017…

La riposte politique s’organise et Renaud Muselier a dû pousser à la démission l’un des vice-présidents de la Région, pourtant l’un de ses proches, l’avocat Xavier Cachard, qui se trouve être malencontreusement l’un des propriétaires de l’immeuble effondré au 65 rue d’Aubagne. Pour faire bonne mesure, il a poussé aussi vers la sortie Arlette Fructus, une proche de Jean-Claude Gaudin dont elle est adjointe, en charge précisément du logement, et par ailleurs présidente de Marseille Habitat.

Dans le quartier de Noailles, des banderoles qui mettent directement en cause le maire de Marseille (photo © Photo France3 Provence)

Pas sûr néanmoins que cela suffise pour apaiser les esprits. Quelques jours après la catastrophe, mercredi 14 novembre, plus de 10 000 manifestants ont marché de Noailles jusqu’au Vieux Port, venant hurler leur colère devant les fenêtres closes de la mairie, criant « Gaudin, démission ! Gaudin en prison ! ». Une violence verbale à laquelle le maire vieillissant n’a guère été habitué mais qui traduit bien le ras le bol des habitants du quartier face à une équipe municipale qui n’a manifestement jamais fait du logement social sur Marseille un de ses dossiers prioritaires…

L. V. 

Rappel : la biodiversité à Carnoux cette semaine

21 novembre 2018

C’est demain soir, jeudi 22 novembre à 18h30, que se tiendra la prochaine conférence du Cercle Progressiste Carnussien intitulée : La biodiversité comme vous ne l’avez jamais vue…

Qu’est-ce que la biodiversité ? Quelles formes diverses et variées, plus ou moins spectaculaires ou au contraire invisibles à nos yeux prend la biodiversité ? Quelles sont les menaces qui pèsent sur elle ? Faut-il sauvegarder la biodiversité et dans quel but ? La biodiversité est-elle vraiment utile à l’homme ? Autant de questions auxquelles tentera de répondre Claude GADBIN-HENRY, docteur ès Sciences et qui pourront alimenter les échanges avec le public.

Alors venez nous rejoindre nombreux pour cette conférence gratuite et ouverte à tous qui se tiendra jeudi à 18H30 dans la salle du clos Blancheton à Carnoux !

Inondation : tous à l’eau en région PACA !

19 novembre 2018

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur, que son Président Renaud Muselier tient désormais à appeler Région Sud, est plutôt réputée pour ses étés ensoleillés que pour son climat pluvieux. Ainsi, la ville de Marseille, qui se caractérise par plus de 2800 heures d’ensoleillement par an en moyenne et autour de 515 mm de cumul de précipitation annuelle, soit deux fois moins qu’à Brest, Besançon, Aurillac ou encore Biarritz, est davantage réputée comme un lieu où l’on risque l’insolation ou le mistral, voire les feux de forêt, que l’inondation.

Vaison-la-Romaine après la crue de l’Ouvèze du 22 septembre 1992 (photo archives © DR)

Et pourtant, les événements de ces dernières années ont montré à plusieurs reprises que la région était particulièrement vulnérable au risque d’inondation, non seulement en période automnale, à l’occasion des fameux épisodes méditerranéens, alimentés par les masses d’air chaud et humide qui se développent au-dessus de la mer encore chaude, mais aussi sous l’effet de violents orages estivaux.

On se souvient en particulier de la crue torrentielle de l’Ouvèze en septembre 1992 qui a causé 47 morts à Vaison-la-Romaine, des fortes crues du Rhône en septembre 2002 et décembre 2003, des inondations du bassin de l’Argens dans le Var en juin 2010 (26 morts et un milliard d’euros de dommages), novembre 2011 puis à nouveau janvier et novembre 2014, ou encore celles de Cannes à Mandelieu en octobre 2015. Cette année aussi, les cours d’eau ont débordé dans la basse vallée de l’Argens ou dans celle du Préconil, faisant encore 2 morts à Sainte-Maxime en octobre 2018.

