Archives d’un auteur

Calculs d’État : M. Thiers et ses trois moitiés

25 novembre 2020

Les frasques sexuelles extraconjugales de nos dirigeants politiques ont toujours beaucoup amusé le commun des mortels. A se demander même si ce n’est pas leur principale fonction. On se souvient de celles de François Mitterrand qui a entretenu pendant 32 ans une liaison régulière avec sa maîtresse Anne Pingeot, y compris pendant les 14 années passées à l’Élysée, au cours desquelles Anne Pingeot et leur fille Mazarine ont bénéficié d’un logement attribué par l’État, quai Branly, dans lequel les deux amants se retrouvaient presque quotidiennement. Des policiers étaient même affectés à la sécurité de la seconde famille cachée du Président, chargés chaque matin de suivre discrètement Anne Pingeot en vélo lorsqu’elle se rendait au musée du Quai d’Orsay où elle exerçait son travail de conservateur.

Anne Pingeot et François Mitterrand en 1986 (photo © AFP / L’Internaute)

Sans même parler des déboires exposés à la face du monde entier d’un Bill Clinton ou d’un Dominique Strauss-Kahn, on ne peut s’empêcher de penser aux amours tumultueuses d’un Nicolas Sarkozy, arrivé au pouvoir suprême encore marié à Cécilia Ciganer-Albéniz, avec qui il avait longtemps entretenu une liaison adultère et dont il divorça peu après, sous le regard des médias qui lui prêtent alors de nombreuses autres conquêtes avant qu’il ne finisse par épouser Carla Bruni.

Et voila que la presse à scandale évoque de nouveau les incartades de son successeur à Élysée, François Hollande, déjà séparé de la mère de ses enfants, Ségolène Royal lorsqu’il est élu Président de la République en 2012. Alors en couple avec Valérie Trierweiler, dont il clame qu’elle est la femme de sa vie, il ne faudra guère attendre pour que les médias révèlent au grand jour, en janvier 2014, l’idylle nouée avec l’actrice Julie Gayet. Les photos du Président quittant son domicile au petit jour sur un scooter ont fait le tour du monde et suscité plus d’une moquerie. Ce qui n’empêche par les médias de bruire désormais de nouvelles rumeurs laissant entendre que l’ex Président serait tombé sous le charme d’une nouvelle femme, la danseuse Juliette Gernez : on ne prête décidément qu’aux riches !

Le Président François Hollande en une de Closer pour ses incartades amoureuses (source © France TV Info)

Mais ces frasques polissonnes de nos récents Présidents de la République n’ont rien de nouveau. Chacun a appris en cours d’histoire celles du bon Félix Faure, élu à cette fonction en janvier 1895 et qui y est décédé en pleine action le 16 février 1899, dans les bras de sa maîtresse Marguerite Steinheil. Resté dans les annales davantage pour sa mort controversée que pour son mandat présidentiel marqué pourtant par la fameuse affaire Dreyfus, Félix Faure n’arrive pour autant pas à la cheville de l’un de ses prédécesseurs, l’avocat marseillais Adolphe Thiers qui devint, en août 1871, le premier Président de la Troisième République.

Adolphe Thiers (source © Contrepoints)

L’homme n’est pas spécialement réputé pour sa bienveillance ni sa probité, mais plutôt pour son ambition débordante et ses idées conservatrices. Ministre de l’Intérieur de Louis-Philippe, il réprime dans le sang la seconde Révolte des canuts lyonnais en 1834. Dans les années 1840, il s’oppose de toutes ses forces, comme député, à la légalisation des syndicats ouvriers et à l’extension du droit du travail. Élu chef du gouvernement en février 1871, à l’issue d’une campagne sous contrôle des troupes d’occupation prussiennes, Adolphe Thiers provoque lui-même le soulèvement populaire de la Commune en ordonnant à ses troupes de venir reprendre les canons de Belleville, puis organise depuis Versailles la répression sanglante qui se soldera par plusieurs dizaines de milliers de morts, d’exécutions extrajudiciaires et de déportations.

Les massacres de la Commune (dessin © Jacques Tardi – Le Cri du Peuple / Rebellyon)

Georges Clémenceau le décrit d’ailleurs comme « le type même du bourgeois cruel et borné, qui s’enfonce sans broncher dans le sang ». Un portrait peu flatteur mais qui n’est rien en regard de l’image qu’il a laissé de sa vie familiale dont les particularités ont fait le bonheur des chansonniers, des années durant. En 1827 en effet, alors que le jeune Adolphe Thiers n’a que 30 ans, il se lie d’amitié avec la famille d’Alexis Dosne, agent de change et Régent de la Banque de France, propriétaire d’un château dans les Yvelines, dans lequel celui qui n’est alors que journaliste, prend ses quartiers.

En réalité, Thiers est surtout amoureux de la femme de son hôte, Eurydice, qui est devenue sa maîtresse attitrée et qui se fait d’ailleurs appeler plutôt Sophie, on se demande bien pourquoi… Une passion qui durera jusqu’à la mort de cette dernière en 1869. Mais le jeune Adolphe Thiers a les idées larges et pour rester près de son amante n’hésite pas à se marier à la fille de cette dernière. Eulalie n’a que 15 ans lorsqu’elle épouse en 1833 l’amant de sa mère. Et le trio amoureux finit en quatuor car l’insatiable Thiers s’entiche également de la petite sœur, Félicie, une passion qui durera jusqu’à la mort de Thiers en 1877.

Elise Thiers, la jeune épouse du Président, en 1850, peinture de F. Winterhalter (source © Fondation Dosne-Thiers / Neuf Histoire)

En 1871, lorsque Adolphe Thiers s’installe à Versailles comme chef du gouvernement, avant d’être élu Président de la République quelques mois plus tard, sa maîtresse en titre Eurydice vient de décéder, mais celle qui est devenue son épouse légitime ainsi que sa sœur Félicie habitent toutes les deux sous le même toit. Une situation pour le moins insolite d’un homme politique en vue, cohabitant ainsi avec trois femmes, épouse ou maîtresses, mère et filles, au point que l’on évoque alors ouvertement « M. Thiers et ses trois moitiés »… Finalement, nos hommes politiques actuels ne font que suivre les traces de leurs prédécesseurs !

L. V.

Pendant la crise, les guerres continuent…

23 novembre 2020

La France comme le reste du Monde est polarisée depuis des mois sur cette crise sanitaire qui paralyse son activité, délite peu à peu son économie et sape le moral de ses habitants, menacés de déprime, même si le second pic de l’épidémie semble désormais passé ou sur le point de l’être sur notre territoire national. Une situation qui mobilise toute notre attention et celle de nos médias, à peine distraite par la récente élection présidentielle américaine, les déboires du Liban ou les frictions avec notre turbulent voisin turc.

Et pourtant, pendant ce temps-là, on continue allégrement à s’entre-tuer de par le monde, sans même que cela ne vienne troubler les informations télévisées de notre JT quotidien. Certes, nul ne peut ignorer les développements du conflit armé qui a repris fin septembre 2020 dans la région du Haut-Karabakh, à l’initiative de l’Azerbaïdjan, ouvertement soutenu par la Turquie, et qui a permis à ce pays de reprendre la majeure partie du territoire conquis par l’Arménie voisine en 1991 jusqu’à ce que le Russe Vladimir Poutine ne vienne finalement siffler la fin de la partie en imposant, le 9 novembre 2020, un cessez-le-feu. Aussitôt qualifié de « capitulation » par l’Azerbaïdjan triomphant, cet arrêt des combats permet de fait d’acter la supériorité militaire incontestable de l’Azerbaïdjan et de son allié turc tout en figeant la situation avant qu’elle ne tourne à la catastrophe pour l’Arménie.

Combat d’artillerie dans le Haut-Karabagh (photo © Aris Messinis / AFP / Républicain Lorrain)

Mais ce conflit encore tout chaud du Haut-Karabagh, qui aurait fait pas loin de 5 000 morts et qu’on espère désormais clos, cache une multitude d’autres conflits armés dans le monde, dont certains perdurent depuis des décennies et qui ont plus ou moins disparu des radars de notre actualité quotidienne. A titre indicatif, Wikipédia recense à ce jour pas moins de 37 guerres en cours actuellement sur la planète et qui font chacune plus de 1 000 morts par an !

Le chiffre peut surprendre et, de fait, ce décompte est par nature sujet à caution, la notion même de conflit armé étant parfois bien difficile à caractériser car la frontière peut être discutable entre ce qui relève d’une crise politique interne voire d’un climat de révolte sociale, et ce qu’on peut considérer comme une guerre civile armée, un conflit inter-éthnique, un différent territorial ou une action terroriste concertée de déstabilisation. Tous les critères pour qualifier chacun de ces conflits comme une véritable guerre peuvent donc être discutés. Il n’en demeure pas moins que, parmi ces 37 conflits ainsi identifiés, 14 sont considérés comme faisant plus de 10 000 morts par an, soit plus du double donc de celui du Haut-Karabagh.

Militaires éthiopiens en déplacement vers les zones de combat au Tigré (photo © Reuters / JDD)

Et encore ne compte-on pas dans cette liste de 14 conflits majeurs celui dont la presse commence à se préoccuper et qui oppose le gouvernement fédéral éthiopien au Front de libération du peuple du Tigré. Un conflit qui trouve sa source dans la politique menée par l’actuel Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, arrivé au pouvoir en avril 2018 et qui a été honoré du Prix Nobel de la Paix en octobre 2019 pour avoir mis fin au conflit armé qui opposait son pays à l’Érythrée voisine. Les Tigréens, qui ne représentent que 6 % de la population mais bénéficiaient jusque-là d’une importante représentation politique, se sentant marginalisés par la politique actuelle du Premier ministre ont lancé l’offensive le 4 novembre contre l’armée régulière et l’on parle déjà de plusieurs centaines de morts, de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés et de plus de 2 millions d’enfants nécessitant une assistance humanitaire…

Démonstration de force de talibans dans un village afghan en mars 2020 (photo ©
AFP / Libération)

Certes, tous ces conflits recensés évoluent dans le temps avec des périodes de relative accalmie et des pics d’activité plus meurtriers. C’est le cas de la guerre d’Afghanistan qui dure quand même, rappelons-le, au moins depuis 2015 (et bien davantage s’il l’on souhaite remonter à l’invasion russe de 1979 !). Depuis cette date, qui correspond au retrait de la Force internationale d’assistance de sécurité, le conflit qui oppose les talibans et autres groupes islamistes insurgés aux forces de la République islamique d’Afghanistan, auraient déjà fait plus de 80 000 morts dont un très grand nombre de civils, tués par l’un ou l’autre camp…

Membres d’une milice antigouvernementale au Darfour en 2004 (photo ©
Minkoh Desirey / AFP / Getty image / Ici Radio Canada)

La guerre du Darfour qui sévit dans l’ouest du Soudan depuis février 2003 fait aussi partie de ces conflits qui s’enkystent puisqu’elle fait suite à un premier épisode qui avait débuté en 1987. La baisse d’intensité est effective depuis quelques années, le nouveau gouvernement soudanais mis en place en 2019 après le renversement de l’autocrate Omar el-Béchir, ayant entamé en octobre 2019 des pourparlers de paix avec des groupes rebelles. Mais en juillet 2020, plusieurs attaques violentes ont encore fait des dizaines de morts, le dernier en date ayant vu 500 hommes armés prendre d’assaut un village du Darfour occidental où 60 personnes ont trouvé la mort et 54 autres ont été blessées.

Bombardement dans la Ghouta orientale en 2018 en Syrie (photo © Reuters / TDG)

Comment ne pas citer également la guerre civile qui fait rage en Syrie depuis 2011, largement attisée par le jeux des puissances étrangères, dont la coalition menée par les États Unis qui y est intervenue à partir de 2014 à la suite de l’organisation salafiste Daech. Depuis 2011, on estime à plus de 500 000 le nombre de victimes occasionnées par ce conflit largement internationalisé qui a entraîné le déplacement de près de la moitié de la population du pays, un quart des Syriens ayant même choisi de fuir la Syrie.

Des habitants creusent des tombes pour enterrer des enfants tués dans le bombardement de leur bus scolaire à Dahyan, au Yémen en août 2018 (photo © AFP / France 24)

Difficile également de ne pas évoquer la guerre civile qui fait rage depuis 2014 au Yémen et aurait déjà fait plus de 100 000 morts. Opposant initialement des rebelles chiites houthis aux forces armées du gouvernement mis en place en 2012 suite au départ du Président Saleh, le conflit s’est là aussi rapidement internationalisé avec l’entrée en lice, depuis mars 2015, d’une coalition armée sunnite menée par l’Arabie saoudite avec l’appui de l’Égypte, du Soudan et du Maroc, tandis que l’Iran mais aussi la Corée du Nord soutiennent activement le camp houthis.

On pourrait égrener ainsi pendant des heures cette liste interminable de conflits ouverts depuis parfois des décennies et qui menacent la vie quotidienne de millions de personnes à travers le monde. Certains sont relativement récents comme la crise des Rohingyas, dans l’État d’Arakan en Birmanie, surtout actif depuis octobre 2016, ou comme le dernière guerre civile qui fait rage en Libye depuis 2014.

Garde frontière birman surveillant des réfugiés Rohingyas à la frontière avec le Bangladesh (photo © Nyen Chan Naing / EPA / La Roche sur Yon)

D’autres s’enlisent depuis plusieurs générations, à l’image de l’insurrection Moro aux Philippines qui oppose depuis 1969 les forces gouvernementales à des groupes armés indépendantistes islamistes, même si la situation semble plus calme depuis 2017. Certains semblent au contraire s’intensifier d’année en année, telle l’insurrection du groupe djihadiste Boko Haram, née en 2009 dans le nord du Nigéria et qui depuis 2015 a largement étendu ses coups de force au Cameroun, puis au Tchad et au Niger. En mars 2020, plus de 200 soldats tchadiens ont ainsi trouvé la mort à l’issue de deux attaques suivies d’une vaste contre-offensive de l’armée qui revendique un millier de mort dans les rangs djihadistes.

Il n’y a décidément pas que le virus SARS-CoV-2 qui tue actuellement dans le monde entier…

L. V.

Mais où sont les motocrottes d’antan ?

21 novembre 2020

On se plaint souvent que le journalisme d’investigation serait en voie de disparition, effacé au profit de médias racoleurs, versant dans le sensationnel et le superficiel. Le journaliste à l’ancienne, qui prend le temps de fouiller dans les archives, d’interroger les témoins, de croiser ses sources et de remonter pas à pas le fil de ses enquêtes, creusant sans relâche sous la surface des choses pour débusquer, sinon la Vérité, du moins des convictions : tout cela serait-il en train de s’effacer dans un monde qui ne vibre plus qu’à l’immédiateté, où le seul enjeu qui vaille est de sortir l’information plus vite que les autres et de l’exprimer en le moins de mots possible pour que chacun puisse en prendre connaissance avant tout le monde ?

Le journaliste David Castello Lopes au micro d’Europe 1 (source © Europe 1)

Heureusement, il existe encore de véritables journalistes d’investigation, capables comme David Castello-Lopes, de creuser à fond un sujet en remontant dans le temps pour bien en saisir toute la genèse et l’évolution. Responsable du développement des nouveaux formats audiovisuels pour Le Monde (tout un programme), il est aussi réalisateur de la série « Depuis quand » sur Canal +, une chronique savoureuse sur l’origine des objets, des tics de langage et des mots. Et il anime également une chronique intitulée « Les origines », dans l’émission « Historiquement votre », diffusée sur Europe1, dans laquelle il s’interroge avec délectation sur les raisons qui ont conduit à créer tel ou tel produit ou objet de notre quotidien.

Son goût immodéré de savoir et sa soif inextinguible de connaissance qui le poussent ainsi à s’interroger sur l’origine des choses l’a ainsi conduit à mener l’enquête afin de répondre à la question existentielle suivante : « Pourquoi les motocrottes parisiennes ont-elles disparu ? ». Une question qui n’est pas si futile qu’il n’y paraît. Chacun se souvient en effet de ces motos rutilantes peintes en vert et blanc, imaginées et mises en œuvre par le maire de Paris d’alors, un certain Jacques Chirac, sous forme d’une force de frappe moderne, rapide et efficace, destinée à se déployer sur les trottoirs de la capitale pour y faire disparaître en un tour de main les déjections canines en train de devenir le fléau des villes modernes.

Une motocrotte en action à Paris (source © Paris zigzag)

Ces motos, des Yamaha XT 250, avaient subi une profonde transformation pour les métamorphoser en engins futuristes d’une technicité redoutable avec leur bras articulé muni d’un aspirateur avec brosse ultra-rapide, leur réservoir embarqué destiné à servir de réceptacle pour étrons canins et leur seau d’eau propre pour rincer la chaussée après usage. De vrais petits bijoux de technologie, enfourchés par des pilotes émérites tout de vert vêtus, écologistes avant l’heure et qui pourchassaient la crotte de chien à longueur de trottoir.

Il faut dire que Jacques Chirac jouait là sa crédibilité de grand élu de la Nation, lui qui après avoir démissionné en 1976 de son poste de premier ministre et qui, bien que député de la Corrèze, s’était lancé à la conquête du fauteuil de maire de la capitale, un poste qui n’avait pas été pourvu depuis plus d’un siècle et qu’il remporta (de justesse) en mars 1977 après avoir axé l’essentiel de sa campagne sur le thème de la propreté en ville et de la résorption des quelques 20 tonnes de déjections canines qui finissent, bon an mal an, dans les rues de la capitale.

