Posts Tagged ‘Etats-Unis’

Actualité internationale : petite séance de rattrapage

9 septembre 2019

Vous étiez en vacances cet été, sur une île perdue du Pacifique, en randonnée dans les Andes péruviennes, en méharée au Tadjikistan ou, plus prosaïquement dans la maison de campagne de votre grande tante, perdue au fin fond de la Creuse, dans le désert numérique de la France profonde. Bref, pour une raison ou pour une autre, vous êtes resté quelque peu à l’écart de l’actualité internationale. Oui, mais voilà, c’est la rentrée et, curiosité aidant, vous aimeriez bien savoir en quelques mots ce qu’il a bien pu se passer dans le monde pendant les mois de juillet-août.

Axelle Degans, rédactrice de la rubrique mensuelle d’actualité internationale sur le site Diploweb

Pas de panique, Axelle Degans, agrégée d’histoire et enseignante en classes préparatoires au lycée Faidherbe à Lille, a veillé sur le monde pour vous et il suffit de consulter ses excellentes synthèses mensuelles sur le site Diploweb.com, spécialisé en géopolitique. Pour l’été 2019, les mois de juillet-août sont rassemblés en un seul article qui permet en quelques lignes de retenir l’essentiel des faits marquants de l’été.

Petit florilège donc, pour ceux qui ont préféré musarder au soleil plutôt que de se tenir informé de l’actualité mondiale estivale.

Le nouveau Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, le soir des élections législatives le 7 juillet 2019 à Athènes (photo © Louisa Gouliamaki / AFP)

En Grèce, rappelons-nous, le 7 juillet 2019, ont eu lieu des élections législatives anticipées suite au revers subi par le parti d’Aléxis Tsipras lors des Européennes de mai. Et bien évidemment, le parti Syriza a de nouveau été battu, arrivant en deuxième position derrière le parti de droite, Nouvelle Démocratie qui obtient (de justesse néanmoins) la majorité des sièges après avoir déjà remporté haut la main les élections locales début juin. C’est donc le conservateur Kyriákos Mitsotakis, issu d’une famille habituée à gouverner le pays, qui est le nouveau premier ministre grec.

Au Moyen-Orient, les tensions s’aggravent notamment en Iran où le gouvernement a annoncé ne plus se conformer à ses engagements sur la limitation de l’enrichissement de l’uranium après que l’accord multilatéral signé en 2015 a été dénoncé par Donald Trump. La guerre des tankers se poursuit dans le Golfe persique où Téhéran a arraisonné un pétrolier britannique, alimentant la hausse du cours de l’or noir tandis que les bombardements se poursuivent au Yémen et que l’Arabie Saoudite annonce l’accueil prochain de troupes américaines sur son sol, une première depuis la guerre d’Irak en 2003.

Pétrolier battant pavillon britannique arraisonné par les Gardiens de la Révolution iraniens en juillet 2019 (photo © Hasan Shirvani / AFP)

En Inde, le premier ministre nationaliste, Narendra Modi, a mis brutalement fin à l’autonomie de la partie indienne du Cachemire, le Jammu-et-Cachemire, revenant ainsi sur l’article 370 de la constitution indienne qui confère à cette région un statut spécial et aggravant encore, s’il en était besoin, les tensions avec ses voisins pakistanais.

Aux États-Unis, le président fantasque Donald Trump insiste à plusieurs reprises durant l’été, sur sa proposition d’acheter le Groenland dont il convoite la position stratégique dans le contexte du changement climatique qui donne la possibilité d’ouvrir de nouvelles voies maritimes dans le Grand Nord et surtout d’exploiter un jour les immenses richesses minérales de ce vaste territoire. La requête a été accueillie plutôt fraichement par les Danois…

Réunion des chefs d’Etats du G7 à Biarritz, avec le secrétaire général de l’ONU et le président du Conseil européen (photo © M. Kappeler / DPA Picture-Alliance / AFP)

La réunion du G7 à Biarritz, fin août, n’a guère permis d’apaiser les tensions internationales. L’absence de la Russie, exclue du dispositif depuis son annexion de la Crimée en 2014, de la Chine, de l’Inde, du Brésil (dont il a été question à cause des incendies en Amazonie) et de la plupart des pays émergents, ajoutée à l’insouciance des Américains et aux préoccupations des Britanniques toujours concentrés sur le Brexit ne pouvaient de toute façon guère laisser espérer de grandes décisions…

Démonstration de force de la police chinoise aux portes de Hongkong le 7 août 2019 (photo © AFP / Le Parisien)

Les manifestations se poursuivent à Hongkong où la police montre les muscles et où Pékin prépare ses troupes pour intervenir en cas de besoin, tandis que la contestation continue en Algérie où le Président du Parlement a présenté sa démission alors que la rue réclame le départ de l’exécutif qui gère l’intérim en attendant l’organisation de nouvelles élections. En Russie, des manifestions ont été organisées, malgré de violentes répressions, pour protester contre l’éviction de nombre de candidats aux élections prévues en septembre tandis que Vladimir Poutine fête ses 20 ans au pouvoir.

Inondation en Inde le 16 juillet 2019 (photo © AFP / STR / Sciences et Avenir)

En Afrique centrale et notamment en République démocratique du Congo, une épidémie liée au virus Ebola sévit, qui a déjà causé la mort d’au moins 1800 personnes en un an. En Asie du Sud-Est, les pluies de mousson et les inondations qui s’en sont suivi ont causé au moins 1500 décès et de graves dégâts matériels, tandis que le mois de juillet 2019 est d’ores et déjà considéré comme le plus chaud jamais observé à l’échelle planétaire, changement climatique oblige.

Bref, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Tout compte fait, il eut peut-être cependant mieux valu que vous restiez encore un peu chez votre grande tante de la Creuse ou sur le dos de votre chameau Tadjik car le mois de septembre ne s’annonce pas forcément plus réjouissant…

L. V.

A Las Vegas, les criquets s’invitent au casino

31 juillet 2019

Las Vegas fait partie de ces villes mythiques, constitutives du rêve américain. Créée en 1855, dans une vaste cuvette entourée de chaînes montagneuses, par une poignée de Mormons venus évangéliser les Indiens, son emplacement a justement été choisi car s’y trouvaient quelques prairies arrosées par des sources d’eau artésiennes, un vrai miracle en plein désert des Mojaves, le plus aride des États-Unis.

Depuis, la ville s’est fortement développée grâce en particulier à l’industrie du jeu et à l’implantation de multiples casinos, surtout lorsque l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro à Cuba en 1959 a conduit la Mafia américaine à rapatrier ses actifs dans une région plus accueillante pour ses propres affaires.

Le Club Arizona, un des premiers lieux de jeux implanté à Las Vegas au début du XXe siècle (source © casinospielen)

La ville est devenue depuis la principale destination touristique du pays et attire chaque année pas moins de 40 millions de touristes qui s’ajoutent aux quelques 2 millions de résidents permanents de l’agglomération, eux même en croissance très rapide puisqu’ils augmentent en moyenne de 8 000 nouveaux arrivants chaque année. Nourrir et abreuver autant de monde en climat aride, surtout dans les conditions de luxe et de confort auxquels aspire une population de riches touristes en goguette, sachant qu’à Las Vegas on consomme pas moins de 1000 litres d’eau par jour, soit quatre fois plus qu’un Français moyen, voilà qui n’est pas une sinécure.

Barrage de Hoover, édifié en 1932 sur le Colorado, près de La Vegas (source © Visiter Las Vegas)

Il a fallu construire de nombreux barrages dont celui qui alimente le lac Mead, sur le Colorado, un immense plan d’eau artificiel mais qui peine désormais à répondre aux exigences de la population puisque le débit naturel du Colorado ne représente plus que les deux-tiers des besoins de l’agglomération. Les sources artésiennes qui jaillissaient autrefois à l’emplacement de la ville sont taries depuis belle lurette. Les pompages toujours plus nombreux dans les nappes souterraines, destinés aussi à irriguer les cultures intensives nécessaires à l’alimentation de la ville mais très gourmandes en eau dans un climat aussi impropre à l’agriculture, induisent désormais un lent mais inexorable tassement des sols.

La « ville du péché » que certains se plaisent à vilipender pour ses temples du jeu, son essor de la prostitution, ses centres commerciaux démesurés, la ville où l’on vient pour divorcer et se remarier en un tournemain, est aussi une ville qui s’enfonce peu à peu et où l’on vit désormais avec la crainte de devoir un jour manquer d’eau alors qu’on vit en plein désert…

Las Vegas, capitale du jeu… (source © Visit Las Vegas)

Et voilà que ce tableau apocalyptique vient se renforcer par l’arrivée de nuées de criquets qui rappellent furieusement les descriptions bibliques des sept plaies de l’Égypte. Le 26 juillet 2019 en effet, ce sont des nuages compacts de criquets venus du désert alentours qui se sont soudainement abattus sur la ville. Ces nuées de criquets grégaires qui ravagent tout sur leur passage ne sont certes pas une spécificité locale et les populations sahéliennes les observent régulièrement sans que l’on sache très bien pourquoi ces insectes se mettent brutalement à se multiplier pour former ces gigantesques nuées si spectaculaires.

Nuée de criquets au-dessus d’un parking de Las Vegas (source © TWITTER / Business Plan City)

Un hiver et un printemps légèrement plus humides qu’à l’accoutumée suffisent semble-t-il à obtenir une telle multiplication des criquets pour arriver à des masses telles que rien ne semble y résister. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’un tel phénomène est observé dans la région et généralement les nuées d’insectes migrateurs finissent par se déplacer vers le nord et laisser de nouveau la ville à ses habitants, après y avoir néanmoins grignoté à peu près toute la végétation comestible…

Amas de criquets sur des voitures à Las Vegas (source © LCI)

Depuis plusieurs jours, ainsi que les médias américains mais aussi européens s’en sont fait l’écho, il devient difficile de se promener dans les rues de Las Vegas sans se heurter à ces nuages de criquets qui comme par hasard se concentrent précisément le long de l’artère principale, là où se trouvent la majorité des casinos et des restaurants… De nuit, le spectacle est particulièrement impressionnant quand on voit tournoyer ces millions d’insectes de belle taille (plus de 5 cm de longueur !) à la lueur des éclairages qui les attirent inexorablement.

Un spectacle sur lequel ne manquent évidemment pas de gloser les prédicateurs de toute obédience, et pas seulement les Mormons de l’église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, ceux-là mêmes qui ont fondé la ville de Las Vegas au milieu du XIXe siècle sans se douter qu’elle deviendrait un jour, aux yeux de certains, un des symboles mondiaux de la décadence et du vice, et assurément un bel exemple d’un développement bien peu durable.

L. V.

La nouvelle richesse des nations…

29 mai 2019

Comparer la richesse des pays est un exercice difficile tant les situations sont complexes, les contextes variables et les chiffres pas toujours disponibles voire parfois volontairement biaisés pour d’évidentes raisons politiques.

Angus Maddison (photo © archives familiales / The New York Times)

Comparer l’évolution de cette richesse sur de longues durées relève donc de la gageur. C’est pourtant l’exercice auquel s’est livré toute sa vie l’économiste britannique Angus Maddison. Un temps directeur adjoint de la Division du développement économique de l’OCDE, il a aussi été conseiller économique du Ghana et du Pakistan, puis professeur à l’université néerlandaise de Goningue entre 1978 et 1996. C’est à lui que l’on doit notamment d’avoir évalué le PIB de l’empire romain ou d’avoir étudié, sur plus de 1000 ans, l’évolution de la puissance économique de la Chine. Son ouvrage, publié en 1998 et qui porte sur la période 960 à 2030 a même fait l’objet d’une actualisation par l’OCDE en 2007.

Ses travaux sont d’ailleurs jusqu’à présent poursuivis par ses ex-collègues de l’université de Goningue dans le cadre du projet Maddison, qui vise à recueillir et consolider des données sur l’évolution de la population mondiale, pays par pays, depuis l’an 1 après J.-C. (il faut bien commencer quelque part !) ainsi que sur l’évolution de la richesse mondiale sur la même période. Le PIB, ou produit intérieur brut, qui mesure le niveau de richesses produites à un endroit donné et sur une période donnée, par ailleurs si souvent décrié, est le paramètre utilisé pour évaluer cette richesse.

Les résultats de cette analyse ne manquent pas d’intérêt et sont largement consultables sur le site de l’université. Quelques éléments ont d’ailleurs été repris récemment dans un article du Point intitulé pompeusement « Quand l’Europe dominait le monde ». On y constate pourtant que cette domination est toute relative sur le temps long lorsqu’on tente d’analyser (avec toutes les précautions nécessaires liées à la manipulation de telles données, nécessairement sujettes à critique) l’évolution dans le temps de la part des grands blocs géographiques dans la richesse mondiale.

Évolution globale de la répartition du PIB mondial entre les principaux contributeurs nationaux (source © Université de Groningue / Atlantric)

Au 1er siècle, le poids économique de l’empire romain, qui regroupait alors tout le monde occidental, débordant d’ailleurs souvent très au-delà des seules frontières européennes, n’était, tous compte fait, pas si différente de la part qui lui revient au début des années 2000, à savoir de l’ordre de 20 % de la richesse mondiale. A l’époque romaine, les deux autres mastodontes de l’économie mondiale étaient… la Chine et l’Inde, qui, à elles-deux, trustaient plus de la moitié de la richesse mondiale !

A fil des siècles, les choses ont naturellement beaucoup évolué. L’Inde en particulier, qui représentait encore près d’un quart de la richesse mondiale vers 1700, a vu son influence fortement régresser, jusqu’à ne représenter plus que 3 % du PIB mondial en 1973. Mais sa part dans la richesse mondiale est en train de remonter fortement et les prédictions des analystes la situe autour de 11 % vers 2030. Le classement des 30 pays les plus riches en 2018, accessible notamment via le Journal du net, situe désormais l’Inde à la 5e place des pays les plus riches du monde, derrière l’Allemagne mais devant le Royaume-Uni, son ancien colonisateur, et devant la France qui occupe la 7e place dans ce classement. La différence est que le PIB de l’Inde s’est accru de 9,4 % en 2018, alors que celui de la France a diminué de 0,5 %…

Répartition du PIB mondial entre les principaux pays jusqu’en 1820 (source © The Maddison project, université de Groningue / Le Point)

Quant à la Chine, sa part dans la richesse mondiale est restée assez stable, autour de 25 %, jusqu’au début du 18e siècle, avant de s’effondrer à 5 % dans les années 1970. Elle a d’ores et déjà retrouvé son niveau historique et pourrait même le dépasser prochainement puisque les projections estiment que sa part de la richesse mondiale pourrait atteindre 28 % vers 2030. C’est d’ailleurs actuellement le deuxième pays le plus riche du monde, juste derrière les États-Unis mais avec un taux de croissance plus dynamique qui atteint 6 % en 2018 contre 4,2 % pour son rival américain.

Les États-Unis justement ont connu une évolution spectaculaire sur le long terme : pesant moins de 1 % de la richesse mondiale jusqu’au début du 19e siècle, ce pays a participé pour plus de 20 % du PIB de la planète à partir des années 1950, mais cette part est probablement amenée à décliner, sans doute vers un taux de l’ordre de 14 % d’ici 2030.

La croissance, le saint Graal de tous les politiques… Dessin publié dans Les crises en 2012

Quant à l’Europe, après avoir connu une baisse de régime durant le Moyen-Age, sa contribution à la richesse mondiale a connu une hausse substantielle à partir de la Renaissance, atteignant 20 % vers 1500 puis 25 % deux siècles plus tard et culminant à 40 % à la veille de la première guerre mondiale. Les deux guerres mondiales, la décolonisation, l’essor spectaculaire des cousins d’Amérique, puis la mondialisation, bien qu’heureuse pour certains, ont mis un coup d’arrêt fatal à cette suprématie économique européenne qui ne pesait déjà plus que 29 % de la richesse mondiale en 1973, moins de 19 % actuellement et probablement autour de 12 % demain.

Cette vision historique de long terme permet donc de relativiser la part respective des grandes nations dans le partage des richesses. Le classement des pays par PIB en 2018 montre d’ailleurs que la plupart des pays européens voient leur PIB s’effriter régulièrement tandis que les pays asiatiques montent en ligne, et pas seulement la Chine et l’Inde, mais aussi le Japon (3e pays le plus riche du monde avec un taux de croissance de 4,1 % en 2018), la Corée du Sud (11e économie mondiale avec un taux de croissance de 2,1 %) ou encore l’Indonésie, classée en 16e position avec une croissance record de 7,7 % en 2018, qui lui a permis de passer devant les Pays-Bas, la Suisse et même l’Arabie Saoudite…

D’autres pays tirent également bien leur épingle du jeu, dont le Brésil, classé désormais à la 9e place des pays les plus riches, entre l’Italie et le Canada, mais avec un taux de croissance de 4,9 % en 2018. On voit même apparaître dans le classement des 30 nations les plus riches, des pays comme la Thaïlande (en 25e position, juste derrière la Belgique), l’Iran, certes à la 26e place mais avec un taux de croissance enviable de 7,3 %, ou encore le Nigeria, première puissance économique africaine, classée en 29e position mais qui a affiché en 2018 une croissance de son PIB de 12,1 %, qui dit mieux ?

Dessin signé Mix & Remix, publié dans Courrier international

Bien sûr, le PIB ne fait pas tout et lorsqu’on ramène cette richesse nationale au nombre d’habitants, des pays comme la Chine se retrouvent, selon les classements entre la 82e et la 106e position, sensiblement au même niveau que l’Algérie ou le Brésil, très loin derrière les petits paradis dorés que sont le Qatar, le Luxembourg ou le Liechtenstein. La France, quant à elle, se situerait entre la 29 et la 39e place selon les classements, légèrement au dessus de la moyenne des pays européens pris dans leur ensemble.

Mais le PIB n’est pas le seul critère pour évaluer la richesse d’un pays : l’indice du bonheur est une autre approche, humainement plus séduisante, qui prend en compte de multiples autres critères liés notamment à la paix, la sécurité, la liberté, le respect des droits humains, la qualité de la vie ou encore l’accès à l’éducation et à la culture. Là aussi, de multiples classements existent. Celui du site Globeco est rassurant car il montre une évolution régulière à la hausse de l’indice du bonheur mondial depuis 2005, malgré quelques régressions inquiétantes, liées en particulier au changement climatique, à la déforestation et à la nouvelle augmentation du nombre de déplacés dans le monde.

Toujours est-il que sur la base des critères, nécessairement subjectifs et incomplets, pris en compte, la France se situerait en 18e position, loin derrière les champions mondiaux du bonheur collectif que sont les pays scandinaves (Suède, Norvège et surtout Danemark), derrière également la Corée du Sud, la Suisse, la Belgique, l’Allemagne et peut-être même aussi les États-Unis, mais devant la Grèce, le Brésil, la Chine ou encore l’Inde qui ne pointe qu’à la 49e place tandis que le Nigeria s’enfonce dans les profondeurs du classement : on se rassure comme on peut…

L. V.

Les gilets jaunes vus de loin…

14 janvier 2019

Après une nette accalmie pendant les fêtes de fin d’année, le mouvement des gilets jaunes vient de reprendre de l’ampleur avec plus de 80 000 manifestants mobilisés sur toute la France samedi 12 janvier 2019 dont sans doute autour de 2 500 à Marseille et 3000 à Toulon où l’autoroute A50 a été temporairement bloquée tandis que le péage de La Ciotat reste entre les mains des Gilets jaunes. Pour cette neuvième manifestation nationale d’ampleur du mouvement, c’est un succès incontestable qui confirme que la mobilisation se poursuit.

Manifestation des Gilets jaunes à Marseille le 12 janvier 2019 (photo © Jean-Louis Boudart / France 3 Provence Alpes)

Depuis la mi-novembre 2018, date des premiers blocages de routes et de ronds-points en réaction à l’annonce de l’augmentation programmée des taxes sur les carburants, le mouvement de grogne sociale s’est nettement amplifié et élargi. Tout a déjà été dit sur ce mouvement qui fait parler de lui bien au-delà de nos frontières, suscitant selon les interlocuteurs craintes, mépris, incompréhension mais parfois aussi sentiment de solidarité.

Barricade improvisée par des Gilets jaunes sur les Champs Elysées à Paris, le 24 novembre 2018 (photo © François Guillot / AFP)

Globalement, les images de violence, les dégradations auxquelles se sont livrés certains casseurs notamment sur l’Arc de Triomphe, et les scènes de pillage près des Champs Elysées, en particulier lors de la manifestation parisienne du 24 novembre 2018 ont beaucoup choqué dans certains pays étrangers, où les médias ont tendance à mettre en avant le côté révolutionnaire et indiscipliné du peuple français en rappelant les précédents de 1968 voire 1848 ou 1789. C’est notamment le cas en Chine où la France est présentée par certains journalistes, comme « le centre de la révolution en Europe », ainsi que l‘a rappelé Libération.

Selon certains commentateurs chinois, ce mouvement qui traduit le mécontentement des classes moyennes face à une société inégalitaire et dans une contexte économique peu favorable ne peut qu’inciter la Chine à renforcer sa propre trajectoire visant toujours davantage de stabilité politique et de développement économique, comme le laisse entendre cet éditorialiste : « Alors que les Français descendent dans les rues, leurs semblables dans les pays asiatiques comme la Chine, le Vietnam et l’Inde se trouvent dans les salles de classe ou les usines et se battent pour leur futur ».

Fresque peinte sur un mur rue d’Aubervilliers (XIXème arrondissement de Paris) par l’artiste Pascal Boyart (photo Julien Duffé / Le Parisien)

Une analyse du quotidien Zhongguo Jingyingbao, rapportée par le Petit Journal, évoque quant à elle les errements politiques d’un Emmanuel Macron décrit comme « un jeune homme trop pressé qui n’a pas su garder les pieds sur terre » et lui rappelle doctement que si ses réformes suscitent autant de mécontentement, c’est parce que « pour réformer, il ne suffit pas d’avoir un projet. Il faut également de l’intelligence politique et une vision globale pour en maîtriser le rythme. »

Et les donneurs de leçon ne se limitent pas à l’Empire du Milieu… En Egypte, toujours selon Libération, un journal proche du gouvernement du maréchal Al-Sisi dénonce ainsi le « chaos » et la « sédition » qui gagnent la France comme au plus fort des printemps arabes, y voyant même la main des Frères musulmans en Europe voire une manipulation de Daech… Quant aux proches du régime syrien d’Al-Assad, certains n’hésitent pas à dénoncer « le régime de Macron qui réprime sauvagement les manifestants pacifiques » !  Même son de cloche en Iran où des médias pro-gouvernementaux dénoncent « le poing de fer de Macron qui frappe les Français à la tête, dans un Paris transformé en zone de guerre » et où certains n’hésitent pas à suggérer au Président Rohani de téléphoner à son homologue français pour « l’appeler à la modération » face à ses opposants…

Véhicule incendié sur les Champs-Elysées, samedi 24 novembre à Paris, lors de la manifestation des Gilets jaunes (photo © Bertrand Gay / AFP)

Quant aux Etats-Unis, on y admire le côté marketing du mouvement car, comme l’a noté le New York Times, « il n’y a pas eu de symbole de révolte vestimentaire aussi efficace depuis que les sans-culottes se sont saisis de leur pantalon pour se démarquer de l’aristocratie pendant la Révolution française ». Le Président Trump, observe de son côté avec beaucoup d’intérêt cette révolte populaire contre l’augmentation des prix de l’essence, n’hésitant pas à twitter : « Je suis heureux que mon ami Emmanuel Macron et les manifestants à Paris soient tombés d’accord sur la conclusion à laquelle j’avais abouti il y a deux ans. L’accord de Paris est fondamentalement mauvais car il provoque une hausse des prix de l’énergie pour les pays responsables ».

De quoi donner raison aux médias russes qui dénient tout caractère spontané à cette révolte populaire et y voient forcément la main de Trump qui chercherait une fois de plus à déstabiliser un pays pour y défendre ses propres intérêts, comme cela aurait été le cas lors de la révolution orange en Ukraine. C’est en tout cas l’analyse du quotidien officiel Rossiiskaïa Gazeta, cité par le Nouvel Obs, expliquant que  « l’affaiblissement de Macron, et avec un peu de chance sa démission, va dans l’intérêt de Trump ». CQFD…

Dessin signé Herrmann, publié dans La Tribune de Genève (source : Courrier international)

En Argentine en revanche, où le Président Mauricio Macri, élu en 2015, fait face lui aussi à une situation économique délicate et à des mouvements de contestation parfois violents, la correspondante de Libération a recueilli des témoignages de compréhension face au mouvement des gilets jaunes : « Les questions de pouvoir d’achat en berne, la violence d’un gouvernement libéral pour les riches, on connaît bien ça, malheureusement. Et la répression des forces de l’ordre aussi. Macron et Macriils se ressemblent beaucoup. Alors ils nous sont plutôt très sympathiques, ces gilets jaunes » !

Un dessin signé Zaïtchick (source : Blagues et dessins)

Une compréhension que l’on retrouve dans d’autres pays européens et pas seulement en Belgique, en Allemagne ou aux Pays-Bas, où le mouvement des Gilets jaunes trouve un certain écho. En Grèce, bien sûr, où la presse estime que le mouvement exprime un « mécontentement général qui dépasse la hausse des carburants » et qui rappelle furieusement les manifestations populaires parfois violentes qu’a connu le pays entre 2010 et 2014, alors étranglé et aux prises avec une crise politique et économique de grande ampleur.

En Italie, où le leader du Mouvement 5 étoiles a appelé les Gilets jaunes à « ne rien lâcher » et, ainsi que le souligne le Courrier International, le mouvement de protestation qui embrase la France depuis plusieurs mois, bénéficie d’une indéniable compréhension. Il faut dire qu’il rappelle furieusement celui dit des forconi (les fourches) qui avait surgi en Italie en 2013. Un mouvement qui n’était lié ni aux syndicats ni aux partis représentés au Parlement, né principalement sur les réseaux sociaux, et qui formulait également une série de revendications très larges et très confuses.

Manifestation des Forconi en 2013 (photo © Reuters / Europe 1)

A croire que les politiques menées à l’échelle européennes produisent finalement les mêmes types de réaction d’un pays à l’autre, ce qui n’étonnera personne…

L.V. 

Pipi, caca : les matériaux du futur ?

23 novembre 2018

Bill Gates et son pot de merde lors de son discours à Pékin, le 6 novembre 2018 (photo © Nicolas Asfouri / AFP)

Bill Gates, co-fondateur de Microsoft, vient encore de faire le buzz en animant une conférence internationale à Pékin, le 6 novembre 2018, devant un aréopage de personnalités et de businessmen, en ayant posé, à côté de son pupitre, un bocal en verre contenant… des excréments humains ! L’affaire, reprise en boucle par les médias dont le Huffington Post, a déclenché comme il se doit de nombreuses réactions plus ou moins offusquées, y compris sur les pauvres collaborateurs du milliardaire excentrique, chargés de préparer le bocal pour leur patron…

Le message que cherchait à faire passer Bill Gates par ce geste quelque peu spectaculaire à défaut d’être de très bon goût, n’avait, on s’en doute, rien à voir avec un parallélisme éventuel quant à la qualité des logiciels distribués par Microsoft et que certains pourraient parfois être tentés d’assimiler à de la « merde ». L’objectif n’était pas non plus de rappeler que les excréments ont parfois rendu de grands services à l’humanité qui les utilise traditionnellement comme amendement agricole ou comme matière première dans la confection du banco, ce mélange à base d’argile, d’eau, de paille coupée et de bouse de vache ou d’autres déjections selon les habitudes locales et les coutumes traditionnelles.

Prototype de l’Omniprocessor, développé en 2014 par la firme américaine Janicki Bioenergy

On était loin également de la machine du futur qu’avait présenté le même Bill Gates début 2015 sous le nom d’Omniprocessor, destinée à valoriser non seulement nos déjections mais l’ensemble des boues issues des stations d’épuration, en les chauffant à très haute température (plus de 1000 °C) pour transformer la matière en un produit cendreux inodore susceptible de servir d’engrais dans les champs, tout en produisant à la fois de la vapeur d’eau qui génère de l’électricité via une turbine, et de l’eau potable pure après condensation de la vapeur.

Un dessin d’Olivier Lascar publié dans Sciences et Avenir

En l’occurrence, le message que cherchait à faire passer ce jour-là le milliardaire américain était plutôt d’ordre sanitaire, à l’occasion de ce salon des toilettes du futur organisé par sa fondation. Il s’agissait en effet d’attirer l’attention sur l’absence de lieux d’aisance appropriés dans de nombreux endroits de la planète, exposant les enfants à entrer en contact avec des germes fécaux porteurs de très nombreuses maladies infectieuses. Comme l’a doctement expliqué Bill Gates à son auditoire ébahi, « ce petit tas de matière fécale contient environ mille milliards de cellules du rotavirus, vingt milliards de bactéries de shigellose, et cent mille œufs de vers parasites », de quoi en effet refiler une bonne gastro-entérite à toute l’assemblée… Une bonne entrée en matière en tout cas pour faire la publicité de toilettes révolutionnaires conçues par Firmenich SA, une entreprise basée à Genève, n° 2 mondial de la parfumerie et des arômes alimentaires…

Ce spécialiste suisse des vaporisateurs et de la lutte contre les mauvaises odeurs a en effet investi le champ des latrines et, à l’issue d’une vaste enquête de terrain et d’études approfondies menées de l’Inde jusqu’au Kenya, est désormais en mesure de proposer, sur le marché, des toilettes sèches, qui fonctionnent sans eau donc sans nécessité de raccordement sur le réseau d’eaux usées, un concept particulièrement adapté à des pays comme la Chine où le réseau d’eau usées reste à développer dans bien des endroits.

Toilettes permettant la collecte séparée des urines (source © Lovely Toilettes)

Des toilettes qui pourraient permettent aussi de récupérer séparément les urines, le futur or jaune du futur, pour lequel on réfléchit désormais un peu partout dans le monde à la meilleure manière d’imaginer sa valorisation. Tout indique en effet que cette substance particulièrement riche en azote et en phosphore, qui empoisonne la vie de tous les gestionnaires de stations d’épuration et qui explique largement les difficultés à atteindre un jour la bonne qualité des milieux aquatiques en aval de nos grandes agglomérations, va devoir à plus ou moins brève échéance, être collectée et valorisée.

L’affaire pourrait d’ailleurs devenir d’autant plus intéressante qu’une équipe de chercheurs sud-africains vient d’annoncer, comme l’a relayé récemment Le Monde, avoir découvert un nouveau procédé révolutionnaire pour créer, à partir de l’urine humaine… des briques !  L’idée n’est pas totalement nouvelle puisque les Américains l’avaient déjà testée avec de l’urine de synthèse mais les chercheurs du Cap ont montré que cela pouvait fonctionner aussi avec de la simple urine humaine, recueillie dans les urinoirs de l’université.

Vukheta Mukhari, l’un des inventeurs des briques fabriquées à partir d’urine, à l’Université du Cap, le 2 novembre 2018 (photo © Rodger Bosch / AFP)

Le principe est tout simple et rappelle celui qui permet naturellement au sable de se transformer en calcaire au fond des océans grâce à la diagénèse, sauf que le processus est beaucoup plus rapide puisqu’il suffit de 6 à 8 jours pour transformer un petit tas de sable, 30 litres d’urine et quelques bactéries adéquates en une brique prête à l’emploi et sans odeur… Contrairement aux briques de terre cuite qui exigent de grosses quantités d’énergie puisqu’il faut chauffer l’argile à 1400 °C, et qui émettent de fortes quantités de gaz carbonique, le processus est nettement plus vertueux puisqu’il se fait à froid, qu’il absorbe au contraire du CO2 pour le transformer en carbonate qui va souder progressivement les grains de sable, et qu’en plus il permet de valoriser un sous-produit actuellement traité comme un déchet aussi encombrant que polluant.

Autant dire que l’on commence à voir arriver le moment où nos urines et nos excréments vont devenir des ressources naturelles à haute valeur ajoutée, susceptibles peut-être de remplacer les matières premières fossiles sur lesquelles nous avons assis jusque-là notre développement industriel… Nous vivons décidément une époque formidable !

L. V.

Enquêtes de satisfaction, en quête de gratification…

14 octobre 2018

Enquête de satisfaction, évaluation, qu’est-ce qui se cache derrière ces demandes consécutives à des achats dans des grandes chaînes commerciales ou à des interventions de spécialistes ?

C’est devenu chose courante que de recevoir, après un achat ou l’intervention d’un réparateur, un courriel qui sollicite notre avis sur le produit ou sur le service.

Prenons pour illustrer cela quelques exemples locaux récents.

Enseigne du magasin Cultura à Aubagne (photo © MM / CPC)

Vous achetez un livre dans le magasin Cultura d’Aubagne et, si vous avez une carte de fidélité, vous recevez dans les jours qui suivent une enquête qui porte sur la satisfaction du produit acquis et du service : Correspond-t-il à votre envie ? Avez-vous été bien reçu ? Avez-vous trouvé facilement cet ouvrage ? Avez-vous fait appel à un conseiller ? ….

Vous souhaitez acquérir une paire de chaussures de marche et vous rendez au magasin Décathlon d’Aubagne. Après avoir bénéficié des conseils d’un vendeur vous rentrez chez vous et recevez une enquête de satisfaction dont le renseignement, si vous l’acceptez, nécessitera quelques minutes. Cette enquête comporte un ensemble de questions similaires à celles de Cultura auxquelles s’ajoute une demande concernant d’éventuelles suggestions.

Vous souhaitez acquérir une paire de chaussures de marche et vous rendez au magasin Décathlon d’Aubagne. Après avoir bénéficié des conseils d’un vendeur vous rentrez chez vous et recevez une enquête de satisfaction dont le renseignement, si vous l’acceptez, nécessitera quelques minutes. Cette enquête comporte un ensemble de questions similaires à celles de Cultura auxquelles s’ajoute une demande concernant d’éventuelles suggestions.

Enseigne du magasin Norauto à Aubagne (photo © MM / CPC)

Vous rencontrez un problème avec votre voiture ou avez besoin d’un produit pour son entretien et vous vous rendez au magasin Norauto. La même démarche est proposée afin de recueillir votre appréciation sur le produit et la qualité du service.

Vous faites vos courses au magasin Auchan d’Aubagne et achetez par exemple du fromage à la coupe. Dans les deux jours qui suivent, vous recevez un courriel vous demandant de porter appréciation sur le produit, le service et de formuler des suggestions sur le rayon.

Enquête de satisfaction : image et texte capture d’écran © AUCHAN

Signalons que ces enseignes font toutes partie intégrante du groupe Mulliez (Association familiale Mulliez).

Votre box internet Orange est en panne. Vous appelez le service client. Un conseiller que vous parvenez à joindre, après souvent un temps d’attente conséquent, effectue des tests sur votre ligne téléphonique, puis vous propose d’effectuer quelques manipulations et, si besoin,  vous oriente vers la boutique Orange du centre commercial d’Aubagne, non sans avoir au préalable précisé, si vous êtes satisfait de ses interventions et conseils, qu’il serait nécessaire pour lui que vous donniez une évaluation positive de sa gestion de votre problème.

Comme nous le constatons, cette démarche est de plus en plus fréquente.

Ainsi, vous circulez sur l’autoroute et vous arrêtez pour une pause sur une aire comportant des toilettes. Au sortir de ces dernières, vous êtes sollicité pour choisir, parmi quatre « émoticônes » de couleur, celle qui correspond à votre appréciation sur l’hygiène du lieu. Mieux vaut alors appuyer avec votre coude au cas où de précédents utilisateurs n’auraient pas lavé leurs mains !

Ces différentes situations concernent les commerces et les services, mais cette pratique est étendue au domaine de la santé comme en témoignent les quelques exemples qui suivent.

Dessin signé Jicé, paru sur le site du Décideur hospitalier pour illustrer un article sur l’hôpital de Vierzon

Ainsi, le mari d’une patiente, récemment décédée après avoir subi une très lourde intervention chirurgicale cardiaque suivie de complications fatales, vient de recevoir d’une clinique une lettre qui, outre l’adresse de condoléances et l’envoi d’une facture pour reste à payer, comporte une enquête de satisfaction à bien vouloir renseigner. Quelle absence d’empathie ! Quel cynisme !

L’évaluation des services de santé par les patients ou ayants droits est une pratique nouvelle en France alors qu’elle est largement installée dans d’autres pays comme le montrent deux situations observées aux Etats Unis, et plus précisément en Californie.

Cet hôpital de Californie est accrédité par l’Institut pour la qualité médicale (I.M.Q. Institute for Medical Quality). Avant tout examen ou intervention vous pouvez, via son site, consulter les qualifications des équipes médicales et leurs résultats puis, en fonction de ces derniers, choisir le médecin que vous souhaitez consulter. L’hôpital affiche notamment pour des interventions sur les coronaires des performances excellentes.

Au terme de votre consultation ou de votre séjour, vous êtes invité à renseigner un questionnaire portant appréciation sur le parking, le valet (on prend en charge votre voiture), l’accueil, l’enregistrement, le ou les médecins avec en particulier la qualité de l’écoute, les retards… et les infirmier(e)s.

Extrait du site du Palo Alto Medical Foundation

Si vous souffrez des dents et vous adressez à un cabinet dentaire, après la consultation et l’intervention, votre avis sur le déroulement des actes, leur qualité et la communication sont sollicités.

Quel sont les attendus de ces demandes ?

Les enquêtes de satisfactions visent deux objectifs.

Le premier concerne la qualité et la notoriété des institutions, hôpitaux, cliniques, centres dentaires…, tout cela dans un contexte médical libéral très concurrentiel.

Le second permet à l’hôpital ou à la clinique de calculer les bonus financiers qui seront ensuite attribués aux médecins libéraux et autres personnels médicaux.

Que retenir de ces constats ?

L’évaluation est une composante de la démarche de qualité qui vise à mesurer des écarts de performance afin d’augmenter cette dernière.

Un dessin signé Alex

Associer les utilisateurs au bon fonctionnement d’un service manifeste le souci de mieux les satisfaire. On peut ici parler de démarche participative. Et puis associer, c’est fidéliser, objectif majeur dans un cadre concurrentiel !

Mais les usagers sont-ils tous à même de porter des avis éclairés sur des prestations de spécialistes, en dépassant le simple niveau du ressenti ? Tout un chacun peut-il être évaluateur ? Imagine-ton, dans un autre contexte, solliciter les parents d’élèves pour évaluer avec discernement la formation dispensée par un enseignant ? Il existe des corps qualifiés et compétents pour cela ! Mais certains n’y seraient pas opposés !

Dans le cas des services de santé, du fait que cohabitent évaluations de la qualité par un organisme habilité et appréciation par les usagers, ce sont des éléments plus objectifs qui fondent ce que l’on nomme une réputation.

Le marketing : une pratique en pleine évolution…. Un dessin de Cheney publié sur Le blog de la relation client

Les enquêtes de satisfaction des marques, des distributeurs et des grandes enseignes n’émergent pas spontanément. Elles ont été devancées par les différentes associations de consommateurs qui ont été les premières à effectuer des évaluations comparatives, d’abord sur les produits puis sur les services. Pour les restaurants, les hôtels et d’autres services, les sites comme Yelp constituent des bases d’évaluation fréquemment consultées par les consommateurs, mais les avis en ligne sont subjectifs, même dans le cas de médecins !

Des implications sur le personnel

Ces enquêtes de satisfaction, au-delà du fonctionnement des services, concernent aussi les personnels.

Hormis dans la grande distribution où les contacts directs avec les employés sont réduits, sauf pour les stands spécialisés et les caisses (tant qu’il reste des hôtes ou des hôtesses), les responsables des ressources humaines des enseignes de service ou des structures de santé sont soucieux de recueillir des appréciations sur le professionnalisme des personnels.

Ce que l’on ignore souvent, c’est qu’une appréciation positive, voire très positive, peut être déterminante pour l’octroi d’un CDI, d’une prime ou de bonus importants comme pour les personnels de santé aux USA. On imagine alors l’impact d’une appréciation négative sur la carrière et/ou les revenus des personnes. Les chauffeurs des véhicules de transport (V.T.C.) Uber ou autres sont hautement concernés par les appréciations des usagers.

Mesure-t-on alors tous les enjeux lorsque nous renseignons, ou pas, une enquête de satisfaction ?

La question est d’importance d’autant qu’en parallèle, elle peut aussi croiser les rapports réalisés par les « clients mystères » qui, à l’instar des inspecteurs de certains guides gastronomiques, sont mandatés en toute discrétion par des directions de chaînes hôtelières, de voyagistes ou de commerçants pour évaluer la qualité des prestations !

Pour conclure, reprenons le titre d’un des recueils de chroniques de Philippe Meyer, publié aux éditions Le Seuil, « Nous vivons une époque moderne », celle du libéralisme triomphant !

MM

Enceintes connectées : Big Brother s’invite à la maison…

27 septembre 2018

Innombrables sont les œuvres de science-fiction qui ont décrit ces scènes de la vie quotidienne où tous nos objets obéissent au moindre de nos désirs qu’il suffit de formuler tout haut. Une situation qui est en train de devenir réalité avec l’arrivée massive, à la maison, des objets connectés. Il est désormais devenu banal de commander à distance non seulement l’ouverture de son portail de garage, mais aussi son système de chauffage, d’éclairage ou de surveillance. Et désormais, ce sont les enceintes connectées qui sont en train d’envahir nos salons…

Un dessin de Luc Tesson

Ces objets, dont les dernières versions commercialisées ne dépassent guère la taille d’une canette de soda, sont déjà largement répandues à travers le monde puisqu’on considère que 200 millions de personnes s’en servent au quotidien, une bonne moitié d’entre elles résidant aux Etats-Unis, comme toujours en pointe en matière d’innovations technologiques et de gadgets. Les deux-tiers des utilisateurs américains interrogés affirment d’ailleurs ne plus pouvoir s’en passer tellement ils se sont habitués à leur usage quotidien. De quoi imaginer donc que les Européens ne devraient pas tarder à succomber à leurs charmes d’autant que l’offre est en train d’arriver en masse et que 500 000 foyers français en seraient déjà équipés…

Les enceintes Google Home et Amazon Echo (photo © Nicolas Six / Le Monde)

En août 2017, c’est l’enceinte Google Home qui a ainsi débarqué sur le marché français, commercialisé à 149 € et désormais accessible dans sa version miniaturisée Home Mini à partir de 49 € seulement, une offre très comparable à celle de son concurrent direct, Amazon et son enceinte Echo Spot, tandis qu’Apple se distingue avec son produit HomePod vendu à près de 350 €. Des coûts très accessibles donc, qui laissent penser que la pénétration de ces nouveaux gadgets dans les foyers européens devrait se faire à grande vitesse.

