Archive for octobre 2009

Lancement officiel du site « Mon.service-public.fr »

26 octobre 2009

Le gouvernement travaille depuis un an et demi à recenser les démarches administratives qu’il conviendrait en priorité de simplifier. Le résultat de cet inventaire, sous la forme de quinze nouvelles démarches en ligne « pour simplifier la vie des Français« , a été présenté le 19 octobre par Eric Woerth, ministre du Budget, et Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’État chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique.

http://www.service-public.fr/monservicepublic/index.html

monservicepublic

A cette occasion, ils ont procédé au lancement officiel du site Mon.service-public.fr. Opérationnel depuis l’année dernière, ce portail permet aux internautes, via un compte personnel à créer, d’accéder de façon sécurisée à l’offre croissante de services en ligne proposés par l’administration, avec un seul identifiant. Est également proposé un espace de stockage sécurisé sur lequel ils peuvent conserver les documents administratifs et les justificatifs numérisés afin de faciliter leurs démarches ultérieures. Plus de 150 000 comptes auraient déjà été créés depuis l’ouverture du service.

Mon.service-public.fr repose sur un partenariat avec les organismes de la sphère publique qui raccordent leurs services en ligne au dispositif. À l’issue de la première année de fonctionnement, ce réseau comprendra une quinzaine de partenaires, appartenant principalement à la sphère sociale, ainsi que quelques collectivités territoriales.

Des services nationaux comme ceux de l’Urssaf (gestion des CESU), des allocations familiales et aides au logement (CNAF), de la Caisse des Dépôts (retraites de la fonction publique), de la Mutualité Sociale Agricole, ou encore de l’Assurance Retraite (CNAV).

D’ici la fin de l’année 2009, l’usager pourra également accéder aux services en ligne de l’assurance maladie (Ameli-CNAMTS) et à ceux de l’assurance chômage (Pôle emploi). Les 15 nouveaux services nationaux présentés le 19 octobre, qui seront soit expérimentés soit mis en ligne courant 2010, ciblent les particuliers, les entreprises, les collectivités et les associations. Citons en particulier la possibilité de déclarer la perte de ses papiers d’identité (carte d’identité, passeport, carte grise, permis de conduire, carte Vitale, carte famille nombreuse) et demander à terme leur renouvellement en une seule démarche, de déposer et suivre en ligne son dossier de demande initiale ou de demande de renouvellement de droits pour les personnes handicapées, de permettre la transmission en une seule fois des informations relatives au décès d’un proche à plusieurs administrations (CNAV, Cnamts, CNAF, Pôle emploi, Agirc-Arrco, conseil général…), mais aussi de fermer les droits du défunt et ouvrir ceux des ayants droit (demandes d’aides, pensions, etc.), de s’inscrire sur une liste électorale par Internet. Pour les entreprises, il est notamment prévu la simplification de la déclaration préalable à l’embauche et d’expérimenter la déclaration simplifiée par téléphone. Pour les collectivités, les demandes de copie ou d’extrait d’acte d’état civil seront supprimées à terme grâce à la mise en place d’un échange d’informations sécurisé entre communes et administrations.

MonServicePublic2Notons également que l’espace de dialogue sur Internet « ensemble simplifions », ouvert en 2007 pour que chacun puisse donner ses idées et son point de vue, vient d’être entièrement repensé. Il est dorénavant à la pointe des technologies du web 2.0. Les usagers peuvent commenter les propositions de simplification sur Internet, les noter et même retrouver ce service sur facebook !

Dossier de presse et Discours d’Eric Woerth

Les finances de l’Etat sont dans le rouge, pas celles des banques !

25 octobre 2009

Selon le gouvernement, l’Assemblée nationale a voté vendredi par erreur une taxe additionnelle de 10% à l’impôt sur les sociétés dû par les banques françaises. Ces ânes de députés sont donc sommés de revoter dès lundi. Quelle audace ! Vouloir taxer des banques qui regorgent de profits dans une société en crise profonde, alors que l’argent public les a sauvé de la faillite il y a seulement quelques mois. De dangereux gauchistes ces députés écervelés… Non,  il n’y aura ni retour d’ascenseur, ni solidarité (du moins dans ce sens).

bnp_paribas_passantsCette mesure aurait pu pourtant rapporter entre un et deux milliards d’euros aux finances publiques. Elle constituerait un retour d’ascenseur justifié après le soutien accordé par l’Etat aux établissements bancaires lors de la crise. Certains y voyaient un symbole d’équité important en temps de crise et alors que les finances publiques sont dans le rouge.