Jacques Chirac, élu maire de Paris en mars 1977 (photo © Henri Bureau / Sygma / Corbis / Getty / Le Parisien)

Les motocrottes, mises au point avec l’aide de l’incontournable Jean-Claude Decaux, l’ami intime de tout maire qui se respecte, constituent donc l’arme la plus aboutie qui soit pour mener cette guerre de reconquête contre les déjections canines qui empoisonnent la vie du promeneur parisien. Les habitants de la capitale ne s’y trompent pas, d’ailleurs, eux qui rebaptisent spontanément ces aspirateur à caca montés sur deux roues des « chiraclettes »…

Dans les années 1980, ces engins redoutables et bien visibles sont partout dans les rues de Paris, pour traquer le moindre étron intrus. Une tâche pas si facile qu’il n’y paraît et qui demande du doigté de la part du chauffeur, lequel doit positionner son aspirateur parfaitement à l’aplomb de la crotte rebelle pour bien la gober sans l’étaler. Tout un art qui fait que les candidats ne se bousculent pas pour conduire des engins aussi voyants pour mener à bien une tâche répétitive et exigeant beaucoup de concentration tout en s’attirant les quolibets de certains malappris.

La chiraclette en action, pas si facile d’usage qu’il n’y paraît… (photo © Mairie de Paris / Le Monde)

Quand le socialiste Bertrand Delanoë est élu maire de Paris en mars 2001, environ 120 motocrottes sillonnent encore les rues de la capitale. Mais la nouvelle équipe municipale se rend vite compte que cette belle opération de communication est en réalité un gouffre financier. Le dispositif coûte en effet à lui seul pas moins de 4,5 millions d’euros par an. L’écologiste Yves Contassot, devenu adjoint au maire en charge de l’environnement et de la propreté urbaine, calcule que cela revient à 12 € le kilo de caca ramassé !

Après les motocrottes, une nouvelle invention plus légère, mobile et écologique, qui reste néanmoins à tester (source © Retrouvailles 24)

Le 11 avril 2002 à minuit, l’heure du crime, un des deux hangars dans lesquels sont entreposées les précieuses motocrottes s’embrase mystérieusement et 64 engins sont réduits en cendre. Le coup est rude pour la brigade de nettoyage motorisée patiemment formée entretenue par les anciennes équipes chiraquiennes. C’est alors le coup de grâce et en 2004, la dernière motocrotte encore en action ramasse son dernier étron avant de filer dans les oubliettes de l’Histoire.

Distributeur de sacs pour déjections canine à Paris en 2001 (source © La Dépêche)

A leur place, une toute autre stratégie a été mise en place par la nouvelle municipalité : une amende de 150 € pour tout propriétaire de chien qui ne ramasserait pas les déjections de son animal familier, malencontreusement oubliées sur la voie publique. C’est beaucoup moins spectaculaire et l’effet en termes de communication électorale est sans commune mesure, mais c’est redoutablement efficace et nettement moins coûteux pour la collectivité !

Encore une fausse bonne idée dont on aurait peut-être pu faire l’économie d’un test en vraie grandeur aux frais du contribuable…

L. V.

De l’instruction civique à l’enseignement moral et civique

19 novembre 2020

L’assassinat de Samuel Paty, professeur d’Histoire-Géographie, perpétré après un cours d’’éducation morale et civique (EMC) portant sur la liberté d’expression dans un Etat laïc, a ébranlé la communauté éducative et l’ensemble des français attachés aux valeurs de la République.

Comment peut-on en venir à tuer un professeur qui n’a fait qu’assurer sa mission ?

La formation scolaire en France comporte quelques disciplines et enseignements qui sont le fruit de son histoire. Ainsi, l’enseignement de la philosophie, s’il ne constitue pas une exception au regard d’autres pays, diffère par sa conception basée sur la réflexion personnelle alors qu’ailleurs ce sont les cours d’histoire des idées et de religion qui tendent à remplacer la philosophie, celle aux questions existentielles que nous connaissons. C’est là un des héritages des Lumières. L’éducation morale et civique constitue aussi une spécificité française. Il nous semble alors nécessaire de réfléchir aux raisons qui ont conduit le législateur français à instaurer un enseignement moral et civique.

Cours au collège (photo © Damien Meyer / AFP / France TV info)

Les plus anciens se remémorent qu’à l’école primaire, chaque matinée de classe débutait par une séquence de morale initiée par une phrase écrite au tableau noir du type : « Tous les membres d’une famille ont des devoirs les uns envers les autres. Ils doivent s’assister mutuellement. » Cette séquence de quinze minutes permettait dans l’échange de faire émerger des expériences personnelles qui donnaient sens à un principe ou une maxime qui était ensuite recopié sur le cahier du jour. Cela participait de la constitution de repères civiques et moraux transposables dans la vie de chacun pour faire société.

Qu’indiquent les programmes actuels ?

L’objectif de l’enseignement moral et civique est d’associer dans un même mouvement la formation du futur citoyen et la formation de sa raison critique. Ainsi l’élève acquiert-il une conscience morale lui permettant de comprendre, de respecter et de partager des valeurs humanistes de solidarité, de respect et de responsabilité.

Avant d’aborder l’étude de l’Instruction civique devenue enseignement moral et civique, on peut d’abord remarquer la présence successive des substantifs Instruction, Education et enfin Enseignement pour nommer cette formation. Nous constaterons que le vocable a évolué dans le temps, tout comme celui du ministère en charge de la formation des élèves.

Pourquoi instaurer un tel enseignement  en France ?

Pour répondre à cette question, voyons d’abord les bases sur lesquelles s’est construite l’Instruction publique devenue Éducation nationale ….

Comme le note Pierre-Eugène Muller dans un article paru en 1999 et intitulé Les mots en politique et plus précisément au chapitre De l’Instruction publique à l’Education nationale, il faut remonter au XVIIIème siècle pour trouver l’expression « éducation nationale ». Elle appartient au titre d’un ouvrage de Caradeuc de La Choletais (1701-1785), procureur général au parlement de Rennes qui publie en 1763 un Essai d’éducation nationale et explique ainsi son projet : «  Je prétends revendiquer pour la nation une éducation qui ne dépende que de l’Etat, parce qu’elle lui appartient essentiellement ; parce que toute nation a un droit inaliénable et imprescriptible d’instruire ses membres ; parce qu’enfin les enfants de l’Etat doivent être élevés par des membres de l’Etat ». Pour l’auteur, il s’agit de réagir contre la mainmise du clergé sur l’enseignement. Les lois Ferry des années 1880 entérineront ce choix avec le vocable Instruction publique.

En 1932, le gouvernement d’Édouard Herriot décide de rebaptiser l’instruction publique « éducation nationale ». Cette dénomination sera remise en cause pendant les premiers mois du gouvernement de Vichy, où l’instruction publique fait sa réapparition, mais l’appellation « éducation nationale » sera rétablie dès le 23 février 1941. Elle avait d’ailleurs été conservée à Londres, puis à Alger, par les gouvernements du général De Gaulle. Depuis, elle perdure.

puis à partir de quelques repères historiques et pédagogiques comment cet enseignement s’est progressivement installé et comment il a évolué.

Dans le rapport du séminaire national des doyens des groupes (disciplinaires) de l’Inspection Générale de l’Éducation Nationale d’avril 2015 consacré à Valeurs de la République et Laïcité, les grandes étapes de la formation civique des élèves sont rappelées.

« La Révolution française affiche sa volonté, dès la Constituante, d’instaurer un enseignement à caractère civique, c’est-à-dire de développer une éducation morale et sociale se substituant à l’éducation religieuse, dans un contexte de lutte entre l’Église et l’État républicain » (projet Talleyrand, 1791). Mais ce projet n’aboutit pas et il faut attendre presque un siècle pour que soit instaurée une instruction civique.

IIIème République : Affirmer le caractère laïc de l’Instruction publique

Les années 1880 sont marquées par des changements fondamentaux dans le système éducatif français, changements essentiellement portés, du moins au début, par Jules Ferry et son principal conseiller Ferdinand Buisson. Les lois Ferry  qui rendent l’école laïque, obligatoire et gratuite sont l’aboutissement d’un mouvement de laïcisation de l’école. Ainsi, Paul Bert affirme en 1880 sa volonté de remplacer l’enseignement religieux par l’éducation civique en disant: « c’est notre église laïque à nous, où l’on enseigne des vérités scientifiques et démontrables où l’on enseigne les vertus civiques et la religion de la Patrie ». La laïcité, proclamée dès 1881 avec la suppression de l’éducation religieuse dans l’enseignement public, est renforcée par la loi Goblet (1886), qui interdit aux religieux d’enseigner dans le public. La laïcité ne fut toutefois pas appliquée à l’Alsace et la Moselle, annexées en 1871 à l’empire allemand.

L’école d’autrefois…(source © Manuels anciens)

Cette instauration de la morale laïque dans des ouvrages scolaires souvent écrits par des libre penseurs indigne les catholiques français et va déclencher en 1882 la première guerre des manuels à la suite à la mise à l’Index de quatre livres scolaires.

Les maîtres, que l’on nomme  « Hussards noirs de la République » sont les figures emblématiques de cette époque. Ces instituteurs, souvent d’origine modeste, inculquent aux écoliers les valeurs de la République par l’enseignement de l’histoire, de la morale et de l’instruction civique.

La loi du 28 mars 1882 met en place « l’instruction morale et civique », qui remplace « l’instruction morale et religieuse » prévue par la loi Guizot de 1833. Il s’agit donc à la fois de laïciser les programmes et d’asseoir la citoyenneté républicaine.

Manuel d’instruction civique datant de 1881 (photo © M. Motré)

Les Instructions de 1887 précisent le but et le caractère de l’enseignement de la morale. « L’enseignement moral est destiné à compléter et à relier, à relever et à ennoblir tous les enseignements de l’école. Tandis que les autres études développent chacune un ordre spécial d’aptitudes et de connaissances utiles, celle-ci tend à développer dans l’homme, l’homme lui-même, c’est-à-dire un cœur, une intelligence, une conscience ». A l’école primaire surtout, ce n’est pas une science, c’est un art, l’art d’incliner la volonté libre vers le bien. »

Plus loin, il est précisé que l’enseignement moral laïc se distingue donc de l’enseignement religieux sans le contredire. Cet enseignement doit insister sur les devoirs qui rapprochent les hommes et non sur les dogmes qui les divisent. Le caractère concret de l’enseignement moral est recommandé. Suite à la Loi de 1905 de séparation des églises et de l’État ces principes se trouveront renforcés..

Les instructions données aux enseignants du premier degré en 1923 reprennent en les développant ces principes qui fonderont l’instruction civique et morale jusqu’en 1940.

IVème République : Affermir la cohésion de la Nation

L’inspecteur général d’histoire-géographie Louis François porte en 1945 l’introduction de l’instruction civique dans le second degré : cette extension est fille de la Résistance.

Vème République : de Connaitre le fonctionnement de l’État et de ses services à Renforcer la compréhension et la pratique des valeurs de la République, Liberté, Egalité, Fraternité et Laïcité dans l’Education Nationale

Comme le décrit le rapport des inspecteurs généraux, « la réforme Haby, qui met en place en 1975 le collège unique, remplace l’instruction civique, fort délaissée dans les années 1960 (car limitée à des contenus descriptifs et essentiellement administratifs) par un « enseignement d’initiation à la vie économique et sociale » qui se développe autour de grands thèmes, mais n’est plus un enseignement séparé muni d’un programme. »

Les programmes scolaires en collège de 1965 (source © Ministère de l’éducation nationale)

Avec l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981, l’interrogation sur le modèle républicain aboutit en 1985 (avec le ministre Jean-Pierre Chevènement) « à l’introduction d’une Education civique confiée aux professeurs d’histoire-géographie, avec un programme auquel s’ajoute la possibilité, restée lettre morte dans les faits, de traiter de manière interdisciplinaire des thèmes transversaux (consommation, environnement…) ».

Au cours des années 1990, le ministère de l’Education nationale tente de développer une démocratie lycéenne avec la création en 1995 d’un Conseil national de la vie lycéenne (CVL) et une grande consultation des lycéens lancée en 1998, amplifiée par les manifestations lycéennes de la même année, met en avant une volonté des jeunes de pouvoir débattre de grands sujets de société. Les programmes de 1998-2000 mettent donc en place l’éducation civique, juridique et sociale. Elle doit développer la citoyenneté au lycée en trois temps : la mise en place des règles, la connaissance des institutions et enfin la mise en rapport des évolutions de la citoyenneté et des transformations du monde contemporain. L’outil pédagogique privilégié est le débat et la culture juridique est privilégiée. Les heures prévues « sont assurées par des professeurs volontaires de différentes disciplines ». Parallèlement, une épreuve d’éducation civique est créée en 1997 au brevet des collèges.

Les programmes de 2010-2011 sur l’ECJS (Education Civique, Juridique et Sociale) au lycée général opèrent un recentrage sur la République. En 2010, un enseignement de lettres-histoire-géographie-éducation civique a été introduit au lycée professionnel et est évalué au CAP, au BEP et au baccalauréat professionnel.

Mobilisation historique le 11 janvier 2015 place de la République à Paris, après l’attentat contre Charlie Hebdo (photo © Charles Platiau / Reuters / RFI)

Suite aux attentats de Paris et à l’assassinat de journalistes, de policiers et d’usagers d’un magasin casher, la grande mobilisation de l’école pour les valeurs de la République et la laïcité décidée par le Président de la République, et détaillée le 22 janvier 2015 à travers onze mesures par la ministre de l’éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, se caractérise par un ensemble de développements pédagogiques intégrés et un lien affirmé avec la recherche. Pour les premiers, il s’agit d’un triptyque articulant un enseignement moral et civique à tous les niveaux, pour toutes les voies et dans tous les degrés, un enseignement laïc des faits religieux, et une éducation à la laïcité (à laquelle s’ajoute une éducation aux média et à l’information).

La suite des étapes de la constitution d’un enseignement moral et civique met en évidence le souci de construire une solide culture civique tout en réagissant aux soubresauts voire aux défis que rencontre la société. Si la dimension laïque en constitue l’épine dorsale, on constate que les valeurs républicaines que l’on pensait acquises requièrent d’être constamment réaffirmées.

Où en est-on à ce jour et que prescrivent les programmes pour l’enseignement obligatoire ?

Le texte paru au Bulletin Officiel de l’Éducation nationale N°31 de juillet 2020 fixe les finalités (voir ci-dessous) et les contenus de l’Enseignement moral et civique:

Enseignement moral et civique Les finalités de l’enseignement moral et civique du cycle 2 au cycle 4 (de la grande section de maternelle à la 3ème)

L’enseignement moral et civique poursuit trois finalités qui sont intimement liées entre elles.

1) Respecter autrui Respecter autrui, c’est respecter sa liberté, le considérer comme égal à soi en dignité, développer avec lui des relations de fraternité. C’est aussi respecter ses convictions philosophiques et religieuses, ce que permet la laïcité.

2) Acquérir et partager les valeurs de la République Le code de l’éducation affirme « qu’outre la transmission des connaissances, la Nation fixe comme mission première à l’école de faire partager aux élèves les valeurs de la République » (article L 111-1). Cette mission est réaffirmée dans le Socle commun de connaissances, de compétences et de culture : « L’École a une responsabilité particulière dans la formation de l’élève en tant que personne et futur citoyen. Dans une démarche de coéducation, elle ne se substitue pas aux familles, mais elle a pour tâche de transmettre aux jeunes les valeurs fondamentales et les principes inscrits dans la Constitution de notre pays … Les quatre valeurs et principes majeurs de la République française sont la liberté, l’égalité, la fraternité, et la laïcité. S’en déduisent la solidarité, l’égalité entre les hommes et les femmes, ainsi que le refus de toutes les formes de discriminations. L’enseignement moral et civique porte sur ces principes et valeurs, qui sont nécessaires à la vie commune dans une société démocratique et constituent un bien commun s’actualisant au fil des débats dont se nourrit la République.

3) Construire une culture civique La conception républicaine de la citoyenneté insiste à la fois sur l’autonomie du citoyen et sur son appartenance à la communauté politique formée autour des valeurs et principes de la République. Elle signale l’importance de la loi et du droit, tout en étant ouverte à l’éthique de la discussion qui caractérise l’espace démocratique. Elle trouve son expression dans le Socle commun de connaissances, de compétences et de culture, selon lequel l’École « permet à l’élève d’acquérir la capacité à juger par lui-même, en même temps que le sentiment d’appartenance à la société… La culture civique portée par l’enseignement moral et civique articule quatre domaines : la sensibilité, la règle et le droit, le jugement, l’engagement. –

Modalités pratiques et méthodes de l’enseignement moral et civique L’enseignement moral et civique articule des valeurs, des savoirs (littéraires, scientifiques, historiques, juridiques, etc.) et des pratiques. Il requiert l’acquisition de connaissances et de compétences dans les quatre domaines de la culture civique et donne lieu à des traces écrites et à une évaluation. L’enseignement moral et civique s’effectue, chaque fois que possible, à partir de l’analyse de situations concrètes. La discussion réglée et le débat argumenté ont une place de premier choix pour permettre aux élèves de comprendre, d’éprouver et de mettre en perspective les valeurs qui régissent notre société démocratique. Ils comportent une prise d’informations selon les modalités choisies par le professeur, un échange d’arguments dans un cadre défini et un retour sur les acquis permettant une trace écrite ou une formalisation. L’enseignement moral et civique se prête particulièrement aux travaux qui placent les élèves en situation de coopération et de mutualisation favorisant les échanges d’arguments et la confrontation des idées. L’enseignant exerce sa responsabilité pédagogique dans les choix de mise en œuvre en les adaptant à ses objectifs et à ses élèves. L’enseignement moral et civique dispose réglementairement d’un horaire dédié permettant une mise en œuvre pédagogique au service de ses finalités.

Ce texte mérite d’être connu de tous, enseignants comme parents.

Que ce soit une instruction civique, une éducation ou un enseignement moral et civique, la formation aux valeurs de la République est cruciale.

Comme le montrait déjà en 2004 le rapport OBIN ( Inspecteur Général de l’Education nationale, groupe Etablissements et Vie scolaire), en pointant du doigt les symptômes que représentaient les attaques croissantes contre le respect de la laïcité dans nos établissements, et, comme l’ont confirmé de nombreux rapports depuis, dont celui produit par le Haut conseil à l’intégration en 2011, il y a dans notre pays un malaise du « vivre ensemble », une difficulté à « faire Nation », un problème d’intégration de nombre de jeunes Français dans notre société. Et les raisons de cette non-affiliation ne sont pas à aller chercher uniquement dans les relations qu’entretiennent les religions avec la République.

Source © Café pédagogique

Ce rapport longtemps ignoré par les gouvernements successifs constitue une base de réflexion toujours actuelle et il insiste sur la nécessité de renforcer la formation des élèves aux questions de la Laïcité mais aussi et d’abord, de former tous les enseignants, et pas seulement pour le second degré ceux d’Histoire-Géographie qui sont en charge de l’EMC, ainsi que les personnels de direction, afin qu’ils soient tous intellectuellement et pédagogiquement équipés pour répondre aux atteintes à la laïcité et aux contestations portant sur des contenus d’enseignement. Les enseignants d’Education Physique et Sportive (EPS) et ceux de Biologie quand ils abordent la question de l’évolution témoignent de réactions d’élèves et de familles qui s’opposent à la mixité dans les piscines pour les premiers ou qui opposent des approchés créationnistes pour les seconds. Les Conseillers principaux d’éducation veillent aussi au respect de la loi sur le port de signes ostentatoires.

L’école républicaine est discutée par des familles, voire remise en question. Ainsi que le démontrent les incidents enregistrés dans les classes et surtout le tragique assassinat de Samuel Paty, l’École de la République n’est plus un sanctuaire, malgré l’investissement des personnels de l’Éducation nationale soutenus par des élus républicains.

Attention au risque de déformation professionnelle… (source © Pinterest)

Pour mesurer combien l’Ecole constitue un enjeu de formation pour beaucoup et un « ennemi » pour quelques-uns, on pourra se référer à l’article paru sur le site de France info le 17 novembre 2020  Assassinat de Samuel Paty : du cours sur la liberté d’expression à l’attentat, les 11 jours d’un engrenage mortel.

Le livre au titre prémonitoire Qui veut tuer la laïcité ?, récemment paru aux éditions Eyrolles, montre à partir de l’étude de nombreux exemples dont plusieurs concernent l’École, combien la tâche des éducateurs est ardue et que l’ambition citoyenne instaurée par Jules Ferry demeure un enjeu permanent !

M. M.

De quoi Neom est-il le nom ?

17 novembre 2020

Tapis volants, djinn malicieux et lampe magique d’Aladin : le Moyen-Orient a toujours fait rêver les Occidentaux, bercé par les Contes des mille et une nuits. C’est peut-être cette veine que cherche à exploiter le dirigeant tout puissant d’Arabie Saoudite, le prince héritier Mohamed ben Salmane, lorsqu’il fait connaître au monde entier le 24 octobre 2017, via une vidéo promotionnelle projetée à Ryad dans le cadre du « Davos du désert », devant un aréopage de personnalités parmi lesquelles Tony Blair, Christine Lagarde et Nicolas Sarkozy, ce projet un peu fou qui consiste à créer une nouvelle mégapole dans le désert, sur une superficie équivalente à celle de la Bretagne, à l’extrémité nord-ouest de son pays, près de la Mer Rouge et de la frontière avec l’Égypte et la Jordanie.

Présentation du projet Neom à Ryad le 24 octobre 2017 (photo © Fayed Nureldine
/ AFP / France 24)

Le nom du projet lui-même annonce la couleur, amalgame du préfixe grec « neo » (nouveau) et de l’arabe « mostaqbal » (futur). C’est bien une ville on ne peut plus futuriste que veut concevoir le prince saoudien, à rebours de l’image médiévale de son pays, arc-bouté sur des pratiques sociales et religieuses d’un autre temps. Cette future mégapole sera alimentée exclusivement en énergie renouvelable avec panneaux solaires et éoliennes à tous les étages. On s’y déplacera uniquement en véhicules électriques et taxis volants. L’alimentation proviendra de fermes industrielles verticales totalement hors-sol. Une fausse lune et une plage illuminée la nuit viendront parfaire ce décor de rêve pour milliardaires avant-gardistes qui, pour se distraire, pourront se rendre dans un Jurassic park géant voir évoluer une myriade de robots dinosaures.

Neom, la ville qui devrait abriter plus de robots que d’humains selon son concepteur, le principe Mohamed ben Salman…

Dans cette ville du futur, tout sera connecté et robotisé. Le suivi médical de la population comme l’éducation se feront uniquement via l’intelligence artificielle et des robots spécialisés, tandis que les tâches ménagères seront confiées à des valets robotisés et les livraisons à des drones supersoniques. Même la météorologie y sera maîtrisée grâce à des dispositifs permettant d’ensemencer les nuages à volonté.

La reconnaissance faciale sera généralisée et un système automatisé de flicage permettra de surveiller en permanence les faits et gestes de chacun, pour la plus grande tranquillité de tous, avec l’intervention de robots gladiateurs pour assurer l’ordre en cas de besoin. Selon le bon prince héritier avant-gardiste, qui inscrit ce projet dans sa fameuse « Vision 2030 » pour préparer son pays à l’après-pétrole, « la ville doit supplanter la Silicon Valley en terme de technologie, Hollywood en terme de divertissement et la Riviera méditerranéenne en terme de tourisme », rien que ça…

Un projet futuriste qui laisse rêveur… (source © Pirate-972)

Le coût de ce projet est à la hauteur de sa démesure : 500 milliards de dollars… C’est beaucoup, même pour un pays richissime comme l’Arabie saoudite qui, grâce à la rente pétrolière, s’est constitué un fonds souverain doté de 2 000 milliards de dollars pour préparer l’avenir. D’autant que les cours du pétrole se sont effondrés et que l’Arabie saoudite est engagée, depuis 2015, à l’initiative justement de ce même Mohamed ben Salmane, par ailleurs ministre de la Défense, dans une guerre meurtrière au Yémen, qui a déjà fait plus de 100 000 morts et finit par coûter cher. Le déficit public du pays atteint d’ailleurs un niveau record de 50 milliards de dollars, financé principalement par des émissions de dette.

Et par ailleurs, le prince héritier, bien que courtisé par de nombreux dirigeants mondiaux, Donald Trump en tête, commence à inquiéter certains du fait de sa conception aussi personnelle qu’autoritaire du pouvoir. L’assassinat qu’il aurait lui-même commandité, du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, dont le corps a été proprement découpé en morceaux dans les locaux du consulat saoudien à Istanbul en octobre 2018, a quelque peu terni la bonne réputation de ce jeune dirigeant aux idées larges, amateur de jeux vidéos mais aussi de décapitations dont le nombre s’est accru de manière très significative depuis son accession au pouvoir. On lui attribue l’enlèvement du premier ministre libanais Saad Hariri en novembre 2017, mais aussi l’arrestation musclée suivi d’un véritable racket d’un grand nombre de princes de la famille royale et de hautes personnalités. Même son père, le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, qui l’a pourtant porté au pouvoir en juin 2017, s’en méfie dit-on et craint une révolution de palais à son encontre…

Le prince Mohamed ben Salmane (photo © Fayed Nureldine / AFP / Le Point)

Bref, le prince, tout visionnaire et puissant qu’il soit, a besoin, pour mettre en œuvre ce projet pharaonesque, de l’aide financière d’investisseurs étrangers. D’où ces images pour le moins surprenantes pour qui connaît un peu la réalité de l’Arabie saoudite actuelle, de femmes dévoilées et hyperactives trinquant en souriant dans la vidéo promotionnelles, analysée notamment par Le Monde : à Neom, l’alcool sera autorisé et les femmes libérées, du moins le temps de boucler le tour de table financier… La ville elle-même sera d’ailleurs organisée et gérée comme n’importe quel projet financier, chacun devant acheter des parts en bourse pour venir s’y installer et un conseil d’administration faisant office de gouvernement local.

La vie à Neom : un bonheur de contes de fées : extrait de la vidéo promotionnelle (source © Connaissance des énergies)

Le calendrier du projet prévoyait que l’essentiel de la ville du futur serait opérationnel d’ici 2025 et pour cela, Mohamed ben Salmane en a confié les rênes à l’Allemand Klaus Kleinfield, ancien directeur général de Siemens et d’Alcoa (groupe américain, troisième producteur mondial d’aluminium), une valeur sûre de l’establishment mondialisé. On retrouve dans le conseil scientifique de Neom, des stars mondiales comme l’architecte Norman Forster, le designer d’Apple, Jonathan Ive, le fondateur d’Uber, Travis Kalanick, un ancien vice-président de la Commission européenne ou encore un ex secrétaire d’État américain à l’énergie. Que du beau monde donc et qui dispose d’un carnet d’adresse bien fourni et d’un incontestable pouvoir de persuasion auprès de la sphère financière internationale.

Un aéroport a déjà été aménagé et quelques palaces sont effectivement en cours de construction, mais le contexte économique et politique actuel risque bien de retarder quelque peu la naissance de cette ville du futur. Les critiques mondiales auxquelles doit faire face le prince Mohamed ben Salmane du fait de sa gestion assez brutale de la guerre au Yémen et de sa vision quelque peu expéditive du droit de l’opposition l’ont malgré tout fragilisé, d’autant que son pays fait désormais face à une baisse sans précédent des revenus pétroliers, suite à l’arrêt brutale des activités économiques, lié au Covid-19, mais aussi du fait de prises de positions assez hasardeuses de l’Arabie saoudite elle-même.

Pas facile dans ces conditions de continuer à attirer pour un projet aussi farfelu les investisseurs étrangers, même avec de belles histoires de tapis volants et de dinosaures high-tech. D’autant qu’un petit grain de sable vient encore de s’insinuer dans la belle machine bien huilée de propagande saoudienne. Il se trouve en effet que la région où doit être édifiée cette ville du futur, bien que désertique, abrite néanmoins de nombreux village de pêcheurs sur les côtes de la Mer Rouge et pas moins de 20 000 Bédouins de la tribu des Howeitat, installée sur ces terres depuis des temps immémoriaux.

Abdel Rahim Al-Huwaïti, abattu pour avoir exprimé sur Twitter son opposition au projet Neom (source © Twitter)

Le régime saoudien n’allait évidemment pas s’embarrasser d’un tel obstacle et a lancé, début 2020, l’expulsion de ces gêneurs. Sauf qu’une vidéo apparue le 12 avril 2020 sur Twitter, montre un de ces habitants, originaire du village d’Al-Khurayba en bordure du golfe d’Aqaba, et dénommé Abdel Rahim Al-Huwaïti, qui explique posément, le front soucieux et les yeux mi-clos, dans quelles conditions se fait le déplacement forcé de ces populations invitées à quitter les lieux pour faire place nette au futur enchanteur. « Je suis contre le déplacement forcé des gens. Je veux juste rester dans ma maison » affirme l’homme d’une voix fatiguée, tout en ajoutant : « Je ne serais pas surpris qu’ils viennent me tuer, dans ma maison, qu’ils y jettent des armes et qu’ils me qualifient de terroriste ». C’est d’ailleurs exactement ce qu’il s’est produit, l’homme en question ayant été abattu dès le lendemain par les forces de sécurité venues l’arrêter.

C’est en effet la force des régimes autoritaires qui ne laissent pas de place au doute ni à l’hésitation. Le message est clair et devrait sans doute accélérer le déménagement forcé des quelques récalcitrants qui ne seraient pas encore convaincus par cette vision futuriste et quasi prophétique que le bon prince Mohamed ben Salmane nourrit pour son pays, engagé à grands pas dans une marche accélérée vers un Progrès radieux qui ne peut que faire rêver…

L. V.

Bic : du jetable au durable ?

15 novembre 2020

La société Bic fait partie de ces entreprises symboles de la société de consommation qui a réussi à imposer comme naturel le recours à des objets en plastique jetables. Une hérésie en termes d’impact environnemental et contre laquelle on commence tout juste à réagir mais qui constitue pourtant notre quotidien depuis désormais une bonne soixantaine d’années. Fils d’un industriel italien naturalisé en France en 1930, Marcel Bich rachète en 1945 un atelier à Clichy où il fonde avec un collègue une petite société de sous-traitance pour la fabrication de porte-plumes. L’entreprise vivote jusqu’en 1950, date à laquelle elle lance, sous le nom de marque Bic, un stylo bille jetable dans un tube en plastique transparent, vendu à un prix dérisoire et qui connaît d’emblée un succès foudroyant.

Publicité pour le stylo Bic dans les années 1950 (source © Espace écriture)

Le seul hic à l’époque est que Bich a tout simplement piqué le brevet au Hongrois László Biró qui l’avait inventé en 1938 et qui lui intente donc illico un procès pour plagiat. Le problème se règle au moyen d’une transaction financière à l’amiable et en 1958 Bic rachète l’entreprise Biró, ce qui lui permet de devenir le leader mondial des stylos à bille. Un produit phare dont il s’est vendu depuis environ 100 milliards d’exemplaires sur la planète entière. Chaque année, Bic continue ainsi de vendre 6,6 milliards de stylos en plastique jetable à travers le monde, ce qui représente quand même, selon Alternatives économiques, l’équivalent en poids de trois fois la Tour Eiffel de déchets en plastique impossible à recycler !

Le stylo Bic Cristal, toujours d’actualité (source © Bureau Vallée)

Certes, au fil des années, le fabricant a un peu allégé la quantité de plastique utilisée dans ses fameux Bic Cristal, mais exclusivement pour des raisons économiques afin de ménager ses marges malgré la hausse du prix du pétrole dont on fait le plastique. Lequel est toujours fabriqué sans la moindre dose de plastique recyclé, quoi qu’en dise la publicité de la marque… En 2018, seul 6 % du plastique utilisé en papeterie est issu du recyclage et pas question non plus de vendre des recharges pour garder au moins le tube de plastique : elles coûtent plus cher que le stylo lui-même : 10 € les recharges du stylo 4 couleurs qui est vendu à 3 € : pas très incitatif en effet !

Le recyclage des stylos usagés, une opération de communication peu efficace…
(source © Bicworld)

Quant à recycler les stylos en fin de vie, Bic a également beaucoup communiqué sur ce concept et utilisant les bics usagés collectés, non pas pour créer de nouveaux stylos – trop cher !- mais pour en faire des meubles de jardin. En réalité, les points de collecte sont excessivement rares et seuls 0,03 % des stylos vendus seraient ainsi valorisés, une misère !

D’ailleurs la production elle-même a été largement délocalisée : sur les 14 000 salariés que compte le groupe, 8 900 travaillent désormais en Tunisie, au Nigéria et en Inde, ce qui laisse penser que l’entreprise reine du jetable ne se préoccupe guère de l’impact écologique du transport de ses produits autour du globe.

Usine Bic à Manaus au Brésil, l’un des 25 centres de production de la marque dans le Monde (source © Bicworld)

Une culture du jetable qui ne s’est pas limitée au seul stylo à bille puisque en 1973, la société s’est lancée aussi dans la commercialisation du briquet jetable, là encore sans l’avoir inventé puisque le concept a été créé dès 1934 par Jean Inglessi, l’inventeur de la bouteille à gaz à usage domestique… Dès 1975, Bic s’impose comme le premier producteur mondial de briquets jetables tout en développant en parallèle les rasoirs, toujours jetables. En définitive, seules les planches à voile que le groupe Bic a fabriqué à partir du début des années 1980 ne sont pas jetables, sans être recyclables pour autant.

Des briquets de toutes les couleurs, mais jetables (source © Majorsmoker)

Alors que la famille Bich est toujours actionnaire à près de 45 % du groupe Bic, celui-ci s’est largement mondialisé rachetant à tour de bras des sociétés un peu partout dans le monde. En 1997, ce sont les marques Tipp-Ex, leader européen des correcteurs et Sheaffer, le roi du stylo américain haut de gamme qui tombent ainsi dans l’escarcelle de Bic, suivies en 2006 par le spécialiste brésilien des étiquettes adhésives, Pimaco, puis en 2008 par le leader indien des produits de papeterie Cello et par l’Américain Norwood. En 2013, Bic construit en Chine une usine de fabrication de briquets puis en 2017 un centre de production de stylos en Inde, dans l’État du Gujarat, avant de racheter en 2019 la société Lucky Stationary, leader des produits d’écriture au Nigéria.

Une expansion mondiale et une diversification qui se poursuivent malgré la crise sanitaire et le confinement qui ont plombé les comptes du leader des stylos, briquets et rasoirs jetables. Bic vient en effet d’annoncer, lundi 9 novembre 2020, son rachat en cours, pour la bagatelle de 34 millions d’euros, de l’Américain Rocketbook, l’inventeur du cahier éco-responsable au nom imprononçable Econotebk. Une trouvaille bien dans l’air du temps et qui tourne ostensiblement le dos à l’ère du jetable. Ce bloc note high-tech est en effet fabriqué en recyclant des déchets plastiques issus du BTP et qui fournissent un papier spécial, résistant et imperméable, sur lequel on peut écrire avec un stylo effaçable, ce qui permet de le réutiliser (presque) à l’infini.

Le carnet écologique Econotebk (source © Pinterest)

Ce cahier innovant est d’autant plus branché qu’une application spécifique permet de transférer facilement son contenu sur support numérique. Idéal donc pour prendre des notes sur le terrain et ensuite conserver de manière numérique le texte et les dessins, tout en réutilisant le cahier de notes pour une prochaine sortie. Jamais sans doute la frontière entre l’écriture papier et le digital n’a été aussi poreuse. De quoi effectivement aiguiser l’appétit du géant du jetable, à la peine depuis le début de l’année avec une baisse mondiale de ses ventes estimée à plus de 15 % et qui tente de négocier tant bien que mal le virage de la transition écologique en passant du tout jetable au potentiellement durable : attention au risque de sortie de route…

L. V.

Culture biologique : l’exemple donné par un atelier d’insertion à Carnoux

13 novembre 2020

Quiconque s’est récemment promené le long de l’avenue de Suffren à Carnoux a pu observer un changement d’aspect du terrain de l’ESAT Arc en Ciel qui jouxte les dernières villas du quartier des Lavandes ! On y voit souvent des employés parés de leurs gilets oranges s’affairer à des travaux de plantation ou, comme quand je me suis rendu sur place, au broyage de branches et de feuillages.

