Posts Tagged ‘Vie quotidienne’

Ces petits printemps qui vont bourgeonner !

16 décembre 2016

En ces temps incertains, les éclaireurs d’avenir ne sont pas légion. Il faut saisir le fruit de leur réflexion, ces véritables pépites vivantes, lorsqu’elles passent dans notre radar… Edgar Morin a produit un texte où il parle de ces indicateurs, de ces innombrables initiatives qui laissent espérer l’avènement de nouvelles manières de faire et d’être.

blog370_phmorin

Edgar Morin

Les pionniers d’aujourd’hui se trouvent parmi les nombreux acteurs investis dans le champ social et culturel. L’approche glocale, combinaison entre le local et le global, est évidemment une solution d’avenir. De même la culture de « l’autrement » est à élaborer patiemment, avec conviction. Bien la définir est une étape préalable.

La société civile (les associations en particulier), riche de diversité, produit d’autres façons de développer le vivre ensemble. Ce faisant, elle expérimente des formes démocratiques nouvelles, à mille lieues des impasses démocratiques institutionnelles en perte de vitesse.

« Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde », disait Albert Camus. Les nommer correctement c’est probablement renouveler le vocabulaire qui doit permette d’en parler avec justesse et en adéquation avec les initiatives qui surgissent ça et là ! 

Avant de vivre l’élection présidentielle de 2017 et de recevoir une avalanche des promesses en tout genre, il est heureux de  prendre un peu de hauteur, avec la « pépite » que nous offre Edgar Morin ci-après. Un texte fort qui impose la réflexion et qui peut susciter la critique… 

Mais à déguster sans modération !

Squoten   Jeallnec

 

blog370_phmain

Nous vivons dans une civilisation où la domination de l’intérêt (personnel et/ou matériel), du calcul (dont les chiffres ignorent le bonheur et le malheur), du quantitatif (PIB, croissance, statistiques, sondages), de l’économique, est devenu hégémonique. Certes, il existe de très nombreux oasis de vie aimante, familiale, fraternelle, amicale, ludique qui  témoignent de la résistance du vouloir bien vivre ; la civilisation de l’intérêt et du calcul ne pourront jamais les résorber. Mais ces oasis  sont dispersés et s’ignorent les uns les autres.

Toutefois, des symptômes d’une civilisation  qui voudrait naitre, civilisation du bien vivre, bien qu’encore dispersés, se manifestent de plus en plus.

BloG370_PhMonde.pngNotons, sur le plan économique, l’économie sociale et solidaire où renait l’élan des mutuelles et coopératives, les banques à microcrédit, l’économie participative, l’économie circulaire, le télé-travail, l’économie écologisée dans la production d’énergie, la dépollution des villes, l’agro-écologie prônée par Pierre Rabbi et Philippe Desbrosses,  qui nous indiquent la voie d’un refoulement progressif d’une économie vouée au seul profit.

Ainsi seraient progressivement refoulées, sur le  plan vital de l’alimentation, l’agriculture industrialisée (immenses monocultures qui stérilisent les sols et toute vie animale, porteuses de pesticides et fournisseuses de céréales, légumes, fruits standardisés privés de saveur) l’élevage industrialisés en camps de concentrations pour bovins, ovins, volailles  nourris de déchets, engraissés artificiellement  et surchargés d’antibiotiques) Ce qui serait  en même temps la progression d’une agriculture  et d’un élevage fermiers ou bios, qui, avec le concours des connaissances scientifiques actuelles, revitaliserait et repeuplerait les campagnes et fournirait aux villes une nutrition saine.

BloG370_PhMaraichage.jpg

Le développement des circuits courts, notamment pour l’alimentation, via marchés, Amap, Internet,  favorisera nos santés en même temps que la régression de l’hégémonie des grandes surfaces, de la conserve non artisanale, du surgelé.

Sur le plan social et humain, la nouvelle civilisation tendrait à restaurer des solidarités locales ou instaurer de nouvelles solidarités (comme la création de maisons de la solidarité dans les petites villes et les quartiers de grande ville).

Elle stimulerait la convivialité, besoin humain premier qu’inhibe la vie rationalisée, chronométrée, vouée à l’efficacité. Ivan Ilitch avait annoncé dès 1970 ce besoin de nouvelle civilisation et le mouvement convivialiste, animé par Alain Caillé, répand le message en France et au delà de nos frontière.

