Archive for octobre 2012

Ils nous ont quittés…..

30 octobre 2012

Le magazine suisse « Bilan » dresse un inventaire non exhaustif des 300 plus riches exilés fiscaux installés en Suisse. Et notamment les 44 Français… Les classiques Wertheimer, Castel ou Rothschild, mais aussi ceux qui viennent de passer la frontière :

– Famille Wertheimer (Chanel) : de 3,2 à 4 milliards

Copyright Reuters / infographie : La Tribune

– Famille Castel (vins et spiritueux) : de 3,2 à 4 milliards
– Famille Primat (Schlumberger) : de 1,6 à 2,5 milliards
– Benjamin de Rothschild (Groupe Rothschild) : de 1,6 à 2,5 milliards.
– Famille Peugeot (PSA) : de 1,2 à 1,6 milliard
– Famille Lescure (Seb, Tefal, Rowenta, Krups, Moulinex, Calor) : de 1,2 à 1,6 milliard
– Famille Bich (Bic) : de 1,2 à 1,6 milliard
– Famille Mimran (Compagnie sucrière sénégalaise) : de1,2 à 1,6 milliard
– Héritiers Louis-Dreyfus (Groupe Louis-Dreyfus, OM) : de 815 millions à 1,2 milliard
– Claude Berda (fondateur d’AB Prod) : de 815 millions à 1,2 milliard
– Paul-Georges Despature (Damart) : de 815 millions à 1,2 milliard
– Famille Murray : de 815 millions à 1,2 milliard
– Nicolas Puech (Hermès) : de 815 millions à 1,2 milliard
– Familles Defforey et Fournier (Carrefour) : de 650 à 730 millions
– Famille Zorbibe (Lancel) : de 400 à 490 millions
– Roger Zannier (Z, Kenzo, Kookaï, Oxbow, Chipie) : de 400 à 490 millions
– Famille Lejeune (Seita) : de 325 à 400 millions
– Philippe Jabre (Jabre Capital Partners) : de 325 à 400 millions
– Famille Harari : de 325 à 400 millions
– Famille Taittinger (champagne) : de 325 à 400 millions
– Alexandra Pereyre de Nonancourt (champagne Laurent-Perrier) : de 245 à 325 millions
– Denis Dumont (Grand Frais) : de 245 à 325 millions
– Michel Lacoste (Lacoste) : de 245 à 325 millions
– Georges Cohen (Groupe Sogeti) : de 245 à 325 millions
– Nicole Bru-Magniez (laboratoires UPSA) : de 165 à 245 millions
– Michel Reybier (Cochonou, Aoste, Justin Bridou) : de 165 à 245 millions
– Alain Duménil (Acanthe Développement) : de 165 à 245 millions
– Serge Kampf (Capgemini) : de 165 à 245 millions
– Bruno Moineville (Réseaux câblés de France) : de 165 à 245 millions
– Antoine Zacharias (Vinci) : de 165 à 245 millions
– Hugues de Montfalcon de Flaxieu (Maxiris) : de 165 à 245 millions
– Christian Picart (Buffalo Grill) : de 165 à 245 millions
– Jean Pigozzi (Simca) : de 165 à 245 millions
– Michèle Bleustein-Blanchet (Publicis) : de 165 à 245 millions
– Thierry Roussel (?) : de 165 à 245 millions
– Daniel Hechter (Hechter) : de 80 à 165 millions
– Philippe Hersant (groupe Hersant Média) : de 80 à 165 millions
– Paul Dubrule (Accor) : de 80 à 165 millions
– Jean Louis David (Coiffure) : de 80 à 165 millions
– Maurice et David Giraud (Pierre & Vacances) : de 80 à 165 millions
– Eric Guerlain (Christian Dior) : de 80 à 165 millions
– Famille Ducros (Ducros) : de 80 à 165 millions
– Jérôme DeWitt (horlogerie) : de 80 à 165 millions
– Dominique Frémont (Mauboussin) : de 80 à 165 millions

Sportifs

Jean Alesi, réside en Suisse
Marion Bartoli, réside en Suisse
Julien Benneteau, réside en Suisse
Arnaud Boetsch, réside en Suisse
Arnaud Clement, réside en Suisse
Nicolas Escudé, réside en Suisse
Guy Forget, réside en Suisse
Richard Gasquet, réside en Suisse
Jean-Claude Killy, réside en Suisse
Henri Leconte, réside en Suisse
Sébastien Loeb, réside en Suisse
Paul-Henri Mathieu, réside en Suisse
Gaël Monfils, réside en Suisse
Christophe Moreau, réside en Suisse
Amélie Mauresmo, réside à Genêve en Suisse
Stéphane Peterhansel, réside en Suisse
Cédric Pioline, réside en Suisse
Alain Prost, réside en Suisse
Fabrice Santoro, réside en Suisse
Florent Serra, réside en Suisse
Gilles Simon, réside en Suisse
Jo-Wilfried Tsonga, réside en Suisse
Vincent Rives, réside en Irlande
Jean-Philippe Gatien , réside au Delaware aux Etats Unis

“Artistes” : Chanteurs

Charles Aznavour, réside en Suisse
David Hallyday, réside en Suisse
Johnny Hallyday, réside à Gstaad en Suisse
Patricia Kaas, réside en Suisse
Florent Pagny, réside en Patagonie (Argentine)
Michel Polnareff, réside aux Etats-Unis
Marie Laforêt, résidente et citoyenne suisse

Acteurs

Daniel Auteuil, réside en Belgique
Emmanuelle Béart réside en Belgique
Laetitia Casta, réside au Royaume-Uni
José Garcia, réside en Belgique
David Habibi, réside au Canada
Alain Delon, résident et citoyen Suisse

Auteurs

Christian Jacq, réside en Suisse
Marc Levy, réside au Royaume-Uni
Michel Houellebecq, réside en Espagne (en Irlande auparavant)

