Posts Tagged ‘Services publics’

SNCF : les cheminots disent leurs quatre vérités !

3 novembre 2015

Blog244_PhAfficheVoila une manière originale de communiquer pour les cheminots : brocardés sans arrêt par les médias qui les accusent à chaque mouvement de grève de prendre la France en otage, ils ont décidé de répliquer. Avec l’aide du cabinet d’expertise Émergences, ils ont demandé au réalisateur Gilles Balbastre de faire un film pour expliquer leur point de vue et tenter de contrer celui de la Direction, largement invitée sur les plateaux télévisés. C’est le comité d’entreprise du Nord-Pas de Calais qui est à l’initiative de l’exercice et le résultat est plutôt réussi. Accessible sur internet depuis le 2 septembre 2015, le film de 56 mn a déjà été visionné 54 000 fois dès les deux premières semaines…

Le journaliste et réalisateur Gilles Balbastre

Le journaliste et réalisateur Gilles Balbastre

Le point de départ de l’aventure est le débat avorté qui a eu lieu au cœur de l’été 2014, lorsque le gouvernement de Manuel Valls a fait voter une nouvelle réforme ferroviaire, créant deux nouvelles entités, SNCF Mobilités et SNCF Réseau, regroupées sous la houlette de la SNCF, établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) dit « de tête », pour remplacer les structures qui résultaient de la scission décidée en 1997 entre la SNCF et Réseau ferré de France (RFF). SNCF Mobilités regroupe toutes les activités liées au transport de voyageurs : Intercités, TER, Transilien, SNCF Voyages et SNCF Geodis, tandis que SNCF Réseau assure les missions du gestionnaire d’infrastructures.

A l’époque, cette réforme a été présentée par la direction de l’entreprise et par les médias dominants comme un moyen d’atteindre l’excellence dans le transport ferroviaire pour les voyageurs comme pour le fret, d’améliorer la ponctualité et de garantir la sécurité, dans le cadre d’un engagement d’objectifs qui passe par un engagement sans faille du personnel, en vue de la satisfaction des clients. Une démarche qualité moderne destinée à tirer le maximum du monde des cheminots dont le goût du travail bien fait est déjà légendaire. C’est du moins le discours que le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a clamé sur toutes les ondes de France et de Navarre.

Une manière sans doute de faire oublier l’histoire des trains trop larges pour passer sur les voies, qui a fait se tordre de rire la France entière, et surtout les récentes catastrophes ferroviaires dont celle de Brétigny-sur-Orge qui a fait 7 morts et 70 blessés le 12 juillet 2013. Ce jour-là, le train Corail Paris-Limoges s’est brusquement couché au passage dans cette petite gare de l’Essonne, suite à un déraillement occasionné par un aiguillage défectueux pourtant déjà signalé par les cheminots.

Accident ferroviaire à Brétigny-sur-Orge le 12 juillet 2013

Accident ferroviaire à Brétigny-sur-Orge le 12 juillet 2013

Or les témoignages de cheminots qu’a recueillis le cabinet Émergences et qui sont mis en scène dans le film montrent l’envers du décor : la souffrance au travail et le désarroi de cheminots entièrement dévoués à leur mission de service public et qui se trouvent confrontés à des conditions de travail dégradées, au triomphe de la productivité et de la logique commerciale, aux mensonges de la Direction, et à une lente mais inexorable détérioration d’un matériel de moins en moins bien entretenu.

Aiguillage défectueux à l'origine de l'accident de Brétigny-sur-Orge

Aiguillage défectueux à l’origine de l’accident de Brétigny-sur-Orge

Il faut voir la séquence montrant ce cheminot, en gilet orange fluo et le visage flouté, schootant d’un air désabusé dans les fixations de rail dont les tire-fonds ont disparu, recollant avec un rouleau de chatterton un candélabre en train de s’effondrer sur le quai ou constatant la présence de traverses pourries et jamais remplacées malgré les multiples signalements. L’image de sécurité absolue de la SNCF en prend un coup et on comprend mieux les multiples causes de retards et d’incidents qui émaillent le quotidien de l’usager lambda… On n’est pas très loin de la situation des trains britanniques après leur privatisation, telle que la dénonçait Ken Loach en 2011 dans son film The Navigators

Guillaume Pepy, président de la SNCF (photo Matthieu Alexandre / AFP)

Guillaume Pepy, président de la SNCF (photo Matthieu Alexandre / AFP)

Certains sans doute ne manqueront pas d’être quelque peu agacés par le discours revendicateur et très négatif de certains des syndicalistes qui s’expriment dans le film, mais il est difficile de ne pas être frappé en parallèle par les paroles outrageusement lénifiantes du président de la SNCF, omniprésent à la télévision sur l’air de « tout va très bien, Madame la Marquise », ainsi que par le libéralisme débridé et affiché sans complexe de certains journalistes qui n’apparaissent pas sous leur jour le plus objectif dans ce film…

Une belle réussite en tout cas que ce documentaire pédagogique au ton enlevé, rythmé par le passage des TER du Nord-Pas-de-Calais qui se croisent. Mieux sans doute que ne pourra le faire n’importe quel rapport d’expertise même le mieux documenté, il nous fait toucher du doigt la détresse de ces cheminots qui voient leur outil de travail se dégrader, au risque de mettre en péril la sécurité des voyageurs qu’ils sont chargés de transporter.

Blog244_PhEcranA regarder absolument par quiconque prend le train tous les matins pour se rendre au travail et qui s’interroge parfois sur ce qui se cache derrière les messages sibyllins qui fleurissent sur les écrans pour justifier les retards quotidiens, oscillant entre « mauvaise gestion du trafic », « réutilisation d’une rame arrivée tardivement en gare », « difficulté d’acheminement du personnel », « signalisation défectueuse », « incident de voyageur », « attente du conducteur », « affluence inhabituelle de voyageurs » ou « recherche infructueuse de la locomotive ». C’est au moins la preuve qu’il reste un peu d’humanité et de poésie dans cette entreprise, malgré ses difficultés manifestes d’organisation interne !

L.V.  LutinVertPetit

La Poste en 2014 : rapide visite dans les ruines d’un ancien service public

2 février 2014

Un quartier de Carnoux-en-Provence a été totalement privé de courrier pendant plus de 7 jours. Le facteur titulaire de la tournée, en arrêt maladie, n’a pas été remplacé. Dans La Provence du samedi 25, un petit entrefilet signale la chose, comme une banalité. Pourtant quand on y regarde de près, on découvre une situation qui est loin d’être banale. Elle vaut la peine d’être décrite car elle est tout à fait exemplaire de ce que devient, par une logique inéluctable, une entreprise publique très performante quand on l’ouvre à la concurrence et qu’on la privatise en société anonyme, dont le but est le profit financier. Ce qui est le cas de La Poste depuis le 1er mars 2010.

LaPosteDessin

Résumons : du mardi 14 janvier au lundi 20, aucun courrier n’a été distribué dans le quartier Beauséjour. Devant l’inquiétude des habitants, car c’est une période de l’année où arrivent à échéance quantités de factures, une distribution est faite le mardi 21 par un facteur affecté à une autre tournée. LeLaPosteFacteur mercredi 22, aucun courrier, puis une distribution régulière à partir du jeudi 22, par deux facteurs, en alternance, affectés à d’autres tournées qui pendant ce temps, bien sûr, ne sont pas assurées. Donc aucun vrai remplacement du facteur titulaire. A noter que cela était déjà arrivé ces trois dernières années, mais pendant 2 ou 3 jours seulement. Auparavant, c’est à dire avant la privatisation et les suppressions de postes, un facteur malade était remplacé soit le jour même, soit le lendemain. Pour autant que je me souvienne, pour retrouver une situation semblable, il faut remonter aux grandes grèves de 1968.

LaPostePh3Mais voyons la suite. Lorsque je me suis présenté au bureau de poste de Carnoux pour demander des explications, il m’a été dit que ce bureau n’est plus qu’un lieu de dépôt du courrier et que son personnel n’a aucun droit de regard sur sa distribution ; le bureau responsable étant le centre de distribution de La Ciotat (c’est effectivement le cas depuis plus de 2 ans). Sur 3 employés présents, un seul connaissait l’adresse de ce centre. J’apprends par la même occasion que le bureau de Carnoux est menacé purement et simplement de suppression, et si ce n’est pas lui, ce sera celui de Roquefort-La Bédoule.

LaPoste_Ph1Continuant ma petite enquête, je téléphone au numéro de La Poste donné dans l’annuaire : le 36 31. C’est en fait le « service consommateur » de tout le groupe (car nous ne sommes plus des « usagers » des services postaux mais des « consommateurs » ou des « clients »).

Après plusieurs appels infructueux (mais payants!), où un répondeur automatique me dit que « tous nos conseillers sont en ligne » et me conseille de « rappeler ultérieurement », le lundi 20 j’arrive enfin à avoir un employé au bout du fil et là, les choses tournent au délire. Mon correspondant me dit que selon ses tableaux, notre centre de distribution est bien à Carnoux et non à La Ciotat (et il insiste!), qu’il n’y a aucun arrêt de travail déclaré et que le courrier est distribué normalement sur toute la ville ! « Sur mon tableau, tous les voyants sont au vert », me dit-il. J’apprends par la même occasion que ce « service consommateur » se trouve en …Picardie ! Mon interlocuteur ouvre quand même un dossier de réclamation avec un numéro qu’il me communique.

Le 23, suite à cette réclamation, je reçois deux lettres, toutes deux datées du 20 janvier et signées par le même « Responsable Relation Client », mais avec deux contenus différents ! Passons sur les détails…. Autre surprise, l’adresse de l’expéditeur est : « Direction du courrier – Établissement de Carnoux-en-Provence » (!). Un peu ahuri, je vérifie le tampon postal : les lettres ont été postées à Lille ! Mais de qui se moque-t-on ? Ce n’est plus un service postal, c’est le royaume du Père Ubu !

LaPosteDessinClubicCette petite histoire est très révélatrice ; elle n’est pourtant qu’un exemple parmi d’autres des déboires entraînés par la transformation de La Poste en société commerciale, notamment les augmentations des tarifs, directes ou déguisées, par exemple pour les colis ou des changements d’adresse (qui auparavant étaient gratuits et coûtent maintenant une vingtaine d’euros). Ajoutons aussi la pression subie par les guichetiers pour vendre toutes sortes de services qui étaient inutiles quand La Poste fonctionnait bien (comme les « lettres suivies »).

Mais les usagers ne sont pas les seuls à supporter les dégâts de cette situation. Une société commerciale se doit, pour être rentable, non seulement d’augmenter ses tarifs, mais aussi de supprimer le plus grand nombre possible de salariés. Les postiers sont donc en première ligne pour en subir les conséquences. Lors de tous mes contacts, directs ou téléphoniques, le ras le bol était nettement perceptible chez la plupart de mes interlocuteurs, certains le transformaient en humour, d’autres ne cachaient pas leur exaspération.

Avec cet exemple, on comprend mieux les nombreux conflits sociaux en cours chez les postiers et même les suicides sur le lieu du travail. Mais comme disait l’ex-PDG de France-Télécom, les suicides c’est une mode, n’est-ce pas ?

L'avenir radieux des services publics à la Française ? - dessin de Dib

L’avenir radieux des services publics à la française ? – dessin de Did

La mise en concurrence et le passage en société anonyme ont complètement désorganisé (pour ne pas dire démantelé) un service public efficace auquel tous les français étaient très attachés, et nous ne sommes encore qu’au début d’un processus. Pour l’instant, La Poste est encore une société anonyme à capitaux publics (État et Caisse des Dépôts et Consignation), mais tout laisse penser que ce n’est qu’une étape vers l’entrée de capitaux privés, ce qui ne pourra qu’aggraver la course aux profits.

Bon courage pour la suite !

J C B

Énergie éolienne : le vent de la discorde…

29 décembre 2013

Blog46_LivreButréJean-Louis Butré ne décolère pas : président de la Fédération environnement durable, il mène un combat acharné contre le développement de l’énergie éolienne qu’il accuse de tous les maux. Lobbyiste efficace et largement relayé par les médias, il a même écrit un livre sur le sujet, aimablement préfacé par l’ancien président de la République, Valéry Giscard d’Estaing.

A l’écouter, il semble que l’énergie éolienne cumule tous les handicaps possibles et imaginables ; l’électricité qu’elle produit serait excessivement chère (alors que les experts s’accordent pour reconnaître que le coût du MWh produit par l’éolien terrestre, de l’ordre de 70 à 75 €, est inférieur de 25 % à celui produit par le réacteur nucléaire EPR de Flamanville). La filière servirait à détourner des subventions publiques au profit d’industriels avides de profits, avec la complicité de maires de communes rurales coupables de prises illégales d’intérêts. A l’entendre, la France est menacée d’une véritable invasion d’éoliennes hideuses, bruyantes, défigurant les paysages de nos campagnes, hachant les oiseaux de passage et menaçant la santé publique, le tout pour un coût exorbitant et sans aucun bénéfice pour notre indépendance énergétique, aggravant même le déficit de notre balance commercial et nos émissions de gaz à effets de serre…

Un tableau aussi sombre interpelle. Un point est en tout cas incontestable : la filière éolienne est effectivement subventionnée. Le tarif de rachat, financé par le consommateur via la Contribution au service public de l’énergie, est en effet favorable afin d’inciter les industriels à investir à long terme. On voit mal d’ailleurs comment il pourrait en être autrement. Il a bien fallu des subventions publiques pour permettre le développement de la filière nucléaire française lorsqu’était en jeu l’indépendance énergétique de la France face au renchérissement des cours du pétrole. A cet enjeu économico-politique s’ajoutent désormais d’autres contraintes liées d’une part à l’épuisement progressif des ressources pétrolières et gazières, et d’autre part à la nécessité d’une gestion plus durable et plus responsable des sources d’énergie, ce qui oblige à s’orienter davantage vers l’exploitation des énergies renouvelables que sont notamment l’hydraulique, le solaire et l’éolien.

Eoliennes le long du Canal du Rhône en Camargue

Eoliennes le long du Canal du Rhône en Camargue

A l’heure actuelle, le nombre d’éoliennes installées en France serait de 4 700 et l’objectif affiché est de porter ce nombre à 20 000 d’ici 2020 pour respecter les objectifs européens qui prévoient qu’à cette date 23 % de l’énergie consommée soit d’origine renouvelable. Le Grenelle de l’environnement précise que l’éolien devra alors représenter 5 % de l’énergie consommée, soit 10 % de la consommation électrique française. En 2012, la part de l’éolien dans la production d’électricité française était d’environ 3 %, ce qui reste encore très en deçà de cet objectif, mais la puissance installée avait déjà augmenté de 25 % par rapport à 2011 et représentait déjà près de 17 % de la production d’électricité française d’origine renouvelable, soit près de quatre fois plus que le solaire. La puissance totale installée fin 2013 serait de plus de 8 000 MW, avec une augmentation d’environ 1000 MW par an, soit l’équivalent d’une tranche et demi de réacteur nucléaire, ce qui est loin d’être négligeable. A titre indicatif, une seule éolienne de 2 MW fournit les besoins en électricité (chauffage compris) de 2 000 personnes.

Alors, l’éolien voie d’avenir ou hérésie absurde, comme le prétend Jean-Louis Butré ? Certes, l’Allemagne freine ses programmes d’équipement éolien, mais sa puissance installée est quatre fois supérieure à celle de la France ! L’avenir dira si cette technologie est appelée ou non à contribuer de manière importante à nos besoins énergétique, mais dans ce domaine il est toujours délicat de faire de la prospective… En attendant, il paraît difficile d’atteindre les objectifs que s’est fixée la France en matière d’énergie renouvelable sans faire appel à l’éolien ! Ceci dit, Jean-Louis Butré  a incontestablement raison de rappeler que la France devrait investir davantage pour développer la recherche dans le domaine des énergies renouvelables et surtout pour économiser l’énergie : l’énergie la plus propre et la moins coûteuse restera toujours celle qu’on a économisée…

LVLutinVert1Small