Archive for avril 2010

Nouvelle décharge de Carnoux : la suite…

28 avril 2010

Le 29 mars, je mettais en ligne les photos de la nouvelle décharge sauvage de Carnoux. A croire que certains ont pris cette information au sérieux. Il y a plusieurs années, j’habitais dans un autre coin de la France. De la même manière une décharge s’était créée…. On l’appelait la honte de la vallée

La suite… C’est 1 mois plus tard avec ce nouveau tas de gravats. Oui, vraiment de la suite dans les idées…! Mais pas les bonnes.

Ceux qui ont fait cela sont vraiment des dégueulasses. Je les aurai bien traité de porc, mais cela serait faire injure à ce pauvre animal.

De quoi hurler.

Lu dans Le Messager d'Avril 2010...!

Et les voisins vigilants, ils font quoi….?

Changement climatique : que faut-il donc croire ?

27 avril 2010

Les débats portant sur des questions scientifiques sont souvent passionnés, surtout lorsque les enjeux touchent directement au mode de vie quotidien de l’ensemble de la planète ! C’est bien évidemment le cas des controverses qui opposent certains scientifiques sur la question du changement climatique global, présenté par certains comme une évidence dûment démontrée qui justifie l’adoption de mesures urgentes et radicales, tandis que d’autres considèrent qu’il s’agit rien de moins que d’une « imposture » destinée à masquer d’autres priorités. C’est d’ailleurs ce mot qu’a repris le géochimiste (et ancien ministre de l’éducation nationale) Claude Allègre comme titre de son

dernier ouvrage sur le sujet (« L’imposture climatique, ou la fausse écologie », éditions Plon, 293 p.). Cet ouvrage a connu un retentissement médiatique remarquable et paraît assez représentatif d’un courant de pensée qui semble marquer des points dans l’opinion publique, depuis l’échec de la Conférence de Copenhague et du Grenelle de l’Environnement, et qui consiste à laisser entendre que la crainte d’un changement climatique global repose sur des élucubrations non fondées et ne justifie pas de changer nos habitudes car rien ne prouverait que le réchauffement climatique actuellement constaté serait dû à nos modes de production industrielle et en particulier à l’usage massif de combustibles fossiles.

Un tel débat n’est pas anodin. Qui faut-il croire : les cavaliers de l’Apocalypse qui nous exhortent à adopter au plus vite les mesures qui s’imposent pour limiter, à l’échelle mondiale, les émissions de gaz à effet de serre avant que les effets du changement climatique ne deviennent irréversibles, ou les discours lénifiants de ceux qui estiment qu’il n’y a pas péril en la demeure et qu’il suffit de faire confiance au génie technique humain qui saura bien s’adapter en temps voulu aux changements climatiques ? En tout cas, la vérité scientifique oblige à reconnaître un certain nombre de faits que tout un chacun, simple citoyen ou décideur politique, se doit d’intégrer.

Le travail remarquable effectué depuis plusieurs années par le GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts du climat, créé en 1988) ne laisse malheureusement guère de doute sur la réalité du réchauffement climatique global et sur la responsabilité humaine dans ce phénomène, du fait d’un accroissement significatif des émissions de gaz à effet de serre. Les scientifiques sont en mesure d’expliquer globalement les fortes variations climatiques observées sur terre au cours des temps géologiques, sous l’effet de variations naturelles de la teneur atmosphérique en gaz à effet de serre, des flux volcaniques, des mouvements tectoniques et des modifications de l’activité solaire. Depuis la fin de la dernière glaciation, pendant l’Holocène et en particulier au cours du dernier millénaire pour lequel les variations climatiques ont pu être reconstituées de manière relativement précise, la température moyenne du globe est restée assez stable avec de faibles variations, de l’ordre de 1 °C (en température moyenne) lors de l’ « optimum médiéval » (entre l’an 800 et 1300, qui a notamment permis l’installation de colonies viking au Groenland) ou du « petit âge glaciaire » (principalement entre les années 1570 et 1730, voire 1850). Cette combinaison de facteurs naturels (variations des

radiations solaires et aérosols d’origine volcanique) suffit à expliquer les modifications climatiques enregistrées jusque vers 1940. Mais le réchauffement observé depuis 1980 dépasse la variabilité liée à ces facteurs naturels et ne peut s’expliquer que par l’effet additionnel des gaz à effet de serre dont la concentration a augmenté fortement dans l’atmosphère à cette période, sous l’effet des activités industrielles humaines.