Un véhicule et ses deux occupants emportés suite aux inondations de la Garonnette entre Sainte-Maxime et Roquebrune-sur-Argens, le 11 octobre 2018 (photo © Philippe Arnassan / Nice Matin)

La liste est longue de ces événements dévastateurs et traumatisants pour les populations. A chaque nouvelle crue, comme cela a encore été le cas dans l’Aude voisine cette année, les populations feignent de découvrir qu’elles sont exposées à un risque, rare certes, mais loin d’être exceptionnel à l’échelle d’une vie humaine même si la mémoire humaine, aussi défaillante que sélective, fait dire à chaque nouvel épisode qu’on n’a jamais vu cela de mémoire d’homme…

De fait, une étude récente publiée par l’INSEE indique que dans l’ensemble de la région PACA ce sont près d’un million de personnes, soit 19 % de la population régionale, qui habitent en zone potentiellement inondable, parmi lesquelles plus de 42 000 sont considérées comme particulièrement exposées, avec une chance sur deux d’être affectées par une inondation en 40 ans… Pourtant, les zones inondables qui ont été prises pour référence de cette étude, à savoir l’atlas des zones inondables et le périmètre d’extension de la crue de Rhône de 2003, ne couvrent que 10 % de la superficie régionale !

Superposition des densités de population et des zones inondables en région PACA (source INSEE, 2016)

A croire donc que l’homme construit préférentiellement en zone inondable… Cela est moins vrai dans des départements comme les Hautes-Alpes ou les Bouches-du-Rhône où seulement 10 % de la population est installée en zone inondable, bien qu’avec localement de fortes concentrations comme dans la vallée de l’Huveaune ou celle de la Cadière du côté de Marignane. En revanche, dans le Vaucluse ou les Alpes maritimes, c’est 30 % des habitants qui vivent en zone inondable, comme à Nice où plus de 200 000 personnes se sont installées dans le lit de certains fleuves côtiers comme le Paillon ou le Magnan.

L’étude très fouillée réalisée par l’INSEE, à partir du croisement de fichiers de données datant de 2016, est d’autant plus intéressante qu’elle permet une analyse très fine des populations et des logements, mais aussi des activités économiques ainsi exposées au risque inondation. On y apprend ainsi qu’une maison de retraite sur cinq en région PACA est située en zone inondable et même une sur quatre dans le Vaucluse, les Alpes de Haute-Provence ou les Alpes maritimes. On se souvient encore des 3 pensionnaires de la maison de retraite de Biot, construite en bordure de la Brague, qui avaient trouvé la mort le soir du 3 octobre 2015 et de tous ceux qui ont dû être évacués en urgence dans des conditions souvent particulièrement traumatisantes…

Maison de retraite de Biot, inondée le 3 octobre 2015 (Photo Sébastien Botella / PQR / Nice-Matin)

De même, l’étude de l’INSEE met en évidence que dans la région pas moins de 23 % des écoles maternelles sont construites en zone inondable et la proportion atteint même 42 % dans un département comme le Vaucluse ! Ce n’est pas pour autant que les enfants y sont forcément en danger car certains établissements, bien que situés en zone inondable, peuvent avoir été conçus pour résister aux crues, à tel point que les enfants y courent souvent moins de risque que sur le trajet vers leur domicile, mais le chiffre n’est néanmoins guère rassurant…

Camping de la basse vallée de l’Argens dans le Var, après l’inondation du 15 juin 2010 (photo archives © DR)

On aimerait croire que la recrudescence des événements récents très médiatisés et le renforcement des politiques de prévention du risque inondation se traduisent par un coup de frein à l’urbanisation en zone inondable. Mais les chiffres ne plaident guère en ce sens puisque 17,5 % des logements construits depuis 2010 l’ont été en zone inondable. Certes, cette proportion était plutôt de l’ordre de 19 % dans les années 1990-2000, mais dans les Alpes maritimes la construction en zone inondable continue de progresser, du fait d’une pression foncière forte.

Quant aux touristes, qui sont nombreux en région PACA, leur exposition au risque inondation est également élevée puisque 25 % des emplacement de camping sont en zone inondable, avec même une proportion de 40 % dans les Alpes maritimes. Dans les Hautes-Alpes, 45 % des logements situés en zone inondable sont des résidences secondaires ou des habitations saisonnières…

Zone industrielle et commerciale de la Palud à Fréjus, inondée en novembre 2011 (photo © Patrice Clémente / Nice Matin)

Les activités économiques elles-mêmes sont fortement exposées au risque inondation avec de l’ordre de 27 % des entreprises situées en zone inondable, soit près de 460 000 emplois potentiellement exposés en cas de débordement des cours d’eau. Dans une commune comme Cavaillon, c’est 70 % des salariés qui travaillent en zone inondable et cette proportion atteint 77 % à Nice, 86 % à Digne-les-Bains ou encore 95 % à Marignane. En moyenne, le nombre d’emplois au km2 est deux fois plus élevé en zone inondable qu’ailleurs, comme si, en région PACA comme ailleurs, l’homme était inconscient du risque ou préférait s’en accommoder…

L.V. 