Constitution des buttes de permaculture : étape 1 (source © ESAT)

Ce qui n’était qu’un espace de pierres et d’herbes, avec quelques pins, est devenu un jardin potager agrémenté d’arbres fruitiers et formé de buttes en arc qui ouvrent sur une pièce d’eau ceinte d’une clôture en bois réalisée par l’ESAT de la Valbarelle..

La localisation du jardin sur le site de l’ESAT (source © Google Earth)

Ce projet de création d’un espace de polyculture biologique sur le site du pôle Arc en Ciel (ESAT et Ateliers de Provence) est le fruit d’une équipe dirigée par Madame Anne Texier et il est piloté par Monsieur Guillaume Drouillard, chargé d’insertion et responsable clients pour les espaces verts.

Pourquoi créer un espace de polyculture biologique sur ce site ?

Le projet se fixe plusieurs objectifs dont le premier vise à fédérer les travailleurs handicapés du Pôle ESAT et des personnes en difficulté des Ateliers de Provence sur une nouvelle activité à forte valeur ajoutée pédagogique et écologique. Il valorise le site dans une démarche environnementale au travers de plusieurs activités : culture biologique (production de fruits rouges, légumes et plantes aromatiques), démarche « permaculturelle » (culture permanente, sur butte notamment) en investissant des déchets organiques. A cela s’ajoutent la plantation de haies ainsi que la construction de murets en pierre sèche, tout cela étant réalisé par une petite vingtaine d’ouvriers qui par ailleurs s’investissent dans l’entretien d’espaces verts auprès d’organismes ou de sociétés (S.T. Micro à Rousset, le CNRS, L’Institut Paoli Calmette, l’Institut Henri Gasteau à Marseille, ainsi qu’auprès d’une quinzaine de particuliers.

Vue aérienne du jardin après une année (source © Google Maps)

Un projet ouvert sur la ville, ses écoles et ses habitants

Comme l’indique M. Drouillard dans le descriptif du projet, « le projet est tout à la fois pédagogique, social, environnemental et économique. Il se veut aussi être un véritable défi, tant sur le plan humain, technique que scientifique. A long terme, ce projet en harmonie totale avec la nature pourrait bénéficier de manière directe ou indirecte aux usagers et salariés de tout le pôle Arc En Ciel (AEC), aux élèves et parents des écoles, dont le groupe scolaire voisin, à la Mairie de Carnoux et à ses habitants. »

Constitution des buttes de permaculture : étape 2 (source © ESAT)

Le projet envisage aussi des actions d’éducation à l’environnement pour les classes et les particuliers.

« La situation géographique d’AEC, initialement peu favorable au développement local et économique, devient une situation à valoriser L’emplacement du jardin en bord de route constitue un atout pour une vente en circuit court. Comme l’ESAT de la Bessonnière, le meilleur client pourrait être aussi la cuisine d’AEC et/ou celle de l’école ; la loi depuis Janvier 2016 obligeant les écoles à proposer un « repas bio » par semaine va dans ce sens.

A travers cette production, les travailleurs vieillissants pourraient se voir proposer une activité passionnante et adaptée à tous les niveaux ».

Pourquoi choisir la culture sur butte ?

« La culture sur butte se veut plus efficace, moins coûteuse, plus productive et adaptée aux travailleurs handicapés. La réalisation et la mise en culture des buttes nécessitent beaucoup de connaissances, de travail, de main d’œuvre, sur des temps forts notamment, idéal pour une dynamique de groupe ». Cela constitue pour ceux qui y œuvrent, un lieu de développement de compétences professionnelles ».

Constitution des buttes de permaculture : étape 3 (source © ESAT)

Quels autres avantages procure ce type de culture ?

« Les buttes permettent de s’affranchir des problématiques du sol, de celles du recyclage des déchets végétaux coûteux et de diminuer celles de l’eau grâce à un épais paillage organique alimenté par les déchets verts eux-mêmes.

De plus, en augmentant la hauteur du support de production avec de la matière organique (de 50 à 90 cm), les contraintes des gestes et postures inhérentes aux postes de travail se voient diminuées. Les tomates et les fraises pourront être cultivées sans avoir à trop se pencher pour la cueillette et l’entretien. Les plants pourront aussi être suspendus facilitant la cueillette debout ». A l’instar de la création du jardin partagé fondé par l’association Un jardin se crée à Carnoux sur le site de l’ancien arboretum, cette pratique constitue un exemple susceptible d’être transféré dans les jardins des Carnussiens, pour le plaisir des parents comme des enfants.

« Tout comme la recherche du recyclage d’énergie et des matériaux du milieu, la recherche de l’augmentation de la biodiversité est nécessaire pour parvenir à un écosystème fonctionnel » Notons que la pièce d’eau contribue à la biodiversité, tant pour les oiseaux que pour les insectes (libellules) et accueille des poissons qui se nourrissent des moustiques. Les pierres sur sites sont aussi utilisées pour délimiter certaines buttes et en augmenter la hauteur. ».

Constitution des buttes de permaculture : étape 4 (source © ESAT)

« Les déchets verts, augmentés des restes de cuisine, de cartons … sont recyclés sous forme de compost et de paillage nécessaires à la confection des buttes. De nombreux essais avec des types de buttes différents sont à l’œuvre (compost mature, frais, avec ou sans bois, etc.). Le BRF (Bois Raméal Fractionné) peut être utilisé en paillage sur les buttes, ou encore pour essayer de créer un sol vivant et productif. »

Quel bilan et quelles perspectives après deux années ?

Le chantier s’inscrit dans un temps long compte tenu du caractère expérimental de la démarche ainsi que du choix du type de culture, mais aussi compte tenu de la nécessaire montée en compétences des équipes.

La phase d’installation des différents espaces de culture et des équipements connexes (serre, bac de « lombricompostage », bacs de repiquage et de bouturage, aire de compostage) est quasi achevée. La création d’un environnement propice est en bonne voie avec la croissance de haies coupe-vent, la plantation d’arbres fruitiers (amandiers, pêchers, prunus…) et la pièce d’eau.

La terre après 2 ans de mise en culture (photo © M. Motré)

Au plan de la maîtrise d’œuvre, pour la première année, le jardin a bénéficié de l’expérience d’une maraîchère – la production étant destinée au public interne (ESAT et ateliers de Provence) et à quelques habitants du quartier ; la deuxième année a enregistré le recrutement sur contrat aidé d’une personne en formation « emploi de maraîcher ». Les productions ont été essentiellement à visée locale.

Les perspectives sont plurielles :

  • Achever l’aménagement paysager du site.
  • Renforcer le partage de connaissances et de compétences avec les associations locales, la coopération avec le quartier pour l’arrosage régulier et la cueillette, mais aussi le partage de plants et d’outils, et les partenariats avec l’ESAT et les écoles.
  • Accroître l’ouverture sur le quartier et la ville.
  • Bénéficier de l’aide du CETA d’Aubagne pour réaliser les objectifs de production.

Un ambitieux projet, propice à l’insertion professionnelle et à l’intégration de personnes en difficulté et handicapées, qui mérite d’être soutenu.

Il est enfin possible de suivre les activités des Ateliers de Provence en se connectant sur la page Facebook ARI les Ateliers de Provence

MM

Attestons, attestons…

11 novembre 2020

Comme lors du premier pic de l’épidémie de Covid-19 au printemps, les nouvelles règles de confinement obligent de nouveau chaque Français à sortir muni d’une « attestation de déplacement dérogatoire » pour reprendre les termes officiels du Ministère de l’Intérieur. Le mot lui-même n’est pourtant pas des plus appropriés puisqu’il fait référence, de par son étymologie latine, à la notion de « témoignage ». On peut effectivement attester avoir vu son voisin sortir son chien, mais de là à attester qu’on s’autorise soi-même à sortir, la notion est quelque peu étrange…

Attention aux excès de zèle : un dessin signé Seb
(source © le Journal de Saône-et-Loire)

Sous l’effet du désœuvrement lié au confinement ou peut-être en raison de l’esprit gaulois toujours prompt à râler et à se moquer, les éditoriaux et les caricatures fleurissent un peu partout pour gloser sur ces fameuses attestations. Dans La Vie, le chroniqueur Pascal Paillardet s’épanche ainsi : « le mot attestation désigne ce laissez-passer indispensable à un confinement réussi. À condition de ne pas s’emmêler les crayons à l’instant de cocher les cases avec fébrilité, dans la hâte de quitter son cantonnement. Certains ont été contrôlés en train de déposer le chien à l’école ou d’apprendre à l’enfant à se soulager dans le caniveau ».

Une attestation aux possibilités restreintes… Un dessin signé Cyb sur une idée originale de Polistution (source © Flickr / After1fo)

Sur son blog Médiapart, Guy Perbet livre quant à lui une version digne des Visiteurs de la fameuse attestation de déplacement façon enluminure avec moult chevalier en armure et même un pangolin égaré : « Venant de recevoir la dernière mouture de l’Octroi de Franc Passage que notre bon Roy vient de promulguer – car tel est son bon plaisir – et dont nous devrons nous munir afin de pouvoir nous déplacer en toute quiétude dans les rues et les chemins tristes et froids de nos villes et de nos campagnes, je le transmets à vous tous, mes chers co-sujets mortifiés, avec toute ma compassion ».

Une attestation revisitée par un médiéviste inspiré (source © Agence Mézenc Information / Le blog de Guy Perbet / Mediapart)

Au delà de ces quelques moqueries et du regard souvent ironique porté sur ces attestations auto-proclamées avec leur liste à la Prévert des raisons pour lesquelles on s’autorise à se déplacer, force est de constater que l’on a fait un grand pas en avant par rapport à la précédente phase de confinement.

Les attestations sur smartphone : un dessin signé Chaunu (source © Pinterest)

Nul besoin désormais d’imprimer une feuille au format A4 à chaque fois qu’on a besoin de sortir acheter sa baguette de pain ou simplement se dégourdir les jambes. Place désormais à l’attestation numérique qu’on finalise en deux clics sur son smartphone et qu’on n’a même plus besoin de préparer à l’avance puisqu’il suffit de corriger l’heure avant de la présenter en cas de contrôle.

Ne pas oublier d’utiliser la dernière version : un dessin signé Xavier Delucq (source © Huffington Post)

Quoi qu’en disent les mauvaises langues, on est bien loin de l’Ausweis de la Komandantur ou de l’Octroi de franc passage « en diligence des précautionneuses nécessités profilatiques avers pestilentiel fléau nosmmé couronnée vérole ». On n’est peut-être revenu au temps de la grande peste qui fait trembler les gens et oblige tout un chacun à se terrer chez soi en ayant peur d’être contaminé par son prochain, mais on le fait du moins avec les outils modernes des nouvelles technologies de la communication : on se rassure comme on peut…

L. V.

HLM : mais que fait la métropole ?

9 novembre 2020

Dans les Bouches-du-Rhône, comme d’ailleurs sur la majeure partie du territoire national, plus de la moitié des ménages sont éligibles au logement social du fait de leurs revenus. Mais dans la plupart des centres urbains du département l’accès au logement reste bien difficile pour nombre de familles : la file d’attente est longue pour accéder à un logement HLM alors que les loyers dans le parc privé sont élevés et les offres rares, nombre de propriétaires préférant réserver leurs logements pour des locations saisonnières nettement plus lucratives dans un secteur aussi attractif pour le tourisme.

Argo, une résidence de 74 logements sociaux conçue par l’architecte Rudy Ricciotti pour le bailleur social Logirem à Marseille (photo © Lisa Ricciotti / Agence Rudy Ricciotti / Le Moniteur)

Sur l’ensemble du département, La Provence estimait en 2015 le nombre de demandes de logements sociaux à 90 000 par an. En 2016, l’AGAM avait retenu le chiffre de 72 000 demandes actives de logement social sur le seul périmètre de la métropole Aix-Marseille-Provence où l’on comptait alors un total de 142 000 logements sociaux. Le taux de vacance du parc HLM ne dépassait pas 1,6 % en 2016 et le turn over est très faible puisqu’en 2015 seulement 8 % des logements sociaux de la Métropole ont pu accueillir un nouveau locataire, ce qui explique largement que les files d’attente s’allongent autant. Le bailleur social 13 Habitat indique recevoir à lui seul pas moins de 30 000 demandes d’attributions de logements sociaux par an. Sur la seule commune de Carnoux, où le nombre total de logements sociaux ne dépasse pas 425, le maire précisait en 2017 que 300 demandes de logements sociaux non satisfaites étaient en attente.

Résidence de logements sociaux gérés par 13 Habitat sur l’île du Frioul (source © 13 Habitat)

Dans ces conditions, on pourrait imaginer que la question du logement qui fait partie des compétences transférées en 2016 à la Métropole est une priorité et que la collectivité travaille d’arrache-pied en vue de satisfaire cette demande vitale de logement, qui est un pilier indispensable pour permettre à tout un chacun de mener une vie décente et intégrée. Et pourtant, le Plan local de l’habitat (PLH) que la Métropole aurait dû adopter pour prendre la suite de celui de l’ancienne communauté urbaine MPM, élaboré en 2010 et qui a pris fin en 2018, n’a toujours pas été finalisé par la Métropole, comme si le sujet ne méritait pas vraiment que les élus locaux fassent l’effort de se concerter pour tenter d’améliorer la situation.

Résidence sociale intergénérationelle Les Gavotines, construite à Aubagne par 13 Habitat
(source © TPBM)

L’équation est pourtant simple : la demande de logements sociaux est énorme et l’offre nouvelle quasi inexistante. Une grande partie du parc HLM est dégradé ou vieillissant, ce qui oblige les bailleurs à déployer de gros investissements pour tenter de les réhabiliter afin qu’ils restent vivables pour leurs occupants. Du coup, malgré les injonctions réglementaires de la loi SRU qui oblige les communes à un certain quota de logements sociaux, les mises en construction de nouveaux logements restent rares et totalement insuffisantes pour satisfaire les besoins.

Chantier de construction de logements sociaux HMP sur Marseille dans le secteur de Saint-Joseph (source © Marseille rénovation urbaine)

En 2018, l’objectif affiché était de construire 13 500 nouveaux logements sociaux sur l’ensemble de la région PACA, un objectif qui n’a pas été atteint puisque les autorisations de construire n’ont finalement pas dépassé 10 773 logements selon la DREAL qui distribue aux collectivités les aides à la pierre. Et depuis, la situation ne fait que se dégrader avec seulement 9 965 nouveaux logements sociaux mis en chantier en 2019. En parallèle, la part des logements réservés aux ménages à bas revenus a elle-même diminué avec seulement 31 % de PLAI (Prêt locatif aidé d’intégration), ce qui pénalise lourdement les familles les plus modestes.

On est donc très loin du compte et cependant on a fait encore bien pire en 2020, année pour laquelle l’État avait pourtant révisé à la baisse ses objectifs en ciblant la construction de 12 849 nouveaux logements sociaux sur l’ensemble de la région PACA dont 5 000 sur la seule métropole Aix-Marseille-Provence où les besoins sont le plus criant. Au 15 octobre 2020, la DREAL n’a en effet enregistré que 842 logements en construction pour lesquels des demandes de financement ont été introduites, soit à peine 6,5 % de l’objectif visé : une misère ! Et la situation est encore plus dramatique sur le territoire de la Métropole où le nombre de nouveaux logements en chantier est à cette date de 153… Déjà qu’avec 5 000 nouveaux logements on était loin de satisfaire les 72 000 demandes en attente, mais avec 153, l’équation devient insoluble !

Projet de 60 logements sociaux en cours de construction à Carnoux, à l’emplacement de l’ancien établissement scolaire Saint-Augustin (source © Jérôme Siame architectes)

Pour se consoler, nos élus métropolitains pourront toujours se comparer à leurs collègues niçois qui, eux, ne prévoient à cette date qu’un seul logement social neuf sur un objectif affiché de 1721… Les subventions versées par l’État ne sont pourtant pas négligeables puisque l’enveloppe annuelle allouée à la Métropole AMP s’élèvent à 16,3 millions d’euros mais les dossiers montés ne prévoient de dépenser que 336 000 €, soit 2 % seulement de l’enveloppe disponible. Une situation qui oblige l’État à redéployer ses aides financières au profit d’autres collectivités plus réactives en rabotant de près de 60 % l’enveloppe qui avait été initialement réservée au territoire métropolitain : dommage…

Bien entendu, certains invoquent le contexte de crise sanitaire et d’élections municipales pour expliquer ce bilan véritablement calamiteux. Mais il semble bien difficile de ne pas y voir d’abord une absence totale de volonté politique, en particulier du côté des élus métropolitains, manifestement peu désireux de prendre enfin à bras le corps le problème du logement des catégories les plus modestes de la population. Un sujet épineux et qui ne semble pas prêt de trouver une solution…

L. V.

Présidentielles américaines : alors ?…

7 novembre 2020

Décidément, ces élections présidentielles américaines entretiennent un suspens incroyable… Tous les sondages annonçaient que l’éviction du trublion Donald Trump était pliée d’avance et que les Américains allaient enfin exprimer un choix plus raisonnable en faveur d’un dirigeant suprême plus en phase avec les valeurs de démocratie, de solidarité et de responsabilité que le Monde attend d’une démocratie aussi puissante et influente que celle des États-Unis.

« Ça y est : il est parti ? » (source © Pinterest)

Mais c’était sans compter l’esprit individualiste, ultra-nationaliste et, disons-le, égoïste, qui fait des ravages dans le Peuple américain tout comme dans la plupart des autres pays y compris la France. Quand les frustrations économiques et sociales s’accumulent alors que les médias, la publicité et les réseaux sociaux nous font miroiter à longueur de journée un idéal d’hédonisme, d’opulence, de liberté et d’oisiveté, il est bien difficile de résister aux sirènes de ces discours populistes qui promettent la lune pour tout de suite en se moquant bien des conséquences à long terme de leurs décisions : pourquoi se gêner à exploiter le gaz de schiste au prix d’une catastrophe écologique sans doute irréversible si cela peut nous permettre de continuer à rouler sans entrave au volant d’une belle voiture ? Et tant pis pour ceux qui n’ont pas la chance d’être né dans un pays aussi riche et gaspilleur, il suffit de s’en protéger en construisant des murs…

Un match serré entre Joe Biden et Donald Trump (source © BBC)

Force est en tout cas de constater que rarement sans doute l’Amérique n’a été autant divisée en deux camps aussi inconciliable. Malgré la crise sanitaire, le taux de participation à ces élections présidentielles a atteint partout des valeurs très élevées. Et partout, les deux candidats se retrouvent au coude à coude. Le système électoral américain si particulier qui pousse la logique majoritaire à son extrême en faisant dans le tout ou rien, donne l’illusion d’une Amérique coupée en deux avec des États ruraux ou en déclin économique acquis au candidat Républicain et d’autres, plus urbains et plus opulents, délibérément Démocrates.

