Posts Tagged ‘insectes’

A Las Vegas, les criquets s’invitent au casino

31 juillet 2019

Las Vegas fait partie de ces villes mythiques, constitutives du rêve américain. Créée en 1855, dans une vaste cuvette entourée de chaînes montagneuses, par une poignée de Mormons venus évangéliser les Indiens, son emplacement a justement été choisi car s’y trouvaient quelques prairies arrosées par des sources d’eau artésiennes, un vrai miracle en plein désert des Mojaves, le plus aride des États-Unis.

Depuis, la ville s’est fortement développée grâce en particulier à l’industrie du jeu et à l’implantation de multiples casinos, surtout lorsque l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro à Cuba en 1959 a conduit la Mafia américaine à rapatrier ses actifs dans une région plus accueillante pour ses propres affaires.

Le Club Arizona, un des premiers lieux de jeux implanté à Las Vegas au début du XXe siècle (source © casinospielen)

La ville est devenue depuis la principale destination touristique du pays et attire chaque année pas moins de 40 millions de touristes qui s’ajoutent aux quelques 2 millions de résidents permanents de l’agglomération, eux même en croissance très rapide puisqu’ils augmentent en moyenne de 8 000 nouveaux arrivants chaque année. Nourrir et abreuver autant de monde en climat aride, surtout dans les conditions de luxe et de confort auxquels aspire une population de riches touristes en goguette, sachant qu’à Las Vegas on consomme pas moins de 1000 litres d’eau par jour, soit quatre fois plus qu’un Français moyen, voilà qui n’est pas une sinécure.

Barrage de Hoover, édifié en 1932 sur le Colorado, près de La Vegas (source © Visiter Las Vegas)

Il a fallu construire de nombreux barrages dont celui qui alimente le lac Mead, sur le Colorado, un immense plan d’eau artificiel mais qui peine désormais à répondre aux exigences de la population puisque le débit naturel du Colorado ne représente plus que les deux-tiers des besoins de l’agglomération. Les sources artésiennes qui jaillissaient autrefois à l’emplacement de la ville sont taries depuis belle lurette. Les pompages toujours plus nombreux dans les nappes souterraines, destinés aussi à irriguer les cultures intensives nécessaires à l’alimentation de la ville mais très gourmandes en eau dans un climat aussi impropre à l’agriculture, induisent désormais un lent mais inexorable tassement des sols.

La « ville du péché » que certains se plaisent à vilipender pour ses temples du jeu, son essor de la prostitution, ses centres commerciaux démesurés, la ville où l’on vient pour divorcer et se remarier en un tournemain, est aussi une ville qui s’enfonce peu à peu et où l’on vit désormais avec la crainte de devoir un jour manquer d’eau alors qu’on vit en plein désert…

Las Vegas, capitale du jeu… (source © Visit Las Vegas)

Et voilà que ce tableau apocalyptique vient se renforcer par l’arrivée de nuées de criquets qui rappellent furieusement les descriptions bibliques des sept plaies de l’Égypte. Le 26 juillet 2019 en effet, ce sont des nuages compacts de criquets venus du désert alentours qui se sont soudainement abattus sur la ville. Ces nuées de criquets grégaires qui ravagent tout sur leur passage ne sont certes pas une spécificité locale et les populations sahéliennes les observent régulièrement sans que l’on sache très bien pourquoi ces insectes se mettent brutalement à se multiplier pour former ces gigantesques nuées si spectaculaires.

Nuée de criquets au-dessus d’un parking de Las Vegas (source © TWITTER / Business Plan City)

Un hiver et un printemps légèrement plus humides qu’à l’accoutumée suffisent semble-t-il à obtenir une telle multiplication des criquets pour arriver à des masses telles que rien ne semble y résister. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’un tel phénomène est observé dans la région et généralement les nuées d’insectes migrateurs finissent par se déplacer vers le nord et laisser de nouveau la ville à ses habitants, après y avoir néanmoins grignoté à peu près toute la végétation comestible…

Amas de criquets sur des voitures à Las Vegas (source © LCI)

Depuis plusieurs jours, ainsi que les médias américains mais aussi européens s’en sont fait l’écho, il devient difficile de se promener dans les rues de Las Vegas sans se heurter à ces nuages de criquets qui comme par hasard se concentrent précisément le long de l’artère principale, là où se trouvent la majorité des casinos et des restaurants… De nuit, le spectacle est particulièrement impressionnant quand on voit tournoyer ces millions d’insectes de belle taille (plus de 5 cm de longueur !) à la lueur des éclairages qui les attirent inexorablement.

Un spectacle sur lequel ne manquent évidemment pas de gloser les prédicateurs de toute obédience, et pas seulement les Mormons de l’église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, ceux-là mêmes qui ont fondé la ville de Las Vegas au milieu du XIXe siècle sans se douter qu’elle deviendrait un jour, aux yeux de certains, un des symboles mondiaux de la décadence et du vice, et assurément un bel exemple d’un développement bien peu durable.

L. V.

Publicités

Bataille de guêpes chinoises dans les châtaigniers ardéchois

7 juillet 2019

En Ardèche, on ne plaisante pas avec la châtaigne dont la production locale, qui bénéficie depuis 2006 d’une appellation d’origine contrôlée est même appuyée par un Syndicat de défense de la châtaigne d’Ardèche.

Aire d’extension de l’Appellation d’origine protégée qui s’étend sur 197 communes, pour l’essentiel dans le département de l’Ardèche (source : Châtaigne d’Ardèche)

Présent à l’état naturel sur le territoire ardéchois, le châtaigner d’Europe, Castanea sativa, est cultivé depuis sans doute le XIIIe siècle lorsque les paysans ont appris à le greffer. Vers 1860, la production de châtaignes ardéchoises atteignait son âge d’or avec pas moins de 60 000 hectares exploités et 40 000 tonnes de châtaignes récoltées !

L’exode rural  et les vicissitudes de la vie économique ont conduit à un très net déclin de cette activité économique qui connait néanmoins un regain sensible depuis les années 1960. L’Ardèche fournit désormais de l’ordre de la moitié de la production nationale de châtaigne avec une récolte annuelle de l’ordre de 5 000 tonnes les bonnes années (mais moins de 2 000 tonnes en 2017, à cause de la sécheresse…)

Mais voilà qu’en 2005, une petite guêpe d’origine chinoise, la cynips du châtaigner, Dryocosmus kuriphilus, présente depuis 2002 en Italie où elle parasite les châtaigniers, se permet de franchir la frontière française et s’implante dans les Alpes-Maritimes. Repéré dès 2010 dans les châtaigneraies ardéchoises, ce ravageur mondialement connu inquiète au plus haut point les castanéiculteurs ardéchois.

Galles de cynips sur un châtaigner (source : ADIV environnement)

L’insecte pond ses œufs au printemps dans les bourgeons. Les larves y passent tout l’hiver bien au chaud sans que leur présence ne puisse être détectée. Au printemps, les larves se développent et libèrent des toxines qui provoquent l’atrophie de la pousse tandis que des galles apparaissent sur les feuilles. Les cynips adultes quittent les galles au début de l’été et vont pondre sur d’autres arbres, entretenant leur cycle. Les arbres infestés voient leur production décliner de 60 à 80 % et finissent même par mourir, d’autant que les galles abandonnées constituent des lieux favorables pour le développement d’un champignon parasite. En 2013, la perte de production sur le seul département de l’Ardèche était ainsi évaluée à plus de 300 tonnes.

Cycle de vie du cynips (photos © N. Borowiec et J.-C. Malausa. Infographie : V. Gavalda / source © INRA)

Face à des perspectives aussi sombres, la filière a sollicité les chercheurs de l’INRA (Institut de recherche agronomique) et du CTIFL (Centre Technique Interprofessionnel des Fruits et Légumes) pour chercher des solutions à ce fléau menaçant. Au vu de l’expérience de leurs collègues italiens, les Ardéchois se sont orientés vers la lutte biologique en s’appuyant sur une autre guêpe d’origine chinoise, prédateur naturel de la première, Torymus sinensis. Celle-ci pond ses œufs dans les galles du châtaignier, et ses propres larves se développent en se nourrissant des larves de cynips.

Torymus sinensis en train de pondre (source : Institut Sophia Agrobiotech)

Grâce à la mobilisation de dons privés et de subventions publiques, des Torymus ont donc été achetés à l’étranger et lâchés dans des vergers isolés pour leur permettre de se développer rapidement sans trop se disséminer. Comme on ne sait pas encore multiplier en laboratoire cet insecte exotique, les galles de cynips parasitées par les nouveaux arrivants doivent ensuite être récoltées pour récupérer les Torymus qui sont soigneusement séparés en mâles et femelles avant d’être relâchés sur d’autres parcelles. Un travail titanesque piloté par la Chambre d’agriculture et qui s’appuie sur le réseau de producteurs eux-mêmes, mobilisant plusieurs centaines de personnes chaque année.

Plus de 2 000 lâchers ont ainsi été opérés en 2 ans à partir de 2015 sur les châtaigneraies ardéchoises. Et ça marche ! Le résultat est variable selon les secteurs mais pour ceux qui sont les plus proches de la vallée du Rhône, là où les premiers lâchers ont été réalisés, le résultat est très prometteur. Le cynips est toujours présent et le restera, mais son activité est fortement contenue du fait de la présence de son prédateur naturel, désormais bien implanté avec en moyenne plus de 2,5 Torymus dans chaque galle de cynips.

Un résultat très spectaculaire également dans les Alpes-Maritimes où, grâce à ce duel de guêpes asiatiques orchestré par les spécialistes de la lutte biologique de l’Institut Sophia Agrobiotech, la proportion de bourgeons infestés est passé en quelques années d’environ 70 % à 2 ou 3 % seulement. Comme quoi, le salut en matière de lutte contre les parasites agricoles ne passe pas nécessairement par le développement de nouvelles molécules chimiques dont on ne maîtrise pas forcément très bien l’impact à long terme sur le milieu naturel voire la santé humaine…

L. V.

Des ruches sur le palais des Papes

14 mai 2019

Vendanges d’automne au Moyen Age (Source : Tacuinum sanitatis, manuel médiéval sur la santé)

On savait les Papes en Avignon grands consommateurs de vins issus de toute la Vallée du Rhône mais aussi de Bourgogne, au point d’ailleurs d’avoir développé leur propre vignoble dès le début du XIVe siècle, à l’initiative de Jean XXII et avec l’aide de vignerons venus de Cahors. Devenu AOC en 1936, ce vignoble désormais connu sous le nom justement de Châteauneuf-du-Pape, reste réputé et l’onction papale n’est sans doute pas pour rien dans sa renommée qui dépasse les frontières.

Le Palais des Papes à Avignon, plus grande construction gothique du Moyen-Age et classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, contient non seulement ce qui fut un temps la plus grande bibliothèque d’Europe, mais aussi une Bouteillerie installée dans l’ancienne salle d’artillerie du palais et qui est devenue un lieu reconnu de dégustation et de vente des Côtes-du-Rhône.

Mais la vigne n’est pas le seul élément emblématique de ce terroir car voilà que la Ville, labellisée depuis 4 ans « territoire d’excellence de la transition énergétique et écologique » et qui a banni depuis 2015 l’usage de tout produit phytosanitaire, vient d’installer sur le toit du Palais des Papes six ruches destinées à produire du miel qui devrait être récolté dès cet automne. L’installation s’est faite en grandes pompes le 21 mars 2019 pour fêter l’arrivée du printemps, et l’information a bien entendu été largement relayée par les médias locaux dont France 3.

Le Palais des Papes à Avignon

C’est l’apiculteur Thierry Azzolin, installé à Eyguières, dans le nord des Bouches-du-Rhône, où il possède déjà 600 ruches et organise de nombreuses animations pédagogiques qui est à la manœuvre pour l’installation et l’exploitation de ces ruches et des 90 000 abeilles déjà en place. Des ruches lestées pour résister au mistral et calorifugées pour limiter les excès d’insolation : on n’est jamais trop prudent !

Juchée sur le toit de la tour Saint-Laurent, sur la façade sud du monument, dans un secteur interdit au public et à l’écart des circuits de visite, la colonie est amenée à se développer rapidement car la reine peut pondre jusqu’à 2000 œufs par jour à la belle saison, en mai-juin. Il est d’ailleurs prévu également l’installation d’une ruche pédagogique dans les jardins du Palais des Papes qui sont en cours de réhabilitation jusqu’en 2020 et qui devraient être largement plantés en espèces mellifères.

Trois des six ruches installées sur le toit du Palais des Papes d’Avignon (photo © Sylvie Garat / France3 Provence Alpes)

Pour l’apiculteur et au-delà de la vue imprenable sur la ville qui se déploie depuis la toiture du Palais, le lieu est en effet idéal en partie justement du fait de son caractère très urbanisé : « en milieu urbain et surtout sur la ville d’Avignon, il y a zéro pesticide. C’est très arboré et très humide du côté du Rhône, donc il y a forcément beaucoup de fleurs, et les abeilles peuvent en profiter aisément ».

Un vrai coin de paradis donc pour les abeilles qui de plus en plus viennent chercher refuge en ville, loin des pesticides qui sont désormais omniprésents en milieu rural et qui déciment les colonies malgré l’interdiction récente des fameux néonicotinoïdes depuis le 1er septembre 2018, et en attendant celle du glyphosate qui tarde un peu… La pratique se développe d’ailleurs de plus en plus et on peut désormais observer des ruches sur l’Opéra de Paris, les Invalides, le Musée d’Orsay ou encore l’Académie Française. Trois ruches avaient même été installées en 2013 sur le toit de la sacristie attenante à la cathédrale Notre-Dame de Paris, produisant chacune 25 kg de miel par an en moyenne. La bonne nouvelle est que les 200 000 abeilles qui y cohabitent ont semble-t-il survécu à l’incendie de la toiture !

Plus de 700 ruches recensées sur les toits de Paris ! (photo © Patrick Kovarik / AFP / Le Point)

En Avignon, c’est l’entreprise Melvita, une société de cosmétiques bio créée en 1983 précisément par un apiculteur et basée en Ardèche, qui a financé l’opération via une donation de 40 000 € au Fonds de mécénat du Palais des papes. Et c’est l’office de tourisme de la Ville qui se charge des animations pour valoriser et faire connaitre le projet, prévoyant même d’installer très prochainement une webcam sur le toit de la tour pour que chacun puisse suivre en direct l’évolution des abeilles et la progression de la colonie. En Avignon, même les abeilles sont sous vidéo-surveillance…

L. V.

La biodiversité dans toute sa banale splendeur

5 décembre 2018

La salle du Clos Blancheton à Carnoux accueillait, jeudi 29 novembre 2018, ses adhérents et un public fidèle pour une conférence consacrée à la « biodiversité », animée par Madame Claude Gadbin-Henry, docteur ès- sciences. C’est en déroulant un diaporama extrêmement riche en illustrations d’espèces animales et végétales qui peuplent notre planète que la conférencière évoqua leur interdépendance, et leur contribution à la constitution de ce que l’on nomme la biodiversité.

Un public particulièrement attentif (photo © CPC)

On peut définir la biodiversité comme la diversité des organismes vivants. Elle se construit avec :

– la diversité des écosystèmes : milieux de vie et interactions entre les espèces qu’ils hébergent en un lieu donné, aux conditions édaphiques homogènes. Ce milieu est déterminé par la nature des sols, des sous-sols et des conditions climatiques locales ;

– la diversité des espèces : variété d’espèces existantes ;

– la diversité au sein de chaque espèce : on constate des variations d’origine génétique entre les individus : c’est la biodiversité génétique, liée à l’existence des allèles variables pour chaque gène, à l’intérieur d’une espèce, cette variabilité est un avantage évolutif, car il permet l’adaptation aux changement du milieu de vie.

Les différents niveaux de la biodiversité (source © Académie de Dijon)

Une analyse scientifique internationale, publiée en 2018, met en évidence que la Coccinelle asiatique, espèce introduite, devenue envahissante et mettant en péril la faune locale de coccinelles, présente une variabilité morphologique (coloration et nombre de points) exceptionnelle déterminée cependant par un seul gène, sous diverses formes alléliques.

Les multiples facettes de la coccinelle asiatique (photo © Entomart / Sciences et avenir)

La biodiversité locale dépend toujours également du milieu où se développent les espèces animales et végétales, et ce milieu est parfois modifié par l’homme.

L’adaptation des espèces animales ou végétales à ces milieux est liée à la pression de sélection au cours du temps long de l’évolution, mais on peut l’observer actuellement : à l’occasion de variations du climat, des espèces introduites accidentellement entrent en compétition avec des espèces indigènes et peuvent les faire disparaître, ou devenir des nuisances majeures car elles sont dépourvues de prédateurs ou de concurrents. Ainsi la coccinelle asiatique, introduite à des fins de lutte biologique contre les pucerons, caractérisée par son extrême variabilité génétique, pourtant reposant sur un seul gène, est devenue une espèce envahissante. De même le Frelon asiatique ou le Moustique tigre sont devenus envahissants après des introductions accidentelles.

L’introduction sans précaution d’un végétal parasité peut parfois amener la destruction de l’espèce introduite et des espèces indigènes, ainsi les palmiers porteurs du Charançon rouge, extrêmement nuisible…

Claude Gadbin-Henry, la conférencière (photo © CPC)

C’est avec une intention particulière que notre conférencière oriente son propos sur le monde des insectes. Ils constituent en effet 85 % des espèces animales, sans compter celles non encore connues ! Et ceci, même si, pour la plupart d’entre nous, la biodiversité animale évoque le plus souvent les grands mammifères, les oiseaux, les poissons, et les animaux domestiques. Jean Henri Fabre, connu pour ses « Souvenirs entomologiques », fut en plus de ses talents de conteur, un excellent observateur des insectes, et un éthologue avant que cette science ne voit le jour.

L’histoire nous apprend que l’homme a connu les insectes depuis l’aube de l’humanité : des gravures rupestres, trouvées dans l’Ariège et datant de 14 000 ans, représentent des sauterelles : elles témoignent des nuisances pour l’environnement humain (vols de crickets migrateurs dévastant les champs)…

Papillon vanesse du chardon

Par contre, on sait maintenant, que les insectes ont un rôle majeur et indispensable pour la reproduction, et la fructification des plantes à fleurs car ils permettent le processus de pollinisation, sans lequel de nombreux fruits et légumes disparaitraient de nos assiettes !

La suite du diaporama projeté nous fit rentrer dans le monde minuscule de ces espèces, visualisant ainsi la morphologie spécifique des insectes, tous hexapodes (6 pattes), leur corps étant composé d’une tête, d’un thorax et d’un abdomen. A partir d’images photographiques réalisées à différentes échelles nous avons observé :

– leur tête adaptée et modifiée en fonction du mode de nutrition : mâchoires pour broyer des végétaux (criquet) ou pour déchiqueter des proies (libellules), trompe pour absorber le nectar (papillon)…

– des yeux composés de multiples facettes, qui atteignent un champ de vision proche de 360°.

– leur déplacement est assuré par des pattes adaptées à diverses fonctions (saut, récolte du pollen) et des ailes procurant un vol spécifique pour chaque espèce, tel celui de la mouche qui peut être stationnaire.

Mante religieuse

Une autre particularité des insectes est une carapace rigide ou squelette externe protecteur. Cette peau rigide nécessite d’en changer lors de la croissance (la mue). Certaines espèces possèdent des aspects et couleurs ayant la faculté « d’effrayer » les prédateurs, tandis que d’autres permettent de se dissimuler dans l’environnement (mimétisme).

Abeille pollinisatrice (photo © Maciej Olszewski, Shutterstock / Futura Sciences)

La reproduction et la protection de la descendance ont été illustrées par des exemples spécifiques prouvant cette longue évolution adaptative, telles les antennes des papillons mâles qui détectent leurs femelles à plusieurs kilomètres de distance (antennes constituées de micros-tubes, chacun ayant fonction de récepteur moléculaire).

La diversité du monde floral fut illustrée par la projection d’une multitude de photographies caractéristiques des nombreuses couleurs et formes infinies composant l’univers des fleurs et des végétaux.

La finalité de cette conférence était de sensibiliser au monde inconnu des insectes, adapté à presque tous les milieux naturels. Leur rôle est fondamental pour la conservation de la biodiversité animale; ainsi que pour l’avenir du monde végétal, où leur rôle de pollinisateurs est garant de la variabilité génétique des graines. Cette variabilité permettra les adaptations fonctionnelles nécessaires pour la survie des espèces aux modifications en cours et à venir de notre environnement. Les insectes sont ainsi un des piliers de l’avenir du vivant. Mais l’homme prédateur au sommet de cette chaîne ne mettra-t-il pas fin à cet équilibre harmonieux ? C’est la question abordée entre les participants au cours de l’échange puis de l’apéritif offert par le Cercle à l’issue de cette présentation enrichissante.

C. M.

Les punaises de lit, un nouveau fléau ?

30 septembre 2018

Une punaise de lit, Cimex lectularius

Très répandues en Europe avant la seconde guerre mondiale, les punaises de lit avaient fini par quasiment disparaître de notre paysage quotidien dans les années 1950, chassées par l’usage à grande échelle de puissants insecticides dont le fameux DDT qui a fait tant de ravages sur notre environnement. Mais elles ont fait un retour en force depuis les années 1990, grâce à leur capacité d’adaptation aux insecticides et surtout du fait de la multiplication des déplacements à travers le monde…

La manière la plus fréquente de voir son appartement infesté par ces insectes hématophages rampants, qui piquent les gens lorsqu’ils sont immobiles, généralement la nuit pendant leur sommeil, est en effet de les rapporter dans sa valise, bien cachés dans les replis de son linge. De jour, ces animaux sont très discrets et vivent cachés souvent dans les sommiers ou les matelas, les lattes de plancher, les fissures du mur et derrière les plinthes, à l’abri de la lumière et pas trop éloignés de leur proie. Ils sortent principalement la nuit et choisissent de piquer en priorité les personnes dont la peau est fine et dont le sang leur convient, ce qui explique que plusieurs personnes dormant dans le même lit ne seront pas touchées de la même manière…

Cimex lectularius, de son petit nom, est pourtant bien visible à l’œil nu. Le corps de l’adulte est ovale et aplati, de couleur brune, un peu comme un pépin de pomme de 4 à 5 mm de longueur. Mais on le voit rarement et on le repère plutôt à ses traces que sont les points noirs de ses déjections et les petites traces de sang séché laissées sur le matelas, ainsi bien sûr qu’aux boutons rouges et aux démangeaisons qu’il laisse sur la peau de ses victimes…

Pour autant, la punaise de lit n’est pas dangereuse et ne transmet pas de maladie connue à l’homme. Le seul désagrément qu’elle cause vient des démangeaisons provoquées par ses morsures car, comme la plupart des insectes suceurs de sang, elle injecte en piquant un peu de salive anticoagulante pour fluidifier le sang dont elle se nourrit, ce qui provoque chez la majorité des personnes des réactions urticantes, parfois plusieurs jours après la morsure. Rien de bien grave en réalité, mais de quoi pourrir la vie de ceux qui vivent dans un appartement infesté au point de souffrir de burn-out parce qu’ils appréhendent de s’endormir de crainte de nouvelles piqures nocturnes !

Mobilier infecté de punaises de lit dans les rues de la Belle de Mai (photo © Sarah Nedjar / Radio France)

Or, les invasions de punaises de lit deviennent de plus en plus fréquentes. A Toulon ou à Marseille, des quartiers entiers en sont envahis et on retrouve régulièrement sur les trottoirs les matelas usagers de ceux qui, ne sachant plus comment se débarrasser de ces insectes, finissent par jeter leur literie entière, ce qui contribue d’ailleurs à la propagation de ces animaux vers les immeubles voisins… Début 2018, la presse se faisait ainsi l’écho de l’exaspération des habitants de la Belle de Mai où de nombreux appartements sont envahis de ces insectes hématophages, tandis que France 3 relatait les déboires du service des urgences à l’hôpital de la Timone où cet été un tiers des chambres ont dû être momentanément fermées le temps de les désinfecter contre une invasion de punaises de lits. Même le cinéma Pathé Liberté à Toulon a dû fermer début septembre, selon France Bleu, par suite d’une invasion de punaises de lits confortablement installées dans les fauteuils de la salle !

C’est en effet une des caractéristiques de ces insectes qui recherchent avant tout la présence de l’homme et qui sont susceptibles de se développer partout, dans les hôtels 4 étoiles comme dans les taudis les plus insalubres, pourvu qu’ils y trouvent des humains à leur goût (qu’ils repèrent grâce à notre chaleur corporelle et nos émissions de CO2) et de quoi se nicher confortablement.

Cycle de vie de la punaise de lit

Pour peu que la pièce soit bien chauffée, la punaise de lit verra son cycle encore accéléré : il lui faut en effet 5 semaines en moyenne pour devenir adulte et commencer à pondre ses œufs (à raison de 3 à 8 par jour) à température ambiante de 20 °C. Mais à 30 °C, il lui suffirait de seulement 3 semaines pour atteindre un tel stade de développement ! Sachant que la durée de vie d’une punaise est généralement de 9 mois, ce sont en moyenne de l’ordre de 500 œufs qu’une femelle peut pondre au cours de son existence, de quoi entretenir largement une colonie bien installée au sein de votre matelas confortable, chaque adulte se contentant d’un repas par semaine en moyenne…

Face à un tel fléau et pour sauvegarder la qualité de leurs nuits, les hommes ont imaginé bien des stratagèmes pour se débarrasser des punaises de lits. A écouter les spécialistes tels que Pascal Delaunay, entomologiste médical et parasitologue au CHU de Nice, interviewé par Futura Sciences, ou certains professionnels de la désinsectisation qui diffusent un guide pour se débarrasser des punaises de lit, la tâche n’est pas aisée…

Piège naturel à punaises de lit, à base de poudre de diatomite

La priorité est d’abord de bien identifier les insectes à l’origine de nos maux et ensuite d’évaluer l’ampleur des dégâts par une inspection soignée des zones à risque. Des pièges mécaniques simples sous forme de scotch à double face collé sur les pieds du lit ou à base de diatomite peuvent être utiles pour une telle inspection. Des techniques de pièges plus élaborés ont aussi été développés par des chercheurs canadiens de l’université Simon Fraser, en Colombie-Britannique. Après 10 ans d’études et l’examen minutieux de plus de 10 000 punaises de lit consciencieusement nourries par une des membres de l’équipe, piquée environ 180 000 fois pour la bonne cause, ils ont identifié trois phéromones principales qui permettent d’attirer les punaises de lits (bedbugs en anglais) et ainsi d’évaluer l’importance de l’infection (mais sans détruire les œufs ni les adultes qui digèrent tranquillement leur dernier repas, bien à l’abri, pendant 10 jours et parfois bien davantage).

En cas d’invasion avérée, la lutte mécanique reste fortement conseillée pour éliminer le maximum du stock à coups d’aspirateur, de nettoyage à la vapeur, de lavage à plus de 60 °C, voire de congélation à -20 °C au minimum, tout en veillant à ce que ce grand nettoyage ne se traduise pas par une simple dispersion de la colonie et son implantation dans les autres pièces de la maison ou chez les voisins…

Au-delà, la désinfection par des sociétés spécialisées, à l’aide d’insecticides spécifiques qui ne sont pas en vente libre dans le commerce, est souvent une étape coûteuse mais indispensable. Deux passages à 15 jours d’intervalles sont d’ailleurs généralement nécessaires pour achever les larves écloses entre temps car les œufs sont globalement très résistants à tous ces traitements…

Emeline Lemarié, étudiante chercheuse au sein du projet Breaking Bugs à l’Université Aix-Marseille (photo © Jérémie Hessas / France 3 Provence-Alpes)

Une autre voie de traitement pourrait néanmoins émerger, fruit des recherches d’une équipe marseillaise composée de jeunes biologistes, bio-informaticiens et spécialistes en biologie génomique. Leur projet, baptisé du vocable typiquement provençal Breaking bugs (clin d’œil au titre d’une série américaine, bien entendu), consiste en un piège à base de phéromones qui attire les punaises et les met en contact avec un champignon pathogène, Beauveria Bassania, lequel pénètre à l’intérieur du corps de la punaise pour la faire lentement dépérir. La mort n’étant pas instantanée, la punaise infestée quitte librement le piège et infecte à son tour les autres membres de la colonie, de telle sorte que celle-ci finit par disparaître après plusieurs semaines.

Une approche ingénieuse donc, que les étudiants marseillais s’apprêtent à présenter en octobre prochain à Boston, dans le cadre de l’IGEM (International genetically engineered machine) dans l’espoir qu’elle leur vaudra, sinon une reconnaissance mondiale, du moins une audience suffisante pour assurer une large diffusion de leur invention. Les punaises de lit ont du souci à se faire…

L. V. 

Insecticides tueurs d’abeille : Hulot a failli avaler de travers

2 juillet 2017

Lors de l’annonce du premier gouvernement d’Edouard Philippe le 17 mai dernier, peu après l’élection d’Emmanuel Macron à la Présidence de la République, nombreux étaient ceux qui pariaient que le nouveau ministre d’État à la transition écologique et solidaire, l’ex animateur de télé Nicolas Hulot, peu connu pour ses qualités diplomatiques et son art du compromis, ne ferait pas de vieux os à ce poste. Beaucoup se demandaient même s’il arriverait à battre le record de longévité d’Alain Bombard, resté secrétaire d’État pendant 32 jours avant d’être débarqué pour ses déclarations à l’emporte pièce sur la chasse à courre, voire celui de Léon Schwartzenberg, éphémère ministre de la santé de Michel Rocard, éjecté 9 jours après sa nomination pour avoir tenu des propos peu consensuels sur l’euthanasie.

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire (crédit photo Villard / SIPA)

Et pourtant, contre toute attente, Nicolas Hulot non seulement a été confirmé dans ses fonctions lors de la formation du second gouvernement Philippe, mais il est toujours à son poste un mois et demi plus tard, alors que d’autres poids-lourds de cet attelage, dont François Bayrou, Richard Ferrand ou encore Marielle de Sarnez ont déjà mordu la poussière… Pour quelqu’un qui déclarait voilà peu à propose de sa toute nouvelle charge ministérielle « j’espère que ce ne sera pas qu’un job d’été », c’est plutôt encourageant…

Et voilà même qu’il vient d’engranger la satisfaction de voir arbitrer en sa faveur un désaccord majeur avec le ministre de l’agriculture et de l’alimentation, l’ex député socialiste de la Manche, Stéphane Travert. Par comparaison avec les énormes couleuvres avalées par ses prédécesseurs à ce poste ingrat, dont Ségolène Royal qui avait dû laisser Manuel Valls lui imposer de laisser Alteo continuer de déverser en plein Parc national des Calanques ses eaux industrielles riches en métaux lourds et fortement alcalines, c’est donc plutôt un bon début.

Rappelons pour mémoire que les députés avaient adopté en mars 2016, à l’occasion de l’examen en deuxième lecture à l’Assemblée nationale de la loi Biodiversité, un amendement prévoyant d’interdire l’usage des insecticides à base de néonicoticoïdes, dont il a été largement prouvé la nocivité sur le système nerveux des abeilles. Un pas en avant que tous les défenseurs de l’environnement et surtout les apiculteurs attendaient depuis des années en observant année après année l’effondrement des colonies d’abeilles et autres pollinisateurs (bourdons et papillons notamment) : la production de miel qui était d’environ 30 000 tonnes par an il y a 20 ans, a péniblement atteint 15 000 tonnes en 2015…

Des ruches françaises de moins en moins productives (infographie AFP)

La particularité de ces substances actives (clothianidine et imidaclopride, produites par Bayer, et thiaméthoxame synthétisé par la firme Syngenta), commercialisées notamment sous les noms de Gaucho et Cruiser, est qu’elles ont un effet systémique, c’est à dire qu’elles envahissent tout le système de la plante, de la sève au pollen. Il suffit donc d’en enrober les graines pour contaminer toute la plante durant toute sa croissance, ce qui évite à l’agriculteur d’avoir ensuite à traiter ces cultures par des aspersions répétées comme avec d’autres produits.

Le gain de temps et les économies qui en résultent expliquent pourquoi ces insecticides ont été autant plébiscités jusqu’à constituer désormais un tiers des insecticides utilisés dans le monde. On l’utilise en particulier pour protéger les cultures de blé, d’orge ou de betterave contre les attaques de pucerons verts. Le hic, c’est que les pollinisateurs qui viennent butiner sur ces champs absorbent ces substances qui ont une action nocive puissante sur leur système nerveux et les désorientent, leur empêchant de rejoindre leur colonie, d’où la perte constatée de plus de 300 000 ruches chaque année, une véritable hécatombe qui ne se limite bien évidemment pas aux seules abeilles domestiques mais touche tous les insectes pollinisateurs.

En 2013 déjà, la Commission européenne avait décidé de limiter l’utilisation professionnelle de produits phytosanitaires contenant des substances actives de la famille des néonicotinoïdes sur certaines cultures et également d’interdire la mise sur le marché de semences traitées ainsi que les utilisations non-professionnelles. Il lui avait bien fallu en effet tenir compte de l’avis de l’Autorité européenne de sécurité sanitaire des aliments (AESA) qui avait constaté, au vu des inombrables études scientifiques concordantes sur le sujet, l’effet désastreux de ces substances sur les populations d’abeilles.

A l’époque, ces restrictions d’usage, entrées en vigueur au 1er décembre 2013, portaient sur 75 cultures différentes dont notamment des cultures fruitières (abricots, poires, pommes, pêche et nectarines, prunes), des cultures de fruits à coque (noix, noisettes amandes) ou des cultures de fruits rouges (fraises, myrtilles), jugées particulièrement attractives pour les abeilles. Mais il ne s’agissait que d’un moratoire temporaire car de nombreux pays, dont le Royaume-Uni en pointe sur ce dossier, s’étaient alors battus bec et ongles pour empêcher toute mesure d’interdiction définitive.

C’est donc en attendant que l’Europe se mette d’accord sur des mesures plus fermes sur le sujet que la France a débattu de la question à l’occasion du vote de la loi Biodiversité, d’autant que ce moratoire na manifestement pas eu les effets escomptés puisque les ventes d’insecticides néonicotinoïdes ont bondi en France, passant de 387 tonnes en 2013 à 508 en 2014, soit un gain de 31 % en un an !

Le débat a été houleux en 2016, avec même une intervention du ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, fortement aiguillé par les principales fédérations professionnelles agricoles des producteurs de blé, de maïs, d’oléagineux et de betteraves incitant par courrier les députés à ne surtout pas décider d’interdiction brutale de ces produits jugés indispensables pour garantir la compétitivité des filières. Il s’était finalement soldé par une interdiction à compter du 1er septembre 2018 sur l’ensemble des cultures mais avec possibilité d’accorder des dérogations jusqu’en 2020, histoire de laisser du temps à chacun de s’adapter, et éventuellement aux changements de majorité de revenir en arrière…

Stéphane Travert, ministre de l’agriculture et de l’alimentation crée le buzz en annonçant vouloir revenir sur l’interdiction prochaine des néonicotinoïdes (crédit photo BFMTV)

C’est bien d’ailleurs ce qui a failli se passer puisque dès sa nomination au ministère de l’agriculture et poussé par les lobbies agricoles et de l’agrochimie, Stéphane Travert est aussitôt monté au créneau en déclarant le 26 juin 2017, moins d’une semaine après son entrée en fonction, vouloir revenir sur cette interdiction prochaine des néonicotinoïdes, qu’il juge excessive par rapport aux obligations européennes et surtout gênante pour les intérêts de la profession.

Cette déclaration a aussitôt fait bondir son collègue Nicolas Hulot qui a immédiatement tweeté qu’il n’était pas question de revenir sur les engagements votés il y a un an, et déclarant : « Nous ne reviendrons pas sur ces acquis. Je veux être le garant de ce qu’ont fait mes prédécesseurs ». Sur un tel sujet, on ne l »imaginait pas en effet se déjuger lui qui avait toujours été en pointe dans ce combat contre les insecticides tueurs d’abeilles. En revanche, la position du chef du gouvernement, Edouard Philippe, était plus attendu. Cet ancien directeur des affaires publiques d’AREVA est en effet réputé peu sensible aux questions environnementales, au point d’avoir voté contre la loi Biodiversité en 2016, et contre la loi sur la Transition énergétique.

Et pourtant, ce même Edouard Philippe a signifié le jour même à son ministre de l’agriculture que le débat avait déjà été tranché et qu’il n’était pas question de revenir en arrière sur cette interdiction prochaine des insecticides néonicotinoïdes. Première victoire donc pour le nouveau ministre Nicolas Hulot, mais nul doute que le combat ne fait que commencer et qu’il aura d’autres occasions de monter au créneau pour éviter d’avaler trop de couleuvres sur les nombreux chantiers qui s’ouvrent devant lui… Pas de vacances donc pour Monsieur Hulot !

L. V.  

Comment lutter contre les moustiques ?

17 juin 2017

Le moustique tigre, Aedes albopictus

Avec le retour des beaux jours et l’arrivée des cigales, ce sont aussi les moustiques qui s’en donnent à coeur joie, et parmi eux le redoutable moustique tigre, Aedes albopictus, potentiel vecteur de la dengue, du chikungunya et du Zika ! Arrivé en France en 2004, en provenance de l’Asie du sud-est, le moustique tigre est désormais implanté durablement dans une trentaine de départements français et son expansion se poursuit grâce à son excellente adaptation aux milieux urbains et à la capacité de ses œufs à résister aux périodes de froid hivernal.

Pour autant, le moustique tigre n’est que l’une des 3500 espèces de moustiques recensées dans le monde, dont 64 en France métropolitaine (et 238 en Guyane !). Seules environ 200 de ces espèces s’attaquent à l’homme, parmi lesquelles le moustique ordinaire, Culex pipiens, encore très répandu en France mais qui commence à se faire rare à Carnoux où il a été largement supplanté par son cousin asiatique nettement mieux adapté à l’environnement local.

Le classique, Culex pipiens (photo Stephen Doggett, NSW Health Pathology)

La lutte contre les moustiques s’est développée au tout début du XXème siècle, après que le médecin militaire Alphonse Laveran, alors en poste à Alger, a découvert en 1880 que le paludisme était provoqué par un hématozoaire, Plasmodium falciparum, puis a compris le rôle des moustiques de type anophèles dans la transmission de ce parasite. Jusque là, on se contentait de lutter contre la malaria en tentant d’assécher les zones humides. A partir de cette période, les actions sont devenues plus ciblées, et moins impactantes pour ces zones humides qui jouent par ailleurs un rôle majeur pour la biodiversité mais également pour la régulation du cycle de l’eau : diffusion des moustiquaires, introduction massive de gambusies, poissons dont les larves se nourrissent de moustiques et qui se sont révélés particulièrement invasifs, mais aussi campagnes de désinsectisation à coup de produits chimiques peu ragoûtants…

Epandage de DDT sur une plage dans les années 1950

C’est ainsi que dès 1943 et avec l’aide des troupes américaines de débarquement, des campagnes s’organisent pour pulvériser, à l’intérieur même des habitations de certains régions de Corse, un mélange à base de pétrole et de DDT… Dans les années 1960, ce sont les zones côtières du Languedoc qui sont aspergées de DDT par voie aérienne pour les assainir avant d’y développer le tourisme de masse.

