Posts Tagged ‘Règlementation’

Pesticides dans les cours d’eau : France Nature Environnement s’alarme !

23 mars 2018

Epandage de pesticides en bord de cours d’eau (photo © Maxppp / France Bleu)

Le sujet n’est pas récent puisqu’un rapport officiel publié en novembre 2015 par le Commissariat général au développement durable, une instance du Ministère de l’écologie, l’analysait dans les détails, affirmant qu’au vu des suivis de qualité de l’eau effectués en 2013 dans nos rivières et nos plans d’eau (du moins là où il y a des points de mesure…), la quasi totalité des milieux aquatiques français est polluée par la présence de pesticides que l’on retrouve dans 92 % des points de mesure. Seuls les zones montagneuses et quelques rares secteurs encore épargnés par l’agriculture intensive en sont exempts.

Il faut bien reconnaître que la France fait toujours partie du peloton de tête des plus gros consommateurs de pesticides, ces substances chimiques destinées à lutter contre les organismes jugés nuisibles, qu’il s’agisse de plantes adventices (herbicides), d’insectes (insecticides), de champignons (fongicides), de vers (nématicides), de rongeurs (rodenticides) et on en oublie, utilisés à 90 % (voire davantage) par l’agriculture, surtout depuis que l’usage de ces produits est en voie de prohibition tant pour les particuliers que pour les collectivités.

Concentrations moyennes en pesticides dans les cours d’eau par bassin versant en 2014 (source : Observatoire national de la biodiversité)

Depuis 1999, la surveillance de la qualité de l’eau dans la nature n’a cessé de se développer et on disposait ainsi en 2014, selon le Ministère de l’écologie, de 3052 points de mesures de la qualité dans les eaux de surface (rivières, fleuves et lacs) et de 2121 points de suivi dans les eaux souterraines (nappes). Vu leur coût très élevé pour la collectivité, le nombre de ces analyses (qui portent aussi sur de très nombreux autres paramètres dégradant, dont les nitrates) est malheureusement assez limité, généralement 8 par an dans les cours d’eau et 4 par an seulement dans les nappes.

La tâche est en effet considérable car il s’agit de rechercher les traces de près de 700 principes actifs de pesticides (ainsi que les produits issus de leur dégradation dans le milieu naturel, qui donne parfois naissance à des substances encore plus redoutables pour le milieu naturel et souvent stables à long terme, des décennies après que le produit commercialisé ait été interdit à la vente). Cette variété de principes actifs à identifier et analyser ne cesse d’ailleurs d’augmenter, fruit d’une stratégie délibérée de l’industrie agro-chimique de mettre sans cesse sur le marché de nouveaux produits pour avoir toujours un coup d’avance sur la réglementation et le contrôle.

Ainsi en 2014 ce sont pas moins de 389 substances différentes provenant de pesticides qui ont été retrouvées sur l’ensemble des points de mesure en eaux de surface, et 265 dans les eaux souterraines, avec en moyenne pas moins de 17 substances différentes identifiées dans chaque station (mais jusqu’à 89 molécules différentes pour certains prélèvements !). Cette année-là, des pesticides ont ainsi été retrouvés, en quantité et en nombre variable selon les endroits, dans 87 % des points de mesure en eau superficielle et dans 73 % des points de suivi en nappe, ce qui en dit long sur la généralisation du phénomène.

Nombre de produits pesticides observés par point de mesure en 2014 (source : Ministère de l’écologie)

Certes, si l’on analyse l’évolution de ces observations depuis 2008, date à laquelle le réseau de suivi a commencé à être suffisamment dense pour se faire une idée globale du sujet, on observe une légère diminution de la proportion de points de mesures contaminés, malgré un nouveau pic très sensible en 2012. Cette évolution résulte sans doute des mesures d’interdiction portant sur certains produits et de l’évolution des pratiques agricoles, mais reste peu significative, d’autant que la consommation de pesticides en France ne cesse d’augmenter malgré toutes les mesures gouvernementales mises en place pour tenter de limiter leur usage.

