Archive for février 2013

Déjà 57 000 signataires de la pétition.

28 février 2013

GuettaNo

Signez la pétition ici.

Le Carnussien Vigilant Masqué.... Clic...

Viande de cheval : la liste des produits retirés.

27 février 2013

Pas un jour (ou presque) sans une nouvelle annonce de retrait. Depuis la découverte de viande de cheval dans des lasagnes Findus, annoncée le 7 février, de nombreuses enseignes ont procédé au retrait de produits surgelés des ventes. Dernier en date : Panzani, mardi 26 février. Dans certains cas, la présence de viande chevaline est avérée ; dans d’autres, le principe de précaution a prévalu. Francetv info revient sur les plats suspects, marque par marque.

Un plat surgelé Findus dans un four, le 11 février 2013 à Paris.

Un plat surgelé Findus dans un four, le 11 février 2013 à Paris.

Findus

Le scandale est parti des lasagnes, mais les pâtes ne sont pas les seuls produits retirés par Findus. L’industriel a également rappelé sa moussaka et son hachis parmentier. Les lots suspects sont précisés par l’association 60 millions de consommateurs (ainsi que pour l’ensemble des marques).

Saurez-vous reconnaître ces produits ?

Saurez-vous reconnaître ces produits ?

 Picard

Le spécialiste du surgelés a été le premier distributeur à retirer certains de ses produits de ses rayons. Bye bye les lasagnes à la bolognaise et le chili con carne, fabriqués en son nom par Comigel sans respecter le cahier des charges de Picard.

Les lots 14/12 et 315/12 ont été retirés.

Les lots 14/12 et 315/12 ont été retirés.

Auchan

L’histoire s’est finie par un « couic » pour certains lots de lasagnes et de moussaka commercialisés par l’enseigne au rouge-gorge, comme le rapporte 60 millions de consommateurs.

La moussaka et les lasagnes de marque Auchan ont été retirées.

La moussaka et les lasagnes de marque Auchan ont été retirées.

Casino

300 grammes, 500 grammes, 1 kilo : peu importe le poids, trois lots de hachis parmentier de la marque Casino ont connu une fin de vie prématurée.

Sourire crispé pour le PDG de Casino, Jean-Charles Naouri, lors de la présentation des résultats du groupe, le 21 février 2013 à Paris.

Sourire crispé pour le PDG de Casino, Jean-Charles Naouri, lors de la présentation des résultats du groupe, le 21 février 2013 à Paris.

Carrefour

Comme dans la plupart des enseignes, le retrait concerne les lasagnes à la bolognaise surgelées. Mais aussi les cannellonis à la bolognaise de la marque distributeur. Par ailleurs, des lasagnes et cannellonis de la marque Grand Jury (groupe Carrefour) ont aussi été retirées. Carrefour fait partie des enseignes qui se sont depuis engagées à n’utiliser que de la viande française.

La viande de cheval est interdite sur le siège avant.

La viande de cheval est interdite sur le siège avant.

Cora

C’est l’enseigne qui a retiré le plus de produits surgelés différents, pour un total de six lots. Ses lasagnes, spaghettis à la bolognaise, cannellonis et hachis parmentier ont été retirés des rayons.

Chez Cora aussi, tous les retraits concernent des produits surgelés.

Chez Cora aussi, tous les retraits concernent des produits surgelés.

Monoprix

Vous raffoliez du hachis parmentier de ce distributeur ? Vous avez peut-être mangé du cheval contenu dans un lot de ce produit, comme le rapporte toujours 60 millions de consommateurs.

Le hachis de la marque Monoprix a été retiré.

Le hachis de la marque Monoprix a été retiré.

Système U

Les produits retirés sont des cannellonis et de la moussaka. Décidément, deux classiques du scandale de la viande de cheval dans les surgelés.

Anne, responsable du rayon surgelés du Super U de Wittelsheim (Haut-Rhin), retire les cannellonis de la marque U, le 11 février 2013.

Anne, responsable du rayon surgelés du Super U de Wittelsheim (Haut-Rhin), retire les cannellonis de la marque U, le 11 février 2013.

Thiriet

Le rival du groupe Picard a décidé de frapper fort. Ce spécialiste du surgelé a retiré de la vente et détruit tous ses produits fournis par Comigel, selon Le Figaro. Il s’agit de la moussaka, des cannellonis, du chili con carne, de l’estouffade de bœuf purée, du hachis parmentier et des lasagnes, comme le précise ce communiqué du groupe.

Capture d'écran du site de Thiriet.

Capture d’écran du site de Thiriet.

Nestlé

Le numéro 1 de l’agroalimentaire a retiré plusieurs plats préparés en France, vendus sous la marque Davigel. Contrairement aux produits des autres marques, il s’agissait de lasagnes destinées aux restaurateurs, commercialisées par Nestlé Professional, précise Sud Ouest.

Les lasagnes Nestlé étaient destinées aux professionnels de la restauration.

Les lasagnes Nestlé étaient destinées aux professionnels de la restauration.

Ikea

Le fabricant de meubles, épicier à ses heures perdues, a annoncé lundi 25 février le retrait de ses boulettes de viande dans 24 pays, principalement d’Europe. De premiers résultats de tests ont toutefois indiqué mardi l’absence de viande de cheval.

Des panneaux publicitaires concernant des boulettes de viande Ikea sont retirés d'un parking de l'enseigne à Stockholm (Suède), le 25 février 2013.

Des panneaux publicitaires concernant des boulettes de viande Ikea sont retirés d’un parking de l’enseigne à Stockholm (Suède), le 25 février 2013.

Panzani

C’est le dernier nom à s’être ajouté à la liste, mardi. Du cheval a été détecté dans des raviolis de la marque, fabriqués par William Saurin, lui-même « victime d’une tromperie par un de ses fournisseurs » selon le magazine spécialisé LSA.

Xavier Riescher, le directeur général de Panzani France.

Xavier Riescher, le directeur général de Panzani France.

A suivre……

Le Carnussien Vigilant Masqué.... Clic...

Trois mouches au m2….

24 février 2013

Le nombre de mouches autorisées dans les toilettes publiques en Chine va être limité, selon un projet de directive du ministère de la Santé visant également à réduire les nuisances olfactives des lieux d’aisance.

ToilettesChinoises

Seules trois mouches au m2 seront tolérées dans les bâtiments indépendants et une seule pour la même surface si les commodités font partie d’un lieu public plus vaste comme une gare ou un centre commercial, précise le document officiel publié cette semaine.

Par ailleurs, les lieux en question ne devront pas incommoder par leur odeur s’ils s’insèrent dans un ensemble plus vaste. S’il s’agit d’une construction séparée, il ne devront puer que « légèrement », selon la directive.

Les toilettes pour dames devront pour leur part être deux fois plus nombreuses que celles pour messieurs, ajoute le texte, publié un an après l’occupation de WC pour hommes par une vingtaine de femmes à Canton (sud) pour protester contre leurs longues attentes afin de se soulager.

L’hygiène des toilettes publiques en Chine – longtemps un sujet d’embarras pour les visiteurs étrangers, en l’absence notamment de portes et cloisons – a fait d’importants progrès depuis une précédente directive du ministère en 1998, introduisant des normes plus strictes.

L’an dernier, la municipalité de Pékin avait déjà limité à deux le nombre de mouches dans les toilettes publiques. La capitale avait déjà lancé plusieurs campagnes pour les rendre plus propres et moins malodorantes avant les JO de 2008.

Le Carnussien Vigilant Masqué.... Clic...

Non à la subvention de 400 000 euros.

23 février 2013

400 000 euros de subventions publiques vont servir à financer un concert payant de David Getta à Marseille. En pleine période de crise, mobilisons-nous pour que l’argent public ne soit pas gaspillé ainsi !

Source : Le Point.fr - Publié le 09/02/2013

Source : Le Point.fr – Publié le 09/02/2013

Le 10 décembre 2012, il a été décidé en conseil municipal de Marseille d’octroyer la somme de 400 000 euros à la société Adam Productions afin de produire un concert de David Guetta et Mika le 23 juin au Parc Borély (mis à disposition par la Ville de Marseille), dans le cadre de Marseille Provence 2013, Capitale européenne de la Culture.

Malgré cette subvention publique, la billetterie mise en place annonce des tarifs compris entre 44 et 59 euros.

Cette pétition ne conteste pas la programmation mais le financement public qui n’est pas justifié. Les contribuables devront donc financer un concert qui ne sera même pas accessible au plus grand nombre!

1. Cette subvention aurait pu bénéficier à des associations ou à des artistes contribuant réellement au rayonnement de Marseille et à Marseille 2013  et ayant réellement besoin de financements. David Guetta est l’un des artistes français les mieux payés…

2. Cette somme est d’autant plus inacceptable qu’elle ne permet même pas de proposer des places à un tarif abordable pour le grand public!

3. La ville s’est montrée souvent réticente face aux évènements musicaux en plein air (Marsatac, Buvette Disco…). Là, aucun problème.

En plus des largesses de la mairie, le lieu est mis à disposition gratuitement pour Adam production qui aura également l’entière recette des ventes de billets, des boissons et autres produits vendus sur place. Une recette estimée à 1,1 million d’euros.

Il s’agit donc bien d’un cadeau de la Ville à une entreprise privée…

Pour que l’argent public finance la culture et les artistes locaux plutôt que les producteurs internationaux, signez la pétition ici et diffusez-là autour de vous.

Le Carnussien Vigilant Masqué.... Clic...

KATULU n°29

22 février 2013

Voici le résumé des derniers ouvrages abordés par les adhérents dans le numéro 29 :

Katulu? N°29 -fév.2013-

« Peste et choléra» -Patrick Deville

Prix Fémina 2012

La vie de Alexandre Yersin (1863-1943) découvreur du bacille de la peste en 1894. Médecin chercheur à l’Institut Pasteur, institution alors en pleine gloire, il préfère devenir médecin de bord aux Messageries Maritimes et parcourir le monde. Il fera halte en Indochine où il découvre « le paradis » : Nha Trang. Dès lors sa vie est en Asie. Poursuivant ses recherches scientifiques, il fait aussi fortune en implantant l’hévéa sur cette terre et en cultivant l’arbre à Quinquina. La fabuleuse histoire d’un scientifique aventurier « le plus méconnu et le plus exemplaire de la science moderne ». Un magistral portrait écrit avec beaucoup d’humour.

 « 1Q84» -Haruki Murakami-

Un roman en trois tomes publiés au Japon en 2009-10, devenu immédiatement un best-seller.

Une jeune femme thérapeute, professeur d’arts martiaux et…tueur à gages.

Un jeune homme, professeur de mathématiques, lecteur et « nègre » chez un éditeur…

Tous deux se sont connus enfants. Ils sont destinés à se retrouver mais où ? Quand ?

Une ambiance particulière ; des personnages solitaires, sans amis, à la vie amoureuse sans engagement ; des aventures réelles ou imaginaires…

Un livre attachant (tome I) qui appelle la lecture des deux autres.

 « Un auteur : P.G. Wodehouse»

Un auteur anglais peu connu en France, si ce n’est l’un de ses personnages fétiche « Jeeves ».

Né dans le Surry en 1881, enfance à Hong-Kong, collège à Douvres, grand sportif, employé de banque qui s’ennuie et un premier roman à 21 ans.

Premier roman des quelques 90 qu’il écrira ainsi qu’environ 300 nouvelles.

En 1914, remarqué par un éditeur américain, il commence à être publié aux USA. En 1918 il crée le personnage de « Jeeves » qui deviendra le héros de nombreux romans et sera porté à l’écran en 1934.

Après un sombre épisode durant la guerre de 1939-45, où sa négligence et son inconscience lui créeront de graves ennuis, il s’établit aux USA et devient citoyen américain en 1956. Il écrira jusqu’à sa mort en 1975, des aventures de Jeeves.

Lire un roman de P.G Wodehouse c’est une plongée dans une Angleterre qui n’existe plus au charme exquis, désuet . A conseiller sans modération !

 « L’Évangile selon Pilate» -Éric-Emmanuel Schmitt-

une façon d’interpréter les évangiles

Pourquoi avoir choisi ce sujet ? Pourquoi avoir choisi le point de vue de Pilate ?Pourquoi avoir oser donner la parole à Jésus ?

L’auteur veut actualiser l’événement qui a marqué toute une civilisation et démystifier la personne de Jésus.

A aucun moment il n’est question de Jésus en tant que Christ.
Ce qui intéresse l’auteur est un homme nommé Jésus 

«ce sont les autres qui m’ont annoncé mon destin », ce sont les autres qui m’ont appelé «fils de Dieu »
L’auteur ne veut-t-il pas s’adresser à une génération qui n’a jamais entendu parler de cette homme, qui a vécu il y a 2000 ans, et donner une version différente, libre, sans l’emprise d’une religion ?

Vu sous cet angle ce Jésus pourrait être transposé à notre époque, et cela permettrait la découverte d’un homme qui proposerait, de la même manière qu’il y a 2 millénaires, un mode de fonctionnement diffèrent, mais toujours aussi difficile à appliquer…L’humanité n’a pas tellement évolué sur ce plan.

Reste la question de la réaction de notre société envers un tel personnage ?
Elle ne serait guère différente de celle du groupe dirigeant de l’époque. Le pouvoir politique, religieux et économique ne tolérerait pas sa présence.
La mise à mort serait différente…mais elle serait évidente.

Un livre passionnant…

« Le rideau » -Milan Kundera-

Un essai sur le roman.

qu’est-ce qu’un roman ? Le roman est la réponse à trois questions :

Qu’est-ce que l’individu ? Qu’est-ce-que la vérité ? Qu’est-ce que l’amour ?

Le romancier doit déchirer le rideau de la préinterprétation, s’opposer aux idées préconçues, pénétrer dans l’intimité, la liberté de penser, de ressentir d’un individu unique, singulier, donner du sens, rendre de la noblesse « même si la bêtise est au cœur des grandes énigmes de l’existence », tels nos héros tragiques.

Retrouver la liberté qui est en soi, s’échapper des espaces inventés, déformés, simplifiés, exagérés, mal compris. S’échapper du temps humain codifié, bureaucratisé.

Tous nos actes, nos souvenirs bientôt sont voués à l’oubli, à la déformation car « l’oubli efface, la mémoire transforme ».

Mais le roman reste : il est l’utopie d’un monde qui ne connaît pas l’oubli, c’est une forteresse de la mémoire, un fondateur de la culture existentielle de l’homme, de l’identité essentielle. Il est « la connaissance de l’âme, celle qui saisit son contenu humain, celle qui peut se trouver dans un grand roman ».

Accès direct à tous les numéros de Katulu ici.

Le Carnussien Vigilant Masqué....Clic....

Ordures ménagères : un imbroglio à la marseillaise…

21 février 2013

Qui s’est seulement rendu compte que depuis janvier 2013, les quelques 3 000 tonnes d’ordures ménagères (hors tri sélectif) que nous produisons chaque année à Carnoux ont changé de destination ? A croire que tout le monde se désintéresse de l’avenir de nos poubelles que nous sortons pourtant consciencieusement deux fois par semaine mais sans trop nous interroger sur ce que deviendront tous ces emballages, déchets de cuisine et autre produits périmés et plus ou moins nocifs pour l’environnement… Depuis le feuilleton de la décharge d’Entressen  (fermée définitivement en mars 2010) qui avait montré à toute l’Europe à quel point la gestion des ordures ménagères dans l’agglomération marseillaise était archaïque et inadaptée, la situation s’est-elle vraiment améliorée ?

Petit retour en arrière pour essayer de mieux comprendre la situation : dans les années 1990, un bras de fer oppose le département aux services de l’Etat alors en charge de l’élaboration du Plan départemental d’élimination des déchets ménagers et assimilés, plan qui sera approuvé en juillet 1999 puis annulé en juin 2003 sur décision du Tribunal administratif. Le Conseil général s’attelle alors à l’élaboration d’un nouveau plan départemental, en anticipant sur une disposition législative qui transfère effectivement en 2004 cette compétence au département. Une nouvelle mouture est élaborée en 2005, mais qui sera de nouveau annulée par le Tribunal administratif en octobre 2007 ! En toile de fond de cet épisode figure notamment un différent entre les 4 plateformes de tri-méthanisation-compostage (dont une dans le secteur d’Aubagne) proposés dans le plan et le projet d’incinérateur que la communauté urbaine MPM cherche alors à implanter sur la commune de Fos-sur-Mer, en dehors de son territoire, malgré une forte opposition locale. Depuis, le département s’affaire mollement à élaborer un nouveau plan mais force est de constater que rien n’émerge et qu’en attendant le territoire manque pour le moins d’une vision globale et proactive pour sa gestion des ordures ménagères…

Le site de stockage du Mentaure

Le site de stockage du Mentaure

La situation de la décharge du Mentaure, située à La Ciotat et où étaient enfouies les ordures de Carnoux jusqu’à cette année n’est qu’une illustration parmi d’autre de cette situation ubuesque. Jusqu’en 2001, cette décharge était gérée par le SIRATOM, un syndicat mixte  associant depuis 1975 plusieurs communes de l’Est des Bouches-du-Rhône, dont Aubagne, Marseille et Carnoux. Lors de la dissolution de cette entité, c’est la communauté d’agglomération d’Aubagne qui a repris la gestion du site, confiant son exploitation d’abord à la société Bronzo puis à la SMA Environnement (dirigée par Alexandre Guérini).

