Archive for août 2009

Un bon moyen de payer ses impôts……!

31 août 2009

Vous avez peut être reçu vos avis d’imposition pour les taxes foncières…? Sinon, cela ne saurait tarder….! Je vous propose donc de les payer comme l’a fait ce contribuable :

Monsieur l’agent du Trésor Public,
Mon colis a pu vous étonner au départ. Alors voilà quelques explications. Je vous joins à cette lettre une photocopie de l’article du Nouvel Observateur intitulé « Les vraies dépenses de l’état » vous noterez que dans le quatrième paragraphe, il est précisé que l’Élysée a l’habitude de payer des brouettes 5200 francs, des escabeaux 2300 francs et des marteaux 550 francs pièce. Par ailleurs, un très intéressant article du Canard Enchaîné dont la bonne foi est bien connue (copie également jointe) rapporte que le prix des sièges WC du nouveau Ministère des Finances est de 2750 francs pièces. Vous devant la somme exacte de 13216 francs pour l’année fiscale qui s’achève, je vous adresse donc dans ce colis quatre sièges WC neufs et cinq marteaux, le tout représentant une valeur de 13750 francs.
Je vous engage par ailleurs à conserver le trop perçu pour vos bonnes oeuvres ou bien d’utiliser les 434 francs restant pour acheter un tournevis supplémentaire à notre Président de la République (voir article « Les vraies dépenses de l’état“).
Ce fut un plaisir de payer mes impôts cette année, n’hésitez pas, à l’avenir à me communiquer la liste des tarifs usuels pratiqués par les principaux fournisseurs de l’état.
J.0., un contribuable heureux.

Publicités

C’est sûr , c’est le tube de l’été!

29 août 2009

Enfants du métissage des cultures et du brassage des ethnies, « L’Homme parle » est le symbole d’une jeunesse unie contre les offensives capitalistes et contre toutes les formes d’oppression et de discrimination. Tout le monde est appelé à agir et à parler pour changer les choses au quotidien et aspirer à plus d’humanité. Le poing en l’air et le mic à la main, « L’Homme parle » des combats à mener et des causes perdues, des paradis artificiels et des pièges du monde moderne, des moments de bonheur et de l’amertume de la vie… et de l’amour qu’on néglige trop souvent. Voir le clip la crise

Dans un univers musical unique entre rap, reggae, slam, chanson et musique du monde, « L’Homme parle » revendique un hip-hop alter mondialiste frais et engagé, soufflant un vent libérateur sur les terres stériles des musiques cellophanées. Epaulé quelquefois par Maître JB (clavier Soul), Marxs a composé toutes les instrus de l’album en privilégiant la musicalité et l’ouverture d’esprit.

L’Homme parle, c’est aussi un engagement fort pour des causes et dans des projets sociaux-culturels, écologiques et humanitaires. Basé au centre culturel du quartier de Valdegour, le groupe a mis en place des ateliers de cultures actuelles pour les jeunes et un studio d’enregistrement. Nous soutenons depuis 3 ans le projet humanitaire un pont entre Nîmes et Mekhnès qui consiste à acheminer par camion au Maroc du matériel médical et des vêtements pour des fondations d’aide aux orphelins et aux enfants de la rue. La prochaine tournée sera aussi une occasion de sensibiliser le public sur des problèmes tels que les droits humains fondamentaux et la protection de l’environnement grâce à l’intervention sur place de plusieurs ONG.

Chaque concert est une occaz de militer dans un esprit de fête et d’échange.
Vous vous ferez vite embarquer par la bonne humeur et l’énergie du groupe, pour un tour du monde musical de la condition humaine. Et puisque «L’homme parle » est aussi une femme, Joana vous fera “tourner la tête”, apportant une touche de sensualité dans ce monde de brutes !

Après plusieurs années de travail au studio du Label « Direkt Tribal Family » (2 maxis CD) et une soixantaine de concerts, « L’Homme parle » vient de terminer son premier album fort de 13 titres et se prépare à exploser sur les scènes de France et d’ailleurs : Attention, concerts brûlants !!