C’est d’ailleurs uniquement ce dernier point que contestent les « climato sceptiques » dont Claude Allègre est l’un des représentants médiatiques en France. Il reconnaît en effet le réchauffement climatique récent ainsi que l’augmentation des gaz à effets de serre dans l’atmosphère mais met en doute le lien de causalité entre ces deux phénomènes, même s’il admet qu’il devient nécessaire de réduire nos émissions de CO2, ne serait-ce que pour éviter les risques d’acidification des océans. Malheureusement, les arguments avancés par Claude Allègre pour étayer son raisonnement ne résistent pas à une analyse un peu rigoureuse : interprétations abusives, déformations de la réalité, références bibliographiques erronées, courbes tronquées, etc., comme on peut le lire sur le site www.realclimate.org ou sur le blog scientifique de Libération (www.sciences.blogs.liberation.fr). Ses proches, Vincent Courtillot (directeur de l’Institut physique du globe de Paris) et Jean-Louis Le Mouël (spécialiste de géomagnétisme), se sont eux aussi ridiculisés en s’aventurant sur ce terrain et ont dû reconnaître,

Édouard Bard

suite aux critiques précises émises par Édouard Bard (titulaire, au Collège de France, de la chaire « Évolution du climat et de l’océan ») de grossières erreurs dans leur calcul de l’effet climatique des variations de radiation solaire, ainsi que des approximations assez tendancieuses dans la reproduction de certaines courbes, opportunément tronquées pour mieux conforter leur démonstration…

De telles manipulations de la part de scientifiques, par ailleurs reconnus dans leur discipline, conduit naturellement à s’interroger sur leurs motivations. Pour ce qui est de Claude Allègre, et bien que ce dernier soit sans conteste le plus médiatisé des climato sceptiques français, celui dont les thèses ont le plus grand retentissement auprès de la classe politique et de l’opinion publique en France, des considérations personnelles suffisent à expliquer ses jugements à l’emporte-pièce et ses prises de positions tranchées, au mépris de la plus élémentaire rigueur scientifique. Sa carrière est d’ailleurs jalonnée de ces polémiques violentes dont celle qui l’a opposé en 1976 à Haroun Tazieff lors de l’éruption de la Soufrière en Guadeloupe et à l’issue de laquelle le célèbre volcanologue avait accusé l’équipe de Claude Allègre d’avoir manipulé des résultats d’analyses pour justifier l’évacuation de 70 000 personnes, évacuation qu’Haroun Tazieff jugeait inutile, l’évolution ultérieure des évènements lui ayant donné raison sur ce point.

Mais cette offensive des climato-sceptiques dépasse largement le cas individuel de quelques scientifiques en mal de reconnaissance et a pris, notamment aux Etats-Unis, une ampleur impressionnante sous l’effet d’une part de lobbies pétroliers et industriels (reproduisant en cela le schéma déjà rencontré pour nier les risques liés à l’amiante ou au tabac), voire d’ultraconservateurs qui partent du principe que seul Dieu peut influer sur l’évolution climatique du globe, mais aussi de la part de militants anticapitalistes persuadés que la crainte d’un prétendu réchauffement climatique ne serait que le dernier avatar d’un complot pour financer la reconversion industrielle vers les énergies renouvelables en prévision de l’épuisement prévisible des ressources pétrolières !…

Comme quoi, la vérité scientifique peut être battue en brèche pour de multiples raisons, non dénuées d’arrières pensées plus ou moins avouables mais qui ont toutes pour effet de retarder les prises de décision dans un domaine où pourtant il serait nécessaire de commencer à modifier dès à présent nos comportements pour espérer négocier, sans trop de violence ni de casse sociale, les virages auxquels l’humanité devra inévitablement se confronter. Ceci suppose cependant un courage politique dont tous nos dirigeants ne sont pas naturellement pourvus, y compris à l’échelle locale où beaucoup peut être fait pour commencer à modifier notre mode de vie : adaptation de l’urbanisme, développement des transports en commun et du recours aux énergies renouvelables, isolation systématique des bâtiments, tri sélectif et valorisation des déchets, encouragement des modes de distribution en circuit court (autrement dit des AMAP alimentées par une agriculture périurbaine plutôt que des grandes surfaces vendant des produits importés de l’autre bout du monde…). Bref, autant d’évolutions de nos modes de vie que les pouvoirs publics peuvent encourager plutôt que de s’abriter derrière une négation des réalités, certes bien commode mais peu responsable à long terme..