Patrons et Actionnaires

Jacques Badin (Carrefour) réside à Bruxelles en Belgique
Thomas Bata (marque de chaussures Bata) réside en Suisse
famille Baud (dont Jean Baud), (marques Franprix et Leader Price, 2 à 3 milliards de CHF), résident en Suisse
Lotfi Belhassine, président d’Air Liberté, réside en Belgique. Il a fui la France car l’ISF représentait 93% de ses revenus
Claude Berda, AB Groupe, réside à Cologny en Suisse
Des membres de la famille Bich (Groupe Bic) résident en Suisse
Michêle Bleustein Blanchet, une des héritiêres de Publicis, réside à Cologny en Suisse
Corinne Bouygues, réside à Genêve en Suisse
Pierre Castel, PDG du groupe Castel Frêres propriétaire des eaux Cristalline, Vichy Célestins et Saint-Yorre, réside prês du Lac Léman en Suisse
Des membres de la famille Mulliez (propriétaire de Auchan, Décathlon, Mondial Moquette, Norauto et Kiabi), résident en Belgique
Georges Cohen, informatique et armement, réside en Suisse
Bernard Darty, fondateur de Darty, réside en Belgique
Jean-Louis David, fondateur des salons de coiffure éponyme, réside en Suisse
Des membres de la famille Defforey, à l’origine de la société Carrefour, résident en Belgique
Des membres de la famille Despature (dont Paul-Georges Despature), propriétaire des marques Damart et Somfy, résident en Suisse et en Belgique.
Paul Dubrulle, co-créateur du Groupe Accor et ancien sénateur-maire de Fontainebleau, réside à cologny en Suisse
Des membres de la famille Ducros résident à Cologny en Suisse
Pierre-François Grimaldi (iBazar), réside en Belgique
Eric Guerlain réside en Grande-Bretagne
Daniel Hechter, créateur réside en Suisse
Philippe Hersant, groupe Hersant réside en Belgique
Philippe Jaffré, ancien président d’Elf
Robert Louis-Dreyfus réside à Zurich en Suisse.
Des membres de la famille Mimram (dontJean-Claude Mimram), résident à Gstaad en Suisse.
Des membres de la famille Nonancourt, propriétaire des champagnes Laurent-Perrier, résident en Suisse.
Denis Payre, fondateur de Business Objects, réside en Belgique ou il a démarré une nouvelle société, Kiala, qui a embauché 100 personnes
Des membres de la famille Peugeot (entre 5 et 6 milliards de CHF), résident en Suisse.
Jean Pigozzi, héritier des voitures Simca, réside en Suisse.
Michel Reybier, ancien PDG de Justin Bridou, réside en Suisse
Jacques Tajan, ancien premier commissaire-priseur de France, réside en Belgique
Des membres de la famille Wertheimer, héritiers de Chanel, résident à Cologny en Suisse
Antoine Zacharias, ancien PDG de Vinci, réside à Genêve en Suisse
Roger Zannier, à la tête de Kookaï ou Absorba, réside à Cologny en Suisse
Alain Ducasse, cuisinier, a troqué sa nationalité française pour rejoindre Monaco

Changer d’heure, mais à quelle heure aux Pôles….?

29 octobre 2012

Le week-end dernier, tout le monde a embarqué de gré ou de force dans la « machine à remonter le temps » puisque comme chaque année à pareille époque nous sommes passés à l’heure d’hiver.

Petite question (pas si simple) : A quelle heure change-t-on d’heure aux Pôles..?

Pour le pole sud :
« Au pôle Sud, le Soleil se lève fin septembre et reste constamment dans le ciel jusqu’à la fin mars ; la nuit dure alors six mois. Il y est donc impossible de synchroniser l’heure locale avec la position apparente du Soleil. S’il n’y a aucune raison de privilégier un fuseau horaire sur un autre au pôle Sud, la station Amundsen-Scott utilise cependant l’heure de la Nouvelle-Zélande pour des raisons pratiques : les États-Unis organisent leurs opérations de ravitaillement depuis Christchurch.

Pour le pole nord :
« Comme il n’y a pas de présence humaine permanente au pôle Nord, il n’y a pas d’heure ni de fuseau horaire officiellement attribué à cette région du globe, mais en pratique le pôle comporte tous les fuseaux en un seul point. Étant donné que toutes les lignes de longitude s’y rencontrent, on peut marcher à travers tous les fuseaux horaires en une seconde en tournant autour du pôle. De plus, les heures locales étant à peu près synchronisées sur la position du Soleil à son zénith, cette approximation ne fonctionne pas au pôle Nord, car il est continuellement dans le ciel durant six mois.
Les expéditions polaires peuvent utiliser un fuseau horaire qui leur convienne, généralement le fuseau horaire de leur base de ravitaillement, ou encore n’importe quelle unité du Temps moyen de Greenwich (GMT), du Temps universel coordonné (UTC), ou le fuseau horaire du pays de leur choix. Cependant, la convention veut que l’on utilise le fuseau UTC+0, contrairement au pôle Sud où l’on utilise le UTC+12 (fuseau horaire de la Nouvelle-Zélande durant l’été austral). »

Dépassements d’honoraires : l’accord…?

28 octobre 2012

Le débat fut long, houleux et riche en rebondissements. L’assurance maladie, les complémentaires de santé et trois syndicats de médecins ont signé jeudi 25 octobre l’accord sur les dépassements d’honoraires conclu mardi sous la pression du gouvernement.

respecter les tarifs de la Sécu.

La ministre de la Santé Marisol Touraine a salué « la signature de cet accord, grâce auquel l’accès aux soins redevient un droit pour tous les Français », a-t-elle dit dans un communiqué publié dans la soirée : « C’est un tournant pour la santé des Français ». Pourtant, le texte ne fait toujours pas l’unanimité.

Ceux qui signent ?

Les syndicats CSMF (Confédération des syndicats médicaux français), SML (Syndicats des médecins libéraux) et MG France (généralistes) ont paraphé le texte en fin de journée au siège de l’assurance maladie, après avoir recueilli, comme convenu, l’approbation de leurs instances.

L’Unocam, organisme qui regroupe les complémentaires de santé (mutuelles, assurances, instituts de prévoyance), a également signé, permettant la validation du texte.

 Ceux qui ne signent pas ?

L’UCDF, composante du syndicat Le Bloc (praticiens de bloc opératoire), a annoncé pour sa part dans un communiqué qu’elle ne signerait pas.

Ceux qui signeront peut être ?

Quand à la FMF (Fédération des médecins de France), elle avait déjà annoncé mercredi son intention de prendre son temps, par la voix de son président, Jean-Paul Hamon. La question sera discutée à l’occasion de son assemblée générale du 2 décembre.

Ceux qui y gagnent ?

Cet accord prévoit une procédure de sanctions pour les praticiens aux tarifs abusifs. Il détaille aussi un « contrat d’accès aux soins » qui s’adresse aux médecins acceptant de limiter leurs dépassements en échange d’avantages sociaux. Selon le texte, les complémentaires sont « incitées » à prendre en charge les dépassements dans le cadre de ce contrat.

Le président du CSMF, premier syndicat des médecins libéraux, a évoqué « un compromis acceptable », ajoutant que « les grands gagnants sont les patients », en dépit des réserves émises par Arnaud de Broca, secrétaire général de la FNATH, association des accidentés de la vie, et vice-président du Collectif interassociatif sur la santé (le Ciss), interrogé mercredi par Francetv info.

« C’est un accord important, a déclaré quant à lui le directeur de l’assurance maladie, Frédéric van Roekeghem, lors d’un point de presse. Ses résultats dépendront de la manière dont il sera mis en oeuvre. Il correspond à la feuille de route politique fixée par la ministre de la Santé Marisol Touraine et les pouvoirs publics », a-t-il indiqué. Selon lui, la procédure de sanction devrait être possible avant la fin du 1er trimestre 2013.

Tuer à distance

27 octobre 2012

Pour prouver que les pacemakers n’étaient pas à l’abri du piratage, un expert en sécurité les a transformés en bombe électrique, capable de tuer leur porteur d’un simple clic.

Jack Barnaby est expert en sécurité. Il vient de rejoindre IO Active, société spécialisée dans le domaine. Son titre : directeur de la sécurité des appareils embarqués. Et pour marquer le coup, Jack Barnaby s’est attaqué au plus embarqué des appareils, le pacemaker.

A titre expérimental, uniquement, et à des fins de preuve de concept, Jack Barnaby a effectué un peu de reverse engineering sur le transmetteur d’un pacemaker. Il a ainsi pu non seulement réécrire le firmware de ces appareils mais aussi (et surtout) déclencher des chocs électriques mortels de 830 volts, le tout à une distance d’un peu plus de neuf mètres depuis un simple ordinateur portable.

« Avec un voltage maxima de 830 volts, ce n’est pas difficile de comprendre pourquoi cela peut être mortel. Non seulement il est possible d’arrêter le cœur, mais vous pouvez aussi faire en sorte de recharger l’appareil et provoquer un choc électrique en boucle« , explique l’expert en sécurité.

Fonction secrète et absence de sécurité

C’est en tout cas ce que montre une vidéo, que l’expert n’a pas voulu rendre publique pour éviter de dévoiler la marque du pacemaker, apprend-on grâce au magazine australien dédié à la sécurité SC Magazine.

Car les pacemakers contiennent selon lui une « fonction secrète » qui peut être utilisée pour activer tous les pacemakers à proximité. Grâce à cette fonction, le pacemaker retourne son numéro de modèle et de série. Et « avec ces informations, nous en savons assez pour nous authentifier sur n’importe quel appareil à portée« , déclare le « hacker ».

A partir de là, il est possible d’appliquer un firmware corrompu sur un pacemaker, qui contaminera ensuite les pacemakers qui passent à portée. Avec en définitive le potentiel pour produire « un meurtre de masse« .

Démontrer le pire

Jack Barnaby a fait cette découverte alors qu’il développait une plate-forme d’administration pour des appareils médicaux. Il s’est alors rendu compte que d’un simple clic, il pouvait activer le choc électrique et lire/écrire le micrologiciel tout en consultant les données du patient.

Evidemment, l’objectif de Jack Barnaby n’est pas de terrasser une armée de « déficients cardiaques », juste d’alerter les fabricants. « Parfois il vous faut démontrer l’étendue du côté obscur », déclarait-il au SC Magazine.

Echouage massif.

26 octobre 2012

Quelque 40 baleines sont mortes après un échouage massif survenu au large de la côte est de l’Inde, sur l’île d’Andaman du Nord, dans le golfe du Bengale.

« Les globicéphales (aussi appelés baleines-pilotes) à nageoires courtes ont été retrouvés par des pêcheurs qui nous ont alertés, et après étude, on a constaté qu’il s’agit d’un échouage massif », a précisé un responsable de la faune à Port Blair, capitale des îles Andaman.M. Saxena a déclaré qu’aucun échouage de ce type n’avait été constaté auparavant dans les îles Andaman, mais qu’il s’agissait d’un phénomène naturel survenant quand les baleines étaient désorientées et incapables de retourner nager en eaux profondes.

Un échouage peut également se produire lorsqu’un troupeau suit une baleine malade ou blessée vers un bas-fond, estiment les experts.

Des équipes de secours ainsi que des volontaires locaux se sont rendus vers la plage près de la baie Elizabeth, sur l’île d’Andaman du Nord, où étaient coincées les baleines, mais ils n’ont pas pu les aider.

Une autopsie a été menée sur l’un des adultes qui pesait deux tonnes.

Les îles Andaman et Nicobar appartiennent à l’Inde, bien qu’elles se situent à plus de 1.000 kilomètres du continent et soient plus proches des côtes birmanes.

Scandaleux.

25 octobre 2012

La Société Générale refuse un crédit de 4,9 milliards d’euros à Jérôme Kerviel pour payer ses dommages et intérêts. 

Double peine pour Jérôme Kerviel. La cour d’appel a confirmé aujourd’hui sa peine de 5 ans de prison dont 3 fermes. L’ancien trader de la Société Générale devra également rembourser 4,9 milliards d’euros de dommages et intérêts pour abus de confiance. Mais le coup le plus dur est peut-être survenu un peu plus tard dans la journée. Après le verdict, Jérôme Kerviel s’est rendu dans la foulée dans une agence de la Société Générale pour demander un prêt afin de rembourser sa dette. Un prêt qui lui a été refusé. Reportage.

Une solvabilité douteuse

A l’agence Société Générale St-Lazare, on n’en revient toujours pas. Le directeur de l’agence raconte le choc vécu lorsqu’il a vu débarquer Jérôme Kerviel dans son bureau : « Au début, nous avons cru à une blague, à un canular. Puis après avoir compris qu’il s’agissait d’une vraie demande, nous avons examiné le dossier de la manière la plus objective possible. Et laissez-moi vous dire que le profil de M. Kerviel est tout sauf rassurant ». Et le banquier d’expliquer : «  Un CDD avec un salaire correct, mais qui s’arrête prochainement suite à sa peine de 3 ans de prison ferme, un oncle qui accepte de se porter garant, certes, mais un faible apport personnel de l’intéressé. Et c’est sans compter cette dette colossale de 4,9 milliards d’euros que nous doit M. Kerviel » .

