Archive for novembre 2018

Marseille qui s’élève, Marseille qui s’effondre…

25 novembre 2018

Tour La Marseillaise (photo © Tangram architectes)

Le 25 octobre 2018 était inaugurée en grandes pompes à Marseille la nouvelle tour conçue par l’architecte Jean Nouvel, baptisée fièrement La Marseillaise et qui s’élève désormais à 135 m de hauteur sur les quais d’Arenc, en bordure de mer et aux côtés de la tour effilée conçue par Zaha Hadid pour y abriter le siège de la CMA-CGM, dans le périmètre de l’opération d’intérêt national Euroméditerranée.

Une merveille architecturale, toute en légèreté et en transparence, qui se joue de la lumière grâce à ses 3850 pare-soleils multicolores en béton fibré à ultra-hautes performances permettant de donner une apparence changeante à la façade vitrée de 16 000 m2 selon un nuancier tricolore du plus bel effet cocardier mais dont les 30 nuances oscillent, selon le concepteur entre le bleu azur de la mer et du ciel provençal, le blanc des nuages et du calcaire des calanques et, bien sûr, le rouge des toits de tuiles romanes. Une prouesse technologique donc, parfaitement intégrée dans son univers méditerranéen : bravo l’artiste !

Tour La Marseillaise (photo © Gilles Guerin / France 3 Provence Alpes)

Un chantier mené rondement en tout cas à l’issue de 3 ans et demi de travaux confiés au groupe Vinci Construction, même si le projet était en gestation depuis le début des années 2000, et qui est sensé concrétiser pour son promoteur, Marc Piétri, président de Constructa, le renouveau du dynamisme économique de la cité phocéenne. Un projet phare en tout cas, qui a coûté la bagatelle de 210 millions d’euros, mais qui, de fait a été financé pour l’essentiel par de l’argent public.

Marc Piétri, élevé par Manuel Vals au rang de commandeur de la Légion d’honneur, le 1er juin 2017, aux côtés de Jean-Claude Gaudin et de Renaud Muselier (photo © DR / Destimed)

Ce qui a en effet permis au projet de prendre son envol en 2012 n’est pas une décision d’un investisseur privé mais bien celle de la Métropole MPM, alors dirigée par Eugène Caselli, qui avait engagé la collectivité en réservant d’un coup 12 des 27 étages du futur gratte-ciel, pour la modique somme de 6,7 millions d’euros par an sur douze ans, soit un peu plus de 80 millions au total. Et ce n’est pas tout car, comme l’explique notamment Capital, ce sont deux autres structures publiques qui lui ont emboité le pas, dont la Chambre de commerce et d’industrie, un organisme pourtant en pleine tempête, qui s’interroge sur son avenir, se plaint d’être étranglée financièrement par les récentes décisions gouvernementales, licencie à tour de bras et n’avait pas vraiment besoin de locaux supplémentaires, mais qui n’a pas pu résister à la tentation de s’installer dans les deux derniers étages de la tour emblématique, avec vue imprenable sur la rade…

Celui qui l’a suivi n’est autre que la Ville de Marseille qui, bien que lourdement endettée et disposant elle aussi de très nombreux locaux répartis un peu partout, a décidé d’engager 4,8 millions d’euros pour réserver des bureaux afin d’y loger gracieusement, moyennant une modique participation aux charges de 62 000 € par an, le siège du Conseil mondial de l’Eau (une structure associative fondée en 1996, dont Loïc Fauchon, dirigeant depuis 27 ans de la Société des eaux de Marseille, fut le président et Martine Vassal la trésorière), mais aussi le Plan Bleu (un programme des Nations unies consacré à l’environnement) et la Banque mondiale. Un geste d’amitié, pris en toute discrétion par Jean-Claude Gaudin en personne, s’appuyant sur une vague délibération cadre de 2014 : à Marseille, comme chacun sait, l’amitié n’a pas de prix…

Vue sur les Docks depuis l’intérieur de la tour (photo © Tangram architectes)

Quant aux 12 étages restant, qui ne sont pas payés directement par le contribuable, la moitié d’entre eux ont été réservés par trois groupes industriels dont l’activité est très étroitement liée aux marchés publics des collectivités, à savoir l’opérateur de télécommunication Orange, dont le nom s’étale désormais en grandes lettres sur le fronton du stade Vélodrome, le groupe de restauration collective Sodexo (qui assurera bien entendu la restauration dans la tour de bureaux) et la SNEF, un bureau d’études spécialisé dans l’énergie et le génie électrique.

Le reste des 38 000 m2 de bureaux, a été partagé entre le promoteur lui-même, Constructa qui s’est arrogé tout le 27ème étage, et les deux principaux financeurs de l’opération (aux côtés de la Caisse des dépôts), l’assureur Swiss Life REIM et le financier CEPAC, autrement dit la Caisse d’Epargne régionale. La société Haribo, qui s’est offert un étage et demi, constitue finalement le seul groupe privé non directement lié aux collectivités à l’origine du projet, qui viendra s’installer dans ces nouveaux locaux : un bien maigre bilan pour une opération qui était supposée attirer de nouveaux opérateurs économiques sur Marseille…

Recherche des victimes sous les gravats des deux immeubles effondrés, rue d’Aubagne (photo © Loïc Aedo / Le Moniteur)

Pour autant et malgré ce sérieux bémol, les Marseillais pouvaient légitiment considérer avec une certaine fierté ce nouveau monument qui vient s’insérer dans le paysage local même si la facture pour le contribuable est pour le moins salée. Il n’en fut pas de même lorsque, quelques jours plus tard, le 5 novembre, les feux de l’actualité se sont de nouveau braqués sur la cité phocéenne pour y observer avec consternation l’effondrement de deux immeubles de la rue d’Aubagne, ensevelissant sous les amas de décombres 8 personnes et nécessitant la démolition, par les pompiers de l’immeuble adjacent, qui lui-même menaçait ruine.

L’épisode a fait grand bruit et a rappelé, s’il en était besoin, l’incurie de la municipalité dirigée depuis 23 ans par un maire en décalage complet avec les besoins de ses concitoyens, lui qui croyait malin de lancer à l’un de ses opposant, l’élu Front de Gauche Christophe Pellicani, croisé sur place l’après-midi même du drame devant les ruines des deux immeubles effondrés : « Oh, t’y es pas sous les décombres, toi ? ». Du Pagnol, qui n’a fait rire que lui, d’autant qu’il a aggravé son cas quelques jours plus tard en se permettant de vanter sa politique en matière d’éradication de l’habitat indigne, estimant avait investi pas moins de 35 millions d’euros dans ce domaine, depuis 2005…

Jean-Claude Gaudin rue d’Aubagne après le drame, en compagnie de son adjointe (à gauche de la photo) Arlette Fructus (photo © AFP)

Un montant ridicule et qui n’est manifestement pas à l’échelle du problème comme les médias se sont évertués à le démontrer dans les jours qui ont suivi, en particulier Libération qui a publié un excellent dossier hors-série sur le sujet, particulièrement documenté et approfondi. On y apprend notamment que dès 2015, l’inspecteur général Nicol avait parfaitement analysé l’ampleur du désastre dans son rapport sur la requalification du parc immobilier privé à Marseille, pointant la vétusté de quelques 40 000 logements, soit 13 % du parc de résidences principales de la ville, et déplorant la faible efficacité des services municipaux qui ne prononcent qu’un nombre dérisoire d’arrêtés de péril imminent chaque année.

Une autre étude, publiée en 2014 par l’urbaniste Sandra Comptour, estimait que 48 % des immeubles du quartier de Noailles « nécessitent une réhabilitation pérenne à court ou à moyen terme », dont bien sûr celui du 63 rue d’Aubagne, propriété de Marseille Habitat, sous arrêté de péril depuis 2006 mais qui n’avait fait l’objet d’aucune intervention depuis, laissé vide et les fenêtres battantes jusqu’à ce qu’il s’effondre le 5 novembre 2018, sous la poussée de ses voisins encore plus bancal que lui.

Les trois immeubles des 63, 65 et 67 rue d’Aubagne photographiés par Google Street View quelques mois avant leur effondrement (photo © Google Street View / Le Monde)

Un rapport d’expertise plus qu’alarmant, signé par l’architecte Richard Carta le 19 octobre 2018 après examen de l’état du n° 65 rue d’Aubagne, analysé en détail par La Marseillaise, indique sans ambiguïté la gravité de la situation et conclut à la nécessité d’évacuer au moins le 1er étage, précisant que « les locataires ne pourront réintégrer leur appartement qu’après la mise en place d’un étaiement complet du rez-de-chaussée par une entreprise qualifiée ». L’adjoint délégué, Julien Ruas signe dans la foulée un « arrêté de péril imminent », qui fait obligation aux copropriétaires de « faire réaliser les travaux nécessaires d’urgence », dans un délai de 21 jours, manifestement excessif puisque l’immeuble s’écroule 18 jours plus tard, sans que rien n’ait été fait entre temps…

Toujours est-il que ce drame humain a véritablement constitué un électrochoc pour le microcosme marseillais, mettant cruellement en lumière les limites du système Gaudin. Ses services se sont depuis affairés à essayer de rattraper le temps perdu en multipliant les démarches d’évacuation dans de nombreuses autres copropriétés menaçant ruine : plus de 700 personnes auraient dû ainsi quitter précipitamment leur logement au 14 novembre selon les informations recueillies par Libération.