Dans les eaux de surface, le produit phare, présent dans plus de 38 % des points de suivi est le glyphosate tandis que son produits de décomposition, l’AMPA, est retrouvé dans plus d’un point de suivi sur deux : merci Monsanto ! L’atrazine, interdite depuis 2003 est encore bien présente 11 ans plus tard, avec tout son cortège de produits de décomposition, tant dans les cours d’eau que dans les nappes. Dans ces dernières, on retrouve également de manière significative certains herbicides largement utilisés dans la culture du maïs, et l’on voit même apparaître depuis quelques années, dans nos milieux aquatiques, des résidus des fameux insecticides néonicotinoïdes de plus en plus utilisés.

Et voilà que France Nature Environnement s’empare de nouveau du dossier en lançant une pétition qui exige du gouvernement de revoir sa copie en matière de définition des zones de non traitement, tout en attaquant en parallèle plus de 40 arrêtés départementaux issus de cette évolution de la réglementation. L’affaire n’est pas des plus simples et mérite quelques éclaircissements. Cette notion de zones non traitées (ZNT) a été définie par un arrêté ministériel de septembre 2006 et vise à interdire l’usage de pesticides dans une bande de 20 à 50 m (mais pouvant aller jusqu’à 100 m) en bordure des cours d’eau, afin justement de limiter les risques de contamination par lessivage. La largeur de cette bande peut être réduite à 5 m sous réserve de respecter certaines conditions dont la présence d’une haie ou au moins d’une bande enherbée entre le champ et le milieu aquatique, ainsi que des pratiques d’application adaptées.

Bande enherbée le long d’un cours d’eau (source : Agence française pour la biodiversité)

Initialement, la liste des milieux aquatiques pour lesquels cette distance minimale de sécurité s’applique correspond à tous les cours d’eau, plans d’eau, fossés et points d’eau permanents ou intermittents figurant sur les cartes IGN au 1/25 000, mais elle peut aussi faire l’objet d’un arrêté préfectoral qui permet de prendre en compte les spécificités locales.

Car à l’usage, il n’est pas si évident qu’il n’y paraît de définir ce qu’est un cours d’eau et ce point fait l’objet depuis des années de multiples controverses avec la profession agricole. Le ruisseau qui draine le vallon de Carnoux en est un exemple parmi d’autres. Ce ru peut être considéré comme un oued qui draine toute la vallée, susceptible de faire transiter des débits conséquents en cas de forte pluie, débits qui se déversent directement dans le Merlançon (au rond point du pont des Barles) avant de rejoindre l’Huveaune plus en aval. Le reste du temps, ce cours d’eau est alimenté latéralement par les écoulements d’eaux souterraines qui s’infiltrent dans les coteaux de chaque côté du vallon. Avant l’urbanisation, cet oued était sec une partie de l’année. Depuis, il est alimenté de manière quasi permanente car il reçoit aussi tout ce que les Carnussiens déversent sans réfléchir dans le réseau pluvial : vidange de piscines, pompes d’exhaure, lavage de la voirie et déversements illicites dans les regards en bordure de chaussée, de colorants ou d’huiles usagées

Le ruisseau de Carnoux, un milieu aquatique de piètre qualité… (photo © CPC)

Ce ruisseau intermittent devenu quasiment pérenne est-il un cours d’eau pour autant ? Au vu de sa configuration et de son déversement direct dans le réseau hydrographique naturel en aval, oui. Pour autant, il n’est pas figuré comme tel sur les cartes IGN et le gestionnaire de la voirie départementale a manifestement tendance à le considérer plutôt comme un simple fossé routier largement bétonné, sans que personne ne se préoccupe de la qualité des eaux qui y transitent.

Du coup, les services de l’État se sont lancés depuis juin 2015 dans un vaste travail de cartographie afin de tenter de délimiter quels sont les cours d’eau, démarche qui a fait l’objet de discussions serrées avec nombre de gestionnaires et d’usagers dont la profession agricole. L’enjeu consistait, pour les agriculteurs notamment, à refuser le statut de cours d’eau au maximum possible d’axes d’écoulements, afin de ne pas être soumis à la loi sur l’eau qui réglemente les interventions dans les cours d’eau (enlèvement de sédiments, coupe de la végétation, remodelage de berge, etc.).

Ce travail n’était pas supposé avoir d’impact sur les zones de traitement phytosanitaire. Mais les services préfectoraux se sont engagés, suite à la parution d’un arrêté ministériel de mai 2017 qui modifie légèrement celui de 2006, dans l’élaboration de cartes permettant de définir les points d’eau à proximité desquels doivent être mises en œuvre les ZNT.

Carte des cours d’eau identifiés comme tels par la Police de l’Eau dans le département du Gard (en bleu). Les tronçons en rouge ne sont plus considérés comme des cours d’eau et les zones en violet ont un statut encore indéterminé, sujet à discussion (source : Ministère de l’écologie)

Et, surprise, ces cartes élaborées en lien étroit avec la profession agricole en parallèle de la cartographie des cours d’eau, aboutissent à réduire de manière très significative les tronçons du réseau hydrographique soumis à réglementation pour l’épandage de pesticides. Dans le Tarn-et-Garonne par exemple, c’est 30 % du réseau qui n’est ainsi plus soumis au principe des zones non traitées et même 43 % en Indre-et-Loire. Cette situation est d’autant plus ubuesque que les cartes ne sont pas cohérentes d’un département à l’autre, certains tronçons de cours d’eau étant protégés uniquement jusqu’à la frontière du département limitrophe, sans réelle cohérence puisque les écoulements se poursuivent bien sans se préocuper des limites administratives… La protection de l’eau, pourtant considéré en France comme faisant partie du « patrimoine commun de la Nation » est décidément un combat de tous les instants !

L.V. 

Publicités

Alimentation : les consommateurs passent à l’action !

12 février 2018

Dessin signé JM

En France, un tiers des adultes sont en surpoids et 7 millions de Français sont considérés comme obèses, ce qui représente quand même 15 % de la population. Et le phénomène n’arrête pas de s’aggraver : en 1965, seuls 3 % des enfants d’âge scolaire étaient obèses alors que cette proportion atteignait 13,3 % en 2000 et ne cesse de croître depuis. Une situation d’autant plus inquiétante que l’obésité acquise avant l’âge de 5 ans persiste ensuite à l’âge adulte. On reste certes loin des chiffres de nos amis canadiens où 26 % des enfants sont considérés en surpoids tandis que 36 % des adultes présentent de l’embonpoint et 25 % sont classés obèses. Reconnue comme maladie chronique depuis 1997 par l’OMS, l’obésité est devenue un problème majeur de santé publique.

Pourtant, en matière nutritionnelle, les principes à respecter sont simples et identifiés depuis bien longtemps. Sur le plan quantitatif, il s’agit de fournir à son corps de quoi équilibrer les dépenses énergétiques qui dépendent de différents facteurs dont l’activité physique, mais qui correspondent grosso modo à 2500 Cal/jour pour un homme et autour de 2000 pour une femme. Et sur le plan qualitatif, il est bien connu qu’il convient d’éviter de grignoter entre les repas et qu’il vaut mieux privilégier la consommation de fruits et légumes et limiter les apports en lipides, sel et sucres. Des règles de base que l’école comme les messages de santé publique n’arrêtent pas de rabâcher.

Composition des plats préparés : des listes de composants à rallonge… (source © Bien-être et fitness)

Seulement voilà : autant il est facile de faire des choix alimentaires sains lorsque l’on achète des produits bruts pour les cuisiner soi-même, autant la tendance est désormais de consommer pour l’essentiel (à 70 % dans un pays comme la France) des produits transformés, issus de l’industrie agro-alimentaire, et préparés principalement à base d’ingrédients peu coûteux et présentant des caractéristiques nutritionnelles déplorables : riches en calories, en graisses, en sucres et en sel, mais pauvres en fibres, en vitamines et en sels minéraux…

Le professeur Serge Hercberg (source © Observatoire des aliments)

Pour faire face à ce véritable fléau de santé publique et guider les consommateurs dans leurs achats, l’épidémiologiste Serge Hercberg, expert en nutrition à l’INSERM et président du Plan national nutrition santé, lancé en 2006, préconise depuis 2014 d’adopter un code couleur ultra simple permettant de classer de A (produit le plus favorable sur le plan nutritionnel) à E des aliments transformés, en se basant sur l’analyse de la composition de 100 g du produit, analyse qui prend en compte d’une part les nutriments jugés favorables (fibres, protéines, fruits et légumes) et d’autre part ceux à limiter (acides gras saturés, éléments caloriques, sucres, sel).

Ce code couleur ultra simple et très pédagogique pour les consommateurs, dénommé Nutri-Score, permet de comparer d’un seul coup d’œil dans les rayons du supermarché, la pizza surgelée ou le paquet de céréales qui présente la meilleure qualité nutritionnelle.

Une véritable hérésie pour les entreprises de l’agro-alimentaire et la grande distribution qui se battent bec et ongles depuis des années pour empêcher l’adoption d’un tel dispositif. Il faut lire les discours du président de l’ANIA, l’Association nationale des industries agro-alimentaires, pour voir avec quelle mauvaise foi les industriels du secteur s’acharnent à démonter une telle approche de santé publique afin de préserver leurs intérêts : « l’ANIA maintient son opposition à tout dispositif d’étiquetage nutritionnel simpliste reposant uniquement sur un code de couleurs et une approche médicalisée et théorique de l’alimentation. L’équilibre alimentaire d’un individu ne peut pas se réduire à une pastille de couleur sur un produit. Ces systèmes de notation nutritionnelle stigmatisent injustement les aliments car ils reposent sur des calculs théoriques prenant en compte 100 g de produit sans en distinguer la consommation réelle  par les consommateurs. »

Dessin signé Esclandre, publié dans Le querelleur

Comme toujours en la matière, les patrons du secteur préfèrent mettre en avant des démarches volontaristes basées sur la communication. Comparer la valeur nutritionnelle de deux produits en analysant la composition d’une même masse de référence de 100 g est une catastrophe à leurs yeux car le résultat est évidemment incontestable et pas forcément à leur avantage. En revanche, laisser libre cours à l’imagination de leurs équipes d’experts en marketing pour démontrer que, ramené à une « portion », leur produit est parfaitement adapté aux besoins du consommateur, voilà qui leur plaît davantage car laissant la porte ouverte à toutes les interprétations…

Histoire de gagner du temps en espérant que la pression retombe, les industriels ont donc réussi à bloquer le dispositif en 2015 et imposé aux pouvoirs publics une expérimentation en vraie grandeur et en conditions réelles d’achat, dans une soixantaine de points de vente répartis dans 4 régions. Cette expérimentation, qui s’est déroulé au dernier trimestre 2016, a porté sur 1200 produits référencés et a mis en concurrence 4 dispositifs différents d’affichage, dont deux très synthétiques basés sur un code à 4 (Sens) ou 5 couleurs (Nutri-Score) et deux autres plus analytiques et plus complexes, ayant la préférence des industriels et de la grande distribution car incompréhensibles pour le commun des mortels !

Les codes couleurs expérimentés fin 2016 (source Isa-conso)

Cette expérimentation s’est bien entendu accompagnée d’une vaste campagne d’information menée dans les magasins concernés, mais surtout d’analyses en continu à base d’enquêtes qualitatives et quantitatives conduites auprès des consommateurs et complétées par des études précises pour évaluer l’évolution des ventes, produit par produit. Ces résultats particulièrement riches ont permis à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) de proposer finalement au ministère de la Santé d’adopter le système Nutri-Score, ainsi que l’a annoncé la ministre Marisol Touraine en mars 2017, en précisant que l’avantage de ce dispositif très simple « est plus marqué encore lorsqu’on observe spécifiquement le comportement des consommateurs qui achètent les produits les moins chers », justement le cœur de cible dans la lutte contre le surpoids.

Dessin de Xavier Delucq publié dans le Huffington Post

Comme il fallait s’y attendre, les industriels, par la voix de l’ANIA, comme la grande distribution via celle de la FCD (Fédération du commerce et de la distribution) ont aussitôt crié au scandale, prétextant que l’analyse de cette expérimentation aurait sans doute mérité d’être poursuivie plus longtemps, avec d’autant plus de conviction que la loi ne rend pas obligatoire l’apposition du nouveau logo sur les produits car la législation européenne ne le permet pas

Certes, en mai 2017, quelques mastodontes du secteur dont les firmes Auchan, Fleury-Michon, Intermarché et Leclerc, suivies par Danone et Mac Cain, se sont finalement engagées à jouer le jeu, même si jusqu’à présent le consommateur lambda n’en a encore guère vu les effets. Mais les 6 géants du secteur agro-alimentaire, à savoir Coca-Cola, Nestlé, Mars, Mondelez (ex Kraft food), Unilever et Pepsi-Co, ont décidé de concocter leur propre logo, histoire de bien embrouiller le chaland !

Mais les consommateurs ont de la ressource et il convient de saluer une initiative citoyenne qui vient d’émerger sous le nom d’Open Food Facts, et qui constitue une base de données ouverte et collaborative sur les produits alimentaires « faite par tout le monde, pour tout le monde ».

Exemple d’analyse nutritionnelle de yaourts brassés aux fruits, emballés à Aubagne (source © Open Food Facts)

Sur le même principe que Wikipédia, chaque consommateur peut y contribuer en aidant à répertorier la composition de produits alimentaires. Aidé de son smartphone, chacun est ainsi invité à photographier la liste des ingrédients et les informations nutritionnelles figurant sur les étiquettes des produits, afin de rendre les données facilement accessibles et aisément comparables. Plus de 420 000 produits auraient ainsi déjà été rendus transparents dans le monde : un vrai cauchemar pour l’industrie agro-alimentaire !

Comme l’explique Stéphane Gigandet, ex employé de Yahoo à l’origine de ce projet : « Tout est fait pour que l’on ne sache pas exactement ce que l’on mange, le type d’additifs, la quantité de sel, de graisses saturées, de sucres, ce qui se cache derrière un additif, l’origine du produit et son lieu de transformation. Notre but est de rendre les étiquettes intelligibles, pour que le consommateur reprenne le contrôle de son assiette ».

Pas sûr que cette initiative soit vraiment du goût des industriels de la malbouffe…

L.V.  

Les nouvelles plaques d’immatriculation

10 avril 2009
Logo Régional PACA

Logo Régional PACA

Le logo régional de la Provence-Alpes-Côte-D’Azur

Le logo est identique aux armoiries de la région Provence-Alpes-Côte-D’Azur : une combinaison des armoiries des différentes provinces qui constituent la région : Provence ancien, Dauphiné et le Comté de Nice.
– Au 15 avril 2009, tous les véhicules neufs et ceux changeant de propriétaire ou de domicile se verront affecter une nouvelle immatriculation, affectée à vie au véhicule, le tout dans une séquence gérée au niveau national et donc indépendante du département. Pour les véhicules autres que les petits deux roues, le format sera le suivant : AA-000-AA (deux lettres, un tiret, trois chiffres – 001 à 999 –, un tiret et deux lettres). Le 15 juin 2009, le SIV concernera les mutations (changement de domicile ou de propriétaire)

– La taille des plaques ne changera pas et la seule couleur autorisée sera le blanc réflectorisé. Bien que le jaune avait été prévu au début, le blanc a finalement été choisi, comme en témoigne la possibilité de faire poser dès à présent une plaque blanche à l’arrière dans le système actuel, après la parution d’un arrêté du 27 avril 2007. La deuxième bande bleue à droite permettra aux propriétaires d’afficher la référence locale de son choix composée d’un logo d’une région administrative prédéfinie (sauf à Mayotte) sous lequel sera embossé un numéro de département (obligatoirement compris dans la région choisie). Les deux plaques devront être strictement identiques (couleurs et référence locale). Il ne s’agira pas d’autocollants ajoutés sur la plaque, le numéro de département étant embossé. Les plaques destinées à l’import/export (correspondant par exemple à celles actuellement en WAL, WBL, ….) auront WW pour les deux premières lettres du numéro SIV. Les garagistes actuellement immatriculés en W seront les seuls dotés d’une seule première lettre (le W), suivie de 3 chiffres et de deux lettres. Ne sont pas encore précisés les logotypes officiels qui seront utilisés par les immatriculations militaires, probablement sur sticker dans un premier temps.