La Ministre Christine Lagarde, considérait au contraire, dans une interview au journal Les Echos le 19 octobre, qu’«il n’est pas question de plomber le système bancaire français qui s’est bien comporté pendant la crise» (sic !).

Pourtant, comme le révèle le journal Le Monde, les banques françaises se portent bien, très bien et “à Paris, les bonnes affaires continuent pour les traiders“. Les bonus devraient augmenter de plus de 40 % cette année.

“L’opinion publique n’acceptera pas, qu’après la crise que nous avons connue, le monde redevienne comme avant”, déclarait Nicolas Sarkozy le 29 Août 2009. On voit ce qu’il en est…

Photo : E24

Bras de fer à La Ciotat……!

20 octobre 2009

Depuis la rentrée se déroule dans notre bonne ville de La Ciotat un véritable bras de fer sur fond de maintien du service public d’Education.
A ma gauche : le tenant du titre : M. ROSSANO, IEN de la circonscription, plusieurs combats contre la fédération de parents d’élèves FCPE. Coaché par M. TREVE, Inspecteur d’Académie.
A ma droite : le challenger nouvellement engagé dans ce bras de fer, M. BORE, maire de la ville. Coaché par M. DEFLESSELLES, député de la circonscription.

LaCiotatSigleEnjeu du combat : éviter les fermetures de postes sur les écoles de la ville.


1er round :

Messieurs Boré et Deflesselles, tous deux membres éminents de l’UMP, parti du président, estimant scandaleux que l’Education Nationale ferme des classes sur la ville, manifestent aux cotés des parents devant les grilles de l’Inspection Académique des Bouches du Rhône face à la presse.
2ème round :
Messieurs Rossano et Trève prenant en compte les moyens que leur attribue le ministère de l’Education Nationale, dirigé par M. Chatel, ministre UMP, suite au non remplacement d’un enseignant sur deux partant à la retraite et non remplacé, affirment ne pas pouvoir faire autrement.
3ème round :
Entretien entre M. Trève et M. Boré pendant lequel le premier explique au second qu’un enseignant coûte cher (50.000 € à l’année ?) et que l’Education Nationale n’a pas de moyens à mettre sur La Ciotat.
4ème round :
M. Boré décide en représailles de retirer tous les moyens mis à disposition de l’Education Nationale et débarque avec policiers et huissiers chez M. Rossano pour le mettre à la porte de son école.
5ème round :
M. Boré annonce qu’il va retirer à compter du 1er janvier les AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire) qui accompagnent 12 élèves handicapés sur les écoles de la ville puisque cette fonction est à la charge de l’Etat.
Fin du combat ?
Actuellement, M. Rossano est hébergé au collège des Matagots de La Ciotat avec son personnel et les parents d’enfants handicapés attendent de savoir ce qu’il adviendra de leurs enfants. Les postes sont toujours supprimés.
Tout ceci alors que messieurs Boré et Deflesselles sont tous deux porteurs de la politique menée par le gouvernement et le président…..je dis ce que je fais et je fais ce que je dis !
Une politique bonne pour les autres mais pas chez soi en somme ?
A parte :
Lorsque des employés d’une usine qui ferme prennent en otage leur directeur pour se faire entendre, les membres de l’UMP crient au scandale et à la voyoucratie mais qu’en est-il lorsqu’il s’agit d’un élu local qui prend en otage un représentant de l’Etat, en l’occurrence l’inspecteur de circonscription ?
Et nous sommes en droit de nous interroger sur le but de tout ça lorsque l’on sait que les fermetures et ouvertures d’écoles font l’objet d’un plan de concertation sur plusieurs années entre les municipalités et l’Inspection Académique. Qui est gagnant au final ? M ? Boré qui a fait parler de lui ? En tut cas pas les élèves qui continuent à travailler dans des classes surchargées.