A Carnoux, une laïcité commémorative bien singulière…

17 novembre 2018

Célébration de la Sainte-Geneviève, le 24 novembre 2017 devant l’église de Carnoux (extrait du bulletin municipal, Le Messager n°50, janvier 2018)

A chaque cérémonie de recueillement (8 mai, 11 novembre), les Carnussiens constatent cette adaptation locale très particulière de la laïcité : le maire invite la population à se rassembler devant l’hôtel de ville pour assister à la messe, avant la cérémonie civile et militaire officielle.

Evidemment, certains s’interrogent sur la nécessité d’encapsuler une cérémonie religieuse dans un hommage laïc. La grande majorité des communes, dont Marseille, Aix ou Aubagne, restent d’ailleurs fidèles au principe laïc habituel, pour lequel les initiatives religieuses ne sont pas mentionnées. Et dans les quelques communes qui les signalent, elles sont présentées comme extérieures à la commémoration municipale, comme une simple information pour les citoyens qui se sentent concernés.

Entrefilet publié dans La Provence 10 novembre 2018

Déjà, il y a 10 ans… Une « tradition laïque » à Carnoux…

A Carnoux, ce n’est pas le cas. C’est même une tradition. A chaque cérémonie, le même rituel, une certaine confusion entre le religieux et le laïc. On peut s’imaginer la complexité de la chose si la commune hébergeait un temple, une synagogue, une mosquée ou une église arménienne… Mais évidemment, cette question amène une réflexion plus particulière pour le 100ème anniversaire de 1918 pour lequel, durant des mois, il a été mis en évidence, dans les médias et dans les écoles, que toutes les religions, toutes les ethnies, toutes les opinions avaient eu leur lot de héros et de victimes, de bravoures et de drames et que la nation leur devait reconnaissance à tous. Si l’une des commémorations se doit d’une distanciation, d’une « pudeur » laïque, c’est bien celle-ci.

Certains défendront localement certainement ce mélange des genres. Après tout, le cloisonnement entre le laïc et le religieux n’est pas absolu. Un curé peut être maire et un rabbin ou un imam peuvent être secrétaires de mairie. Mais, dans leur fonctionnement, les institutions publiques et religieuses, demeurent indépendantes, séparées, depuis la loi de 1905.

Les cérémonies nationales ont d’ailleurs, encore cette année, parfaitement respecté cette règle de bon sens, initiée, rappelons-le dès la fin de la grande guerre. Le 11 novembre 1918, en effet, l’archevêque de Paris invite Clemenceau, alors président du Conseil, au Te Deum prévu à Notre-Dame de Paris, en hommage à tous les morts de la guerre qui vient de s’achever. Clemenceau dissuade le président de la République, Raymond Poincaré, de s’y rendre, et répond par un communiqué officiel dont le cadre est encore aujourd’hui respecté : « Suite à la loi sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, le gouvernement n’assistera pas au Te Deum donné à Notre-Dame. Mmes Poincaré (femme du président de la République) et Deschanel (femme du président de la Chambre des députés) n’étant pas membres du gouvernement pourront par contre y assister ».

Procession religieuse dans les rues de Carnoux avec le maire en tête à l’occasion du cinquantenaire de l’église Notre-Dame d’Afrique, le 23 avril 2016 (source : bulletin municipal spécial Jubilé)

Alors, il est vrai, qu’en général, l’esprit de la loi de laïcité est respecté. C’est le cas à Aix, Marseille, Aubagne, La Ciotat, Gémenos, la Bouilladisse, Belcodène, Cuges-les Pins, la Destrousse, La Penne-sur-Huveaune, Peypin, Cadolive, Auriol. Seuls Saint-Cyr et Carnoux se distinguent, avec un rassemblement à la Mairie avant une cérémonie religieuse. A Cassis, Roquefort-la-Bédoule ou Saint-Zacharie, la messe est annoncée, mais précède le rassemblement laïc à la Mairie.

