Glyphosate, ou comment s’en débarrasser ?

by

Le glyphosate est sur la sellette : d’ici la fin de l’année, et du fait de ses tergiversations antérieures, l’Union européenne va devoir prendre la décision difficile de prolonger ou non de 10 ans l’autorisation d’utiliser cette molécule qui est le désherbant le plus vendu dans le monde. Pour les tenants de l’agriculture intensive, FNSEA en tête, il n’y a pas le moindre doute à avoir : sans cette molécule magique, il n’y a plus d’agriculture possible et aucun espoir d’arriver à nourrir durablement les habitants de la planète.

Face à des arguments aussi tranchés, et comme pour d’autres sujets similaires dont celui des insecticides à base de néonicotinoïdes, le débat n’est pas aisé, d’autant que l’on s’étripe également sur la dangerosité réelle ou supposée du produit. Le Centre international de recherche sur le cancer l’a classé cancérigène, sur la base de ses propres études scientifiques, à rebours des différents avis abondamment rendus jusque là mais dont on sait maintenant, via les fuites des fameux Monsanto papers, qu’ils étaient en réalité téléguidés par la propagande de la firme Monsanto elle-même.

Epandage de pesticides sur un champ en mai 2016 près de Lille (photo Denis Charlet AFP)

Mise sur le marché en 1974 sous le nom de Roundup, la molécule de glyphosate a fait la fortune de Monsanto qui en a exploité le brevet jusqu’en 2000 et continue à engranger 5 milliards de dollars par an avec ce seul produit. Tombé depuis dans le domaine public, il entre désormais dans la fabrication de pas moins de 750 produits commerciaux diffusés dans le monde par de nombreuses firmes dont d’autres géants de l’agrochimie comme Syngenta, Bayer ou Dow Chemical. Plus de 800 000 tonnes de glyphosate sont ainsi produites chaque année, dont 10 000 t vendues rien qu’en France. Une véritable manne commerciale qui va de pair avec le développement incroyable des OGM qui s’est fait en parallèle, 83 % du soja produit dans le monde étant maintenant issu de variétés OGM.

Si le glyphosate connaît un tel succès, c’est qu’il présente de nombreux atouts : faible coût, forte efficacité et grande souplesse d’utilisation. Ce désherbant agit sur les feuilles des plantes qu’il fait mourir de manière très sélective, surtout lorsqu’il est associé à des semences OGM porteuses d’un gène résistant. Il se dégrade rapidement dans le sol et n’a donc pas d’impact sur la culture suivante, ce qui autorise des rotations rapides. Une application au pied des arbres fruitiers permet de détruire toutes les adventices sans dommage pour la culture principale. Bien servies par une politique commerciale agressive, ces qualités expliquent que le glyphosate soit devenu en quelques années l’herbicide le plus utilisé dans le monde, à la fois pour le désherbage agricole et pour l’entretien des espaces urbains et industriels, même si en France, l’usage de produits phytosanitaires est désormais en voie d’interdiction pour les collectivités d’ici le 1er janvier 2020.

Les effets induits indésirables des produits phytosanitaires en général et du Roundup en particulier sont pourtant parfaitement identifiés. Outre le risque sanitaire liés à sa manipulation et même si son effet cancérigène reste controversé par certains, nul ne peut nier que l’utilisation massive de tels produits dans l’agriculture s’est traduite par de nombreux impacts négatifs : appauvrissement des sols, destruction de nombreuses espèces animales utiles, pollution durable des cours d’eau et des nappes phréatiques, généralisation des phénomènes de résistance des parasites aux traitements chimiques, accumulation de résidus de pesticides dans les aliments, etc. A cela s’ajoute le constat d’une dépendance croissante des agriculteurs envers les firmes chimiques qui les approvisionnent en produits de traitement et en semences, et envers les conseillers agricoles devenus indispensables pour prescrire les modalités optimales d’utilisation de ces produits.

Dans ces conditions, on peut légitimement se demander, comme l’a fait récemment Franck Aggeri, professeur de management à Mines ParisTech, dans un article publié dans Alternatives économiques, si l’agriculture mondiale est en mesure de se passer des produits phytosanitaires. L’échec patent du programme Ecophyto, instauré à la suite du Grenelle de l’Environnement illustre bien la difficulté : alors que les agriculteurs français s’étaient engagés à diviser par deux l’utilisation des pesticides entre 2008 et 2018, un bilan à mi-parcours avait montré que les quantités utilisés avaient en réalité augmenté de 5 % et même de 9,2 % entre 2012 et 2013 ! Les tenants de l’agriculture intensive chimique affirment qu’il n’y a pas d’autres alternatives et que l’agriculture biologique n’est pas en mesure de fournir des rendements suffisants pour répondre à la demande mondiale.