L.M.

C’est LA POSTE qui va être contente !!

12 octobre 2009

Chaque assuré social va être invité à se faire vacciner

Une lettre signée de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, invitera l’assuré à se faire vacciner s’il le souhaite  avec un double coupon (1ère injection et rappel) à présenter.

Les assurés vont recevoir une invitation à se faire vacciner contre la grippe A

Les assurés vont recevoir une invitation à se faire vacciner contre la grippe A

Le ministère de la Santé a indiqué mercredi 8 octobre que chaque assuré social recevra individuellement, au fur à mesure de la disponibilité des vaccins et selon l’ordre de priorité, une invitation à se faire vacciner contre la grippe A H1N1. Confirmant une information du site Rue89, le ministère précise qu’un « décret en Conseil d’Etat, après avis de la Cnil », qui doit être publié prochainement, « encadre les modalités » de l’opération de prévention. Un « décret en Conseil d’Etat, après avis de la Cnil », qui doit être publié prochainement, « encadre les modalités » de cette opération de prévention de grande ampleur « afin de respecter la loi informatique et libertés », explique-t-on au ministère confirmant une information de Rue89.

Un double coupon
La loi informatique et liberté sera bien respectée bien que « l’opération repose sur l’utilisation de données nominatives et personnelles, comme par exemple d’être enceinte ». L’Assurance maladie (CNAMTS) se charge de l’envoi des courriers aux assurés et bénéficiaires, ajoute le ministère. Une lettre signée de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, invitera l’assuré à se faire vacciner s’il le souhaite dans un centre de vaccination. « Au verso de cette lettre, le destinataire trouvera un double coupon (1ère injection et rappel à quelques semaines d’intervalle) à présenter au centre de vaccination », selon un document de la CNAMTS du 6 octobre, que s’est procuré par rue89.

1.080 centres de vaccination
« La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a rendu un avis favorable le 1er octobre sur le projet de décret », indique ce document. Mardi, le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a annoncé que 1.080 centres de vaccination contre la grippe H1N1 « sont recensés sur l’ensemble du territoire ». « L’ouverture des centres s’adaptera à la livraison des vaccins, qui montera en puissance d’ici la fin de l’année », a-t-il précisé. « Le premier million de doses devrait nous être livré aux alentours du 15 octobre« , a estimé le ministre, ajoutant que cela permettait « d’envisager le lancement de la campagne vaccinale dans les centres prévus à la fin du mois d’octobre ».

(Nouvelobs.com)

Humour commerçant….!

11 octobre 2009
Bien vu....!

Bien vu....!

Malheur à ceux qui moquent l’art (suite)..

6 octobre 2009

Signer la pétition. « Sauver le théâtre Toursky »

Site du comité de soutien : www.comitedesoutienrichardmartin.org
Site du théâtre Toursky : www.toursky.org

La votation citoyenne… C’est NON.

4 octobre 2009

VotationLaPoste01

Les résultats dans la région.

Les résultats dans la région.

En France, l’ouverture européenne à la concurrence n’oblige en rien l’Etat à modifier le statut de l’entreprise publique. Regardons donc les effets de la privatisation des postes dans les autres pays européens.

En Suède
La Poste a été transformée en Sarl en 1994. Elle conserve 90% de parts de marché (c’est donc ça la concurrence ?). Le prix du timbre bat tous les records (90% de hausse en 10 ans de 1993 à 2003). 1/3 des emplois ont été supprimés. Le nombre d’agences postales est passé de 2000 à 500…

Au Royaume Uni
La Poste a été privatisée en 1999 par Tony Blair (bravo les travaillistes !). L’échec est tel qu’elle doit être re-nationalisée en catastrophe avec une perte évaluée à 1,5 milliards de livres, payée par le contribuable. a réorganisation entamée en 2006 a conduit à la fermeture de 2500 bureaux et à une réduction massive de l’emploi.

Aux Pays Bas
La Poste a été transformée en 1989 en société anonyme. Elle a ensuite fusionné avec le groupe australien TNT en 1996. L’entreprise est connue pour faire travailler les enfants dans le portage et la publicité non adressée. TNT envisage de supprimer entre 11 000 et 13 000 emplois (sur 59 000) dans les prochaines années. 70% de la main-d’œuvre travaille à temps partiel. Il ne subsiste que 500 à 800 vrais bureaux contre 1300 points de vente.

D’une manière générale
Les postes européennes tentent de supprimer la distribution du courrier en zone rurale (c’est le cas de Correos, en Espagne). Elles réduisent la distribution du courrier de 6 à 5 jours. Elles augmentent le délai d’acheminement sans changer le prix du timbre. Elles ferment les bureaux, suppriment des milliers d’emplois, 300 000 dans l’union européenne, 10 000 par an en France (52 000 depuis 2002).

En France
La Poste a fait 650 millions de bénéfices en 2008, 1 milliard en 2007. N’est-ce pas là la principale raison de la privatisation : une affaire juteuse. Et encore plus juteuse si on diminue encore les services au public pour payer les actionnaires…

Malheur à ceux qui moquent l’art.

3 octobre 2009

Richard Martin, fondateur du théâtre Toursky, l’un des théâtres les plus connus de Marseille, va entamer aujourd’hui samedi 3 octobre 2009 une grève de la faim. Son théâtre, soutenu par l’Etat depuis 1991, voit sa subvention supprimée !

Toursky

Voir aussi le billet de Jacques BOULESTEIX ici au sujet de Marseille 2013…..

Ce n’est pas une vanne…. La suite….

1 octobre 2009

Après les révélations de « La Provence » sur des produits dangereux dans la pétrochimie

Revoilà le maillon faible en matière de sécurité. Après nos révélations sur les vannes chinoises défectueuses sur les sites pétrochimiques de toute la France, c’est le gigantesque chantier d’extension de l’hôpital Nord qui a été touché par des « vices cachés ». Cela alors que la troisième tranche de cette unité flambant neuve est livrée aujourd’hui.
Selon nos sources, confirmées par l’ingénieur en chef à la direction des grands chantiers à l’Assistance publique, Vincent Gagnaire, ce sont quelque 2000 vannes importées et placées sur les réseaux d’eau froide et d’eau chaude des nouvelles ailes -oncologie, urgences et centre de traumatologie- qui ont dû être remplacées. Ces « robinets quart de tour » de 15 mm de diamètre intérieur sont des produits courants, semblables à ceux placés sur la tuyauterie des particuliers.

Rien à voir avec les énormes vannes des raffineries de l’étang de Berre soumises aux directives Seveso et aux contrôles de la Direction régionale de l’environnement, de l’Aménagement et du logement. Mais ces produits défaillants placés sur les tuyauteries de climatisation et de chauffage posent encore une fois un problème de sécurité publique. On est dans un hôpital où des malades et des salariés pouvaient être exposés à des échappements d’eau chaude, se retrouver dans des inondations.

C’est d’ailleurs par là que le problème au printemps dernier. Plusieurs vannes ont cédé, au fil des mois, car elles ne résistent pas à l’eau glacée et à l’eau très chaude. Par exemple, ces robinets en laiton cassaient à 7º quand ils devaient résister à -10º. Comme le confirme l’Assistance publique, le 22 août dernier, la moitié d’un service du rez-de-chaussée C a été inondée. Et des fuites ont été relevées au rez-de-jardin. Axima, filiale de Suez pour l’installation de chauffage, ventilation et plomberie, qui a le marché du nouvel hôpital Nord a donc demandé que les vannes chinoises utilisées soient changées.

Une course contre la montre et pour la sécurité s’est engagée pour changer dans les réseaux, les faux plafonds, les 2000 robinets de même série. « Ces robinets cassent, ils sont forgés et assemblés dans trois usines différentes, sans traçabilité », assure un syndicaliste, dénonçant des « fournitures qui n’étaient pas au niveau ».

La société GMR, un grossiste distributeur du Rhône qui s’est elle-même fournie auprès d’un importateur en région parisienne, RMT Setar, a remplacé les vannes par du matériel italien mais évoque des « problèmes normaux sur ce type de gros chantier ». Mais au-delà du conflit entre entreprises, c’est encore une fois le contrôle qualité et la certification qui sont en cause.

Source Philippe Larue (La Provence)