Le principe de ces dispositifs à installer dans le salon est très simple puisqu’il s’agit d’assistants domestiques obéissants à la voix. Leur micro est supposé être tout le temps ouvert pour leur permettre d’entendre le moindre de nos désirs, même s’ils sont désormais pourvus d’un bouton permettant de couper cet enregistrement permanent. Il suffit donc de formuler un ordre ou une question à voix haute pour permettre à ce robot miniature de lancer le morceau de musique ou la série de notre choix, de faire sonner son propre smartphone qu’on a égaré dans la maison, de nous indiquer le temps qu’il fera dans l’après-midi, d’ouvrir les volets électriques, de déclencher le minuteur du micro-onde, de commander une pizza ou de nous rappeler la date de naissance de notre Président de la République, parmi bien d’autres fonctionnalités évidemment.

L’enceinte Google Home Mini

Bien sûr, tout ceci ne peut fonctionner que si l’on dispose dans la maison d’objets de domotique eux-mêmes connectés et d’un minimum d’abonnements notamment à des plateformes musicales payantes. On peut alors envisager des programmations relativement élaborées permettant de lancer un « Alexa, me voici » en arrivant à la maison ce qui permet à son enceinte Amazon de monter instantanément le chauffage, d’allumer l’éclairage des différentes pièces et de lancer un morceau de musique d’ambiance adapté.

Pour éviter toute ambiguïté dans le fonctionnement de ces objets qui vous écoutent en permanence, il faut naturellement assortir ses demandes d’un sésame : « Alexa » pour Amazon tandis que sa concurrente Home exige le mot de passe « OK Google » pour exécuter un ordre. Des mots qu’il vaut donc mieux éviter d’employer dans la conversation pour éviter toute méprise. Car même pourvue d’une intelligence artificielle remarquable, qui apprend au fur et à mesure et s’adapte donc de mieux en mieux à votre style et à vos besoins, cela ne reste que des machines.

Le monde merveilleux des objets connectés (dessin signé Fix)

Même si les versions commercialisées sont désormais adaptées à d’autres langues que l’Anglais, elles ne comprennent pas forcément toutes nos demandes, surtout si elles sont formulées de manière plus ou moins alambiquées, et les incompréhensions sont nécessairement aussi nombreuses qu’agaçantes !

Si les questions portant sur la météo du jour sont généralement plutôt bien traitées, aux dires des utilisateurs, inutile pour autant espérer tenir une conversation soutenue avec ces enceintes qui ont en permanence le nez dans le cloud. Comme le relate un journaliste du Monde qui les a testées en juin dernier, totalement dénuées d’empathie, elles répondent maladroitement aux questions délicates. Lorsqu’on prononce « je me sens terriblement seul », l’enceinte d’Amazon répond : « pour trouver des entreprises locales, vous devrez indiquer votre adresse dans les paramètres. » L’enceinte Google donne un peu d’espoir, en répondant : « Je suis là… et si vous vous changiez les idées ? » Mais quand on la relance avec un : « Comment ? », elle répond : « désolé, je ne comprends pas. »

Il faudra donc sans doute patienter encore un peu avant d’espérer voir ces enceintes connectées se transformer en aimables dames de compagnies, aussi brillantes qu’attentionnées. En attendant, il n’est peut-être pas inutile de s’interroger sur la vulnérabilité qui nous guette lorsque l’on ne saura plus se passer de ces assistants électroniques. Il suffit de se souvenir du nombre de malheureux qui ont péri noyés dans leur habitation en pleine nuit à La Faute-sur-Mer en 2010, tout simplement parce que la tempête avait occasionné une coupure d’électricité et qu’ils n’avaient dès lors plus aucune possibilité d’actionner l’ouverture de leurs volets roulants…

Sans vouloir être paranoïaque, on peut se demander aussi s’il est bien sain de se fier à des outils de ce type qui se contentent de fournir des réponses uniques et plus ou moins pertinentes à nos questions sans préciser leurs sources : la moindre recherche sur internet permet au moins de confronter des points de vue différents et de recouper des données d’origines diverses qui ne présentent pas toutes le même niveau de fiabilité, loin s’en faut. Et ceci sans compter l’aspect commercial : lorsque l’on commande un produit, que ce soit via Amazon ou via Google (qui s’est allié pour cela avec la chaîne de grande distribution Walmart), il faut nécessairement se contenter du réseau de distributeurs référencé, ce qui, à terme, ne pourra qu’avoir un effet délétère sur le petit commerce local et les circuits courts.

Dessin de Jiho publié dans Marianne le 7 septembre 2018

Et accessoirement, il n’est pas inutile non plus de s’interroger sur les risques que font peser sur nos libertés individuelles ces outils qui permettent d’enregistrer en permanence nos conversations les plus intimes au cœur même du foyer familial, et de transmettre en direct ces données aux serveurs de Google et d’Amazon. En août 2017, une étude publiée par un chercheur en cybersécurité a ainsi montré comment on peut pirater une enceinte connectée Echo d’Amazon et la transformer en un micro de surveillance permettant d’écouter à distance toutes nos conversations. En mai 2018, c’est un couple de Portland qui a vécu cette mésaventure lorsqu’un de leurs amis les a appelés pour les prévenir qu’il venait de recevoir un enregistrement audio d’une de leurs conversations privées, enregistrée à leur insu par leur enceinte Echo branchée à leur domicile et qui, ayant captée le nom de ce contact avait compris par erreur qu’il convenait de lui transmettre cet enregistrement.

On imagine déjà les ravages que pourraient faire ce type de diffusion tous azimuts de nos entretiens les plus intimes, y compris les risques d’intrusion par des hackers qui pourront ainsi, en prenant le contrôle de ces enceintes, piloter à distance nos systèmes d’alarme et accéder à nos comptes bancaires pour y passer toutes les commandes de leur choix, sans compter bien entendu les risques en cas de tentation de surveillance par des régimes plus ou moins autoritaires : on n’est plus très loin du moment où l’ambiance glauque du roman de Georges Orwell, 1984, pourrait devenir réalité… Bienvenue dans le monde ultra-connecté de Big Brother !

L. V.

La Chine ne veut plus être la poubelle du Monde

22 septembre 2018

Qui, en France, s’inquiète de savoir ce que deviennent les déchets qu’il jette machinalement dans la poubelle, même après un tri plus ou moins consciencieux ? Dans les pays développés, la majeure partie des déchets produits est purement et simplement éliminée, par simple enfouissement ou par incinération, avec ou sans valorisation de l’énergie produite. Mais la part qui est triée et valorisée par recyclage, reste minoritaire. Pour les plastiques par exemple, seulement 30 % des déchets (en moyenne pour l’Europe) sont effectivement recyclés. Et les circuits de ce recyclage sont loin d’être aussi vertueux qu’on l’imagine…

Depuis des années en effet, les pays européens et, plus encore, les Américains ont pris l’habitude d’expédier en Chine une grande partie des déchets qu’ils ont triés en vue d’un éventuel recyclage. En 2015, ce sont ainsi près de 50 millions de tonnes de déchets qui ont traversé la moitié de la planète en direction des usines chinoises de recyclage, de quoi ne pas laisser repartir à vide les navires qui viennent inonder les marchés européens et américains de produits made in China….

Ouvrière chinoise triant manuellement des bouteilles à recycler (photo © Reuters / source Ouest France)

Ainsi, un rapport de l’Agence européenne de l’environnement datant de 2012 évaluait les quantités de déchets européens exportés chaque année en Chine à 5,5 millions de tonnes pour le plastique, 45 millions de tonnes pour l’acier et la ferraille, 6,1 millions de tonnes pour le cuivre, l’aluminium et le nickel et enfin 0,07 millions de tonnes pour les métaux précieux. La France, comme d’ailleurs l’ensemble des pays européens se contente en réalité d’exporter vers la Chine environ 50 % du plastique récupéré via le tri sélectif, plastique qui est ensuite valorisé par des entreprises chinoises comme matière première pour la confection de nouveaux produits. A l’échelle mondiale, selon une étude récente, c’est même plus de 70 % du plastique récupéré qui est ainsi expédié directement en Chine !

Un ouvrier chinois dans une usine de recyclage des plastiques à Dong Xiao Kou en 2015 (photo © Fred Dufour / AFP)

Sauf que les Chinois commencent à en avoir assez de jouer ce rôle de poubelle du Monde, surtout lorsque la qualité du tri réalisé en Europe, au Japon ou aux États-Unis laisse fortement à désirer. Maintenant que le marché intérieur chinois est suffisamment développé pour produire ses propres déchets en grande masse, les autorités chinoises ont donc décidé de durcir le ton. Dès 2013, la campagne baptisée Barrière verte avait conduit les douanes chinoise à se montrer nettement plus tatillonnes et à contrôler plus soigneusement la qualité des balles de déchets importés à grande échelle.

En juillet 2017, la Chine a ainsi annoncé son intention d’interdire, à compter de janvier 2018, l’importation de 24 types de déchets, principalement des plastiques, papiers et cartons, alliages métalliques ou textiles. Et le 11 janvier effectivement, les autorités chinoises ont publié les nouveaux standards à respecter pour l’importation de déchets. Pour les plastiques, seuls les rebuts issus de la fabrication sont désormais considérés comme acceptables. Du coup, tous les plastiques déjà utilisés et issus des filières de tri ne sont plus les bienvenus…

Destruction par les douanes de déchets illégalement importés dans une zone portuaire de Shenzhen (Chine), en novembre 2016 (photo © AFP / source Le Point)

Une véritable catastrophe pour les Européens et les Américains qui en 2016 avaient expédié en Chine pas moins de 7,3 millions de tonnes de plastique plus ou moins bien triés. C’est toute la filière du recyclage qui se trouve ainsi menacée par cette nouvelle campagne chinoise baptisée Ciel bleu… Dans l’Oregon et dans certaines villes de Floride, les entreprises de collecte et de tri des déchets n’ont ainsi eu d’autre choix que de mettre en décharge la totalité de leur stock de plastique récupéré, voire d’annuler purement et simplement la pratique du tri sélectif, ce qui n’est sans doute pas le meilleur moyen pour convaincre les citoyens de faire un effort pour la planète…

Balle de déchets plastiques triés et compactés en vue de leur recyclage (Centre d’Ivry-sur-Seine / source : écologie sur le web)

En France aussi, on a du souci à se faire car la quantité de déchets plastiques collectés sur le territoire augmente d’année en année, d’environ 2 à 3 %. En 2016, ce sont ainsi 3,4 millions de tonnes de déchets plastiques qui ont été collectées par les centres de tri. Un tiers de cette masse énorme est purement et simplement mis en décharge : dommage pour ceux qui ont fait l’effort de la trier… Une bonne partie du reste permet au moins de produire de l’énergie sous forme de chaleur en étant brûlée dans des fours de cimenteries ou dans des incinérateurs équipés de récupérateurs de chaleur qui alimentent des réseaux de chauffage urbain.

Finalement, seuls 22 % de ces plastiques triés servent effectivement à alimenter les filières de recyclage. Ce pourcentage augmente régulièrement mais reste encore ridiculement faible, très inférieur en tout cas à celui de la moyenne européenne qui s’élève à un peu plus de 31 %. Certes, le Premier ministre a annoncé en juillet dernier que l’objectif était désormais de diviser par deux les déchets mis en décharge et de recycler 100 % des plastiques collectés sur tout le territoire d’ici à 2025. Mais cet objectif ambitieux risque fort d’être bien difficile à tenir, surtout maintenant qu’il ne suffit plus d’expédier dans un bateau les volumes collectés en laissant les Chinois s’en débrouiller…

Stock de plastique à recycler chez Paprec Limay (photo © Laurent Rousselle / L’Usine nouvelle)

Ce pourrait naturellement être l’occasion de développer en France des filières de recyclage. Mais dans ce domaine, le chemin à parcourir parait ardu. La France consomme chaque année 4,5 millions de tonnes de plastique, ce qui représente quand même 1,3 % des 348 millions de tonnes qui ont été produites en 2017 sur la planète (dont 30 % en Chine). Des chiffres qui ne cessent d’augmenter, année après année et qui laissent rêveurs quand on les compare aux 3,5 millions de tonnes de déchets plastiques qui finissent chaque année dans nos poubelles françaises…

Les 350 000 tonnes de plastique recyclé qui sont utilisés annuellement par les industries plasturgiques en France, l’une des plus développée d’Europe derrière l’Allemagne, ne représentent donc qu’une petite partie de la matière première utilisée, le reste étant directement issu de produits pétroliers bruts, sachant qu’il faut en gros un peu plus d’un litre de pétrole pour produire un kilo de plastique…

Il est bien question d’envisager imposer l’incorporation d’un taux de plastique recyclé plus élevé dans certains produits et il serait assez aisé d’introduire ce type de pratique via une évolution des normes ou dans les cahiers des charges des commandes publiques, par exemple pour le mobilier urbain. Mais il y a fort à parier, en attendant, qu’une part croissante de nos déchets plastiques ne vienne alimenter nos incinérateurs, et tant pis pour l’environnement…

L. V. 

Coca-Cola se jette à l’eau…

14 avril 2018

Un dessin signé Nagy

Décidément, ces commerciaux sont vraiment trop forts, ou les consommateurs trop crédules ! Voilà que le géant de l’agro-alimentaire, la firme créée à Atlanta en 1885, The Coca-Cola Company, à l’origine de moult scandales de corruption, d’actions musclées de lobbying et d’études pseudo-scientifiques mensongères, voilà que cette société multinationale s’apprête à vouloir vendre aux Français de l’eau en bouteille au prix astronomique de 2,80 € le litre !