Bruno Parmentier (photo © Jérôme Chatin)

Pourtant, comme le rappelle Franck Aggeri, de nombreuses solutions existent comme cela a été démontré encore récemment à l’occasion d’un colloque qui s’est tenu en janvier 2017 à l’initiative de l’Association internationale pour une agriculture écologiquement intensive et intitulé : « Comment produire avec moins ou sans herbicides, en particulier glyphosates ? ». Il s’agit, comme l’explique notamment Bruno Parmentier, ingénieur des Mines et ancien directeur de l’Ecole supérieure d’agriculture d’Angers, dans une publication très documentée, de mettre en œuvre une variété de stratégies complémentaires : rotation des cultures, utilisation de techniques sous couvert végétal pour étouffer les mauvaises herbes, utilisation de bio-invaseurs, reconstitution des haies, désherbage mécanique sélectif, etc.

Semailles et labours au pied du Château de Lusignan (source : enluminure des Frères de Limbourg vers 1440 – Les très riches heures du Duc de Berry)

La « mauvaise herbe » a toujours été l’ennemie du paysan. Depuis le Néolithique, on a tout essayé pour s’en débarrasser. Le brûlis après la récolte est une arme relativement efficace car elle permet de les détruire au moins momentanément, mais la méthode présente de nombreux inconvénients et est d’ailleurs désormais interdite en Europe car elle diminue la fertilité des sols en entraînant des pertes de carbone et d’azote, provoque une pollution atmosphérique et l’émission de gaz à effet de serre, tout en aggravant le risque d’incendie. Une autre approche consiste à enfouir les adventices via le labour, une technique très largement développée, surtout depuis la mécanisation de l’agriculture. Mais on constate de plus en plus que le labour profond autorisé par des tracteurs de plus en plus puissants, non seulement n’empêche pas les repousses, mais il détruit les vers de terre qui sont pourtant de très efficaces auxilliaires de l’agriculteur, fait remonter les cailloux en surface, tasse la terre en profondeur et augmente les phénomènes d’érosion et de battance des sols. Comme toujours, le mieux est l’ennemi de bien et l’on dépense ainsi beaucoup d’énergie fossile pour faire tourner des engins agricoles avec des effets induits potentiellement négatifs.

C’est dire donc si le développement des herbicides chimiques a été accueilli comme une véritable révolution par les agriculteurs, puisqu’il permet de détruire les adventices de manière simple et rapide. Mais comme toujours, les incidences négatives sont apparues à l’usage, la plus importante, aux yeux de la profession agricole, étant peut-être une perte progressive d’efficacité au fur et à mesure que les végétaux développent des résistance aux produits phytosanitaires utilisés… Quelles alternatives alors peut-on envisager ?

Synergie entre colza et couvert de légumineuse, permettant de réduire les doses d’azote et de maîtriser les adventices (photo © Terre-net Média)

La bonne nouvelle, contrairement à ce que prétendent les tenants du productivisme à tout crin, c’est qu’il existe de très nombreuses solutions pour gérer les adventices même sans Roundup ! On peut jouer sur les calendriers de culture en faisant se succéder des plantes à cycles de vie variés, avec par exemple certaines qui seront récoltées avant la montée des graines des adventices ou d’autres qui, au contraire vont se développer rapidement et étouffent les concurrentes. On peut aussi bloquer le développement des mauvaises herbes en les empêchant de croître, soit par du paillage, végétal ou minéral, soit par la mise en place de plantes de couverture ou de cultures dérobées. On peut également exploiter les propriétés de certaines plantes qui résistent à la concurrence en produisant naturellement des molécules toxiques, voire exploiter certains herbicides naturels à base de géranium, de vinaigre blanc, d’huile de lin ou d’autres produits biologiques qui émergent peu à peu maintenant que les chercheurs commencent à s’y intéresser.

Canards dans une rizière au Japon

Certains comme en Chine ont même développé des moyens de lutte ancestraux très efficaces comme les canards qu’on lâche dans les rizières pour les désherber car ils mangent tout sauf les pousses de riz… Des rotations plus espacées entre cultures et prairies s’avèrent également très efficaces car le pâturage réalisé entre deux cultures céréalières, sur des durées de 4 à 5 ans, permet de fertiliser le sol mais aussi de le débarrasser des adventices les plus gênantes. De nombreuses autres solutions sont envisageables, sans oublier les techniques de désherbage mécanique, thermique, ou via des robots : moyennant un peu d’imagination et beaucoup d’expérience, tout est possible pourvu qu’on ne se bride pas…

La mauvaise nouvelle pour les technocrates de la FNSEA et de la plupart des Chambres d’agriculture, qui se sont persuadés depuis des années que l’agriculture n’était qu’une activité industrielle comme une autre où l’essentiel est de concentrer les terres, les capitaux et les investissements entre les mains de quelques uns, c’est que cette nouvelle agriculture du futur sera plus complexe, plus variée et plus morcelée. Chacun devra se forger sa propre expertise pour adapter les solutions techniques à son terroir et à son mode de production, comme des générations de paysans l’ont toujours fait, sans se contenter d’appliquer les recettes du technicien de l’industrie agrochimique. C’est donc bien d’une véritable révolution culturelle dont il s’agit, qui demande d’être accompagnée par toute la société et qui ne pourra réussir que si les consommateurs eux-mêmes se mobilisent pour susciter une volonté politique forte : ce n’est pas gagné d’avance, mais ça vaut le coup d’essayer…

L.V.  

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :