Posts Tagged ‘Noel’

La couverture de Noël, petit conte des temps modernes…

27 décembre 2017

Était-ce l’approche des fêtes de Noël avec ses illuminations qui fleurissent dans toutes les rues de la ville et ce vague relent de sentiment chrétien qui vient réveiller les consciences ? Où était-ce l’effet de ces reportages diffusés par vagues à la télévision, montrant comment le mobilier urbain est conçu pour rendre la vie impossible à tous les SDF qui tentent tant bien que mal de survivre dans la rue ?

Dispositif anti-SDF (source : Morbleu)

Faux cactus qui empêchent de s’asseoir, accoudoirs intempestifs qui rendent les bancs publics impropres à s’y allonger, baïonnettes posées comme des pics anti-pigeons géants, et même douches glacées se déclenchant automatiquement pour arroser quiconque resterait une minute de trop à l’abri sous un porche d’immeuble ou une entrée de garage : l’imagination des concepteurs et des gestionnaires de l’espace public ne connait pas de limite quand il s’agit de se protéger contre les indésirables…

SDF devant un distributeur bancaire (source : Algérie focus)

Toujours est-il que, depuis quelques temps, Marie ne regardait plus du même œil le vieil ivrogne hirsute qui campait à demeure avec son chien tout galeux devant le distributeur automatique de billets en bas de sa rue. Non pas qu’elle ne soit pas toujours autant dégouttée par son aspect repoussant, son odeur fétide et ses manières agressives. Mais elle ne pouvait pas non plus s’empêcher de le prendre parfois en pitié quand elle le voyait endormi, emmitouflé dans ses vêtements trop minces pour le protéger du froid mordant et blotti contre son chien qui grelottait en levant sur les passants un regard larmoyant.

Et depuis une semaine, le vieil homme n’était plus à son poste. Lui qui n’avait pas bougé de son repaire depuis des mois, des années peut-être, avait brusquement disparu. Le bout de trottoir devant l’agence bancaire était de nouveau nickel, rendu à sa vocation première d’espace public pour citadins pressés de venir se réapprovisionner en petites coupures pour leurs achats de Noël. Et Marie ne cessait de s’interroger sur ce qu’il avait bien pu advenir du vieil SDF et de son chien tout déplumé.

C’en était presque devenu une obsession. Elle qui avait plutôt l’habitude de tourner la tête ou de baisser les yeux chaque fois qu’elle croisait sur son chemin l’un de ses rebuts de la société condamné à errer dans la rue, voilà qu’elle se mettait à fureter dans les petites ruelles de son quartier et à jeter des regards inquisiteurs dans les recoins sombres susceptibles de servir d’abri pour un SDF aux abois. Mais pas de trace du vieil ivrogne : disparu, envolé !

En revanche, ce brusque intérêt pour ses semblables rejetés l’amenait à regarder d’un œil un peu plus bienveillant toute cette misère humaine survivant au jour le jour dans les interstices de la jungle urbaine. A plus de 70 ans, Marie découvrait que la famille de Roms et ses prières insistantes, nichée devant le porche de l’église, ou l’obèse handicapé qui s’installait tous les soirs dans l’abribus, le long du boulevard bruyant, étaient des hommes et des femmes avant d’être des menaces et une gêne pour les habitants.

Maraude de la Croix-Rouge française (source Buzzles)

Du coup, Marie aurait voulu faire un geste pour eux, leur témoigner de cette sympathie qu’elle ressentait pour eux. A bien y penser, ce n’était d’ailleurs pas vraiment de la sympathie. Comment se sentir en phase avec ces gens à qui, pour rien au monde elle n’aurait osé adresser la parole ! Pour dire quoi d’ailleurs ? Marie ne voyait pas vraiment ce qu’elle aurait eu à partager avec tous ces SDF qui ne pensent qu’à se battre pour un bout de trottoir où le fond d’une bouteille de mauvaise piquette et qui ont perdu toute dignité, au point d’uriner directement dans la rue comme elle avait pu le constater furtivement…

Mais pour autant, Marie aurait bien aimé faire un geste à leur égard, surtout envers ce jeune au teint basané et à l’air résigné qu’elle avait repéré depuis quelques jours car il venait régulièrement trouver refuge devant le magasin de farces et attrapes où il arrivait à s’allonger à l’abri de la devanture. Bien sûr, Marie aurait pu aller grossir les rangs des bénévoles du Secours catholique ou de la Croix-Rouge française qu’elle voyait parfois déambuler le soir pour distribuer un bol de soupe fumant aux cabossés de la vie. Mais Marie n’avait jamais eu beaucoup de goût pour les associations et les groupes…

En y repensant, Marie s’est dit qu’elle pourrait au moins offrir à ce jeune SDF basané, sans doute un réfugié syrien ou afghan ou que sais-je encore ?, un vêtement chaud pour l’aider à endurer les nuits glaciales. Elle avait donc fouillé dans ses placards à la recherche d’une des vestes de son défunt mari, qu’elle n’avait pas pu se résoudre à jeter bien que celui-ci soit décédé depuis plusieurs années déjà.

Et elle était tombée sur cette superbe couverture berbère qu’ils avaient acheté ensemble, jadis, dans un souk de Marrakech. Une vague d’émotion la saisit tandis qu’elle déplie lentement la couverture et admire ses dessins géométriques admirablement tissés et ses bandes parallèles multicolores. Elle se souvient de ces moments merveilleux passés avec son mari à déambuler dans les petites ruelles de la médina du sud marocain, de leurs échanges complices tandis qu’ils fouillaient allègrement dans les amoncellement de théières et de poteries à la recherche d’une pièce un peu originale. Elle revoit ce vieillard vénérable avec qui ils avaient marchandé cette couverture devant laquelle ils étaient tombés en admiration, tout en sirotant lentement leurs verres de thé à la menthe. Une couverture qu’ils avaient sans doute payé bien trop cher au vu de tous les menus cadeaux que leur avait fait le vieux tout en emballant soigneusement la couverture dans un papier kraft retenu par une vieille ficelle.

Marie apprécie une dernière fois la finesse des décorations et la douceur de la laine tissée très serré, puis descend l’escalier en serrant contre elle la précieuse couverture. Le jeune réfugié est bien là, blotti dans l’encoignure de la devanture, dans le recoin le moins éclairé pour essayer de se fondre dans la façade sombre. Marie s’approche et lui tend timidement son présent. D’abord effrayé, le jeune lui sourit et son visage s’illumine tandis qu’il s’empare de la couverture et apprécie la douce chaleur qui s’en dégage.

Dessin de Gros paru dans Marianne n°1084-1085

Marie remonte chez elle toute irradiée de son geste généreux et s’endort apaisée. Au petit matin, alors que le jeune réfugié s’est enfin endormi, blotti dans la couverture berbère qui le protège d’un crachin glacial, une voiture de police s’arrête à sa hauteur. Les fonctionnaires de police s’approchent et l’un d’eux actionne sa bombe lacrymogène en direction du jeune encore à moitié endormi. Affolé, il se lève d’un bond tout en tentant de se protéger le visage contre le produit irritant qui lui brûle les yeux. Les policiers hilares le regardent s’enfuir sans demander son reste. L’un d’entre eux saisit la couverture d’un air dégoutté et la jette dans la poubelle la plus proche. Un dernier regard sur la devanture du magasin qui a retrouvé son état normal et la patrouille de police remonte dans le véhicule de service : mission accomplie !

L.V.  

Publicités

Joyeux Noël 2016 !

24 décembre 2016

Crise économique, chômage, insécurité, déréglement climatique, montée des extrémismes et repli identitaire : la période se prête plutôt au tragique qu’à la franche rigolade… Et pourtant, quelles que soient ses convictions religieuses, les fêtes de fin d’année sont toujours l’occasion de laisser un peu de côté ses soucis du quotidien et ses angoisses existentielles pour se laisser pénétrer par l’ambiance festive, source de générosité et de bonne humeur.

Alors, une fois de plus, laissons opérer la magie de Noël et partageons ensemble quelques sourires devant les productions de dessinateurs talentueux et débridés à qui nous empruntons les œuvres suivantes :

Avec la crise, les traditions d'hospitalité ne sont plus ce qu'elles étaient… (dessin de Delucq, à retrouver aussi ici)

Avec la crise, les traditions d’hospitalité ne sont plus ce qu’elles étaient… (dessin de Delucq, à retrouver aussi ici)

 

Noël, des relents de fête commerciale ? (dessin de Ucciani, à retrouver sur son site)

Noël, des relents de fête commerciale ? (dessin de Ucciani, à retrouver sur son site)

C'est toujours la crise… (dessin de Coco, publié ici)

C’est toujours la crise… (dessin de Coco, publié ici)

 

L'élevage aussi est en crise, et tout le monde n'est pas à la fête… (dessin de Samson, à retrouver ici)

L’élevage aussi est en crise, et tout le monde n’est pas à la fête… (dessin de Samson, à retrouver ici)

Le sentiment d'insécurité vient parfois gâcher la fête… (dessin de Lardon, à retrouver sur son blog)

Le sentiment d’insécurité vient parfois gâcher la fête… (dessin de Lardon, à retrouver sur son blog)

Et pendant ce temps-là, les bombardements se poursuivent en Syrie… (dessin d'Ysope, à retrouver sur son site)

Et pendant ce temps-là, les bombardements se poursuivent en Syrie… (dessin d’Ysope, à retrouver sur son site)

L’ensemble de l’équipe de rédaction du blog collectif souhaite à ses lecteurs d’excellentes fêtes de fin d’année, dans la joie et la bonne humeur !