Faut-il une primaire à gauche ?

by

Alors que les ténors de droite commencent à aiguiser leurs couteaux en vue des primaires prévues à l’automne 2016 pour départager celui d’entre eux qui sera candidat lors des prochaines élections présidentielles en mai 2017, voila que la Gauche commence à son tour à s’interoger quant à la manière d’aborder ce prochain scrutin. Ce n’est peut-être pas un luxe au vu de ses résultats lors des dernières confrontations électorales, des élections municipales aux récentes régionales en passant par les européennes et les départementales où les électeurs de gauche se sont trop souvent vus confrontés, au second tour, à devoir choisir entre un candidat d’extrême-droite et son alter ego de droite, parfois très extrême…

Daniel Cohn-Bendit

Daniel Cohn-Bendit

Tout est parti d’une pétition lancée lundi 11 janvier par une tribune publiée dans Libération à l’appel de plusieurs intellectuels de gauche, parmis lesquels l’économiste Thomas Piketty, le retraité de la politique Daniel Cohn-Bendit, l’écrivain Marie Desplechin, le cinéaste Romain Goupil, l’écologiste Yannick Jadot, la comédienne Ariane Ascaride ou encore le sociologue Michel Wieviorka. « Nous voulons du contenu, des idées, des échanges exigeants. Nous appelons à une grande primaire des gauches et des écologistes » annoncent-ils dans leur communiqué en proclamant : « Nous n’acceptons pas que la menace du FN, le risque terroriste et l’état d’urgence permanent servent de prétexte pour refuser de débattre des défis extraordinaires auxquels notre société est confrontée. (…) Nous voulons faire de la prochaine élection présidentielle la conclusion d’un débat approfondi qui est passionnément désiré et attendu dans le pays ».

Les candidats à la primaire socialiste en 2011 (photo F. Dufour / Reuters)

Les candidats à la primaire socialiste en 2011 (photo F. Dufour / Reuters)

Le message est clair et leur appel a été manifestement entendu. Une semaine plus tard, leur pétition a déjà recueilli plus de 27 000 signatures, la preuve que le débat à gauche est encore possible et manifestement souhaité ! Il semble d’ailleurs trouver un véritable écho dans l’opinion publique puisque, selon un sondage réalisé le 14 janvier par Harris interactive pour Marianne, 85 % des sympathisants de gauche souhaitent l’organisation d’une primaire pour départager les candidats potentiels avant l’élection présidentielle de 2017 : un véritable plebiscite !

Voilà qui ne fait pas forcément les affaires de François Hollande, piègé par ses promesses de ne pas se représenter en 2017 s’il n’arrive pas à faire baisser significativement le chômage d’ici là. Son premier ministre Manuel Valls a beau répéter que l’actuel président de la République est le candidat naturel de la Gauche et qu’il ne peut décemment pas se soumettre aux règles d’une primaire qui pourrait l’affaiblir dans sa fonction présidentielle, il n’en demeure pas moins que les statuts même du Parti Socialiste prévoient explicitement que « le candidat à la présidence de la République est désigné aux travers de primaires citoyennes ouvertes »…

Le résultat des primaires en 2011…

Le résultat des primaires en 2011…

C’est d’autant plus gênant pour lui que sa popularité est loin d’être au zénith parmi les électeurs de gauche. Selon le récent sondage évoqué plus haut, seuls 17 % des sympathisants de gauche (et 5 % seulement des Français, une misère !) souhaitent qu’il soit leur champion lors des prochaines élections présidentielles… Curieusement, c’est Manuel Valls, le Monsieur 5 % de la primaire 2011, qui emporterait le morceau avec 25 % des suffrages auprès des sympathisants de gauche (et même 30 % parmi les seuls électeurs socialistes).

On comprend donc dans ces conditions, le peu d’enthousiasme de l’entourage du Chef de l’État face à cette proposition de primaire à gauche. Et pourtant, contre toute attente, Jean-Christophe Cambadélis a réagi en suggérant que cette primaire, pour qu’elle ait un sens, concerne l’ensemble des forces de gauche, dans toute leur diversité, d’Emmanuel Macron à Jean-Luc Mélanchon, afin d’aboutir véritablement à une candidature unique de la Gauche, probablement la seule condition pour que celle-ci soit encore présente au second tour…

De Jean-Luc Mélanchon à Emmanuel Macron, la Gauche dans toute sa diversité...

De Jean-Luc Mélanchon à Emmanuel Macron, la Gauche dans toute sa diversité…

La proposition est habile et pas si déraisonnable qu’il n’y paraît. Reste qu’elle ne recueille guère d’assentiment… Le Parti de Gauche s’y oppose catégoriquement, son porte-parole estimant n’avoir plus rien en commun avec les socialistes. Quant aux écologistes, leurs leaders ne semblent pas prêts à se ranger derrière une candidature unique de la Gauche et préféraient voler de leurs propres ailes, malgré leur score systématiquement riquiqui lors des élections présidentielles.

A gauche, le débat que chacun appelle de ses vœux aura sans doute lieu, mais il semble bien peu probable que l’idée des primaires en vue d’une candidature unique à gauche aille jusqu’à son terme. Avis aux sympathisants et électeurs de gauche : ils risquent fort d’avoir encore à choisir, au second tour des prochaines élections présidentielles puis législatives, entre deux candidats bien éloignés de leur propre vision de la société…

L.V.  LutinVertPetit

Publicités

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :