Posts Tagged ‘changement climatique’

Le mirage de la mer à boire…

14 mai 2018

Dessaler l’eau de mer pour satisfaire nos besoins en eau douce : la solution technique paraît séduisante pour faire face à la raréfaction des ressources en eau douce, menacées par les épisodes de sécheresse et contaminées par les pollutions. Sachant que les océans recouvrent 70 % de la surface du globe terrestre, l’eau de mer apparaît pour beaucoup comme une ressource inépuisable. La transformer en eau potable après élimination de ses sels minéraux pourrait donc constituer, aux yeux de nombreux responsables politiques, une solution d’avenir à généraliser.

Usine de dessalement de l’eau de mer de Fujairah aux Émirats arabes unis (source © Suez)

En apparence, la solution technique n’est pas compliquée et les marins grecs la mettaient déjà en œuvre dans l’Antiquité en appliquant une recette concoctée par Aristote et qui consiste simplement à chauffer l’eau et à récupérer par condensation la vapeur ainsi émise. C’est le principe de la distillation, utilisé dans la marine de manière industrielle dès le XIXème siècle.

Depuis, il a fait naturellement l’objet de multiples améliorations techniques, avec notamment le développement de la vaporisation multi-flash qui consiste à faire passer l’eau, initialement chauffée sous pression, dans des enceintes à pression de plus en plus réduite qui entraînent sa vaporisation quasi instantanée. C’est ce type de procédé qui est notamment employé à grande échelle dans les pays du Golfe où l’énergie à base d’hydrocarbures ne coûte pas très cher.

Vue de la plus grande usine de dessalement de l’eau de mer fonctionnant en Europe, près de Barcelone

Car – est-il besoin de le préciser ? – l’opération est particulièrement gourmande en énergie. Certes, dans nombre de pays, comme le Qatar, qui recourt massivement au dessalement de l’eau de mer pour son approvisionnement en eau potable, l’eau est distribuée gratuitement et son prix de revient n’est donc pas considéré comme un problème. Ce qui explique d’ailleurs qu’un Qatari consomme en moyenne 1200 litres d’eau par jour, là où un Allemand n’en utilise que 95 litres !

L’usine de dessalement de l’eau de mer construite en 2010 à Hadera, au nord de Tel-Aviv en Israël

Heureusement, la technique a fait de nombreux progrès en la matière et on a de plus en plus recours à d’autres procédés nettement moins énergivores comme celui de l’osmose inverse. Là encore, le principe est simple puisqu’il consiste en une ultrafiltration sous pression à travers une membrane poreuse semi-perméable qui retient les sels. C’est cette technique qui est notamment utilisée couramment en Israël où près de 70 % de l’eau consommée par les particuliers provient du dessalement de l’eau de mer.

Pour autant, même avec ce type de procédé, dessaler l’eau de mer consomme encore cinq fois plus d’énergie que les usines de traitement d’eau douce classiques. Certes, on développe désormais de plus en plus d’installations de dessalement alimentées par des énergies renouvelables, comme c’est le cas par exemple sur l’île d’El Hierro aux Canaries, où trois usines fonctionnent grâce à l’énergie éolienne ou hydraulique et on commence à exploiter, pour l’instant à titre expérimental, des systèmes de distillation à four solaire.

Principe de fonctionnement de l’alimentation électrique d’une station de dessalement d’eau de mer sur l’île El Hierro, aux Canaries (source © Futura Sciences)

Mais tout cela ne résout pas le problème majeur qui est celui des rejets : la saumure concentrée et les produits destinés à limiter l’entartrage des installations, sont purement et simplement rejetés en mer où ils s’avèrent particulièrement néfastes pour le milieu naturel, surtout dans une mer fermée comme l’est la Méditerranée. Poussé à l’extrême, le principe consiste à augmenter sans cesse la salinité de l’eau laissée en mer, alors que cette salinité, qui est en moyenne de 35 g/l dans les océans atteint déjà 39 à 40 g/l en Méditerranée, 42 g/l dans le Golfe Persique et dépasse 50 g/l dans la Mer Rouge.

Sans aller jusqu’à prétendre, bien évidemment, que c’est à cause des usines de dessalement que l’eau de mer est salée, il n’en reste pas moins que les impacts environnementaux des rejets de ces installations apparaissent comme des plus préoccupants, en particulier sur les fonds marins où la saumure se dépose et perturbe non seulement la vie benthique mais aussi les courants marins.

Là aussi, les ingénieurs ne manquent pas d’imagination pour rechercher des solutions techniques. C’est ainsi qu’un cabinet canadien a imaginé, dans le cadre d’un appel à projet pour la production d’eau potable à Santa Monica, en Californie, une construction en forme de gros cigare posé à quelques encablures de la côte et qui devrait permettre de produire, grâce à l’énergie solaire, 4,5 millions de m3 d’eau potable par an tout en rejetant les saumures dans un bassin central à usage thermal : de quoi faire d’une pierre deux coups…

Maquette du projet The Pipe destiné à dessaler l’eau de mer près de Santa Monica en Californie (source © Khalili Engineers – Land Art Generator Initiative Design)

Mais l’on se rend compte aussi que l’alimentation en eau potable à partir d’eau de mer dessalée peut être à l’origine de carences graves en magnésium et en iode, comme c’est déjà le cas en Israël. Il faut donc rajouter ces éléments dans l’eau douce après s’être évertué à les enlever de l’eau de mer, ce qui du coup rend le procédé encore moins économique.

Globalement, le dessalement de l’eau de mer reste en tout cas un procédé coûteux qui n’est envisagé que faute d’alternative plus simple permettant d’exploiter les eaux de surface ou les nappes souterraines. Pourtant, on constate que certains pays n’hésitent pas à utiliser de l’eau dessalée y compris pour l’irrigation agricole. C’est le cas désormais en Espagne où, dès 2006, 40 % de l’eau produite par dessalement était en fait destinée à la production de tomates sous serres, en particulier dans la région d’Alméria.

Serres de cultures intensives près d’Alméria, alimentée à l’eau de mer dessalée (source © Ecotoxicologie)

Une telle situation paraît aberrante mais répond à une logique purement économique : cette production d’eau douce est indispensable pour répondre à l’afflux saisonnier de touristes dans une région où l’aridité du climat rend les ressources en eau douce trop rares, et le meilleur moyen de rentabiliser de tels investissements est de les faire fonctionner toute l’année en approvisionnant les agriculteurs pour la production maraîchère de contre-saison qui permet d’inonder tout le marché européen à bas coût.

Pas sûr que cette démarche soit la plus rationnelle en termes d’exploitation raisonnée et durable des ressources naturelles, mais dans le domaine de l’alimentation en eau, comme dans beaucoup d’autres, ce sont bien souvent d’autres critères qui dictent les investisseurs économiques…

L.V. 

Publicités

Sous les ponts d’Ispahan coule…plus rien !

11 avril 2018

Vue de la ville d’Ispahan et de la rivière Zayandeh

La ville d’Ispahan, troisième d’Iran par sa population, avec plus de 2 millions d’habitants, fait partie de ces grandes métropoles urbaines qui se sont développées autour d’un cours d’eau, en l’occurrence le Zayandeh Rud, « le fleuve qui donne la vie » en persan. Prenant sa source dans les Monts Zagros, ce cours d’eau, l’un des rares permanents du pays, parcourt plus de 400 km avant de se jeter dans le lac Gavkhuni, un grand lac salé saisonnier perdu dans le désert.

Le madi Farshadi, canal d’irrigation destiné à répartir l’eau du Zayandeh

Située à plus de 1500 m d’altitude sur le plateau iranien aride, la ville est une oasis où la vie n’est possible que grâce au fleuve et aux multiples canaux d’irrigation, les madis, aménagés dès le 17e siècle qui distribuent l’eau à travers toute la ville et ses environs, y compris dans chaque maison organisée traditionnellement autour d’un patio intérieur cultivé et arboré. Avec une pluviométrie moyenne de 130 mm par an alors que l’évapotranspiration potentielle y atteint 1500 mm, aucune culture n’est en effet possible dans un tel contexte climatique sans irrigation.

C’est donc la rivière Zayandeh qui a permis à cette ville de se développer, au moins depuis le 4e siècle de notre ère puisque elle était un des centres urbains de l’empire sassanide avant la conquête musulmane, et de prospérer. C’est Malik Chah, un sultan seldjoukide qui en fait sa capitale après son accession au pouvoir en 1072.

La place meydān-e Naghsh-e Jahān au coeur de la ville d’Ispahan

Mise à sac par les troupes de Tamerlan en 1387, la ville redevient capitale à partir de 1597, à l’instigation de Chah Abbas, fondateur de la dynastie des Safavides, lequel transforme en profondeur la cité, aménageant notamment une grande place de 510 m de longueur, meydān-e Naghsh-e Jahān, une des plus grandes du monde, d’ailleurs classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO depuis 1979.

C’est de cette époque que date également la construction des grands ponts d’Ispahan, qui sont aujourd’hui au nombre de 11, permettant de franchir la rivière Zayandeh. Le plus ancien d’entre eux est probablement le pont Sharestan, dont les piles datent précisément de cette période sassanide entre le 3e et le 7e siècle après J.-C., mais dont les arches actuelles ont été reconstruites sous la dynastie des Seldjoukides aux alentours du 11e siècle.

Au pied du Si-o-Se Pol, l’un des plus célèbres ponts d’Ispahan, en 2002 (photo © Behrouz Mehri / AFP)

Le Si-o-Seh Pol, ou pont aux trente-trois arches, porte aussi le nom de son commanditaire Allahverdi Khan, un ministre de Chah Abbas, d’origine géorgienne, qui le fit construire vers 1608. Cet ouvrage sert non seulement pour le franchissement du cours d’eau mais a aussi une fonction de seuil, permettant de rehausser le niveau de l’eau à l’amont, pour permettre d’alimenter des prises d’eau qui irriguent les jardins de part et d’autre.

Le pont Khadju à Ispahan (photo © Kelly Cheng Travel Photography /Getty Images)

Comme le précédent, le pont Khadju, édifié cinquante ans plus tard sur les fondations d’un ouvrage préexistant, remplit également ce double office de pont et de barrage et sa structure est comparable, avec deux niveaux superposés, le second étant destiné à la promenade avec une allée centrale pour le passage des chevaux et des charrettes, et des allées latérales voûtées pour les piétons, mais aussi des cafés et des loggias permettant d’admirer le paysage. Pourvu de 23 arches, il présente une longueur totale de 133 m, pour une largeur de 12 m, ce qui en fait un ouvrage d’art remarquable pour cette période.

Ces ponts d’Ispahan, très prisés comme lieux de promenade, constituent un attrait touristique majeur. Sauf que la belle carte postale de l’eau coulant majestueusement entre les arches, formant au passage de joyeuses cascades, relève désormais du passé. Périodiquement asséchée au plus fort de l’été, la rivière Zayandeh a en effet purement et simplement disparu du paysage, ne laissant aux yeux du visiteur ébahi qu’un paysage aride de sable et de gravier ! A se demander même pourquoi l’empire perse a dépensé une telle énergie pour édifier de pareils ouvrages d’art alors que le lit de la rivière se traverse désormais à pied sec quasiment toute l’année…

Le pont Khadju dans son état actuel (source © Le site de Madeleine et Pascal)

La disparition du cours d’eau qui alimente depuis toujours la ville d’Ispahan date du début des années 2000. A l’époque, chacun accusait la sécheresse qui bien sûr n’est pas totalement étrangère au phénomène. Mais la vérité est que l’essentiel de l’eau du Zayandeh Rud est, depuis cette date, détournée en amont vers la région de Yadz qui se trouve être la ville natale de l’ancien président Mohammad Khatami.

Musée antique de l’eau à Yadz

Une ville oasis également, sans doute une des plus anciennes cités du monde puisque fondée aux alentours du troisième millénaire avant J.-C., située dans l’ancien empire des Mèdes, un des foyers de la religion zoroastrienne, puis une étape caravanière sur la Route de la Soie. Le canal qui détourne l’eau du Zarendeh vers cette zone désertique alimente d’ailleurs aussi la ville de Kerman, région natale d’un autre président, Hachemi Rafsandjani, lequel possède des champs de pistache qui en font un des premiers exportateurs du pays et pour lesquels les besoins d’irrigation sont prioritaires.

Cette disparition du fleuve détourné au profit d’autres régions alimente la colère des habitants d’Ispahan et surtout des agriculteurs de la région qui se désespèrent de voir leurs récoltes se dessécher sur pied. Plusieurs émeutes ont ainsi éclaté, les dernières datant de février 2013 selon Le Monde : les habitants du village de Varzaneh ont alors détruit les installations d’eau dans leur village, amenant les prêcheurs publics de la ville à les traiter d’« opportunistes égarés » et à les accuser de « collaboration avec l’ennemi ». La police n’a pas hésité à tirer, blessant trois manifestants avec des balles en caoutchouc, mais les habitants ont du moins obtenu, suite à ces incidents, la reconnaissance, par le procureur du tribunal révolutionnaire d’Ispahan, de la mauvaise gestion de certains anciens responsables du ministère de l’énergie dans la répartition de l’eau.

Manifestation d’agriculteurs devant le pont Khadju au centre d’Ispahan, le 7 avril 2018 (source : France Mojahedin)

De nouvelles émeutes se sont encore produites tout récemment, depuis le 16 février 2018, selon un communiqué du Conseil national de la résistance iranienne, les habitants de plusieurs quartiers périphériques d’Ispahan défilant en scandant « Rohani le menteur, où est notre rivière ? ». Le 18 mars dernier, un camion transportant des munitions a d’ailleurs pris feu alors qu’il venait ravitailler les forces spéciales anti-émeutes de la police à Varzaneh, de nouveau engagées contre les manifestations d’agriculteurs en colère.

Encore un exemple qui prouve à quel point les batailles de l’eau deviennent un enjeu majeur, surtout dans des régions en forte croissance démographique et confrontées à un climat aride pour lequel les effets du réchauffement climatique global ne vont certainement pas arranger les choses…

L.V.  

Le Bulgare et la cigogne

30 mars 2018

Décimées dans les années 1970, date à laquelle les populations de cigognes blanches avaient quasiment disparu du sol français, sous l’effet cumulé des pratiques agricoles, de la pollution, de la chasse mais aussi des épisodes de sécheresse en Afrique, ces populations d’échassiers migrateurs, désormais protégés en France depuis 1981, se sont peu à peu reconstituées.

Nids de cigognes sur les toits alsaciens

Alors qu’il ne subsistait que 11 couples nicheurs recensés sur le sol national en 1974, principalement en Alsace, les efforts menés depuis pour réintroduire l’espèce mais surtout protéger son habitat en restaurant certaines zones humides ont porté leurs fruits puisque l’on comptait en France plus de 1600 couples en 2010.

Pour autant, certaines régions d’Europe orientale restent nettement plus attractives pour ces oiseaux migrateurs que l’on voit arriver au printemps et repartir à l’automne pour leur migration africaine. Ainsi, on estime que plus de 50 000 cigognes, soit 20 % de la population mondiale connue, passent l’été en Pologne. Sciences et Avenir cite ainsi en exemple le petit hameau de Zywkowo situé à l’extrême nord du territoire polonais, tout près de l’enclave russe de Kaliningrad : dans les années 1960, on y dénombrait 120 habitants et 20 cigognes, mais désormais les chiffres se sont inversés et les rares habitants restés sur place consacrent tout leur temps à entretenir les mares et installer des plateformes sur leur toit pour faciliter l’accueil de ces migrateurs africains.

Nid de cigognes à Zywkowo en Pologne (source © Sciences et Avenir)

Et la Pologne n’est pas le seul pays d’Europe de l’Est à se montrer aussi accueillant envers ces populations émigrées, malgré les dérives nationalistes de ses responsables politiques. C’est une dépêche de l’AFP, relayées par plusieurs médias dont le Point, qui s’en est fait récemment l’écho : en Bulgarie, les premières cigognes arrivées en mars en pleine vague de froid polaire, se sont retrouvées littéralement congelées et ont dû être secourues par les habitants du cru.

Safet Halil, un employé de voirie quinquagénaire de Zarista, au nord-est de la Bulgarie, s’est ainsi distingué en recueillant au bord de la route cinq cigognes blanches aux ailes gelées. Il les a transportées dans sa demeure, par ailleurs fort modeste, a allumé le poêle pour les réchauffer et leur a acheté du poisson. Deux jours plus tard, les cigognes étaient toujours installées dans leur foyer d’hébergement provisoire, profitant de l’hospitalité du Bulgare au grand cœur avec qui elles avaient manifestement sympathisé, poussant même la familiarité jusqu’à lui donner quelques coups de bec amicaux.