Manifestation en mémoire des victimes de l’effondrement à Marseille le 14 novembre 2018 (photo © Sylvain Thomas / AFP)

Mais pendant ce temps, la colère gronde dans ce quartier du centre-ville qui a le net sentiment de n’être pas écouté et d’avoir été laissé pour compte par une équipe municipale qui sait bien que ce n’est pas là que se trouvent ses électeurs : dans le bureau de vote le plus proche, comme le rappelle le Canard enchaîné, la candidate de Gaudin, Solange Biaggi, avait péniblement rassemblé 20 suffrages sur son nom lors du premier tour des législatives de 2017…

La riposte politique s’organise et Renaud Muselier a dû pousser à la démission l’un des vice-présidents de la Région, pourtant l’un de ses proches, l’avocat Xavier Cachard, qui se trouve être malencontreusement l’un des propriétaires de l’immeuble effondré au 65 rue d’Aubagne. Pour faire bonne mesure, il a poussé aussi vers la sortie Arlette Fructus, une proche de Jean-Claude Gaudin dont elle est adjointe, en charge précisément du logement, et par ailleurs présidente de Marseille Habitat.

Dans le quartier de Noailles, des banderoles qui mettent directement en cause le maire de Marseille (photo © Photo France3 Provence)

Pas sûr néanmoins que cela suffise pour apaiser les esprits. Quelques jours après la catastrophe, mercredi 14 novembre, plus de 10 000 manifestants ont marché de Noailles jusqu’au Vieux Port, venant hurler leur colère devant les fenêtres closes de la mairie, criant « Gaudin, démission ! Gaudin en prison ! ». Une violence verbale à laquelle le maire vieillissant n’a guère été habitué mais qui traduit bien le ras le bol des habitants du quartier face à une équipe municipale qui n’a manifestement jamais fait du logement social sur Marseille un de ses dossiers prioritaires…

L. V. 

Publicités

Pipi, caca : les matériaux du futur ?

23 novembre 2018

Bill Gates et son pot de merde lors de son discours à Pékin, le 6 novembre 2018 (photo © Nicolas Asfouri / AFP)

Bill Gates, co-fondateur de Microsoft, vient encore de faire le buzz en animant une conférence internationale à Pékin, le 6 novembre 2018, devant un aréopage de personnalités et de businessmen, en ayant posé, à côté de son pupitre, un bocal en verre contenant… des excréments humains ! L’affaire, reprise en boucle par les médias dont le Huffington Post, a déclenché comme il se doit de nombreuses réactions plus ou moins offusquées, y compris sur les pauvres collaborateurs du milliardaire excentrique, chargés de préparer le bocal pour leur patron…

Le message que cherchait à faire passer Bill Gates par ce geste quelque peu spectaculaire à défaut d’être de très bon goût, n’avait, on s’en doute, rien à voir avec un parallélisme éventuel quant à la qualité des logiciels distribués par Microsoft et que certains pourraient parfois être tentés d’assimiler à de la « merde ». L’objectif n’était pas non plus de rappeler que les excréments ont parfois rendu de grands services à l’humanité qui les utilise traditionnellement comme amendement agricole ou comme matière première dans la confection du banco, ce mélange à base d’argile, d’eau, de paille coupée et de bouse de vache ou d’autres déjections selon les habitudes locales et les coutumes traditionnelles.

Prototype de l’Omniprocessor, développé en 2014 par la firme américaine Janicki Bioenergy

On était loin également de la machine du futur qu’avait présenté le même Bill Gates début 2015 sous le nom d’Omniprocessor, destinée à valoriser non seulement nos déjections mais l’ensemble des boues issues des stations d’épuration, en les chauffant à très haute température (plus de 1000 °C) pour transformer la matière en un produit cendreux inodore susceptible de servir d’engrais dans les champs, tout en produisant à la fois de la vapeur d’eau qui génère de l’électricité via une turbine, et de l’eau potable pure après condensation de la vapeur.

Un dessin d’Olivier Lascar publié dans Sciences et Avenir

En l’occurrence, le message que cherchait à faire passer ce jour-là le milliardaire américain était plutôt d’ordre sanitaire, à l’occasion de ce salon des toilettes du futur organisé par sa fondation. Il s’agissait en effet d’attirer l’attention sur l’absence de lieux d’aisance appropriés dans de nombreux endroits de la planète, exposant les enfants à entrer en contact avec des germes fécaux porteurs de très nombreuses maladies infectieuses. Comme l’a doctement expliqué Bill Gates à son auditoire ébahi, « ce petit tas de matière fécale contient environ mille milliards de cellules du rotavirus, vingt milliards de bactéries de shigellose, et cent mille œufs de vers parasites », de quoi en effet refiler une bonne gastro-entérite à toute l’assemblée… Une bonne entrée en matière en tout cas pour faire la publicité de toilettes révolutionnaires conçues par Firmenich SA, une entreprise basée à Genève, n° 2 mondial de la parfumerie et des arômes alimentaires…

Ce spécialiste suisse des vaporisateurs et de la lutte contre les mauvaises odeurs a en effet investi le champ des latrines et, à l’issue d’une vaste enquête de terrain et d’études approfondies menées de l’Inde jusqu’au Kenya, est désormais en mesure de proposer, sur le marché, des toilettes sèches, qui fonctionnent sans eau donc sans nécessité de raccordement sur le réseau d’eaux usées, un concept particulièrement adapté à des pays comme la Chine où le réseau d’eau usées reste à développer dans bien des endroits.

Toilettes permettant la collecte séparée des urines (source © Lovely Toilettes)

Des toilettes qui pourraient permettent aussi de récupérer séparément les urines, le futur or jaune du futur, pour lequel on réfléchit désormais un peu partout dans le monde à la meilleure manière d’imaginer sa valorisation. Tout indique en effet que cette substance particulièrement riche en azote et en phosphore, qui empoisonne la vie de tous les gestionnaires de stations d’épuration et qui explique largement les difficultés à atteindre un jour la bonne qualité des milieux aquatiques en aval de nos grandes agglomérations, va devoir à plus ou moins brève échéance, être collectée et valorisée.

L’affaire pourrait d’ailleurs devenir d’autant plus intéressante qu’une équipe de chercheurs sud-africains vient d’annoncer, comme l’a relayé récemment Le Monde, avoir découvert un nouveau procédé révolutionnaire pour créer, à partir de l’urine humaine… des briques !  L’idée n’est pas totalement nouvelle puisque les Américains l’avaient déjà testée avec de l’urine de synthèse mais les chercheurs du Cap ont montré que cela pouvait fonctionner aussi avec de la simple urine humaine, recueillie dans les urinoirs de l’université.

Vukheta Mukhari, l’un des inventeurs des briques fabriquées à partir d’urine, à l’Université du Cap, le 2 novembre 2018 (photo © Rodger Bosch / AFP)

Le principe est tout simple et rappelle celui qui permet naturellement au sable de se transformer en calcaire au fond des océans grâce à la diagénèse, sauf que le processus est beaucoup plus rapide puisqu’il suffit de 6 à 8 jours pour transformer un petit tas de sable, 30 litres d’urine et quelques bactéries adéquates en une brique prête à l’emploi et sans odeur… Contrairement aux briques de terre cuite qui exigent de grosses quantités d’énergie puisqu’il faut chauffer l’argile à 1400 °C, et qui émettent de fortes quantités de gaz carbonique, le processus est nettement plus vertueux puisqu’il se fait à froid, qu’il absorbe au contraire du CO2 pour le transformer en carbonate qui va souder progressivement les grains de sable, et qu’en plus il permet de valoriser un sous-produit actuellement traité comme un déchet aussi encombrant que polluant.

Autant dire que l’on commence à voir arriver le moment où nos urines et nos excréments vont devenir des ressources naturelles à haute valeur ajoutée, susceptibles peut-être de remplacer les matières premières fossiles sur lesquelles nous avons assis jusque-là notre développement industriel… Nous vivons décidément une époque formidable !

L. V.

Rappel : la biodiversité à Carnoux cette semaine

21 novembre 2018

C’est demain soir, jeudi 22 novembre à 18h30, que se tiendra la prochaine conférence du Cercle Progressiste Carnussien intitulée : La biodiversité comme vous ne l’avez jamais vue…

Qu’est-ce que la biodiversité ? Quelles formes diverses et variées, plus ou moins spectaculaires ou au contraire invisibles à nos yeux prend la biodiversité ? Quelles sont les menaces qui pèsent sur elle ? Faut-il sauvegarder la biodiversité et dans quel but ? La biodiversité est-elle vraiment utile à l’homme ? Autant de questions auxquelles tentera de répondre Claude GADBIN-HENRY, docteur ès Sciences et qui pourront alimenter les échanges avec le public.

Alors venez nous rejoindre nombreux pour cette conférence gratuite et ouverte à tous qui se tiendra jeudi à 18H30 dans la salle du clos Blancheton à Carnoux !

Inondation : tous à l’eau en région PACA !

19 novembre 2018

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur, que son Président Renaud Muselier tient désormais à appeler Région Sud, est plutôt réputée pour ses étés ensoleillés que pour son climat pluvieux. Ainsi, la ville de Marseille, qui se caractérise par plus de 2800 heures d’ensoleillement par an en moyenne et autour de 515 mm de cumul de précipitation annuelle, soit deux fois moins qu’à Brest, Besançon, Aurillac ou encore Biarritz, est davantage réputée comme un lieu où l’on risque l’insolation ou le mistral, voire les feux de forêt, que l’inondation.

Vaison-la-Romaine après la crue de l’Ouvèze du 22 septembre 1992 (photo archives © DR)

Et pourtant, les événements de ces dernières années ont montré à plusieurs reprises que la région était particulièrement vulnérable au risque d’inondation, non seulement en période automnale, à l’occasion des fameux épisodes méditerranéens, alimentés par les masses d’air chaud et humide qui se développent au-dessus de la mer encore chaude, mais aussi sous l’effet de violents orages estivaux.

On se souvient en particulier de la crue torrentielle de l’Ouvèze en septembre 1992 qui a causé 47 morts à Vaison-la-Romaine, des fortes crues du Rhône en septembre 2002 et décembre 2003, des inondations du bassin de l’Argens dans le Var en juin 2010 (26 morts et un milliard d’euros de dommages), novembre 2011 puis à nouveau janvier et novembre 2014, ou encore celles de Cannes à Mandelieu en octobre 2015. Cette année aussi, les cours d’eau ont débordé dans la basse vallée de l’Argens ou dans celle du Préconil, faisant encore 2 morts à Sainte-Maxime en octobre 2018.

Un véhicule et ses deux occupants emportés suite aux inondations de la Garonnette entre Sainte-Maxime et Roquebrune-sur-Argens, le 11 octobre 2018 (photo © Philippe Arnassan / Nice Matin)

La liste est longue de ces événements dévastateurs et traumatisants pour les populations. A chaque nouvelle crue, comme cela a encore été le cas dans l’Aude voisine cette année, les populations feignent de découvrir qu’elles sont exposées à un risque, rare certes, mais loin d’être exceptionnel à l’échelle d’une vie humaine même si la mémoire humaine, aussi défaillante que sélective, fait dire à chaque nouvel épisode qu’on n’a jamais vu cela de mémoire d’homme…

De fait, une étude récente publiée par l’INSEE indique que dans l’ensemble de la région PACA ce sont près d’un million de personnes, soit 19 % de la population régionale, qui habitent en zone potentiellement inondable, parmi lesquelles plus de 42 000 sont considérées comme particulièrement exposées, avec une chance sur deux d’être affectées par une inondation en 40 ans… Pourtant, les zones inondables qui ont été prises pour référence de cette étude, à savoir l’atlas des zones inondables et le périmètre d’extension de la crue de Rhône de 2003, ne couvrent que 10 % de la superficie régionale !

Superposition des densités de population et des zones inondables en région PACA (source INSEE, 2016)

A croire donc que l’homme construit préférentiellement en zone inondable… Cela est moins vrai dans des départements comme les Hautes-Alpes ou les Bouches-du-Rhône où seulement 10 % de la population est installée en zone inondable, bien qu’avec localement de fortes concentrations comme dans la vallée de l’Huveaune ou celle de la Cadière du côté de Marignane. En revanche, dans le Vaucluse ou les Alpes maritimes, c’est 30 % des habitants qui vivent en zone inondable, comme à Nice où plus de 200 000 personnes se sont installées dans le lit de certains fleuves côtiers comme le Paillon ou le Magnan.

L’étude très fouillée réalisée par l’INSEE, à partir du croisement de fichiers de données datant de 2016, est d’autant plus intéressante qu’elle permet une analyse très fine des populations et des logements, mais aussi des activités économiques ainsi exposées au risque inondation. On y apprend ainsi qu’une maison de retraite sur cinq en région PACA est située en zone inondable et même une sur quatre dans le Vaucluse, les Alpes de Haute-Provence ou les Alpes maritimes. On se souvient encore des 3 pensionnaires de la maison de retraite de Biot, construite en bordure de la Brague, qui avaient trouvé la mort le soir du 3 octobre 2015 et de tous ceux qui ont dû être évacués en urgence dans des conditions souvent particulièrement traumatisantes…

Maison de retraite de Biot, inondée le 3 octobre 2015 (Photo Sébastien Botella / PQR / Nice-Matin)

De même, l’étude de l’INSEE met en évidence que dans la région pas moins de 23 % des écoles maternelles sont construites en zone inondable et la proportion atteint même 42 % dans un département comme le Vaucluse ! Ce n’est pas pour autant que les enfants y sont forcément en danger car certains établissements, bien que situés en zone inondable, peuvent avoir été conçus pour résister aux crues, à tel point que les enfants y courent souvent moins de risque que sur le trajet vers leur domicile, mais le chiffre n’est néanmoins guère rassurant…

Camping de la basse vallée de l’Argens dans le Var, après l’inondation du 15 juin 2010 (photo archives © DR)

On aimerait croire que la recrudescence des événements récents très médiatisés et le renforcement des politiques de prévention du risque inondation se traduisent par un coup de frein à l’urbanisation en zone inondable. Mais les chiffres ne plaident guère en ce sens puisque 17,5 % des logements construits depuis 2010 l’ont été en zone inondable. Certes, cette proportion était plutôt de l’ordre de 19 % dans les années 1990-2000, mais dans les Alpes maritimes la construction en zone inondable continue de progresser, du fait d’une pression foncière forte.

Quant aux touristes, qui sont nombreux en région PACA, leur exposition au risque inondation est également élevée puisque 25 % des emplacement de camping sont en zone inondable, avec même une proportion de 40 % dans les Alpes maritimes. Dans les Hautes-Alpes, 45 % des logements situés en zone inondable sont des résidences secondaires ou des habitations saisonnières…

Zone industrielle et commerciale de la Palud à Fréjus, inondée en novembre 2011 (photo © Patrice Clémente / Nice Matin)

Les activités économiques elles-mêmes sont fortement exposées au risque inondation avec de l’ordre de 27 % des entreprises situées en zone inondable, soit près de 460 000 emplois potentiellement exposés en cas de débordement des cours d’eau. Dans une commune comme Cavaillon, c’est 70 % des salariés qui travaillent en zone inondable et cette proportion atteint 77 % à Nice, 86 % à Digne-les-Bains ou encore 95 % à Marignane. En moyenne, le nombre d’emplois au km2 est deux fois plus élevé en zone inondable qu’ailleurs, comme si, en région PACA comme ailleurs, l’homme était inconscient du risque ou préférait s’en accommoder…

L.V. 

A Carnoux, une laïcité commémorative bien singulière…

17 novembre 2018

Célébration de la Sainte-Geneviève, le 24 novembre 2017 devant l’église de Carnoux (extrait du bulletin municipal, Le Messager n°50, janvier 2018)

A chaque cérémonie de recueillement (8 mai, 11 novembre), les Carnussiens constatent cette adaptation locale très particulière de la laïcité : le maire invite la population à se rassembler devant l’hôtel de ville pour assister à la messe, avant la cérémonie civile et militaire officielle.

Evidemment, certains s’interrogent sur la nécessité d’encapsuler une cérémonie religieuse dans un hommage laïc. La grande majorité des communes, dont Marseille, Aix ou Aubagne, restent d’ailleurs fidèles au principe laïc habituel, pour lequel les initiatives religieuses ne sont pas mentionnées. Et dans les quelques communes qui les signalent, elles sont présentées comme extérieures à la commémoration municipale, comme une simple information pour les citoyens qui se sentent concernés.

Entrefilet publié dans La Provence 10 novembre 2018

Déjà, il y a 10 ans… Une « tradition laïque » à Carnoux…

A Carnoux, ce n’est pas le cas. C’est même une tradition. A chaque cérémonie, le même rituel, une certaine confusion entre le religieux et le laïc. On peut s’imaginer la complexité de la chose si la commune hébergeait un temple, une synagogue, une mosquée ou une église arménienne… Mais évidemment, cette question amène une réflexion plus particulière pour le 100ème anniversaire de 1918 pour lequel, durant des mois, il a été mis en évidence, dans les médias et dans les écoles, que toutes les religions, toutes les ethnies, toutes les opinions avaient eu leur lot de héros et de victimes, de bravoures et de drames et que la nation leur devait reconnaissance à tous. Si l’une des commémorations se doit d’une distanciation, d’une « pudeur » laïque, c’est bien celle-ci.

Certains défendront localement certainement ce mélange des genres. Après tout, le cloisonnement entre le laïc et le religieux n’est pas absolu. Un curé peut être maire et un rabbin ou un imam peuvent être secrétaires de mairie. Mais, dans leur fonctionnement, les institutions publiques et religieuses, demeurent indépendantes, séparées, depuis la loi de 1905.

Les cérémonies nationales ont d’ailleurs, encore cette année, parfaitement respecté cette règle de bon sens, initiée, rappelons-le dès la fin de la grande guerre. Le 11 novembre 1918, en effet, l’archevêque de Paris invite Clemenceau, alors président du Conseil, au Te Deum prévu à Notre-Dame de Paris, en hommage à tous les morts de la guerre qui vient de s’achever. Clemenceau dissuade le président de la République, Raymond Poincaré, de s’y rendre, et répond par un communiqué officiel dont le cadre est encore aujourd’hui respecté : « Suite à la loi sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, le gouvernement n’assistera pas au Te Deum donné à Notre-Dame. Mmes Poincaré (femme du président de la République) et Deschanel (femme du président de la Chambre des députés) n’étant pas membres du gouvernement pourront par contre y assister ».

Procession religieuse dans les rues de Carnoux avec le maire en tête à l’occasion du cinquantenaire de l’église Notre-Dame d’Afrique, le 23 avril 2016 (source : bulletin municipal spécial Jubilé)

Alors, il est vrai, qu’en général, l’esprit de la loi de laïcité est respecté. C’est le cas à Aix, Marseille, Aubagne, La Ciotat, Gémenos, la Bouilladisse, Belcodène, Cuges-les Pins, la Destrousse, La Penne-sur-Huveaune, Peypin, Cadolive, Auriol. Seuls Saint-Cyr et Carnoux se distinguent, avec un rassemblement à la Mairie avant une cérémonie religieuse. A Cassis, Roquefort-la-Bédoule ou Saint-Zacharie, la messe est annoncée, mais précède le rassemblement laïc à la Mairie.