Voyant en effet les ventes de ses sodas stagner dans les pays européens où le marché est depuis longtemps saturé, la société cherche à se diversifier. Elle a déjà investi dans le domaine du bio avec les thés et infusions Honest et Fuze Tea. Mais son calcul vise surtout le marché de l’eau en bouteille, particulièrement florissant notamment en France où la consommation par habitant d’eau en bouteille est la deuxième du monde ! En 2015, la vente d’eau embouteillée en France représentait un chiffre d’affaire colossal de 2 milliards d’euros, avec une croissance estimée à 4,9 % pour l’année 2017, tant en volume qu’en valeur.

Un dessin d’Olivero

C’est incontestablement une victoire impressionnante des rois du marketing que d’avoir ainsi réussi à instiller aux Français l’idée que les eaux vendues dans des bouteilles en plastiques sont meilleures que celle qui sort du robinet alors que cette dernière est nettement plus contrôlée et infiniment moins chère.

En tout cas, Coca-Cola a bien repéré qu’il y avait là des bénéfices à engranger et s’apprête donc à venir tailler des croupières aux trois grands groupes qui se partagent actuellement 80 % de ce marché juteux. Nestlé Waters caracole en tête des ventes avec notamment ses marques d’eaux minérales Perrier, Vittel, Hépar ou encore Contrex, suivi de près par Danone, propriétaire entre autres des marques Evian, Badoit ou Volvic. Le troisième larron est le groupe Neptune qui commercialise par exemple Vichy Célestins, Saint-Yorre ou Pierval.

Mais Coca-Cola, troisième producteur mondial d’eau en bouteille, est prêt à en découdre et il met donc un pied sur le marché hexagonal en lançant la commercialisation de son eau en bouteille Smartwater après trois ans d’étude de marché. Lancée en 1996 aux États-Unis, puis en 2014 au Royaume Uni, cette marque, bien que vendue 5 fois plus cher que ses concurrents, s’est rapidement imposée sur le marché américain où elle truste 63 % des ventes, tandis que chez nos voisins anglais elle a déjà conquis 11 % de parts du marché en moins de 4 ans.

Un succès commercial d’autant plus étonnant qu’il s’agit d’une eau captée à la source de Morpeth, une ville du Northumberland, dans le nord de l’Angleterre, mais cette eau naturelle est ensuite distillée par évaporation puis reconstituée en y introduisant des sels minéraux, ceux-là même que le processus de distillation a éliminés. Une véritable aberration en matière de traitement d’eau, qui explique d’ailleurs le coût particulièrement élevé de cette eau totalement artificielle. Mais cela ne semble guère gêner les consommateurs qui retiennent seulement l’argument commercial de la purification à outrance…

Dès le mois d’avril, les consommateurs français qui ne regardent pas à la dépense trouveront donc, pour l’instant uniquement dans les magasins de la chaîne Monoprix, les bouteilles étiquetées Smartwater. De contenance 600 ml, ces bouteilles seront vendues au prix exorbitant de 1,40 € le flacon pour l’eau plate, et jusqu’à 1,75 € pour l’eau gazeuse. Un vrai luxe quand on compare avec l’eau du robinet qui revient en moyenne à moins de 4 € le mètre cube, soit 0,4 centimes le litre…

Dasani, l’eau en bouteille de Coca-Cola qui a fait un flop en Europe

Rien ne dit que le succès commercial sera au rendez-vous, d’autant que Coca-Cola a déjà subi un échec cuisant sur le marché européen. C’était en mars 2004. La firme d’Atlanta venait de dépenser 20 millions d’euros en budget publicitaire pour préparer l’ouverture du marché français à accueillir son eau en bouteille vendue sous la marque Dasani.

Un beau succès commercial aux USA où cette marque introduite en 1999 avait réussi à se placer parmi les eaux les plus vendues, mais un véritable accident industriel au Royaume Uni où la compagnie américaine se trouvait alors confrontée à une levée de bouclier totalement inattendue malgré le matraquage publicitaire qui avait accompagné l’arrivée de Dasani Outre-Manche. Il faut dire que les commerciaux américains ne faisaient pas dans la dentelle, présentant leur « pure eau plate » vendue en petite bouteille bleu clair comme un véritable concentré de pureté, contrairement aux eaux douteuses distribuées au robinet.

Le hic, c’est que l’eau en question, vendue 1,40 € la bouteille de 500 ml, n’était ni plus ni moins que de l’eau du robinet acheminée directement à l’usine Coca-Cola de Sidcup, située dans la banlieue londonienne, par le réseau public géré par Thames Water, une compagnie britannique de distribution d’eau, laquelle facture cette même eau à 0,4 centimes le demi-litre. La compagnie de service public en question ne s’est bien entendu pas privée de faire remarquer que le procédé frisait l’escroquerie…

Coca-Cola a certes fait valoir que l’eau en question subissait une purification supplémentaire par osmose inverse avant ajout de sels minéraux. Mais quand, de surcroît, la firme a été contraint de retirer de la vente 500 000 bouteilles en raison d’un taux de bromates supérieur aux normes britanniques autorisées, elle a alors préféré jeter l’éponge et renoncer à introduire son eau en bouteille Dasani tant en France qu’en Allemagne, se limitant à y commercialiser l’eau minérale issue de la source belge de Chaudfontaine acquise par les Américains en 2003.

A l’époque, la firme Coca-Cola s’était même vu décerner le prix Ig Nobel (prononcez « ignoble » en anglais, un prix satirique attribué chaque année par le magazine scientifique Annals of Improbable Research) de chimie 2004 « pour son usage de la technologie avancée pour convertir l’eau contaminée de la Tamise en Dasani, une eau minérale embouteillée… qu’il a fallu finalement retirer des étalages, pour présence d’un produit cancérigène ». Une distinction dont la firme d’Atlanta se serait sans doute bien passée mais que chacun a déjà oubliée… Vive le marketing !

L.V. 

La Lune comme une déchetterie !

28 mars 2018

L’information n’est pas nouvelle mais elle resurgit périodiquement tant elle fait honte à notre habitude de laisser traîner partout nos déchets, même sur le sol de notre satellite lunaire qui est devenue une véritable déchetterie. Eh oui, la Lune elle-même que le poète venait « voir à la brune / Sur le clocher jauni, / La lune / Comme un point sur un i », la lune donc, toute « pâle et morne », ne serait plus qu’un vaste dépotoir sous son « masque blafard »…

Module lunaire du programme Apollo (source © NASA)

Ouest France en a remis une couche récemment, mais c’est le site internet du magazine américain The Atlantic qui avait levé le lièvre en 2012, révélant que l’on estimait à l’époque à 180 tonnes la masse de déchets accumulés sur la Lune depuis 1959. Le premier de ces débris est d’ailleurs la carcasse du premier engin fabriqué de la main de l’homme qui a réussi à atteindre la Lune, à savoir la sonde soviétique Luna 2 qui s’y est écrasée lamentablement le 14 septembre 1959.

La sonde soviétique Luna 2, première à avoir atteint la Lune, où elle s’est écrasée comme une crêpe…

Il faudra attendre Luna 9 en 1966 pour qu’une première sonde parvienne à se poser en douceur sur le sol lunaire, toutes celles du programme américain Ranger, mis en œuvre entre 1961 et 1965, ayant échoué à atteindre leur but, à l’exception des trois dernières qui s’y sont aussi définitivement scratchées.

180 tonnes de déchets pour un lieu où à ce jour seulement 12 hommes ont mis le pied, à la suite de Neil Amstrong, le capitaine de la mission Apollo 11 qui en a foulé le sol pour la première fois le 20 juillet 1969, c’est quand même beaucoup ! Depuis les 6 missions du programme Apollo qui ont permis à ces rares élus de marcher sur la Lune, la dernière (Apollo 17) s’étant déroulée en décembre 1972, plus personne n’a donc remis les pieds là-haut. Mais cela n’empêche pas les déchets de continuer à s’y accumuler…

Neil Amstrong, décédé récemment à 82 ans, premier homme à marcher sur la Lune en 1969 (source © NASA)

Car les agences spatiales de tous les pays, et elles sont de plus en plus nombreuses maintenant qu’Européens, Japonais, Chinois et Indiens se targuent eux-aussi d’aller voir de plus près ce qui se passe dans l’Espace, ont pris la mauvaise habitude d’utiliser notre satellite comme une vaste décharge. Plutôt que d’organiser le rapatriement sur Terre de tous les engins spatiaux devenus inutiles une fois leur mission accomplie, le plus simple et surtout le plus économique est en effet de les programmer pour qu’ils aillent s’écraser sur le sol de notre satellite naturel où ils viennent grossir la masse de déchets accumulés.

En 2012, la NASA recensait ainsi pas moins de 809 objets abandonnés à la surface de la Lune, les plus volumineux étant les modules lunaires et autres sondes spatiales dont les épaves jonchent désormais la surface de la Lune. Mais les souvenirs abandonnés par les quelques passages de l’homme à l’occasion des missions Apollo sont loin d’être négligeables. Certains ont été laissé en place à bon escient, comme le réflecteur lunaire installé par l’équipage d’Apollo 11, qui renvoie les rayons lasers émis depuis la Terre et permet de calculer à tout moment la distance qui sépare les deux corps célestes, ou encore le télescope doré déposé par la mission Apollo 16 et qui est l’unique télescope à pouvoir observer l’espace à partir d’un autre astre.

Plusieurs de ces objets abandonnés sur la Lune l’ont aussi été en toute connaissance de cause pour une raison symbolique voire sentimentale. C’est le cas notamment d’un micro disque de silicone renfermant les messages de 73 chefs d’état, mais aussi des cendres du géologue de la NASA, Eugene Shoemaker, lequel aura rêvé toute sa vie de se rendre sur la Lune, mais a dû se contenter d’attendre sa mort pour faire le voyage en kit.

La photo de la famille de Charles Duke que l’astronaute n’a pas pu s’empêcher de laisser traîner sur le sol lunaire (source © NASA)

Ces témoignages divers dont certains redoutent qu’ils n’attirent désormais des touristes lunaires venus les recolter comme vestiges historiques, sont de nature très diverse. On y retrouve ainsi, outre 5 drapeaux américains et l’inévitable Bible, une photo de la famille de l’astronaute Charles Duke, dédicacée et abandonnée à l’occasion de la mission Apollo 16 en 1972. On doit y retrouver aussi avec un peu de chance les deux balles de golf que le facétieux Alan Shepard, contre-amiral de l’US Navy, n’a pas pu s’empêcher de lancer avec l’aide d’un club de golf transporté clandestinement…

La plume et le marteau abandonnés après une expérience de physique assez basique (source © NASA)

Même les objets utilisés à des fins scientifiques sont restés sur place. Aucun des membres de l’équipage de la mission Apollo 15 ne s’est ainsi donné la peine de ramasser le marteau et la plume de faucon qu’ils avaient laissés tomber à la surface de la Lune pour vérifier ce que tout lycéen a pourtant pu observer de visu en TP de physique et sans pour autant déployer un tel arsenal de technologie, à savoir que dans le vide deux objets tombent à la même vitesse, quelle que soit leur masse et leur forme.

Mais il faut bien reconnaître que la plupart de ces détritus jetés sans vergogne, parmi lesquels des objectifs photographiques, une caméra, mais aussi 12 paires de bottes, des sacs à dos, de vieux magazines et pas moins de 96 sacs d’excréments, d’urine et de vomi, auraient quand même mérité d’être rapatriés ou au moins détruits pour ne pas polluer prématurément le sol de notre satellite. Manifestement, les astronautes américains n’avaient à l’époque guère plus de savoir-vivre et de préoccupation pour l’environnemnt que le touriste lambda en arrêt pique-nique au bord d’une route nationale un jour de départ en vacances…

C’est d’ailleurs ce que reconnaît sans ambages l’historien en chef de la Nasa, un certain William Barry, interviewé il y a quelques années par le site Live Science : « La préoccupation principale de la Nasa, c’était : les membres de l’équipage peuvent-ils arriver sur la Lune sans encombre ? Peuvent-ils prélever les échantillons dont ils ont besoin ? Et peut-on les ramener sur Terre en un seul morceau ? Les ingénieurs n’ont pas pensé à grand-chose d’autre… ». Voilà qui n’est certes pas le versant le plus glorieux de l’aventure spatiale, mais on veut bien le croire en effet…

L.V. 

États-Unis : une morale très élastique

30 décembre 2017

C’est bien connu, et La Fontaine n’a certainement pas été le premier à s’en rendre compte, « la raison du plus fort est toujours la meilleure »… Dans ce domaine, les États-Unis ne sont jamais les derniers à montrer l’exemple ! Considérant que leur juridiction s’applique en tout point du globe où leurs intérêts pourraient être concernés, ils n’hésitent pas à traîner devant leurs tribunaux tout contrevenant aux lois qu’ils ont eux-mêmes édictées, surtout s’il s’agit d’un client solvable et encore plus si c’est une entreprise profitable dont ils pourraient s’emparer.

On en a encore vu un exemple avec Alstom, fleuron industriel français créé en 1928 et champion de la fabrication des turbines à vapeur qui équipent les bâtiments de la Marine nationale ainsi que les centrales nucléaires. Accusée par les juridictions américaines de corruption internationale à la suite d’une enquête menée par le FBI dans le plus grand secret, de 2010 à 2014, sur des marchés conclus en Indonésie, au Brésil et en Arabie Saoudite, l’entreprise française a été conduite à négocier un accord amiable pour un montant record de 772 millions de dollars. L’un de ses dirigeants a même été incarcéré pendant 14 mois dans une prison de haute sécurité aux USA, histoire de faire monter la pression tandis que General Electric cherchait à prendre le contrôle de la branche énergie qui représente les trois-quarts du chiffre d’affaire d’Alstom.