Un crédit à 250% sur 300 000 ans

Difficile pour Jérôme Kerviel de ne pas se laisser abattre après le jugement de la Cour d’appel et ce refus de la Société Générale. Mais face aux journalistes, l’ancien trader essaie de garder la tête haute : « Je ne perds pas espoir. Je peux toujours essayer de démarcher d’autres banques pour obtenir ce prêt. Au pire il me restera, en dernier recours, les organismes de crédit à la consommation. Mais je dois vous avouer que l’idée de contracter un prêt à 250% sur 300 000 ans ne m’enchante que moyennement ».

Pro Lavence

Retour sur la Conférence de Pierre Mouroux:

22 octobre 2012

Y a-t-il un risque de tremblement de terre à Carnoux ?

Le titre de la conférence était un rien provocateur. Il a néanmoins rassemblé près de 80 personnes à la salle Tony Garnier ce 24 Septembre 2012, pour venir écouter et poser des questions à Pierre Mouroux,  expert en risque sismique. Autour de la salle, l’exposition d’une dizaine de panneaux centrés sur le séisme de Provence en 1909 et sur la prévention des risques sismiques complétait cette conférence.

près de 80 personnes à la salle Tony Garnier ce 24 Septembre 2012

Un séisme ou tremblement de terre est le résultat de la libération brutale d’énergie accumulée au niveau d’une faille active. L’énergie libérée et la durée du phénomène (de quelques secondes à plusieurs minutes) dépendent directement de l’importance de la surface de rupture (au Chili, en 1960, la faille s’est rompue sur 1500 km de longueur !). Il en résulte parfois dans le paysage des déplacements irréversibles de plusieurs mètres d’amplitude, bien visibles au droit d’une route ou d’une voie ferrée par exemple.

Les tremblements de terre sont dont localisés au niveau des failles actives, en particulier en bordure des plaques tectoniques, dans les zones de subduction. C’est ainsi que tout autour de l’océan Pacifique des zones à risque sismique sont aujourd’hui bien connus : au Chili, en Californie, au Japon, en Indonésie. Mais de nombreux séismes, souvent moins violents, correspondant à des failles situées à l’intérieur des plaques, comme par exemple dans les Alpes ou tout près de chez nous le long de la faille de Moyenne Durance ou celle de la Trévaresse. Rares sont donc les zones totalement à l’abri de tout risque sismique.

La magnitude mesure directement l’énergie libérée au point de rupture de la faille, selon une échelle logarithmique : les plus forts séismes observés atteignent des magnitudes supérieures à 9. Une magnitude de 6 (cas du séisme de Provence le 11 juin 1909) correspond ainsi un événement dont l’énergie est trente fois supérieure par rapport à un séisme de magnitude 5 (seuil en dessous duquel les dommages sont généralement faibles).

L’intensité, mesurée désormais selon une échelle européenne dite EMS 98 de 12 niveaux, évalue quant à elle l’ampleur des effets et des dommages observés : elle dépend donc non seulement de la magnitude du séisme, mais aussi de sa profondeur et de la distance à laquelle on se trouve. D’autres facteurs locaux peuvent aussi influer : ainsi à Mexico, les dommages ont été nettement amplifiés par la nature des sols.

Pour ce qui est de la Provence, les séismes récents sont plutôt de faible amplitude comme ceux qui ont eu lieu la semaine dernière à Volx (magnitude 3,5) ou à Manosque quelques mois plus tôt, mais aussi celui de Mimet-Gardanne en 1984 (magnitude 4,4). La mémoire retient néanmoins quelques évènements plus violents comme ceux de Manosque en 1509 et 1708 (livre à paraitre), le séisme ligure de 1887 ou celui de Lambesc en 1909. Ce dernier avait fait à l’époque 46 morts entre Salon et Aix en Provence, en touchant plus précisément les villages de Lambesc, Rognes et Saint-Cannat. Des études ont révélé que le même séisme aurait fait en 1982 entre 400 et 1000 morts et des milliards de francs de dégât. On peut imaginer aujourd’hui, 20 ans après, l’ampleur de la catastrophe avec l’augmentation de l’urbanisation dans la région.

Salon après le tremblement de terre du 11 juin 1909

Les tremblements de terre ne sont pas prévisibles à court terme, et on les oublie vite. Seule la prévention peut permettre de sauver des vies humaines et d’éviter la destruction de structures bâties : elle nécessite une bonne information de la population, une politique d’aménagement adaptée, une préparation adéquate des secours et surtout des règles de construction appropriées qui prennent en compte la nature du sol, une bonne conception des bâtiments (avec des formes simples et une structure rigide) mais aussi une exécution soignée…

C’est ainsi qu’en 2010 il y a eu plus de 200 000 morts à Haïti pour un séisme de magnitude 7,2  alors qu’il n’y en a eu que 600 au Chili, la même année, pour un séisme de magnitude 8,8 (suivi de surcroît d’un tsunami). Le 11 mars 2011 au Japon, l’essentiel des victimes (20 000 au total) sont liées au tsunami alors que le séisme lui même, dont la magnitude était pourtant de 9, a fait relativement peu de dégâts grâce à la qualité des constructions parasismiques et au bon comportement de la population.

En France, un nouveau zonage réglementaire a été adopté en octobre 2010, délimitant 5 zones, le niveau d’aléa le plus élevé se situant aux Antilles : Carnoux est désormais classé en zone 2 de faible sismicité, ce qui rend obligatoire l’adoption de mesures parasismiques pour certaines catégories de bâtiments tels que des établissements scolaires et les ouvrages stratégiques (casernes de pompiers et de gendarmerie)  mais pas pour de simples habitations.

En définitive, le risque de tremblement de terre est relativement élevé dans notre région, mais Carnoux est nettement moins exposé que le nord du département, l’arrière-pays niçois ou les zones alpines. Pour autant, tout risque de tremblement de terre n’est pas exclu et il importe de s’y préparer au mieux en veillant à la qualité des constructions mais surtout à l’information de chacun. Espérons que cette conférence a pu y contribuer…

Diaporama d’informations en cliquant ici.