L’Homme Parle n’est autre que l’interprète de « La Crise » : chanson officielle de la campagne européenne d’Europe Ecologie. Voir le clip la crise

Green Pisse….!

28 août 2009
Hors de la douche....

Hors de la douche....

Une ONG brésilienne, SOS Mata Atlantica, (site malheureusement uniquement accessible en portuguais) a lancé une campagne (video ici) pour inciter ses compatriotes à uriner sous la douche, afin d’économiser au moins une chasse d’eau par jour. Ce qui, d’après ses calculs, équivaut à 4 380 litres d’eau potable par an. Un petit geste qui compte…

La démonstration est sans faille : faire pipi sous sa douche pourrait bien à terme nous sauver la mise, si l’on part du postulat purement mathématique suivant :

Une chasse d’eau tirée = approximativement 3.5 litres d’eau
Un citoyen standard = 1 douche/jour.
Si le citoyen décide de soulager pendant la douche, on économise donc :

  • 3,5 litres d’eau / jour
  • soit par an : 3,5 * 365 = 1277.50 litres par an !!!

Contrairement aux idées reçues, non ce n’est pas sale. Cette urine est purement biologique (c’est de vous même qu’elle provient en plus !) et si l’on considère que chaque personne qui prend une douche y passe en général près de 60 litres d’eau, pas de panique, la chasse sera plus que largement tirée et votre contact avec l’urine sera sévèrement limité tant vous vous savonnerez logiquement au moins une fois durant votre douche, et de préférence, après avoir soulagé votre vessie.

Multipliez par 60 millions de personnes on arrives à approximativement 75 millions de mètres cubes d’eau par an, et ce juste en France !!!!

(Sources: Le Monde, Xixi No Banho)

Tarifs EDF: êtes-vous au courant ?

26 août 2009

Dans les différents communiqués, EDF et le gouvernement avancent une hausse des tarifs réglementés de 1,9% pour les particuliers, appliquée depuis le 15 août dernier.Mais le détail de l’annonce, publiée dans le journal officiel le 14 août, révèle que cette moyenne est largement dépassée pour plusieurs clients.

edf-electricite-hausse-tarifs-prixLes plus petits consommateurs et ceux ayant souscrit à des options particulière sont les plus affectés.Pour les 500.000 clients de l’option Tempo notamment, la surprise risque d’être de taille. En effet, une augmentation de 4,7% en moyenne est prévue. L’option Tempo propose plusieurs tarifs selon les jours et les heures. L’année se divise en trois période : bleu avec des prix plus faibles que la moyenne (300 jours par an), blanche (43 jours) et rouge (22 jours), période pendant laquelle les tarifs sont très élevés afin de diminuer l’utilisation d’électricité. La journée se divise aussi en heure creuse et pleine. Chaque jour, le client est informé – via son boîtier domestique – de la couleur de la journée. Il organise ensuite sa consommation en fonction.

Cette option permet aux abonnés de réduire leur facture annuelle grâce aux jours bleus mais les oblige à ne presque pas consommer en période rouge. En plein hiver, cela suppose d’utiliser poêle et cheminée. Cette formule, un peu complexe à gérer au quotidien, n’est pas très rentable pour EDF qui a donc choisi de revoir ses tarifs à la hausse. Le prix TTC du kilowattheure passe de 0,4929 centimes les jours rouge en heure pleine à 0,5026 centimes d’euros. De la même façon, pour les jours bleus en heure pleine, il passe de 0,0577 à 0,0703 centimes. Ici, la hausse frôle les 22%. Le contrat Tempo et l’Effacement des jours de pointe (EJP, fonctionnant comme Tempo) sont deux options qui comptabilisent à eux deux une hausse de 10% en moyenne selon la CRE, Commission de régulation de l’énergie, soit environ 5% de progression pour l’EJP.