Bon prince, General Electric s’est engagé publiquement à régler le montant de l’amende sous réserve du rachat effectif de l’entreprise française. C’est finalement chose faite en novembre 2015, pour un montant de 9,7 milliards d’euros et pour le plus grand bénéfice du PDG d’Alstom, Patrice Kron, qui empoche au passage un bonus de 4 millions…

(photo © thefullcourtpress.org)

Et le cas n’est pas isolé puisque le Crédit Agricole, accusé de son côté d’avoir violé les lois américaines sur les embargos économiques imposés à Cuba, à l’Iran, au Soudan et à la Birmanie, a dû également procéder fin 2015 à une transaction avec les autorités judiciaires américaines et s’acquitter d’une amende d’un montant de 787 millions de dollars. En l’espèce, les USA s’appuient sur une loi interne de 1977,
l’International emergency economic powers act, qui autorise le président des États-Unis à limiter les relations commerciales avec certains pays de son choix, sans demander bien entendu l’avis de ses alliés ni des Nations-Unies.

Si le Crédit Agricole a accepté aussi facilement de négocier, c’est parce qu’il avait sous les yeux l’exemple de BNP Paribas, autre géant bancaire français, lui aussi pris dans la nasse des rétorsions américaines pour avoir fait des affaires à Cuba et au Soudan, en toute légalité selon les critères européens et de l’ONU, mais pas aux yeux des Américains qui considèrent que toute transaction effectuée en dollars tombe sous le coup des lois fédérales. La BNP ayant décidé de plaider coupable avait écopé en 2014 d’une amende de près de 9 milliards de dollars, la plus forte sanction jamais infligée à une banque, à titre d’exemple bien entendu.

(source : Les Echos)

Le plus grotesque dans cette affaire est que, depuis, les sanctions économiques contre Cuba et contre le Soudan ont été levées unilatéralement par les États-Unis. Dans les deux cas, c’est à Barak Obama que l’on doit cette évolution, confirmée tout récemment par Donald Trump pour ce qui est du Soudan. Dans ce dernier pays, l’affaire est d’autant plus étonnante que cet embargo avait été décidé en 1997, en représailles à l’aide apportée ouvertement par le gouvernement d’Omar el-Bechir à certains mouvements fondamentalistes islamistes tels qu’Al-Qaida dont le chef, Oussama Ben Laden avait justement séjourné à Khartoum en toute quiétude de 1992 à 1996.

Arrivé au pouvoir en juin 1989 à la faveur d’un coup d’État militaire, le colonel el-Bechir était devenu officiellement chef de l’État en 1995 et avait alors entrepris d’interdire tous les partis politiques et d’instaurer la Charia.

Le président soudanais Omar el-Bechir (photo © DR / Le Point Afrique)

Engagé dans une guerre civile sans merci contre les sécessionnistes du sud Soudan, au Darfour, le colonel el-Bechir est accusé en 2008, par la Cour pénale internationale, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Un mandat d’arrêt international est donc émis à son encontre en mars 2009, sur la base de ces chefs d’accusation. En juillet 2010, un second mandat d’arrêt international lui est signifié, qui englobe cette fois et pour faire bonne mesure des accusations pour génocide contre trois ethnies persécutées du Darfour, les Fours, les Masalit et les Zaghawa.30

Mais près de 20 ans plus tard, force est de constater que cette décision forte de la Cour pénale internationale, la première émise à l’encontre d’un chef d’État en exercice, est restée lettre morte. Omar el-Bechir a été réélu triomphalement à la tête du Soudan le 26 avril 2010 avec plus de 68 % des suffrages exprimés, et de nouveau le 27 avril 2015, avec cette fois 94,5 % des voix : qui dit mieux ? Recherché officiellement par toutes les polices du monde, il s’est rendu depuis en visite officielle en Libye, au Qatar, en Égypte, au Tchad, à Djibouti, au Kenya, en Afrique du Sud et même en Chine en 2011, reçu partout avec les honneurs dû à son rang de chef d’État et sans jamais être le moins du monde inquiété. Le 23 novembre dernier, il était en visite à Sotchi, en Russie, où il a été reçu fort aimablement par Vladimir Poutine qui lui a promis son aide pour renforcer les forces militaires soudanaises.

Omar el-Bechir reçu officiellement par Vladimir Poutine le 23 novembre 2017 à Sotchi (source © Sputnik) Mikhail Klimentyev via Reuters)

A croire finalement que tout le monde se moque ouvertement des jugements de la Cour pénale internationale créée en 1998 par le Statut de Rome, un traité qui, il est vrai, n’a pas été signé par la Chine et jamais ratifié ni par les États-Unis ni par la Russie. En revanche, braver les embargos économiques décidés unilatéralement par les USA au mépris de toute règle internationale peut coûter très cher… Ce qui confirme une fois de plus qu’en matière de géopolitique, et plus encore sans doute dans le domaine économique, la morale est assez élastique et que le Droit n’est jamais qu’une arme parmi d’autres. Comme le disait déjà Blaise Pascal : « la justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ». Une analyse qui s’applique somme toute assez bien aux politiques menées ces dernières années de part et d’autre de l’Atlantique…

L.V.  

Au Texas, Houston sous les eaux

30 août 2017

Le sud du Texas est en train de connaître une des pires inondations de son histoire récente. En cause, l’ouragan Harvey, né à la mi-août d’une onde tropicale en Afrique de l’Ouest, et dont les météorologues ont suivi l’évolution à travers tout l’Océan atlantique jusqu’aux côtes vénézuéliennes.


L’ouragan Harvey a tout balayé sur son passage dans les zones côtières (photo © Gabe Hernandez / AP)

Arrivé sur le golfe du Mexique, l’ouragan s’est brusquement intensifié au-dessus des eaux chaudes et a abordé la côte texane vendredi 25 août, classé en catégorie 4 avant de se transformer en simple tempête tropicale à partir du samedi après-midi. Depuis, du fait de l’absence de vent en altitude, la tempête Harvey fait quasiment du sur-place et se déplace très lentement vers l’Est tout en se rechargeant en permanence avec les eaux chaudes du Golfe du Mexique tout proche.

Carte de situation publiée dans Le Monde (source NOAA, New York Times), montrant les cumuls de précipitation et la trajectoire de la tempête au 30 août 2017

Le résultat est assez effrayant puisque on comptabilise désormais en 5 jours un cumul de précipitations tout à fait inhabituel qui pourrait atteindre localement, d’ici jeudi, 1270 mm, bien davantage que ce qui peut tomber sur Marseille en une année entière ! La ville littorale de Corpus Christi, qui compte 300 000 habitants, a été une des premières dévastées par l’ouragan Harvey avec des vents soufflant en pointe à 215 km/h, et à partir du dimanche 27 août c’est la ville de Houston, quatrième plus grande ville des Etats-Unis avec 2,3 millions d’habitants, qui a été à son tour noyée sous des trombes d’eau continues.

Maisons d’habitation ravagées par l’ouragan Harvey à Rockport (photo © Mark Ralston / AFP)

De nombreux axes routiers ont été inondés parfois sous plusieurs mètres d’eau et on a vu des habitants attraper à main nue des poissons passant devant leur porte tandis que les épaves de voitures partent à la dérive dans une eau boueuse qui envahit peu à peu toute la ville.

Au moins 10 personnes ont déjà trouvé la mort depuis le déclenchement de ces inondations, dont une personne qui est décédée dans l’incendie de sa maison à Rockport tandis qu’une femme s’est noyée à Houston en sortant de sa voiture dans une zone où la vitesse d’écoulement était rapide. L’état de catastrophe naturelle a été déclaré dès vendredi et la population est invitée à rester confinée chez elle pour limiter les risques de noyades dans des rues totalement submergées par les eaux.

A Corpus Christi comme en plusieurs autres endroits, des consignes d’évacuation volontaires ont été données, tandis que 4500 prisonniers du centre de détention de la ville de Rosharon, au sud de Houston, ont dû être évacués en catastrophe. Au moins 230 000 foyers étaient privés d’électricité dès dimanche et la situation ne fait qu’empirer depuis. Quant aux deux aéroports de Houston dont les pistes étaient sous les eaux, ils ont dû fermer l’un après l’autre.

Autoroute submergée à Houston dimanche 27 août 2017 (photo © Richard Carson / Reuters)

Le niveau de la mer s’est élevé de près de 4 m au plus fort de la tempête, alors même que la côte texane accueille près d’un tiers des capacités de raffinerie de pétrole des Etats-Unis et le Golfe du Mexique 20 % de la production américaine. Au moins 112 plateformes ont été évacuées, représentant environ un quart de la production quotidienne de brut et de gaz, et de nombreuses installations à terre ont fermé. Il est encore trop tôt pour évaluer le coût de cette catastrophe d’autant que la tempête se déplace désormais vers la Louisiane voisine, encore sous le traumatisme du cyclone Katrina qui avait provoqué en 2005 la rupture de plusieurs digues, ravageant des quartiers entiers de La Nouvelle Orléans, provoquant plus de 1800 morts et laissant une ardoise estimée à 118 milliards de dollars. A ce jour, les estimations pour la tempête Harvey font état d’un bilan qui pourrait néanmoins s’élever autour de 42 milliards de dollars, ce qui est tout à fait considérable et s’explique largement par l’importance économique du Texas dont le PIB dépasse celui d’un pays comme le Canada.

Le Bayou Buffalo en crue dans la traversée de Houston (photo © Carole Enarn / Reuters)

Le président Donald Trump ne s’y est d’ailleurs pas trompé. Contrairement à son prédécesseur Georges W. Bush qui avait été accusé d’indifférence en ne se rendant que tardivement à la Nouvelle Orléans où il s’était contenté d’un rapide survol en hélicoptère, le Président s’est rendu dès mardi 29 août sur place, accompagné de son épouse dont les talons aiguilles n’étaient pas des plus adaptés pour une telle visite de terrain…

A Houston, le maire a décrété le couvre-feu dès mardi pour tenter de sauvegarder la ville des risques de pillage car beaucoup d’habitants ont fui pour se mettre à l’abri, et le gouverneur du Texas a fini par mobiliser l’ensemble des 12 000 soldats de la Garde nationale texane. Mardi, 10 000 habitants étaient déjà hébergés dans le Centre des conventions de Houston et le flux de réfugiés continuait à enfler. Les autorités les dirigeaient alors vers d’autres villes de l’intérieur, moins exposées, dont Dallas, située à 400 km de là et dont les 3 centres d’accueil ont été rapidement saturés.

Evacuation de sinistrés à Houston (photo © Texas Military Department)

A Houston, une des plus grosses inquiétudes a trait à l’état de deux vastes réservoirs endigués construits dans les années 1930 à l’ouest de la ville, précisément pour la protéger contre les inondations, et qui approchent depuis mardi de leur niveau de saturation. Dès la création de la ville en 1836, à la confluence entre deux rivières, le bayou Buffalo et le bayou du Chêne blanc, il est apparu en effet que le site était particulièrement vulnérable au risque d’inondation. En un siècle, la ville a connu 16 inondations majeures, avec parfois jusqu’à 12 m d’eau dans les points bas de la ville !

Après la crue de 1935, particulièrement dévastatrice et qui avait fait 7 morts, une structure spécifique a été mise en place pour développer la prévention du risque inondation, ce qui n’empêche pas qu’on dénombre 30 crues importantes depuis, dont celle liée au passage de la tempête tropicale Allison, le 5 juin 2001, qui a causé 22 victimes et endommagé 95 000 véhicules et 73 000 habitations dans cette région texane.

Les deux réservoirs Addicks et Barker, dont l’état inquiète au plus haut point les ingénieurs de l’US Army Corps of Engineers en charge de leur exploitation, ont été mis en service en 1938 et font l’objet d’un programme de confortement entamé en 2014 mais dont l’achèvement n’est prévu qu’en 2019. Ces vastes cuvettes, dont la capacité de stockage cumulée atteint 510 millions de m3, soit près de la moitié du barrage de Serre-Ponçon, sont fermées par des digues en terre dont la hauteur maximale atteint respectivement 34 et 37 m. Ils interceptent plusieurs affluents en amont du bassin versant du Bayou Buffalo qui ensuite traverse toute l’agglomération de Houston. Ces cuvettes, aménagées en parcs urbains et espaces verts récréatifs, ne servent à retenir l’eau qu’en cas de crue, afin de protéger les zones urbanisées en aval.

Zones résidentielles inondées par les lâchers d’eau du réservoir Addicks, mardi 29 août 2017 (photo © David J. Phillip)

Mais les deux vastes réservoirs ont atteint leur cote maximale autorisée de remplissage dès le lundi 28 août au matin. Il a donc fallu alors commencé à délester avant que le niveau de l’eau ne monte trop haut et ne menace la stabilité des digues elles-mêmes. C’est en effet le point faible de ce type d’ouvrage qui, en cas de submersion peut se rompre, provoquant alors une onde qui se propage très rapidement en aval, dévastant tout sur son passage. C’est donc pour éviter ce risque que les autorités ont préféré ouvrir les vannes, inondant de ce fait l’ensemble des quartiers situés en contrebas, et venant rappeler à tous qu’une protection contre les inondations est toujours dimensionnée pour un niveau de crue donné : au-delà, il faut bien que l’eau s’écoule et reprenne son chemin naturel, en l’occurrence la vaste plaine alluviale dans laquelle les hommes ont choisi, peut-être un peu imprudemment, de bâtir une ville de 2,3 millions d’habitants !

Vue aérienne du réservoir d’Addicts lors d’une inondation récente (photo © US Army Corps of Engineers)

L’histoire n’est certes pas terminée et l’heure des comptes n’est pas encore arrivée. Après le passage de Katrina à la Nouvelle-Orléans, ce sont environ 1 million d’habitants qui ont dû faire appel aux services sociaux de l’Agence fédérale de gestion des situations d’urgence et on estime déjà que ce nombre pourrait avoisiner les 450 000 après le passage de la tempête Harvey, de nombreux Américains n’étant pas assurés contre ce type de risque naturel. La seule bonne nouvelle, si l’on peut dire, c’est que les assureurs ne sont pas inquiets puisque leur secteur dégage un bénéfice confortable évalué actuellement à 700 milliards de dollars, de quoi largement voir venir…

L.V. 