Il s’agit  d’un élément majeur pour une réforme existentielle. Nous devons reconquérir un temps à nos rythmes propres, et n’obéissant plus que partiellement à la pression chronométrique. Le slow food, mouvement de fond lancé par Pertini pour réduire la fast food, et restaurer les plaisirs gastronomiques, s’accompagne d’une réforme de vie qui alternerait les périodes de vitesse (qui ont des vertus enivrantes) et les périodes de lenteur (qui ont des vertus sérénisantes). Nous obéirions successivement  aux deux injonctions qu’exprime excellemment la langue turque : Ayde (allons, pressons), Yawash (doucement, mollo).

La multiplication  actuelle des festivités et festivals nous indique clairement nos aspirations à une vie poétisée  par la fête et par la communion dans les arts, théâtre, cinéma, danse. Les maisons de la culture  trouvent de plus en plus  une vie nouvelle.

Blog370_PhArbres.jpgNos besoins personnels ne sont pas seulement concrètement liés à notre sphère de vie. Par les informations de presse, radio, télévisions nous tenons, parfois inconsciemment, à participer au monde. Ce qui devrait accéder à la conscience c’est notre appartenance à l’humanité, aujourd’hui interdépendante et liée dans une communauté de destin planétaire. Le cinéma,  qui  a cessé d’être un produit d’Occident seul, nous permet de voir des films iraniens, coréens, chinois, philippins, marocains, africains  et dans la participation psychique à ces films ressentir en nous l’unité et la diversité humaine.

La réforme de la consommation serait  capitale dans la nouvelle civilisation. Elle permettrait une sélection éclairée des produits selon leurs vertus réelles et non les vertus imaginaires des publicités (notamment pour la beauté, l’hygiène, la séduction, le standing) qui  opérerait  la régression des intoxications consuméristes (dont l’intoxication automobile). Le  goût,  la saveur, l’esthétique guideraient la consommation, laquelle en se développant, ferait régresser l’agriculture industrialisée, la consommation insipide et malsaine,  et par là, la domination du profit capitaliste.

Alors que les producteurs  que sont les travailleurs ont perdu leur pouvoir de pression sur la  vie de la société, les consommateurs, c’est à dire l’ensemble des citoyens, ont acquis un pouvoir qui faute de reliance collective, leur est invisible, mais qui pourrait, une fois éclairé et éclairant, déterminer une nouvelle orientation non seulement de l’économie  (industrie, agriculture, distribution) mais de nos vies de plus en plus  conviviales.

Teamwork of businesspeople

Par ailleurs, la standardisation industrielle a créé en réaction un besoin d’artisanat. La résistance aux produits à obsolescence programmée (automobiles, réfrigérateurs, ordinateurs, téléphones portables, bas, chaussettes, etc.) favoriserait un néo-artisanat. Parallèlement l’encouragement aux commerces de proximité rehumaniserait considérablement nos villes. Tout cela provoquerait du même coup une régression de cette formidable force techno-économique qui  pousse à l’anonymat, à l’absence de relations cordiales avec autrui, souvent dans un même immeuble.

Enfin une réforme des conditions du travail serait nécessaire au nom même de cette rentabilité qui  aujourd’hui produit  mécanisation des comportements, voire robotisation,  burn out, chômage, qui donc diminue en fait la rentabilité promue.

En fait la rentabilité peut être obtenue, non par la robotisation des comportements mais par le plein emploi de la personnalité et de la responsabilité des salariés. La réforme de l’État peut être obtenue, non par réduction ou augmentation des effectifs, mais par débureaucratisation, c’est à dire communications entre les compartimentés, initiatives, et relations constantes en feed back entre les niveaux de direction et ceux d’exécution.

Enfin, la nouvelle civilisation demande  une éducation  où serait enseignée la connaissance complexe, qui  percevant les aspects multiples, parfois contradictoires d’un même phénomène ou même individu, permet une meilleure compréhension d’autrui et du monde. La compréhension d’autrui serait elle-même enseignée, de façon à réduire cette peste  psychique qu’est  l’incompréhension,  présente en une même famille, un même atelier, un même bureau. Y seraient enseignées les difficultés de la connaissance, qui comporte risque permanent d’erreur et d’illusion, y serait enseignée la complexité humaine. Bref une réforme radicale à tous niveaux de l’éducation permettrait à celle ci d’enseigner à vivre autonome, responsable, solidaire, amical.

Comme les pièces dispersées au hasard d’un puzzle, les ferments premiers de la nouvelle civilisation  travaillent ici et là, font ici et là lever la pâte nouvelle. Les besoins inconscients d’une autre vie commencent alors à passer à la conscience.  Des oasis de convivialité, de vie nouvelle se sont créés, parfois c’est une municipalité animée d’un nouvel esprit, comme à Grenoble qui anime le mouvement. En vérité la civilisation du bien vivre aspire à naitre, sous des formes différentes,  déjà sous ce label en Équateur.

Blog370_PhPousse.jpg

Ce sont des petits printemps qui bourgeonnent, et qui risquent la glaciation ou le cataclysme. Avant la guerre, c’était sur le plan des idées qu’une nouvelle civilisation se cherchait sous  des noms divers, avec les écrits d’Emmanuel Mounier, Robert Aron, Armand Dandieu, Simone Weil et autres. Elle cherchait à sortir d’une  impuissance  qui n’avait pas évité la crise économique, de la double menace du fascisme et du communisme stalinien, et cherchait la troisième voie. La troisième voie fut écrasée dans l’œuf par la guerre. Aujourd’hui, il s’agit de changer de voie, d’élaborer une nouvelle voie et cela dans et par le développement de la nouvelle civilisation,  qu’incarnent déjà tant de bonnes volontés de tous âges de femmes d’hommes, et qui dessine des nouvelles formes dans les oasis de vie. Mais  les forces obscures et obscurantistes énormes de la barbarie froide et glacée du profit illimité qui dominent la civilisation actuelle progressent encore plus vite que les forces de salut, et nous ne savons pas encore si celles-ci pourrons accélérer et amplifier leur développement.

Socialisme ou barbarie disait on autrefois. Aujourd’hui il faut comprendre l’alternative : nouvelle civilisation ou barbarie.

Edgar Morin

Télétravail : tout le monde y trouve son compte

14 décembre 2016

blog369_dessinchatDepuis une vingtaine d’années, le télétravail représente une opportunité méconnue par la plupart des acteurs concernés. Le retard de la France dans ce domaine pourrait aisément être résorbé pourvu que les avantages d’un tel mode d’organisation soient mieux connus. Le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) a récemment conduit une expérimentation et mis au point un outil de modélisation des gains qui pourraient en résulter.

L’accroissement des mobilités et le développement des technologies numériques constituent deux des principales évolutions sociétales de ces dix dernières années. Dans ce contexte, les multiples formes du télétravail qui se font jour (travail nomade, mobile, télémanagement, travail à domicile, dans des télécentres ou dans des lieux dédiés) bousculent les modes traditionnels de production et ne concernent pas seulement le lien employeurs/salariés mais aussi le travail des indépendants.

Blog369_Definitions.png

Parmi les nombreux avantages qui en découlent, se dessine la possibilité d’une redistribution géographique des emplois et donc une nouvelle attractivité pour certains territoires, ainsi que des effets positifs sur les temps et coûts de transport.

Mais en France, comme en Italie, rares sont encore les entreprises ou les collectivités territoriales à s’engager sur la voie du télétravail. En 2009, quand elles le pratiquaient, la proportion était trois à quatre fois moins importante qu’en Suède, en Belgique ou en Finlande.

blog369_graphique

Ce retard apparent pourrait être rattrapé si dirigeants d’entreprises, partenaires sociaux et décideurs publics considéraient l’importance des avantages inhérents au déploiement de ce nouveau mode d’organisation. Comme en atteste le travail de modélisation piloté par le CGET, les gains sont nombreux et concernent tous les acteurs, y compris les organisations publiques, supposées plus sensibles à l’importance des enjeux collectifs en termes d’écologie, de transports et d’équilibre de la répartition des activités entre les territoires.

blog369_dessinretard

Afin de qualifier ces gains sous forme d’indicateurs concrets, tous les accords de télétravail existants en France ont été analysés et les trois catégories d’acteurs que sont les salariés, les entreprises et les territoires ont été interrogées, ce qui a permis de vérifier que chacun pouvait y trouver des bénéfices.

Ainsi, les employeurs peuvent bénéficier d’un accroissement de la productivité grâce au gain de temps et de fatigue sur les temps de trajet, mais aussi d’économies réalisées sur les locaux et les dépenses courantes, ainsi que d’une réduction de l’absentéisme de leurs salariés.

Les travailleurs quant à eux pourront notamment trouver un meilleur équilibre entre vies professionnelle et familiale, tout en réalisant des économies de carburant ou de garde d’enfant (on parle de « 13e mois du télétravail ») et ils gagnent en sérénité en évitant le stress des transports.

blog369_dessinperformance

Quant aux collectivités, elles tirent également profit du télétravail en réalisant d’importantes réductions de leur empreinte carbone et en réduisant les difficultés de circulation aux heures de pointe, mais elles constatent aussi que cette pratique contribue à fixer des actifs qui participent davantage, notamment par leurs dépenses quotidiennes et par leur implication dans des réseaux locaux, au dynamisme de leur territoire.

En 2009, une étude menée par l’École nationale supérieure de Cachan sur l’Île-de-France et les vingt premières agglomérations françaises a permis de chiffrer les gains du télétravail. Ces données, complétées par l’enquête conduite par le CGET sur les métropoles de Lyon, Strasbourg et Toulouse, permettent d’évaluer ainsi que chaque jour télétravaillé permet d’économiser en moyenne 1h10 sur le temps de transport et rapporte 124 euros mensuels supplémentaires de pouvoir d’achat par télétravailleur, du fait des économies de transport ou de garde d’enfants, tout en permettant de baisser de 33 % l’absentéisme au travail.

blog369_dessinfemme

En moyenne, pour chaque commune ayant ouvert un télécentre, on observe une progression de 57 000 euros par an des achats réalisés sur place et de 37 000 euros des revenus fiscaux, soit un gain moyen équivalent à 9 emplois et 56 habitants : qui dit mieux ?

Dans la métropole d’Aix-Marseille où le temps de transport domicile-lieu de travail est devenu insupportable ainsi que le niveau de la pollution de l’air, n’y aurait-t-il pas un intérêt urgent à développer le télétravail dans les entreprises et dans les administrations publiques ? Quand donc nos responsables politiques mettront-ils ces nouvelles opportunités à l’étude et surtout en pratique ?

                                                                       Cécile Tonnelle

Le casse-tête des cartes d’identité périmées…

2 août 2014

 Peut-être l’information vous a t-elle échappée mais depuis le 1er janvier 2014 la durée de validité des cartes nationales d’identité est passée de 10 à 15 ans. Dans un souci louable d’économie et de simplification de la vie quotidienne des Français, cette prolongation de validité est automatique pour toutes les cartes délivrées jusqu’à cette date. Inutile donc de vous précipiter en mairie pour faire refaire votre carte d’identité, même si la date de validité indiquée dessus est dépassée…

Blog90_PhPetit inconvénient néanmoins : pour ceux qui partent en vacances à l’étranger dans les pays qui n’exigent pas forcément un passeport, il peut s’avérer délicat de faire comprendre à un policier zélé que la date de validité qui figure sur le document officiel qu’on lui présente est bel et bien dépassée mais que le document reste valide du fait de cette décision de l’administration française qui a pu lui aussi lui échapper : nul n’est sensé ignorer la loi mais comment reprocher à un policier croate ou chypriote de ne pas se tenir au fait des dernières subtilités de l’administration française ?

Le cas de figure n’est malheureusement pas si marginal qu’il n’y paraît et nombre de vacanciers français viennent d’en faire la cruelle expérience en se faisant refouler lors de l’embarquement sur leur vol ou sur leur bateau de croisière. Au point que l’administration française a dû mettre en ligne une page de conseils aux voyageurs pour aider ses ressortissants à se dépatouiller de cette situation kafkaïenne. Les plus optimistes pourront même y télécharger une fiche d’information traduite en différentes langues pour tenter d’expliquer la situation aux autorités locales. Car les choses ne sont pas simples. Quelques pays (dont Monaco quand même) acceptent effectivement des cartes d’identité au delà de la date de validité qui y figurent tandis que certains les refusent catégoriquement. Mais le plus grand nombre n’a pas fait connaître sa position officielle et là c’est un peu la loterie…

Dessin de Gros paru dans Marianne n°902

Dessin de Gros paru dans Marianne n°902

Pour éviter de se faire refouler à la frontière, le ministère des affaires étrangères recommande donc dans ce cas de voyager avec un passeport, qui coûte quand même 86 € alors que la carte d’identité est gratuite. Du coup, face à la multiplication des réclamations, le gouvernement a décidé d’autoriser le renouvellement anticipé des cartes d’identités pour les voyageurs qui se rendent  » là où se posent des difficultés récurrentes « . Comme la liste des destinations concernées n’est pas clairement définie, encore faut-il arriver à convaincre les services de la Préfecture du bien fondé d’une telle demande…

A défaut, il reste la solution préconisée sur certains forums de voyageurs : faire une fausse déclaration de perte ou de vol et demander une nouvelle carte d’identité dans la foulée. Il vous en coûtera 25 € de timbre fiscal et cela suppose de s’y prendre suffisamment à l’avance car les délais peuvent être longs, mais cela fonctionne. Comme quoi, même les réformes les plus audacieuses peuvent devenir acceptables grâce au système D à la Française…

L.V. LutinVertPetit