Du côté d’EDF, les responsables n’ont pas souhaité s’exprimer sur le sujet. Ils renvoient à la CRE pour le travail de communication. “EDF vendait presque à perte. Les tarifs, notamment les rouges, étaient trop bas. Il fallait rééquilibrer. Chacun doit payer en fonction de sa consommation“, justifie un expert de la CRE. Et si l’information n’a pas été dévoilée par EDF, c’est pour des raisons pratiques. “EDF n’allait pas donner les détails de chaque augmentation pour chaque tarifs. Je pense qu’ils attendent de voir comment vont réagir les clients“.

Pas d’anomalies

Mais outre sur les tarifs de consommation, c’est aussi sur les abonnements que les hausses se font sentir. Et parfois douloureusement. Les très petites installations de 3 Kilovoltampère (kVa) voient ainsi leur abonnement annuel hors taxes passer de 21,48 euros à 51,24 euros soit une hausse de 138,5%. Pour ceux qui utilisent 6 kVa, la puissance supérieure, l’abonnement annuel passera de 54,48 euros HT à 58,32 euros (+7%). Ces deux abonnements sont souscrits par la majorité de ménages.

A l’inverse, les gros consommateurs voient leur facture diminuer. Pour les utilisateurs de 36 kVa, l’abonnement annuel passe de 743,52 euros à 528 euros HT soit une baisse de 29%. Ces derniers font parti des 6 millions d’abonnés EDF qui verront leur facture baisser, par opposition aux 22 millions restant. Aucune anomalie à signaler pourtant, selon la CRE. “Les tarifs des plus petits étaient trop avantageux. Les plus gros payaient pour eux. Il faut savoir que les petits consommateurs ne payaient que l’équivalent de l’acheminement mais pas la fourniture. D’où l’intérêt d’une restructuration des tarifs“.

La refonte des tarifs a donc été organisée de façon à prendre en compte le coût de la production de l’énergie mais aussi les coûts de l’acheminement et de commercialisation d’EDF. Le but étant de supprimer ce que le CRE appelle des “trappes tarifaires”, c’est-à-dire des tarifs trop faibles pour couvrir les frais de production. La nouvelle grille de prix permettrait à EDF d’éradiquer plus de 80% de ces “anomalies” et “d’inciter les clients à des comportements rationnels en terme de choix tarifaires”.

Le chiffre de 1,9% pour les particuliers n’est donc qu’une moyenne globale. Ces chiffres cachent de grandes disparités et surtout une facture nettement plus salée pour de nombreux clients. Sur le papier, EDF annonce 3 euros par mois environ. Mais selon les abonnements, cette hausse pourrait aller jusqu’à 60 euros.

Pour la CRE, pas de polémique : ces nouveaux tarifs sont “plus justes pour EDF, plus équitable et mieux équilibrés. Ils reflètent une meilleure couverture des coûts”. Le détail de ces augmentations permet de considérer d’un jour nouveau les 20% de hausse sur trois ans, demandés par Pierre Gadonneix, patron d’EDF. La différence avec sa demande et les récentes évolutions tarifaires annoncées n’est peut-être pas aussi criante que cela.

source:  politique.jourdefemmes.fr

A propos de la réforme de santé aux USA

23 août 2009
Le doute...

Le doute...

Le mouvement de réforme lancé par Obama aux Etats-Unis est en train de vaciller, en grande partie à cause des mensonges sur notre système de santé publique! (la photo provient de photo)

Cela semble incroyable mais la réforme de la santé d’Obama et avec elle tout son programme présidentiel, risquent d’être renversés par les grandes entreprises, les assureurs et la droite conservatrice qui ont réussi à convaincre les Américains que les systèmes de santé publique sont un cauchemar hérité de la « Russie soviétique ».

Nous avons besoin de faire entendre un message retentissant de la part de l’opinion public pour montrer la vérité: nous sommes fiers et conscients des bienfaits de notre système de santé publique qui, sans être parfait, fonctionne bien. Envoyez votre message aux citoyens américains et faites suivre cet email. Si nous sommes suffisamment nombreux à signer, nous susciterons l’intérêt des médias américains et pourrons faire changer le débat. lien direct.

Le système de santé américain est contrôlé par de grandes entreprises, c’est le plus coûteux du monde mais il n’occupe que le 37ème rang mondial en terme de qualité, et 40 millions d’Américains n’ont pas les moyens d’accéder aux soins. C’est un très mauvais système pour les usagers mais les entreprises, soucieuses de défendre leurs profits colossaux, se battent pour le garder en l’état. Si elles y parviennent et qu’Obama échouent, les Démocrates pourraient perdre la majorité au Congrès aux élections de l’an prochain. Si tel est le cas, ce serait la remise en cause de tout progrès sur les grands dossiers mondiaux, du changement climatique à la guerre en Irak.

Nous n’avons pas de temps à perdre. Les lobbyistes du secteur sanitaire et des assurances diffusent en ce moment leurs campagnes diffamatoires pour s’assurer de faire avorter le plan Obama lors de sa présentation au Congrès en Septembre. Les citoyens américains font face à un déluge de propagande négative contre les systèmes de santé publique comme le nôtre. Rétablissons la vérité ici.

Les systèmes de santé publique comme le nôtre sont loins d’être parfaits, mais ils fonctionnent beaucoup mieux que le système aux Etats-Unis. Réagissons face aux mensonges et à la tactique de la peur et soutenons les réformes d’Obama aux Etats-Unis en rétablissant la vérité sur notre système de santé publique.

Avec espoir,

Ricken, Brett, Benjamin, Alice, Graziela, Paula, Paul, Pascal et toute l’équipe d’Avaaz .

Voici quelques liens pour plus d’informations:

Sur les dérapages et les mensonges de la campagne anti-réforme de santé et aussi ici.

Sur la réforme proposée par Obama

Paul Krugman comparant les différents systèmes de santé publique

Sur les risques politiques d’un échec de la réforme de la santé

Sur le poids des lobbys dans la réforme de la santé

Paradis perdu….

20 août 2009
Sculpture cubique..

Sculpture cubique..

Découvert cette étrange sculpture au hasard de mes pérégrinations internationales. De loin, on pouvait penser à un gigantesque marteau… Peut être l’enseigne d’un magasin de bricolage…? En me rapprochant, j’ai pu constater que ce marteau avait des trous… En fait, il s’agit comme vous l’avez compris de la représentation « cubique » d’un pommier. A noter qu’un serpent « de chaine » propose un fruit au promeneur.

Le plus intéressant et drôle dans cette affaire est la plaquette apposée au pied :

Hommage à...

Pommier transgénique

2ème Paradis perdu

Homage à José Bové

Mais où va le monde ?

16 août 2009

Quand l’Europe, la Grande Bretagne et le FMI, tous dirigés par des sociaux démocrates (dans l’ordre Manuel Barroso, Gordon Brown et Dominique Strauss-Kahn) se mettent au chevet de l’Islande pour régler les conséquences directes de la dérégulation du système bancaire sur les finances de cet état voisin européen et membre de l’OTAN et participent à la faillite de ce petit pays, pourtant très riche au départ, on ose imaginer ce que ce serait avec des libéraux aux commandes…..mais serait-ce vraiment différent, je vous pose la question !
A lire dans LeMonde.fr l’excellente contribution d’Eva Joly, ancienne magistrate,  députée européenne Verts et conseillère pour le gouvernement islandais dans l’enquête pénale sur les causes de la défaillance des banques.

EvaJolyL’Islande ou les faux semblants de la régulation de l’après-crise, par Eva Joly
De G8 en G20, beaucoup de chefs d’Etats et de gouvernements aiment à répéter que rien ne sera plus comme avant. Le monde change, la crise l’a même bouleversé ; nos façons de penser et d’agir en termes de régulation financière, de relations internationales ou d’aide au développement doivent donc, nous disent-ils, évoluer de même. Mais de nombreux exemples contredisent hélas toutes ces belles paroles. La situation dans laquelle se trouve l’Islande à la suite de l’implosion de son système bancaire et de la nationalisation en urgence de ses trois principales banques (Kaupthing, Landbanski et Glitnir) en est sans doute l’un des plus significatifs. Ce petit pays de 320 000 habitants voit peser aujourd’hui sur ses épaules 100 milliards de dollars de dettes, avec lesquelles l’immense majorité de sa population n’a strictement rien à voir et dont elle n’a pas les moyens de s’acquitter.

Lien : l-islande-ou-les-faux-semblants-de-la-regulation-de-l-apres-crise-par-eva-joly

Laurent MAUNEAU

Les platanes de Carnoux victimes des tigres ?

11 août 2009
Un platane de Carnoux

Un platane de Carnoux

Ah, tiens, vous aussi vous l’aviez remarqué ? Début août, en rentrant de vacances, je lève la tête en traversant Carnoux et que vois-je ? Des platanes aux extrémités toutes racornies et blanchâtres. Et il n’y en n’a pas qu’un : tous les platanes bordant la voie publique et notamment le long de la place Maréchal Lyautey sont dans le même état. Les platanes seraient-ils déprimés dans l’attente du sort qui leur sera réservé lors du nouveau réaménagement de la place de Carnoux ? Souhaitent-ils anticiper la chute de leur feuillage, de crainte d’un nouvel incendie causé par un tir de balle traçante d’un légionnaire allumé ?

Les forestiers de l’ONF, pourtant basés à Carnoux aux premières loges assurent n’avoir rien observé, pas plus d’ailleurs que les services techniques de la mairie qui délèguent à une entreprise privée la gestion de notre patrimoine végétal. Petit hic : cette entreprise, dont les petits camions verts sillonnent quotidiennement Carnoux, n’est pas chargée de l’entretien des platanes de la ville et assure n’avoir rien vu non plus. Bref, les platanes de Carnoux souffrent dans la chaleur estivale et l’indifférence générale.

Quel est donc ce mal mystérieux qui les ronge ? Les pistes ne manquent pas, à commencer par les champignons tels que l’oïdium et surtout deux autres champignons au nom imprononçable, responsables respectivement de l’anthracnose et du chancre coloré. Cette dernière maladie, importée involontairement par l’armée américaine lors du débarquement de Provence en 1944 aurait détruit 80 % des platanes d’alignement sur la côte est des Etats-Unis et a fait de nombreux dégâts parmi les platanes du Sud de la France. Curieusement en effet, il s’avère que les platanes français sont génétiquement assez homogènes et issus de l’hybridation, au XVIIème siècle, dans quelques jardins botaniques européens, de Platanus occidentalis (issu d’Amérique du Nord) et de Platanus Orientalis (poussant au Moyen-Orient et dans les Balkans), ce qui a d’ailleurs amené l’INRA à développer de nouveaux hybrides résistants à ce type de parasite.

Ceci dit, il semblerait plutôt que les platanes de Carnoux soient victimes, comme ceux de nombreuses

Feuille de platane

Feuille de platane

villes du Sud-Est, d’une attaque de …tigres. Rassurez-vous, il n’est pas question de refaire le coup de la panthère noire égarée dans les calanques. Le tigre du platane n’est rien d’autre qu’une sorte de punaise minuscule, de 3 à 4 mm de long, aux ailes transparentes avec une tache noire. Également originaire des Etats-Unis, cet insecte est arrivé en Italie en 1964 et signalé en France depuis 1975. Les adultes passent l’hiver sous les écorces de platanes et remontent le long du tronc au printemps pour aller se positionner sous les jeunes feuilles dont ils s’alimentent. Ces dernières se décolorent par points et finissent par se dessécher complètement, de telle sorte que l’arbre peut se retrouver complètement défolié à la fin d’un été chaud et sec propice au développement de ces insectes. Ceux-ci étant très mobiles, les arbres

Le fameux tigre du platane (photo de P. Miéville)

Le fameux tigre du platane (photo de P. Miéville)

d’alignement sont particulièrement vulnérables à leurs attaques. Les moyens de lutte contre cet insecte consistent en pulvérisations de produits chimiques, même si certains cherchent actuellement à développer des méthodes de lutte biologique pour se débarrasser de ce fléau en limitant l’impact écologique des traitements.