La mise en évidence des risques liés à l’utilisation massive de cet insecticide, révélés notamment par le livre de la biologiste américaine Rachel Carson, Printemps silencieux, publié en 1962, mettra progressivement un terme à de telles pratiques. En 1976, la découverte du Bti, Bacillus thuringiensis israelensis, insecticide biologique très sélectif et peu toxique pour les autres espèces, permet de lancer la démoustication dans des zones comme la Camargue qui jusque là avaient été relativement épargnées par ces campagnes du fait de son statut de zone naturelle protégée, et ceci bien qu’elle ait été le théâtre de la dernière épidémie de paludisme connue sur le territoire métropolitain en 1943.

En Camargue, comme sur toute la frange littorale des Pyrénées-Orientales jusqu’aux Bouches-du-Rhône, c’est un établissement public créé en 1958, l’Entente interdépartementale pour la démoustication (IED) qui est chargé de la lutte contre la prolifération des moustiques et principalement des espèces les plus nuisibles pour l’homme que sont Aedes caspius et Aedes detrius, dont les larves se développent en milieu humide. La stratégie adoptée depuis août 2006 en Camargue consiste à identifier les gîtes larvaires qui font l’objet d’une surveillance permettant de déclencher à bon escient les traitements (principalement par voie aérienne) à base du larvicide Bti, qui n’est toxique (par ingestion) que pour les larves de nématodes (dont font partie les moustiques) mais pas pour les autres organismes aquatiques.

Epandage de Bti en Camargue (source Actu environnement)

Ces pratiques sont fortement encadrées et accompagnées d’une démarche de suivi environnemental pour évaluer l’impact de ces interventions sur le milieu naturel. Le Parc naturel de Camargue impose en effet que 10 % de l’enveloppe consacrée à la démoustication soit affectée à un suivi de son impact écologique et sociologique. Or ces études ont mis en évidence que l’effet de ces traitements est loin d’être négligeable et se répercute sur toute la chaîne alimentaire : la destruction des larves de moustiques et de chironomes provoque une diminution de moitié des populations d’odonates (libellules et autres agrions) et de 60 % des araignées, ce qui se traduit déjà par une diminution d’un tiers des passereaux, confirmant s’il en était encore besoin, que tout équilibre écologique est par nature fragile…

Du coup, les recherches s’orientent désormais vers la mise en œuvre de stratégies encore plus ciblées qui visent à réguler les populations de moustiques uniquement là où elles constituent une véritable gêne pour les populations, donc dans les lieux habités. Il s’agit pour cela de mettre en place des pièges à moustiques pour constituer des barrières autour des zones urbanisées.

Schéma de principe d’un piège à moustique artisanal (source : espacebuzz)

L’idée du piège à moustique individuelle est vieille comme le monde et il suffit de regarder sur internet d’excellentes vidéo qui expliquent en détail comment constituer un piège à moustique en coupant en deux une bouteille en plastique au fond de laquelle on dispose un mélange de sucre roux, d’eau et de levure de boulanger, avant de refermer le récipient avec la partie conique renversée : les moustiques attirés par le produit sucré rentrent dans la bouteille mais n’arrivent plus à en ressortir. Le système est efficace mais doit être renouvelé régulièrement.

Les inventeurs de la borne anti-moustiques (source : Qista)

Pour être utilisé à une échelle plus industrielle, d’autres dispositifs existent dont un breveté en 2013 et désormais produit par la société Qista, basée à Aix-en-Provence. Ces BAM, ou bornes anti-moustiques, attirent les moustiques en reproduisant la respiration humaine au repos (par expirations saccadées de gaz carbonique) et en diffusant des composés chimiques à base d’acide lactique proches de la sueur humaine. Les moustiques sont aspirés par un ventilateur dès qu’ils s’approchent du piège et sont retenus dans un filet. Le dispositif a été testé dans un hameau d’Arles en 2015 et s’est avéré particulièrement efficace pour un coût relativement modique tout en se montrant particulièrement sélectif : sur plus de 250 000 insectes capturés, 99,7 % appartiennent à 9 espèces de moustiques ciblées ! En 2016, 15 pièges de ce type ont été mis en place et l’expérience pourrait encore s’étendre.

Piège contre le moustique tigre développé par l’IED (source © France3 Languedoc-Roussillon)

Vis à vis du moustique tigre, des démarches similaires se développent également. La particularité de cette espèce est que les femelles pratiquent une ponte fractionnée en répartissant leurs œufs dans différents endroits jugés propices mais dispersés et peu aisés à détecter. L’idée consiste donc à les attirer dans des gîtes très attractifs mais rendus inaccessibles par une moustiquaire munie d’une chambre de contamination où le moustique s’enduit les pattes d’un peu d’insecticide. Ne réussissant pas à y déposer ses œufs, la femelle ira pondre ailleurs mais en disséminant l’insecticide sur tous ses lieux successifs de ponte, ce qui le rend du coup très opérant sur les futures larves.

Bref, l’ingéniosité humaine dans la lutte contre son ennemi séculaire, le moustique, n’a pas de limite…

L.V.  

La plupart des informations de cet article sont issues du n° 92-93 de l’excellente revue Zones Humides infos publiée par la SNPN (Société nationale de protection de la nature)

Chez les fourmis aussi, certains se la coulent douce…

2 octobre 2015

Contrairement à sa cousine la cigale, la fourmi est travailleuse, bien que peu prêteuse : l’affirmation va de soi, fermement ancrée dans notre inconscient collectif par les fables de La Fontaine que tout écolier français a appris, génération après génération… La fourmilière est même considérée comme l’archétype de la société parfaitement organisée, basée sur une stricte division du travail, où chacun prend sa part de l’organisation collective et fait preuve d’un dévouement à toute épreuve, n’hésitant pas à porter de lourdes charges pour aller emplir les réserves de la colonie.

Blog235_PhFourmi1

Et pourtant, une expérience récente, menée par deux chercheurs de l’université d’Arizona, vient quelque peu mettre à mal ce mythe admirable, comme le relate Pierre Barthélémy dans son blog Passeurs de science. Dans un article paru en septembre 2015 dans la revue scientifique Behavioral Ecology and Sociobiology Daniel Charboneau et Anna Dornhaus expliquent en effet que certaines fourmis se sont fait une spécialité de ne strictement rien faire pendant toute la sainte journée, pendant que leurs congénères s’activent sans relâche pour le bien de la collectivité…

En fait, le constat n’est pas neuf et ceux qui observent les fourmilières se sont aperçu depuis belle lurette qu’une bonne moitié des individus se contentent de glander lamentablement pendant que leurs congénères s’activent en tous sens pour assurer le bon fonctionnement de la collectivité. Mais on pouvait supposer que ce ne sont pas toujours les mêmes qui travaillent et que les fourmis ont simplement développé avant nous le travail posté qui permet à certains de se reposer pendant que d’autres prennent la relève.

Fourmis coupe-feuilles (photo G. Lacz / Rex Features)

Fourmis coupe-feuilles (photo G. Lacz / Rex Features)

Pour en avoir le cœur net, nos deux chercheurs de Tucson (Ariizona) sont aller recueillir cinq petites colonies de Temnothorax rugatulus, une fourmi nord-américaine, et les ont installées dans des nids artificiels imitant les fissures de rochers où vit habituellement cette espèce, mais recouvert d’une plaque de verre pour permettre de les observer. Les fourmis avaient à leur disposition eau, nourriture et grains de sable qu’elles utilisent pour construire des murs dans leurs colonies.

Chaque individu a été repéré avec une série de points de couleurs et les colonies ont été filmées à raison de 18 épisodes de 5 mn chacun, répartis sur une durée de 3 semaines. Il ne s’agit donc pas vraiment d’une observation en continu, mais qui est quand même jugée représentative. Ensuite, chaque séquence a été analysée en repérant soigneusement les activités auxquelles s’adonne chacun des individus : un véritable travail de fourmi, bien évidemment…

Fourmis de l'espèce Temnothorax rugatulus marquées à la peinture pour une expérience (photo © J. Jandt)

Fourmis de l’espèce Temnothorax rugatulus marquées à la peinture pour une expérience (photo © J. Jandt)

Au total, ce sont 225 fourmis dont l’activité individuelle a été ainsi scrutée à la loupe, ce qui a permis de distinguer 4 grandes catégories. Les puéricultrices, qui sont au nombre de 34, prennent soin des œufs et des larves tandis que les ouvrières (26) travaillent principalement hors du nid à l’approvisionnement. Un petit tiers du groupe (62 fourmis) ont été considérées comme des généralistes qui font un peu de tout, depuis la construction du nid jusqu’à leur toilette personnelle ou celle de leurs congénères, en passant par la trophallaxie, cette activité si particulière qui consiste à régurgiter un peu de nourriture dans le « jabot social » des fourmis trop occupées pour prendre le temps de se nourrir elles-mêmes.Blog235_PhFourmis2

Quant aux 103 fourmis restantes, elles sont décrites par les chercheurs comme de simples oisives qui ne font quasiment rien, quelle que soit la période à laquelle on les observe : de véritables glandeurs professionnels, spécialisés à ne rien faire !

Les deux chercheurs se perdent en conjectures quant aux raisons d’une telle aptitude de certains individus au farniente prolongé. Ils observent que cette catégorie de fourmis semble fuir les interactions sociales avec ses congénères, ce qui pourrait expliquer qu’elle manque d’information quant à la nature du travail qui l’attend, à moins tout simplement qu’elle évite soigneusement de le savoir, préférant se la couler douce pendant que les autres s’échinent aux tâches ménagères…

Blog235_PhLivreWerberIl faudra certainement de plus longues périodes d’observation pour confirmer ce constat étonnant qui semble indiquer que la société des fourmis, que l’auteur Bernard Werber avait su si bien évoquer dans ses romans, n’est finalement pas si éloignée des sociétés humaines en général et du monde du travail en particulier. Qui n’a jamais observé avec quelle habileté certains se débrouillent pour faire semblant de s’activer en tout sens sans jamais rien faire de réellement efficace pour la collectivité ?

Retenons en tout cas que les fourmis arrivent semble t-il à se débrouiller même avec une petite moitié d’oisifs, ce qui n’est pas forcément très éloigné de ce qui se passe dans notre propre société et finirait presque par être rassurant…

L. V. LutinVertPetit

Relaxe d’Emmanuel Giboulot : matière à réflexion…

8 décembre 2014

Emmanuel Giboulot, c’est ce viticulteur bourguignon, qui avait été condamné en avril 2014 à une amende pour avoir refusé en 2013 de traiter ses 10 hectares de vignes contre la flavescence dorée et qui vient finalement d’être relaxé par la Cour d’appel de Dijon, jeudi 4 décembre 2014.

Emmanuel Giboulot (photo AFP / Jeff Pachoud)

Emmanuel Giboulot (photo AFP / Jeff Pachoud)

Son cas a été très largement médiatisé puisque même le New York Times l’a évoqué dans un éditorial et que le quotidien Le Monde lui a consacré plusieurs articles en avril et en décembre 2014. Une pétition lancée par l’Institut pour la protection de la santé naturelle, association basée à Bruxelles, et très largement relayée par de nombreux acteurs, a rassemblé plus de 540 000 signatures, tandis qu’une page Facebook dédiée recueillait près de 130 000 « likes ».

« C’est une victoire de la mobilisation citoyenne, c’est être lanceur d’alerte », a ainsi déclaré, devant son comité de soutien, le viticulteur à l’issue du prononcé de l’arrêt de la cour. « Il y a une prise de conscience de plus en plus importante quant à l’importance de réduire l’usage des pesticides, qui me donne des espoirs pour l’avenir de l’agriculture », ajoute-t-il, interrogé par Le Monde. Bref, cet arrêt de justice a été salué par la quasi totalité des défenseurs de l’environnement comme une victoire symbolique du pot de terre porté par un adepte de l’agriculture biologique, contre le pot de fer que représenterait le rouleau compresseur de l’industrie agrochimique aidée par les oukases des fonctionnaires bornés des services préfectoraux. Une bataille exemplaire donc mais qui mérite peut-être d’en décortiquer un peu plus en détail les tenants et les aboutissants car tout n’est peut-être pas aussi simple qu’on ne le souhaiterait…

Cicadelle de la vigne

Cicadelle de la vigne

L’affaire remonte à juin 2013, lorsqu’est pris un arrêté préfectoral imposant à tous les viticulteurs de Côte d’Or de traiter leurs vignes contre la flavescence dorée, à titre préventif et alors que les foyers de cette maladie ne sont pas avérés localement. Il faut dire que cette maladie, apparue en France en 1949 et causée par un champignon de type phytoplasme, est mortelle pour la vigne : lorsqu’un plant de vigne est atteint, tout le vignoble situé dans un rayon de 1 km est directement menacé car la maladie se répand par l’intermédiaire d’un insecte vecteur, la cicadelle (Scaphoideus titanus), importée d’Amérique du Nord.

Depuis 1987, deux arrêtés ministériels ont été pris pour organiser à l’échelle nationale la lutte contre cette maladie que certains comparent au phylloxera qui a détruit une large partie du vignoble français entre 1860 et 1900. Répandue surtout dans le sud-est de la France, cette maladie se propage désormais sur tout le territoire, y compris en Bourgogne où des parcelles ont dû être arrachées en Saône-et-Loire en 2011 et 2012, ce qui explique la vigilance des services techniques de l’État rattachés désormais à la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF) et qui craignent alors une propagation vers la Côte d’Or voisine.

Vigne atteinte de flavescence doréee

Vigne atteinte de flavescence doréee

En 2013, lorsqu’est pris un arrêté imposant le traitement des vignes de Côte d’Or, Emmanuel Giboulot refuse d’obtempérer, jugeant le risque insuffisamment caractérisé. Ses arguments ne manquent pas de bon sens car les traitements connus ne sont pas anodins. En agriculture biologique, le seul traitement autorisé est le Pyrevert, à base de pyrèthre, un insecticide efficace contre la cicadelle mais à large spectre et qui détruit bien d’autres insectes auxiliaires, remettant complètement en cause l’équilibre de l’écosystème auquel veille ce vigneron qui conduit son exploitation en biodynamie. Paradoxalement, le traitement conventionnel disponible est nettement plus ciblé, mais de fait interdit en agriculture biologique…

Ce refus d’obtempérer est jugement suffisamment grave par les services de l’État – d’autant que quelques ceps contaminés ont bien été observés dans le département en octobre 2013 – pour que le vigneron récalcitrant soit assigné en justice. Risquant 30 000 € d’amende et 6 mois d’emprisonnement, M. Giboulot est finalement condamné le 7 avril 2014 par le Tribunal correctionnel de Dijon à une amende de 1 000 € dont la moitié avec sursis. Une peine totalement symbolique donc puisque son montant est très inférieur à celui du traitement qu’il a ainsi économisé (ce que ne manquent d’ailleurs pas de relever ses détracteurs, soulignant que l’affaire a été un formidable coup de publicité pour ce personnage très médiatique!).

La relaxe prononcée par la Cour d’appel n’aura toutefois pas valeur de jurisprudence car la loi a évolué depuis, ce qui confirme a posteriori que la démarche des services de l’État manquait en effet sans doute de discernement. De fait, les arrêtés pris en 2014 pour rendre le traitement obligatoire ont été nettement plus ciblés, portant uniquement sur les communes réellement menacées, ce qui aurait permis de diminuer d’un tiers la quantité d’insecticide épandu.

Dominique Técher, "vigneron-paysan" à Pomerol (photo Jean-Pierre Stahl)

Dominique Técher, « vigneron-paysan » à Pomerol (photo Jean-Pierre Stahl)

Au delà de cette évolution plutôt positive, M. Giboulot plaide pour un accroissement des recherches en vue de mettre au point des traitements alternatifs. Les essais qu’il propose, à base de silice ou de kaolinite qui perturbent quelque peu le développement des larves de cicadelles, ne paraissent néanmoins guère convaincantes à ce stade. En revanche, d’autres voies mériteraient d’être explorées si l’on en croit une source relayée par Le Monde qui cite les réflexions de Dominique Técher, un vigneron de Pomerol dans le Bordelais et ancien membre de la commission départementale de lutte contre la flavescence dorée, qui préconise plutôt d’agir à la source, considérant qu’il est illusoire d’espérer éradiquer la cicadelle à coup d’insecticide. Il considère qu’il faudrait plutôt faire porter les efforts sur les plants de vigne eux-même en s’assurant de ne planter aucun cep contaminé, ce qui nécessiterait une meilleure traçabilité des pépiniéristes et la généralisation des pratiques de chauffe à 50 °C avant de planter, même si cela se traduit par des surcoûts. « Mais ça vaut mieux que d’arroser tout un département de pesticides ! » conclue t-il…

Comme quoi le débat lancé par cette affaire de la flavescence dorée mérite en effet réflexion… On comprend bien que le débat qui agite les viticulteurs confrontés à ce type de fléau ne se résume pas à un simple choix idéologique et économique quant aux méthodes à employer et qu’il est important qu’ils puissent trouver à leurs côté des chercheurs éclairés et des services techniques ouverts, et pas seulement des marchands de produits insecticides dont l’unique objectif est d’augmenter leur chiffre d’affaire. Il est temps d’admettre que l’agriculture concerne chacun d’entre nous et mérite des investissements publics adaptés !

L. V. LutinVertPetit

Moustique tigre : un cas de dengue à Aubagne

6 octobre 2014

Le moustique tigre, Aedes albopictus, est désormais présent et bien implanté dans les Bouches-du-Rhône depuis au moins 2009. Signalé dans les Alpes-Maritimes depuis 2004, il a désormais colonisé toute la vallée du Rhône et on l’a même aperçu cette année jusqu’en Gironde, ce qui tend à confirmer que cet insecte s’acclimate très bien dans nos contrées... Tout va bien pour lui, merci !

Moustique tigre à l'action...

Moustique tigre à l’action…

Du fait de sa remarquable capacité d’adaptation, les maladies pour lesquelles il sert d’hôte vecteur, se propagent également à grande vitesse dans le monde. C’est en particulier le cas du chikungunya et de la dengue. Cette dernière, souvent dénommée « grippe tropicale », est caractéristique des zones tropicales à subtropicales où elle toucherait 50 millions de personnes chaque année, d’après l’OMS, dont 500 000 atteintes de dengue hémorragique, mortelle dans 20 % des cas. Ainsi dans les seules Antilles françaises (Martinique et Guadeloupe), 86 000 cas de dengue ont été répertoriés en 2014, ce qui donne une idée de l’ampleur du phénomène.

Mais la dengue commence peu à peu à se propager aussi en Europe. Pour l’instant, la grande majorité des cas sont importés, c’est à dire se développent sur des personnes à leur retour de voyage dans un pays où ils ont été infectés. Cependant, deux premiers cas autochtones, c’est à dire touchant des personnes qui n’ont pas voyagé en dehors de la zone dans les 15 jours précédents, ont été signalés dès 2010 près de Nice. Et l’été 2014 voit se poursuivre la tendance inquiétante avec trois nouveaux cas déclarés.