Procession religieuse dans les rues de Carnoux (source : bulletin municipal spécial Jubilé)

Il ne s’agit pas d’être tatillon sur l’organisation d’une cérémonie municipale. Il s’agit avant tout de réfléchir au fond de la notion de laïcité, qui est le respect de l’autre, de ses diversités, de ses opinions et la neutralité des institutions publiques. Cela n’avait pas échappé au quotidien catholique La Croix, qui, le 11 novembre 2016, s’inquiétait, dans un article intitulé « Ces mairies qui invitent à aller à la messe pour commémorer le 11 novembre » de l’incompréhension éventuellement générée et du possible inconfort des maires qui invitaient à une cérémonie religieuse.

A Carnoux comme ailleurs, l’esprit de la laïcité ne peut qu’être bénéfique à la citoyenneté locale.

J. Boulesteix

Des Prix Nobel d’économie bien optimistes…

6 novembre 2018

Dessin de Chapatte (source blog Le Monde)

Cette année, le prix de la Banque de Suède en matière d’économie, attribué depuis 1968 par la Banque centrale de Suède en mémoire d’Alfred Nobel et sur le même modèle que les prix concernant les matières scientifiques dûment identifiées par les frères Nobel dans leur testament, est venu récompenser deux économistes américains. L’affaire n’a rien d’étonnant puisque près des trois-quarts des lauréats, depuis que ce prix est décerné, sont de nationalité soit américaine, soit à la rigueur britannique, et en tout cas très largement d’obédience ultralibérale, à tout le mois orthodoxe et, pour certains, franchement réactionnaires.

Le cru 2018 n’échappe pas vraiment à la règle en venant ajouter deux Américains de plus à cette liste de 82 lauréats. Officiellement, ces deux chercheurs ont été récompensés le 8 octobre 2018 pour avoir intégré la prise en compte l’un du changement climatique et l’autre des innovations technologiques dans les analyses macroéconomiques. De véritables précurseur dotés d’une vision écologique donc ?

Attribution du 50ème prix Nobel d’économie, lors d’une conférence de presse à Stockholm le 8 octobre 2018 (photo © Henrik Montgomery / AFP / Libération)

Pas vraiment en réalité si l’on en croit les éléments biographiques que l’on peut lire à leur sujet dans la presse. Paul Romer, pur produit de l’Université de Chicago, fils d’un gouverneur du Colorado et considéré en 1997 comme l’une des 25 personnalités les plus influentes des États-Unis, s’est fait notamment connaître pour sa théorie de la croissance indéfinie. Peu importe à ses yeux que les ressources naturelles soient en nombre limité et en voie de raréfaction après des décennies de surexploitation irresponsable. Il estime en effet que le moteur principal de la croissance vient du génie humain à développer sans cesse de nouvelles inventions, surtout depuis la généralisation de l’informatique et des nouvelles technologies de l’information.

Paul Romer (source Wikipedia)

Cette notion de « croissance endogène » que soutient Paul Romer n’est pas inintéressante puisqu’elle met en avant l’importance pour un gouvernement d’investir dans la formation, la recherche et le développement technologique pour permettre de faire émerger de nouvelles innovations qui seront le moteur de la croissance de demain. Elle fait néanmoins quelque peu abstraction de la réalité qui oblige à constater que les ressources naturelles, même les plus banales comme les terres agricoles, l’air et l’eau, et a fortiori les plus rares comme le gaz, le pétrole, les minerais, sont inégalement accessibles et que tout développement humain harmonieux et durable ne peut faire totalement abstraction de leur partage et de leur gestion à long terme.

Imaginer que l’homme toujours trouvera des solutions techniques nouvelles pour continuer sa course effrénée vers davantage de confort n’est pas vraiment cohérent avec ce qu’on observe de l’histoire des civilisations qui presque toutes se sont heurtées, à un moment ou un autre, à la raréfaction des ressources dont elles avaient besoin et bien souvent aux conflits qui en ont résulté…

Quant à la thèse développée par l’autre lauréat du Prix Nobel d’économie 2018, William Nordhaus, formé au prestigieux Massachussets Institut of Technology et professeur à la non moins prestigieuse Yale University, elle est tout aussi contestable. Fervent opposant dès 1972 aux thèses écologistes du Club de Rome qui alerte, déjà à l’époque, contre les conséquences environnementales et sociales d’une croissance économique aveugle, Nordhaus s’est intéressé dès la fin des années 1980 aux impacts potentiels du changement climatique dont les scientifiques commençaient tout juste à se rendre compte des potentiels effets dévastateurs à long terme.

William Nordhaus (photo © Harold Shapiro / Yale University)

Mais nul catastrophisme dans la thèse de l’économiste américain, contrairement aux mises en garde des scientifiques du GIEC, qui détaillent, dans leur dernier rapport rendu public précisément en ce même jour du 8 octobre 2018, à quel point il est crucial pour la survie de l’humanité de tout faire pour limiter en dessous des 1,5 °C le réchauffement climatique mondial d’ici la fin du siècle. C’est d’ailleurs ce qui explique sans doute que Nordhaus est récompensé par le gratin des économistes bien-pensants par ce prestigieux Prix Nobel d’économie.

Son approche est de fait purement économique et s’appuie sur un modèle mathématique des plus simplistes : quand l’économie se développe, elle produit davantage de gaz à effets de serre. Ces derniers ont des impacts sur l’environnement, ce qui va se traduire par des coûts (davantage de catastrophes naturelles, nécessité d’adapter certains aménagements pour suivre le niveau de l’élévation des mers, ou encore réduction des rendements agricoles dans certaines régions). Pour éviter que ces coûts ne viennent réduire trop fortement la croissance, il va donc falloir investir notamment pour financer une transition énergétique progressive vers des énergies décarbonées. Les modèles développés par Nordhaus ont donc pour but de déterminer le scénario optimal de réchauffement climatique qui permet, d’un strict point de vue économique, d’opérer cette transition énergétique sans impacter la croissance mondiale.

Le résultat de cette approche revient à imaginer une action très graduelle consistant à imposer à tous les pays un prix du carbone qui augmente de manière très progressive. Une vision qui suppose un effort identique de tous les pays, bien peu réaliste et qui a conduit à l’échec tous les sommets sur le climat jusqu’aux avancées de la COP 21 basée justement sur une approche plus différenciée. Mais surtout une analyse très différente de celle du GIEC ou du rapport Stern, établi en 2006 à la demande du gouvernement britannique, et qui chiffre le coût de l’inaction face au changement climatique, préconisant au contraire une action rapide et massive pour infléchir les émissions mondiales de gaz à effet de serre avant qu’il ne soit trop tard.

Evolution des émissions de CO2 en fonction des scénarios de développement : en vert le scénario tendanciel, en rouge celui préconisé par Nordhaus, en noir celui qui permet de ne pas dépasser une augmentation de plus de 2,5 °C et en jaune celui conseillé par le rapport Stern (source © Johan Jarnestad /The ROyal Swedish Academy of Sciences in The Huffington Post)

En réalité, Nordhaus appuie sa démonstration sur des hypothèses totalement irréalistes qui considèrent qu’un réchauffement de 2 °C en 2100 ne se traduirait que par une baisse de 1 % du PIB mondial, et que cette réduction resterait de l’ordre de 10 % pour un réchauffement de 6 %. A ses yeux d’économiste, le changement climatique global n’est donc qu’un problème mineur, dont l’impact sur la croissance sera d’autant plus limité qu’il alimente ses modèles avec des taux d’actualisation tels qu’il n’y a aucun intérêt à engager dès à présent des investissements massifs pour limiter dans le futur des événements dont les impacts économiques sont fortement minorés. Autant garder les choses en l’état et laisser les générations futures se débrouiller avec un problème qui ne nous concerne guère…

Avec un tel raisonnement et en s’appuyant sur son modèle DICE (Dynamic Integrated Climate-Economy model) William Nordhaus conseille donc aux gouvernements d’adopter une stratégie d’action très modeste qui vise une augmentation « économiquement optimale » de 3,5 °C d’ici 2100, ce qui revient quasiment à laisser se dérouler le scénario tendanciel actuel. Voilà qui devrait en effet convenir parfaitement à nos responsables politiques et tant pis pour nos enfants qui risquent de subir de plein fouet les conséquences d’un tel aveuglement…

L .V. 