LIENS UTILES POUR LA PREVENTION DU RISQUE SISMIQUE

RISQUE SISMIQUE ET PRÉVENTION

►Site du Programme National de Prévention du Risque Sismique (Plan Séisme) Site du MEDDE sur la prévention du risque sismique http://www.planseisme.fr

►Portail de la Prévention des Risques Majeurs http://www.prim.net

http://www.risquesmajeurs.fr/category/grandes-cat%C3%A9gories/le-risque-sismique  

Site du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement http://www.developpement-durable.gouv.fr

Prévention du risque sismique dans la construction http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Risques-sismiques-.html

Informations générales sur la prévention du risque sismique http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Politiques-de-prevention-par-type-.html

Sites des préfectures de département pour la mise en ligne des documents de référence pour l’infor­mation  préventive et l’information des acquéreurs et locataires http://www.nomdepartement.pref.gouv.fr

►Mémento du maire http://www.mementodumaire.net/01risques_naturels/index.htm

Site de l’Institut des Risques Majeurs (IRMA) www.irma-grenoble.com

Site de l’Institut de Physique de Globe de Paris (IPGP) http://www.ipgp.fr

►Site de l’Association Française du Génie Parasismique (AFPS) http://www.afps-seisme.org

Séismes en PACA http://www.seisme-1909-provence.fr/

Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM)

►Plate-forme risques en PACA http://plate-forme-risques-paca.brgm.fr/

LA SISMICITÉ EN FRANCE

►SisFrance, site sur les séismes historiques en France http://www.sisfrance.net/

Laboratoire de Détection et de Géophysique – LDG/CEA – Réseau d’alerte nationale du CEA http://www-dase.cea.fr/

►Réseau National de Surveillance Sismique – RéNaSS

Réseau de surveillance sismique placé sous la responsabilité des observatoires des Sciences de l’Univers et de laboratoires CNRS-Universités http://renass.u-strasbg.fr/

Réseau accélérométrique français – RAP

Données de séismes enregistrées par le RAP et notes d’information sur les séismes récents http://www-rap.obs.ujf-grenoble.fr/

Réseau de surveillance sismique des Alpes – Sismalp – Informations sur la sismicité des Alpes http://sismalp.obs.ujf-grenoble.fr/

Réseau de surveillance sismique des Pyrénées – OMP – Informations sur la sismicité des Pyrénées http://www.obs-mip.fr/

Observatoire de Clermont-Ferrand – OPGC – Informations sur la sismicité en Auvergne http://wwwobs.univ-bpclermont.fr

►Bureau Central Sismologique Français (BCSF) http://www.franceseisme.fr/

Base de données NeoPal – Base de données sur les déformations récentes et paléoséismes en France http://www.neopal.net/

 SÉISMES ET TSUNAMIS DANS LE MONDE

►Centre sismologique Euro-Méditerranéen – Cartes, données et informations scientifiques sur les séismes dans le bassin méditerranéen http://www.emsc-csem.org

►Service géologique américain – USGS – Cartes, données et informations scientifiques sur les séismes dans le monde http://earthquake.usgs.gov

United Nations – International Strategy for Disaster Reduction http://www.unisdr.org

UNESCO – International Tsunami Information Centre http://www.tsunamiwave.info

Earthquake Engineering Research Institute http://www.eeri.org

ASSOCIATIONS, SYNDICATS ET FÉDÉRATIONS DE LA CONSTRUCTION

Agence Nationale de l’Habitat http://www.anah.fr

Association Nationale pour l’Information sur le Logement http://www.anil.org

Conseil Architecture Urbanisme et Environnement http://fncaue.fr

Centre Scientifique et Technique du Bâtiment http://www.cstb.fr

Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment http://www.capeb.fr

Chambre de l’Ingénierie et du Conseil de France http://www.cicf.fr

Chambre syndicale des sociétés d’études techniques et d’ingénierie http://www.syntec.fr

Conseil National de l’Ordre des Architectes http://www.architectes.org

Fédération Française du Bâtiment http://www.ffbatiment.fr

Fédération des promoteurs constructeurs de France http://www.fnpc.fr

Organisme professionnel de qualification et de certification du bâtiment http://www.qualibat.com

Union Nationale des Constructeurs de Maisons Individuelles http://www.uncmi.org

Union Sociale pour l’Habitat http://www.union-habitat.org

Union Nationale des Syndicats Français d’Architectes http://syndicat-architectes.fr

►Agence Qualité Construction http://www.qualiteconstruction.com

http://www.qualiteconstruction.com/publications/panorama.html

CT & LV

TOUS les radars feux rouge de France.

21 octobre 2012

Carte officielle de TOUS les radars feux rouge de France.

Il suffit de cliquer sur la ville choisie et ça s’affiche. Ne pas franchir la ligne en pointillés avant les feux!…
Toutes les villes ayant installé des radars aux feux de signalisation sont répertoriées : plan visualisation et situation du radar par photo panoramique.

Rappel

Le non respect de l’arrêt imposé par le feu rouge entraine un retrait de 4 points de permis.

Le non respect de l’arrêt imposé par le feu rouge est sanctionné par une contravention de 4e classe. Le montant de l’amende forfaitaire est de 135 euros.

OGM et dérives médiatiques : une apothéose ! La suite……

20 octobre 2012

Pour celles et ceux d’entre vous  qui s’intéressent  l’affaire Séralini, nous vous signalons que l’auteur a mis en ligne hier sur son blog un additif  à son article du mois dernier.

Je vous rappelle l’adresse de ce blog : www.lespiedsdansleplat.me

Accès direct à l’article ici

Un nouveau défi pour Félix…!

18 octobre 2012

« Plus rien n’arrête Felix Baumgartner. Après avoir pulvérisé le mur du son et le record de chute libre, l’Autrichien s’attaque à un autre record, la traversée de l’Ile-de-France en solitaire et en RER« , écrit Basile Sangène – un pseudonyme – dans un article publié sur le site mardi.

Un défi à Felix Baumgartner de prendre le RER…!

Mais cet exploit, « conjointement organisé par la RATP et la SNCF qui espèrent pour l’occasion montrer le RER sous son meilleur jour« , provoque une polémique: « La course au record va-t-elle trop loin?« , s’interroge avec humour le journaliste. « On n’est pas à l’abri d’un colis suspect ou d’un incident voyageur. Ou de feuilles mortes. Tout est à prendre en compte« , s’inquiète un cadre de la RATP, interlocuteur imaginaire du journaliste.

Le RER B, quotidiennement emprunté par quelque 900.000 voyageurs, est régulièrement critiqué pour ses retards. Sa fréquentation a augmenté de 35% entre 2000 et 2010. Ce défi loufoque a plu à la toile: mercredi, l’article avait été relayé plus de 75.000 fois sur Facebook et près de 2.300 fois sur Twitter. Ce succès « nous a beaucoup surpris et ça nous a fait très plaisir« , a commenté l’auteur, sollicité par l’AFP.