L. V.

Un débat international

24 avril 2010

Que voilà un titre accrocheur….! Et pourtant, Un débat international, organisé par le Conseil de l’Europe, aura lieu mardi prochain à Strasbourg….

Mais quels seront les sujets abordés pendant ce débat..?

Va-t-on parler du rapatriement des milliers d’européens encore bloqués suite à l’éruption du volcan islandais au nom imprononçable…? pas du tout…! S’agit-il d’évoquer les rumeurs sur le couple présidentiel français…? Encore moins et de toute façon ce serait du réchauffé… Alors parlera-t-on des conflits au moyen orient, de la guerre en irak, ou ailleurs…? Non plus. Je vois que certains pensent que ce sont les déboires du SOCC qui seront mis sur la table, ou les déboires des foot-ballers professionnels pris par la patrouille mondaine….? Que nenni, point du tout.

Un débat international, organisé par le Conseil de l’Europe, aura lieu mardi prochain à Strasbourg sur les trente ans de l’interdiction de la fessée…! Je vous laisse juger de l’importance de la question en ces temps de crise. Mais c’est comme çà…

Le débat sur la fessée est relancé aux Etats-Unis.

un châtiment qui n'est pas tolérable

En effet, une étude américaine de l’Université Tulane publiée dans le journal « Pediatrics » traite des effets de la fessée sur le comportement des enfants. Un enfant ayant reçu beaucoup de fessée aurait un comportement plus agressif, et ce, à partir de l’âge de cinq ans.

Catherine Taylor, la chercheuse qui a mené l’étude, a déclaré : « Les parents n’ont pas à avoir recours à la fessée pour obtenir ce qu’ils veulent. S’ils évitent la fessée et utilisent des moyens non physiques, leur enfant aura de meilleures chances de bien se comporter plus tard ».

Ainsi, les enfants qui reçoivent fréquemment une fessée à 3 ans ont plus de chance de devenir plus agressifs dès l’âge de 5 ans. La chercheuse recommande d’envoyer les enfants au coin pour qu’ils puissent méditer sur leur bêtise.

Et en belgique aussi.

A croire que les belges n’ont que cela à faire alors que plane une menace de partition de leur nation : Vingt pays ont déjà instauré l’interdiction de la fessée dans leur législation. La Belgique n’en fait pas partie mais Bernard De Vos, délégué général aux Droits de l’enfant le souhaiterait. L’interdiction de la fessée en Belgique, « oui mais assortie de peines civiles et non pénales », estime Bernard de Vos. De plus, il faut mener beaucoup de campagnes afin de sensibiliser les parents au problème du châtiment corporel.

« L’interdiction ne suffit pas. En Suède, l’on remarque que les chiffres de châtiments corporels augmentent lorsque les campagnes de prévention baissent », précise-t-il à l’agence BELGA.

Rappel historique :

L’interdiction de la fessée est née il y trente ans en Suède, devenue ainsi le premier pays à bannir toute forme de violence à l’égard des enfants.

A vos marques : le jeu de l’été…!

21 avril 2010

Mon excellent ami Jacques BOULESTEIX vient de mettre en ligne sur son blog (ici) un excellent article intitulé « Marques (abusivement) déposées » et dans lequel il nous invite à découvrir un organisme intitulé INPI (Institut National de la Propriété Industrielle).

l’Institut National de la Propriété Industrielle gère les noms de marque. Chacun peut en enregistrer moyennant finances. Jacques s’est interrogé sur certains mots de notre vocabulaire et a découvert avec surprise que, par exemple, je cite, “Démocratie” est une marque appartenant maintenant à certain Joseph Lieber…!

Mon intérêt ayant été éveillé par ce genre de trouvailles, j’ai donc interrogé INPI sur des noms de commune :

  • CARNOUX : 1 marque enregistrée dont le déposant est un certain Eric BON…!

  • LA BEDOULE : Rien…?

  • CASSIS : 95 marques. Mais pas forcément liées à « notre » CASSIS….

  • AUBAGNE : 4 marques (seulement)…?

  • etc….

Mon cher Jacques, je suis désolé de t’apprendre que tu ne pourras pas déposer ta marque. Et bien oui, elle est déjà prise…!

Trop tard, la place est prise...!