A la découverte de la biodiversité à Carnoux…

4 novembre 2018

La prochaine conférence du Cercle Progressiste Carnussien se tiendra le jeudi 22 novembre 2018, à 18h30, salle du Clos Blancheton à Carnoux-en-Provence, d’accès libre et gratuit comme pour les sessions précédentes.

Notre association a fait appel pour cela à une spécialiste, Mme Claude GADBIN-HENRY, docteur ès Sciences, pour traiter d’un sujet primordial, la biodiversité.

Cette conférence est intitulée La Biodiversité, avec pour sous-titre Comme vous ne l’avez jamais vue.

Qu’est-ce que la Biodiversité ?

La Biodiversité c’est la diversité du vivant.

Elle présente une infinité de formes animales et végétales inconnues.

La connaître mieux c’est mieux la protéger.

Elle englobe tous les organismes vivants : le Végétal, l’Animal et les Microorganismes, présents dans tous les milieux terrestres… Des grands mammifères connus de tous aux « minuscules », invisibles à nos regards. Sa protection déterminera la possibilité de la conservation de la vie, face aux érosions que l’homme lui impose actuellement.

Notre conférence vous présentera de nombreux organismes que vous regardez peu et que vous ne voyez pas, certains même vous effraient.

Nombre d’entre eux ont pourtant un rôle essentiel dans la survie d’autres espèces : à travers les relations de dépendances alimentaires ou parasitaires, la compétition et la collaboration qui caractérisent les rapports entre toutes les espèces.

La Biodiversité est en devenir permanent. Faire disparaître une seule espèce entraîne des réactions en chaine qui perturbent durablement l’équilibre des écosystèmes concernés.

Cependant de nouvelles espèces sont découvertes chaque jour sur notre Terre, ce sont des organismes « minuscules ou invisibles », on en parle peu, ils constitueront si nous y prenons garde une partie de la Biodiversité à venir…

Compte tenu de l’importance pour tous du sujet, nous vous attendons nombreux, jeudi 22 novembre.

Aix-en-Provence s’équipe de pavés à la turque…

2 novembre 2018

Maquette du futur BHNS Aixpress en cours d’aménagement dans les rues d’Aix-en-Provence (source : Ville d’Aix)

Tous les Aixois s’en sont rendus compte : le centre-ville est en travaux ! Depuis un an et jusqu’en 2019, les grands axes sont devenues un chantier ininterrompu en prévision de l’aménagement du futur Aixpress, le bus dit à haut niveau de service qui traversera toute la ville sur plus de 7 km, depuis le nouveau pôle d’échange du Krypton, en bordure de l’Arc et de l’autoroute A8, jusqu’à l’avenue Saint-Mitre-des-Champs, au nord-ouest d’Aix, en passant par la gare routière et les universités.

Mais ce n’est pas tout car ce chantier titanesque, qui provoque l’agacement des automobilistes aixois, vient s’ajouter à d’autres grands travaux, engagés en septembre 2016 et qui visent à un réaménagement complet de trois places emblématiques de la cité du Roy René, qui s’étendent sur 8 600 m2, en plein cœur du centre historique, entre le Palais de Justice et l’église de la Madeleine. Un vaste espace public, aménagé dès le XVème siècle, avant la Place des Cardeurs ou celle de l’Hôtel de Ville, et bien avant le Cours Mirabeau, mais qui reste un lieu emblématique de la vie aixoise.

Vue de l’ancien palais des Comtes de Provence depuis les environs de la place des Prêcheurs (source : L’Aixois)

Selon le site très documenté Aix en découvertes, le roi René d’Anjou, devenu comte de Provence en 1434, y fit édifier un palais monumental à l’emplacement d’une ancienne porte de la ville antique dont il avait conservé les trois tours. Ce palais comtal, devenu siège du Parlement de Provence après le rattachement du Comté à la France en 1481, a finalement été détruit en 1786 car il menaçait ruine. Cette destruction s’est alors traduite par un remaniement complet du quartier avec notamment l’édification de l’actuel Palais de Justice et des prisons devenues depuis le siège de la Cour d’Appel.