Collecte des déchets (photo MPM)

Collecte des déchets (photo MPM)

En 2004, l’agglo d’Aubagne cherche à étendre cette décharge en achetant des parcelles voisines alors que la ville de La Ciotat souhaite la fermeture de ce site pour pouvoir étendre sa zone d’activité d’Arthélia. S’ensuit une série de péripéties pagnolesques, sur fond de rivalités politiques et économiques, qui culmine en 2006 avec le rachat des parcelles en question par l’agglo d’Aubagne, après que le Conseil général des Bouches-du-Rhône ait débloqué la situation en faisant jouer son droit de préemption au titre de la « préservation des espaces naturels sensibles et des paysages », ceci grâce à la découverte fort opportune sur le site d’une espèce protégée de liseron, convolvulus lanoginosus

Site de transfert de déchets (photo MPM)

Site de transfert de déchets (photo MPM)

Depuis, nos déchets continuaient de se déverser allègrement dans cette décharge du Mentaure, en compagnie de ceux d’Aubagne et ce malgré quelques négligences ou malversations qui ont valu les ennuis judiciaires que l’on connaît à Alexandre Guérini et quelques autres, provoquant même la démission début 2011 d’Alain Belviso, président de l’agglo d’Aubagne. Et pourtant, l’avenir de ce centre de stockage de déchets semble bien compromis, la préfecture ayant fixé sa date de fermeture à fin 2012. Une prolongation de ce délai n’a été accordée que pour une durée de 3 mois, jusqu’au 31 mars 2013, ce qui laisse à Aubagne un délai bien court pour trouver une solution à l’enfouissement de ses 50 000 tonnes de déchets annuels, alors que la plupart des autres décharges du département approchent de la saturation ou refusent d’accueillir ce qui provient des collectivités voisines… Il faut dire qu’entre temps, les communes de Carnoux, Ceyreste ou La Ciotat, pourtant les plus proches du site du Mentaure, ne se sentent plus concernées par le sujet puisque leurs ordures sont désormais acheminées à l’autre bout du département, en dehors même du territoire de MPM, pour être incinérées dans l’usine de traitement entrée en service en 2010 et gérée dans le cadre d’une délégation de service publique par la société EveRé, filiale du groupe espagnol Urbaser.

Usine EveRé à Fos (photo MPM)

Usine EveRé à Fos (photo MPM)

Le moins que l’on puisse dire est que la gestion locale de nos ordures ménagères pourrait donc être largement optimisée. Certes la situation est complexe et chacun est souvent réticent à accepter près de chez lui un centre de traitement ou de stockage des déchets. Il semblerait néanmoins que le sujet mérite mieux que la manière dont il est traité par nos élus locaux qui ne brillent ni par leur esprit de solidarité ni par leur courage politique, chacun essayant de renvoyer au plus loin de ses électeurs la gestion de leurs déchets, en dépit de toute rationalité et sans souci de ces norias de camions qui traversent la moitié du département en tout sens faute de gestion commune et concertée d’un problème global. Comme pour la question des transports ou du développement urbain, l’absence de structure politique constituée capable de gérer le problème à l’échelle de l’agglomération n’aide pas à trouver les bonnes solutions : peut-être le projet métropolitain en cours d’émergence permettra t-il enfin de faire avancer ce dossier ?

L. V.LutinVert1Small

2012 DA14

8 février 2013

Un astéroïde large comme la moitié d’un terrain de football frôlera la Terre le 15 février mais sans danger de collision, a assuré jeudi la Nasa, qui explique avoir fait d’importants progrès ces dernières années pour détecter ces objets potentiellement dévastateurs.

 2012 DA14

2012 DA14

L’astéroïde de 45 mètres de diamètre et d’une masse de 135.000 tonnes, baptisé 2012 DA14, est le plus gros objet passant aussi près de la Terre jamais anticipé par les scientifiques, a souligné l’agence spatiale américaine.

Risque de colision tous les 1.200 ans
Détecté en février 2012, il passera au plus près à 27.700 kilomètres -un dixième de la distance Terre-Lune- le 15 févier à 19H24 GMT à l’est de l’océan Indien, à la verticale des côtes de Sumatra en Indonésie, à une vitesse de 7,8 km/seconde. « En moyenne, un astéroïde de cette taille s’approche aussi près de la Terre tous les 40 ans et risque d’entrer en collision avec notre planète tous les 1.200 ans », a précisé Donald Yeomans, directeur du bureau du « Near Earth Object » (NEO) du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa, lors d’une conférence de presse téléphonique.