En tout cas, si en vous baladant sous les platanes de Carnoux, vous sentez de petits insectes qui vous tombent dessus, soyez rassurés, ce ne sont que des tigres, perchés sur les platanes, qui vous auront sauté au cou…Voir le site

LutinVert1SmallL.V.

A Montauban, les anges ont un sexe. Il est féminin.

9 août 2009
Cachez ce sexe ....!

Cachez ce sexe ....!

La légende (mais en est-ce une?) veut que les Byzantins discutassent du sexe des anges en 1453, alors que les armées ottomanes s’emparaient de leur capitale. Il faut dire que, depuis mille ans, les querelles théologiques passionnaient autant les Grecs d’Orient que ne peuvent le faire en 2009 les téléréalités. Avec des suites tout ce qu’il y a de plus concrètes. Si les Français ne se sont pas entre-tués pour «Le Loft» ou «L’Ile de la tentation» («vote pour Loana, ou je te bute»), les Byzantins se sont massacrés pour (ou contre) l’humanité du Christ et l’importance des icônes.

Tout cela est-il du passé? Pas vraiment. Capitale du rugby, Montauban connaît aujourd’hui un nouveau débat sur le sexe des anges. Qui en est la cause? Ingres. Entendons-nous. Le cher homme lui-même ne porte aucune responsabilité. Il s’agit juste de l’exposition «Ingres et les modernes», qui rend aujourd’hui hommage au maître dans sa ville natale (1). Plus de 200 œuvres illustrent sa surprenante postérité.

C’est là que nous arrivons aux anges. En 1824, Ingres avait peint pour «sa» cathédrale «Le vœu de Louis XIII», un énorme tableau où la Vierge est découverte au public par deux mammifères volants, qui entrouvrent un rideau. A son habitude, l’artiste avait commencé par les dessiner nus. Pour lui, la vérité se situait au départ à poil. La princesse de Broglie, la comtesse d’Haussonville, la baronne de Rothschild (née Rothschild, puisqu’elle avait épousé son oncle) auraient ainsi été bien surprises de se retrouver sans rien sur le dos sous le crayon de leur portraitiste favori. Mais c’était comme ça.
Afin de payer son tribut à Ingres, Ernest Pignon-Ernest a donc repris les esquisses, qu’il a démesurément agrandies. Puis il a collé ses variations sur la façade de la cathédrale de Montauban. La population a donc pu voir de ses yeux ce que les Byzantins imaginaient dans leur tête. Les anges sont définitivement féminins. Vu leurs jambes écartées, la chose ne fait aucun doute.
Les jeunes traditionalistes (c’est le nom qu’on donne aux extrémistes) ont mal pris la chose. Luttant contre «l’impudeur», ces catholiques d’une vingtaine d’années ont commencé par téléphoner à l’Evêché, qui les a envoyés paître. Comme Ponce-Pilate, l’évêque s’en lavait les mains. «Si je suis responsable de l’intérieur de l’église, les murs appartiennent à la Mairie.» Cette dernière a joué les grandes muettes. Il fallait faire quelque chose.

Armés de manche à balai, sur lesquels ils avaient scotché des feuilles blanches destinées à masquer les vulves protubérantes, nos jeunes ont donc passé à l’attaque nocturne. Tout s’est bien passé avec l’angelot de gauche. Pas avec celui de droite. La police, qui passait par là, a intercepté le commando. Ce petit monde a fini au poste.

Il a pu voir deux jours plus tard que l’opération n’aboutissait pas comme prévu. Les journaux locaux faisaient leurs choux gras de l’affaire. Les passants, qui n’avaient peut-être pas remarqué les anges, ne regardaient plus qu’eux. Bref, l’intégrisme se retrouvait, lui, dans les choux. Espérons au moins que ce ne sont pas ceux où naissent les enfants.
(1) Musée Ingres, Montauban, jusqu’au 4 octobre. Excellent catalogue.
Articles sur le même sujet :

A lire sur le site web de la dépêche et sur Vidéo info

Big brother is watching you

8 août 2009

Regardez, c’est hallucinant! Et flippant…
Voici une photo de l’investiture de Barak Obama du 20 janvier dernier, dans laquelle on peut distinguer nettement chaque personne dans la foule.
Pointez quelque part. Utilisez la petite main pour agrandir la photo. Attendez quelques secondes et vous serez en quasi focus.
Cette photo a été prise avec une caméra-robot de 1.474 megapixels, soit avec 295 fois plus de puissance que les photos à 5 megapixels de nos caméras familiales.
Une seule photo et la possibilité de « ficher » un million de personnes !!!!!!!!!!!!!
Voici le site

Chiffres du chômage : miracle ou illusion ?

4 août 2009

StatistiqueChômageDepuis un an les plans sociaux se multiplient. L’actualité se nourrit du désespoir des salariés qui voient leur entreprise fermer et leur outil de travail disparaître. La baisse de l’activité économique se traduit directement par des fermetures d’usines, en particulier dans le secteur automobile, et les sous-traitants sont durement touchés par la baisse des commandes. Certaines grosses sociétés profitent d’ailleurs de ce climat morose pour faire passer en douce des plans de restructuration et des délocalisations.

Dans un tel contexte, nul ne s’étonne de voir les chiffres du chômage augmenter depuis maintenant 14 mois consécutifs. Et pourtant, un véritable miracle vient de se produire, annoncé à grands coups de trompettes par un gouvernement euphorique : le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A, c’est-à-dire à la recherche d’un emploi et n’ayant pas travaillé dans le mois, a reculé de 0,7 % en juin 2009, soit 18 600 chômeurs inscrits en moins. Laurent Wauquiez, secrétaire d’État à l’emploi, s’est félicité de cette « bonne surprise » tandis que Christine Lagarde, ministre de l’économie, attribuait à la politique gouvernementale tout le mérite de cette évolution favorable.

A y regarder de plus près, ces chiffres miraculeux sont certes à nuancer car dans le même temps le nombre total de chômeurs inscrits à Pôle emploi, en incluant les catégories B et C, qui exercent une activité à temps partiel tout en continuant à rechercher du travail, continue d’augmenter et concerne désormais 3,63 millions de personnes (voire 3,85 millions en intégrant l’Outre-mer), soit une augmentation de 27,5 % du nombre d’inscrits par rapport à juin 2008, ce qui n’est guère encourageant. Ces chiffres ne dévoilent d’ailleurs que la face visible de l’iceberg : restent les chômeurs cachés, en formation, en maladie ou en préretraite, « dispensés de rechercher un emploi », que les chiffres officiels ne prennent pas en compte et qui, selon certaines estimations (dont le baromètre établi par Marianne) permettent d’estimer à 4,38 millions le nombre total de chômeurs en France.

Comment cependant expliquer cette baisse inattendue du nombre de chômeurs inscrits au cours du mois de juin ? Malheureusement, la vérité oblige à dire que les satisfecit de Christine Lagarde sont tout à fait hors de propos et même particulièrement indécents en cette période de crise. En réalité, parmi les 457 600 personnes sorties des listes officielles en juin 2009, près de la moitié l’ont été non pas parce qu’elles ont retrouvé un emploi mais pour « cessation d’inscription pour défaut d’actualisation », autrement dit des chômeurs radiés des statistiques sous le prétexte que leur dossier n’est plus à jour. Ils n’ont pas retrouvé un emploi pour autant et sont donc toujours chômeurs mais ils n’apparaissent plus dans les statistiques officielles et le ministère de l’économie peut donc se féliciter que les chiffres du chômage baissent. On pourrait sourire de voir le gouvernement utiliser des ficelles aussi grosses pour illusionner les Français mais est-ce bien raisonnable, en ce temps de crise, de mettre en œuvre de tels subterfuges plutôt que de regarder la réalité en face et chercher de manière responsable de véritables solutions pour sortir de cette crise ?

L.V.

EVS : Réponse écrite de Nicolas SARKOSY

2 août 2009

M ,
Vous avez appelé l’attention du Président de la République, qui a transmis votre message à M. Xavier DARCOS, Ministre de l’Education nationale, sur l’arrivée à échéance de votre contrat d’avenir (CAV) ayant permis de vous recruter en qualité d’emploi vie scolaire dans les services de l’éducation nationale.
Les recrutements d’emplois vie scolaire par contrats aidés répondent à un double objectif : satisfaire certains besoins jusque là non couverts dans les établissements scolaires et constituer une première étape d’un parcours d’accès ou de retour à l’emploi. Ce dernier objectif explique que votre contrat ait eu une durée limitée, sans possibilité de renouvellement.

Néanmoins, un entretien individuel de diagnostic doit vous être proposé à son échéance par l’ANPE. Cet entretien permet d’examiner les possibilités qui s’offrent à vous en matière d’emploi. Si aucun entretien ne vous a été proposé, je vous invite à contacter un conseiller dans l’agence la plus proche de chez vous.

La liste et les coordonnées des agences ANPE figurent sur leur site Internet (www.anpe.fr). En outre, le ministère de l’Education nationale aide ses anciens agents à trouver un emploi dans les meilleures conditions possibles.

Ainsi, à la fin de votre contrat, vous recevrez une attestation de compétence sur laquelle figureront les activités et compétences que vous avez développées durant votre recrutement. Grâce à cette attestation, vous pourrez notamment accéder aux dispositifs de validation des acquis de l’expérience qui peuvent vous permettre d’obtenir un diplôme en fonction des activités et compétences développées.

Concrètement, vous pouvez vous présenter auprès des services responsables du dispositif académique de validation des acquis (DAVA) de votre rectorat. Vous trouverez la liste et les coordonnées des rectorats sur le site Internet du ministère de l’Education nationale (www.education.gouv.fr).

L’obtention éventuelle d’un diplôme grâce à ces dispositifs, ainsi que l’expérience acquise durant votre recrutement par contrat aidé, pourront ainsi faciliter vos démarches en vue d’accéder à un nouvel emploi.

Je vous prie de croire, M , en l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Emploi Vie Scolaire : Une réaction

1 août 2009

Réaction d’une EVS :

Eh oui, j’y ai cru ! Encore une illusion qui s’envole. Et à 52 ans, pas facile de se recaser. Trop vieille pour travailler en crèche (j’ai le diplôme d’auxiliaire puéricultrice), trop vieille également pour retourner dans le commerce (15 ans de labeur). J’ai espéré pouvoir faire 5 ans dans cette école où je me sens si bien. (dans les textes, il était prévu des renouvellements pour une durée de 5 ans maxi, vu mon age à
l’embauche en novembre 2006.) Je vais certainement, comme beaucoup d’autres, être jetée après 2 ans de contrat et retourner à la case départ. Puis remplacée par une nouvelle recrue toute fraîche et naïve. Et mon avenir ? Trop âgée pour travailler, trop jeune pour la retraite… Intégrée, passionnée, motivée, j’ai bien cru à mon utilité.

Grave erreur, c’est mon poste qui est utile, pas moi. L’aide à l’intégration des enfants handicapés est indispensable, de même que celle apportée à la direction.

Maintenant qu’on a fait nos preuves et qu’on connaît parfaitement les besoins et le fonctionnement de l’établissement où on est en poste, qu’on a été valorisée par les enseignants, reconnue par les parents, encouragée par la direction, on va être « remerciées », mais pas dans le sens attendu. Je sais, c’est écoeurant, révoltant, mais c’est la société actuelle. On utilise et on jette, les gens comme les kleenex, sans état d’âme…

Michèle