« On aime beaucoup le RER B. On trouvait que s’il y avait un record à battre après (le franchissement du mur du son), ce serait celui-là« , a-t-il expliqué. Le site satirique, fondé sur le modèle du site américain The Onion, avec une rédaction de « quelques membres », a été créé en mai 2012 « pour faire rire les gens« , a-t-il expliqué. L’article m’a « fait beaucoup rire », confie sous couvert d’anonymat un cadre SNCF, qui explique que la SNCF a aussitôt alerté son personnel, précisant que l’article était écrit au « second degré ».

Sollicitée par l’AFP, la RATP ne fait « aucun commentaire ». « Si Baumgartner survit au RER B, il peut s’attaquer à la ligne 13« , une des plus saturées du réseau de transports parisien, a avancé Basile Sangène, qui promet: « Nous serons là pour couvrir l’info« .

Pas d’éthylotest, pas de PV….

15 octobre 2012

Pas d’éthylotest dans votre voiture, pas de PV jusqu’au 1er mars.

Les automobilistes peuvent souffler. « Compte tenu des difficultés d’approvisionnement recensées dans certains régions », le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a reporté au 1er mars 2013 la date à laquelle les conducteurs seront verbalisés pour défaut d’éthylotest dans leur véhicule. La date limite était initialement fixée au 1er novembre 2012.

Manuel Valls a décidé de reporter cette date pour « permettre à l’ensemble des conducteurs de s’équiper dans de bonnes conditions et à un juste prix », a indiqué, lundi 8 octobre, la Sécurité routière, confirmant une information du Parisien.fr. Déjà, fin juin, à peine plus d’un tiers des automobilistes déclaraient en posséder un. Depuis, l’éthylotest est devenu un véritable casse-tête pour les propriétaires de voitures, qui jonglent entre les deux types d’appareils proposés, les arnaques et les pénuries.

Dans tous les cas, l’amende prévue en cas d’infraction reste fixée à 11 euros. La présence d’un éthylotest est obligatoire depuis le 1er juillet dans tout véhicule terrestre à moteur circulant sur les routes françaises, à l’exception des cyclomoteurs (moins de 50 cm3 et 45 km/h maximum). Les conducteurs devront donc acquérir au moins un éthylotest chimique, dont le prix va de 1 à 3 euros, ou un électronique, à partir de 100 euros.

Le «plein emploi» est le pire ennemi des profits..!

11 octobre 2012

Vous avez perdu votre emploi ? Avant toute considération individuelle, vous devez impérativement savoir que le chômage est un outil économique précieux et qu’il est, de ce fait, voulu et même planifié.


Que le chômage de masse soit un fléau présenté comme un « vilain dragon contre lequel on fait tout » ou, au contraire, comme un choix politique, il n’en demeure pas moins que vous, qui en êtes l’innocente victime qu’on cherche à culpabiliser et qu’on stigmatise en toute occasion, ne devez en aucun cas ignorer le concept du NAIRU, sa face cachée par excellence.

Quel animal se cache derrière ce nom barbare ?
NAIRU = Non Accelerating Inflation Rate of Unemployment.
En français, «taux de chômage non accélérateur d’inflation».
Un taux qui repose sur deux piliers fondamentaux : la pression sur le marché de l’emploi par le chômage (qui favorise le gel sinon la baisse des salaires, ainsi que la précarisation et la dérèglementation du travail), et la soi-disant lutte contre l’inflation. Son taux généralement retenu étant fixé à… 8%.

Son principe actif en est la peur et le chômage n’en est qu’un moyen, sans doute le plus efficace dans une société de consommation de masse salariée à 90%.

Comme il serait rassurant de croire qu’il ne s’agirait là que du « délire » d’un économiste d’outre-atlantique (comme Milton Friedman) ! Hélas, cette définition est tirée du glossaire d’un très officiel rapport du Sénat dans lequel la définition du «chômage classique» donne le ton. Plus simplement, voici la classification de Joël BOURDIN dans son Rapport d’information 345 (2000-2001, délégation du Sénat pour la planification) intitulé « Le retour au plein emploi ? » :

Chômage classique : chômage correspondant à des personnes qui ne parviennent pas à trouver un emploi à cause d’une trop faible productivité horaire potentielle.

Chômage conjoncturel ou keynésien : chômage correspondant à des personnes qui ne parviennent pas à trouver un emploi à cause d’une activité économique insuffisante.

Chômage frictionnel : chômage correspondant à des personnes trouvant rapidement un emploi (en quelques mois).

Chômage non accélérateur d’inflation (taux de) : taux de chômage en deçà duquel les salaires s’accélèrent. Comme une accélération des salaires suscite une augmentation de l’inflation, il n’est pas possible d’avoir un taux de chômage durablement inférieur à ce taux (d’où son assimilation fréquente au chômage structurel). L’acronyme anglo-saxon NAIRU (Non Accelerating Inflation Rate) est souvent utilisé.

Chômage structurel : chômage ne pouvant être résorbé par la seule croissance du PIB. On l’assimile généralement au NAIRU.

Chômage volontaire : chômage correspondant à des personnes ne voulant pas travailler à cause d’un gain potentiel de revenu jugé trop faible. (!!!)

«Déjà en octobre 1996, un conseiller d’Alain Juppé, alors Premier ministre, déclarait : « Dans la conjoncture actuelle, il n’y a que la pression du chômage qui évite une embardée sociale. Une amélioration sur le terrain de l’emploi entraînerait fatalement une pression salariale que le pays ne peut se payer ».» (Extrait du chapitre «L comme Libéralisme» de « Chômage Senior : Abécédaire de l’indifférence » par Gérard PLUMIER)

Le chômage est voulu et planifié. Le NAIRU en est la clé…

En fait, le chômage n’est rien d’autre qu’une variable d’ajustement économique au service du politique. A l’heure où les discours vont dans le sens d’une culpabilisation toujours plus stigmatisante d’un chômeur supposé responsable de sa situation, profiteur ou fraudeur, cette analyse est un contrepoint capital sur lequel nous devons demander des comptes à nos dirigeants.