Un perroquet qui joue les corbeaux…

28 juillet 2017

C’est une drôle d’histoire qui nous vient des Etats-Unis. Une histoire que Fernand Reynaud aurait adoré raconter, pour ceux qui ont encore en tête son sketch sur le fameux perroquet qui dialogue avec le plombier tentant désespérément de se faire ouvrir la porte et hurle « C’est le plombier ! » tandis que le volatile obstiné demande inlassablement « Qui c’est ? ».

L’histoire donc se passe dans le Michigan à Sand Lake, en mai 2015. Si l’on en croit le Detroit news, Connie Ream n’a pas vu ses voisins, Marty et Glenna Duram depuis 2 jours et finit par s’inquiéter car les deux commères ont l’habitude de bavarder chaque jour. Elle finit par envoyer un texto pour demander à Glenna ce qu’elle a bien pu fabriquer avec son mari, mais pas de réponse. Le deuxième jour, elle ouvre la porte de ses voisins et découvre leurs deux corps inanimés.

Les pompiers, aussitôt prévenus accourent mais ce n’est qu’une heure plus tard qu’un des policiers, arrivé entre temps, se rend compte que Glenna Duram, âgée de 48 ans, est encore en vie. Marty, son époux avec qui elle vit depuis 11 ans, a été abattu de 5 coups de révolver. Glenna est elle-même blessée à la tempe droite, mais elle s’en remettra rapidement. Sur le coup, après avoir cru la femme décédée, les policiers la considèrent désormais comme une victime d’un cambriolage qui aurait mal tourné.

Glenna Duram lors de son procès (photo © Rex Larsen / Detroit news)

Sauf que, au fil de l’enquête, on se rend compte que le couple avait de gros problèmes d’argent, tandis que les enfants de Marty découvrent trois lettres d’adieu écrites par Glenna. La police commence à penser que c’est elle qui a tué son mari, poussée à bout par ses difficultés financières et redoutant une saisie imminente de leur maison, avant de tenter de se suicider. Mais Glenna dément et affirme ne pas se souvenir avoir écrit ces lettres. L’enquête piétine jusqu’en mai 2016, lorsque entre en scène le fameux perroquet…

Bud, le perroquet des Duram, témoin capital d’une affaire pénal

Bud, un perroquet gris du Gabon qui appartenait aux Duram, a été recueilli par une des cousines de Marty, peu près le drame. Depuis, il n’arrête pas de rejouer la scène d’une dispute conjugale fort convaincante. Imitant à la perfection la voix de son maître brutalement décédé, il hurle à qui veut l’entendre : « Ne tire pas, putain, ne tire pas ! ». Intriguée, la cousine a filmé le perroquet un mois après en avoir hérité. Devant l’incapacité des enquêteurs à boucler l’affaire et après avoir gardé le secret pendant plusieurs mois, elle se décide finalement à communiquer la vidéo à une télévision locale.

L’affaire fait immédiatement le buzz et trois semaines plus tard, Glenna Duram est finalement arrêtée et inculpée du meurtre de son mari. Son procès vient de se tenir et le verdict est mis en délibéré jusqu’au 28 août. Elle risque désormais la réclusion criminelle à perpétuité après avoir été reconnue coupable d’avoir assassiné Marty, même si elle continue à nier les faits.

Le perroquet n’a pas été amené à témoigner à la barre comme certains l’auraient souhaité. Le procureur y a songé, semble-t-il, mais y a finalement renoncé, ne sachant trop comment lui faire prêter serment : « Levez l’aile droite et dites je le jure »…

Mais le perroquet a néanmoins été considéré durant le procès comme un témoin oculaire de premier plan, après avoir subi lui-même un examen approfondi conduit par une psychologue experte en perroquets (ça existe !), laquelle a pu attester que le volatile bavard imitait bien une dispute entre deux personnes, reproduisant selon toute vraisemblance une scène effectivement vécue et qui s’est mal terminée pour son défunt maître.

Espérons quand même pour celle qui risque de finir ses jours en prison que tout cela n’est pas le fruit d’une imagination trop fertile d’un perroquet cabotin et avide de reconnaissance médiatique…

L.V. 

Trump place les États-Unis au ban de l’humanité

3 juin 2017

Finalement, personne n’aura été capable de convaincre le président des États-Unis, l’insaisissable Donald Trump, que l’avenir de la planète pouvait justifier un minimum de sacrifice vis-à-vis des intérêts économiques américains à court terme. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Dès leur première rencontre et la poignée de main musclée avec le nouveau président français, Emmanuel Macron, ce dernier avait insisté pour que Donald Trump prenne le temps de la réflexion avant d’annoncer la sortie des États-Unis de l’Accord de Paris, qui avait été adopté par 195 pays à l’issue de la COP 21 en décembre 2015 et était entré en vigueur moins d’un an plus tard, le 4 novembre 2016, après que 146 pays, dont les États-Unis, l’aient ratifié.

Poignée de main entre Donald Trump et Emmanuel Macron lors du sommet de l’OTAN, le 25 mai 2017 à Bruxelles (photo © Reuters)

Le sujet avait été au coeur des discussions lors du sommet du G7 à Taormina où les autres chefs d’États présents avaient tenté de convaincre le magnat de l’immobilier américain, devenu président de la première puissance économique mondiale, que l’avenir de la planète méritait peut-être réflexion. Dans son pays même, de très nombreuses voix, dont celle de sa propre fille Ivanka, s’étaient élevées pour tenter de convaincre le président Trump de revenir sur sa promesse de campagne. Les PDG de très grosses entreprises américaines, dont Facebook, Google, Apple, ou encore Exxon ont également pris position en faveur du respect de l’Accord de Paris qui engage les États-Unis à diminuer d’ici 2015 de 26 à 28 % ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à leur niveau de 2005, tout en contribuant au fonds de solidarité destiné à aider les pays émergents dans leur effort d’adaptation. Les maires de 75 villes représentant 42 millions d’habitants, ainsi que les gouverneurs de 12 États abritant 102 millions d’Américains, ont aussi publiquement appelé Trump à respecter cet accord.

Certains avaient d’ailleurs cru déceler lors de l’une de ses intervention post-élection une amorce de revirement sur le sujet mais avaient vite déchanté lorsqu’il était revenu, en mars dernier, sur le dispositif mis en place par Barak Obama pour tenter de limiter le développement des centrales thermiques (Clean Power Plan). Nicolas Hulot, qui n’était alors pas encore ministre de la transition écologique et solidaire n’avait pas mâcher ses mots : « Si un jour la notion d’écocide est reconnue en droit international, Donald Trump sera coupable de crimes contre l’humanité ». Même le pape François y était allé de sa mise en garde…

Le président américain Donald Trump annonçant que son pays allait quitter l’Accord de Paris sur le climat, le 1er juin 2017 à Washington (photo © Brendan Smialowski / AFP)

Mais Donald Trump n’a eu cure de tous ces avertissements et a donc annoncé jeudi 1er juin 2017 que les États-Unis se retiraient dès à présent de l’Accord de Paris, justifiant sa décision par sa volonté de faire passer en priorité les intérêts américains à court terme, devant l’avenir de l’humanité à plus long terme : « J’ai été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris ». On se saurait être plus clair en effet, ni se montrer plus égoïste… Pour quelqu’un qui est à la tête d’une fortune personnelle gigantesque, au point de préférer ne pas loger à la Maison Banche mais plutôt dans l’une de ses luxueuses demeures dont les photos qui circulent sur le net laissent béats, voilà qui en dit long sur son sens des responsabilités…

Une des 120 pièces de la maison de campagne de Donald Trump à Mar-a-lago (Floride)

C’est d’ailleurs le maire de Pittsburgh qui s’en est étranglé d’indignation, au point de rappeler que rien n’empêche les villes américaines de poursuivre leurs efforts et respecter leurs engagements malgré les déclarations du chef de l’État : « En tant que maire de Pittsburgh, je peux vous assurer que nous suivrons les directives de l’accord de Paris pour nos administrés, notre économie et notre avenir ».

Dessin de Kanar publié dans Alternatives économiques

C’est là tout le paradoxe de cette déclaration de Donald Trump qui va en réalité à l’encontre non seulement de l’opinion publique américaine, désormais favorable à plus de 70 % au maintien dans l’Accord de Paris, mais surtout des intérêts de l’économie américaine largement engagée dans la transition énergétique. On considère ainsi que les énergies renouvelables représentent dès à présent de l’ordre de 770 000 emplois aux États-Unis, 10 fois plus que le secteur du charbon que Donald Trump cherche à favoriser, et surtout que la vitesse de création des emplois y est 17 fois plus importante que dans le reste de l’économie américaine.

Un dessin signé JM (source : actu en dessin)

C’est bien d’ailleurs ce qui inquiète les Américains car la décision de Donald Trump risque de les freiner sur ce marché de la transition énergétique dans lequel la Chine s’est, elle, résolument engagée et se pose désormais en leader mondial, aux côtés de l’Union européenne qui, jusque-là, a été en pointe du combat politique contre le réchauffement climatique global. C’est donc peut-être un revirement géostratégique auquel nous assistons actuellement avec cette position totalement incohérente et irresponsable du chef de l’État américain, même si cette décision est davantage une posture électoraliste qu’un choix stratégique.

Car en réalité, cette dénonciation est pour l’instant largement rhétorique, ne serait-ce que parce que la procédure choisie par Donald Trump pour sortir de l’accord, par la voie de la dénonciation, ne sera effective qu’en novembre 2020, soit juste à la fin de son mandat présidentiel ! En revanche, sa portée symbolique est colossale et son impact sur le reste de la planète va être redoutable, en particulier pour les pays les plus pauvres qui comptaient fermement sur le fameux Fonds vert doté annuellement de 100 milliards de dollars pour les aider à engager leur propre transition énergétique et à s’adapter aux effets déjà bien visibles du changement climatique global.

La façade de la mairie de Paris illuminée en vert le 2 juin 2017 (photo © DR)

Pas sûr que le simple éclairage en vert de l’Hôtel de Ville de Paris, décidé illico par Anne Hidalgo, suffise pour contrebalancer les effets d’une telle décision…

L.V.  

Croisière autour du monde : 8ème escale

12 février 2017

Des nouvelles de nos deux croisiéristes en vadrouille autour du monde à bord du Queen Elisabeth, après leur dernière halte à San Francisco.

Mercredi 8 février :

Sur le bateau, quelque part dans l’Océan Pacifique entre San Francisco et Hawaï…

blog394_phtiffany

A bord, la musique est partout et c’est toujours de la musique vivante et non un enregistrement. Ici vous avez le quatuor à cordes Tiffany, mais aussi un orchestre de jazz et un piano solo…

blog394_phjazz

Ici deux duos très performants : flûte traversière et guitare par 2 jeunes Allemands, piano et violon par deux Anglais.

blog394_phduo

blog394_phhonolulu3Jeudi 9 février :

Quelques mots sur Hawaï que nous atteignons aujourd’hui. C’est un archipel de 6 îles appartenant aux USA qui les ont annexées en 1898. Hawaï est la plus grand île de l’archipel, Ohau la plus peuplée, les autres étant Honolulu et Pearl Harbour où nous feront escale demain, puis Mauï où nous ferons escale ensuite, mais aussi Lauai, Molokai et Kauaï.

Elles ont été découvertes par Cook, le grand homme de la région dont le nom revient à chaque fois ! Il y avait La Perouse aussi bien sûr mais il a été probablement tué et peut-être même mangé dans les Samoa… Des traces retrouvées récemment laissent à penser que les Espagnols avaient peut être trouvé ces îles 200 ans avant Cook mais qu’il ne s’y étaient pas intéressés…

blog394_phhonolulu2

Les îles sont une grande destination pour le tourisme avec un climat très agréable toute l’année. On y pratique tous les sports nautiques et en particulier le surf. Deux vues de la plage de Waikiki à Honolulu…

Voilà, ce sera tout pour aujourd’hui !

blog394_phhawai3Vendredi 10 février :

Quelques mots sur Pearl Harbour où nous avons débarqué aujourd’hui. C’est un excellent mouillage à 11 km au nord ouest d’Honolulu et dont le nom vient du fait qu on y a élevé des huîtres perlières.

En décembre 1941, 150 avions japonais détruisent presque toute la flotte US et précipitent les USA dans la seconde guerre mondiale, faisant des milliers de morts.

Aujourd hui c’est un lieu de recueillement pour les Américains. On y évoque la mémoire de 3 bateaux en particulier, le SS Arizona, le SS Missouri et le SS Bowfin, un sous-marin.

blog394_phhawai2

A Pearl Harbour, le sous marin Bowfin, la plaque d’accueil et des canons embarqués sur les sous marins.

blog394_phhawai1

Une scène qui m’a évoqué irrésistiblement un plan du film culte de Fred Zinnemann, avec Burt Lancaster et Frank Sinatra, « Tant qu’il y aura des hommes »…

blog394_phhonolulu1

blog394_phmaui2Samedi 11 février :

Hello, nous venons d’apprendre qu’il y a une modification par rapport à l’itinéraire prévu : avant d’aborder aux îles Tonga, nous nous arrêterons un jour (le 16 mars) à Apia, dans les îles Samoa, là où Robert Louis Stevenson a vécu les dernières années de sa vie et où il est enterré.

Par contre on est vraiment au bout du monde et je ne sais pas si les communications seront faciles ! Je ferai pour le mieux..…

blog394_phmaui1

blog394_phmaui3Nous étions aujourd’hui sur l’île de Mauï. Dans le patio du Pioneer inn, le plus ancien hôtel de l’île. Une pirogue polynésienne et un bouquet de fleurs qui sont naturelles je vous le jure !