Safet Halil et les cigognes qu’il héberge à domicile (photo © Dimitar Dilkoff / AFP)

Et le cas n’est pas isolé puisqu’une quarantaine d’habitants de la région l’auraient imité, récupérant de nombreuses cigognes en détresse du fait de la vague de froid et des chutes de neige qui ont sévi toute la semaine dernière dans ce secteur. Mises à l’abri dans des garages et des hangars agricoles, nombre de cigognes ont ainsi pu être sauvées. Une situation peu courante et qui a suscité de nombreux échanges sur les réseaux sociaux dans un pays où la population de cigognes est en hausse puisque le dernier recensement effectué en 2016 fait état de plus de 6000 de ces volatiles soit 1000 de plus qu’en 2010 : un afflux migratoire sans précédent mais dont les Bulgares se réjouissent.

Puissent tous les populations de migrants en provenance de régions africaines bénéficier d’un accueil aussi chaleureux dans nos contrées…

L.V. 

Saint-Petersbourg se protège contre les inondations

5 mars 2018

Saint-Petersbourg, la Venise du Nord…

Deuxième plus grande ville de Russie après Moscou, et ancienne capitale de l’empire russe entre 1712 et 1917, Saint-Petersbourg fait partie de ces grandes villes perpétuellement soumises au risque d’inondation. Édifiée à l’initiative de Pierre-le-Grand, en 1703, dans le delta marécageux de la Néva, au fond du golfe de Finlande, et souvent surnommée « la Venise de la Baltique », la ville se caractérise, comme la capitale vénitienne, par ses multiples canaux qui relient pas moins de 42 îles.

Située à une altitude moyenne de 2 à 4 m eulement au dessus du niveau de la mer, dans un secteur où la nappe phréatique affleure une bonne partie de l’année, la ville est particulièrement sujette au risque d’inondation. En 2003, on en dénombrait officiellement 295 depuis sa création, trois siècles plus tôt, dont pas moins de 44 depuis 1980, en moins de 25 ans !

Inondation à St Petersbourg le 13 décembre 1903 (source © Le Petit Journal)

Celle de 1777 est restée célèbre car immortalisée par un tableau du peintre Constantin Flavitski, intitulé « La princesse Tarakanova, emprisonnée dans la forteresse Pierre-et-Paul au moment de l’inondation », représentant la fille d’Elisabeth 1e de Russie acculée par la montée des eaux dans sa cellule. Mais d’autres crues et en particulier celle de 1824 qui fit entre 200 et 500 victimes, ont été bien plus spectaculaires encore.

C’est d’ailleurs après cette inondation de 1824 que l’ingénieur Piotr Basen commença à étudier l’esquisse d’un barrage destiné à protéger la ville contre les inondations. La particularité de ce site est en effet que les inondations sont provoquées par les difficultés d’écoulement de la Néva lorsque le vent d’ouest, soufflant depuis la Mer Baltique, empêche les eaux du fleuve de s’écouler et les refoule vers l’amont, provoquant des débordements sur la ville.

L’île de Kotline au centre de la baie de la Néva

Les premiers travaux du barrage destiné à protéger Saint-Petersbourg contre les inondations ont commencé en 1979 et ont consisté à relier à la terre ferme l’île de Kotline qui se situe au centre de la baie de la Néva, contrôlant l’entrée du port de Saint-Petersbourg et abritant la ville fortifiée de Kronstadt. En décembre 1984, l’île était ainsi reliée à la rive nord du golfe de Finlande par une digue continue. Mais très rapidement les Russes se sont rendus compte que cette quasi fermeture de la baie transformée ainsi en un vaste marécage, causait d’irrémédiables dégâts à l’environnement, empêchant la bonne évacuation vers le large des eaux usées issues de la ville.

Face à ce désastre écologique annoncé, il a fallu solliciter l’expertise des ingénieurs néerlandais et d’un bureau d’études britannique (Halcrow Group), ainsi que l’appui financier de la Banque européenne d’investissement pour rectifier le tir. Les travaux ont repris en 1990 et se sont achevés en 2011. L’ouvrage ainsi opérationnel est désormais constitué d’une digue de 25,4 km de longueur dont 23 km en remblais, d’une hauteur de 8 m et surmontée par une autoroute à 6 voies qui facilite la desserte de l’île et permet de relier les deux rives du golfe de Finlande.

Vue du chantier en 2002 (source © wandering camera)

La digue est munie de deux passes navigables permettant le passage des navires, ainsi que de 6 ouvrages hydrauliques larges de 300 m chacun et permettant le libre passage de l’eau. En cas d’alerte, lorsque les eaux du golfe se gonflent sous l’effet du vent d’ouest, les portes et les vannes sont refermées et le barrage se transforme en barrière hermétique, protégeant la ville contre le reflux des eaux.

Comme à la Nouvelle Orléans, ce type d’infrastructure hydraulique gigantesque est controversée et son efficacité à long terme reste à démontrer face aux effets induits du changement climatique. Les Russes ont longtemps plaisanté avec le sujet, prétendant que l’effet du réchauffement climatique ne pouvait être que bénéfique sous leurs latitudes, permettant enfin d’envisager un jour la culture de bananes dans la toundra.

Effets des gigantesques incendies de l’été 2010 à Moscou (photo © Natalia Kolesnikova / AFP / Getty Images)

Mais en 2010, la sécheresse estivale fut à l’origine de gigantesques incendies dont les fumées causèrent plus de 10 000 victimes dans les environs de Moscou, ce qui fit prendre conscience à certains de la gravité du phénomène, d’autant qu’en 2012 un autre événement, lié à une élévation du niveau de la Mer Noire, se traduisit par de gigantesques inondations dans la ville de Krymsk, avec cette fois plus de 200 morts à la clé. Et ce n’est pas fini puisque les scientifiques russes se retrouvent désormais confrontés à d’autres risques liés en particulier à la fonte du pergelisol, avec ses phénomènes induits non seulement en matière de stabilité des infrastructures, mais aussi en matière de risque sanitaire, avec la perte observée en 2016 de plus de 2500 rennes exterminés par une épidémie d’anthrax sibérien dans la péninsule de Yamal.

Chercheurs russes intervenant sur l’épidémie d’anthrax en 2016, péninsule de Yamal (source © Russian MOE)

Du coup, certains commencent à s’inquiéter quant à la vulnérabilité de la ville de Saint-Petersbourg face à ce risque insidieux. Même si les quartiers les plus anciens (et les plus touristiques) de la ville sont désormais relativement bien protégés contre les coups de mer par ce fameux barrage achevé en 2011, on continue d’observer une montée lente mais inexorable du niveau de la mer, de l’ordre de 1 à 2 mm par an, qui s’accompagne d’une érosion des zones côtières (de l’ordre de 50 cm par an en moyenne) et d’une réhausse progressive du niveau des nappes souterraines, menaçant insidieusement toutes les infrastructures vieillissantes de la ville historique.

Les chercheurs du Karpinsky Russian Geological Research Institute s’intéressent de près à ce phénomène d’érosion côtière qui grignote peu à peu les constructions situées en bordure du golfe et préconisent des méthodes de lutte plus adaptées, basées davantage sur l’apport de sable que sur des barrières rigides en béton dont les effets induits sont souvent néfastes. Comme sur la côte aquitaine, c’est toute une stratégie qui est en train de se mettre en place pour sauver la ville contre la lente mais inexorable montée des eaux liée au changement climatique qui ne fait plus rire personne, même à Saint-Petersbourg…

L.V.  

Biomasse bois : 3 projets retenus en PACA

3 mars 2018

Le bois, source renouvelable d’énergie (photo © Frédéric Douard)

C’est un communiqué du Ministère de la transition écologique et solidaire qui l’a annoncé, le 28 février 2018 : la deuxième tranche de l’appel à projets lancé en vue de soutenir, via un complément de rémunération, des projets de développement d’unités de production de biomasse, a retenu 11 projets dont trois qui se situent en région PACA : un beau succès pour le développement de la production énergétique à partir de la biomasse forestière dans notre région !

La première tranche de cet appel à projets lancé en février 2016 visait explicitement à encourager à la fois les projets de méthanisation, autrement dit la production de biogaz à partir de déchets ou de matière végétale brute, mais aussi la production directe d’électricité à partir de la combustion du bois. Ce développement de la biomasse en France est une nécessité comme l’affirme Nicolas Hulot : « La France a voté en décembre dernier une loi mettant fin à la recherche et à l’exploitation des hydrocarbures sur tout notre territoire. En parallèle, notre pays doit monter en puissance sur le développement des énergies renouvelables pour répondre aux objectifs fixés dans le Plan climat. Les projets annoncés aujourd’hui répondent à cette ambition de soutenir des filières créatrices d’emplois ».

Stock de copeaux de bois destinés à la filière bois énergie (photo © Richard Mayer / La Gazette)

A l’échelle mondiale, on estime que l’électricité produite à partir de la biomasse représente de l’ordre de 58 GW mais que cette puissance pourrait atteindre 86 GW d’ici 2021, ce qui représente un potentiel de croissance remarquable. En France, c’est moins de 1 % de l’électricité produite qui provient de la biomasse, même si cette fillière représentait déjà en 2014 de l’ordre de 7,5 % de la production d’électricité d’origine renouvelable (loin derrière l’hydroélectricité et l’éolien, mais devant le solaire néanmoins).

Le principe de la filière bois-énergie est des plus simples puisqu’il se limite à faire brûler le bois pour chauffer de l’eau et produire de la vapeur qui actionnera une turbine comme dans n’importe quelle centrale électrique. Il faut environ 4 tonnes de bois pour produire autant d’électricité qu’avec une tonne de pétrole, mais le CO2 qui est relâché dans l’atmosphère à cette occasion correspond à la seule quantité qui a été séquestrée durant la croissance des arbres, d’où un bilan neutre en termes d’émission de gaz à effet de serre, contrairement à ce qui se passe via l’utilisation d’un combustible fossile.

Digesteur à méthanisation de Marnay Energie à Feux dans le Cher, construite par Xergi (photo © Xergi)

Dans le cadre de la méthanisation, le procédé est plus complexe puisqu’on récupère d’abord le biogaz issu de la fermentation de la matière organique utilisée (déchets organiques, résidus végétaux, boues issues de stations d’épuration, ou déchets provenant de certaines activités agro-industrielles) et que c’est ce biogaz qui sert ensuite soit pour produire de l’électricité soit pour se chauffer.

Toujours est-il que l’on est désormais rentré dans un véritable processus visant à encourager ce type de production en France et cet appel à projets du ministère y contribue. Ce sont en effet 45 dossiers de candidatures qui ont été reçus à l’occasion de cette seconde tranche de l’appel à projet, sachant que la troisième tranche sera ouverte à compter du 29 juin 2018 et devrait permettre de sélectionner encore de nouveaux projets industiels.

Le ministre Nicolas Hulot visitant la plateforme expérimentale Gaya à Saint-Fons (production de biométhane à partie de biomasse sèche) le 26 juillet 2017 (photo © ENGIE)

Sur les 11 projets ainsi retenus, 2 correspondent à des installations de méthanisation prévues respectivement en Bretagne et dans le Médoc. Tous les autres sont des projet bois-énergie pour des puissances installées unitaires supérieures à 300 kW, l’ensemble des projets totalisant une puissance globale installée de près de 53 MW (à comparer avec une tranche de réacteur nucléaire de type Fessenheim dont la puissance nominale est de 900 MW).

La plus ambitieuse de ces installations est justement prévue dans les Bouches-du-Rhône, à Tarascon, portée par la société marseillaise Bio-Watt, pour une puissance totale de 25 MW. Les deux autres projets implantés en région PACA sont d’ampleur nettement plus limitée avec des puissances visées oscillant entre 1MW pour le projet de Campus SAG Sud Luberon à Villelaure, dans le Vaucluse, et 1,2 MW pour celui porté par la société Pérénia à Clans, une commune forestière située dans la vallée de la Tinée, dans les Alpes-Maritimes.

Ces désignations interviennent alors que le projet de plus grande centrale biomasse de France prévu à Gardanne, porté initialement par le groupe énergétique allemand E.ON puis repris par sa filiale, la société Uniper France Power, continue à faire polémique. Pour rappel, le Tribunal administratif de Marseille avait annulé le 8 juin 2017 l’autorisation d’exploitation accordée par l’État en 2012, au motif que l’étude d’impact n’analysait pas « les effets négatifs indirects et permanents du projet sur les espaces forestiers de la zone d’approvisionnement » de la centrale, située dans un rayon de 400 km.

Vue de l’unité de la centrale thermique de Provence, à Gardanne destinée à produire de l’électricité à partir de la biomasse (photo © Serge Guéroult / La Provence)

Il faut dire que le projet était particulièrement ambitieux, voire totalement démesuré pour ses détracteurs qui évoquent « un véritable aspirateur à forêts » destiné à raser les châtaigneraies des Cévennes et à faire disparaître toute la forêt méditerranéenne… Il consistait à transformer, moyennant un investissement de 265 millions d’euros, la tranche 4 de l’ancienne centrale à lignite de Gardanne, en une vaste centrale à biomasse, d’une puissance de 150 MW (soit 6 % de la consommation totale de la région PACA), capable de brûler d’ici 2024, 850 000 tonnes de bois par an, dont 445 000 tonnes provenant de boisements locaux, le reste étant a priri constitué de déchets verts et de bois recyclé.

Les deux parcs naturels régionaux du Luberon et du Verdon sont vent debout contre ce projet de centrale à biomasse, au grand dam du Président de la Région, Renaud Muselier, qui menace du coup de leur couper les vivres, estimant dans un communiqué que « l’écologie doit être mise au service de l’économie pour faire de la croissance verte un atout ». Mettre l’écologie au service de l’économie, les écologistes apprécieront certainement…

En juillet 2017, Nicolas Hulot a malgré tout décidé de faire appel du jugement du Tribunal administratif. Quant aux parcs naturels régionaux, ils ont fini par rentrer dans le rang. Comme l’a raconté Reporterre, le 29 septembre dernier, les deux PNR réunis à Valensole ont accepté de signer un protocole d’accord avec Uniper, décidant de l’abandon de leurs poursuites devant le Tribunal administratif et de l’accompagnement de la nouvelle étude d’impact qui s’est du coup déroulé fin 2017 dans la plus grande discrétion. L’association France Nature Environnement PACA, elle-même très opposée au projet a aussi rendu les armes, effrayée par les baisses de subvention annoncées par la Région. Un passage en force donc et qui a déjà permis à l’unité de biomasse de produire 250 MWh au cours de 2200 heures de fonctionnement accumulés pendant les phases d’essais en 2017.

Pour l’instant, 55 % de la ressource utilisée à Gardanne est importée, pour l’essentiel de plantations d’eucalyptus situées en Espagne et au Brésil, 20 % étant issu de la production forestière locale, le reste provenant de déchets de récupération et de bois en fin de vie. Un progrès sans doute par rapport au charbon qui alimentait jusque là cette centrale thermique, l’une des 4 dernières encore en activité dans l’hexagone, mais qui est encore loi d’apaiser toutes les craintes des défenseurs locaux de l’environnement !

L.V.  

La voiture électrique est-elle écologique ?

1 mars 2018

Jenatzy au volant de sa voiture électrique La jamais contente, en 1899

La voiture électrique n’est pas une invention récente. En 1899, c’est d’ailleurs un véhicule électrique, la fameuse Jamais contente du Belge Camille Jenatzy, qui dépasse pour la première fois la vitesse alors fabuleuse de 100 km/h ! En 1900, sur un peu plus de 4000 véhicules alors fabriqués aux États-Unis plus de 1500 sont des voitures électriques, les véhicules à essence étant alors encore nettement minoritaires, y compris par rapport aux moteurs à vapeur.

Depuis, la tendance s’est nettement inversée et les motorisations diesel et essence ont largement pris le dessus. Mais les fortes contraintes liées désormais à la pollution de l’air et aux nuisances sonores en ville commencent à remettre au goût du jour les véhicules électriques. Les dernières directives européennes en cours d’adoption et qui visent précisément à renforcer, pour des raisons sanitaires, les exigences en matière de qualité de l’air dans les agglomérations urbaines, pourraient d’ailleurs rendre plus attractif le recours aux véhicules électriques comme mode de déplacement urbain.

Dessin de presse de Dilem

En France, Nicolas Hulot avait d’ailleurs fait sensation en annonçant, en juillet 2017, la fin programmée pour 2040 de la commercialisation des véhicules diesel, appelés selon lui à être remplacés par des véhicules électriques pour lesquels l’État français offre un bonus écologique fiscal pouvant aller jusqu’à 6300 € et auquel s’ajoute de surcroît une prime de conversion de 2500 € (en 2018) pour l’abandon d’une voiture diesel. Mais malgré ces fortes incitations et la multiplication des bornes de recharge électriques que les collectivités s’efforcent d’installer un peu partout, le marché est encore bien timide. Avec un peu plus de 30 000 voitures électriques immatriculées en 2017 (sur un total de moins de 100 000 véhicules électriques en circulation), la France fait moins bien que la Norvège où la part des véhicules électriques dépasse désormais 17 % du marché des véhicules neufs : remarquable pour un pays producteur de pétrole !

Il faut dire qu’un parc automobile français composé entièrement de véhicules électriques consommerait à lui seul la bagatelle de 90 TWh par an, soit 20 % de la consommation totale d’électricité française, de quoi booster la filière électronucléaire, mais pas de quoi réjouir forcément les écologistes… D’où d’ailleurs les interrogations que se posent beaucoup quant à l’intérêt écologique de la voiture électrique.

De ce point de vue, la référence à ce jour reste la très complète étude réalisée en 2012 à la demande de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) par Ginkgo 21 et PE International, un rapport rendu public en 2013 et dont le résumé décrit très précisément les différents impacts environnementaux tout au long de son cycle de vie d’un véhicule électrique comparé à un autre à moteur thermique, et ceci pour un véhicule particulier comme pour un utilitaire.

La voiture électrique revue et dessinée par Gaston Lagaffe (© Franquin)

Cette analyse très exhaustive ne manque pas d’intérêt car elle indique que la comparaison dépend fortement du mode d’usage. Grosso modo, et sans vouloir dévoiler toutes les subtilités d’une telle étude, il se confirme en tout cas que la fabrication d’un véhicule électrique (et en particulier de sa batterie) constitue un investissement fort en consommation d’énergie primaire, ce qui explique que sur la durée de vie complète du véhicule, l’empreinte carbone globale reste finalement très proche de celle d’un véhicule diesel. Par rapport à un véhicule essence, on arrive à un bilan global légèrement plus favorable pour le véhicule électrique mais à condition de raisonner sur la durée de vie totale et d’avoir parcouru plus de 75 000 km sans changement de la batterie, ce qui n’est pas si évident pour un véhicule électrique…

Contribution au potentiel de changement climatique d’un véhicule électrique fabriqué en France et d’un véhicule à motorisation thermique (données 2012 – source ADEME)

Certes, d’autres critères pris en compte dans cette étude se montrent plus favorables aux voitures électriques. C’est le cas en particulier si l’on s’intéresse au potentiel de changement climatique, lié pour l’essentiel à l’émission de CO2. Là aussi, c’est la fabrication initiale et en particulier celle de la batterie qui constituent les principaux points faibles de la voiture électrique. En revanche, les émissions induites par l’utilisation de la voiture sont moins impactantes que celles d’un moteur thermique, diesel ou essence, mais ces émissions dépendent elles-même fortement de la composition du mix énergétiqe utilisé. Ainsi, en France où les trois-quart de l’électricité sont produits à partir d’énergie nucéaire, le facteur d’émission est de l’ordre de 88 g CO2/éq kWh, alors que ce facteur d’émission est en moyenne de 489 en Europe et atteint 636 en Allemagne où plus de 40 % de l’électricité est issue de centrales thermiques au charbon.

Du coup, les résultats seront légèrement variables d’un pays à l’autre. Globalement toutefois, on constate que vis-à-vis de ce critère de l’impact sur le changement climatique, il faut là aussi qu’une voiture électrique ait roulé au moins 50 000 km durant toute sa vie pour que son bilan environnemental commence à être compétitif par rapport à un véhicule à moteur thermique classique. On retrouve d’ailleurs des résultats assez comparables si l’on s’intéresse au potentiel d’épuisement des ressources fossiles, avec, là encore, un avantage à la voiture électrique mais au-delà d’un certain kilométrage seulement et encore sans qu’il n’ait été possible de prendre en compte l’épuisement à terme des ressources en uranium, matière fossile s’il en est !

Domaines de pertinence environnementale d’un véhicule électrique fabriqué en France par rapport à un véhicule à motorisation thermique selon les différents indicateurs analysés (données 2012 – source ADEME)

Quant à prendre en compte d’autres critères comme l’a fait l’étude publiée par l’ADEME, la comparaison risque d’être encore plus défavorable pour la voiture électrique… C’est le cas en particulier d’un indicateur lié au potentiel d’acidification atmosphérique, du fait des fameuses « pluies acides » causées par les rejets atmosphériques de certaines substances telles que le dioxyde de soufre (SO2), les oxydes d’azote (Nox), l’ammoniac, l’acide chlorhydrique ou encore l’acide fluorhydrique, toutes substance nocives émises en quantité non négligeables lors de la fabrication des batteries de voitures

Sans commentaire…

Bref, même si l’étude se veut la plus objective possible et met bien en évidence des différents éléments qui pourraient permettre de rendre la situation plus favorable à terme à la voiture électrique au gré des amélioration technologiques déjà entrevues à l’horizon 2020, il n’en reste pas moins qu’elle ne soulève pas un enthousiasme délirant en faveur de la motorisation électrique…

La voiture électrique individuelle n’est certainement pas la solution miracle que chaque automobiliste appelle de ses vœux et tout indique que les solutions tant vis à vis d’une limitation de nos émissions de gaz à effet de serre que eu égard à une réduction des pollutions sonores et olfactives en site urbain sont à rechercher plutôt dans le développement des modes doux de déplacement et des transports en commun, que via la généralisation des véhicules électriques. Chacun s’en doutait déjà inconsciemment, mais cette étude parmi d’autres vient opportunément le rappeler : en matière de déplacement urbain comme dans d’autres domaines, les solutions miracles sont rarement au rendez-vous…

L.V. 

Changement climatique : pourquoi personne ne bouge ?

22 février 2018

Depuis maintenant des années que les scientifiques du monde entier tirent la sonnette d’alarme, chacun sait que la température moyenne à la surface du globe s’élève progressivement, que le niveau moyen des mers monte petit à petit, et que les répercussions de cette évolution inéluctable risquent d’être dramatiques, en particulier dans les pays les moins développés, avec une recrudescence des vagues de sécheresses et d’aléas climatiques aux conséquences potentiellement dévastatrices, y compris avec des recrudescences d’épidémies voire de guerres.

Chacun sait bien désormais aussi que le principal moteur de ce changement climatique global, perceptible depuis le début du XXe siècle mais qui s’est dangereusement accéléré ces derniers temps et qui va encore s’aggraver dans les années qui viennent, quoi qu’on fasse, est l’activité humaine qui s’est traduite depuis plus d’un siècle par une consommation massive d’énergie fossile et une émission jamais égalée de gaz à effets de serre (CO2 et méthane pour les principaux).

Il y a belle lurette que les climatosceptiques, chantres de l’industrie pétrolière ou charlatans irresponsables, ont perdu toute crédibilité. Les publications scientifiques du GIEC, qui décrivent année après année une situation de plus en plus alarmante et de moins en moins réversible, ne sont plus contestées et les grands raouts internationaux tels que les COP s’enchaînent sans discontinuer, au cours desquels chacun y va de son discours grandiloquent sur la nécessité et l’urgence d’agir avant qu’il ne soit trop tard.

Un dessin d’Olivier Ménégol publié par Buzzly

Et pourtant, malgré cette prise de conscience planétaire incontestable, il ne se passe rien ou presque. Les États-Unis, deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre derrière la Chine, se sont choisi un président qui préfère développer l’extraction des huiles de schistes et relancer l’industrie pétrolière plutôt que de s’embarrasser de considérations environnementales. Et les belles promesses prises à l’occasion de la COP 21 ne se sont guère concrétisées depuis, aucune décision notable n’ayant été prisse à l’issue de la COP 23 qui vient de se terminer à Bonn. Tout se passe comme si chacun était conscient du risque et avait bien intégré les mesures à prendre pour le contrer mais préférait faire l’autruche comme si de rien n’était…

Contrairement à d’autres menaces comme celle de l’attentat terroriste ou de l’immigration mal contrôlée, pour lesquelles tout le monde se mobilise et qui incitent même nos responsables politiques à la surenchère, faire face au changement climatique semble beaucoup moins mobilisateur. C’est cette situation paradoxale qu’a parfaitement analysée le sociologue et philosophe américain George Marshall dans son livre intitulé justement Le syndrome de l’autruche : pourquoi notre cerveau veut ignorer le changement climatique ?

En réalité, cette inaction collective face à la menace pourtant avérée du changement climatique relève de ressorts liés à la psychologie sociale. Ce ne sont pas tant les campagnes de désinformation menées par certains lobbies industriels qui nous empêchent de nous mobiliser à la hauteur des enjeux, mais plus profondément la nature même de ce risque face auquel « notre cerveau évolué est incapable de réagir » selon Daniel Gilbert, professeur de psychologie à Harvard.

Contrairement à d’autres risques plus tangibles, le changement climatique se caractérise en effet par une menace diffuse, à long terme, qui n’est pas rattachable à un adversaire aisément identifié, mais qui provient de notre propre mode de vie… On est volontiers capable de se mobiliser contre une menace directe telle que l’implantation d’une centrale nucléaire ou d’un incinérateur d’ordures ménagères, surtout si elle se produit à côté de chez soi. En revanche, décider de moins utiliser sa voiture ou son smartphone, de ne pas prendre l’avion pour partir en vacances ou de baisser sa chaudière, tout cela pour faire en sorte que le climat reste vivable pour les générations à venir, voilà qui ne fait pas partie de nos gènes !

« Tout le monde contribue aux émissions à l’origine du problème ; tout le monde a donc une bonne raison d’ignorer le problème ou de s’inventer un alibi » estime ainsi George Marshall dans son ouvrage. Personne n’a envie qu’on lui rappelle la menace mondiale qui pèse sur chacun d’entre nous en cas d’inactivité prolongée. Même ceux qui ont subi un cataclysme pourtant assez directement rattaché au changement climatique, comme c’est le cas des victimes de l’ouragan Sandy dans le New Jersey, que George Marshall a interrogés, même eux préfèrent voir dans cet événement un aléa exceptionnel contre lequel on ne peut rien, mais n’envisagent pas pour autant de modifier leur mode de vie pour éviter que ce type de phénomène ne devienne monnaie courante.

En 2012, l’ouragan Sandy ravage la côte Est des États-Unis (photo © Shannon Stapleton / Reuters paru dans Geopolis)

On retrouve là le syndrome classique du responsable politique face à tout risque naturel. Les maires que l’on voit s’épandre devant toutes les caméras de télévision après chaque inondation pour déplorer un phénomène cataclysmique « jamais vu de mémoire d’homme » et implorer des aides à la reconstruction, sont les mêmes qui ensuite accordent des permis de construire en zone inondable en toute bonne foi, justement parce qu’ils sont persuadés qu’il s’agit là d’événements exceptionnels qui ne sont pas destinés à se reproduire, en tout cas pas pendant la durée de leur mandat électif…

Un dessin d’Ysope

C’est donc toute la difficulté à laquelle on se heurte pour faire face au changement climatique. Même si la plupart des gens sont convaincus de la réalité du phénomène, il n’en reste pas moins une menace floue, difficile à quantifiée du fait de ses manifestations aléatoires, et dont les conséquences concerneront principalement les habitants d’autres contrées voire des générations futures que l’on ne connaîtra jamais. Il est donc bien difficile pour chacun d’entre nous de se mobiliser face à un tel risque, d’autant plus lorsque cela implique de devoir renoncer à une certaine part de son confort personnel et à modifier ses habitudes de vie au quotidien…

En d’autres termes, les ressorts psychologiques à actionner pour mobiliser l’opinion publique sur ce dossier restent largement à explorer. Comme l’explique bien Marion Rousset dans un article paru dans Marianne, il ne suffit pas de faire appel à la rationalité de chacun mais il convient aussi de mobiliser une certaine charge émotionnelle : défendre la nature de manière générale n’a jamais été très mobilisateur ; en revanche, défendre son territoire contre un envahisseur quel qu’il soit a toujours constitué un mobile fortement fédérateur !

Reste donc à explorer d’autres modes de communication pour faire en sorte que la lutte contre le changement climatique global implique davantage. La littérature et le cinéma ont peut-être un rôle à jouer dans un tel combat. C’est ce que suggère Claire Perrin, doctorante en littérature américaine, dans un article consacré à ce nouveau genre littéraire de la cli-fi, la fiction climatique qui s’apparente souvent à des récits post-apocalyptiques où les personnages évoluent dans un monde ravagé par les effets du changement climatique. Depuis le succès des Raisins de la colère qui évoquait déjà les impacts sociaux d’une catastrophe climatique, nombre d’auteurs s’emparent de ce thème, parmi lesquels Paolo Bacigalupi, dont le roman The Water Knife, met en scène un combat homérique dans le Sud-Ouest américain pour l’accès à l’eau…

Faut-il donc encourager la production littéraire et cinématographique pour faciliter la mobilisation collective contre le réchauffement climatique ? Les talents artistiques peuvent-ils venir au secours des scientifiques, prompts à identifier les phénomènes, en analyser les causes et à proposer des panels de solutions techniques, mais peu outillés pour mobiliser l’imaginaire collectif ? Peut-être des pistes à explorer, pendant qu’il en est encore temps…

L.V.  

Une cartographie mondiale des rivières et plans d’eau

10 février 2018

En matière scientifique, la coopération européenne présente de belles réussites qui mériteraient d’être davantage diffusées. Le programme européen Copernicus, issu d’une initiative conjointe de l’Agence spatiale européenne et de l’Agence européenne pour l’environnement, et qui permet de développer la surveillance de la Terre par imagerie satellitaire en est un bel exemple. Initié en 1998 sous le nom un peu moins communicant de GMES pour « Global monitoring for environment and security », ce programme est désormais pleinement opérationnel depuis 2014 et le lancement des premiers satellites Sentinel.

L’objectif est simple puisqu’il s’agit d’acquérir et de mettre à disposition, des chercheurs comme des entrepreneurs ou des simples citoyens, des données satellitaires utiles pour permettre une compréhension globale des phénomènes, avec des retombées dans de multiples domaines dont l’agriculture, le changement climatique, la protection civile et l’aide humanitaire en cas de catastrophe, l’environnement, la planification en matière d’aménagement du territoire ou encore le développement des énergies renouvelables.

Parmi les principales thématiques visées par ce programme, la connaissance des phénomènes climatiques et de leur évolution, mais aussi la prévention contre les risques naturels constituent des domaines pour lesquels cette observation globale des phénomènes est tout particulièrement utile. Nous avions d’ailleurs déjà illustré l’intérêt des images ainsi produites et mises à disposition de tout un chacun pour évaluer par exemple l’extension spatiale d’un feu de forêt comme celui qui a menacé Carnoux le 7 septembre dernier.

Mais on pourrait citer aussi le suivi du panache de cendres issu de l’éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull en 2010 qui a beaucoup fait parler de lui malgré son nom imprononçable, et a cloué au sol des millions de passagers dans toute l’Europe du fait des perturbations du trafic aérien occasionnées…

Suivi du panache de cendres du volcan Eyjafjallajökull (sources © Service Copernicus de surveillance de l’atmosphère et Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme)

Bien d’autres applications, toutes plus utiles les unes que les autres, pourraient être citées dans ce domaine. Ainsi, une brochure de présentation du programme cite les cartographies de zones inondées rendues possibles par l’interprétation d’images satellite lors des inondations de mai 2014 qui ont provoqué de gros dommages dans les Balkans et tout particulièrement en Serbie et en Bosnie Herzégovine.

Cartographie de l’étendue des zones inondées en mai 2014 dans la région de Lazarevac en Serbie (source © Service Copernicus de gestion des urgences)

Suite au passage de la dépression météorologique Yvette qui s’était traduit par des précipitations très inhabituelles (l’équivalent de trois mois de pluie était tombé en 3 jours !), plus de 2000 glissements de terrain s’étaient produits et les inondations avaient causé des dommages évalués à 3 milliards d’euros, faisant 49 victimes le 20 mai 2014 et nécessitant plusieurs centaines de milliers d’évacuations. Le fait de pouvoir cartographier très rapidement et sur l’ensemble des zones touchées les secteurs urbanisés inondés constitue une aide précieuse pour guider les programmes d’aide d’urgence.

Mais cet outil présente également de multiples intérêts pour aider à la connaissance globale de notre environnement. C’est ainsi qu’a été lancé début 2017 un programme de cartographie interactive des eaux de surface à l’échelle mondiale. Depuis plus de 30 ans que les satellites tournent autour de la Terre et en photographient la surface sous toutes ses coutures, plusieurs millions d’images se sont accumulées, formant une masse de données colossales, issue en particulier des satellites américains Landsat mais destinée à s’enrichir considérablement à l’avenir avec celles issues des satellites Sentinel.

Le programme intitulé « Global water surface explorer » initié par l’Union européenne via sa politique d’open data Copernicus et en collaboration avec Google Earth Engine, vise précisément à exploiter cette masse de données concernant les cours d’eau (rivières, canaux, fleuves) et les plans d’eau (étangs, lacs, retenues de barrages). L’outil qui en résulte et qui est accessible librement permet de compiler l’ensemble de ces données depuis 1984 avec une résolution de 30 m et de suivre ainsi l’évolution de ces milieux aquatiques dans le temps et dans l’espace : une aide fabuleuse pour comprendre l’état des ressources en eau superficielle à la surface du globe !

Images prises par satellite de la Mer d’Aral en 1989 (à gauche) et en 2008 (à droite)

C’est ainsi que l’on apprend que sur les 30 dernières années pas moins de 90 000 km² de plans d’eau, soit l’équivalent de la superficie du Portugal comme l’indique Ouest-France, a purement et simplement disparu de la surface de la Terre. En parallèle, des plans d’eau autrefois permanents ne sont désormais plus que saisonniers, et ceci sur une superficie totale de 72 000 km² soit autant que celle de l’Irlande…

Curieusement, près des trois quarts de cette évolution très préjudiciable des plans d’eau évaporés au fil du temps se concentre dans seulement 5 pays : le Kazakhstan et l’Ouzbékistan (qui se partagent la défunte mer d’Aral) mais aussi l’Iran, l’Afghanistan et l’Irak, des pays déjà largement touchés par l’instabilité politique voire la guerre et qui doivent donc faire face de surcroît à une diminution drastique de leurs ressources en eau facilement accessibles.

Barrage d’Alqueva au Portugal

En Europe en revanche, la situation montre une augmentation des surfaces en eau en raison notamment de construction d’ouvrages hydrauliques qui permettent le stockage de l’eau. Citons notamment la mise en service en 2004 du barrage d’Alqueva au Portugal, qui avec 250 km² de superficie supplante désormais, comme plus grand lac artificiel d’Europe, le lac du Der aménagé en 1974 près de Saint-Dizier, en Haute-Marne, et qui s’étend sur environ 48 km².

Cet outil de cartographie interactive mis ainsi à disposition de chacun et qui sera prochainement étendu au milieu marin, constitue assurément une formidable aide à la décision pour l’analyse des ressources en eau disponibles sur le globe et dont l’existence est vitale pour bien des usages. Reste à espérer que nos responsables politiques sauront s’en emparer et anticiper les évolutions liées au changement climatique et à ses impacts directs sur les milieux aquatiques…

L.V.  

Vade retro 2017…

1 janvier 2018

L’année 2017 vient de s’achever. Les nostalgiques de toujours la regretteront sans doute : on sait ce qu’on perd mais on ne sait jamais ce qui nous attend… Les plus pessimistes redoutent déjà la nouvelle année qui vient de démarrer et le lot de futures catastrophes qu’elle ne manquera pas de nous apporter…

C’est en tout cas pour tous le moment de se remémorer quelques uns des événements qui ont jalonné l’actualité de cette année 2017, riche en rebondissements. Pour cela, mieux vaut un bon dessin qu’un long discours : un dessin de presse bien entendu, de ces petits chef-d’oeuvres d’humour grinçant ou décalés, parus dans la presse ou relayés sur internet, qui savent mieux que personne prendre l’actualité par son côté dérisoire et permettent de faire sourire de tous ces événements qui font notre quotidien !

Merci donc à ces dessinateurs de presse, tous plus talentueux les uns que les autres, qui savent à merveille tirer profit des événements les plus tragiques ou les plus insignifiants pour nous faire rire. Cette rétrospective toute personnelle n’est bien entendu ni objective ni exhaustive. C’est juste une manière de se remémorer certains événements petits ou grands survenus en 2017 et déjà oubliés, laminés par le flot quotidien d’informations qui nous submergent…

C’est aussi l’occasion, pour l’équipe qui anime ce blog collectif de souhaiter à tous nos lecteurs, occasionnels ou assidus, une excellente année 2018 en espérant, sait-on jamais, qu’elle n’apporte pas que de mauvaises nouvelles mais permette, pourquoi pas ?, de reprendre espoir dans la capacité des hommes à ne pas choisir systématiquement les options les plus regrettables…

L.V.  

Janvier

Le 25 janvier 2017, un article du Canard enchaîné informe ses lecteurs que François Fillon, vainqueur de la Primaire de la Droite et candidat favori pour les prochaines élections présidentielles, est soupçonné d’avoir utilisé son indemnité de parlementaire pour fournir pendant des années un emploi fictif à sa femme Pénélope. Les révélations s’enchaînent et ont un énorme retentissement, d’autant que François Fillon commence par tout nier en bloc avant d’accepter l’évidence tout en accusant un hypothétique cabinet noir à l’Elysée d’être à la manœuvre.

Ses amis LR, Gérard Larcher en tête font mine de le soutenir en espérant qu’il finisse par se retirer, mais en vain. Sa morgue et son obstination conduiront finalement à son élimination dès le premier tour de la présidentielle. Un dessin de Deligne publié sur Urtikan.

 

Février

Le 2 février, à Aulnay-sous-Bois, un jeune noir de 22 ans, surnommé Théo, éducateur de quartier, est violemment molesté par 3 policiers tandis qu’un quatrième tient à distance à coups de gaz lacrymogène d’autres jeunes du quartier. Embarqué au commissariat, Théo fait l’objet d’insultes racistes et reçoit des coups. Un des policiers le blesse profondément en lui introduisant sa matraque dans l’anus. Il pore plainte pour viol et le parquet de Bobigny ouvre une information judiciaire pour « violences volontaires en réunion par personnes dépositaires de l’autorité publique ». Plusieurs manifestions en soutien ont lieu pour dénoncer les méthodes musclées de certains policiers. En pleine campagne électorale, Marine Le Pen se refuse néanmoins à condamner de telles pratiques. Un dessin de Marc Large publié sur Pinterest.

Mars

Alors que la campagne électorale des présidentielles bat son plein, le débat se focalise sur le clause Molière, obligeant les ouvriers à parler la langue française pour bien comprendre les consignes de sécurité, en réalité destinée à freiner l’emploi de travailleurs détachés sur les gros chantiers de travaux publics.

En février, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, avait fait adopter une telle clause pour les marchés publics de sa collectivité. En mars, c’est au tour de la Région Ile-de-France de lui emboîter le pas. Le Tribunal administratif validera cette clause en juillet 2017 pour un marché passé par la Région Pays de la Loire, mais le 13 décembre 2017, le Tribunal administratif de Lyon annule la délibération du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, invoquant un « détournement de pouvoir » et mettant en doute le réel motif de cette disposition : « La délibération a été adoptée, non pour assurer la protection de la santé et la sécurité des salariés, mais pour exclure les travailleurs détachés des marchés publics régionaux et favoriser les entreprises régionales en méconnaissance des principes de liberté d’accès à la commande publique et d’égalité de traitement des candidats ». Un dessin de Pétillon publié dans le Canard enchaîné du 15 mars 2017.

 

Avril

Pour le premier tour de l’élection présidentielle qui se déroule le 23 avril, beaucoup de Français se déclarent indécis jusqu’à la dernière minute et les sondages, qui pour une fois se révéleront très fiables dans leurs prévisions, montrent une très forte évolution des intentions de vote entre les 11 candidats déclarés. Un dessin d’Ixène publié le 19 avril.

 

Mai

Elu au deuxième tour de la présidentielle le 7 mai face à Marine Le Pen, Emmanuel Macron prend officiellement ses fonctions de Président de la République à l’issue d’une cérémonie de passation de pouvoir le 14 mai avec son prédécesseur, le socialiste François Hollande. Ce dernier avait vu les débuts de son quinquennat marqué par de violentes précipitations et la presse s’était gaussé de ces différentes cérémonies officielles au cours desquelles le Président Hollande finissait trempé comme une soupe et emprunt d’une image de looser malchanceux. Au contraire, son ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée avait reçu plusieurs coups de pouce du destin durant la campagne présidentielle, dont le retrait de la compétition de François Hollande lui-même, l’absence d’alliance à gauche entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, l’élimination à la Primaire de Nicolas Sarkozy et d’Alain Juppé, puis l’affaire Fillon qui a eu raison de son principal adversaire. Un dessin signé JM.

 

Juin

A la suite des élections législatives des 11 et 18 juin, La République en marche obtient une large majorité avec 308 élus auxquels s’ajoutent 42 députés MODEM. Nommé garde des Sceaux dans le premier gouvernement d’Edouard Philippe, François Bayrou doit faire face à des accusations d’emplois fictifs d’attachés parlementaires européen alors qu’il tente de mettre en place son projet de loi sur la moralisation de la vie politique. Il finit par démissionner du gouvernement le 21 juin après n’être resté que 35 jours au ministère de la Justice. Nommée ministre des Affaires européennes, sa collègue Marielle de Sarnez quitte également le gouvernement à la même date. Un dessin de Na !

 

Juillet

Le 12 juillet, un iceberg géant de plus de 6 000 km2 se détache de la barrière de glace Larsen en Antarctique. La fissure s’était propagée depuis plusieurs mois et a fini par atteindre la mer, provoquant le détachement irrémédiable de cette immense laque de banquise.. Il s’agit d’un des plus grands icebergs observés de mémoire d’homme, vaste comme deux fois la superficie du Luxembourg. D’un poids estimé à plus de 1 million de tonnes, cet immense bloc de glace contient autant d’eau que le lac Ontario. Un dessin de Mutio publié sur le site Urtikan.

 

 

Août

Pour ses premières vacances de Président de la République, Emmanuel Macron a choisi de les passer à Marseille où on a pu le voir sirotant un Pastis à la terrasse d’un café ou faisant son jogging aux couleurs de l’OM, son club fétiche. Le couple Macron a ainsi profité de la villa avec piscine du préfet de la région qui surplombe la Corniche Kennedy.

Ce séjour marseillais n’a pas manqué de faire jaser. Le sociologue Jean Viard a ainsi estimé que cette visite était un message adressé à Jean-Luc Mélenchon, lequel convoiterait la mairie marseillaise pour 2020, date à laquelle chacun espère que Jean-Claude Gaudin ne se représentera pas. Un dessin de Placide publié sur son site.

 

 

Septembre

Le 6 septembre, l’ouragan Irma dévaste les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélémy aux Antilles. Quelques jours plus tard, alors qu’il s’attarde sur la Floride, un autre ouragan, José, traverse à son tour l’Atlantique, avant d’être rejoint par la tempête tropicale Maria qui frappe notamment Porto Rico, la Dominique, la Guadeloupe et les ïles Vierges. Le 19 septembre, Emmanuel Macron succède à la tribune à Donald Trump pour son premier discours devant l’assemblée générale de l’Organisation des Nations-Unies. Contrairement au président américain qui est obnubilé par la lutte contre l’immigration clandestine, il se pose en porte-parole des sans-voix et insiste lourdement sur notre responsabilité vis-à-vis du réchauffement climatique et sur les conséquences de ce dernier en matière de risques naturels. Un dessin de Chaunu paru dans l’Est Eclair le 19 septembre 2017.

 

Octobre

Le 1er octobre se tient un référendum pour l’indépendance de la Catalogne organisé par le président de la Généralité de Catalogne, Carles PuigdemontCe référendum a été approuvé par le Parlement de Catalogne mais jugé illégal par le Tribunal constitutionnel espagnol. Le oui à l’indépendance l’emporte à plus de 90 % mais le taux de participation ne dépasse pas 43 % et la consultation est entachée de nombreuses violences policières. Il s’ensuit un bras de fer entre les indépendantistes catalans et le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, chacun jetant de l’huile sur le feu.

La République catalane est proclamée le 27 octobre mais dans la foulée le sénat espagnol vote la dissolution du Parlement de Catalogne et la destitution de Carles Puigdemont qui se réfugie en Belgique pour éviter la prison. De nouvelles élections sont organisées pour le 21 décembre. Pendant ce temps-là, la Grande-Bretagne s’efforce de trouver un accord avec l’Union européenne suite au référendum en faveur du Brexit. Un dessin de Chappate.

Novembre

Un « projet de loi pour un Etat au service d’une société de confiance » est présenté le 27 novembre en Conseil des ministres. L’objectif est de simplifier les relations avec l’administration et de créer un « droit à l’erreur » en faveur des citoyens et des entreprises. Un contribuable de bonne fois et non récidiviste pourra invoquer la clémence des services fiscaux en cas d’erreur ou d’omission dans sa déclaration. Un concept qui fait beaucoup jaser et donne des idées aux politiques qui auraient négligé d’appliquer leurs promesses électorales en toute bonne foi… Un dessin de Diego Aranega publié dans le Canard enchaîné du 29 novembre 2017.

Décembre

Le 5 décembre disparaissent quasi simultanément deux monstres de la culture française. D’abord l’académicien Jean d’Ormesson, mort à 92 ans, puis le rocker Johnny Hallyday décédé la nuit suivante à 74 ans des suites d’un cancer du poumon. Avec plus de 100 millions de disques vendus et une vie tumultueuse largement mise en scène par la presse people, le chanteur aura fortement marqué sa génération et sa disparition suscite d’innombrables commentaires dans les médias. Un dessin d’Olivier Ménégol publié dans Le Figaro.

Le déluge : mythe ou réalité ?

11 décembre 2017

Chacun a en mémoire le fameux récit biblique du déluge dans lequel il est écrit en substance que Dieu, mécontent de la conduite des hommes, déclencha une formidable inondation qui dura 40 jours et 40 nuits, et noya toute trace de vie sur terre à l’exception du brave Noé et de toute sa famille. Celui-ci avait été chargé de construire une solide arche, aux planches soigneusement calfatées de goudron et dans laquelle il avait mis à l’abri un couple de chacune des espèces animales, ce qui lui permit finalement de repartir sur de nouvelles bases, une fois l’inondation achevée et l’arche échouée.

L’arche de Noé sur le Mont Ararat (tableau de Simon de Myle, peint vers 1570)

Ce récit fondateur qui marque les esprits a longtemps servi de fil conducteur, y compris aux yeux de certains scientifiques qui s’appuyaient sur lui pour expliquer la présence de nombreux coquillages fossiles retrouvés jusque sur les sommets des montagnes alpines. On sait désormais, grâce à la compréhension des mouvements tectoniques et à une meilleure connaissance de la datation des couches sédimentaires, qu’il n’est nul besoin de faire appel à ce récit biblique pour expliquer de telles observations.

Onzième tablette racontant l’épopée de Gilgamesh et le récit du déluge (source © British Museum)

Et pourtant, paradoxalement, les connaissances historiques et géologiques récentes donnent du crédit à ce récit de l’Ancien Testament. L’affaire ne date pas d’hier puisque c’est en 1872 que George Smith, un des premiers à découvrir et à traduire les tablettes d’argile recouvertes d’écritures cunéiformes de Mésopotamie, gravées il y a plus de deux mille ans avant J.-C., a fait connaître au monde entier l’épopée de Gilgamesh.

Dans cette histoire, dont on a désormais retrouvé de nombreuses versions, les plus anciennes remontant à l’époque sumérienne, au 3ème millénaire avant J.-C., le héros Gilgamesh rencontre le supersage Atrahasis qui lui raconte que jadis les dieux en colère, lassés du vacarme incessant des humains, avaient décidé de s’en débarrasser en inondant la terre. Mais le dieu des eaux souterraines, un certain Ea, les trahit, avertit son ami Atrahasis du danger, et lui enjoint de fabriquer sans attendre un solide bateau aux planches calfatées de bitume, et d’y faire entrer un specimen de chaque espèce animale (d’autres versions, plus futuristes, évoquent plutôt « la semence de toutes les créatures vivantes »).

Les tablettes d’argile relatent une inondation plus courte (7 jours seulement) mais l’épilogue, qui consiste à lâcher une colombe pour vérifier si elle aperçoit signe de terre rappelle furieusement l’idée de Noé, même s’il fallut, dans la version sumérienne, doubler la tentative avec le lâcher d’une hirondelle puis d’un corbeau…

Le déluge, frontispice de la bible illustrée par Gustave Doré (1866)

Bref, les nombreuses similitudes entre ces récits indiquent avec une quasi certitude que l’histoire de Noé, probablement écrite vers le VIIe siècle avant J.-C., soit plusieurs millénaires sans doute après les premières versions assyriennes, fixée sur les rouleaux manuscrits de la Mer Morte puis recopiée de génération en génération, s’est très vraisemblablement inspiré du précédent, d’autant que le peuple juif a été longtemps placé sous domination assyrienne.

De nombreux chercheurs ont cherché d’autres filiations de ce type, tant les récits fondateurs qui évoquent des inondations cataclysmiques du même type se retrouvent dans le monde entier, en Inde comme parmi certaines civilisations amérindiennes, et même chez les aborigènes d’Australie où il se raconte l’histoire d’une grenouille qui aurait bu toute l’eau de la Terre, au point que les autres animaux assoiffés n’ont eu d’autre choix que de la faire rire, provoquant de la sorte une formidable inondation…

Certains de ces récits retiennent néanmoins l’attention, dont celui retracé dans les écrits mythologiques du pseudo Apollodore, datés du 1er siècle et qui évoquent un déluge qui aurait mis fin à l’âge du bronze, les seuls survivants étant le fils de Prométhée, un certain Deucalion et son épouse Pyrrha, dont la barque s’échoue sur le sommet des montagnes. Là aussi, les convergences avec le récit biblique sont étonnantes, ce qui tend à affermir l’idée d’une inondation exceptionnelle survenue en des temps très reculés dans cette région et dont la mémoire collective se serait transmise de génération en génération.

Les Américains William Ryan et Walter Pitman, auteurs en 1998 de l’ouvrage Noah’s Flood

Curieusement, plusieurs scientifiques pensent désormais disposer d’hypothèses assez solides qui pourraient expliquer l’origine de tels événements. En 1993, une expédition géologique américano-russe a ainsi en évidence, en analysant des sédiments déposés au fond de la Mer Noire, des indices montrant un passage assez brutal d’eau douce à de l’eau salée. Selon leurs observations, au cours de la dernière glaciation, celle du Würm, qui s’est étalé de -110 000 à -10 000 ans environ, la Mer Noire s’est retrouvée totalement déconnectée de la Méditerranée. Du fait de la glaciation, le niveau des océans avait baissé de plus de 130 m et les détroits du Bosphore et des Dardanelles étaient alors émergés.

Avec le réchauffement progressif, la fonte des glaces sur les plaines ukrainiennes a alimenté en eau la vaste dépression de la Mer Noire qui se transforma en un lac d’eau douce, toujours isolé de la Méditerranée et autour duquel se sont installées de nombreuses populations. Vers 7500 avant J.-C., la brutale remontée du niveau de la Méditerranée se serait traduite par un déversement brutal des eaux de cette dernière dans la Mer Noire dont le niveau se situe 200 m plus bas, provoquant la fuite des populations vers le Mont Ararat, seul point culminant situé à 300 km du rivage mais visible de très loin.

La Mer Noire (source © Google Earth)

Le géologue américain Robert Ballard

En 1999 et 2000, le géologue Robert Ballard, celui-là même qui retrouva l’épave du Titanic, avait également entrepris des investigations dans ce secteur et retrouvé des traces de l’ancien rivage côtier de la Mer Noire avec des vestiges d’érosion qu’il attribue à des flots se déversant sous forme de cataractes depuis la Méditerranée. Autant d’éléments qui accréditeraient cette hypothèse d’une inondation brutale et rapide des riveges de la Mer Noire, provoquant chez les survivants un traumatisme de nature à se transcrire de génération en génération sur un temps long. De nombreux chercheurs attribuent d’ailleurs cette ouverture brutale du détroit du Bosphore à un mouvement sismique de l’extrémité de la faille nord-anatolienne, ce qui aurait en effet pu provoquer un déversement cataclysmique des eaux de la Méditerranée dont le niveau était fortement remonté sous l’effet du réchauffement climatique.

Le chercheur français Guillaume Soulet, auteur d’une thèse intitulée Changements hydrologiques de la mer Noire au cours des 30 derniers millénaires et la dernière déglaciation en Europe centrale, sous la direction d’Edouard Bard et Gilles Lericolais

L’équipe d’Edouard Bard basée au CEREGE s’est également intéressée de près à ce sujet et a montré que la réalité était sans doute beaucoup plus complexe que ne l’avaient imaginé en 1997 les Américains Bill Ryan et Walt Pitman, dont l’ouvrage paru en 1998 sous le nom de Noah’s Flood avait eu alors une énorme retentissement. D’après Guillaume Soulet, qui a soutenu en 2011 une thèse sur le sujet, la connexion de la Mer Noire via le Bosphore est plus ancienne et daterait plutôt de 8 300 avant J.-C. Et il s’agirait plus vraisemblablement d’un phénomène se produisant par a-coups, suite à des épisodes de réchauffement successifs, étalés sur de longues périodes, ce qui laisse penser que les mouvements de population des rives de la Mer Noire vers les plaines plus fertiles de la Mésopotamie, survenus vers 7500 avant J.-C., pourraient avoir été induites au moins davantage par une évolution démographique inéluctable que par un phénomène d’inondation brutale.

Un scénario qui demande sans doute à être confirmé et vraisemblablement affiné mais qui laisse songeur quand à ce qui peut nous attendre du fait du réchauffement climatique actuellement à l’oeuvre et qui lui est d’une rapidité jamais rencontrée dans l’histoire de la Terre. Quand on sait que la fin de cette glaciation, qui s’est traduite par une élévation du niveau des mers d’environ 130 m, ne résulte finalement que d’une augmentation moyenne de 4 °C de la température du globe, soit une valeur tout à fait comparable à ce que prédisent les scénarios du GIEC pour les décennies à venir, voila qui ne devrait pas manquer de nous inquiéter…

L.V.  

Il neige sur Carnoux-en-Provence…

2 décembre 2017

C’est l’hiver et il neige. Malgré les effets du réchauffement climatique global, voilà qui n’a rien d’extraordinaire à cette saison. Mais quand même, ce n’est pas tous les jours, ni même tous les ans, que la ville de Carnoux-en-Provence, pas plus d’ailleurs que ses voisines Aubagne, Aix-en-Provence ou encore Marseille se réveillent recouvertes d’un blanc manteau neigeux comme c’est le cas depuis ce matin, samedi 2 décembre.

Notre-Dame d’Afrique sous la neige, le 2 décembre 2017

En ce jour anniversaire de la victoire napoléonienne d’Austerlitz contre les armées russes et autrichiennes, il neige donc depuis ce matin sur les Bouches-du-Rhône entre la région aixoise et l’étang de Berre. Dans le Var voisin, on signalait déjà 15 cm de neige ce matin au lever du jour et 3000 foyers étaient privés d’électricité du fait des ruptures de lignes aériennes.

A Carnoux, la couche de neige ne dépassait pas quelques cm au même moment mais il a continué à neiger toute la matinée et la ville s’est donc parée de ses habits d’hiver, pour quelques heures tout au plus car les chutes de neige devraient s’arrêter en milieu de journée selon les prévisions de Météo France, avec toutefois des risques de verglas possibles dans la nuit.

Quoi qu’il en soit, le spectacle de Carnoux sous la neige, même sans soleil, est suffisamment rare pour ne pas en profiter et jeter un œil par la fenêtre sur les pins saupoudrés de neige…

Un mail inhabituellement déserté dans la traversée de Carnoux

Une circulation devenue momentanément quelque peu périlleuse

Le Centre culturel sous la neige

Devant la médiathèque Albert Camus

Des pins largement saupoudrés de neige

La mairie éventrée, blanchie sous le harnais

Les cèdres devant l’hostellerie de la Crémaillère

Deux ours polaires en train de batifoler dans le parc Tony Garnier…

L.V.  

Les derniers rebuts de Thulé

18 novembre 2017

Au printemps 1948, à l’issue de ses études à l’Institut de Géographie de l’Université de Paris, le jeune Jean Malaurie, embarque à 26 ans pour participer à la première expédition polaire conduite par Paul-Emile Victor au Groenland. Il renouvellera l’expérience l’année suivante mais se détourne très vite de ce programme d’exploration scientifique qui ne s’intéresse nullement à la vie des habitants du cru, les Inuits.

Jean Malaurie en avril 1951 (photo © Collection personnelle Jean Malaurie)

En juillet 1950, Jean Malaurie repart donc seul au Groenland pour y conduire, pour le compte du CNRS, la première expédition polaire française à visée à la fois géographique et ethnographique. Il ne s’intéresse pas seulement à la géomorphologie des terres arctiques qui sera le sujet de sa thèse, mais aussi et surtout aux hommes qui y vivent. Il établit ainsi des liens d’amitiés avec le groupe de chasseurs de phoques de Thulé avec qui il passe un hiver entier, dressant pour la première fois et sur quatre générations, l’arbre généalogique de la petite communauté isolée dans des conditions extrèmes.

Avec l’Inuit Kutsikitsoq et deux traineaux à chiens, sans radio ni boussole (inexploitable à ces latitudes), ils seront ainsi les deux premiers hommes au monde à atteindre le pôle nord magnétique, le 29 mai 1951.

Le 16 juin 1951, il découvre fortuitement à Thulé, une base militaire américaine construite secrètement pour accueillir des bombardiers nucléaires. Il observe avec consternation, de ses yeux d’ethnologue, le choc culturel auquel sont confrontés les Inuits dont la civilisation relève alors quasiment de l’âge de la pierre, et qui se retrouvent brutalement face à une débauche de moyens matériels déversés par la puissance militaire américaine. Le choc est brutal et Jean Malaurie saisit rapidement les enjeux culturels et politiques de cette rencontre, au point qu’il décide de prendre publiquement position contre l’implantation de cette base.

C’est cette découverte qui sera une des principales motivations de la publication de son livre intitulé Les derniers rois de Thulé, un best seller qui paraît en 1955 aux éditions Plon, et qui inaugure une nouvelle collection, baptisée Terre humaine, que dirigera désormais Jean Malaurie, une collection prestigieuse qui éditera notamment Tristes Tropiques de Claude Lévi-Strauss, Le cheval d’orgueil de Pierre Jakez Hélias, ou encore Pour l’Afrique, j’accuse de René Dumont. Élu en 1957, sur recommandation de Fernand Braudel et de Claude Lévi-Strauss, à la première chaire de géographie polaire de l’histoire de l’Université française, créée pour l’occasion à l’École pratique des hautes études, Jean Malaurie fonde en 1958 le Centre d’études arctiques, et lance, en 1960, Inter-Nord, la grande revue arctique du CNRS.

Cette base militaire américaine de Thulé, dont les premières installations datent de 1941, a subi une importante extension en 1951, avec l’accord des autorités danoises et dans le cadre de l’OTAN, mais sans la moindre consultation des populations autochtones. Pire, en 1953, les 187 Inuits qui vivaient à proximité ont été purement et simplement expulsés et contraints en quelques jours seulement d’abandonner leurs campements et leurs territoires de pêche et de chasse qu’ils occupaient depuis des millénaires, pour s’exiler 150 km plus au nord, à Qaanaaq. Il leur faudra attendre 1999 pour qu’ils reçoivent enfin un dédommagement pour cet exil forcé !

Inuits déménagés à Qaanaaq après la construction de la base de Thulé (photo de presse source Yonder)

Avion de chasse américain à Thulé en 1960 (source © United States Air Force)

C’est que la base américaine de Thulé est devenue hautement stratégique puisqu’elle accueille dans le plus grand secret des bombardiers stratégiques et un personnel militaire pléthorique allant jusqu’à 10 000 personnes. C’est depuis cette base que durant l’hiver 1956-57, en pleine guerre froide, des Boeing B-47 Stratojet effectuèrent des vols de reconnaissance pour aller inspecter les défenses soviétiques. En 1954, l’armée US y procède à l’édification de la Globecom Tower, un mât radio d’une hauteur de 378 mètres qui, lors de sa construction, constituait la troisième plus haute construction humaine sur terre…

Vue aérienne de la base de Thulé

Le 21 janvier 1968, alors que l’activité de la base a connu un certain ralentissement mais abrite encore près de 4 000 agents, un bombardier B-52 Stratofortress s’abîme dans l’océan Arctique, près du Groenland. Ce bombardier transportait quatre bombes nucléaires, dont trois ont été pluvérisées sur la banquise et en mer, la quatrième n’ayant jamais pu été repêchée. De nombreux Inuits, réquisitionnés pour participer aux opérations de nettoyage après la catastrophe, ont développé des maladies du fait des radiations auxquelles ils ont été exposés et ont eu toutes les peines du monde à obtenir des indemnisations après des années de combat juridique.

En 1959, c’est depuis la base de Thulé qu’a été entreprise, toujours dans le plus grand secret, la construction d’une autre base militaire, dénommée Camp Century et située au nord du Groenland, à 240 km de la côte. Il s’agissait officiellement d’une simple base de recherche, constituée de tunnels creusés sous la calotte glaciaire, de laboratoires scientifiques et d’un hôpital alimenté en électricité par un petit réacteur nucléaire acheminé sur place en pièces détachées et mis en service en octobre 1960. C’est d’ailleurs depuis cette base qu’ont été extraites les carottes de glace à partir desquelles le géophysicien danois Willi Dansgaard a réalisé les premières études sur l’évolution du climat depuis 100 000 ans.

Tunnel en construction à Camp Century (source © Frank J. Leskovitz)

Mais Camp Century abritait aussi une base militaire top secret construite dans le cadre du projet Iceworm (« ver de glacier ») et dont l’objectif était d’installer 600 missiles balistiques capable de frapper l’URSS. Pas moins de 21 tunnels ont ainsi été creusés sous la glace et jusqu’à 200 personnes travaillaient sur place en période estivale. Mais en 1964, les mouvements de la banquise se sont révélés tels qu’il a bien fallu se rendre à l’évidence et abandonner le projet. Le réacteur nucléaire a été démantelé et la base est tombée à l’abandon. Faute d’entretien, les tunnels se sont effondrés les uns après les autres et la base a été peu à peu ensevelie. Il a d’ailleurs fallu attendre janvier 1997 pour que le projet soit rendu public, lorsque l’Institut danois de la politique étrangère publia un rapport, à la demande du Parlement danois, concernant l’histoire des armes nucléaires au Groenland. Ce rapport provoqua un véritable scandale, puisqu’il montrait qu’à l’époque le gouvernement danois avait autorisé tacitement le transport d’armes nucléaires au Groenland, en violation avec la déclaration officielle du Premier ministre, Hans Christian Hansen, qui affirmait en 1957 que le Danemark était une zone totalement exempte d’armes nucléaires.

Etat de la base lors d’une inspection en 1969 (source © Frank J. Leskovitz)

Le problème est que, 50 ans après l’abandon du projet, le réchauffement climatique qui touche particulièrement les hautes latitudes terrestres et provoque désormais des feux de brousse jusqu’au Groenland, menace la stabilité de ces vestiges qui à l’époque étaient enfouis sous 30 m de neige et qui s’étendent sur 55 hectares. Si la fonte de la glace se poursuit au rythme actuel, elle ne sera bientôt plus compensée par les chutes de neige, et les vestiges enterrés vont peu à peu être exhumés. Or il reste encore sur place plus de 200 000 l de fuel stocké dans des cuves sans doute percées depuis belle lurette par la rouille, ainsi de 20 000 l de produits chimiques divers et variés, 240 000 l d’eaux usées jamais traitées et 9 200 t de déchets de nature diverses, ainsi que des générateurs et transformateurs contenant des PCB, sans compter l’enceinte de confinement du réacteur nucléaire, toujours radioactive…

Voilà, s’il en était besoin, un exemple supplémentaire des conséquences potentielles de certaines des idées géniales qui ont germé un jour dans l’esprit de nos dirigeants et de nos élites militaires empreintes de la plus grande confiance dans leur toute puissance technologique, mais peu regardantes sur les risques que leurs élucubrations hasardeuses pouvaient faire courir aux générations futures…

L.V.  

Canal de Provence : des plans d’eau qui rayonnent…

14 novembre 2017

Le Canal de Provence à Saint Maximin, dans le Var (photo © Camille Moirenc / SCP)

Créée en 1957 sous la forme d’une société anonyme d’aménagement régional, la Société du Canal de Provence, qui vient de fêter ses 60 ans, résulte en réalité d’un pacte passé en 1955 entre la Ville de Marseille et les deux départements des Bouches-du-Rhône et du Var, dans l’objectif de mettre en commun leurs droits d’eau sur la rivière du Verdon. Dès 1963, la société s’est vue confier, par concession d’État, la mission de réaliser et gérer le canal de Provence destiné à acheminer, vers l’agglomération marseillaise et une partie du Var, l’eau du Verdon stockée grâce aux différents barrages de Sainte-Croix, Quinson, Gréoux, Castillon et Chaudanne.

La construction du canal s’est échelonnée entre 1964 et 1986, à partir de la prise de Boutre, à Vinon-sur-Verdon. A Rians, le canal se divise en deux branches, l’une desservant le pays d’Aix et le nord de Marseille, l’autre l’Est marseillais et le Var. Le réseau s’est progressivement étendu, y compris via la construction récente de la liaison Verdon – Saint-Cassien destinée à alimenter le littoral varois jusqu’au golfe de Saint-Tropez. Il comprend désormais près de 70 km de canaux à ciel ouvert, 140 km en galerie souterraine et pas moins de 4500 km de canalisations.

Le barrage de Bimont, près de la Sainte-Victoire, géré par la SCP

La gouvernance a évolué également avec l’arrivée de la Région PACA en 1983, puis celle du département de Vaucluse en 1988, pour le développement de l’irrigation dans la plaine du Sud-Luberon. En 2008, l’ensemble du patrimoine appartenant à l’Etat et concédé à la SCP a été transféré à la Région, renforçant ainsi l’appropriation par les collectivités territoriales de ce patrimoine hydraulique.