Et maintenant, à vous de jouer… Et si vous trouvez une perle, n’hésitez pas à nous la communiquer.

Le feuilleton de Carnoux : la suite….

17 avril 2010

A la fin de l’épisode précédent, nous nous étions quittés sur une situation catastrophique : démission du Président du club, joueurs impayés, résultats sportifs au plus bas…. Les scénaristes avaient fait du bon boulot.

Mais l’art du feuilleton consiste à alterner les péripéties. Il est nécessaire que le spectateur soit tenu en haleine et revienne systématiquement voir quel nouveau rebondissement va se produire….

Cela n’a pas loupé : Le Président avait annoncé sa démission…. Sur le site du club, on pouvait même lire : « C’est donc peut être la dernière fois que vous me lisez.  » Générique et clap de fin…! Les plus perspicaces d’entre vous auront noté le « peut être« …. Et bien oui, ou plutôt et bien non, il n’a pas envoyé sa lettre…! Donc, il est et reste président… Belle pirouette des scénaristes. De plus, on apprend que les salaires des joueurs ont été payés et que ces derniers ont obtenu un honorable match nul face aux ariègeois. Le scénario basculerait-il  dans l’euphorie générale…? Va-t-on voir, comme dans les bons westerns, le SOCC repartir vainqueur dans le soleil couchant…?

Vous avez deviné….? Oui, comme je le disais plus haut, une nouvelle péripéties a été imaginée par nos fantastiques scénaristes : des événements extérieurs vont venir rompre le délicat équilibre que l’on pensait rétabli…. Mais sur ce coup là, je tire mon chapeau : ils ont été imaginer une grève de la SNCF qui empêche l’équipe de se rendre sur le lieu de son prochain match : PACY sur eure… Je passe sur les différents rebondissements des TGV de 06H28 et de 07H28 annulés l’un après l’autre dans un suspens insoutenable.

Bien sur, vous allez me dire qu’ils peuvent y aller en avion… Et bien non, car, même si on ne tient pas compte du coût supplémentaire de ce déplacement qui affaiblirait encore les finances du club, les scénaristes ont eu l’idée du siècle : l’éruption du volcan islandais Eyjafjöll dont les projections de

Eruption du volcan Eyjafjöll

cendres et de lave peuvent affecter notamment le transport aérien….! Scénario digne des plus grands réalisateurs. Restait une dernière possibilité : la route.. Mais encore une fois les scénaristes ont enfoncé le clou : trouver un bus en urgence, en cette période de vacances scolaires, puis faire 1200kms sur des routes encombrées par les vacanciers : Mission Impossible…! Quel dommage que Jim Phelps soit décédé il y a quelques semaines. Lui et son équipe aurait pu mener le SOCC à bon port…!

Surtout ne manquez pas le prochain épisode de la série. Selon moi, après cette chute inexorable, il ne peut y avoir qu’un rebondissement positif. Je vois bien Bruce Willis revenir avec ses navettes spatiales d’Armageddon pour éteindre ce foutu volcan pendant que Zizou rempilera au SOCC pour sauver le club de la relégation, à moins que nous n’assistions à la charge de la brigade légère….?

Hollywood je vous dis….!

Petite revue de presse sur les sujets qui fâchent…

15 avril 2010

RETRAITES
« Retraites : un projet de loi début juillet » dans le Figaro éco. « Éric Woerth, le ministre du Travail, a présenté hier aux syndicats et au patronat l’agenda et la méthode de la réforme à venir. Il a exclu toute hausse de cotisation. Les syndicats jugent le calendrier trop court. »  « Réforme des retraites : ça s’annonce compliqué ! » dans le Progrès. « Les leaders syndicaux sont sortis inquiets hier de la concertation avec le ministre du Travail…Ils craignent une reforme bâclée ». « Réforme des retraites : l’agenda inquiète les syndicats » titre l’Echo Républicain. Jacques Voisin mécontent cité dans ces trois quotidiens : « « On n’a rien, rien sur la question du financement, rien sur l’élargissement » des prélèvements. »

« Retraites : le gouvernement exclut d’emblée toute hausse importante des prélèvements » titre Les Echos. « Même si quelques mesures symboliques sont à l’étude, la réforme des retraites ne devrait pas améliorer de façon significative les recettes des régimes. Les syndicats ont critiqué, hier, un calendrier « très resserré » à l’issue de leurs entretiens avec Eric Woerth. Des groupes de travail traiteront des questions de la pénibilité et de l’emploi des seniors. »