Procession religieuse dans les rues de Carnoux (source : bulletin municipal spécial Jubilé)

Il ne s’agit pas d’être tatillon sur l’organisation d’une cérémonie municipale. Il s’agit avant tout de réfléchir au fond de la notion de laïcité, qui est le respect de l’autre, de ses diversités, de ses opinions et la neutralité des institutions publiques. Cela n’avait pas échappé au quotidien catholique La Croix, qui, le 11 novembre 2016, s’inquiétait, dans un article intitulé « Ces mairies qui invitent à aller à la messe pour commémorer le 11 novembre » de l’incompréhension éventuellement générée et du possible inconfort des maires qui invitaient à une cérémonie religieuse.

A Carnoux comme ailleurs, l’esprit de la laïcité ne peut qu’être bénéfique à la citoyenneté locale.

J. Boulesteix

A qui appartient l’Entreprise ?

15 novembre 2018

La question paraît presque saugrenue tant les médias et l’opinion dominante ont depuis des années imposé cette idée que ce sont les actionnaires qui sont légitimes pour faire la pluie et le beau temps dans les entreprises. Au point que chacun s’est persuadé que les actionnaires seraient propriétaires des entreprises dont ils contrôlent le capital, imposant aux dirigeants des stratégies destinées avant tout à assurer la rentabilité à court terme de leurs actions.

Un dessin signé Bésot

« L’actionnaire a pris le pouvoir », affirmait ainsi en juin 2016 Louis Gallois, alors président du conseil de surveillance de PSA, à l’occasion d’une conférence intitulée « À qui appartient l’entreprise ? », organisée par Les Économiques à Bercy, une association qui œuvre pour une meilleure compréhension du monde grâce à l’économie. Selon Louis Gallois, les actionnaires « demandent au patron et au manager de garantir la valeur de leurs actions au sein de l’entreprise », et se comportent donc comme s’ils étaient les seuls et uniques propriétaires de l’entreprise.

Olivier Favereau, professeur de sciences économiques à Paris X (source Marianne)

Pourtant, comme l’a encore rappelé récemment dans Marianne l’universitaire Olivier Favereau, ancien directeur de l’école doctorale Economie, organisations, société à Nanterre, cette conception n’est qu’une construction intellectuelle erronée qui s’est peu à peu imposée au fur et à mesure que se renforçait, à partir des années 1980, le néolibéralisme financier. En réalité, les actionnaires ne sont en rien propriétaires des entreprises mais seulement des sociétés de capitaux.

Jean-Philippe Roblé, juriste

Cette distinction, qui est notamment rappelée avec force par le juriste Jean-Philippe Robé, auteur d’un Que sais-je de référence publié en 1999 et intitulé L’Entreprise et le droit de l’avocat, paraît bien subtile pour celui qui n’est pas spécialiste du droit des affaires. Pourtant, la nuance est de taille. L’actionnaire est bien propriétaire des actions qu’il détient mais pas pour autant de l’entreprise elle-même, y compris au pro rata de sa participation au capital de celle-ci.

Comme le rappelait en 2011 Georges Beisson sur son blog, « l’entreprise est bien loin de se réduire à son capital social. Á l’origine, elle a été créée pour réaliser un projet innovant porté par un homme ou par une équipe de fondateurs. Pour la concrétiser, il a fallu recruter des hommes : des cadres et des travailleurs. Il a fallu lui trouver une ou plusieurs localisations géographiques et, chaque fois, des collectivités d’accueil. Il a fallu acheter ou construire des bâtiments, acquérir des machines, des équipements, des outillages. Et, bien sûr, il a fallu financer tout cela. L’entreprise apparaît alors comme une structure économique et sociale complexe combinant et organisant des moyens très différents, comme une aventure commune à l’ensemble des hommes qui l’animent. L’entreprise est donc en copropriété entre les porteurs d’idées, les fondateurs, les cadres et les autres travailleurs salariés, les dirigeants et les apporteurs de capitaux, banquiers ou actionnaires ».

Au vu de ces considérations, on peut donc s’interroger sur la légitimité de l’actionnaire qui se comporte comme s’il était propriétaire de l’entreprise, exigeant de ses dirigeants des rendements mirobolants pour rémunérer de manière optimale son placement à court terme, dans une logique purement spéculative, sans se préoccuper ni du bien-être de ses salariés ni de son développement futur, ni même de sa pérennité à long terme.

Un dessin signé Na !

Or « le profit est un moyen mais ne doit pas être une finalité » rappelle Blanche Ségrestin, économiste à l’école des Mines, toujours à l’occasion de ce colloque organisé en juin 2016. Pour garantir davantage de stabilité aux entreprises, elle considère qu’il faudrait leur donner un nouveau statut, basé sur un engagement social et solidaire afin de garantir l’intérêt général. Dans ce schéma, les actionnaires devront alors s’engager à respecter, en entrant dans le capital d’une entreprise, les objectifs sociaux et environnementaux, qui seront présents dans ses statuts, tels que par exemple l’utilisation de technologies non polluantes, ou encore le maintien des emplois sur le territoire.

Un dessin signé Jiho

L’idée peut paraître utopique dans le monde économique totalement dérégulé dans lequel nous vivons désormais mais elle mérite sans doute d’être défendue. A partir du moment où les actionnaires ne peuvent se considérer comme les seuls propriétaires d’une entreprise, il est en effet logique qu’ils ne puissent prétendre à y détenir le pouvoir absolu en y imposant leurs seuls intérêts à court terme. Se pose donc tout naturellement la question du partage du pouvoir au sein des conseils d’administrations. Comme le rappelle Olivier Favereau, les administrateurs salariés, qui ont toute leur place dans de nombreux pays européens dont l’Allemagne, seraient sans doute d’un apport très utile dans les entreprises françaises, dans le cadre d’un renouveau de la cogestion tant recherchée dans les années 1970 et tombée depuis en désuétude sous l’effet du néolibéralisme financier triomphant…

Georges Beisson va même plus loin en prônant l’organisation des conseils de surveillance sous forme de quatre collèges équilibrés et de pouvoir équivalent : celui des fondateurs et des innovateurs ; celui des cadres et des autres travailleurs salariés ; celui des représentants des collectivités d’accueil ; celui des actionnaires. Une petite révolution culturelle en perspective dans le petit monde feutré du capitalisme financier ?

L.V. 

L’architecture des bâtiments publics de Carnoux : une vision contemporaine et des références

13 novembre 2018

Après la construction à Carnoux-en-Provence de la Médiathèque Albert Camus, conçue par l’atelier Fernandez et Serres d’Aix-en-Provence et réalisée entre 2004 et 2007, le point d’orgue de la rénovation du centre-ville concerne l’extension de l’Hôtel de Ville ainsi que la construction du Point d’Accueil Tourisme. Le projet retenu est celui de l’agence marseillaise AT, Céline TEDDÉ et Jérôme APACK, dont des infographies annoncées par le slogan « Carnoux Avance !… » sont visibles sur différents panneaux d’affichages  dans la ville.

Photo © MM CPC

Afin d’éclairer nos concitoyens sur les partis-pris fonctionnels et esthétiques qui fondent ces nouvelles réalisations, nous vous proposons quelques clés de compréhension de l’architecture contemporaine. Pour cela, nous avons pris contact avec les architectes Céline Teddé et Jérôme Apack qui ont accepté de nous communiquer des informations sur leur démarche. Nous ferons ensuite mention de quelques grandes figures de l’architecture moderne, comme Pierre Jeanneret dit Le Corbusier, et contemporaine comme Aldo Rossi, nous évoquerons aussi la peinture de Giorgio de Chirico, et cela sans oublier de mettre en évidence des relations qu’entretiennent ces constructions avec des réalisations locales et étrangères, contemporaines et passées.

Le nouvel Hôtel de Ville

Ce bâtiment public doit conjuguer des fonctions d’accueil, de gouvernance, de réception et regrouper des services jusqu’alors externalisés comme la police municipale et le CCAS. Tel qu’il apparaît actuellement en cours de construction, il se juxtapose avant d’intégrer le volume de l’actuelle mairie dans un ensemble volumétrique de base trapézoïdale et à la toiture en terrasse.

Photo © MM CPC

Alors que l’ancienne Mairie affichait une façade ostentatoire et symétrique, avec son large escalier extérieur, son entrée vitrée et son balcon central, le nouvel édifice se présente comme un volume épuré, sans débordements.

Tel qu’on peut le percevoir en cours de construction et comme il apparaîtra selon cette représentation infographique aimablement communiquée par les architectes, l’extérieur propose en façade de vastes plans libres échancrés par de larges ouvertures en bandeau dont certaines sont pourvues de pare-soleil. Ces derniers se substitueront efficacement et esthétiquement aux actuels stores bicolores.

Vue de la façade (maquette © Agence AT)

Côté parc, ainsi que sur l’arrière donnant sur la rue du 14 Juillet, on perçoit des ensembles de baies dont celles de l’étage présentent une partie supérieure en plein cintre (demi-cercle). Notons que ces baies sont majoritairement ouvertes sur les murs situés au Nord-Ouest et au Nord-Est, là où le soleil n’est pas le plus ardent.

Schémas © Agence AT

Les circulations pour le public et les agents ont été repensées. Comme le montre l’étude volumétrique ci-dessous, deux axes sont privilégiés.  La première entrée est située en façade et une seconde est créée au niveau du parvis de l’ensemble résidentiel  de l’Esplanade.

