Posts Tagged ‘Littoral’

Marseille : les chercheurs à la plage…

18 juillet 2017

C’est l’été et tout le monde se retrouve à la plage. Même les chercheurs du CNRS qui, comme l’a révélé La Provence, profitent de la saison touristique pour venir enquêter au milieu des parasols et des serviettes de plage !

Plage de la Pointe-Rouge

Du 10 au 17 juillet, c’est une dizaine de scientifiques du CNRS, issus des laboratoires de recherche ESPACE (pour « Etude des structures, des processus d’adaptation et des changements de l’espace », ça ne s’invente pas !), Hydroscience Montpellier et le CEREGE basé à Aix-en-Provence qui ont ainsi passé leurs journées à sillonner les plages marseillaises de pointe-Rouge, du Prophète et de La Lave.

Cette opération se déroule dans le cadre des travaux de l’Observatoire Hommes-Milieux « littoral méditerranéen », un dispositif de recherche pluridisciplinaire qui vise à étudier l’effet de l’urbanisation et de l’anthropisation côtière en Méditerranée. Vaste programme qui exige donc de la part de ces scientifiques de sacrifier leurs plus belles journées de juillet pour aller se promener sur la plage, enduits de crème solaire, sur des terrains d’enquête particulièrement hostiles puisque l’étude concerne, outre le littoral marseillais, le Golfe d’Aigues-Morte et les rivages corses de Balagne et du Sud de Bastia.

L’objectif d’une telle plongée en immersion au milieu des baigneurs ? Mieux caractériser la fréquentation, les pratiques et les usages sur ces plages très fréquentées du littoral méditerranéen et en évaluer l’impact sur la qualité des eaux de baignade.

La plage du Prophète sous la Corniche

Pour cela, il s’agit d’abord de connaitre à tout moment de la journée le nombre de personnes présentes sur la plage, ce qui suppose de compter en permanence les arrivées et les départs : pas question donc de se laisser distraire par une petite sieste à l’ombre du parasol tout en lorgnant les jolies baigneuses. Pour être sûr de leurs chiffres, les chercheurs procèdent en parallèle et toutes les heures à des prises de vue de la plage depuis un point haut, de quoi occuper des armadas de stagiaires qui seront ensuite chargés de décompter les personnes présentes sur la plage et d’ajuster les observations de terrain.

En même temps, des prélèvements d’eau de mer sont effectués, toutes les heures également, pour être analysés afin de mesurer la densité de bactéries de type entérocoques, mais aussi d’évaluer la quantité de résidus de crème solaire qui agrémentent l’eau de baignade. Contre toute attente, les premiers résultats de ces analyses indiquent d’ailleurs que plus la fréquentation de la plage augmente, plus la qualité de l’eau de baignade se détériore ! Un résultat qui ne fait bien entendu que confirmer ce que chacun présentait, mais ce qui va sans dire va parfois mieux en le disant…

Et les chercheurs ne s’arrêtent pas là puisqu’ils prennent aussi le temps d’aller à l’encontre des vacanciers, questionnaires en main, pour mieux connaitre leurs us et coutumes. Une enquête sociologique très poussée qui a d’ores et déjà permis de mettre en évidence un fait troublant : à la plage, on se méfie des toilettes publiques pourtant présentes et plutôt bien entretenues de l’avis de nos anthropologues baroudeurs. Chacun préfère aller faire ses besoins dans la mer, ni vu ni connu. Un procédé qui n’est peut-être pas totalement étranger à la corrélation qui semble exister entre la densité de baigneurs et celle des bactéries dans l’eau de mer…

Qualité des eaux de baignade sur la plage du Prophète (source : site Eaux de baignade)

Mais bien entendu, comme dans tout protocole de recherche scientifique, il faut se méfier des conclusions hâtives et ne surtout pas se hasarder à vouloir anticiper sur les résultats de ce vaste programme d’études tant que toutes les analyses n’ont pas été recoupées avec toute la rigueur nécessaire. Il faudra sans doute patienter encore un peu pour que soient enfin disponibles les résultats de ces recherches passionnantes qui feront sans doute l’objet de publications scientifiques de premier plan, voire d’un colloque international, pourquoi pas sur une plage de Balagne ?

Ceci dit, et sans vouloir présager des conclusions de cette étude, il est à craindre qu’elle n’ait été entachée d’un petit biais expérimental. Le même journal de La Provence nous apprenait en effet que le jeudi 13 juillet, alors que la campagne d’observation scientifique battait son plein, trois plages marseillaises dont celle de Pointe-Rouge qui faisait l’objet de toutes les attentions des équipes de chercheurs, avaient dû être fermées au public toute la matinée du fait de la mauvaise qualité des eaux de baignade, tandis que les deux plages du Prado nord et sud étaient quant à elles toujours fermées en attendant les résultats de nouveaux test.

Plage de l’Huveaune à la fin des années 1960 (photo Jean Pagano / La Provence)

Ces mêmes plages du Prado dont on fête actuellement les 40 ans puisqu’elles ont été ouvertes au public le 18 juillet 1977, après qu’on eut déversé à l’embouchure de l’Huveaune des millions de m3 de déblais issus des travaux de creusement du métro, de quoi gagner 20 hectares supplémentaires sur la mer et permettre d’augmenter ainsi considérablement la quantité de baigneurs qui peuvent venir s’y prélasser : une fréquentation estimée à 3,5 millions de personnes chaque année. On comprend, sans forcément se livrer à des enquêtes sociologiques approfondies, qu’avec une telle pression humaine la qualité de l’eau du littoral puisse en être quelque peu altérée…

L.V. 

Les aventures d’un écologiste qui rachète le littoral provençal…

25 octobre 2015
Christian Desplats

Christian Desplats

C’est une saga peu commune que raconte le livre intitulé « Batailles en bord de mer », sous-titré « Les défis de la protection du littoral ». Son auteur : Christian Desplats, actuel co-président du groupe Europe écologie – les Verts au Conseil Régional PACA où il ne se représentera pas pour les prochaines élections. Entré en politique comme adjoint au maire de Rougiers, petite commune de la Sainte-Baume, il a été entre 1989 et 2010 délégué du Conservatoire du Littoral, d’abord pour le Var puis pour toute la région Provence-Alpes Côte d’Azur, avant d’être élu président de l’ARPE, l’agence régionale pour l’environnement, de 2010 à 2013.

Blog240_PhLivreCe livre de souvenirs, accessible sur demande pour 15 € (contact@batailles-en-bord-de-mer.com), se lit comme un roman. Il relate 12 négociations menées par l’auteur pour le compte du Conservatoire du Littoral, afin d’arracher des griffes de la spéculation immobilière, des espaces littoraux remarquables, souvent menacés d’urbanisation ou par des projets d’aménagement touristiques. Pendant 20 ans, Christian Desplats a sillonné le littoral de la Provence et de la Côte d’Azur, avec son air souriant et débonnaire qui cache une ténacité redoutable et un talent remarquable de négociateur. Son objectif : racheter des terrains en bord de mer pour les soustraire à l’urbanisation, permettre leur protection définitive et les ouvrir au public.

Le Salin des Pesquiers sur la presqu'île de Gien à Hyères, 564 ha acquis et protégés depuis 2006 par le Conservatoire du Littoral

Le Salin des Pesquiers sur la presqu’île de Gien à Hyères, 564 ha acquis et protégés depuis 2006 par le Conservatoire du Littoral

Pendant toutes ces années, il s’est acharné à convaincre propriétaires, aménageurs, promoteurs et investisseurs que leur seule issue était de vendre au Conservatoire du Littoral des terrains, souvent d’une grande beauté paysagère et toujours d’une richesse écologique remarquable, destinés initialement à la spéculation immobilière mais devenus inconstructibles du fait de la loi Littoral.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la tâche n’était pas de tout repos comme le raconte Christian Desplats dans son libre-témoignage où il tient son lecteur en haleine. Certains propriétaires aux abois ne demandent pas mieux que de négocier avec le Conservatoire du Littoral qui, au terme de ses 40 ans d’existence, détient désormais près de 160 000 hectares de littoral soustrait à la folie spéculatrice. Mais ce n’est pas le cas de tous les interlocuteurs avec qui Christian Desplats a eu affaire. On y croise ainsi de redoutables affairistes dont l’homme d’affaire Vincent Bolloré, à la hauteur de sa réputation et dont on constate qu’il vaut mieux ne pas trop se fier à sa parole…

Plage des Brouis près du Cap Lardier, à La Croix-Valmer

Plage des Brouis près du Cap Lardier, à La Croix-Valmer

On y retrouve de nombreuses affaires qui ont défrayé la chronique dont celle du domaine de la Bastide blanche et ses 55 hectares au dessus du Cap Lardier à deux pas de Saint-Tropez. Le Conservatoire du Littoral a échoué à racheter cette propriété qui suscitait bien des convoitises, mais s’est rattrapé en négociant discrètement avec un vieil architecte allemand le rachat de la propriété voisine de la Vieille Bastide avec sa villa atypique semi-enterrée surnommée Octopus et construite sans la moindre autorisation ! On y découvre aussi les démêlés qui ont opposé pendant des années le Conservatoire du Littoral aux Salins du Midi dans une perpétuelle partie de poker menteur agrémentée de multiples recours en justice. Au point qu’il a été question à un moment de se porter directement acquéreur de l’entreprise et de ses 30 000 hectares de marais salants littoraux, quitte à laisser à un industriel la partie encore exploitée…

La Plaine des Maures

La Plaine des Maures

On y apprend aussi comment, en 1993, pour contrer l’implantation par le groupe Michelin d’un centre d’essai de pneumatiques en plein cœur de la Plaine des Maures, un vaste espace naturel préservé, aux allures de savane africaine, situé en centre Var et qui abrite la fameuse tortue d’Hermann, Christian Desplats a suggéré au ministère de l’environnement d’y étendre le champ d’action du Conservatoire du Littoral à plus de 25 km de la mer. Même Théodore Monod se met de la partie et vient plaider la cause de la sauvegarde de ce fabuleux paysage menacé, tandis que les élus varois se déchainent contre ces velléités écologistes. Il a fallu, pour calmer les protestations de Michelin, lui racheter les presque 900 ha déjà acquis et surtout lui trouver un autre site de substitution, finalement déniché à proximité de Vins-sur-Caramy. Beaucoup d’argent public dépensé, pour un projet que Michelin n’a en réalité jamais mené à terme, mais qui a été un des éléments déclencheurs pour parachever la protection de la Plaine des Maures devenue depuis Réserve naturelle.

Blog240_PhLogoPeu à peu, au gré de ces négociations au long cours et malgré les tentatives d’intimidations voire les assassinats qui émaillent le parcours de ces marchandages en terrain miné, le Conservatoire du Littoral grignote, hectare après hectare, des espaces naturels désormais signés de son fameux chardon bleu, une plante robuste et particulièrement bien adaptée aux terrains difficiles.

L’objectif affiché d’acquérir progressivement un tiers du littoral français afin de le mettre définitivement à l’abri de la spéculation immobilière n’est pas encore en vue et le mitage des espaces naturels côtiers se poursuit, mais on doit à la ténacité de Christian Desplats et de ses collègues du Conservatoire du Littoral quelques belles victoires comme les milliers d’hectares du massif des Agriates dans le nord de la Corse.

Embouchure de l'Ostriconi, dans le massif des Agriates en Haute-Corse

Embouchure de l’Ostriconi, dans le massif des Agriates en Haute-Corse

On ne peut que recommander la lecture de cet ouvrage, qui se lit comme un roman policier, à toux ceux qui se préoccupent de l’avenir de nos rivages menacés par la perte de biodiversité et par le bétonnage à outrance…

L.V.  LutinVertPetit