Vue aérienne de la Place des Prêcheurs qui s’étend à l’Est du Palais de Justice d’Aix-en-Provence (source © Géoportail)

Ce vaste espace public comprend désormais au sud la place de Verdun, ouverte suite à la destruction du Palais, la place des Prêcheurs, sur laquelle se tient traditionnellement le marché, qui devrait y reprendre ses habitudes en mars 2019, et la place Madeleine au nord, devant l’église du même nom. La place des Prêcheurs, qui se situait à l’origine en dehors des limites de la ville antique, est devenu véritablement un centre de la vie aixoise à partir du XVIème siècle, après que l’ancien Jardin du roi René, situé plus à l’Est, se soit urbanisé à son tour sous le nom de Villeneuve, autour du collège édifié par les Jésuite en 1583. Jusqu’en 1775, ce haut-lieu de la vie mondaine d’Aix-en-Provence accueillait également les exécutions publiques avec une roue, un échafaud et plusieurs gibets…

Maquette des futures places de Verdun et des Prêcheurs après réaménagement (© Atelier Garcia-Diaz source : Ville d’Aix)

Il va de soi que le réaménagement en profondeur de ces places historiques, rendu nécessaire pour y refaire entièrement les réseaux souterrains tout en profitant de l’opportunité pour leur donner un aspect plus accueillant, ne pouvait se faire qu’après une sérieuse campagne de fouilles archéologiques conduite par l’équipe d’archéologues de la ville. Ces fouilles ont mis à jour de nombreuses sépultures devant l’église de la Madeleine où s’étendait autrefois le cimetière des Prêcheurs. Elles ont aussi permis de retrouver, devant le Palais de Justice, l’emplacement de l’angle sud-est des fondations de l’ex palais comtal.

Fouilles archéologiques sous la place des Prêcheurs (extrait d’une vidéo de Provence Azur TV)

Des vestiges de caves, de murs et de l’ancienne Voie Aurélienne qui longeait les remparts ont ainsi été mis à jour, si bien que les services municipaux ont dû phosphorer durant l’été 2017 pour revoir partiellement l’aménagement des futures places afin d’y intégrer de grandes dalles vitrées qui permettront aux passant de visualiser quelques-uns des vestiges archéologiques ainsi découverts, tandis qu’un marquage au sol, intégré au futur pavage de la place permettra de repérer l’emplacement des fondations de l’ancien édifice comtal et de la voie romaine adjacente. L’opération se traduira par un léger surcoût de 600 000 €, une paille par rapport au coût total des travaux qui est évalué à 20 millions d’euros, dont environ la moitié pour la réfection des réseaux enterrés de gestion des eaux pluviales, d’adduction d’eau potable (dont certaines canalisations sont encore en plomb dans ce quartier), de pose des fourreaux destinés à l’installation future de la fibre optique, et de mise en place d’un réseau de bornes électriques pour les forains et la recharge des véhicules.

Emplacement des vestiges de l’ancien Palais comtal et des espaces de visualisation qui seront conservés (source : Ville d’Aix)

Les opérations de pavage ont, quant à elles, commencé depuis février 2018, comme le précise un article de La Provence. Elles nécessiteront au total pas moins de 8 000 tonnes de pierres, toutes soigneusement taillées au millimètre près, avec une surface légèrement griffée pour éviter les glissades malencontreuses par temps de pluie. C’est l’entreprise UrbaTP, implantée depuis 2003 à Meyreuil, qui a remporté ce marché fabuleux consistant à couvrir près de 2 hectares d’espace public avec des pavés de différentes nuances allant du beige au gris clair, sous la houlette de l’Atelier Garcia Diaz, un cabinet montpelliérain d’architectes, urbanistes et paysagistes.

Carrière près de Sogüt en Turquie (source UrbaTP)

Un chantier qui est néanmoins sujet à controverse car les pierres calcaires en question, choisies précisément pour faire couleur locale, sont extraites de la carrière de Sogüt, située en Turquie, à 2 700 km de là ! A tel point d’ailleurs que, selon La Gazette des Communes, une cargaison de 6000 tonnes de pavés destinés au chantier des trois places à Aix a été bloquée pendant plusieurs jours, fin septembre, par les douanes françaises, dans le port de Marseille, le temps des contrôles nécessaires.