Branche nord du canal de Provence (photo © Camille Moirenc / SCP)

De l’ordre de 2 millions de personnes, soit 40 % de la population régionale est désormais alimenté en tout ou partie par de l’eau acheminée par le réseau de la SCP. Une des particularités de ce réseau réside dans son mode de régulation dynamique, géré de manière centralisée depuis le siège de la société basé au Tholonet, et qui permet d’ajuster à tout moment les débits délivrés en fonction de la demande effective des utilisateurs.

C’est ce souci constant de l’innovation technologique qui a poussé la SCP, depuis déjà quelques années et après avoir exploité toutes les potentialités de l’hydroélectricité, à s’intéresser à la production d’énergie solaire sur son propre réseau. Dans une région aussi ensoleillée, un des freins au développement de cette production réside en effet dans le coût du foncier qui réduit les possibilités d’implantation de centrales photovoltaïques. Or, les plans d’eau et les canaux gérés par la SCP constituent de vastes superficies qui peuvent facilement être recouvertes de panneaux solaires.

Panneaux solaires installés dans le cadre du projet Canasol à Rians (source : Actu Environnement)

Qui plus est, une telle couverture présente de multiples intérêts. Les panneaux photovoltaïques protègent les canaux contre les intrusions et les chutes ou les baignades intempestives, ce qui est un des risques récurrents auquel est confrontée la SCP, et en même temps ils protègent l’eau des rayonnements solaires directs, ce qui permet de limiter l’évaporation et de garder à l’eau une certaine fraîcheur tout en évitant la prolifération des végétaux aquatiques, une autre des plaies de l’exploitant.

Et ce n’est pas tout ! En plein été et sous le chaud soleil de Provence, la température grimpe rapidement à la surface des panneaux photovoltaïques. Or, au-delà d’une certaine température (de l’ordre de 70 °C), le rendement des panneaux baisse fortement, perdant jusqu’à 15 % de leur efficacité énergétique. Le fait de les installer juste au-dessus de la surface des canaux présente donc une réelle opportunité puisqu’on peut facilement les arroser pour éviter tout échauffement intempestif.

Site du démonstrateur Canalsol à Rians (photo © Camille Moirenc / SCP)

Pour tester le concept, la SCP s’est alliée avec le pôle de recherche technologique du CEA en 2013, dans le cadre du pôle de compétitivité Capénergie, afin de créer une plateforme expérimentale située à proximité de son centre d’exploitation à Rians. 132 panneaux solaires ont ainsi été déployés et testés pendant plus d’un an à partir de l’automne 2014, pour évaluer l’intérêt du dispositif et comparer différentes orientations et modalités de refroidissement (par aspersion, par circulation direct ou par le seul effet passif de l’eau circulant à 1,20 m sous les panneaux et dont la température moyenne varie entre 15 et 18 °C).

Dispositif d’aspersion des panneaux photovoltaïques du projet Canalsol

Les résultats de ce projet de recherche baptisé Canalsol semblent suffisamment probants pour que la SCP poursuive ses efforts de développement technologique et envisage de passer à une phase très opérationnelle qui consisterait à installer une centrale photovoltaïque flottante sur le vaste réservoir à ciel ouvert du Vallon Dol situé sur les hauteurs de Marseille, au pied du massif de l’Étoile.

La réserve de Vallon Dol, sur les hauteurs de Marseille (photo © Camille Moirenc / SCP)

Ce gigantesque bassin qui s’étend sur 17 hectares contient 3 millions de m3 d’eau acheminée depuis le Verdon (soit plus de deux fois la capacité du Vieux Port !), de quoi assurer pendant une semaine entière l’alimentation en eau de toute la ville de Marseille. Construit en 1973, ce bassin qui peut être alimenté via les deux branches principales du canal de Provence sert de réserve pour l’usine de potabilisation située à proximité et géré par la SEM.

Pour aménager sur ce vaste plan d’eau une centrale solaire dont la puissance visée serait de 10 MW, la SCP vient de lancer une consultation, afin de choisir un partenaire avec lequel la SCP créerait une société de projet en vue de concevoir, financer, réaliser, exploiter, maintenir et vendre la production d’électricité de cette future installation de panneaux photovoltaïques flottants. Un projet ambitieux et innovant dont s’est fait l’écho La Provence et qui pourrait peut-être demain donner des idées à d’autres exploitants : à quand des panneaux photovoltaïques sur le Grand Canal à Venise ?

L.V. 

Des algues à la rescousse de la planète

21 octobre 2017

A Paris, la société Suez Environnement vient d’installer une nouvelle sorte de mobilier urbain qui rappelle furieusement les antiques colonnes Morris, lesquelles parsemaient les artères de la capitale au XIXème siècle pour afficher spectacles et informations diverses. Dressée sur la place d’Alésia dans le 14ème arrondissement, au centre d’un carrefour où transitent chaque jour en moyenne pas moins de 72 000 véhicules, cette colonne d »un nouveau style, est en réalité un puits de carbone expérimental, ainsi que l’ont rapporté notamment Le Monde et Les Echos.

Colonne Morris aquarium installée place d’Alésia (photo © Gilles Rolle / REA)

Le principe de fonctionnement est des plus simples. Comme chacun sait, les algues, ainsi que tous les végétaux pourvus de chloroplastes et aptes à la photosynthèse, absorbent en présence de lumière le gaz carbonique dont elles assimilent le carbone et rejettent l’oxygène.

La colonne Morris high tech de 4 m de hauteur installée en juillet 2017 place d’Alésia par Suez en accord avec la Mairie de Paris n’est ni plus ni moins qu’un vaste aquarium de 1 m³ qui contient des microalgues. Un système de ventilation leur permet de s’alimenter avec l’air ambiant chargé en gaz carbonique et en polluants divers dont le dixyde d’azote (NO2) rejeté en grande quantité par les pots d’échappement des véhicules et dont la quantité à cet endroit dépasse régulièrement le seuil réglementaire de 40 µg/m³, selon les données d’Airparif.

Principe de fonctionnement du puits de carbone (source © SUEZ)

Des diodes électroluminescentes fournissent aux algues l’éclairage suffisant pour optimiser les réactions de photosynthèse et l’oxygène ainsi produit est rejeté dans l’air ambiant grâce au système de ventilation : rien de plus simple, il suffisait d’y penser ! A force de se goinfrer ainsi de gaz carbonique, les microalgues vont naturellement croître et se multiplier. Quand il y en aura trop, un coup de chasse d’eau et la biomasse en excès filera via le réseau d’assainissement vers la station d’épuration où elle sera transformée en biogaz. Après traitement, le méthane ainsi récupéré sera ensuite réinjecté dans le réseau de gaz naturel. Un bel exemple d’économie recyclée où l’on est gagnant à chaque étape…

Prototype en cours de test à la station d’épuration de Colombes (source © SUEZ)

Le dispositif, mis au point avec la start-up Fermentalg, basée à Libourne en Gironde et spécialisée dans la production de microalgues destinées à la nutrition humaine et animale, a fait l’objet d’une présentation lors de la COP 21 en décembre 2015. En janvier 2017, un premier test en vraie grandeur a été effectué à l’usine de traitement des eaux usées du SIAAP (Syndicat interdépartemental de l’assainissement de l’agglomération parisienne) à Colombes où un puits de carbone a été mis en place, alimenté par les gaz à effet de serre rejetés par les fumées du four d’incinération des boues de l’usine. Le système a donné entière satisfaction et la durée de vie des algues s’est révélée bien plus longue que prévu grâce à cette source d’alimentation constante en CO2.

Devant le succès de l’opération, la question s’est posée de poursuivre l’expérimentation dans un site urbain où les taux de gaz carbonique varient davantage. Célia Blauel, adjointe en charge de l’environnement à la mairie de Paris, s’est ainsi laissée convaincre et la fameuse colonne Morris a donc été installée place d’Alésia. L’objectif est de fixer une tonne de CO2 par an, soit un effet comparable à une centaine d’arbres, tout en produisant une dizaine de kg de biométhane, un objectif jugé bien modeste par certains au vu du coût de l’investissement, qui n’a pas été communiqué mais qui semble assez élevé. Le système permettra aussi d’absorber une partie des polluants atmosphériques de type oxydes de soufre, mais c’est seulement à l’issue de cette phase expérimentale qu’on pourra déterminer dans quelle proportion.

Bref, le chemin semble encore bien long avant que de telles colonnes épuratoires ne se développent dans les rues de la capitale, mais l’idée est ingénieuse et vient rappeler à quel point les algues peuvent être des auxiliaires précieux de notre vie quotidienne. Les microalgues en particulier, qui sont très abondantes dans de nombreux milieux naturels et peuvent facilement être cultivées sans nécessiter pour cela de vastes surfaces agricoles, ont un potentiel de développement dix à trente fois supérieur aux plantes terrestres, puisqu’elles sont capables de doubler leur biomasse chaque jour dans des conditions optimales.

Réacteurs photo-biologiques pour la culture de micro-algues (source © WebTV de l’Université de Nantes)

Utilisées de longue date comme nutriment, cosmétique, colorant ou complément alimentaire, les microalgues pourraient bien contribuer demain à la production de biocarburants, pour l’instant issu surtout de la transformation de soja mais au prix de l’accaparement de vastes superficies de terres agricoles. Ainsi, des chercheurs chiliens sont parvenus récemment à produire du biodiesel à base de microalgues en essayant de réduire autant que possible la quantité d’énergie nécessaire pour la croissance de ces organismes unicellulaires, mais le procédé reste pour l’instant au stade de la recherche.

Bitume bio obtenu à partir de résidus de microalgues (source © WebTV de l’Université de Nantes)

En attendant, des chercheurs du CNRS et de l’université de Nantes associés avec la société AlgoSource Technologies basée à Saint-Nazaire, sont peut-être en train de mettre au point le bitume algaire de demain, ainsi que l’a rapporté Le Monde. Leurs travaux, issus du projet Algoroute, publiés en avril 2015 dans la revue ACS Sustainable Chemistry & Engineering et qui ont fait l’objet du dépôt d’un brevet, montrent en effet qu’il est possible, en laboratoire, d’obtenir à partir de résidus de microalgues placés dans un bain d’eau chauffée sous pression, une substance visqueuse hydrophobe, qui présente des caractéristiques similaires à celles du bitume pétrolier : même couleur noire, même viscoélasticité qui assure la cohésion des granulats entrant dans la composition des revêtements routiers, et propriétés rhéologiques comparables conférant au matériau résistance et flexibilité sous l’application de charges roulantes.

Voilà en tout cas qui laisse entrevoir, pour un avenir peut-être proche, des possibilités intéressantes de substitution de certains produits dérivés de l’exploitation pétrolière. A défaut de se passer de routes et de voitures, ce sont peut-être les cultures d’algues qui permettront un jour de trouver enfin un équilibre durable entre développement économique et pérennité de notre environnement naturel…

L.V.  

Ciel d’apocalypse en Bretagne et fournaise portugaise

18 octobre 2017

Le ciel au-dessus des toits de Rennes, lundi 16 octobre après-midi (photo © Marie Dufay / AFP)

Voilà encore de bien étranges manifestations du changement climatique global que l’on peut observer et dont les médias se sont largement fait l’écho. Ce lundi 16 octobre 2017, les Bretons ont eu la surprise d’observer un ciel plombé couleur jaune sépia plongeant leur quotidien dans une lumière crépusculaire et glauque alors que le thermomètre marquait 19 °C à Brest, à 8h du matin, et jusqu’à 25 °C dans la journée, des températures pour le moins inhabituelles à cette période de l’année.

Cette sinistre coloration jaunâtre du ciel, s’accompagnant d’une odeur prononcée de cendre, a plongé plusieurs villes bretonnes dans une ambiance quasi apocalyptique qui a beaucoup fait jaser sur les réseaux sociaux. Cette situation découle directement du flux d’air orienté du sud et correspondant au déplacement de l’ouragan Ophelia. Ces vents qui soufflaient lundi jusqu’à 130 km/h se sont chargés, lors de leur passage sur les côtes nord-africaines, de très nombreuses particules sableuses qu’ils ont charriés à travers toute la péninsule ibérique puis dans leur traversée du Golfe de Gascogne.

Ciel jaune et températures élevées pour la saison en Bretagne heures (photo © David Vincent / AP)

De nombreux records de chaleur ont été battus du fait de cette arrivée d’air subtropical poussé par la tempête Ophelia. On a ainsi relevé plus de 30 °C à Pau ou Mont-de-Marsan et même 31 °C à Vic-en-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées. A Calais, le thermomètre a affiché jusqu’à 26 °C, soit 10 °C de plus que les normales saisonnières. A Uccle, près de Bruxelles, la station météo qui date de 1833 n’avait jamais enregistré un tel record de chaleur (25,7 °C) à une période aussi tardive de l’année…

Après la Bretagne, c’est le sud de l’Angleterre qui a été frappé par le même phénomène. Dans l’après-midi du 16 octobre, la ville de Londres elle-même a été plongée dans cette atmosphère irréelle et angoissante occasionnée par un ciel orangé.

En parallèle, la tempête s’est renforcée en poursuivant sa route vers les côtes irlandaises. A la mi-journée, des rafales soufflant à 190 km/h ont été enregistrées à la pointe sud de l’île. De nombreuses toitures se sont envolées et on déplore trois morts, pour la plupart écrasés suite à la chute d’arbres. Le soir, environ 360 000 foyers étaient privés d’électricité. Cette tempête est sans doute une des pires qu’ait connue l’Irlande depuis le passage de l’ouragan Debbie en 1961, qui avait fait 11 victimes.

Passage de l’ouragan Ophelia sur les côtes irlandaises

Mais en Bretagne comme en Angleterre, l’air n’était pas seulement chargé de particules sableuses d’origine saharienne. Il charriait aussi les cendres des gigantesques incendies qui ravagent actuellement le Portugal, attisés par ces vents violents qui balaient les côtes de la péninsule ibérique. Des centaines de départs de feu se sont ainsi déclarés dimanche 15 octobre dans le nord et le centre du Portugal, ainsi que dans la région espagnole voisine de Galice. Certains semblent d’origine criminelle mais la plupart sont liés à l’imprudence, et tous ont été attisés par les vents violents de l’ouragan Ophelia, se propageant rapidement du fait de l’extrême sécheresse de la végétation après des mois de déficit pluviométrique.

A ce jour, on estime à 350 000 hectares au moins la superficie qui est ainsi partie en fumée au Portugal lors de cet épisode, et le bilan humain est particulièrement lourd avec 4 morts en Espagne et 41 au Portugal. Plus de 3000 pompiers ont été mobilisés pour lutter contre les flammes, avec même l’aide de bombardiers d’eau italiens.

Feu de forêt dans la région de Leiria, le 18 juin 2017 (photo © Patricia De Melo Moreira / AFP)

Déjà, en juin dernier, le pays avait été victime d’un gigantesque incendie qui avait provoqué la mort de 64 personnes dans la région de Leiria. Provoqué par la foudre alors que les températures au sol dépassaient les 40 °C, le feu avait progressé à une vitesse phénoménale parmi les forêts de pins et d’eucalyptus, piégeant de nombreux habitants dans leur maison ou sur les routes. Un véritable désastre malgré la mobilisation de 2000 pompiers volontaires.

A côté de ces feux de forêts catastrophiques, l’incendie qui a menacé Carnoux cet été paraît bien anodin même s’il aurait pu avoir lui-aussi des conséquences dramatiques. Et bien d’autres se sont produit récemment à travers le monde. Ainsi, la Californie qui fait l’objet depuis le 8 octobre de violents incendies, les pires peut-être que cette région a connu depuis 1933, même si en septembre 2015 déjà, la Californie avait été ravagée par les flammes, déplorant alors la destruction de plus de 600 bâtiments dont de nombreuses maisons d’habitation.

Maison en flamme dans la région de Napa en Californie le 9 octobre 2017 (photo © AFP)

Depuis le début du mois d’octobre, 22 départs de feu ont été notés et le dernier bilan disponible à ce jour fait état de 86 000 hectares brûlés avec près de 5 000 maisons réduites en cendres. Plus de 600 000 personnes ont dû être évacuées en catastrophe et au moins 41 mort sont à déplorer, ainsi que 88 disparus. Un très lourd bilan donc et des images d’apocalypse là aussi comme le montrent les photos aériennes : des lotissements entiers ont été totalement rayés de la carte suite au passage des flammes.

Fourgon postal distribuant le courrier dans les ruines de Santa Rosa, Californie, le 10 octobre 2017 (capture video © Douglas Thron)

Le photographe Douglas Thron, filmant avec son drone les ruines de la ville de Santa Rosa, dans le nord de la Californie, a néanmoins eu la surprise d’y repérer une activité insolite, celle du fourgon de la Poste venant consciencieusement distribuer le courrier dans les boîtes aux lettres, seules vestiges non calcinés au milieu d’un champ de ruines. Contrairement à la Poste de Carnoux, qui n’est plus que l’ombre d’un service public bien chancelant, la Poste californienne fait preuve d’un niveau de résilience remarquable…

L.V.

Photovoltaïque : à l’ombre des tulipes en fleur…

9 octobre 2017

L’irrigation des vignes, une pratique en plein développement

Avec le réchauffement climatique qui se profile, les conditions climatiques méditerranéennes sont en train d’évoluer et les mesures d’adaptation sont d’ores et déjà indispensables, en particulier dans le monde agricole. Les viticulteurs utilisent de plus en plus l’irrigation au goutte-à-goutte dans leurs vignes, encouragés en cela par les producteurs d’eau brute qui y voient là un débouché commercial juteux. Les pratiques culturales elles-mêmes évoluent avec un développement des bandes enherbées entre les rangs de vigne pour limiter les risques d’érosion lors des violents orages qui risquent de se multiplier à l’avenir.

Parallèlement, on assiste à la mise en œuvre de pratiques encore expérimentales qui consistent à installer des panneaux photovoltaïques dans les champs, au milieu des cultures, pour produire de l’électricité verte tout en participant à l’ombrage des parcelles qui sinon seraient grillées par le soleil.

La méthode paraît de prime abord plutôt farfelue puisqu’on sait que les végétaux pour se développer ont principalement besoin de lumière, moteur essentiel de la photosynthèse. Mais dès 1981, des chercheurs allemands ont imaginé installer des panneaux photovoltaïques au milieu des champs en calculant que, si on les place à une hauteur suffisante au dessus du sol et moyennant un espacement adapté, leur impact sur le rayonnement solaire au sol est tout à fait acceptable.

Une telle disposition permet bien entendu de valoriser au maximum l’espace agricole puisqu’on ne se contente pas d’y faire pousser des choux, des carottes ou du colza, mais qu’on peut en même temps y produire de l’électricité. Mais en réalité, l’idée est encore plus astucieuse qu’il n’y paraît et s’apparente plutôt au concept de l’agroécologie et des cultures étagées, mis en valeur par des générations de paysans à travers le monde.

Globalement, la photosynthèse augmente avec le niveau de radiation solaire, mais on observe expérimentalement un palier au-delà duquel toute augmentation d’irradiation n’a plus d’effet, sinon d’augmenter l’évapotranspiration jusqu’à conduire dans certains cas au flétrissement. D’où l’idée d’utiliser les panneaux photovoltaïques comme des ombrières qui se déploient au-delà de ce point pour protéger les cultures une fois qu’elles ont eu leur dose optimale de rayonnement solaire.

Dispositif test mis en place par le Japonais Akira Nagashima (source : renewable energy world)

C’est cette idée qu’a mise en pratique dès 2004 le Japonais Akira Nagashima, ex-ingénieur en machinisme agricole, en bricolant une sorte de pergola constituée de panneaux photovoltaïques espacés, posés sur une structure métallique légère facilement démontable. Ses essais ont montré qu’il fallait laisser au moins deux-tiers de vide non ombragé entre les panneaux pour en optimiser l’efficacité. Encouragé par le Ministère de l’agriculture le procédé tend à se développer au Japon où il apporte aux maraîchers un complément substantiel de revenus.

Dispositif expérimental installé dans le cadre du projet Sun’Agri

En France, l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) s’intéresse également à cette pratique et travaille depuis 2009 avec la société française Sun’R, à un programme de recherche dénommé Sun’Agri. Objectif affiché : développer « l’agrivoltaïque dynamique », rien de moins… Pour rester simple, il s’agit simplement d’optimiser au mieux la cohabitation entre les cultures au sol et les panneaux photovoltaïques situés à plus de 4 m de hauteur pour ne pas gêner le passage des engins agricoles.

Ces panneaux permettent la production électrique comme revenu secondaire pour l’agriculteur mais participent également à l’optimisation de la production agricole. En effet, un système astucieux de pilotage permet d’orienter à volonté les panneaux pour assurer un ombrage minimal au sol pendant les phases de photosynthèse, plus important lors des grandes chaleurs, et total (en plaçant les panneaux à plat comme une toiture) pour assurer une protection contre les gelées nocturnes hivernales.

Plus près de chez nous, la société Agrivolta, créée en 2016 par un ancien horticulteur de Rousset, Christian Davico, et sa fille, et installée dans l’incubateur d’entreprises CleanTech, sur le plateau de l’Arbois à Aix-en-Provence, s’investit également sur ce créneau. Comme le raconte La Provence, c’est sa propre expérience de producteur qui l’a conduit sur cette voie, afin de proposer des solutions techniques qui permettent en même temps de protéger les cultures florales, particulièrement vulnérables aux aléas climatiques, contre les excès d’ensoleillement et contre les gelées, mais aussi contre les orages violents et la grêle, là encore en utilisant des panneaux photovoltaïques orientables montés sur portiques et qui pourraient même être pilotés à distance par les équipes techniques de la jeune start-up afin d’en optimiser la disposition.

Récompensée en septembre 2017 par le premier prix de l’innovation remis dans le cadre des Smart City Innovation Awards par La Tribune et Aix-Marseille French Tech, la jeune entreprise aixoise vient de signer un premier contrat prometteur avec le SCRADH, le Syndicat du centre régional d’application et de démonstration horticole. Créée en 1984 et basé à Hyères-les-palmiers, cette station expérimentale spécialisée dans la filière des fleurs coupées est affiliée à l’Institut technique de l’horticulture (ASTREDHOR) et emploie 14 personnes au bénéfice de ses 180 adhérents, pour développer des techniques innovantes de production en plein champ, sous serres et hors-sol.

Vue du prototype d’Agrivolta à Hyères (photo DR – La Provence)

A Hyères, les expérimentations pilotées par le SCRADH viseront dans un premier temps à étudier l’effet de l’ombrière photovoltaïque intelligente brevetée par Agrivolta sur un champ de pivoines, et ceci sur une durée de 3 ans. L’objectif n’est pas seulement de faire rougir les pivoines mais plus prosaïquement d’évaluer l’impact du dispositif sur les rendements agricoles et les consommations d’eau. Après les ombrières photovoltaïques sur les parkings de gare et de supermarchés, et bientôt peut-être sur les canaux de la Société du Canal de Provence, voila qu’on va peut-être devoir s’habituer aussi à en voir fleurir au milieu des parcelles agricoles…

L.V.  

Quand sort la recluse et que se mélangent réalité et fiction…

24 août 2017

Les amateurs de Fred Vargas se sont naturellement tous précipités sur son dernier roman, au titre énigmatique, publié par les éditions Flammarion et intitulé « Quand sort la recluse ». Le commissaire Adamsberg s’y trouve confronté à une histoire bien étrange et dont il est bien entendu hors de question de révéler le moindre indice pour ne pas gâcher par avance le plaisir du lecteur. Qu’il sache cependant que cette notion de « recluse » est à double sens comme souvent dans les romans foisonnants de celle qui fit jadis sa thèse de doctorat en histoire sur la peste au Moyen-Age mais qui fut aussi employée par le CNRS comme spécialiste en archéozoologie.

Fred Vargas (photo © Visual)

On ne sera donc pas étonné qu’il soit notamment question dans cette histoire de ces femmes pénitentes qui se faisaient enfermer autrefois jusqu’à ce que mort s’ensuive dans un reclusoir, minuscule cellule dont l’entrée était définitivement murée et qui survivaient tant bien que mal grâce aux quelques aumônes de nourriture que les passants leur déposaient via la fenestrelle, petit orifice souvent placé très en hauteur et seul lien avec le reste du monde.

Mais l’on y apprend aussi que la recluse est une petite araignée très discrète, qui ne tisse pas de toile, mais se tapit au fond d’une anfractuosité pour y guetter sa proie. On ne l’aperçoit que très rarement, et pourtant tout le roman est bâti autour d’elle et de ses morsures redoutables, susceptibles de provoquer de terribles nécroses.

L’araignée violon Loxosceles rufescens (photo © 2011 Mark Fox)

De son vrai nom Loxosceles rufescens ou araignée violoniste à cause de la forme de son céphalothorax, cette minuscule araignée brune de la famille des Sicariidae et que l’on trouve notamment dans le sud de la France, a été décrite dès 1820. Sa taille ne dépasse guère 1 cm et elle n’est absolument pas agressive pour l’homme mais elle peut néanmoins piquer lorsqu’elle se retrouve malencontreusement prisonnière d’un vêtement, après s’être cachée au fond d’un placard à l’abri de la lumière.

La quantité de venin qu’elle injecte est faible et sa morsure est donc infiniment moins redoutable que celle de sa cousine américaine Loxosceles reclusa, l’authentique recluse, dont la morsure provoque des nécroses cutanées parfois spectaculaires conduisant dans certains cas jusqu’à la mort.

La cousine américaine Loxosceles reclusa

Or régulièrement les médias se font échos de patients atteints par des morsures de ce type dans le sud de la France alors que la présence de la recluse américaine n’est pas attestée sur le territoire national. On trouve ainsi sur internet la trace d’un reportage de France 3, paru en juillet 2015, qui évoque les cas de trois personnes hospitalisées à Nîmes et à Montpellier en quelques mois, trois patientes qui ont dû subir des interventions chirurgicales après avoir développé des nécroses spectaculaires à la cuisse et au bras suite à des morsures attribuées à la fameuse araignée violon Loxosceles rufescens.

Un médecin du Centre anti-poison de Marseille indique d’ailleurs avoir déjà eu connaissance de deux autres cas sévères du même type survenus à Nîmes en 2009 et pense que la toxicité exceptionnelle du venin de la petite araignée s’expliquerait par les fortes chaleurs.

Exemple de nécrose sur une plaie

Un autre article de La Dépêche, daté de la même période, fait lui état de deux femmes habitant respectivement dans l’Hérault et dans le Gard et cite leur témoignage, toutes les deux ayant été piquées alors qu’elles enfilaient leur pantalon. Dans les deux cas il a fallu recourir à des opérations de chirurgie esthétique pour supprimer les parties nécrosées qui s’étendaient sur une large surface d’une dizaine de cm malgré un traitement antibiotique administré très rapidement. Mais contrairement au précédent article, les morsures sont attribuées non pas à Loxosceles rufescens mais à sa cousine américaine, la recluse qui, selon certaines sources, serait présente en France depuis le début des années 2000.

Ceux qui liront le dernier opus de Fred Vargas retrouveront dans ces quelques faits divers une matière qui a manifestement inspiré la romancière : polémique qui enfle sur la toile suite à plusieurs cas graves de morsures attribuées à l’araignée violon en début de période estivale précisément dans le Gard, débats sans fin sur l’hypothèse selon laquelle le venin de l’araignée deviendrait plus virulent en période de forte chaleur, supputations sur l’influence du changement climatique comme facteur déclenchant, etc. Nul doute que l’archéozoologue à l’imagination fertile a puisé dans ces dépêches d’agence et dans les forums de discussion qu’elles suscitent inévitablement de quoi alimenter son histoire.

Mais le plus cocasse est que l’histoire se répète. Alors que le livre de Fred Vargas a été édité en mai 2017, voilà que l’on voit fleurir de nouvelles alertes rendues publiques initialement par France Bleu Roussillon puis reprises par de nombreux médias, sans curieusement qu’il y soit fait allusion au roman qui vient de paraître… Il s’agirait cette fois d’au moins quatre cas de patients traités à la clinique Saint-Pierre de Perpignan. Tous se plaignent de fortes brûlures et de démangeaisons accompagnées dans certains cas de fièvre suite à des piqûres d’insectes qui se sont infectées, avec parfois une plaque nécrosée noire au centre de la rougeur.

La magnifique araignée-paon, nettement moins discrète que la recluse

A Perpignan, les médecins ont conclu à des morsures de la cousine américaine Loxosceles reclusa. Mais les arachnologues restent sceptiques, eux qui affirment n’avoir encore jamais repéré la recluse sur le territoire national, alors qu’il existe 44 000 espèces d’araignées connues et que l’on en découvre fréquemment de nouvelles, la plus insolite étant peut-être la très exotique araignée-paon, une espèce endémique d’Australie..

Une chose est sûre, le sujet n’a certainement pas fini de faire gamberger. Pour peu que le roman policier de Fred Vargas ait autant de succès que ses ouvrages précédents, les habitants du sud-est de la France n’ont pas fini d’incriminer, à chaque piqûre d’insecte, la petite araignée violon, que manifestement bien peu peuvent se vanter d’avoir jamais vu mais qui pourrait bien faire le buzz sur la toile…

L.V.

Feu de brousse au Groenland : où va t-on ?

16 août 2017

Décidément, les effets du réchauffement climatique sont de plus en plus manifestes, n’en déplaise aux climato-sceptiques et autres responsables politiques attardés. Une des conséquences attendues du réchauffement climatique global est l’augmentation du risque de feux de forêt, et de ce point de vue, le cru 2017 fait honneur aux prévisions…

Canadair en action sur un feu de forêt

Alors que plus de 11 000 hectares de forêts ont déjà brûlé en France depuis le début de l’été 2017, notamment dans le Var et en Haute-Corse, chiffres malheureusement encore très provisoires, issus de la base de données Prométhée, et que déjà 360 000 hectares sont partis en fumée sur l’ensemble de l’Europe, principalement autour du bassin méditerranéen, selon EFFIS, le système européen d’information sur les feux de forêts, voila maintenant que l’on signale des feux de brousse au Groenland !

En matière de lutte contre le changement climatique, il n’y a pas le feu au lac, comme persistent à s’en convaincre les plus sceptiques. Certes, mais il y a quand même déjà le feu à la calotte glaciaire…

Rattaché administrativement au Danemark, le Groenland est la deuxième plus grande île du monde, avec une superficie totale de plus de 2 millions de km², soit quatre fois l’étendue du territoire métropolitain français. Situé entre le Canada et l’Islande et bordé au nord par l’Océan glacial arctique, le pays est recouvert à 80 % par une calotte glaciaire, un vaste inlandsis dont l’épaisseur de glace dépasse localement 3 km. Seules les bordures ouest et sud du territoire sont recouvertes de végétation, une toundra constituée de mousses, de lichens et de plantes herbeuses, ainsi que de bouleaux nains ne dépassant pas quelques dizaines de centimètres de hauteur.

Paysage de toundra au Groenland

On est donc loin de la végétation du maquis corse et de celle de la garrigue méditerranéenne avec ses pins d’Alep qui s’enflamment comme des torches à la moindre étincelle. Et pourtant, même dans ce paysage semi-glaciaire où la température peut descendre jusqu’à -66 °C et où le cumul annuel de précipitation peut atteindre 2,5 m dans le sud, voila que l’on signale des feux de brousse récurrents…

Le phénomène était considéré comme extrêmement rare à ces latitudes jusqu’à présent, car les conditions de climat et de végétation sont beaucoup moins propices que dans le nord-ouest canadien, davantage boisé, où le risque tend à se multiplier, comme on l’a vu en mai 2016, lorsqu’un gigantesque incendie avait ravagé plus de 100 000 hectares de forêt autour de Fort-Murray au Canada, nécessitant l’évacuation préventive de 80 000 personnes.

Carte de la zone touchée (infographie © Audrey Dufour / La Croix)

En 2015 et 2016, plusieurs incendies avaient déjà été signalés sur les rivages du Groenland, mais dans le sud du pays. Cette année, le phénomène s’est déclenché dans une zone cotière située dans l’ouest, plutôt en altitude, dans un secteur habituellement recouvert de neige. Le départ de feu a été repéré par un survol aérien le 31 juillet 2017, à environ 150 kilomètres au nord-est de Sisimiut, une localité de 5 500 habitants (soit un dixième de la population totale de tout le Groenland !), et confirmé ensuite par plusieurs images satellites, début août, qui donnent une idée de l’extension du phénomène. On estime à environ 15 km², soit 1500 ha, la surface de toundra ainsi partie en fumée en quelques jours, dans un pays qui n’est pas équipé pour lutter contre ce type de risque naturel. Et un deuxième foyer d’incendie a été repéré quelques jours plus tard, plus au sud, confirmant la réalité de ce risque alors que la température estivale est exceptionnellement élevée avec des pointes dépassant allègrement les 20 °C…

Image satellite de l’incendie le 3 août 2017 obtenue par le satellite Copernicus et retraitée par Pierre Markuse

Ces observations sont particulièrement inquiétantes aux yeux des climatologues car les régions polaires sont les plus affectées par le réchauffement climatique, avec une augmentation moyenne de la température qui y est deux à trois fois plus élevée que sur le reste du globe. A leurs yeux, ces incendies inédits, quelle qu’en soit leur cause (qui n’est pas connue à ce jour), sont la conséquence directe du recul de la calotte glaciaire qui met à jour des étendues végétalisées de plus en plus vaste, dont le sol tourbeux est riche en matière organique, sujet à une combustion lente mais très difficile à combattre.