Carte provisoire des résultats de l’élection présidentielle américaine du 3 novembre 2020, mise à jour le 6 novembre 2020 à 23 h (source infographie © Le Figaro)

Mais cette carte en rouge et bleu masque une réalité bien différente avec des écarts en réalité très faibles entre les deux candidats dans la quasi totalité des États. Les catégories sociales plus aisées et mieux éduquées ont massivement voté pour Joe Biden et on les retrouve dans toutes les villes du pays, mais partout aussi les Américains adeptes du repli sur soi, nostalgiques d’une Amérique triomphante et opulente, ont voté avec enthousiasme pour un Donald Trump capable de tenir tête aux élites mondialisée et à la Chine arrogante, avec sa promesse de « make America great again ».

Un dessin signé Kak, en novembre 2018, mais toujours d’actualité (source © L’Opinion)

Au gré de ces élections, les États-Unis sont devenus bipolaires et c’est peut-être cette scission inédite qui a abouti à ce scénario catastrophe d’une grande démocratie, habituée à donner des leçons de morale à la planète entière, désormais ridiculisée par un Président sortant qui, après s’être autoproclamé un peu prématurément, vainqueur de ces élections, accuse sa propre administration de fraudes massives et demande tout simplement d’arrêter de compter les bulletins de votes qui ne sont toujours pas dépouillés, quatre jours après le scrutin du 3 novembre 2020…

Le Monde entier se délecte de ce feuilleton pathétique et retient son souffle pendant que les États traditionnellement Républicains que sont le Nevada ou l’Arizona se sont lancés dans une course de lenteur pour faire durer le dépouillement des derniers bulletins pour ne pas risque de faire basculer la situation en faveur du candidat Démocrate. Bref, samedi 7 novembre, on ne sait toujours pas qui sortira vainqueur de ces élections à suspens, sans compter le risque que le résultat, quel qu’il soit, se retrouve contesté devant les tribunaux et qu’il fasse l’objet, in fine, d’un arbitrage des juges de la Cour suprême…

En tout cas, ces élections qui se prolongent au-delà du raisonnable pour faire émerger un vainqueur, dans une ambiance de frustration et de soupçons de fraude, ne va sans doute pas favoriser la cohésion de la Nation américaine et risque de laisser des traces, même si, dans l’immédiat, c’est surtout la faillite d’un processus électoral inadapté qui est mise en évidence.

Un duel électoral serré, qui pourrait donner l’idée de recourir à d’autres méthodes plus efficaces ? Un dessin signé Chapatte (source © Le Temps)

Une faillite qui n’est pas sans rappeler celle qu’a connu il y a quelques mois seulement la ville de Marseille à l’occasion du second tour des élections municipales. Comme aux États-Unis et pour les mêmes raisons, la ville a bien failli se retrouver avec à sa tête un maire ayant recueilli au global, moins de voix que son adversaire. Comme aux États-Unis, le choix du responsable de l’exécutif s’est fait attendre pendant plusieurs jours après les élections et à l’issue d’une séance mémorable et interminable au cours de laquelle chacun s’est laissé allé aux spéculations les plus folles. Comme aux États-Unis, chaque camp s’est renvoyé à la figure des accusations de fraudes et le résultat de ce scrutin reste toujours suspendu à des décisions de justice qui tardent à venir, plusieurs mois après la fin des opérations électorales…

Winston Churchill aimait à dire que « La démocratie est la pire forme de gouvernement à l’exception de toutes celles qui ont été essayées au fil du temps », un aphorisme qu’il est toujours imprudent de sortit du contexte dans lequel il a été exprimé mais qui a au moins le mérite de rappeler que son usage n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît et que l’affaire peut vite déraper si l’on n’y prend pas garde…

L. V.

Qataris et Vache qui rit : la rupture ?

4 novembre 2020

Les propos tenus par Emmanuel Macron, mercredi 21 octobre 2020 dans la cour de la Sorbonne, lors de l’hommage national rendu au professeur Samuel Patty assassiné pour avoir expliqué à ses élèves ce qu’était la liberté d’expression, ont été visiblement mal entendus par certains. « Nous défendrons la liberté que vous enseigniez si bien et nous porterons haut la laïcité. Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent » a-t-il affirmé avec force, ce que certains pays arabes ont aussitôt pris pour une attaque en règle contre l’Islam et un appel au blasphème organisé.

Hommage à Samuel Patty dans la cour de la Sorbonne le 21 octobre 2020 (photo © Albert Facelly / Libération)

A Tripoli, en Libye, de petits groupes de manifestants ont ostensiblement brûlé des drapeaux français, comme cela avait déjà été le cas début septembre au Pakistan, ainsi que des photos du Chef de l’État français. Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a exprimé ouvertement ses doutes quant à la santé mentale d’Emmanuel Macron qu’il soupçonne d’avoir « un problème avec les musulmans et l’Islam » tandis que l’Organisation de coopération islamique, qui regroupe nombre de pays musulmans a déploré « les propos de certains responsables français (…) susceptibles de nuire aux relations franco-musulmanes ».

Le drapeau français et des portraits d’Emmanuel Macron brûlés par des manifestants à Tripoli le 24 octobre 2020 (source © Twitter / Infos françaises)

Il n’en fallait pas davantage pour que les réseaux sociaux aussitôt s’enflamment, appelant un peu partout au boycott des produits français. La plupart des agences de voyage au Koweit ont décidé de suspendre les réservations de vols vers la France. En Jordanie, c’est le Front d’action islamique, un parti d’opposition, qui appelle à boycotter tout ce qui vient de France. Mais c’est peut-être au Qatar que les réactions ont été les plus vives, de très nombreux produits d’origine française, dont la fameuse Vache qui rit, pourtant traditionnellement très appréciée au Proche-Orient, ayant été immédiatement retirés des rayons.

Plus de Vache qui rit dans ce magasin du Qatar samedi 24 octobre 2020 (photo © AFP / Nice Matin)

Le coup est rude pour les petits fromages triangulaires, même si l’enjeu pour la France semble être plus diplomatique qu’économique, contrairement au Danemark qui, en 2005, avait fait face, lui-aussi, à un boycott des pays arabes suite aux premières publications des caricatures de Mahomet, épisode qui avait failli ruiner l’industrie laitière du pays. Seulement 3 % des exportations françaises se feraient actuellement vers le Proche et le Moyen-Orient, ce qui permet de relativiser l’impact économique de ce coup de chaud qui pourrait néanmoins être rude pour l’industrie du luxe et des parfums.

Les spécialistes de la région considèrent d’ailleurs que le Qatar n’a rien à gagner à un boycott prolongé de la France, lui qui s’est forgé une réputation internationale notamment via le rachat en Europe de nombreux actifs, dont le principal club de foot de la capitale française, le Paris Saint-Germain.

Le PSG aux mains des Qataris… un dessin signé Dubouillon (source ©
Résistance Inventerre)

L’Islam sunnite, d’obédience wahabbite comme en Arabie saoudite y est certes religion d’État, et le pays compte plus de 1000 mosquées pour à peine plus de 2,5 millions d’habitants, principalement concentrés dans la capitale, Doha. Le Qatar est régulièrement accusé de soutenir financièrement le terrorisme islamiste, même si ces accusations sont soigneusement entretenues par son rival iranien. Il n’en demeure pas moins que le Qatar est très proche des Frères musulmans et qu’il soutient de fait de nombreux groupes rebelles sunnites. Le pays joue d’ailleurs un rôle important via sa chaîne d’informations télévisées en continu Al Jazeera, entièrement financée par l’État et qui s’est imposée dans le monde entier comme le principal canal d’influence médiatique auprès des arabophones, ce qui donne au Qatar une influence sans commune mesure avec sa taille qui ne dépasse guère celle de Chypre ou de la Jamaïque…

Grande Mosquée de Doha au Qatar (source © I love Qatar)

Les relations entre la France et le Qatar étaient jusque là plutôt bonnes. En 1974, l’émir Khalifa ben Hamad Al Thani, monarque régnant, s’illustra par un déplacement officiel en France au cours duquel il en profité pour s’acheter une belle villa sur la Côte d’Azur. Une tradition qui s’est perpétuée depuis, sous le règne de son fils, l’actuel émir Hamad bin Khalifa Al Thani, lequel a purement et simplement destitué son père en 1995.

En 2007, c’est lui qui fut le premier chef d’État étranger invité en France par Nicolas Sarkozy fraîchement élu, une belle consécration pour ce pays largement désertique et qui a bâti sa richesse sur l’exploitation de ses ressources pétrolières et surtout gazières, au point de s’enorgueillir d’être désormais le plus gros contributeur de gaz à effet de serre du monde, ramené au nombre d’habitants : 10 fois plus que la moyenne mondiale !

Le président Nicolas Sarkozy reçoit l’émir du Qatar, Hamad Ben Khalifa Al-Thani, le 1er septembre 2011 à l’Elysée (photo © Miguel Medina / AFP / Le Monde)

Cette amitié franco-qatari a été soigneusement cultivée grâce à un régime fiscal particulièrement avantageux instauré justement par Sarkozy en 2008. Une disposition privilégiée qui permet aux Qataris de ne payer aucun impôt sur leurs revenus immobiliers français ni sur leurs dividendes et d’être exonérés de l’impôt sur la fortune et des droits de mutation pour tous leurs avoirs détenus en France : un manque à gagner fiscal estimé à 150 millions d’euros par an… A ce compte, les Qataris auraient donc tort de se gêner et la France est de fait devenue en quelques années la quatrième cible mondiale pour les investissements qataris qui se sont élevés en 2016 à 25 milliards d’euros sur le territoire national. Immobilier de prestige, hôtels de luxe, châteaux et belles villas, clubs de foot et de handball, participations dans des entreprises du luxe, des services ou de l’armement, tout y passe. Même le fameux prix hippique de l’Arc de triomphe est passé sous contrôle qatari…

La crise immobilière en France : heureusement, les Qataris sont là… un dessin signé Georges (source © Le Nouvel Obs)

Gageons donc que la fièvre retombera rapidement et que le sens des affaires reprendra vite le dessus pour faire oublier aux gros investisseurs qataris en quête de dividendes juteux, le chemin de l’hexagone et le goût de la Vache qui rit…

L. V.

Covid-19 : comment va Carnoux ?

2 novembre 2020

Alors qu’une nouvelle phase de confinement vient de se mettre en place, l’évolution de l’épidémie de Covid-19, soigneusement documentée par les chiffres égrenés quotidiennement dans les médias, occupe toutes les conversations. Lorsqu’on observe l’évolution du nombre de cas recensés à l’échelle nationale, il est incontestable que les chiffres ne font qu’augmenter, ce qui donne l’impression d’un phénomène en croissance exponentielle qui ne fait qu’empirer de jour en jour. Au 31 octobre 2020, les chiffres officiels annoncés par le Ministère de la santé faisaient ainsi état de 1,367 millions de cas positifs avérés (sur 67 millions d’habitants, rappelons-le au passage) et la courbe montre une augmentation inexorable avec une forte accélération depuis la mi-septembre.

Evolution quotidienne du nombre de cas de Covid-19 recensés en France depuis le début de l’épidémie et jusqu’à fin octobre 2020 (source © Ministère de la Santé)

Au vu de cette courbe, la notion même de vagues successives paraît bien peu opérante puisque rien ne témoigne du premier pic de mars-avril qui a pourtant justifié un confinement bien plus sévère qu’actuellement. En fait, cette courbe masque une réalité nettement plus rassurante et qui montre à quel point nous avons progressé dans notre gestion collective de cette épidémie. Si le nombre de cas positifs continue ainsi à augmenter quotidiennement, c’est d’abord parce que les tests de dépistage se font désormais en grand nombre et que ces chiffres reflètent de manière beaucoup fidèle qu’en mars-avril la réalité de la prévalence. Il suffit pour s’en convaincre de regarder le fameux taux de reproduction du virus qui donne une meilleure image de la vitesse à laquelle l’épidémie se propage : il était de l’ordre de 2,5 à 3 lors du premier pic (ce qui signifie qu’une personne atteinte en contaminait en moyenne 2,5 à 3 nouvelles) alors qu’il est inférieur à 1,4 fin octobre, ce qui traduit un très net ralentissement de la propagation.

L’évolution du nombre de personnes placées en réanimation et celui des personnes effectivement décédées du Covid-19 sont eux aussi très révélateurs. Le nombre total de décès s’établit à 36 788 au 31 octobre mais à ce jour, l’essentiel de ces décès s’est produit durant la première vague, même si le nombre de décès quotidien est en train d’augmenter de nouveau depuis la mi-septembre. La courbe montrant l’évolution du nombre d’admissions en réanimation pour cause de Covid-19 est d’ailleurs très similaire, ce qui confirme bien que l’on est encore très loin d’avoir retrouvé une situation aussi dramatique que lors du premier pic de l’épidémie, même si le nombre de cas positifs connus ne fait qu’augmenter de jour en jour.

Evolution du nombre de décès du Covid-19 enregistrés chaque semaine dans les hôpitaux français (source Wikipedia)

Contrairement à la période printanière, au cours de laquelle l’épidémie était plus spécifiquement circonscrite à certaines régions, l’ensemble du territoire national est désormais largement concerné. Qu’en est-il néanmoins de notre commune de Carnoux ? C’est la question qu’ont souhaité posée au maire les deux élus d’opposition de la liste Carnoux citoyenne, écologiste et solidaire, à l’occasion du dernier Conseil municipal en date, le 15 octobre dernier : « Sur le plan sanitaire, dispose-t-on d’un bilan, même approximatif, du nombre de personnes contaminées, testées positives, décédées ? » Telle était la question posée, par écrit et avant la réunion comme l’exige le règlement intérieur du Conseil, afin de laisser le temps au maire de préparer ses éléments de réponse.

Une réponse qui ne figure malheureusement pas dans le compte-rendu officiel que l’on peut lire sur le site de la commune et dans lequel le sujet n’est même pas évoqué. Comme la réunion a eu lieu à huis clos on ne peut donc s’en remettre qu’aux notes prises en séance par les deux conseillers d’opposition et qui font état d’une réponse plutôt rassurante bien que pour le moins imprécise : « La situation générale est assez anxiogène. Il n’est pas utile d’en rajouter. Sur le plan sanitaire, nous n’avons pas la compétence de l’ARS (Agence Régionale de Santé). Les médecins, pour leur part, sont tenus au secret professionnel. Nous ne savons pas quel est le nombre de personnes testées, infectées ou décédées. Nous ne connaissons que les chiffres des Bouches-du-Rhône. Mais, d’après les contacts quotidiens que j’ai avec les administrés,  je peux vous dire que notre commune est relativement épargnée. Il y a relativement peu de malades. Pour la maison de retraite Claude Debussy, il y a eu 6 infectés, tous asymtomatiques. Le dernier test a montré que plus aucun pensionnaire n’est positif ».

Dessin inspiré de Gorce (source © Carnoux Citoyenne)

Tout va donc pour le mieux à Carnoux dont les limites administratives ont sans doute joué un rôle de barrière efficace. Les données accessibles via l’ARS et sur le site de Santé publique France sont néanmoins un peu moins rassurantes, comme le développe Jacques Boulesteix, puisque les derniers chiffres exploités montrent que sur la commune on est passé en moins d’une semaine, entre le 15 et le 20 octobre 2020, de un nouveau cas positif par semaine à trois cas (en moyenne glissante), ce qui place désormais Carnoux dans la tranche la plus exposée des communes françaises.

Nombre de nouveaux cas de Covid-19 par semaine à Carnoux (source © Carnoux Citoyenne)

Ces chiffres sont consultables par tout un chacun sur le site GEODES développé par Santé publique France et qui donne la valeur de plusieurs indicateurs, pour la plupart à l’échelle départementale, mais pour certains d’entre eux à l’échelle des IRIS, qui correspondent à des îlots INSEE, au nombre de près de 50 000 en France : pour la plupart des communes, un îlot IRIS correspond à la totalité de la commune mais pour les plus grandes villes, il se limite à un ou plusieurs quartiers, ce qui permet de diffuser des statistiques à une échelle assez fine. Ainsi, Carnoux est divisé en trois îlot, ce qui permet de disposer de données assez précises, notamment pour ce taux d’incidence du Covid-19 qui est exprimé en nombre de nouveaux cas enregistré en une semaine et rapporté à 100 000 habitants.

Taux d’incidence hebdomadaire de Covid-19 par îlot IRIS autour de Carnoux pour la semaine du 22 au 28 octobre 2020 (source © GEODES / Santé publique France)

Pour Carnoux, ce taux qui était en moyenne entre 50 et 150 le 15 octobre (ce qui correspond, grosso modo à 7 nouveaux cas positifs par semaine pour toute la commune), est passé à plus de 250 le 20 octobre, ce qui correspond à plus de 20 nouveaux cas positifs chaque semaine. Les derniers chiffres actuellement disponibles, en date du 28 octobre montre que Carnoux reste dans la tranche de 250 à 500 nouveaux cas hebdomadaires pour 100 000 habitants (soit une trentaine de cas supplémentaires chaque semaine sur l’ensemble de la commune). Un chiffre plutôt inférieur à ce qu’on peut observer sur certains quartiers de Marseille fortement touchés et qui reste comparable à la moyenne nationale qui est de 435 à cette même date (alors qu’elle se situait à peine au dessus de 100 fin septembre).

Ce chiffre confirme cependant, s’il en était besoin, que la population de Carnoux, tout comme celle du reste de la France, reste fortement exposée au virus et qu’il importe plus que jamais de bien respecter les gestes barrière.

L. V.

Vieux-Port de Marseille : le grand ménage en direct

31 octobre 2020

Comme tous les bassins nautiques situés en centre-ville, le Vieux-Port de Marseille, édifié en lieu et place de l’ancienne calanque du Lacydon, est le réceptacle de tous les déchets qu’y jettent négligemment les passants depuis les quais où qui y sont poussés par le vent lorsque celui-ci balaie les rues de la cité et renverse les poubelles. Pas étonnant, dès lors, qu’on y retrouve, dans la vase du fond, des tonnes de déchets : canettes de bière et papiers gras, vélos et trottinettes, barrières de chantier et plots de signalisation, mais aussi parfois vieux canapé, lave-linge usagé et épave de voiture ou de moto…

Le Vieux-Port de Marseille, vu d’en haut et… du fond (source © Made in Marseille)

En 2016, la Fédération des sociétés nautiques des Bouches-du-Rhône (FSN 13) avait ainsi pris l’initiative de lancer une opération annuelle de nettoyage du Vieux-Port, ce qui à l’époque n’avait pas été fait depuis 2004. L’idée était bien sûr d’insister sur l’aspect pédagogique en médiatisant l’opération pour inciter les plaisanciers qui fréquentent régulièrement le site à prendre soin de leurs déchets de toute sorte pour éviter qu’ils ne finissent à la baille, même les jours de fort mistral.

Affiche de la première opération du genre, initiée en 2016 (source © FSN 13)

Organisée le 8 octobre 2016 avec l’appui de nombreuses personnalités locales et le renfort de plusieurs institutions et associations sportives et environnementales, l’opération avait connu un beau succès médiatique et est, depuis, renouvelée chaque année. Ainsi, l’an dernier, le 19 octobre 2019, des centaines de citoyens et responsables associatifs, dont environ 200 plongeurs s’étaient mobilisés selon Made in Marseille qui couvre régulièrement l’évènement.

Vers 16 h, un premier bilan dressé par l’association MerTerre qui anime également d’autres opérations du même type dont celle intitulée Calanques propres, faisait état de 45 m³ de déchets de toutes sortes sortis du Vieux-Port par cette armada de bénévoles. L’année précédente, en 2018, le volume de déchets était encore plus impressionnant et il avait fallu 21 bennes mises à disposition par la Métropole Aix-Marseille-Provence pour les évacuer en décharge.

Une trottinette sauvée des eaux lors d’une opération de nettoyage du Vieux-Port (photo © Georges Robert / La Provence)

Pas moins de 4 333 objets divers et variés avaient ainsi été extraits de la vase du Vieux-Port, parmi lesquels beaucoup de canettes et bouteilles en verre, mais aussi un chevalet de peintre, 42 vélos, 15 skate et trottinettes, 7 poussettes, un brancard (vide), plusieurs bidets et cuvettes de wc, une amphore antique (comme quoi l’habitude de jeter ses déchets dans le Vieux-Port ne date pas d’hier), et même un obus de la dernière guerre, qui n’est pas à proprement parler un vulgaire détritus mais qui a obligé à faire appel aux démineurs…

Pour 2020, crise sanitaire oblige, il n’était pas question de rassembler sur le Vieux-Port des centaines de volontaires pour aller à la quête des déchets immergés. Place donc à la technologie high tech. Et bien entendu, c’est à la start-up marseillaise Notilo Plus qu’il a été fait appel. Créée en 2016 par Benjamin Valtin et Nicolas Gambini, cette société a en effet développé des drones sous-marin autonomes déclinés en version loisirs sous le nom de IBubbles, et en version professionnelle sous l’appellation Seasam.

Le drone aquatique, un outil pour accompagner fidèlement le plongeur et assurer les prises de vue sous-marine (photo © Notilo Plus / Marcelle média)

Fruit d’un partenariat avec la compagnie maritime CMA CGM, ces drones qui sont dotés d’un dispositif de propulsion autonome sans fil et d’un système de mémorisation et de géolocalisation, sont en effet parfaitement adaptés pour effectuer un parcours pré-programmé en repérant les endroits où ils sont déjà passés et en localisant avec précision ce qu’ils observent, ce qui en fait des auxiliaires très précieux pour inspecter la coque des navires, identifier les défauts éventuels et vérifier l’état des peintures en vue de décider et d’orienter les opérations de maintenance.

Les drones aquatiques de Notilo Plus utilisés pour l’opération (source © Marcelle média)

C’est donc à un robot sous-marin de ce type, équipé de différentes caméras, qu’a été confié le soin de cartographier au préalable l’ensemble des déchets visibles au fond du port, puis de guider un plongeur afin d’aller les récupérer directement sans perdre de temps à les rechercher. Jeudi 15 octobre 2020, une opération médiatique a ainsi été organisée dans les locaux de l’Union nautique marseillaise au pied du Pharo. Deux drones de Notilo Plus filmaient dans le bassin le plongeur en train de récupérer les déchets dans son filet et les images étaient retransmises en direct sur écran géant et sur la chaîne Youtube afin que les enfants des écoles puissent suivre l’opération.

C’est la maire de Marseille, Michèle Rubirola, qui a insisté pour que les écoliers puissent ainsi suivre en direct les opérations afin de prendre conscience de tous les déchets qui finissent ainsi leur course dans le fond du port. Présente sur place, ainsi que la maire de secteur Sophie Camard qui raconte sa plongée dans le Vieux-Port à l’occasion d’une édition précédente de l’opération, elle assiste au dialogue qui s’instaure entre une dizaine de collégiens de Team 13, une association de jeunes bénévoles qui organise des opérations de protection de l’environnement, et quelques spécialistes.

Présentation en direct par Nicolas Gambini, président de Notilo plus, des images du nettoyage (source © Marcelle média)

Parmi eux, un membre de l’ONG Planète mer, qui s’est donné pour mission de préserver les milieux marins en lien avec les activités humaines associées, mais aussi une représentante de Citeo, une entreprise privée chargée par l’État d’organiser, piloter et développer le recyclage des emballages ménagers et des papiers dans le cadre de la responsabilité élargie du producteur. Une autre start-up marseillaise, au nom typiquement provençal de Green City Organisation était également présente pour vanter les mérites de son dispositif de filet D’Rain qui récupère les micro-déchets à la sortie des collecteurs d’eau pluviale pour éviter leur rejet direct en mer.

Après quelques déboires techniques liés à une transmission médiocre par wi-fi, les images filmées en direct par les drones ont permis d’assurer un incontestable succès à cette nouvelle action de nettoyage du Vieux-Port. Pas moins de 124 classes étaient connectées en direct pour suivre le déroulement des opérations et profiter des commentaires, de nombreuses autres se connectant ultérieurement pour profiter de cette séquence un peu exceptionnelle et dont la portée pédagogique est incontestable. Un jour peut être, les fonds du Vieux-Port ne ressembleront plus à un vaste dépotoir…

L. V.

La plume de l’aigle de Bonelli

29 octobre 2020

L’aigle de Bonelli doit son nom à l’ornithologue italien Franco Andrea Bonelli qui a découvert l’espèce en 1815, l’année même où une grande partie de l’Europe coalisée réglait son compte aux rêves de grandeurs de l’aigle napoléonien. Présente sur le pourtour de la Méditerranée et jusqu’en Chine méridionale, cette espèce d’aigle de taille modeste qui niche dans les secteurs montagneux à faible altitude, est considérée en France comme une espèce relique, quasi en voie de disparition.

Aigle de Bonelli en vol (photo © Peter Arras / eBird)

Alors qu’on a retrouvé des traces fossiles qui attestent de sa présence dans les falaises calcaires du sud de la France depuis au moins 200 000 ans, il ne restait plus en France que 30 couples de cette espèce, recensés en 2012, alors qu’on en comptait encore 80 dans les années 1960. Si cette espèce est aussi menacée, c’est certes parce son taux de reproduction naturel est faible et parce que ce rapace a besoin d’aires de nidification très spécifiques, typiquement des falaises avec replats à moins de 700 m d’altitude, et des zones de chasse en milieu ouvert de type garrigues et vignes. Mais les causes de sa disparition sont aussi liées à l’artificialisation des milieux où il vit, au dérangement lié à la chasse et autres activités de pleine nature, et en partie aux lignes à haute tension qui sont la principale cause de mortalité des jeunes qui ne maîtrisent pas encore bien leur environnement…

Un aigle de Bonelli, ambassadeur des Calanques (photo © J. Uriarte / Getty / France Inter)

Toujours est-il que l’aigle de Bonelli fait partie des espèces emblématiques du Parc national des Calanques, même si on ne connaît qu’un seul couple qui y réside, sur les hauteurs de Vaufrèges, tandis qu’un autre a élu domicile dans le massif de la Sainte-Baume et qu’on en recense désormais deux du côté de la Sainte-Victoire. Un bel emblème qui justifie à lui seul les efforts de conservation de ce milieu naturel fragile, entrepris bien avant la création du parc national et qui se poursuivent, même si la tâche est immense au vu de l’importance des activités humaines de toute nature qui se pratiquent sur ce territoire dont la fréquentation, cet été, a battu tous les records !

C’est en tout cas ce rapace rare que le Parc national des Calanques a choisi comme ambassadeur pour mieux faire connaître son territoire aux plus jeunes en confiant à un auteur le soin d’écrire un conte polyphonique pour y dévoiler les différentes facettes du parc. L’ouvrage, intitulé Calanques, les entretiens de l’Aigle, est paru aux éditions Glénat en juin 2020 et c’est un petit bijou. Au travers du regard de l’Aigle, personnage aussi naïf que curieux, se dévoilent tour à tour différents usagers du Parc des Calanques : randonneur, grimpeur, pêcheur, chasseur, botaniste, plaisancier mais aussi pompier, garde, écologue ou urbaniste. Chacun a sa propre vision de ce territoire où les usages se croisent, interfèrent et parfois se heurtent, reflétant la complexité à concilier autant d’intérêts différents et parfois opposés.

Somptueusement illustré par les pastels minutieux et un peu naïf d’Amandine Maria, une artiste-paysagiste de Vitrolles, sous forme de paysages vus du ciel par l’œil perçant de l’aigle, le livre se veut un message d’espoir en vue de restaurer un jour l’équilibre de ce milieu vulnérable et permettre à chacun de cohabiter, un conte moderne et pédagogique qui allie magie de la fiction et rigueur scientifique, un bel outil pour apprendre à découvrir le massif des Calanques.

La plume à qui le Parc national des Calanques a confié le soin de se faire le porte-parole de l’aigle de Bonnelli, est Karine Huet, une intrépide voyageuse qui a passé son enfance à bourlinguer d’île en île, aux côté de son père, médecin militaire en Polynésie française, et qui embarque à 18 ans à Marseille avec le peintre Yvon le Corre pour un périple en voilier qu’elle retrace dans son premier livre intitulé Heureux qui comme Iris, publié en 1978. Depuis, elle a enchaîné les voyages autour du Monde avec son compagnon, Titouan Lamazou et a publié une bonne quinzaine d’ouvrages, récits de voyage, poèmes et romans.

L’auteur, Karine Huet, dans les calanques (photo © Zoé Lamazou / Marcelle)

Calanques, les entretiens de l’Aigle est son dernier opus en date, fruit de 39 entretiens avec différents usagers du Parc mais aussi de sa propre connaissance du secteur puisque l’auteur a elle-même vécu pendant 6 ans dans un cabanon à Morgiou. Mais ce livre s’inscrit dans une longue lignée où l’on peut citer notamment Les lucubrations de la cucurbite à Markus, Comment le corbeau perdit la parole et ce qui s’ensuit, Poèmes à l’encre de sèche et d’encornet, Le vieux qui gardait la mer ou encore Onze lunes au Maroc pour ne citer que quelques uns de ses titres. Une plume qui s’imposait donc pour l’Aigle des Calanques…

L. V.

Les États-Unis dans l’ère du pyrocène ?

27 octobre 2020

Les scientifiques, et plus encore les journalistes et autres vulgarisateurs, adorent parer de mots complexes les choses les plus simples. On évoque depuis des années la notion d’anthropocène pour caractériser notre période industrielle, dans laquelle nous vivons, en gros depuis le milieu du XIXe siècle, et au cours de laquelle l’empreinte humaine s’est mise progressivement à modeler notre milieu naturel dans des proportions jamais imaginées jusque-là.

Un dessin signé Cambon publié par Urtikan

Les facteurs naturels qui ont fait évoluer la Terre à l’échelle des temps géologiques sont de plus en plus influencés par l’action humaine. Les émissions de gaz à effets de serre issues de l’activité industrielle mais aussi de nos modes de vie quotidiens sont devenues, en quelques décennies, source de changements climatiques rapides, à un rythme probablement jamais connu jusqu’à présent. Les évolutions que connaît la biodiversité du fait de l’impact des actions humaines (déforestation, agriculture intensive, pollution atmosphérique, urbanisation galopante, etc.) se font de manière sans doute bien plus rapide que lors des grandes extinctions majeures que notre planète a déjà connu.

Et voilà qu’un autre vocable tend déjà à se juxtaposer à ce concept d’anthropocène : celui de « pyrocène ». Les amateurs d’apocalypse peuvent se réjouir: voilà que nous entrerions dans l’ère des grandes catastrophes et notamment des incendies dantesques capables de ravager, des mois durant, des milliers d’hectares, brûlant tout sur leur passage et ne laissant plus que cendres, ruines et désolation. La forêt amazonienne, les zones boisées de la zone tropicale africaine, le bush australien, et même la végétation clairsemée du Groenland ont connu ainsi récemment des incendies gigantesques. Mais l’opinion publique a surtout été frappée, ces dernières années par les incendies spectaculaires qui ont frappé l’Ouest américain et notamment l’État de Californie qui a payé un lourd tribut aux flammes.

Les pompiers impuissant face à la violence du feu le 9 décembre 2017 à l’Est de Santa Barbara, Californie (photo © Gene Blevins / Reuters / L’Express)

Dans cette région où l’urbanisation s’est développée de manière quelque peu anarchique, souvent à l’interface avec les zones boisées, et où les étés peuvent être brûlants, les incendies ne sont pas rares mais ceux de ces dernières années atteignent des records inimaginables. On se souvient de ceux de 2018 et notamment de celui dénommé Camp Fire qui avait dévasté 90 % du territoire de la commune de Paradise, au nord de la Californie, faisant 85 morts entre le 8 et le 26 novembre 2018 et détruisant pas moins de 13 500 maisons. Mais cette année là, l’équivalent local de l’ONF avait recensé pour le seul État de Californie 5 616 feux et ceci à la date du 8 août 2018, bien avant donc la fin de la période critique. On estimait alors à 4 346 km² la superficie ainsi partie en fumée, soit davantage que l’étendue d’un département comme celui des Alpes-Maritimes !

Pompier luttant contre les flammes à Paradise, Californie, le 9 novembre 2018
(photo © Josh Edelson / AFP / Science et Avenir)

Et voilà que l’année 2020 bat tous les records avec des incendies encore plus gigantesques dans tout l’Ouest américain… Entre le 16 et le 17 août 2020, à l’occasion d’une période de forte chaleur et de vents violents, de nombreux impacts de foudres ont provoqué des départs de feu dans la zone côtière nord de la Californie, alimentant de gigantesques incendies qui ont brûlé plus de 3500 km² dans la zone de vignobles au nord de San Francisco, près de la Silicon Valley et dans le secteur de Santa Cruz. Près de 240 000 personnes ont dû être évacuées et plus de 1000 bâtiments ont été détruits par les flammes même si le bilan humain se limite à 5 victimes.

Incendie en cours le long de la route de Butts Canyon en Californie, le 23 août 2020 (photo ©
Noah Berger / AP Photo / Calmatters)

Mais bien d’autres incendies se sont succédé depuis, y compris dans d’autres États dont celui de l’Oregon et celui de Washington . Au 14 septembre, un bilan provisoire faisait ainsi état de 35 morts péris dans les flammes et de 15 000 km² partis en fumée, soit l’équivalent de la totalité des Bouches-du-Rhône, du Var et des Alpes-Maritimes réunis ! Dans le seul État de l’Oregon, ce sont près de 500 000 personnes qui ont ainsi reçu l’ordre d’évacuer, souvent dans des délais très brefs ne leur permettant d’emporter que le strict nécessaire avant de fuir sur des routes encombrées, dans un décor d’apocalypse, poursuivis par d’âcres fumées noires et sous un ciel rougeoyant.

Une habitante de l’Oregon face aux ruines de son habitation détruite par les flammes (photo © Robyn Beck / AFP / France Culture)

Dans le Colorado, les incendies qui ont aussi débuté depuis le mois d’août, ne sont pas terminés. Le 23 octobre 2020, un gigantesque brasier était encore à l’œuvre, ayant déjà consumé de l’ordre de 830 km² et ayant obligé à évacuer plus de 3000 personnes selon Reporterre. Plusieurs parcs nationaux proches de Denver ont ainsi été la proie des flammes.

Incendie en Alaska (DR / source : Journal de l’environnement)

Même l’Alaska est soumis ces dernières années à des incendies gigantesques qui dévastent ses forêts. En 2004, la surface brûlée avait ainsi été estimée à 2,7 millions de km², soit près de 5 fois la superficie totale de la France métropolitaine ! Et en 2015, selon le Journal de l’environnement, on avait également dépassé les 2 millions de km² partis en fumée dans ce seul État. Une situation d’autant plus préoccupante que les sols gelés en permanence à ces latitudes sont alors exposés directement au dégel lorsqu’ils ne sont plus protégés par un couvert forestier, ce qui risque d’aggraver encore l’émission de gaz à effets de serre du fait des grosses quantités de méthane piégé dans le pergélisol, lesquels s’ajoutent aux énormes volumes de CO2 qui sont dégagés dans l’atmosphère lors d’incendies de cette ampleur…

C’est donc à un véritablement emballement auquel on assiste, le réchauffement climatique étant lui-même accéléré par les incendies dont il est l’un des facteurs déclenchant ! Ce pyrocène dans lequel nous serons désormais entré a bien un petit côté apocalyptique : l’Homme serait-il à son corps défendant retourné à l’âge du feu ?