Le premier a été signalé par l’ARS dans le Var, le 21 août 2014, ce qui a amené à placer ce département en niveau 2 du plan national anti-dissémination du chikungunya et de la dengue, avec mise en œuvre de mesures de démoustication dans les environs de la résidence du patient. Un deuxième cas a été signalé, toujours dans le Var, près de Toulon, le 12 septembre. Enfin, le 19 septembre, un troisième cas de dengue autochtone a été signalé, à Aubagne cette fois. Dans ce dernier cas il semblerait que le virus ait été importé par un voisin de la victime qui avait contracté la maladie au retour d’un séjour en Thaïlande et le virus a été transmis par un moustique local.

Représentation du virus de la dengue (source Atlanta 2010)

Représentation du virus de la dengue (source Atlanta 2010)

Dans les trois cas, les personnes affectées ont été rapidement guéries et leur cas n’inspire aucune inquiétude. Souvent bénigne, la maladie provoque une forte fièvre accompagnée de maux de tête intenses, de vomissements, de douleurs musculaires et articulaires, et d’une éruption cutanée ressemblant à celle de la rougeole. La durée d’incubation est de 2 à 7 jours. On observe généralement une brève rémission 3 à 4 jours après les premiers symptômes, puis ceux-ci s’intensifient, avec parfois des saignements de nez ou des hémorragies conjonctivales, et les symptômes disparaissent rapidement au bout d’une semaine sans laisser de séquelle. Seule la forme hémorragique est réellement dangereuse.

Il n’existe pour l’instant aucun traitement ni vaccin contre la dengue même si de très nombreuses recherches sont en cours. La seule parade consiste donc à se protéger contre les moustiques et à supprimer les sites favorables à leur développement, à savoir tous les lieux humides avec un peu d’eau stagnante. La période d’activité des moustiques tigres dans nos régions s’étend principalement entre début mai et fin octobre, mais cet insecte s’avère remarquablement résistant au froid des périodes hivernales, ce qui explique qu’il s’adapte si bien à notre climat méditerranéen. Bref, un hôte encombrant avec qui il va falloir s’habituer à cohabiter en ces périodes de réchauffement climatique…

L. V. LutinVertPetit

Les fourmis de la Crau : un chantier à haute intensité de main d’œuvre !

10 août 2014
Constat des dégâts après la rupture du pipeline (photo © RNCC – CEN PACA)

Constat des dégâts après la rupture du pipeline
(photo © RNCC – CEN PACA)

Le 7 août 2009, un garde de la réserve naturelle des coussouls de Crau a la désagréable surprise d’observer un geyser de pétrole brut en plein milieu de la plaine de Crau, un écosystème très particulier qui s’étend entre Arles et Fos-sur-mer, et dont une grande superficie est classée Natura 2000.

Ce fameux coussoul de Crau constitue en effet un milieu naturel très spécifique. Cette immense plaine caillouteuse est issue des dépôts alluvionnaires de la Durance qui y avait là son delta avant qu’elle ne change son cours pour aller se jeter dans le Rhône. Le sol est ainsi constitué d’une épaisse couche de galets plus ou moins cimentés et a donné naissance à un milieu d’apparence hostile recouvert d’une maigre végétation, broutée par des générations de moutons, grillée par le soleil provençal et balayée par les furieux assauts du mistral que rien n’arrête.

Blog93_PhCrau

Ganga cata dans la Crau

Ganga cata dans la Crau

Mais cette steppe aride, proche de celles d’Afrique du Nord ou de l’Espagne, est aussi un écosystème d’une incroyable richesse où l’on peut observer près de 300 espèces d’oiseaux sur les 479 répertoriées en France ! Parmi celles-ci se trouvent le faucon crécerelle, l’outarde canepière ou encore le ganga cata dont la Crau constitue le seul habitat connu en France. D’autres espèces sont également emblématiques des coussouls de Crau, dont le lézard ocelé ou le criquet rhodanien sans aile…

Bref, on comprend l’émoi du garde face à cette marée noire qui se déverse en ce petit matin d’août 2009 sur près de 5 hectares… Le coupable est un oléoduc enterré à faible profondeur et qui conduit le pétrole depuis le l’étang de Berre vers les zones de raffinage et les complexes pétrochimiques de Feyzin et de l’axe rhénan en Allemagne. Il appartient à la Société du pipeline sud-européen, la SPCE, une filiale des majors du pétrole (Shell, Exxon, Total et BP). Malgré l’alerte précoce, la quantité de pétrole répandue est estimée à environ 5000 tonnes avec un risque de pollution pour la nappe phréatique qui est exploitée pour l’approvisionnement en eau potable.

Vue aérienne de la pollution en 2009

Vue aérienne de la pollution en 2009

Des systèmes de pompage sont aussitôt mis en place pour éviter que les hydrocarbures n’aillent migrer dans la nappe et un chantier énorme d’excavation est entrepris sans tarder. Ce sont au total 72 000 m3 de terre souillées qui sont décaissés et mis en décharge, le chantier de dépollution mobilisant près de 50 hectares. Des biologistes de l’Institut méditerranéen de biologie et d’écologie, l’IMBE, un laboratoire de l’université d’Avignon rattaché au CNRS, sont mis à contribution. Une carrière proche est remise en exploitation pour y extraire les terrains de substitution, lesquels sont mis en place en respectant l’ordre des horizons pédologiques et en tentant de conserver la faune d’invertébrés qui les a colonisés.

Au total, la SPCE affirme avoir dépensé de l’ordre de 50 millions d’euros pour remettre en état le site. Assignée en justice par deux associations de protection de l’environnement, dont France Nature Environnement, la société vient d’être condamnée le 29 juillet 2014 par le Tribunal correctionnel de Tarascon, à payer une amende dérisoire de 75 000 euros, assortie de 400 000 euros de dommages et intérêts, les juges ayant considéré que la société avait entrepris des efforts incontestables pour réparer autant que possible les dommages occasionnés.

Fourmi moissonneuse au travail (photo R. Jaunâtre - CNRS-IMBE)

Fourmi moissonneuse au travail (photo R. Jaunâtre – CNRS-IMBE)

Pour tenter de recréer l’écosystème, la SPCE a subventionné l’équipe de chercheurs de l’IMDE afin de mettre en place une démarche originale en vue de réinstaller la végétation initiale malgré l’aridité du climat et les conditions naturelles assez hostiles. Le programme de recherche imaginé par Thierry Dutoit et son équipe s’appuie sur une main d’œuvre locale toute trouvée, l’une des 14 espèces de fourmis présentes dans la Crau, en l’occurrence les fourmis moissonneuses (messor barbarus). Les ouvrières de cette espèce ont en effet la particularité d’aller rechercher des graines jusqu’à une trentaine de mètres de leur nid et ceci plusieurs fois par jour. Malgré leur ténacité, il arrive fréquemment qu’elles perdent leur fardeau en chemin, si bien qu’elles jouent gratuitement le rôle de semoir manuel.

Introduction d'une reine sous un galet (photo IMDE)

Introduction d’une reine sous un galet (photo IMDE)

A l’automne 2011, les chercheurs de l’IMDE ont donc récupéré près de 200 reines qu’ils ont acclimatées sur les 5 hectares pollués en 2009 ainsi que sur un autre espace de 375 hectares jadis exploité en verger et rendu à sa vocation naturelle. Protégées sous un galet, les reines ont pondu et produit les premières équipes d’ouvrières dès l’année suivante. Trois ans plus tard, 40% des reines fondatrices ont survécu, chaque nid comprenant entre 8000 et 20000 ouvrières qui travaillent d’arrache-pied à la revégétalisation du secteur. Une belle tentative de restauration écologique dont l’avenir dira si l’opération peut être reproductible dans d’autres écosystèmes…

L. V. LutinVertPetit 

Le moustique tigre…. la suite…

1 mai 2013

La surveillance du moustique tigre, transmetteur notamment de la dengue et du chikungunya, va démarrer le 1er mai dans 17 départements du sud de la France.

Aedes albopictus

Aedes albopictus

La surveillance estivale du moustique tigre, Aedes albopictus, une espèce capable de transmettre des maladies telles que la dengue et le chikungunya, concernera, dès mercredi, 17 départements français situés principalement dans le sud du pays, a annoncé mardi le ministère de la santé.
Huit nouveaux départements, le Lot-et-Garonne, les Pyrénées-orientales, l’Aude, la Haute-Garonne, la Drôme, l’Ardèche, l’Isère et le Rhône sont venus s’ajouter l’an dernier à la liste des départements où le moustique est désormais définitivement implanté.

Mais le moustique tigre a également été détecté de manière ponctuelle en Gironde, Pyrénées-Atlantique, Aveyron, Saône-et-Loire, Ain, Savoie et Haute-Savoie, précise la Direction générale de la Santé (DGS) dans un communiqué.

Originaire d’Asie et implanté depuis de nombreuses années dans certains départements d’Outre-mer, il est apparu en métropole en 2004, dans les Alpes Maritimes, avant d’être aperçu en Corse et dans le Var en 2007, puis dans les Alpes de Haute-Provence et certains quartiers de Marseille en 2010. En 2011, il s’est également installé dans l’Hérault, le Gard et le Vaucluse.

« Il n’y a pas, à l’heure actuelle, d’épidémie de dengue ou de chikungunya dans ces départements » précise le communiqué de la GDS qui rappelle qu’un dispositif de lutte contre le moustique existe depuis 2006.

Il est actualisé chaque année et renforcé à partir du 1er mai et jusqu’à la fin de la période estivale. Il inclut une surveillance des populations de moustiques et des cas humains ainsi qu’une sensibilisation des personnes résidant dans les zones ou la présence du moustique est avérée.