Egalement, retenez cet extrait ô combien explicite d’un rapport de l’OCDE (« Stimuler l’emploi et les revenus » – Perspectives de l’Emploi 2006) : «Les réformes structurelles qui commencent par générer des coûts avant de produire des avantages, peuvent se heurter à une opposition politique moindre si le poids du changement politique est supporté dans un premier temps par les chômeurs. En effet, ces derniers sont moins susceptibles que les employeurs ou les salariés en place de constituer une majorité politique capable de bloquer la réforme, dans la mesure où ils sont moins nombreux et souvent moins organisés.»
D’où, par exemple, la loi sur les «droits et devoirs des demandeurs d’emploi» (PPAE et ORE) impulsée par Nicolas Sarkozy, qui organise drastiquement et à la baisse les prétentions professionnelles et salariales des intéressés : de quoi, par ricochet, niveler l’ensemble du salariat vers le bas et contenir ainsi l’inflation, grande obsession des banquiers centraux.

Croyez-le : Bien qu’il soit une promesse électorale récurrente (que l’on mime de souhaiter alors qu’il n’en est rien), le «plein emploi» est le pire ennemi des profits. C’est pour cela qu’on n’est pas prêts d’en voir un jour la couleur, et que le chômage de masse a encore de beaux jours devant lui !

Le Sénat interdit le bisphénol A

11 octobre 2012

A partir du 1er juillet 2015, vous ne trouverez plus de bisphénol A dans les récipients, les boîtes hermétiques et les barquettes contenant de la nourriture et vendus dans le commerce. Le Sénat a adopté à l’unanimité et en première lecture, mardi 9 octobre, la proposition de loi socialiste interdisant ce perturbateur endocrinien dans les contenants alimentaires. Le bisphénol A est déjà interdit en France dans les biberons en plastique depuis juin 2010.

Le Sénat ajoute une interdiction…

Les sénateurs ont sensiblement modifié le texte voté il y a un an par les députés. Ils ont notamment ajouté l’interdiction de l’ensemble des substances cancérogènes et des perturbateurs endocriniens dans les dispositifs médicaux destinés aux nourrissons, aux jeunes enfants et aux femmes enceintes.

Il s’agit par exemple des tubulures, ces fins tuyaux qui relient poches de liquide et aiguilles de perfusions. Cette proposition était portée par l’ancienne ministre UMP Chantal Jouanno, qui s’est félicitée sur Twitter.

De son côté, Marisol Touraine, ministre de la Santé, a fait part de son « très grand scepticisme à donner un contenu autre que déclaratoire » à ces dispositions. Et de rappeler qu’il n’existe « pas de dispositifs de substitution » pouvant être stérilisés.

 … mais reporte son entrée en vigueur

Ces deux interdictions prendront effet à partir du 1er juillet 2015. Après un premier report d’un an prévu par la commission des Affaires sociales, les sénateurs ont adopté un amendement de Gilbert Barbier (RDSE, à majorité radicaux de gauche), repoussant encore l’entrée en vigueur de l’interdiction de six mois.

L’UMP et les centristes ont longuement défendu ce report au nom des intérêts de l’industrie, notamment agroalimentaire. Jusqu’au bout, Marisol Touraine ainsi que la rapporteure PS, Patricia Schillinger, s’y sont opposées, jugeant la date du 1er janvier 2015 « raisonnable ». Cet épisode montre la fragilité de la majorité de gauche au Sénat – seulement six sièges. Le groupe socialiste, très embarrassé, a demandé une suspension de séance avant de se rallier aux amendements proposés.

En revanche, les sénateurs ont maintenu l‘interdiction du bisphénol A dès 2013 pour les produits destinés aux enfants de moins de 3 ans. De nombreuses études ont montré les dangers de cette substance. En 2011, un rapport de l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation avait jugé nécessaire de la remplacer « sans tarder ». Le texte va maintenant repartir pour une deuxième lecture à l’Assemblée nationale.

Big Bang…!

10 octobre 2012

Un dépôt de 4.000 tonnes de munitions de l’armée russe a explosé mardi dans l’Oural, terrorisant la population à des dizaines de kilomètres alentours, et entraînant l’évacuation de milliers d’habitants, alors que le bilan humain restait incertain.

Ce type d’incident est courant en Russie….!

Les premières explosions sont survenues mardi matin dans le dépôt militaire de Dongouz, à 30 kilomètres de la ville d’Orenbourg et de ses quelque 600.000 habitants.

« Quatre mille tonnes de munitions ont explosé, dont 1.379 tonnes d’obus de 100 mm, 400 tonnes de bombes d’aviation, 2.300 tonnes de roquettes pour systèmes Ouragan », a indiqué le Comité d’enquête militaire.

Il s’agissait de munitions mises au rebut, qui avaient été déchargées de wagons pour être entreposées en vue de leur destruction.

Le ministère de la Défense a affirmé que l’accident n’avait pas fait de victimes parmi les militaires, qui avaient pu être évacués à temps.

« Les informations sur les victimes et les destructions sont en train d’être précisées », a cependant souligné le comité d’enquête militaire.

Les médias ont montré les images d’une gigantesque colonne de fumée tournées depuis Orenbourg, jusqu’où se faisaient entendre des successions de violentes explosions.

Les autorités avaient indiqué dans la matinée entreprendre l’évacuation de plusieurs localités dans un rayon de dix kilomètres, soit 10.000 personnes au total.

Les autorités ont dépêché sur place deux avions bombardiers d’eau pour éteindre l’incendie qui a suivi les explosions.

Ce type d’incident est courant en Russie, où les entrepôts militaires contiennent de vastes quantités d’armes et munitions entreposées dans des conditions souvent rudimentaires.

En mai, un accident du même type avait tué six soldats dans la région de Nijni-Novgorod.

Le Maire et les moustiques…

8 octobre 2012

Le 13 septembre dernier nous informions dans ce blog la population de Carnoux de la découverte de la présence du moustique tigre sur la commune, voir ici.

Guy Hélin (élu liste d’opposition) avait alors interpellé le Maire sur ce sujet.

Voici, ci dessous, le courrier qu’il a reçu de la part de l’adjointe au Maire de Carnoux en réponse à son interpellation…. Apparemment, il en sera question dans le prochain numéro du Messager….?

le courrier de l’adjointe au Maire de Carnoux

Réaction immédiate d’un carnussien que nous reproduisons ici : « Ce maire !! toujours un train de retard. En parler alors que l’hiver approche…! Enfin, au moins il est au courant pour l année prochaine…. »

Affaire à suivre…..