Voilà qui illustre bien le paradoxe de notre conception du développement durable : pour protéger notre environnement de toute nuisance, on préfère fermer les carrières de pierre qui ont fait la renommée de la région à une époque où la pierre de Cassis, exploitée depuis l’Antiquité, était exportée pour construire les quais d’Alexandrie (mais pas le socle de la statue de la Liberté à New York, contrairement à une légende urbaine anisée tenace, ledit socle étant réalisé en béton et granite rose du Connecticut). Et, dans le même temps, pour conserver l’aspect local de notre environnement urbain, on importe de l’autre bout du monde, des pierres qui, certes, reviennent moins cher car extraites par une main d’œuvre moins exigeante et dans un contexte réglementaire moins rigoureux, mais se traduisent par un bilan environnemental global bien pire, quoique moins visible depuis le centre-ville d’Aix-en-Provence…

L.V. 

Saoul comme un pigeon néo-zélandais…

18 octobre 2018

En France, il existe, selon les spécialistes, 570 espèces d’oiseaux. En Nouvelle-Zélande, ce nombre s’élève, paraît-il, à 168, pas une de plus ! On comprend donc que les Néo-zélandais, amoureux de la nature par tradition culturelle, soient très attachés à la préservation de leur faune ailée. Chaque année, ils votent donc en masse pour élire « l’oiseau de l’année ». Un concours organisé depuis 2005 par l’association environnementaliste Forest & Bird et qui connait traditionnellement un grand succès…

En 2018, les résultats du vote, dont le scrutin s’est clôturé dimanche 14 octobre ont été rendus publics dès le lundi matin. And the winner is… Pas le kiwi en tout cas, pourtant emblème symbolique du pays qui avait déjà été couronné de ce titre prestigieux en 2009. Non, cette année, les quelques 50 000 Néo-zélandais qui ont participé au vote ont décerné la majorité de leurs suffrages à un gros pigeon sauvage, dénommé kereru en langue Maori, Hemiphaga novaeseelandiae de son petit nom scientifique.

Le Kereru ou pigeon de Nouvelle-Zélande

Une espèce assez banale en apparence et qui n’est pas spécialement menacée d’extinction bien que son habitat soit localement en danger de régression. Mais un oiseau qui, comme tout un chacun, présente ses petites faiblesses… En l’occurrence, le pigeon de Nouvelle-Zélande se gave de fruits dont il contribue d’ailleurs à disséminer les graines, jouant un rôle très important dans la reproduction des espèces arborées.

Kereru dans une forêt de Nouvelle-Zélande (photo © Hawke’s Bay Today / South China Morning Post)

Mais il lui arrive souvent, à force d’ingurgiter des fruits très murs et partiellement fermentés, de voir son taux d’alcoolémie augmenter au-delà du raisonnable. Il n’est donc pas rare, à la fin de l’été, d’observer de gros pigeons tituber au bout de leur branche, voire carrément tomber de l’arbre faute de pouvoir maintenir leur équilibre tellement ils sont saouls… Un comportement qui les rend particulièrement vulnérables face aux prédateurs, dont les chats, qui peuvent alors facilement les attaquer. Des centres de protection animales sont donc régulièrement sollicités pour recueillir des pigeons ramassés à terre par des âmes charitables, afin de les placer en cellule de dégrisement, le temps qu’ils reprennent leurs esprits.

Grive musicienne dans une vigne (source grives.net)

On connaissait déjà l’expression « saoul comme une grive » qui fait référence au comportement des grives, grandes amatrices de raisins et qui font des ravages dans les vignes lorsque le raisin est bien mûr, se gavant de fruits au point de ne plus pouvoir s’envoler lorsque le danger guette. L’expression date, parait-il, d’un texte de 1486 où l’on peut lire « plus estourdy qu’une grive », le mot « estourdy » signifiant alors « saoul » en vieux français.

D’après l’ouvrage La mystérieuse histoire du nom des oiseaux (éditions Robert Laffont), ce verbe « étourdir » est probablement issu du bas latin « exturdire », lequel signifie agir follement. Un verbe qui dérive justement du latin « turdus », mot qui désigne la grive, à cause précisément du comportement de cet oiseau qui titube au point de ne plus pouvoir s’envoler lorsqu’il s’est gavé de raisin.

A croire finalement que, des vignes du Bordelais jusqu’aux forêts de Nouvelle-Zélande, les oiseaux ne sont finalement guère plus raisonnables que les humains et ne savent pas mieux qu’eux résister à un bon jus de fruit, un tantinet alcoolisé…

L. V.