L.V.

La Métropole étrillée par la Chambre régionale des comptes

25 octobre 2020

C’est un véritable pavé dans la mare que vient de lancer la Chambre régionale des comptes (CRC) en rendant public le 15 octobre 2020 son rapport d’observation qui porte sur le fonctionnement de la métropole Aix-Marseille-Provence (AMP) depuis sa création le 1er janvier 2016. Un pavé qui ne manquera pas d’éclabousser fortement Martine Vassal qui vient tout juste d’être réélue à la tête de l’institution et qui s’est empressée de rassurer les maires des communes périphériques en leur redonnant l’essentiel des pouvoirs décisionnels qui auraient dû progressivement être transférés à l’échelon métropolitain : exactement l’inverse de ce que prônent les magistrats de la CRC à l’issue de leur analyse !

Assemblée communautaire de la Métropole Aix-Marseille-Provence en 2019 (photo © Emilio Guzman / Marsactu)

Ces derniers rappellent en effet que la métropole avait été créée précisément pour permettre aux six intercommunalités préexistantes, dont la communauté urbaine Marseille Provence Métropole à laquelle était rattachée Carnoux, d’unir leurs forces et de mettre en commun leurs ressources pour agir enfin à la bonne échelle et mettre en place les projets structurants tant attendus en matière notamment de transports publics, d’habitat, de développement économique, de protection de l’environnement et de lutte contre la pollution de l’air. Mais les maires du périmètre étaient et sont toujours quasi unanimement opposés à cette construction métropolitaine de crainte qu’elle ne vienne empiéter sur leurs prérogatives. Ils ont donc tout fait pour en plomber la construction : le constat de la CRC vient confirmer qu’ils ont magistralement réussi…

Manifestation d’élus locaux contre la création de la métropole (source © Marsactu)

Les anciennes intercommunalités, devenues conseils de territoires auraient dû s’effacer progressivement en ne gardant qu’un rôle purement consultatif. Mais ils sortent encore renforcés des dernières élections municipales et ont conservé de fait l’essentiel de leurs prérogatives, via des conventions par lesquelles la métropole leur délègue la quasi totalité de ses compétences, à tel point que l’essentiel des crédits d’investissement continuent à être gérés au niveau de ces anciennes intercommunalités au lieu d’être utilisées pour la mise en œuvre de projets structurants à l’échelle métropolitaine.

Au moment de la création de la métropole, les intercommunalités se sont dépêchées de voter en masse toute une flopée de nouveaux projets, à charge pour la métropole, destinée à prendre le relai, d’en assumer le coût financier tant pour leur réalisation que pour leur exploitation future. Un tour de passe-passe qui a conduit la métropole, à peine née, à devoir assurer des engagements financiers colossaux, au risque de voir son taux d’endettement exploser et ses marges de manœuvre considérablement réduites pour mener à bien des projets d’intérêt véritablement communautaire.

Un dessin signé Red, réalisé en 2015 à l’initiative du Conseil de développement de l’ex Communauté urbaine MPM

Et ce n’est pas tout puisque les communes ont organisé délibérément une augmentation substantielle des attributions de compensation qui leur sont reversées par les intercommunalités pour compenser les transferts de compétence vers ces dernières. Une augmentation chiffrée à 220 millions d’euros entre 2012 et 2016, date de la création de la métropole, alors que la CRC considère que 80 % de cette augmentation artificielle ne correspond à aucun transfert de charge effectif. Mais une augmentation bien opportune pour les communes qui aspirent, par ce biais, l’essentiel des ressources de la métropole. Selon la CRC, celle-ci reverse ainsi aux communes plus des trois-quarts des impôts qu’elle perçoit, alors qu’une métropole comme celle du Grand-Lyon en conserve plus de la moitié, ce qui lui permet de mettre effectivement en œuvre des politiques publique efficaces à l’échelle du territoire, ce dont AMP est bien incapable.

De surcroît, plusieurs des intercommunalité préexistantes se sont fortement endettées juste avant la création de la métropole, assurées qu’elles étaient de pouvoir transmettre à la future métropole le remboursement de cette dette, ou comment socialiser les pertes… C’est le cas notamment de l’ancienne communauté d’agglomération du Pays d’Aix, dont la dette a été multipliée par 2,5 entre 2013 et 2015, ou celle du Pays d’Aubagne et de l’Étoile qui a augmenté de 45 % sur la même période.

Fin 2018, la métropole s’est ainsi retrouvée avec une dette globale de 2,79 milliards d’euros, soit 1451 € par habitant. Un chiffre qui n’a rien d’inquiétant en soit, sauf lorsqu’on le traduit en termes de capacité de désendettement (8 ans pour AMP, soit deux fois plus qu’à Lyon et 4 fois plus qu’à Bordeaux!) ou qu’on le met en regard des recettes de fonctionnement de la métropole (2 fois plus qu’à Nantes ou Lille, 3 fois plus qu’à Lyon et 4 fois plus qu’à Bordeaux).

Et cette dette n’en finit pas d’augmenter puisqu’elle n’était que de 2,28 milliards en 2016 : la métropole emprunte en moyenne 40 % de plus que ne le faisaient les anciennes intercommunalités, creusant son déficit sans pour autant être en capacité de réaliser les investissements structurants, tant attendus pour répondre aux difficultés quotidiennes de ses habitants en matière de logement, d’emploi et de déplacement, sans même parler de préparer ce vaste territoire aux défis qui nous attendent en termes de transition écologique et d’adaptation au changement climatique.

Rééquilibrer et développer la construction de logements sociaux sur le territoire métropolitain, un enjeu majeur… (source © Agir pour la métropole)

Le regard porté par la CRC sur le fonctionnement de la métropole AMP est donc particulièrement sévère, d’autant qu’il ne se résume pas à ces quelques points. L’analyse portée sur l’évolution de la masse salariale qui continue à augmenter dans les communes alors même qu’elles ont transféré l’essentiel de leurs compétences à la métropole n’est pas des plus rassurantes. De même que l’examen de la politique métropolitaine en matière de logement, jusqu’à présent des plus embryonnaires, la métropole n’ayant même pas été en capacité de faire adopter son Plan local de l’habitat et se trouvant totalement dépourvue de la moindre vision programmatique globale face à une multitude de bailleurs sociaux plus ou moins coopératifs. Pa étonnant que dans ces conditions il soit si difficile de se loger sur le territoire métropolitaine où la production de logements sociaux et la lutte contre l’habitat indigne dans les centres-villes dégradés (dont celui de la ville-centre Marseille) sont à la peine…

L.V.

Le rapport complet de la CRC et une analyse plus complète de son contenu sont notamment accessibles sur le site carnouxcitoyenne, créé par les deux élus d’opposition de Carnoux : bonne lecture !

Liberté d’expression et fait religieux

23 octobre 2020

Les événements tragiques qui viennent de se dérouler récemment mettent en premier plan la remise en cause de la liberté d’expression. Celle-ci englobe de multiples champs permettant l’expression de nos conceptions tant politiques, que culturelles (sciences, arts, modes de vies..) ou spirituelles (croyances religieuses).

La contestation de cette liberté s’est immiscée dans la sphère de l’enseignement public, plus particulièrement dès lors que l’enseignement aborde le « fait religieux ». Car l’amalgame est très rapidement fait entre étude du « fait religieux » et « vérité religieuse ». Comment expliquer cette sensibilité de certains à faire prévaloir leurs convictions religieuses sur la tolérance que notre République laïque promeut?

Des pratiques rituelles de nos lointains ancêtres à la fondation des religions telles que nous les avons vu apparaître depuis l’Antiquité, il y a un lien commun. Le nom de religion porte en lui, de par son étymologie latine, sa définition de « relier », qui exprime un besoin de communiquer avec des forces qui dépassent l’ordre de l’univers. Les religions sont donc inhérentes aux préoccupations des hommes.

Le fait religieux ne relève pas uniquement du passé. Il est toujours présent. Il est donc indispensable que l’étude du fait religieux fasse partie du programme de l’enseignement public, laïque et obligatoire.

Enseigner les faits religieux en collège (photo © Jeff Pachoud / AFP / Le Point)

Mais qu’est-ce qui doit être enseigné ? Et à qui doit s’adresser cet enseignement qui peut être perçu différemment selon le niveau de compréhension de celui qui le reçoit et son niveau de maturité ?

Cet enseignement se doit d’être impartial, sachant qu’il existe des religions du Livre (christianisme, judaïsme, islam) et d’autres qui n’en ont pas (shinto japonais), des religions avec des fondateurs (Bouddha, Jésus, Mahomet) et des religions qui en sont dépourvues (taoïsme chinois), des religions avec des sacrements (christianisme) et la plupart qui n’en ont pas…

Alors pourquoi cette question alors que le fait religieux est déjà enseigné au sein de l’école de la République et que les principes d’application ont été abordés dans le rapport Debray en 2002 ? N’est-ce pas alors plutôt les difficultés que rencontrent les enseignants à aborder ce sujet dans une situation de remise en cause du contenu des programmes et donc de la laïcité par une partie de la population qui ne distingue pas le fait religieux de l’interprétation religieuse ?

L’enseignement du « fait religieux », en France, n’est pas un enseignement religieux comme dans d’autres pays. Il est, et doit être abordé, comme toute autre matière, avec un caractère scientifique prenant en compte tous les faits de civilisations. Ce sont les programmes d’histoire, de philosophie qui traitent principalement de ces faits dans un esprit de neutralité. Les faits religieux sont des conséquences de l’histoire, ce ne sont pas des éléments d’un « catéchisme ».

Un dessin signé Deligne (source © La Croix)

Or le système éducatif public, lorsqu’il aborde l’influence des religions, depuis leur émergence jusqu’à aujourd’hui dans différentes sociétés, en les traitant sur le même pied d’égalité, heurte certains qui voudraient faire prévaloir la supériorité de leurs interprétations religieuses. Soit le contraire du principe de laïcité qui veut que « les convictions religieuses n’ont pas à s’exprimer dans l’école publique ».

C’est avec rigueur scientifique et rationalité qu’est dispensé l’enseignement. Les croyances n’y ont pas leur place. Cependant, dispenser un enseignement en excluant toute référence au fait religieux serait contre productif, alors qu’il s’agit d’ouvrir l’esprit des élèves à une compréhension objective et diverse d’une vision du monde passé et présent.

En effet, confronter les élèves aux différentes cultures sans aborder l’influence des religions dans la création de ces cultures et les faits historiques qui en sont constitutifs, semble n’être pas objectif alors que dans le monde actuel chacun est confronté au quotidien à des influences et des interprétations partisanes, voire dogmatiques.

Régis Debray en 2017 (photo © Francesca Mantovani / Gallimard / Le Monde)

C’est ce que le rapport Debray aborde en proposant douze recommandations concernant l’évaluation et la cohérence des programmes dispensés durant la scolarité des élèves au collège et au lycée et insiste sur la formation des enseignants, dans les UIFM et au cours de stages abordant l’enseignement de la laïcité et l’histoire des religions.

Clarifier l’enseignement pour mieux comprendre le fait religieux nécessite l’apprentissage de l’histoire des religions car comment comprendre la crise du Proche-Orient si l’on ne connaît pas la rivalité qui oppose sunnites et chiites, l’histoire de l’islam, les origines de ce schisme. Les exemples abondent dans ce domaine : luttes contre les hérétiques, apparition du protestantisme avec la Réforme….

Comment ne pas évoquer la richesse historique de l’apport des religions dans la création artistique et les constructions architecturales inspirées par la foi ?

L’enseignement du fait religieux ne se justifie que s’il conduit à la tolérance, à la prise en compte de la diversité et à des attitudes pacifiques. Evidemment on ne peut pas aborder les événements historiques, politiques, économiques uniquement sous l’angle d’une interprétation religieuse. C’est donc un exercice difficile que de vouloir appliquer les principes de la laïcité dans l’approche des faits religieux à l’école dans un esprit de tolérance face à la spiritualité de chaque élève. C’est donc le plus tôt possible que doit être abordé cet enseignement afin de désamorcer toutes futures tensions autour de ce sujet.

C’est bien le respect de la liberté de conscience qui prévaut à l’école de la République, telle que le précise la charte de la laïcité en vigueur à l’école publique : « aucun sujet n’est à priori exclu du questionnement scientifique et pédagogique. Aucun élève ne peut invoquer une conviction religieuse ou politique pour contester à un enseignant le droit de traiter une question au programme ».

Un dessin signé Rémi Malingrey (source © The Conversation)

Mais cela suppose aussi la formation des enseignants dans l’approche du fait religieux dans notre société où la pratique religieuse est en recul, où la majeure partie des élèves sont éduqués en dehors de toute option religieuse. Avant tout, le principe de laïcité doit dominer cet enseignement : la laïcité n’est pas l’ennemi des religions, elle garantit l’exercice des cultes mais de tous les cultes.

Aborder les faits religieux s’avère donc nécessaire, ne pas le faire serait laisser leur interprétation aux seuls tenants revendiquant le monopole de cet enseignement au domaine exclusif de la religion. Dans l’école républicaine l’épanouissement de l’élève, futur citoyen, passe par son éveil à l’universel où la dimension spirituelle de l’homme est un sujet de réflexion mais dans le respect de la paix scolaire et des principes républicains intransigeants face à l’obscurantisme.

CM

Sur les chemins de la Barasse

21 octobre 2020

C’est une initiative remarquable qu’ont prise trois associations marseillaises, Les clés de la Cité, Robins des Villes et Les amis de l’Huveaune, en animant, avec d’autres associations locales et des habitants des quartiers de Saint-Marcel et de la Barasse, une démarche participative destinée à mettre en valeur le patrimoine industriel et naturel de ce coin de Marseille qui gagne à être connu. Ce collectif a eu l’idée de créer un carnet de ballade pour faire découvrir à tout un chacun les richesses de ce massif de toute beauté qui s’étend en limite nord du cœur du Parc National des Calanques. S’inscrivant dans le programme pédagogique Éducalanque porté par le Parc National, ce carnet a pu ainsi être édité à 4000 exemplaires et est téléchargeable gratuitement sur le site du Parc.

Cet outil permet au randonneur seul, en groupe ou en famille, de se repérer sur ce sentier qui s’étend sur un domaine dont le Département des Bouches du Rhône est en grande partie propriétaire et qui permet plusieurs variantes sous forme de boucles plus ou moins longues. L’accès est très aisé : en venant de Carnoux, il suffit de prendre l’autoroute A50 jusqu’à la Valentine puis de traverser l’Huveaune au niveau du cinéma des trois Palmes : le départ de la ballade se fait depuis le petit parking qui se trouve au pied des anciens fours à chaux, à l’extrémité du chemin du vallon de la Barasse.

En suivant le carnet de ballade dans le vallon de la Barasse (photo © CPC)

Dès le début du circuit, on se retrouve plongé dans le passé industriel de ce quartier périphérique de l’Est marseillais où s’était implanté en 1903, l’une des trois grandes usines de production d’alumine, avec celle de Saint-Louis des Aygalades et celle de Gardanne, alimentée par les mines de bauxite d’Allauch puis du Var. Les vestiges des immenses fours à chaux dont il ne reste plus que le soubassement à côté du terrain de pétanque, servaient au traitement industriel de l’alumine et étaient eux-mêmes alimentés par le calcaire extrait d’une carrière située en tête du vallon et dont on ne voit plus que les fronts de taille et les gradins enherbés.

L’usine elle-même, qui appartenait au groupe Péchiney, comme celle de Gardanne, et qui se situait en contrebas, dans la vallée de l’Huveaune, a été démantelée en 1988. Elle a notamment laissé la place au domaine de la Vallée Verte mais il subsiste toujours l’ancien site de stockage des boues rouges sous forme d’un vaste talus végétalisé coincé entre la route départementale et l’Huveaune. Jusqu’en 1948, c’est là qu’étaient mis en décharge les résidus de l’activité industrielle de l’usine, jusqu’à ce qu’une crue de l’Huveaune en 1943 ne vienne remobiliser ces déchets riches en oxydes de fer et d’aluminium, mais aussi en métaux lourds divers et en résidus de soude, provoquant une grave pollution en aval.

Vue du bassin de stockage des boues rouges dans le vallon de la Barasse avec l’usine d’alumine en contrebas (photo © Louis Scarli / Tourisme Marseille)

L’industriel a alors transféré l’entreposage de ses résidus pollués dans le vallon de la Barasse, en plein cœur du massif de Saint-Cyr, en arrière d’une digue édifiée à l’aide de scories issues des fours à charbon de l’usine et qui étaient acheminées jusqu’en haut du vallon, juste au dessus de la carrière de calcaire, à l’aide d’un téléphérique. Un tunnel avait été creusé entre l’usine et le bas du vallon. Les scories y étaient acheminées par wagonnets, lesquels étaient ensuite hissés jusqu’en haut du vallon par un téléphérique dont on repère encore quelques vestiges, puis déversés pour barrer le vallon, formant une digue qui atteint 60 m de hauteur. Les boues rouges étaient apportées sur place par une canalisation qui empruntait sensiblement le même chemin et venait se déverser en tête du vallon, venant remplir progressivement la totalité du cirque rocheux, sur 60 m d’épaisseur donc.

Vue actuelle du crassier de boues rouges de l’ancienne usine d’alumine après végétalisation (photo © CPC)

Ce n’est qu’en 1966 que ce site a finalement été abandonné lorsque Péchiney a obtenu l’autorisation de relarguer ses boues rouges directement en mer, après avoir construit sa fameuse canalisation qui part de Gardanne et rejoint la mer à Port-Miou avant de se déverser en amont du canyon de la Cassidaigne. Une branche spécifique avait été réalisée pour permettre aux rejets de la Barasse d’emprunter le même chemin, et ceci jusqu’à la fermeture de l’usine. Au début des années 1990, Péchiney a épandu 2 à 3 m de terre végétale par dessus le remblai de boues rouges et a missionné l’ONF pour y replanter différentes espèces arborées avant de revendre le terrain au Département afin de dégager sa responsabilité quant à l’entretien de ce site définitivement pollué. En 2004, de forts ravinements ont commencé à affouiller une partie du terril et il a fallu réaliser de gros travaux pour canaliser les eaux de ruissellement en amont du vallon afin d’éviter qu’elles ne viennent mettre en péril la stabilité de la digue et risquer de remobiliser les 2,5 millions de m³ de boues rouges entassées. Le site est toujours suivi via un dispositif d’auscultation et sa revégétalisation permet une intégration paysagère plutôt réussie.

Cette ballade qui nous replonge dans le passé industriel et agricole de ce quartier périphérique de Marseille, permet de repérer les traces d’autres pollutions, dont celle de l’usine Nestlé de Saint-Menet qui venait déverser dans ce même vallon ses camions chargés de marc de café, jusqu’à ce qu’un orage violent ne vienne déstabiliser tout le remblai, entraînant là aussi une grave pollution en aval… Mais ces collines du massif de Saint-Cyr ne servaient pas que de dépotoir. On y trouve aussi, au fil de la ballade les vestiges d’une ancienne bergerie, des restanques autrefois cultivées et dont certaines sont encore ensemencées par les chasseurs, mais aussi une flore méditerranéenne particulièrement riche et bien préservée.

Vue sur la vallée de l’Huveaune depuis la croix de Saint-Marcel (photo © CPC)

La vue sur la vallée de l’Huveaune et sur toute la ville de Marseille est à couper le souffle (surtout par vent violent…). Mais le passionné d’histoire y traversera aussi avec émotion le mur d’enceinte de l’ancienne propriété de la célèbre famille de Forbin dont plusieurs membres ont présidé le Parlement de Provence au XVIIe siècle et dont l’un des représentants, Claude de Forbin, officier de marine de Louis XIV, parvint à s’échapper en 1699 des geôles anglaises en compagnie de Jean Bart, avant de finir sa vie dans son château de Saint-Marcel bien visible en contrebas.

Vue du castrum de Saint-Marcel avec les tours des Néréides en contrebas (photo © CPC)

De même d’ailleurs que le castrum de Saint-Marcel sur lequel la vue est imprenable. C’est un ouvrage défensif initialement édifié par les Romains pour surveiller l’arrivée d’envahisseurs depuis la mer comme depuis la vallée de l’Huveaune. Il est resté un enjeu stratégique majeur jusqu’au XVe siècle, tout comme son vis-à-vis, bien visible également depuis la croix de Saint-Marcel, édifié sur l’autre rive de l’Huveaune, à l’emplacement d’un ancien oppidum celto-ligure. Détruit par les Sarasins en 723, le château a été reconstruit en 1059 par l’évêque de Marseille, puis de nouveau détruit, probablement en 1423 lors du sac des Catalans. On voit encore néanmoins les vestiges des trois tours d’origine, qui voisinent avec les villas modernes édifiées à la va-vite le long de l’ancien rempart et les tours des Néréides juste en contrebas. A Marseille, vestiges historiques, friches industrielles, espaces naturels et barres d’immeubles coexistent et s’entremêlent : c’est peut-être ce qui fait le charme de cette ville, tout compte fait…

L. V.

L’obscurantisme a encore frappé…

18 octobre 2020

On pensait révolus ces temps-là où le fanatisme religieux poussait certains à massacrer leur prochain. On alors, réservé à des contrées lointaines où l’éducation populaire peine encore à se généraliser et où le poids de la coutume exerce encore une emprise sociale dont il reste bien difficile de se dégager. En France, au pays de Descartes et de Voltaire, on espérait que la Raison avait fini par triompher définitivement de l’obscurantisme et du fanatisme religieux. On n’est plus à la fin du XIXe siècle, alors que les instituteurs de la République ferraillaient pour imposer une éducation laïque face au catholicisme encore solidement ancré dans les têtes, surtout en milieu rural.

Voltaire, en pointe contre le fanatisme religieux, il y a plus de 250 ans
déjà… (source © Culture access)

Jamais sans doute les Français dans leur ensemble n’ont bénéficié d’un niveau de formation et d’éducation aussi élevé. Même si beaucoup critiquent, souvent avec raison, la baisse du niveau d’exigence scolaire dans notre système éducatif, force est de constater que nous avons connu, en quelques générations, une démocratisation et un élargissement inimaginable du niveau global d’éducation. Près de 80 % d’une classe d’âge arrive désormais à décrocher le baccalauréat, alors qu’au sortir de la dernière guerre, au début des années 1950, cette proportion ne dépassait pas 5 % ! Et que dans les années 1980, elle stagnait encore autour des 30 %, avant la création des bac professionnels qui ont permis une très sensible amélioration.

L’école laïque, un combat permanent ? (source GDB blog)

Au-delà de ce niveau d’éducation qui s’est diffusé rapidement dans toute la population, jamais l’accès à l’information n’a été aussi facile. Il suffit désormais d’un clic sur son smartphone, dont les trois-quarts des Français et la quasi totalité des jeunes générations sont désormais équipés, pour avoir accès à une masse d’informations que les Encyclopédistes du Siècle des Lumières auraient été bien en peine de rassembler. Pour qui se montre un peu curieux, le savoir est à la portée de tous, ce qui devrait être un gage d’ouverture d’esprit dans un monde où chacun sait comment vit son prochain, même à l’autre bout de la planète.

Comment dès lors peut-on expliquer que l’on assiste encore en France, à des comportements aussi irrationnels et qui relèvent d’une intolérance fanatique digne de l’Inquisition, que cet acte insensé qui vient de se dérouler ce vendredi 16 octobre 2020, quand un jeune de 18 ans, réfugié russe d’origine tchétchène mais ayant grandi en France vient attendre un professeur d’histoire-géographie à la sortie de son collège pour le décapiter froidement, avant de diffuser sur son compte Twitter la photo de son forfait accompagné, selon Le Monde, d’un message dans lequel il écrit notamment : « Au nom d’Allah, le très miséricordieux, (…) à Macron, le dirigeant des infidèles, j’ai exécuté un de tes chiens de l’enfer qui a osé rabaissé Muhammad, calme ses semblables avant qu’on ne vous inflige un dur châtiment ».


En classe, certains enseignants s’inquiètent pour leur sécurité… Un dessin signé Emmanuel Chaunu (source © Instagram)

Une telle violence et un tel déferlement de haine envers un représentant du corps professoral que ce jeune ne connaissait même pas, justifié qui plus est au nom d’une religion, quelle qu’elle soit, voilà qui qui rappelle les heures les plus sombres de nos guerres de religion, sans remonter jusqu’aux croisades et à leur déchaînement fanatique. Un tel comportement paraît totalement anachronique dans une société comme la notre, largement sécularisée et où la liberté de pensée comme d’ailleurs la liberté de culte est totale. Quel degré d’embrigadement et de frustration peuvent ainsi pousser un jeune de 18 ans, à l’aube de sa vie d’adulte, à commettre un geste aussi absurde et aussi violent, au point d’ailleurs que les policiers venus l’arrêter ont été obligés de l’abattre ?

Couverture de Charlie Hebdo, illustrée par Cabu, le 8 février 2006 (source © L’Express)

Au delà de ce geste individuel, l’affaire, qui émeut la France entière, est d’autant plus inquiétante qu’elle s’inscrit dans une suite de forfaits qui montrent tous une poussée de radicalisation religieuse d’une partie de la jeunesse, certes souvent issue de l’immigration, mais qui pour l’essentiel a grandi et a été scolarisée en France. Elle illustre comment certains ressortissants français s’emparent de la religion, en l’occurrence islamique, comme une arme de revendication identitaire pour refuser la loi commune et imposer leur propre vision de la société.

On y a vu en effet un parent d’élève, dont la fille n’avait même pas assisté au cours incriminé, qui portait précisément sur la liberté d’expression, déposer plainte contre l’enseignant, accompagné par un militant islamiste bien connu pour ses actes de provocation. Le professeur en question, avait pourtant jugé bon de s’excuser auprès des parents d’élèves mais il avait été rappelé à l’ordre la semaine suivante par un inspecteur de l’Éducation Nationale venu lui rappeler « les règles de laïcité et de neutralité ». Même si l’enseignant n’a pas été sanctionné et qu’il bénéficiait, semble-t-il du soutien de la principale du collège et des associations locales de parents d’élèves, on aurait pu espérer un soutien un peu plus ferme de la part de sa hiérarchie.

Samuel Paty, l’enseignant sauvagement assassiné à Conflans Sainte-Honorine le 16 octobre 2020 pour avoir enseigné à ses élèves la liberté d’expression (source © Twitter / Sud Info)

Certains évoquent désormais de faire entrer au Panthéon la dépouille de Samuel Paty, ce professeur décapité le 16 octobre 2020 pour avoir tenté d’expliquer à ses élèves ce qu’est la liberté d’expression. Le symbole serait fort en effet mais, au-delà des symboles, il serait peut-être temps que chacun à son niveau se mobilise au quotidien dans ce combat éternel de la raison contre l’obscurantisme et le fanatisme religieux qui continuent à tuer. Voltaire sans doute a dû se retourner dans sa tombe en ce sombre jour d’octobre 2020…

L. V.

Torrents de boue et de malversations dans les Alpes-Maritimes

17 octobre 2020

Chacun a vu dans les médias ces images spectaculaires de coulées d’eau boueuse chargées de troncs d’arbres et parfois de carcasses de voitures dévalant à vive allure des reliefs escarpés de l’arrière-pays niçois, dévastant tout sur leur passage à l’occasion des fortes intempéries qui se sont abattues sur le secteur, le 2 octobre 2020.

En se décalant vers l’Est, la tempête Alex qui avait déjà ravagé les côtes du Morbihan la veille, provoque ce jour-là un épisode méditerranéen d’une rare violence. On relève plus de 500 mm de précipitation en 24 h à Saint-Martin de Vésubie et les dégâts sont considérables, en particulier dans les vallées de la Tinée, de la Vésubie et de la Roya, près de la frontière italienne. Des centaines de maisons souvent construites trop près des cours d’eau ou sur de fortes pentes sont endommagées, emportées par les flots ou par des glissements de terrain. Plusieurs personnes sont portées disparues. Des ponts sont littéralement coupés en deux et de nombreuses routes deviennent impraticables, coupant du monde des villages entiers.

Glissement de terrain à Saint-Martin de Vésubie le 3 octobre 2020 (photo © Valéry Hache / AFP / La Provence)

Un véritable cataclysme pour les habitants de ces vallées où ne coule souvent qu’un mince filet d’eau mais où les flots boueux, grossis de manière très inhabituelle et charriant des tonnes de matériaux arrachés à la montagne, ont en quelques heures permis aux rivières d’occuper toute la largeur de leur lit majeur. Comme dans le haut bassin de l’Argens en juin 2010, ces cours d’eau habituellement très modestes, se sont brusquement métamorphosés en torrents de boue impétueux, arrachant tout sur leur passage, affouillant les berges et déracinant les arbres, quitte à grignoter bâtiments et infrastructures qui s’étaient imprudemment implantées dans la vallée au fil des ans.

Un rappel à l’ordre douloureux pour les riverains, peu habitués à de tels caprices de la nature qui n’interviennent statistiquement que rarement et que l’on a tôt fait d’oublier, la mémoire humaine étant par nature fort sélective… Espérons du moins que cette tempête spectaculaire et si dévastatrice aidera les responsables politiques et les promoteurs locaux à mieux prendre en compte à l’avenir le risque d’inondation et de mouvements de terrain, dans un secteur où les pentes sont fortes et les épisodes climatiques d’automne parfois violents.


La Vésubie a largement pris ses aises et confortablement élargi son cours, grignotant les infrastructures qui l’enserraient de trop près… (photo © Valéry Hache / AFP / France 3 Régions)

Un rappel à l’ordre qui survient curieusement juste après un autre, d’une toute autre nature, mais qui concerne également les Alpes-Maritimes. Il ne s’agit plus en l’occurrence de torrents de boues mais plus prosaïquement de pratiques frauduleuses qui touchent certains élus locaux, sévèrement épinglés par la Chambre régionale des comptes (CRC), comme le relate notamment Médiapart dans un article publié le 1er octobre 2020, juste avant que le ciel ne s’abatte sur la tête des habitants de l’arrière-pays niçois.

Selon le rapport d’observation rendu public le 28 septembre dernier par la CRC, certains élus locaux avaient eux aussi largement pris leurs aises dans leur pilotage du Centre départemental de gestion de la fonction publique territoriale des Alpes-Maritimes (CDG 06), un établissement public administratif investi de missions en matière de gestion des ressources humaines et auquel sont obligatoirement affiliés les collectivités et établissements publics territoriaux de moins de 350 agents.

Les conclusions du rapport ne sont pas tendres pour la gestion de cette structure dont le président, depuis mars 2015 et jusqu’à ce jour, n’est autre que Christian Estrosi, par ailleurs maire de Nice et président de la Métropole Nice Côte d’Azur, et qui à l’époque était en outre député et sur le point d’accéder au fauteuil de président de la Région PACA. Les magistrats de la CRC s’étonnent notamment de la structure de financement de cet organisme, alimenté principalement par les cotisations des petites communes alors qu’elle bénéficie très largement aux plus grosses collectivités de son périmètre. Ils s’interrogent aussi sur les généreuses rémunérations accordées en toute illégalité aux 4 vice-présidents, Christian Estrosi ne pouvant les toucher lui-même car il crève déjà le plafond autorisé, du fait de ses nombreux cumuls de fonctions.


Christian Estrosi réélu pour la troisième fois maire de Nice le vendredi 3 juillet 2020 (photo © Frantz Bouton / Nice Matin)

Une situation dont bénéficie largement le premier vice-président, Alain Frère, un notable local de 85 ans, qui touche ainsi 2 677 € par mois pour cette seule mission, tout en bénéficiant d’une voiture de fonction et d’un chauffeur mis à disposition par le Conseil départemental alors qu’il n’y est plus élu. Un chauffeur dont nul n’est en mesure de contrôler la réalité de son travail puisque son patron ne tient aucun agenda, mais qui émarge quand même à 3 400 € par mois grâce à de nombreuses heures supplémentaires accordées sans barguigner, même s’il a finalement été mis fin à cette situation en 2019.

La CRC s’est aussi quelque peu étranglée en découvrant que le CDG 06 rémunère certains proches de Christian Estrosi alors que la réalité de leur activité au sein de l’établissement semble bien difficile à caractériser. Cela concerne en particulier un certain Pierre-Paul Léonelli, qui était déjà directeur de cabinet du sulfureux Jacques Médecin, lorsque ce dernier a nommé Christian Estrosi adjoint aux sports en 1983. Léonelli fait partie de ces élus locaux qui cumulent les fonctions et a su se rendre indispensable. Adjoint au maire de Nice, en charge de la propreté, mais aussi conseiller métropolitain et président du groupe LR à la Région PACA, il est surtout le président de l’Association des amis du maire de Nice, la structure de financement politique de Christian Estrosi.


Pierre-Paul Léonelli, le 17 décembre 2018, à l’occasion de son élection à la tête de la Fédération des entreprises publiques locales de la Région PACA (photo © Fédération des EPL)

Un homme clé donc, qui en 2014 était à la fois conseiller métropolitain élu, et en même temps fonctionnaire territorial, directeur général des services de la commune de La Trinité, dans la métropole, deux fonctions rigoureusement incompatibles. Son exfiltration vers le CDG 06 lui a permis de jouer son rôle d’élu tout en étant généreusement rémunéré par le CDG à hauteur de 6 500 € par mois, comme directeur de cabinet du président. Titulaire d’une carte d’essence et de péage autoroutier, il n’hésitait pas à l’utiliser pour faire le plein pendant ses vacances en Corse, ce que les magistrats de la CRC n’ont, semble-t-il, guère apprécié…

Lauriano Azinheirinha, en avril 2015, alors en compagne pour les élections départementales (source : Facebook)

Un autre personnage pointé du doigt par ce rapport au vitriol est un autre haut fonctionnaire territorial, Lauriano Azinheirinha, actuel directeur général des services de la ville de Nice et de la métropole, et à ce titre patron d’une armée de près de 13 000 fonctionnaires. Avant d’être recruté à ce poste en juin 2017, il occupait les fonctions électives d’adjoint au maire, d’élu départemental et de conseiller métropolitain. Mais en juin 2015 et pendant 16 mois jusqu’à fin 2016, la CRC a eu la surprise de découvrir qu’il était aussi appointé comme chargé de mission auprès du directeur du CDG 06. Un poste où il ne semble guère avoir eu le temps de s’investir au vu des rares traces qu’a pu en identifier la CRC. Sans doute parce qu’il était accaparé à cette période par la campagne des élections régionales, comme responsable de l’action militante du candidat Christian Estrosi, une campagne brillamment menée d’ailleurs puisqu’elle a permis l’élection triomphale de ce dernier à la tête de la Région PACA en décembre 2015.

Jean-Christophe Picard, conseiller municipal d’opposition à Nice et chevalier blanc de la lutte contre la corruption (photo © Cyril Dodergny / Nice-matin)

Les traces des inondations du 2 octobre 2020 vont sans doute rapidement disparaître comme après chaque nouvelle catastrophe naturelle, chacun s’efforçant de nettoyer toute trace de boue et les médias braquant rapidement leurs projecteurs vers d’autres sujets. Gageons qu’il en sera de même pour cette ténébreuse histoire de petits arrangements entre amis sur le dos du contribuable, même si le 30 septembre 2020, un autre conseiller municipal de Nice, Jean-Christophe Picard, un ancien président de l’association Anticor, n’a pas hésité à faire un signalement auprès du Procureur de la République de Nice sur la base des observations du rapport de la CRC. Une affaire qui vient s’ajouter à celle des emplois familiaux de la ville de Nice, pour laquelle une enquête préliminaire est ouverte depuis le 8 octobre 2018. Décidément, le début du mois d’octobre est souvent pourri sur la Côte d’Azur…

L . V.