LE JOUR DE LA NUIT

7 octobre 2012

LE QUATRIÈME JOUR DE LA NUIT aura lieu le 13 octobre 2012 !

Le samedi 13 octobre prochain aura lieu la quatrième édition du Jour de la Nuit.
Depuis 4 ans ce sont plus de 500 manifestations qui ont été organisées chaque année, partout en France, pour fêter la nuit noire et sensibiliser au phénomène de pollution lumineuse.
Cette année, les organisateurs appellent de nouveau les collectivités locales, les associations et les gestionnaires d’espaces naturels à monter encore davantage d’animations grand public et d’extinctions de l’éclairage public pour faire de cet évènement un moment fort !

© Agir Pour l’Environnement

- Pour faire prendre conscience de la pollution lumineuse et de ses conséquences sur l’environnement
Le Jour de la Nuit a pour objectif de sensibiliser aux conséquences de la pollution lumineuse et de renouer un lien avec la nuit. Depuis quelques années, la nuit est en effet confrontée à la montée d’une pollution lumineuse issue d’une généralisation de l’éclairage artificiel, qui engendre un gaspillage d’énergie important, trouble les écosystèmes et fait disparaître le ciel étoilé.
Le Jour de la Nuit permet de faire découvrir la biodiversité nocturne et de retrouver le plaisir d’observer les étoiles pour attirer l’attention sur ces enjeux. En participant à cette grande action festive et participative, les différents acteurs, collectivités locales, associations, gestionnaires d’espaces naturels et citoyens, s’impliquent dans une grande marche vers la préservation de la nuit, de la biodiversité, du climat et de l’environnement.

- Redécouvrons la magie de la nuit noire
Inscrit dans le cadre de l’Année internationale de l’Energie durable pour tous et l’Année internationale de la chauve-souris, le quatrième Jour de la Nuit met cette année la maîtrise de l’énergie et la biodiversité nocturne à l’honneur. A l’occasion du Jour de la Nuit, de nombreuses animations et activités seront proposées au grand public partout en France : sorties nature, écoute des animaux, observations des étoiles, expositions, balades nocturnes, conférences… En parallèle, de nombreuses villes éteindront tout ou partie de leur éclairage public.

- Inscrivez votre manifestation
Jusqu’au 12 octobre ! Les organisateurs d’animations grand public et les communes qui souhaitent mettre en place des extinctions de leur éclairage public peuvent inscrire leur manifestation sur le site internet www.jourdelanuit.fr. Ils y trouveront de nombreux outils pour les aider à organiser leur manifestation (kit pratique, outils de communication, documents pédagogiques etc.). Les activités inscrites figureront sur une carte de France interactive sur laquelle le grand public trouvera le programme complet.

© Agir Pour l’Environnement

Gaudinocratie

6 octobre 2012

Jean-Claude Gaudin a donc fait part hier, au Figaro, de son intention de rempiler. Peut-être pas comme Maire, car si une loi limite (enfin) le cumul des mandats, il choisira plutôt le douillet et rémunérateur fauteuil du Sénat, tout en restant simple conseiller municipal, poste qu’il occupe depuis 1965 !

Oui, les conseillers municipaux à vie n’existent (plus) dans aucune dictature, mais c’est envisageable à Marseille. A la fin de son mandat de Maire, en 2014, Jean-Claude Gaudin sera donc conseiller municipal depuis … 49 ans ! Et il souhaite l’être 55 ans…

Dans aucun pays démocratique une telle situation n’existe. Ailleurs,  les mandats sont limités dans le temps, les cumuls sont encadrés. Même en France, une telle situation est unique.

Même les chercheurs les plus éminents, Prix Nobel, sont à la retraite à 65 ou 68 ans, soit au maximum 40 ou 45 ans après leur recrutement à l’université, au CNRS ou à l’INSERM. En politique, même si on est mauvais, on peut faire facilement 10 ans de plus. Et, inutile de vous dire que les salaires et la retraite d’un ponte politique n’ont rien à voir avec celle d’un chercheur.

Les sociétés ont les valeurs qu’elles méritent. Il y en a qui ont fait des révolutions pour moins que ça.

Risque de pénurie mondiale….

1 octobre 2012

…de couches !

© ap.

Une explosion sur le site d’une importante usine de production de polymères à Himeji, dans l’ouest du Japon, fait craindre une pénurie mondiale de couches, a rapporté dimanche le quotiden nippon Sankei Shimbun.

Un réservoir de l’usine du groupe Nippon Shokubai, qui se trouve dans la préfecture de Hyogo, a explosé samedi, tuant un pompier et en blessant 35 autres.

L’entreprise a une part de marché mondiale de 20% dans les polymères hyperabsorbants entrant dans la composition des couches, et sa production pourrait être durement obérée par l’accident, selon le journal.

L’usine de Himeji produit 320.000 tonnes de polymères par an. Nippon Shokubai préparait une augmentation de sa production pour faire face à la hausse de la demande chinoise, ajoute le Sankei Shimbun.

Situation grave au Japon :

Au Japon, dont la population jouit d’une longévité record, les ventes de couches pour adultes viennent pour la première fois de dépasser celles pour bébés, a annoncé vendredi Unicharm, le plus gros fabricant nippon.

Quelque 23% des Japonais sont âgés de 65 ans ou plus, une proportion unique dans le monde, et si le taux de naissances continue de baisser, ils seront plus de 40% en 2060, indique une étude officielle publiée en janvier.

Un porte-parole d’Unicharm a révélé qu’au cours de l’année budgétaire qui s’est terminée en mars, les ventes de couches pour adultes ont « légèrement surpassé » celles pour bébés, pour la première fois depuis que le fabricant s’est lancé sur le créneau des seniors en 1987.

Le vieillissement de la population est un casse-tête pour le gouvernement qui doit assurer le financement des retraites et des dépenses de santé avec une population active qui décline d’année en année du fait de la baisse de la natalité.

Le Japon comptait 127,799 millions d’habitants au 1er octobre 2011, soit un recul de 259.000 personnes, ou de 0,2%, par rapport au 1er octobre 2010, selon le ministère des Affaires intérieures.

La durée de vie moyenne des femmes devrait passer de 86,39 ans en 2010 à 90,93 ans en 2060, et celle des hommes de 79,64 ans à 84,19 ans.

D’après une étude officielle, si les tendances actuelles se poursuivent, la population nippone va chuter de 32,3% entre 2010 et 2060, et s’établir à 86,74 millions d’habitants.