« Retraites : début d’une réforme à haut risque » titre Le Monde. « Eric Woerth a ouvert, lundi 12 avril, la concertation avec les partenaires sociaux pour un projet de loi début juillet. » Aucune solution n’est arrêtée, mais les syndicats sont tous, sauf la CFE-CGC opposés au recul de l’âge de départ à la retraite. Calendrier : mai et début juin, des discussions sur des « options ou d’alternatives », puis rédaction d’un avant-projet de loi soumis aux caisses d’assurance vieillesse et au Conseil d’Etat, puis présenté en conseil des ministres et déposé au Parlement en septembre. Le quotidien du soir pédagogue : « Age de la retraite, montant des pensions… les clés pour comprendre »

« L’exécutif vise l’équilibre des régimes en 2030 » dans La Tribune qui souligne le « double avantage à reculer l’âge légal, selon les experts: épargner les actifs et augmenter la croissance ». « Retraite : où sont les jeunes ? » se demande le quotidien économique pour qui « syndicats ne défendent pas les jeunes pour l’accès au marché du travail, pourquoi les défendraient-ils dans la réforme des retraites ? Les entreprises, grandes pourvoyeuses de stages gratuits et de CDD à rallonge, idem. Le gouvernement, idem » « Au sein du front syndical, FO joue les trouble-fêtes ». « Alors que la majorité des syndicats tente de rédiger une position commune sur les retraites, l’organisation de Jean-Claude Mailly irrite avec sa stratégie en solo. « Une interpellation au gouvernement et au patronat sur les retraites, mais aussi sur l’emploi et les salaires, à laquelle pourraient s’associer la CGC et la CFTC, devrait être finalisée en fin de semaine. Pour l’instant, les syndicats parient sur l’unité pour contrer les projets de l’exécutif.
« Socialistes : la retraite aux poings » titre Libération. « le débat s’annonce aussi intense entre les différentes sensibilités du PS. « Le centre socialiste cherche des causes communes… L’aile droite joue le réalisme…L’aile gauche contre le Medef et les «revenus financiers».

Pour Laurence Parisot : « Baisser l’âge légal a été une erreur historique » car « Si nous ne l’avions pas fait, nous ne serions pas aujourd’hui en déficit, finançant une retraite sur dix à crédit, mais le débat serait de savoir si nous devons baisser les cotisations ou constituer des réserves. » dans Le Figaro éco.  « Le Medef souhaite engager la réflexion sur une contribution des retraités » dans Les Echos. « Le Medef a poursuivi hier après-midi le débat sur les retraites au sein de son conseil exécutif. Il attend mi-mai pour avancer des propositions plus concrètes. »

EGALITE PROFESSIONNELLE
« Un senior peut créer plus de valeur qu’un salarié plus jeune  » selon Philippe Cavat, directeur général de DDI-France, société de conseil en management dans Le Monde. conservent toutes leurs facultés intellectuelles très tard et gagnent en performance par leur maîtrise de l’environnement professionnel, que les juniors mettent du temps à acquérir.

« Les compétences n’ont pas de sexe » pour Jean-Marc Le Gall,  conseil en stratégies sociales et professeur associé au Celsa dans Le Monde. « Ce n’est pas parce que les femmes auraient des qualités particulières que le  » plafond de verre  » et les inégalités doivent être combattus, mais parce qu’ils constituent simplement des discriminations. »

« Le diplôme accroît la sensibilité à la discrimination » dans Les Echos. Selon une récente étude de l’Ined, « un quart des immigrés et des descendants d’immigrés déclarent avoir été victimes de discrimination. » LE quotidien souligne que « la probabilité de se sentir discriminé augmente de 39 % pour les détenteurs d’un diplôme du supérieur par rapport à un diplômé de CAP ou BEP. Un des raisons est que « l’instruction conduit à une conscience plus aiguë des discriminations. »


CONDITIONS DE TRAVAIL
« Suicides de salariés : les entreprises sont-elles condamnables ? » par Marie Hautefort dans Les Echos. Plainte au pénal déposée par Sud France Télecom. La question centrale : peut-on considérer qu’en n’anticipant pas le danger, en ne l’évaluant pas, en ne le mentionnant pas sur le document unique, en ne le prévenant pas, toutes omissions qui sont des manquements à l’obligation de sécurité, l’entreprise France Télécom et ses dirigeants ont « délibérément » mis en danger la vie d’autrui ? Si la filière pénale se laisse influencer par la filière sociale, elle répondra « oui » »

FORMATION
« L’alternance, plébiscitée par étudiants et employeurs » dans Le Monde. « Les objectifs affichés par l’Etat et les mesures en faveur de l’apprentissage sont néanmoins insuffisants pour lutter contre le chômage des jeunes. » Manque de financements des « contrats d’objectifs et de moyens (COM) en faveur du développement de l’apprentissage » signés entre l’Etat et les conseils régionaux.