Vue satellite du feu le 3 août 2017 (photo Landsat USGS © NASA)

Ces incendies sont d’autant plus dangereux que leurs effets indirects contribuent largement à accélérer le réchauffement climatique lui-même. La combustion provoque naturellement de fortes émissions de gaz carbonique, mais aussi de méthane, contenu en quantité dans les sols tourbeux habituellement gelés, deux gaz à effet de serre ainsi libérés en grande quantité dans l’atmosphère. De plus, la suie issue de la combustion se dépose sur les étendues enneigées aux alentours, limitant fortement le pouvoir réflecteur de cette dernière et accélérant ainsi sa fonte.

Inlandsis du Goenland (photo © Halorache / expédition A Carré 2009)

Voilà en tout cas un nouveau facteur aggravant dont nous n’avions pas vraiment besoin et qui risque d’accélérer encore les impacts négatifs du réchauffement climatique dans une des régions qui y est le plus vulnérable. On savait déjà que la fonte de l’ensemble de la calotte glaciaire du Groenland pouvait se traduire par une élévation totale de 7 m du niveau de la mer, avec les conséquences catastrophiques qui en résultent pour de très nombreuses régions côtières. On avait aussi estimé que un tiers de l’élévation actuelle du niveau des océans (qui est depuis plusieurs années déjà de l’ordre de 3 mm/an en moyenne) était d’ores et déjà due au recul de cette calotte glaciaire et à l’augmentation de débit des cours d’eau côtiers issus de cette fonte.

Mais voila que l’on commence à apercevoir d’autres risques liés à ces pertubations climatiques dans les zones arctiques. Les feux de brousse en sont un de ces aspects inédits. La fonte du permafrost, sol gelé en permanence en profondeur et qui s’étend sur des millions de km², dans le nord de l’Europe, le Canada et la Sibérie, pourrait constituer un autre facteur aggravant particulièrement explosif. Les conséquences déjà observées ne se limitent en effet pas aux seuls impacts sur les fondations des infrastructures édifiées sur ce type de sol !

La fonte du pergélisol libère des quantités énormes de carbone organique que les bactéries peuvent transformer en gaz carbonique et en méthane, ce qui rique d’accélérer considérablement l’impact du réchauffement climatique, avec un effet d’emballement incontrôlable. Une véritable bombe climatique en perspective !

Inspection vétérinaire d’un troupeau de rennes dans la péninsule de Yamal, dans le Grand Nord russe (photo © AFP / publiée dans Science et avenir)

Et ne parlons pas des risques sanitaires que certains redoutent. En 2016, sur la péninsule de Yamal, à 2500 km au nord-est de Moscou, un enfant est décédé et 23 personnes ont été infectées par l’anthrax, la redoutable maladie du charbon, transmise par un virus, disparu de la région depuis au moins 75 ans mais qui se trouvait à l’état de latence dans un cadavre de renne qui avait dégelé suite aux températures exceptionnellement chaudes (jusqu’à 35 °C !) de l’été 2016. On craint désormais que ce type de risque se multiplie, réveillant d’autres virus dont celui de la variole, officiellement éradiquée et contre laquelle on ne se protège plus, avec même des scénarios catastrophes impliquant certains virus géants et totalement inconnus repérés dans des cadavres de mamouths congelés. Bienvenu dans le nouveau monde du réchauffement climatique…

L.V.  

6ème extinction massive : l’agonie sera brève…

11 juillet 2017

Nous avons tous en tête cette question lancinante qui nous obsède : comment les dinosaures, maîtres du monde et omniprésent à la surface de la Terre durant des millions d’années ont-ils pu bien pu disparaître du jour au lendemain ou presque et céder ainsi la place à d’autres espèces aussi fragiles que ridicules, qui ne faisaient pas le poids à côté de ces monstres, et qui pourtant ont su occuper toute la place laissée libre par leurs redoutables prédécesseurs ?

Astéroïde géant, supernova tueuse, crise climatique brutale ou éruption volcanique cataclysmique, les hypothèses ne manquent pas pour expliquer ces extinctions massives d’espèces qui se sont produites à de multiples reprises depuis que la Terre existe. Celle qui a eu lieu à la fin du Crétacé, il y a maintenant 65 millions d’années ne serait que la cinquième de ces grandes extinctions massives connues, et encore certains en répertorient même plusieurs dizaines.

Pour ce qui est de la disparition des dinosaures, on soupçonne que la chute d’une météorite de 10 à 20 km de diamètre, tombée malencontreusement dans le Golfe du Mexique, aurait pu provoquer un cataclysme suffisant pour expliquer la disparition de ces reptiles qui avaient pourtant su coloniser la quasi-totalité de la planète. D’autres évoquent l’émission de millions de m3 de laves qui s’épanchaient alors sur le vaste plateau du Deccan en Inde durant une vague d’éruptions qui dura pendant près de 1 million d’années, induisant des changements climatiques majeurs à l’origine de la disparition de 47 % des espèces marines et 18 % des vertébrés terrestres, dont la totalité des dinosaures et des reptiles volants.

Empilement de coulées basaltiques au Deccan (Inde)

Une véritable hécatombe donc, mais qui, bien que reliée sans doute à un (ou plusieurs) événement déclencheur brutal, ne s’est probablement pas faite du jour au lendemain comme on a trop tendance à se le représenter. Cela a sans doute pris plusieurs dizaines voire centaines de milliers d’années ! Les hypothèses les plus récentes (mais toujours controversées) estiment que c’est l’impact de la météorite de Chicxulub qui serait à l’origine d’une disparition rapide de la végétation du fait des perturbations climatiques associées à un tel impact, mais que son effet aurait été aggravé par les émissions volcaniques massives du Deccan, elles-mêmes déclenchées par l’impact, tout en reconnaissant qu’il s’est probablement passé environ 50 000 ans entre les deux événements, une paille !

Ammonites pourchassées par un mosasaure

Le plus probable en tout cas est que c’est la photosynthèse qui a été affectée en priorité par ces événements cataclysmiques, provoquant par contrecoup la disparition des espèces végétariennes qu’elles soient marines (ammonites et autres belemnites notamment, mais aussi les mosasaurus qui s’en nourrissaient) ou terrestres, dont les fameux dinosaures, qui ont néanmoins survécu via leurs descendants que sont les oiseaux. Les mammifères, eux, ont profité de l’occasion pour se diversifier et proliférer.

Car c’est une constante du genre : la durée de vie moyenne d’une espèce animale ou végétale est de l’ordre de 5 à 6 millions d’années. Ensuite, elle disparaît ou elle donne naissance, par mutation, à de nouvelles espèces. La vie sur Terre étant riche de millions d’espèces différentes, cela revient à dire que plusieurs espèces disparaissent chaque année, tandis que de nouvelles surgissent régulièrement. Sauf lors de ces crises exceptionnelles qui voient disparaître au même moment des millions d’espèces. La Nature a besoin ensuite de plusieurs millions d’années pour retrouver un nouvel équilibre.

Présenté ainsi, on pourrait considérer que la perte de biodiversité que nous vivons actuellement et que beaucoup présentent comme La Sixième Extinction (c’est le titre d’un livre de la journaliste Elisabeth Kolbert, publié en 2015 et qui a été couronné par le Prix Pulitzer), n’est donc qu’une péripétie de plus comme la Terre en a connue plusieurs au fil des temps géologiques. Sauf que jamais la disparition des espèces n’a connu un rythme aussi rapide et ceci sans même faire appel à une bonne vieille catastrophe naturelle ou un bombardement cosmique de derrière les fagots.

Le dodo, une espèce décimée par l’homme (crédit photo : Ballista)

Selon une étude publiée en juin 2015 dans Science Advances, le taux actuel de disparition des espèces animales serait d’au moins 100 fois supérieur à ce qu’il n’était avant 1900, soit un rythme d’extinction sans précédent depuis la fin des dinosaures. L’Union internationale pour la conservation de la nature considère ainsi qu’environ 41 % des espèces d’amphibiens et 26 % des espèces de mammifères sont désormais menacées d’extinction. Il suffit de se promener dans la galerie du Museum d’Histoire naturelle à Paris pour retracer l’histoire de ces centaines d’espèces qui ont déjà disparu de la surface du globe, exterminées volontairement ou non par des générations de chasseurs.

Et la situation s’aggrave comme vient encore de le montrer une étude publiée cette semaine dans les Proceedings of the National Academy of Sciences par des chercheurs américains et mexicains. Sur 27 600 espèces de vertébrés terrestres étudiés, les chercheurs ont constaté que 32 % avaient vu leurs populations décliner dangereusement, ce qui est un prélude à leur disparition annoncée. La plupart de ces espèces voit son aire de répartition se réduire drastiquement, ce qui est à l’origine de son déclin. Ainsi, le nombre de lions a chuté de 43 % au cours des 20 dernières années et ils ne sont plus présents en Afrique que sur de minuscules territoires résiduels.

Le chardonneret élégant (source : Nature Alsace)

Les orang outangs à Bornéo ont vu leurs effectifs fondre de 25 % ces 10 dernières années tandis qu’en France le nombre de chardonnerets a diminué de 40 % dans le même temps. Au total, ces chercheurs estiment que le nombre total de vertébrés terrestres aurait ainsi été divisé par deux en 40 ans, ce qui vient confirmer les chiffres alarmistes annoncés en 2016 par le WWF qui estimait que 58 % des population de vertébrés avait disparu entre 1970 et 2012.

Les causes de cette nouvelle extinction massive qui se produit sous nos yeux à un rythme jamais connu sont parfaitement connues et analysées. Elles sont toutes liées directement à l’activité humaine : déforestation, urbanisation, exploitation minière, agriculture intensive, pollution des eaux, réchauffement climatique, transfert d’espèces invasives. La perte de biodiversité qui en résulte est maximale dans les milieux les plus vulnérables que sont notamment les îles, là où l’isolement avait permis le développement d’espèces endémiques qui disparaissent très rapidement lorsque l’activité humaine les met en contact de prédateurs nouveaux. La littérature scientifique regorge de tels exemples, mais l’enjeu est aussi la biodiversité ordinaire, celle des papillons et des abeilles dont les populations sont en train de s’effondrer alors même qu’elles sont vitales pour assurer la pollinisation nécessaire à l’activité agricole et donc à la survie de l’humanité.

Un dessin signé Ahmet Aykanat

C’est finalement la seule bonne nouvelle que l’on pourrait retenir : il ne reste plus beaucoup de temps pour inverser la tendance d’un cycle aussi mortifère et au vu des décisions de certains responsables politiques actuels, tout laisse penser que les choses ne vont aller qu’en s’accélérant. La sixième extinction massive est bien engagée, sera très vraisemblablement fatale à l’espèce humaine et elle devrait être courte : au train où vont les choses, la Planète ne devrait plus avoir à nous supporter pendant très longtemps…

L.V. 

Trump place les États-Unis au ban de l’humanité

3 juin 2017

Finalement, personne n’aura été capable de convaincre le président des États-Unis, l’insaisissable Donald Trump, que l’avenir de la planète pouvait justifier un minimum de sacrifice vis-à-vis des intérêts économiques américains à court terme. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Dès leur première rencontre et la poignée de main musclée avec le nouveau président français, Emmanuel Macron, ce dernier avait insisté pour que Donald Trump prenne le temps de la réflexion avant d’annoncer la sortie des États-Unis de l’Accord de Paris, qui avait été adopté par 195 pays à l’issue de la COP 21 en décembre 2015 et était entré en vigueur moins d’un an plus tard, le 4 novembre 2016, après que 146 pays, dont les États-Unis, l’aient ratifié.

Poignée de main entre Donald Trump et Emmanuel Macron lors du sommet de l’OTAN, le 25 mai 2017 à Bruxelles (photo © Reuters)

Le sujet avait été au coeur des discussions lors du sommet du G7 à Taormina où les autres chefs d’États présents avaient tenté de convaincre le magnat de l’immobilier américain, devenu président de la première puissance économique mondiale, que l’avenir de la planète méritait peut-être réflexion. Dans son pays même, de très nombreuses voix, dont celle de sa propre fille Ivanka, s’étaient élevées pour tenter de convaincre le président Trump de revenir sur sa promesse de campagne. Les PDG de très grosses entreprises américaines, dont Facebook, Google, Apple, ou encore Exxon ont également pris position en faveur du respect de l’Accord de Paris qui engage les États-Unis à diminuer d’ici 2015 de 26 à 28 % ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à leur niveau de 2005, tout en contribuant au fonds de solidarité destiné à aider les pays émergents dans leur effort d’adaptation. Les maires de 75 villes représentant 42 millions d’habitants, ainsi que les gouverneurs de 12 États abritant 102 millions d’Américains, ont aussi publiquement appelé Trump à respecter cet accord.

Certains avaient d’ailleurs cru déceler lors de l’une de ses intervention post-élection une amorce de revirement sur le sujet mais avaient vite déchanté lorsqu’il était revenu, en mars dernier, sur le dispositif mis en place par Barak Obama pour tenter de limiter le développement des centrales thermiques (Clean Power Plan). Nicolas Hulot, qui n’était alors pas encore ministre de la transition écologique et solidaire n’avait pas mâcher ses mots : « Si un jour la notion d’écocide est reconnue en droit international, Donald Trump sera coupable de crimes contre l’humanité ». Même le pape François y était allé de sa mise en garde…

Le président américain Donald Trump annonçant que son pays allait quitter l’Accord de Paris sur le climat, le 1er juin 2017 à Washington (photo © Brendan Smialowski / AFP)

Mais Donald Trump n’a eu cure de tous ces avertissements et a donc annoncé jeudi 1er juin 2017 que les États-Unis se retiraient dès à présent de l’Accord de Paris, justifiant sa décision par sa volonté de faire passer en priorité les intérêts américains à court terme, devant l’avenir de l’humanité à plus long terme : « J’ai été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris ». On se saurait être plus clair en effet, ni se montrer plus égoïste… Pour quelqu’un qui est à la tête d’une fortune personnelle gigantesque, au point de préférer ne pas loger à la Maison Banche mais plutôt dans l’une de ses luxueuses demeures dont les photos qui circulent sur le net laissent béats, voilà qui en dit long sur son sens des responsabilités…

Une des 120 pièces de la maison de campagne de Donald Trump à Mar-a-lago (Floride)

C’est d’ailleurs le maire de Pittsburgh qui s’en est étranglé d’indignation, au point de rappeler que rien n’empêche les villes américaines de poursuivre leurs efforts et respecter leurs engagements malgré les déclarations du chef de l’État : « En tant que maire de Pittsburgh, je peux vous assurer que nous suivrons les directives de l’accord de Paris pour nos administrés, notre économie et notre avenir ».

Dessin de Kanar publié dans Alternatives économiques

C’est là tout le paradoxe de cette déclaration de Donald Trump qui va en réalité à l’encontre non seulement de l’opinion publique américaine, désormais favorable à plus de 70 % au maintien dans l’Accord de Paris, mais surtout des intérêts de l’économie américaine largement engagée dans la transition énergétique. On considère ainsi que les énergies renouvelables représentent dès à présent de l’ordre de 770 000 emplois aux États-Unis, 10 fois plus que le secteur du charbon que Donald Trump cherche à favoriser, et surtout que la vitesse de création des emplois y est 17 fois plus importante que dans le reste de l’économie américaine.

Un dessin signé JM (source : actu en dessin)

C’est bien d’ailleurs ce qui inquiète les Américains car la décision de Donald Trump risque de les freiner sur ce marché de la transition énergétique dans lequel la Chine s’est, elle, résolument engagée et se pose désormais en leader mondial, aux côtés de l’Union européenne qui, jusque-là, a été en pointe du combat politique contre le réchauffement climatique global. C’est donc peut-être un revirement géostratégique auquel nous assistons actuellement avec cette position totalement incohérente et irresponsable du chef de l’État américain, même si cette décision est davantage une posture électoraliste qu’un choix stratégique.

Car en réalité, cette dénonciation est pour l’instant largement rhétorique, ne serait-ce que parce que la procédure choisie par Donald Trump pour sortir de l’accord, par la voie de la dénonciation, ne sera effective qu’en novembre 2020, soit juste à la fin de son mandat présidentiel ! En revanche, sa portée symbolique est colossale et son impact sur le reste de la planète va être redoutable, en particulier pour les pays les plus pauvres qui comptaient fermement sur le fameux Fonds vert doté annuellement de 100 milliards de dollars pour les aider à engager leur propre transition énergétique et à s’adapter aux effets déjà bien visibles du changement climatique global.

La façade de la mairie de Paris illuminée en vert le 2 juin 2017 (photo © DR)

Pas sûr que le simple éclairage en vert de l’Hôtel de Ville de Paris, décidé illico par Anne Hidalgo, suffise pour contrebalancer les effets d’une telle décision…

L.V.