« L’astéroïde passera à une distance remarquablement proche, mais nous comprenons suffisamment bien sa trajectoire pour conclure qu’il n’y a pas de risque de collision avec la Terre », a-t-il assuré. Il croisera aussi à moins de 7.500 km des orbites de certains satellites mais sans les menacer. Cet astéroïde ne se rapprochera plus aussi près avant très longtemps. Lors du prochain passage au large de la Terre en 2046, il sera à près d’un milliard de km.

Visible avec un téléscope
Le 15 février, il sera visible avec un télescope amateur en Europe de l’Est, en Australie et en Asie où il fera nuit, ont indiqué les astronomes, précisant qu’il apparaîtra comme un point brillant se déplaçant dans le ciel. Si cet objet considéré de petite taille avec 45 mètres de diamètre devait s’écraser sur la Terre, il produirait des dommages comparables à l’astéroïde tombé en Sibérie centrale en 1908 (Toungouska), a estimé Lindsey Johnson, responsable du programme des objets proches de la Terre à la Nasa.

Détecter les petits objets Tim Spahr, du Minor Planet Center à l’Université Harvard, a souligné que le choc équivaudrait à une bombe de 2,4 mégatonnes, assez pour dévaster une grande étendue, mais pas mondialement catastrophique. Selon certaines estimations, l’onde de choc à Toungouska était équivalente à plusieurs centaines de fois celle provoquée par la bombe d’Hiroshima, détruisant la forêt sur un rayon de 20 km. En comparaison, la météorite responsable de l’extinction des dinosaures il y a 66 millions d’années mesurait 10 km de diamètre, selon Tim Spahr.

De gros progrès
« Le programme de la Nasa se concentre depuis ces dernières années sur la détection des petits astéroïdes et beaucoup de progrès ont été accomplis », a noté Lindsey Johnson. « Il y a dix ans on aurait pas pu détecter 2012 DA14, a-t-il dit, concédant que ces objets sont nombreux dans le voisinage de notre planète -environ 500.000- et difficiles à traquer. « Nous avons déjà trouvé environ 95% des astéroïdes plus gros -d’1 km de diamètre et plus- se trouvant à proximité de la Terre », a ajouté le responsable de la Nasa.

Cet objectif avait été fixé par le Congrès en 1998. Au total, les astronomes ont détecté et catalogué 9.500 objets célestes de différentes tailles croisant près de la Terre à l’aide de télescopes et satellites, soit près d’un dixième du total. L’agence spatiale calcule leur orbite pour déterminer s’ils représentent un danger. Ces estimations résultent du recensement le plus exact fait à ce jour des objets rocheux tournant à moins de 195 millions de km autour du Soleil et se trouvant assez proches de l’orbite terrestre.

En juin 2012, un groupe formé d’anciens astronautes et de scientifiques américains, la fondation B612, avait présenté un projet pour financer, construire et lancer le premier télescope spatial privé pour traquer les astéroïdes.

QRLCVMSmall2

Gros débat…..!

3 février 2013

Gros débat ce vendredi à l’Assemblée Nationale en France. En pleines discussions sur la mariage pour tous, les députés se sont mis à discuter du sexe du Père Noël.

AssembléeNationale4

Selon les informations du Lab, qui relate cette information surprenante, les députés étaient en plein débat lorsque Jean-Pierre Door, député UMP, a pris la parole. Et ses arguments en ont étonné plus d’un. « Dire que l’institution du mariage peut concerner deux personnes du même sexe, c’est comme dire soudain que le Père Noël est une femme », a-t-il lancé.

Des propos moqués par la ministre de la Famille, Dominique Bertinotti. « Je ne savais pas qu’on allait discuter du sexe du père Noël mais mon collègue Alain Vidalies est très rassuré d’enfin savoir quel est le sexe du Père Noël », a-t-elle rétorqué ironiquement.

De son côté, Catherine Vautrin, la vice-présidente UMP de l’Assemblée nationale, a tenté de calmer le jeu, arguant que là n’était pas le débat. « Nous ne sommes pas là à savoir si Casimir est un canard », a indiqué la politicienne.

Le Carnussien Vigilant Masqué.... Clic...