SOCIETE
« Le bouclier fiscal profite plus que jamais aux très riches »pointe le Parisien. « A peine 6 % des bénéficiaires du dispositif se sont partagé les deux tiers des remboursements versés par le Trésor public en 2009. » Le quotidien souligne que «les 1055 contribuables disposant d’un patrimoine supérieur à 16 M€ se sont vu restituer la bagatelle de 383 M€. Soit, en moyenne, un chèque de plus de 360 000 € pour chacun d’entre eux ». C’est pas la crise pour tout le monde…

Le feuilleton de Carnoux.

13 avril 2010

Si Marseille possède son feuilleton Plus belle la vie depuis de nombreuses années, Carnoux vient de se lancer dans l’aventure… Dans ce cas, il ne s’agit pas d’une histoire sentimentale mais des rebondissements (!) et des malheurs foot-ballistico-financiers du club de foot conjoint Cassis-Carnoux.

Les journalistes ont même trouvé un nom à ce feuilleton : « Souk au SOCC« . On voit tout de suite que cela va chauffer et qu’ils ont fait, dans ce choix, preuve de beaucoup de recherche. Ce titre accrocheur devrait attirer de nombreux lecteurs attirés par les frasques et les péripéties du club et des dirigeants.

Pour ceux qui prendraient le train en marche, résumé des épisodes précédents : pour faire court, la fin de saison est très agitée à Cassis-Carnoux car les résultats sportifs sont calamiteux. En effet le club évolue dans le bas du classement et se dirige inéluctablement vers une relégation en division inférieure.

Et dans ce contexte de morosité, les scénaristes du feuilleton (qui en sont aussi les acteurs) ont fait preuve d’imagination en imaginant des rebondissements (bis repetita, mais pour un ballon c’est normal) hors du commun… Tout d’abord, les entraineurs de l’équipe qui démissionnent (ou qui sont démissionnés). Puis on apprend que la situation financière du club est loin d’être saine et menace même le club d’une relégation administrative… L’histoire devient encore plus intéressante quand on apprend qu’il faudrait 200 à 300 000 euros pour espérer survivre, même en division inférieure. Le suspens est à son comble et on se demande comment des dirigeants soudés vont réussir à s’en sortir…?

Dans tout bon feuilleton, il y a forcément un moment où le héros traverse un moment difficile… Il y a quelques jours les scénaristes l’ont trouvé…. Les 2 principaux personnages, que l’on pensait solidaires et prêts à tout pour sauver le club, se sont entre-déchirés : le président a voulu débarquer le secrétaire… Mais celui-ci ne s’est pas laissé faire et lors du vote, c’est le président qui a été mis en minorité… Quelle histoire..! Voilà un scénario fabuleux. Certains prétendent même que des producteurs Hollywoodiens seraient déjà sur les rangs pour un remake, c’est dire.

En parallèle, une autre action se déroule au niveau municipal : en effet, certaines personnes de l’opposition dénonce le gouffre financier sans fond que représente la subvention municipale annuelle versée à ce club…. On parle de 60 000 euros, une somme par ces temps de crise…! D’autant que les questions fusent de partout : 25 contrats fédéraux signés pour un des plus petits budgets de la division..?

Le feuilleton de l'été...?

Que nous réservent les futurs épisodes..? Nous avons pu avoir accès au script et, sans vouloir en divulguer le contenu, il semble qu’une des péripéties de la prochaine saison va concerner une bataille au sujet de la nouvelle tribune qu’il a fallu faire construire dans le stade….. Sera-t-elle détruite…?

Et les autres acteurs dans tout cela….? Les scénaristes n’ont pas hésité : les joueurs enchainent les mauvais résultat, ils ne sont plus payés, ils n’ont même plus de quoi payer leurs déplacements pour venir à l’entrainement….!

Hollywood je vous dis….!

Record battu à New York avec 32°

8 avril 2010

La température a atteint 32° celsius mercredi à New York et devait encore monter avant la soirée, un record absolu pour un 7 avril, ont indiqué les services météorologiques nationaux. La vague de chaleur n’a pas épargné Washington, la capitale fédérale, où la température était de 28°, et Boston (nord-est), où le record a également été battu avec plus de 30°.

Record battu....

Après plusieurs jours de soleil et de températures en hausse, aux alentours de 22-25°, nettement au dessus des normales saisonnières, la journée de mercredi a été estivale, et les parcs et plages de la ville ont été envahis dès les premières heures de la matinée.

Gary Conpe, porte-parole du service météorologique national, a précisé à l’AFP qu’à Central Park, la température avait dépassé 32,2° centigrades, battant le précédent record absolu de 31,6° enregistré en 1929, et qu’elle allait encore monter avant la nuit.

Il a précisé qu’aucune mise en garde n’avait été adressée aux habitants parce que le taux d’humidité était bas, autour de 20%.
Après ces records, un net refroidissement était attendu vendredi, avec des températures en baisse autour de 15°, plus normales pour la saison. Les températures sont notées quotidiennement à New York depuis 1869.

Laquelle de ces deux femmes….

4 avril 2010

est un robot androïde ?

Une soeur jumelle pour 80000 euros..!

Un roboticien japonais de l’université d’Osaka a présenté samedi un robot androïde ayant l’apparence d’une femme, créature qu’il prévoit de tester comme garde-malade dans un hôpital.

Le professeur Hiroshi Ishiguro, qui a déjà imaginé une famille de robots à figure humaine, dont son clone presque parfait, se félicite cette fois d’avoir créé une femme artificielle aux postures encore plus naturelles que les précédents. « Une nouvelle technologie suscite toujours des craintes et des opinions négatives », a-t-il dit, ajoutant que son équipe voulait faire des robots pouvant exprimer des émotions humaines.

Emplois
Lors d’une démonstration, l’androïde aux longs cheveux bruns et vêtu d’une jupe noire, a souri ou bien a froncé les sourcils en signe de colère en imitant presque simultanément une jeune femme d’une vingtaine d’années qui lui a servi de modèle. Les expressions du visage de la femme étaient filmées par une caméra et transmises par signaux électriques au robot.

« J’avais l’impression d’avoir une soeur jumelle », a déclaré le modèle aux journalistes à l’issue de l’expérience. « Elle sourit en laissant apparaître ses dents, ce qui lui donne réellement une apparence humaine », a précisé le laboratoire de M. Ishiguro. « Les précédents robots de ce type étaient plus complexes et onéreux, à cause d’un nombre important d’articulations », a-t-il indiqué. « Comme elle est plus aisée à fabriquer, nous espérons qu’elle et ses semblables trouveront de nombreux emplois possibles ».

Peau synthétique
Le robot sera vendu environ 10 millions de yens (80.000 euros). Comme le visage à peau synthétique de cette humanoïde n’est pas entièrement de type japonais, ses concepteurs pensent qu’elle sera plus facilement acceptée également hors du Japon.

Appelée « Geminoïd-TMF », cet androïde va à titre expérimental être embauché dans un hôpital pour tenir compagnie à des malades et les apaiser. Le robot devrait aussi bénéficier d’un poste à l’essai dans un musée de la science.

Le meilleur poisson d’avril 2010…..!

3 avril 2010

Le cousinage entre Nicolas Sarkozy et Barack Obama enfin confirmé :

Plusieurs chercheurs européens travaillaient depuis l’élection de Barack Obama à la recherche du cousinage éventuel qui l’unissait à Nicolas Sarkozy, des généalogistes américains ayant en effet affirmé que l’un des ancêtres de Barack Obama était originaire de Pologne.

Cousins....!

Mihaly Chandor et Erszbet Poszek sont les ancêtres communs des deux présidents, originaires de Pologne où ils vivaient au XVIIème siècle.
Dès que le compte-rendu officiel sera diffusé, nous en saurons plus sur la localisation précise de ce couple et les motifs qui ont pu conduire l’une de leurs filles à émigrer aux Etats-Unis.
Très bientôt également un arbre de cousinage complet sera installé sur GeneaStar.

Sondage : Nicolas Sarkozy sous la barre des 30%

2 avril 2010

Le président n’avait jamais été aussi impopulaire depuis son élection…..!