Dans ses recommandations, la DGS relève qu’il est « important de supprimer les eaux stagnantes qui permettent la reproduction du moustique à l’intérieur et surtout autour de son domicile » (soucoupes de pots de fleurs, vases, gouttières mal entretenues, pneus usagés…).

Par ailleurs, les personnes se rendant dans des pays où circulent les virus du chikungunya et de la dengue doivent se protéger des piqûres de moustiques, dans ces pays mais également à leur retour si elles résident dans les départements où le moustique est implanté.

Pour la première fois en 2010, des cas autochtones de dengue (2 cas) et de chikungunya (2 cas) avaient été identifiés pendant l’été dans les Alpes-Maritimes et le Var.

Un dossier complet sur la dengue et le chikungunya est disponible sur le site www.sante.gouv.fr

Ndlr : 17 départements français : Il s’agit des Alpes-Maritimes, de la Haute-Corse, de la Corse du Sud, du Var, des Alpes-de-Haute-Provence, des Bouches-du-Rhône, du Gard, de l’Hérault, du Vaucluse, du Lot-et-Garonne, des Pyrénées orientales, de l’Aude, de la Haute-Garonne, de la Drôme, de l’Ardèche, de l’Isère et du Rhône.

Le Carnussien Vigilant Masqué.... Clic...

Après le moustique tigre, le charançon rouge…

5 décembre 2012

2 charançons rouges des palmiers capturés à Nice

Les charançons rouges sont de redoutables prédateurs qui ont pour cible les palmiers, très nombreux sur la Côte d’Azur. En dépit des mesures de prévention et d’éradication, ils progressent dangereusement.

 Le coléoptère a une "attirance particulière" pour le palmier

Le coléoptère a une « attirance particulière » pour le palmier

Le coléoptère, très agressif, menace le patrimoine paysager constitué de presque 100.000 palmiers, qui sont à la fois le symbole de la diversité et la signature de la Côte d’Azur.
Des pièges ont été posés sur les arbres menacés. Les 6 et 13 novembre dernier, deux Charançons rouges des Palmiers ont ainsi été capturés à Nice. Le premier au Castel des Deux Rois à l’est de Nice et le deuxième à l’aéroport Nice-Côte-d’Azur.
La ville de Nice, conformément aux préconisations du Comité de Pilotage azuréen (COPIL CRP 06) de lutte intercommunale contre le Charançon Rouge des Palmiers a aussitôt effectué une campagne de contrôle des palmiers et d’information auprès des propriétaires situés en zone contaminée, soit dans un périmètre de 200 mètres, avec les équipes de bénévoles de la Réserve Civile citoyenne.
Trois palmiers privés suspects ont été identifiés et ont fait l’objet d’un premier contrôle rapproché. Un examen plus approfondi est en cours. Ces captures confirment la réalité de la menace qui pèse sur le patrimoine végétal de la Côte d’Azur et justifient les efforts entrepris depuis 2009 par les collectivités partenaires contre le charançon.
Les propriétaires de palmiers doivent être mobilisés plus que jamais contre ce nuisible, en exerçant une surveillance attentive et régulière de leurs palmiers par des professionnels agréés.
En janvier 2013, un Colloque scientifique international sera organisé à l’Opéra de Nice, ville pilote, afin de réunir l’ensemble des pays concernés et faire le point sur les méthodes de lutte les mieux appropriées pour une meilleure coordination à l’échelle méditerranéenne. La Ville de Nice et les 35 communes partenaires du COPIL CRP 06 ainsi que la Principauté de Monaco continuent à unir leurs efforts pour faire reculer l’infestation et protéger les palmiers azuréens.

Pour en savoir plus sur le charançon rouge

Le Carnussien Vigilant Masqué....Clic....

Le moustique tigre chez nous : quel risque sanitaire ?

30 novembre 2012
Aedes albopictus

Aedes albopictus

Nous étions plus de 60 à être venus écouter le docteur Marie Vazeille chercheur à l’Institut Pasteur de Paris, spécialisée dans l’étude des moustiques porteurs de virus, le 26 novembre 2012 à la salle Tony Garnier à Carnoux.

En effet beaucoup de personnes s’étaient fait piquer, cet été dans la région, par ces moustiques dont l’abdomen et les pattes sont rayés, d’où leur nom : moustique « tigre ».

JC. B avait déjà fait un article dans notre blog dès le mois de septembre suivi par la réaction de notre maire. On vient enfin de lire la page dans le bulletin municipal, Le Messager d’octobre, faisant suite à une directive préfectorale du début d’année sur la conduite à tenir  à propos de ces moustiques. Cependant le complément d’information était bien nécessaire eu égard aux nombreuses questions qui ont suivi l’exposé particulièrement didactique de Marie Vazeille. On peut d’ailleurs être déçus qu’aucun représentant de la mairie ne fût présent pour cette séance d’information ouverte à tous…

Le moustique tigre ou Aedes albopictus est un moustique de la même famille que les anophèles qui transmettent le paludisme. C’est un moustique qui transmet des maladies virales par le sang.

MoustiqueTigre3

Le cycle de reproduction dépend de la température ambiante, il est d’une semaine à 25°C. Il sera d’autant plus court que la température est plus élevée. Après la fécondation, la femelle va faire son repas de sang en piquant un vertébré (dont les humains) pour le développement de ses œufs (plus d’une centaine) qu’elle va pondre dans des zones humides : naturels comme des creux d’arbres, de pierre ou artificiels comme les pneus, les gouttières, les coupelles sous les pots de fleurs etc. Il peut donc vivre dans les zones urbaines ou rurales. Les œufs survivent à la sécheresse et au gel, ce qui a permis l’expansion de ce moustique dont l’origine n’était qu’asiatique y compris le Japon. Les premiers moustiques « tigres » sont identifiés en Europe en Albanie en 1979 et en France en 2004.

La direction générale de la santé va depuis déposer des pondoirs dans le territoire français pour surveiller l’expansion du moustique aujourd’hui localisé essentiellement dans le midi de la France et dans la région parisienne.

Le moustique « tigre » peut transmettre les virus de la dengue et le chikungunya. Si le moustique « tigre » lors de son repas de sang pique un malade, il va lui-même être infesté, sans être malade, mais il va transmettre le virus lors des autres piqures et cela tout au long de sa vie qui dure environ un mois. Nous nous souvenons de l’épidémie de chikungunya à la Réunion : 3000 cas en 2005, 266000 cas en 2006 soit le 1/3 de la population (une centaine de morts) et en Italie en 2007 : première épidémie en pays tempérée : 250 cas à partir d’un seul voyageur malade.

En France chaque année on peut compter quelques centaines de cas importés d’Asie ou d’Afrique. En 2010  deux fillettes dans le Var ont développé le Chikungunya de façon autochtone. Avec l’activation du plan national anti-dissémination : les deux foyers sont restés circonscrits. Les deux maladies : la dengue et le chikungunya sont des maladies à déclaration obligatoire. Elles provoquent de très fortes fièvres avec céphalées et douleurs dans les muscles et les articulations qui peuvent pour le Chikungunya durer jusqu’à une année. Il n’y a pas de vaccination  pour aucune de ces deux maladies.

Aedes albopictus pique pendant la journée mais souvent au levé du jour et à la tombée de la nuit. Il n’y a pas de traitement spécifique. Il faut se protéger des piqures : moustiquaire, repellents en crème ou spray, diffuseurs électriques d’insecticides, serpentins etc.

Il faut surtout agir à la source pour que les moustiques ne se développent pas dans l’environnement immédiat. Eliminer les sites larvaires autour de chez soi : eaux stagnantes : fond de piscine, pots de fleurs. Les campagnes d’information et d’éducation sanitaire sont nécessaires, pour que certains responsables administratifs locaux et certains propriétaires comprennent l’enjeu de cette prévention afin de réduire le développement de ces moustiques même si aujourd’hui nous ne sommes pas dans une phase aigue de développement d’une maladie virale elle peut se développer très rapidement dans une population non protégée que nous sommes.

Au cours du débat, plusieurs intervenants ont posé la question de savoir comment les simples citoyens peuvent intervenir sur ce problème sanitaire. Dans un premier temps, on peut compléter son information (et celle de ses voisins!) en utilisant les sites suivants :

http://www.ars.paca.sante.fr/Moustique-tigre.140275.0.html

http://www.albopictus.eid-med.org/images/albo06/video/video.swf

Si l’on est confronté à des voisins récalcitrants, on peut contacter l’Entente Interdépartementale de Démoustication installée à Montpellier, tel.: 04 67 63 67 63 où des techniciens très compétents peuvent donner des indications concrètes. Ces gens ont même le droit, dans la partie ouest du département des BdR, de pénétrer chez des habitants qui refuseraient de prendre les précautions indispensables.

En principe, ce n’est pas le cas à Carnoux, mais la municipalité peut et doit intervenir dans ces cas-là par une mise en demeure de procéder à l’élimination de toute pièce d’eau stagnante.

Vous pouvez avoir accès au diaporama de la conférence que Marie Vazeille nous a gentiment donné en cliquant ici.

Le Carnussien Vigilant Masqué.... Clic...

                                                C.T et JC.B

Le Maire et les moustiques…

8 octobre 2012

Le 13 septembre dernier nous informions dans ce blog la population de Carnoux de la découverte de la présence du moustique tigre sur la commune, voir ici.

Guy Hélin (élu liste d’opposition) avait alors interpellé le Maire sur ce sujet.

Voici, ci dessous, le courrier qu’il a reçu de la part de l’adjointe au Maire de Carnoux en réponse à son interpellation…. Apparemment, il en sera question dans le prochain numéro du Messager….?

le courrier de l’adjointe au Maire de Carnoux

Réaction immédiate d’un carnussien que nous reproduisons ici : « Ce maire !! toujours un train de retard. En parler alors que l’hiver approche…! Enfin, au moins il est au courant pour l année prochaine…. »

Affaire à suivre…..