L’intérieur, tel qu’on peut le découvrir sur le site de l’agence AT, propose deux cours. La première, nommée « cour d’entrée » affirme un caractère plutôt minéral. Ouverte visuellement sur le Parc Tony Garnier, elle servira d’espace d’attente et aussi de prolongement à la salle des mariages.  La seconde, appelée « la cour des agrumes », sera plantée afin d’apporter de la fraîcheur au bâti.  De nombreuses ouvertures sont tournées vers ces cours intérieures pour se protéger des effets d’une lumière solaire directe et de la chaleur induite. Le patio permet ainsi à la lumière zénithale de baigner les espaces intérieurs d’une lumière adoucie.

La prise en compte de ces données dans le contexte climatique provençal constitue un atout pour le confort, tant celui des personnels que celui des usagers.

Comme le montre l’infographie ci-dessus, les successions d’espaces s’organisent selon des volumes ouverts et fermés, scandés par les piliers et des passages, qui conjuguent opacité du béton et transparence du verre. Le vocabulaire plastique est sobre. Il confère à l’ensemble un sentiment de quiétude.

Dans les propos qui précèdent, nous avons cité quelques caractéristiques du bâtiment comme le toit terrasse, la façade libre, les circulations et les ouvertures en bandeaux.

La mention de ces termes et expressions renvoie directement à l’architecture de Le Corbusier, telle qu’il en définit les principes dès les années 1920 avec les Cinq points pour une architecture moderne: les murs porteurs, le plan libre, la façade libre, les pilotis et le toit-terrasse.

Ici, les murs ne fonctionnent plus comme dans la plupart des constructions. Grâce à une ossature indépendante, et surtout à l’utilisation maîtrisée du béton, les murs portants extérieurs sont supprimés, permettant ainsi de disposer de toute l’enveloppe pour éclairer l’intérieur et les ouvertures peuvent courir d’un bord à l’autre de la façade (principe de la façade libre). Enfin le toit-terrasse, à défaut d’être aménagé comme à la Cité Radieuse de Marseille, peut recevoir une isolation végétale comme à l’Ecole Internationale de Manosque ou des panneaux solaires pour contribuer à une gestion écologique du bâtiment, comme c’est le cas dans de nombreuses et récentes réalisations.

Étude quartier Gallaratese, Milan 1969 © Aldo Rossi

Mais les architectes de l’agence AT préfèrent convoquer la démarche et les créations d’Aldo Rossi (1931-1997). L’étude de son œuvre montre en effet que « si les bâtiments d’Aldo Rossi semblent évidents et facilement appropriables, ils sont pourtant faits d’une succession d’espaces et se nourrissent de références historiques et populaires. La colonne, l’arche et la lucarne ne sont plus de simples éléments de langage, ils sont employés pour servir l’architecture, parce qu’ils font sens dans l’histoire qui est racontée » (Extrait d’un article de Bastien Saint-André) Les architectures d‘Aldo Rossi expérimentent un principe analogique où la référence historique n’est viable qu’en la synthétisant et la condensant dans des formes élémentaires avec les types fondamentaux que sont la rue, la façade, le mur, la fenêtre …. Ainsi, ses immeubles des années 1970 et 1980 éprouvent-ils les lignes du cube, du cône ou du cylindre, et s’organisent-ils généralement sur des plans symétriques et cela en étant dépourvus de tout ornement.  Il est l’auteur de très nombreux dessins qui évoquent les paysages métaphysiques de Giorgio de Chirico et attestent de son « obsession » des villes. (Réf. texte Nadine Labedade pour le FRAC Centre)

Cette synthèse et ces références historiques et populaires existent à Carnoux à la fois dans la mention des premières constructions individuelles à toit-terrasse, mais aussi dans le rappel de la toiture de l’église Notre-Dame d’Afrique faite de demi-cylindres dont les courbes sont reprises dans les cintres des baies vitrées et les arches du nouvel Hôtel de Ville.

Photos © MM CPC

Nous constaterons par la suite qu’il en est de même pour le kiosque de l’Office du Tourisme.

Giorgio de Chirico, L’Énigme du Jour, Paris 1914 (© MOMA, New York)

Les architectes citent aussi le peintre Giorgio de Chirico. Comme le note Giovanni Loreto dans son texte intitulé Écrit sur l’architecture pour « l’Esprit Nouveau », Giorgio de Chirico a toujours été hanté par ce sentiment de l’architecture, par le sens lyrique et solennel qu’ont les places, les tours, les terrasses et toutes les constructions qui forment une ville lorsque la génialité des architectes et bien souvent aussi, le hasard (le divin hasard comme l’appelle Nietzsche) les dispose d’une certaine façon. Dans toute sa production de 1910 à 1914, de Chirico raconte toujours le mystère des villes, le calme et le recueillement des architectures italiennes à l’heure du soir…  

Le projet architectural doit être appréhendé dans son ensemble. Pour ce faire, après l’Hôtel de Ville, étudions le Point d’Accueil Tourisme.

Le kiosque de l’Office du Tourisme

Situé à l’angle du vaste espace Tony Garnier, ce parallélépipède de béton et de verre est surmonté d’une toiture à quatre pans asymétriques. Notons l’échancrure qui ceint la partie inférieure de la toiture et qui a une fonction de gouttière.

Ce bâtiment d’allure massive, notamment quand on le découvre en descendant le Mail, est traité dans des tons de pierre qui reprennent la couleur de la stèle du Monument aux Combattants afin de constituer un ensemble plastiquement cohérent. Dans sa forme et sa position, telle qu’il apparaît quand on aborde la place en entrant dans la ville depuis Aubagne, le kiosque peut évoquer le pavillon des Jardins de la Ménara de Marrakech. En revanche, ce dernier qui comporte deux étages est plus aérien.

Photos © MM CPC

Toutefois, à Carnoux, l’esplanade de sable compacté occupe la place du vaste bassin du jardin marocain et le bâtiment ne présente qu’un seul étage avec des ouvertures rectangulaires.

Dans sa conception comme dans son positionnement, le kiosque rappelle les pavillons et les « folies* » des parcs publics. Dans le projet originel et avec le souci de construire un équilibre général, un second pavillon devait border l’angle opposé du parc côté église et a été remplacé par la stèle et son parvis. Comme le mentionnent les architectes, la forme « déstructurée » du volume et de sa toiture font écho à l’urbanisation récente de Carnoux où les toits à deux ou à quatre pentes ont peu à peu remplacé les toitures terrasses d’une architecture qui se voulait plus nord-africaine à la naissance de la commune. C’est une synthèse des deux architectures au cœur de la ville.

© Musée du château de Lunéville

*Le terme « folie » caractérise à partir du XVIIème siècle un petit pavillon dédié à un usage privé, généralement situé aux abords de la ville. Ces bâtiments simples et élégants étaient construits au XVIIème siècle dans le style néo-classique.

On connaît aussi les folies d’Emmanuel Héré, un architecte lorrain né à Nancy. Pour Stanislas Leszczynski, roi de Pologne et duc de Lorraine, il réalise la place maintenant connue sous l’appellation place Stanislas et les folies du jardin du château de Lunéville. Les folies conçues par Emmanuel Héré sont inspirées par l’exotisme et sont originales et extravagantes. Les deux plus connues sont le Trèfle et le kiosque (voir coupe du salon ci-jointe). Elles sont détruites à la mort de Stanislas à la fin du XVIIIème siècle.

 

© mjs capes.worpress.com

Depuis, ce type de construction a été remis au goût de l’époque. Ainsi, l’architecte Bernard Tschumi en a-t-il conçu une série en métal rouge, fondée sur le principe de la « déconstruction », qui ponctue le Parc de La Villette dans la banlieue de Paris. Dans l’exemple représenté, la fonction de belvédère est privilégiée.    

Il est temps de conclure notre propos avec le même souci pédagogique, il paraît nécessaire de préciser qu’en matière d’art, et ici d’architecture, il est prudent de ne pas s’en remettre au jeu de recherche d’analogies formelles ! Pour cela, appuyons-nous sur l’adage : comparaison n’est pas raison !

Comparaison n’est pas raison si on confronte la volumétrie et les ouvertures du nouvel Hôtel de Ville avec celles du Palais de la Civilisation que le régime mussolinien a construit en 1942 pour l’Exposition Universelle de Rome (exposition qui n’a pas eu lieu) et qui prend place dans un projet dénommé E.U.R.

Sources : © Rome-roma.net (à gauche) et © MM.CPC (à droite)

Le Palais de la Civilisation qui s’apparente à un Colisée cubique présente des ouvertures cintrées comme les baies de l’Hôtel de Ville. Mais là s’arrête la comparaison puisque ce bâtiment a pour objet de glorifier les visées impérialistes du régime de l’Italie d’alors !

De même, il est tout aussi incohérent d’évoquer pour le kiosque de l’Office du Tourisme, sa similitude formelle avec un mastaba égyptien de Saqqara, ou avec un mausolée dont les fonctions sont funéraires. Pas question à Carnoux d’enterrer le tourisme !

Sources : © bbc.co.uk (à gauche) et © MM CPC (à droite)

En attendant peut-être une suite traitant de l’urbanisme du cœur de la cité, espérons que cet article aidera les citoyens et les visiteurs à appréhender, avec un regard un peu plus éclairé, l’architecture des nouveaux bâtiments publics du centre-ville de Carnoux-en-Provence.

MM

L’Europe est-elle mal partie ?

11 novembre 2018

En 1962, à la fin du processus de décolonisation, René Dumont publiait son fameux livre L’Afrique noire est mal partie, clairvoyant sur les faiblesses structurelles, économiques, sociales et politiques et le danger d’enlisement de tout un continent. Dans un certain sens, la même question se pose, concernant aujourd’hui l’Europe, minée par sa faible croissance, son impuissance politique et son absence de solidarité.

Alors, est-il encore possible de réanimer l’Union Européenne ? Faut-il changer les règles européennes ? Dissoudre l’UE ? Sans doute ne peut-on pas continuer éternellement dans la béatitude, voire la naïveté et sans tenir compte de la réalité concrète. Les élections européennes de mai 2019 ne se dérouleront pas du tout dans le même contexte que celles de 2014.

Source : images libres de droit pxhere

Il y a d’abord le constat d’une croissance économique au point mort. Si le produit intérieur brut (PIB) de l’Europe reste en légère progression (2 à 3 % par an), cela ne peut masquer qu’en 10 ans il a dégringolé de 30 % à 22 % du PIB mondial, alors que les Etats-Unis n’ont perdu que 3 % et que celui de l’Asie a triplé. La financiarisation excessive a entraîné une baisse globale des investissements à l’échelle européenne, passant de 22,4 % du PIB européen à 20,1 % en dix ans.

Certes les investissements étrangers en Europe (surtout américains et chinois) ont augmenté d’un facteur 2 durant la même période, mais combien de Péchiney, Arcelor, Lucent, Lafarge, Chantiers de l’Atlantique, Alstom ont ainsi été perdus ? Cependant, au-delà des mécanismes spéculatifs, c’est l’austérité budgétaire idéologique qui a porté les plus forts dommages à l’économie. D’abord parce que c’est précisément en période de crise qu’il faut investir et que la relance publique est la plus efficace. Où sont les projets de grandes infrastructures ? Où sont les faramineux budgets de relance annoncés par la commission européenne ? Mais aussi parce que l’austérité a fait stagner le pouvoir d’achat des européens, quand il n’a pas drastiquement baissé (Grèce). Pas de pouvoir d’achat, pas de consommation et la fermeture de quelques usines de plus qui se rajoutent à celles de la délocalisation vers des salaires au plus bas.

Un dessin de Laurent Salles repris sur le blog de Frico-racing

Il y a ensuite le constat d’une démocratie européenne à la peine, qui a méprisé et contourné les votes populaires exprimés contre les traités. Non seulement la Commission Européenne et les Etats sont contestés dans leur fonctionnement démocratique même, mais leur politique entraîne l’arrivée au gouvernement de partis populistes d’extrême droite dans de nombreux pays (Pologne, Hongrie, Italie, Autriche, Finlande, Tchéquie, Slovaquie, Bulgarie) qui menacent l’existence même de l’Union Européenne.

Il y a enfin, ce constat d’une solidarité au rabais. Depuis 10 ans, les inégalités ont globalement augmenté en Europe. Pas de solidarité financière : on laisse la Grèce s’enfoncer avec des taux d’intérêt usuraires imposés par des banques européennes. Pas de solidarité fiscale : sur ce point, c’est l’Europe de la loi de la jungle, de l’absence de transparence, de la défiscalisation des plus riches, des paradis fiscaux en son sein même. Pas de solidarité sociale : on joue sur les bas salaires et les conditions de travail anachroniques pour délocaliser ou réduire les acquis sociaux. Pas de solidarité entre les Etats : non seulement en matière d’immigration, mais aussi en offrant des contrats militaires mirobolants aux Etats-Unis (Pologne, Belgique, Royaume-Uni) au détriment des industriels européens.

Un dessin signé Deligne, publié par Urtikan

Sur le plan de la solidarité, l’Europe, c’est avant tout le chacun pour soi ! Comme le dit une tribune récente d’universitaires publiée dans la presse, « la seule solidarité qui semble fonctionner efficacement en Europe est celle qui a permis de sauver, sans le réformer sérieusement, un système bancaire en faillite en l’inondant de liquidités, en transférant ses pertes sur les contribuables européens et en plongeant des pays entiers dans la misère. » Est-ce cela notre idéal ?

Un dessin signé Soulcié, repris sur réseauinternational.net

En fait, la désaffection croissante pour l’Union Européenne est le divorce entre les valeurs dont elle se déclare et les politiques qu’elle conduit. Nous sommes en effet loin des idéaux de prospérité, de démocratie et de solidarité… Et il faut arrêter de réduire le nécessaire débat à une vision caricaturale. D’un côté les pro-européens pour lesquels tout irait bien dans le meilleur des mondes (libéral) et il suffirait de continuer par des améliorations prudentes, constantes et limitées. D’un autre, dans un immense amalgame, tous les critiques, nationalistes ou pas, populistes ou pas, anti-européennes ou pas, démagogues ou pas, démocrates ou pas.

La vérité est que, si l’Europe veut survivre, elle doit profondément changer. L’Europe a été victime d’une illusion néolibérale, sans projet pour les citoyens, sans solidarité. Les traités successifs ont institué non seulement cette impuissance, mais ont entraîné inégalités territoriales, frustrations et colères. L’Europe ne pourra continuer sans une remise à plat démocratique des traités existants. Quelle démocratie ? Quelles politiques budgétaires au service du développement économique et social ? Quels projets européens en matière environnementale et énergétique ? Quelles politiques de convergence fiscale et sociale ? Quels partenariats avec la Méditerranée et avec l’Afrique ? Quelle indépendance vis-à-vis des Etats-Unis ?

C’est grâce à cet effort démocratique inédit, non complaisant vis-à-vis de l’injustice et de l’inefficacité du néo-libéralisme actuel, que l’Europe pourra trouver sa voie.

J. Boulesteix

A Carnoux, on recherche toujours le buste de Lyautey…

8 novembre 2018

En avril 2016, nous avions lancé sur ce même blog un avis de recherche pour tenter de savoir ce qu’il avait bien pu advenir du buste en bronze du maréchal Lyautey qui a trôné pendant des années à l’angle de la place du même nom, devant le pignon de l’immeuble sobrement baptisé Résidence III, avant d’en être brusquement extrait en 2013 pour laisser place à la construction d’un nouvel immeuble.

Depuis, en dehors d’une brève réapparition en 2014, à l’occasion des commémorations militaires comme la ville de Carnoux en raffole, on a perdu la trace du buste de Lyautey qui constituait pourtant le seul et unique monument public en bronze dont la jeune commune tout juste cinquantenaire pouvait s’enorgueillir. On suppose qu’il est soigneusement conservé dans quelque cachette bien gardée mais le secret n’a pas été éventé jusqu’à ce jour et la municipalité, pourtant prompte à réagir à certains de nos articles, n’a pas daigné s’exprimer à ce sujet.

Le Colonel Pierre Geoffroy (source : Babelio)

Pourtant, l’article en question, qui a été lu par près de 600 internautes depuis, n’a pas manqué d’éveiller la curiosité d’un spécialiste du maréchal Lyautey, en la personne du Colonel Pierre Geoffroy, Président de l’Association nationale Maréchal Lyautey. Cet ancien militaire de carrière, qui a combattu en Indochine et en Algérie avant de servir à l’Etat-Major de la 4ème Division blindée basée à Nancy, est un grand admirateur du maréchal Lyautey depuis sa plus tendre enfance.

En 1976, à la mort de Pierre Lyautey, neveu du maréchal, le château de Thorey que le maréchal Lyautey avait fait aménager et où il s’était installé en 1925 à son retour du Maroc et jusqu’à sa mort en 1934, a besoin de gros travaux de restauration. Ses héritiers tentent de convaincre le Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle de le racheter pour en assurer l’entretien, mais sans succès.

Le château de Thorey Lyautey (source : Association nationale Maréchal Lyautey)

Pour éviter que la demeure historique ne soit vendue au plus offrant, le colonel Pierre Geoffroy crée donc l’Association nationale Maréchal Lyautey et lance une souscription pour rassembler les fonds nécessaires. C’est le début d’une grande aventure qui permettra de racheter le château et d’en assurer la restauration et l’entretien jusqu’à ce jour.

Buste du Maréchal Lyautey dans le jardin Massena à Nice (source : Ville de Nice)

Toujours est-il que ce spécialiste du Maréchal Lyautey nous a révélé plusieurs éléments qui permettent d’en savoir un peu plus sur l’histoire des effigies de son idole, lui qui est à l’origine des deux statues en pied érigées à Paris puis à Nancy à partir d’un modèle de 26 cm de haut dessiné par Cogné. Selon lui, le buste du Maréchal qui trônait dans le salon d’honneur du premier paquebot baptisé Maréchal Lyautey, a été perdu lorsque le navire a été coulé par les Allemands en 1944 dans le port de Marseille, mais la veuve du Maréchal en avait conservé le moulage en plâtre. C’est ce moulage qui a été réutilisé par des Pieds noirs de Nice pour recréer un nouveau buste en bronze qui a longtemps été exposé dans le jardin Massena avant d’être déplacé par Christian Estrosi.

Quant au buste dessiné par Cogné qui se trouvait dans le second paquebot, Le Lyautey, lancé en 1952, c’est bien le commandant Jean-Paul Thepot qui a contacté Pierre Geoffroy pour lui remettre cette œuvre lorsque le navire a été désarmé. L’original de ce buste se trouve toujours en bonne place dans le château de Thorey et c’est une copie en bronze qui est exposée dans le jardin du château, au niveau du mémorial.

Buste de Lyautey à Carnoux-en-Provence, avant son déménagement (photo © AAKPPA, 2007)

Pierre Geoffroy n’est pas en mesure de savoir quelle était l’origine du buste initial rapporté de Kenitra, placé d’abord dans les premiers bâtiments faisant office de mairie à Carnoux, comme en atteste un bulletin de la Coopérative immobilière de Carnoux en juillet 1965. Le 29 mai 1980, le colonel Pierre Geoffroy en personne était présent lors de la seconde inauguration du buste, lorsque ce dernier a été installé à son emplacement définitif (du moins jusqu’en 2013, car, comme chacun sait, Carnoux avance…), à l’angle de la place Lyautey. C’est ensuite que la statuette aurait été volée et c’est pour la remplacer que le colonel Guido Verlet, un des fondateurs de la commune de Carnoux, a contacté Pierre Geoffroy pour lui demander l’autorisation de faire une copie en bronze du fameux buste de Cogné. Le buste carnussien de Lyautey est donc bel et bien une copie récente d’un modèle initialement dessiné par Cogné pour le paquebot Le Lyautey

Et il semblerait que deux autres copies en bronze du même buste ont également pu être réalisées. La première l’a été à la demande d’André Llobel, un ancien de Boufarik, alors adjoint au maire de Puget-sur-Argens dans le Var et délégué aux anciens combattants. Cette effigie du Maréchal, coulée par la fonderie Huguenin en 1990, trône toujours dans le square Lyautey, devant une résidence pour personnes âgées.

Le buste du Maréchal Lyautey à Puget-sur-Argens (photo © Gilles Régis)

Quant à la seconde, elle a été installée dans le quartier Lyautey, aménagé par le Conseil départemental de l’Orne à Alençon qui y a d’ailleurs installé son siège, là où le Maréchal Lyautey, de retour de Madagascar en 1902, y commanda brièvement le 14ème Hussards, tout en se consacrant davantage à la rédaction de son ouvrage publié en mai 1903 sous le titre Dans le Sud de Madagascar : pénétration militaire, situation politique et économique, qu’à la gestion quotidienne de son régiment constitué selon ses propres termes de « 800 sabres qui ne sabreront jamais rien »… Il mettra d’ailleurs très vite fin à cet intermède de vie de caserne en Normandie pour rejoindre l’Algérie dès septembre 1903, comme commandant de la division d’Ain-Sefra dans le sud Oranais.

Une dernière réplique en plâtre du buste de Lyautey aurait été confiée à la Corniche Lyautey, une organisation d’étudiants de classes préparatoires du lycée militaire d’Aix-en-Provence. Il n’en reste pas moins que, si les bustes du Maréchal Lyautey ne sont finalement pas si rares qu’on pourrait le penser, celui de Carnoux-en-Provence représente malgré tout un témoignage patrimonial de valeur qui mériterait sans doute de resurgir un jour des oubliettes de l’Histoire où il semble s’être perdu corps et âme…

L.V. 

Des Prix Nobel d’économie bien optimistes…

6 novembre 2018

Dessin de Chapatte (source blog Le Monde)

Cette année, le prix de la Banque de Suède en matière d’économie, attribué depuis 1968 par la Banque centrale de Suède en mémoire d’Alfred Nobel et sur le même modèle que les prix concernant les matières scientifiques dûment identifiées par les frères Nobel dans leur testament, est venu récompenser deux économistes américains. L’affaire n’a rien d’étonnant puisque près des trois-quarts des lauréats, depuis que ce prix est décerné, sont de nationalité soit américaine, soit à la rigueur britannique, et en tout cas très largement d’obédience ultralibérale, à tout le mois orthodoxe et, pour certains, franchement réactionnaires.

Le cru 2018 n’échappe pas vraiment à la règle en venant ajouter deux Américains de plus à cette liste de 82 lauréats. Officiellement, ces deux chercheurs ont été récompensés le 8 octobre 2018 pour avoir intégré la prise en compte l’un du changement climatique et l’autre des innovations technologiques dans les analyses macroéconomiques. De véritables précurseur dotés d’une vision écologique donc ?

Attribution du 50ème prix Nobel d’économie, lors d’une conférence de presse à Stockholm le 8 octobre 2018 (photo © Henrik Montgomery / AFP / Libération)

Pas vraiment en réalité si l’on en croit les éléments biographiques que l’on peut lire à leur sujet dans la presse. Paul Romer, pur produit de l’Université de Chicago, fils d’un gouverneur du Colorado et considéré en 1997 comme l’une des 25 personnalités les plus influentes des États-Unis, s’est fait notamment connaître pour sa théorie de la croissance indéfinie. Peu importe à ses yeux que les ressources naturelles soient en nombre limité et en voie de raréfaction après des décennies de surexploitation irresponsable. Il estime en effet que le moteur principal de la croissance vient du génie humain à développer sans cesse de nouvelles inventions, surtout depuis la généralisation de l’informatique et des nouvelles technologies de l’information.

Paul Romer (source Wikipedia)

Cette notion de « croissance endogène » que soutient Paul Romer n’est pas inintéressante puisqu’elle met en avant l’importance pour un gouvernement d’investir dans la formation, la recherche et le développement technologique pour permettre de faire émerger de nouvelles innovations qui seront le moteur de la croissance de demain. Elle fait néanmoins quelque peu abstraction de la réalité qui oblige à constater que les ressources naturelles, même les plus banales comme les terres agricoles, l’air et l’eau, et a fortiori les plus rares comme le gaz, le pétrole, les minerais, sont inégalement accessibles et que tout développement humain harmonieux et durable ne peut faire totalement abstraction de leur partage et de leur gestion à long terme.

Imaginer que l’homme toujours trouvera des solutions techniques nouvelles pour continuer sa course effrénée vers davantage de confort n’est pas vraiment cohérent avec ce qu’on observe de l’histoire des civilisations qui presque toutes se sont heurtées, à un moment ou un autre, à la raréfaction des ressources dont elles avaient besoin et bien souvent aux conflits qui en ont résulté…

Quant à la thèse développée par l’autre lauréat du Prix Nobel d’économie 2018, William Nordhaus, formé au prestigieux Massachussets Institut of Technology et professeur à la non moins prestigieuse Yale University, elle est tout aussi contestable. Fervent opposant dès 1972 aux thèses écologistes du Club de Rome qui alerte, déjà à l’époque, contre les conséquences environnementales et sociales d’une croissance économique aveugle, Nordhaus s’est intéressé dès la fin des années 1980 aux impacts potentiels du changement climatique dont les scientifiques commençaient tout juste à se rendre compte des potentiels effets dévastateurs à long terme.

William Nordhaus (photo © Harold Shapiro / Yale University)

Mais nul catastrophisme dans la thèse de l’économiste américain, contrairement aux mises en garde des scientifiques du GIEC, qui détaillent, dans leur dernier rapport rendu public précisément en ce même jour du 8 octobre 2018, à quel point il est crucial pour la survie de l’humanité de tout faire pour limiter en dessous des 1,5 °C le réchauffement climatique mondial d’ici la fin du siècle. C’est d’ailleurs ce qui explique sans doute que Nordhaus est récompensé par le gratin des économistes bien-pensants par ce prestigieux Prix Nobel d’économie.

Son approche est de fait purement économique et s’appuie sur un modèle mathématique des plus simplistes : quand l’économie se développe, elle produit davantage de gaz à effets de serre. Ces derniers ont des impacts sur l’environnement, ce qui va se traduire par des coûts (davantage de catastrophes naturelles, nécessité d’adapter certains aménagements pour suivre le niveau de l’élévation des mers, ou encore réduction des rendements agricoles dans certaines régions). Pour éviter que ces coûts ne viennent réduire trop fortement la croissance, il va donc falloir investir notamment pour financer une transition énergétique progressive vers des énergies décarbonées. Les modèles développés par Nordhaus ont donc pour but de déterminer le scénario optimal de réchauffement climatique qui permet, d’un strict point de vue économique, d’opérer cette transition énergétique sans impacter la croissance mondiale.

Le résultat de cette approche revient à imaginer une action très graduelle consistant à imposer à tous les pays un prix du carbone qui augmente de manière très progressive. Une vision qui suppose un effort identique de tous les pays, bien peu réaliste et qui a conduit à l’échec tous les sommets sur le climat jusqu’aux avancées de la COP 21 basée justement sur une approche plus différenciée. Mais surtout une analyse très différente de celle du GIEC ou du rapport Stern, établi en 2006 à la demande du gouvernement britannique, et qui chiffre le coût de l’inaction face au changement climatique, préconisant au contraire une action rapide et massive pour infléchir les émissions mondiales de gaz à effet de serre avant qu’il ne soit trop tard.

Evolution des émissions de CO2 en fonction des scénarios de développement : en vert le scénario tendanciel, en rouge celui préconisé par Nordhaus, en noir celui qui permet de ne pas dépasser une augmentation de plus de 2,5 °C et en jaune celui conseillé par le rapport Stern (source © Johan Jarnestad /The ROyal Swedish Academy of Sciences in The Huffington Post)

En réalité, Nordhaus appuie sa démonstration sur des hypothèses totalement irréalistes qui considèrent qu’un réchauffement de 2 °C en 2100 ne se traduirait que par une baisse de 1 % du PIB mondial, et que cette réduction resterait de l’ordre de 10 % pour un réchauffement de 6 %. A ses yeux d’économiste, le changement climatique global n’est donc qu’un problème mineur, dont l’impact sur la croissance sera d’autant plus limité qu’il alimente ses modèles avec des taux d’actualisation tels qu’il n’y a aucun intérêt à engager dès à présent des investissements massifs pour limiter dans le futur des événements dont les impacts économiques sont fortement minorés. Autant garder les choses en l’état et laisser les générations futures se débrouiller avec un problème qui ne nous concerne guère…

Avec un tel raisonnement et en s’appuyant sur son modèle DICE (Dynamic Integrated Climate-Economy model) William Nordhaus conseille donc aux gouvernements d’adopter une stratégie d’action très modeste qui vise une augmentation « économiquement optimale » de 3,5 °C d’ici 2100, ce qui revient quasiment à laisser se dérouler le scénario tendanciel actuel. Voilà qui devrait en effet convenir parfaitement à nos responsables politiques et tant pis pour nos enfants qui risquent de subir de plein fouet les conséquences d’un tel aveuglement…

L .V. 

A la découverte de la biodiversité à Carnoux…

4 novembre 2018

La prochaine conférence du Cercle Progressiste Carnussien se tiendra le jeudi 22 novembre 2018, à 18h30, salle du Clos Blancheton à Carnoux-en-Provence, d’accès libre et gratuit comme pour les sessions précédentes.

Notre association a fait appel pour cela à une spécialiste, Mme Claude GADBIN-HENRY, docteur ès Sciences, pour traiter d’un sujet primordial, la biodiversité.

Cette conférence est intitulée La Biodiversité, avec pour sous-titre Comme vous ne l’avez jamais vue.

Qu’est-ce que la Biodiversité ?

La Biodiversité c’est la diversité du vivant.

Elle présente une infinité de formes animales et végétales inconnues.

La connaître mieux c’est mieux la protéger.

Elle englobe tous les organismes vivants : le Végétal, l’Animal et les Microorganismes, présents dans tous les milieux terrestres… Des grands mammifères connus de tous aux « minuscules », invisibles à nos regards. Sa protection déterminera la possibilité de la conservation de la vie, face aux érosions que l’homme lui impose actuellement.

Notre conférence vous présentera de nombreux organismes que vous regardez peu et que vous ne voyez pas, certains même vous effraient.

Nombre d’entre eux ont pourtant un rôle essentiel dans la survie d’autres espèces : à travers les relations de dépendances alimentaires ou parasitaires, la compétition et la collaboration qui caractérisent les rapports entre toutes les espèces.

La Biodiversité est en devenir permanent. Faire disparaître une seule espèce entraîne des réactions en chaine qui perturbent durablement l’équilibre des écosystèmes concernés.

Cependant de nouvelles espèces sont découvertes chaque jour sur notre Terre, ce sont des organismes « minuscules ou invisibles », on en parle peu, ils constitueront si nous y prenons garde une partie de la Biodiversité à venir…

Compte tenu de l’importance pour tous du sujet, nous vous attendons nombreux, jeudi 22 novembre.

Aix-en-Provence s’équipe de pavés à la turque…

2 novembre 2018

Maquette du futur BHNS Aixpress en cours d’aménagement dans les rues d’Aix-en-Provence (source : Ville d’Aix)

Tous les Aixois s’en sont rendus compte : le centre-ville est en travaux ! Depuis un an et jusqu’en 2019, les grands axes sont devenues un chantier ininterrompu en prévision de l’aménagement du futur Aixpress, le bus dit à haut niveau de service qui traversera toute la ville sur plus de 7 km, depuis le nouveau pôle d’échange du Krypton, en bordure de l’Arc et de l’autoroute A8, jusqu’à l’avenue Saint-Mitre-des-Champs, au nord-ouest d’Aix, en passant par la gare routière et les universités.

Mais ce n’est pas tout car ce chantier titanesque, qui provoque l’agacement des automobilistes aixois, vient s’ajouter à d’autres grands travaux, engagés en septembre 2016 et qui visent à un réaménagement complet de trois places emblématiques de la cité du Roy René, qui s’étendent sur 8 600 m2, en plein cœur du centre historique, entre le Palais de Justice et l’église de la Madeleine. Un vaste espace public, aménagé dès le XVème siècle, avant la Place des Cardeurs ou celle de l’Hôtel de Ville, et bien avant le Cours Mirabeau, mais qui reste un lieu emblématique de la vie aixoise.

Vue de l’ancien palais des Comtes de Provence depuis les environs de la place des Prêcheurs (source : L’Aixois)

Selon le site très documenté Aix en découvertes, le roi René d’Anjou, devenu comte de Provence en 1434, y fit édifier un palais monumental à l’emplacement d’une ancienne porte de la ville antique dont il avait conservé les trois tours. Ce palais comtal, devenu siège du Parlement de Provence après le rattachement du Comté à la France en 1481, a finalement été détruit en 1786 car il menaçait ruine. Cette destruction s’est alors traduite par un remaniement complet du quartier avec notamment l’édification de l’actuel Palais de Justice et des prisons devenues depuis le siège de la Cour d’Appel.

Vue aérienne de la Place des Prêcheurs qui s’étend à l’Est du Palais de Justice d’Aix-en-Provence (source © Géoportail)

Ce vaste espace public comprend désormais au sud la place de Verdun, ouverte suite à la destruction du Palais, la place des Prêcheurs, sur laquelle se tient traditionnellement le marché, qui devrait y reprendre ses habitudes en mars 2019, et la place Madeleine au nord, devant l’église du même nom. La place des Prêcheurs, qui se situait à l’origine en dehors des limites de la ville antique, est devenu véritablement un centre de la vie aixoise à partir du XVIème siècle, après que l’ancien Jardin du roi René, situé plus à l’Est, se soit urbanisé à son tour sous le nom de Villeneuve, autour du collège édifié par les Jésuite en 1583. Jusqu’en 1775, ce haut-lieu de la vie mondaine d’Aix-en-Provence accueillait également les exécutions publiques avec une roue, un échafaud et plusieurs gibets…

Maquette des futures places de Verdun et des Prêcheurs après réaménagement (© Atelier Garcia-Diaz source : Ville d’Aix)

Il va de soi que le réaménagement en profondeur de ces places historiques, rendu nécessaire pour y refaire entièrement les réseaux souterrains tout en profitant de l’opportunité pour leur donner un aspect plus accueillant, ne pouvait se faire qu’après une sérieuse campagne de fouilles archéologiques conduite par l’équipe d’archéologues de la ville. Ces fouilles ont mis à jour de nombreuses sépultures devant l’église de la Madeleine où s’étendait autrefois le cimetière des Prêcheurs. Elles ont aussi permis de retrouver, devant le Palais de Justice, l’emplacement de l’angle sud-est des fondations de l’ex palais comtal.

Fouilles archéologiques sous la place des Prêcheurs (extrait d’une vidéo de Provence Azur TV)

Des vestiges de caves, de murs et de l’ancienne Voie Aurélienne qui longeait les remparts ont ainsi été mis à jour, si bien que les services municipaux ont dû phosphorer durant l’été 2017 pour revoir partiellement l’aménagement des futures places afin d’y intégrer de grandes dalles vitrées qui permettront aux passant de visualiser quelques-uns des vestiges archéologiques ainsi découverts, tandis qu’un marquage au sol, intégré au futur pavage de la place permettra de repérer l’emplacement des fondations de l’ancien édifice comtal et de la voie romaine adjacente. L’opération se traduira par un léger surcoût de 600 000 €, une paille par rapport au coût total des travaux qui est évalué à 20 millions d’euros, dont environ la moitié pour la réfection des réseaux enterrés de gestion des eaux pluviales, d’adduction d’eau potable (dont certaines canalisations sont encore en plomb dans ce quartier), de pose des fourreaux destinés à l’installation future de la fibre optique, et de mise en place d’un réseau de bornes électriques pour les forains et la recharge des véhicules.

Emplacement des vestiges de l’ancien Palais comtal et des espaces de visualisation qui seront conservés (source : Ville d’Aix)

Les opérations de pavage ont, quant à elles, commencé depuis février 2018, comme le précise un article de La Provence. Elles nécessiteront au total pas moins de 8 000 tonnes de pierres, toutes soigneusement taillées au millimètre près, avec une surface légèrement griffée pour éviter les glissades malencontreuses par temps de pluie. C’est l’entreprise UrbaTP, implantée depuis 2003 à Meyreuil, qui a remporté ce marché fabuleux consistant à couvrir près de 2 hectares d’espace public avec des pavés de différentes nuances allant du beige au gris clair, sous la houlette de l’Atelier Garcia Diaz, un cabinet montpelliérain d’architectes, urbanistes et paysagistes.

Carrière près de Sogüt en Turquie (source UrbaTP)

Un chantier qui est néanmoins sujet à controverse car les pierres calcaires en question, choisies précisément pour faire couleur locale, sont extraites de la carrière de Sogüt, située en Turquie, à 2 700 km de là ! A tel point d’ailleurs que, selon La Gazette des Communes, une cargaison de 6000 tonnes de pavés destinés au chantier des trois places à Aix a été bloquée pendant plusieurs jours, fin septembre, par les douanes françaises, dans le port de Marseille, le temps des contrôles nécessaires.

Voilà qui illustre bien le paradoxe de notre conception du développement durable : pour protéger notre environnement de toute nuisance, on préfère fermer les carrières de pierre qui ont fait la renommée de la région à une époque où la pierre de Cassis, exploitée depuis l’Antiquité, était exportée pour construire les quais d’Alexandrie (mais pas le socle de la statue de la Liberté à New York, contrairement à une légende urbaine anisée tenace, ledit socle étant réalisé en béton et granite rose du Connecticut). Et, dans le même temps, pour conserver l’aspect local de notre environnement urbain, on importe de l’autre bout du monde, des pierres qui, certes, reviennent moins cher car extraites par une main d’œuvre moins exigeante et dans un contexte réglementaire moins rigoureux, mais se traduisent par un bilan environnemental global bien pire, quoique moins visible depuis le centre-ville d’Aix-en-Provence…

L.V.