Pas grand chose à faire sur l’île de Mauï… Il faisait gris et donc prendre un bain n’était pas très tentant.  Des inondations avaient coupé la route menant aux volcans. Alors on s’est contenté de flâner dans le centre de la petite bourgade, sorte de super marché pour touriste proposant les inévitables tee shirts, magnets, colliers de fleurs en soie…

Sur la grand place nous avons admiré un banian géant, planté en 1870. Nous avons vu l’ancien tribunal et la maison du missionnaire Baldwin. Nous avons bu un verre dans le très charmant Pioneer Inn, premier hôtel construit à Mauï, et puis nos chaloupes nous ont ramenés au bateau.

En effet Mauï ne possède pas de port et on effectue le transport avec des canots appelés tenders. De retour à bord, une belle surprise nous attendait: des baleines s’ébattaient dans la baie et nous avons vu un festival de sauts, souffle projeté très haut, acrobaties de toute sorte effectuées par ces mastodontes qui sont en même temps si légers dans leurs déplacements dans l’eau…

Cinq jours de mer à présent pour rejoindre, en franchissant l’équateur, les îles Samoa. La mer est très calme et la température voisine de 25 degrés, fort agréable.

A bientôt !

Annie

Croisière autour du monde : 7ème escale

7 février 2017

Samedi 4 février :

San Francisco est une ville qui ressemble peu aux autres cités américaines : les risques réels de tremblement de terre (le pire fut celui de 1906) font que l’on ne construit pas en hauteur et que les gratte-ciel sont rares. Cela donne à cette ville implantée au bord d’une baie magnifique un petit air européen…

Nous y sommes déjà allés plusieurs fois mais il reste toujours un musée, une église que l’on a envie de voir ou de revoir… Nous avons découvert avec bonheur le MOMA, le musée d’art moderne qui nous a réservé de belles surprises. Il faut dire que mon mari et moi sommes fanas de peinture…

Voici en illustration quelques-unes des dizaines de photos que nous avons prises dans le musée !

Une salle du MOMA de San Fransisco avec un tableau d’Andy Wahrol à gauche

Une salle du MOMA de San Francisco avec un tableau d’Andy Wahrol à gauche

Magritte – Les valeurs personnelles

Magritte – Les valeurs personnelles

Edward Hopper - l’entracte

Edward Hopper – l’entracte

Diego Rivera - Le porteur de fleurs

Diego Rivera – Le porteur de fleurs

Frida et Diego Rivera (tableau de Frida Khalo)

Frida et Diego Rivera (tableau de Frida Khalo)

La fin du voyage de Robert Colescott

La fin du voyage de Robert Colescott

 

blog392_phaquarium1Dimanche 5 février :

A San Francisco, nous avons pu voir aussi Grâce Cathedral. Construite au XIXe siècle sur le modèle de…Notre-Dame de Paris ! C’est assez cocasse dans un quartier plutôt chic dont les maisons sont, pour les plus anciennes, victoriennes.

Depuis longtemps je voulais voir Alcatraz la fameuse prison ou fut enfermé, entre autres Al Capone. La visite a été très intéressante ! Sur un bout de rocher battu des vents, des bâtiments sévères qui ne furent fermés qu’en 1963, des cellules minuscules avec le fameux mur donnant sur le couloir et qui est constitué d’une simple grille (on l’a vu dans bien des films !). Dans la boutique d’Alcatraz on a même eu la surprise de rencontrer un ancien taulard venu dédicacer le livre qu’il a consacré à son séjour dans cette prison d’où on pense que personne n’a jamais réussi à s’évader.

On est aussi allés faire coucou aux lions de mer qui donnent un spectacle gratuit aux touristes toujours nombreux. En somme deux jours de visite très variées dans une ville qui ne laisse pas indifférent.

blog392_phaquarium2

Et puis, il y a l’aquarium de la Baie de San Francisco : un aquarium petit mais magnifiquement coloré et très bien fait. Un vrai régal pour les yeux !

blog392_phaquarium3

 

Lundi 6 février:

Nous voici désormais en mer pour trois jours, en route pour Hawaï, après avoir passé deux jours fort agréables  à San Francisco.

J’en profite pour apporter quelques réponses aux interrogations de Nicole. Sur le bateau, tout d’abord : le Queen Elizabeth est un navire de croisière lancé en 2010, qui peut embarquer 2 081 passagers et 1 005 membres d’équipage. Il mesure 964 pieds de long (le pied vaut 30 cm, faites le calcul…) sur 106 pieds de large. Les cabines vont de la cabine intérieure sans fenêtre, à la cabine avec fenêtre carrée, puis la cabine avec balcon et enfin les suites plus grandes bien sûr. Il y a même des duplex, cabines sur deux niveaux avec deux chambres et deux salles de bain plus un grand salon et une terrasse !

Pour ce qui est de l’itinéraire, il est bien entendu imposé par la compagnie : on choisit une croisière en fonction de l’itinéraire proposé. Autrefois, quand on faisait un tour du monde, il fallait aller d’un bout à l’autre du trajet. Ce n’est plus ainsi aujourd’hui où on peut faire une fraction du tour du monde selon ses envies et ses possibilités. Nous, nous avons pris le navire à son départ d’Angleterre, à Southampton (c’est là que la compagnie Cunard à son port d’attache et ses bureaux), et le quitterons  à Singapour, soit environ 3 semaines avant son retour à Southampton.

Quant à nos motivations… La Terre n’est pas si vaste et il arrive maintenant fréquemment que nous disions « Oui mais ce port nous l’avons déjà vu plusieurs fois ! » Donc les choix de nos croisières s’avèrent parfois difficiles ! Cet itinéraire nous a séduit car il est assez branché Asie : il propose quatre escales au Japon, une en Corée du Sud, deux au Vietnam, et deux en Chine. Voilà pourquoi nous l’avons choisi cette fois-ci !

A bientôt !

Annie

Croisière autour du monde : 6ème escale

4 février 2017
Des lions de mer se prélassent sur les pontons

Des lions de mer se prélassent sur les pontons

Le Queen Elisabeth à bord duquel ont pris place nos deux croisiéristes a désormais quitté la côte mexicaine pour aborder en Californie dans la baie de San Francisco.

Vendredi 3 février :

Nous voici près de San Francisco. Après un tour sur le bord de mer pour voir les phoques et les lions de mer, nous avons pris un ferry pour aller voir la célèbre prison de haute sécurité Alcatraz (qui signifie pingouin en espagnol).

blog389_phalcatraz6

blog389_phalcatraz5Elle a abrité plus de 230 prisonniers dont le célèbre Al Capone qui en est sorti mentalement atteint (il faut dire qu’il était presque toujours à l’isolement dans une cellule sans lumière !)

La prison a été fermée par Robert Kennedy en 1963. Ce que l’on sait moins, c’est que l’île a été autrefois occupée par des indiens de différentes tribus. Leur porte parole, un mohawk, disait : « il me paraît juste que les bateaux du monde entier arrivant devant le golden Gate voient cette île indienne et se souviennent alors de la vraie histoire de cette nation ».

Les photos vous montrent quelques détails de la vie des prisonniers et des lieux qu’ils occupaient.

blog389_phalcatraz1

L’entrée de la prison d’Alcatraz

Vue intérieure des coursives

Vue intérieure des coursives

Une cellule d'Alcatraz

Une cellule d’Alcatraz

Une visite très intéressante que je rêvais de faire depuis longtemps…

Annie

Croisière autour du monde : 2ème escale

17 janvier 2017

Ca y est : nous avons retrouvé la trace de nos deux croisiéristes qui ont donc achevé sans encombre leur périlleuse traversée de l’Atlantique nord…

 

Dimanche 15 janvier

Après une longue semaine sans voir la terre ni aucun navire d’ailleurs, nous arrivons ce matin à New York ! Le temps s’est mis au beau avec un soleil radieux mais une température à peine supérieure à zéro.

blog382_ph2380

Le navire passe sous le grand pont « Verrazzano bridge » dont je vous envoie une photo, puis, entrant dans la rivière Hudson, nous voyons ce que tout le monde attend : la Statue de la Liberté,  œuvre du sculpteur français Bartholdi……les caméras crépitent et tout le monde est impatient de fouler le sol du nouveau monde.

blog382_ph2398

Ce devrait être fait vers 14 heures.

 

Lundi 16 janvier

Les deux tours du World Trade Center n’existent plus depuis les attentats du 11 septembre 2001.
Cette nouvelle tour les remplace, très élancée avec son triangle pointe en bas.

blog382_phtour

Le quartier est encore et toujours en travaux, c’est émouvant ! Un musée des attentats a vu le jour. Malheureusement nous n’avons pas eu le temps de nous y rendre et je regrette donc de ne pouvoir vous en dire plus…..

Le Queen Elisabeth amarré dans le port de New York

Le Queen Elisabeth amarré dans le port de New York

Nous venons de quitter New York et nous dirigeons vers le sud. Prochaine escale : Fort Lauderdale en Floride.

 

Mardi 17 janvier

Ces deux jours à New York nous ont laissé un sentiment mitigé. D’abord il faisait un froid de gueux et marcher dans la rue était très pénible. Ensuite comme d’habitude, c’est choquant de voir des quartiers superbes qui voisinent avec des zones misérables…

Nous avions eu l’idée saugrenue de louer sur les « hop on  hop off », c’est à dire des bus à deux étages qui font le tour de la ville avec des arrêts devant les musées, les demeures, les commerces de luxe….. On monte et on descend quand on veut et on prend le bus suivant dès qu’on a fini la visite choisie… Ces bus, nous les avons expérimentés un peu partout, à Barcelone, Cork en Irlande, Washington, Paris… C’est toujours magnifique. Pas à New York !!! Bus non chauffé, commentaires sans aucun intérêt, périodicité des passages beaucoup trop rare (par exemple pour  Brooklyn : un bus toutes les 2 heures !). À déconseiller donc.

Nous avons donc fait deux visites intéressantes tout de même durant cette longue escale. Le premier soir une balade de nuit vers Harlem nous a permis de voir les illuminations de Noël qui sont encore en place, puis nous a menés à l’Apollo Theatre où dans les années 30 des radio crochets ont révélé de grands musiciens et chanteurs de jazz dons les noms sont visibles sur le trottoir.

blog382_phapollo

Enfin nous avons terminé la soirée au Cotton Club, un des « speakeasy » du temps de la prohibition. Un orchestre de 7 musiciens, une chanteuse, de l’ambiance, une bonne soirée !

blog382_phcotton

Le lendemain nous tentons d’aller voir le musée d’art de Brooklyn… Hélas, il est fermé le lundi ! Nous avons dons opté pour le MoMa, musée d’art moderne situe en plein Manhattan et qui présente des œuvres à partir de 1880. Nous y avons vu une exposition Picabia, un peintre que nous connaissions mal.

Peinture de Picabia (MoMA)

Tableau de Picabia (MoMA)

Mais au détour d’une salle, nous sommes tombés en arrêt devant un merveilleux Chagall, ainsi qu’un tableau du Douanier Rousseau….

blog382_phtableaux

Le navire file donc à présent plein sud. La température s’est adoucie déjà et demain on pourra je pense commencer à songer à la piscine…..

Annie

A Flint, mieux vaut ne pas boire pas l’eau du robinet…

4 janvier 2017

La ville de Flint, située au nord des États-Unis, dans l’État du Michigan, fait partie, comme sa voisine Detroit, située à quelques 120 km de là, de ces cités américaines qui ont fondé leur prospérité sur l’essor de l’industrie automobile et qui ont subi de plein fouet le déclin de cette dernière. La société Buick y a été fondée en 1908 et General Motors en 1911, fournissant de l’emploi à foison pour toute la région.

Chaîne de montage de l’usine Buick à Flint

Chaîne de montage de l’usine Buick à Flint

Durant près d’un siècle, toute la ville ou presque a vécu de l’industrie automobile, jusque dans les années 1990, lorsque les usines General Motors ont fermé et ont même été entièrement rasées, laissant place à de vastes friches industrielles entourées de clôtures grillagées en plein centre ville. En 25 ans, la ville a perdu un tiers de sa population qui dépasse désormais péniblement les 100 000 habitants. Plus de la moitié de la population y est noire et 42 % vit en dessous du seuil de pauvreté, tandis que le taux de criminalité y atteint des records. Maisons, écoles, supermarchés et casernes de pompiers, devenus inutiles, y sont détruits les uns après les autres tandis que la ville se meurt à petit feu.

En 2011, la ville, surendettée, est au bord de la faillite, au point que la municipalité est placée sous tutelle d’un administrateur d’urgence, nommé par le gouverneur républicain du Michigan, Rick Snyder. Les élus démocrates, qui sont à la tête de la ville depuis des décennies, sont accusés de clientélisme et de gabegie. Une cure d’austérité s’impose donc et les nouveaux responsables se lancent dans une chasse effrénée aux économies.

La rivière de Flint, nouvelle ressource en eau supposée potable (photo B. Pugliano / Getty)

La rivière de Flint, nouvelle ressource en eau supposée potable (photo B. Pugliano / Getty)

En avril 2014, c’est l’alimentation en eau potable qui est passée au crible de l’audit financier. Traditionnellement, la ville de Flint achète son eau à Detroit mais le coût de cet approvisionnement est jugé excessif par les ardents défenseurs de la rigueur budgétaire. Qu’à cela ne tienne, on décide du coup de pomper directement l’eau dans la Flint River qui traverse la ville, au moins pour quelques années, en attendant un hypothétique projet privé d’approvisionnement depuis le lac Huron, à la frontière canadienne.

Usine de traitement de l’eau à Flint (photo B. Carlsen / AFP)

Usine de traitement de l’eau à Flint (photo B. Carlsen / AFP)

La petite station de potabilisation vétuste est sommairement réhabilitée et pendant un an et demi, la ville va ainsi être alimentée par une eau fortement polluée, riche en métaux lourds et en germes pathogènes, et surtout fortement corrosive, au point d’attaquer sérieusement les conduites en plomb constituant l’essentiel du réseau de distribution d’eau supposée potable.

Très rapidement, la population se met à souffrir de vomissements et les pathologies s’accumulent. Depuis juin 2014, 87 cas de légionellose sont recensés, dont 10 s’avèrent mortels. Les autorités recommandent de faire bouillir l’eau et font appel à l’expertise de certaines sociétés dont Véolia qui préconisent des traitements chimiques mais ces derniers ne font qu’aggraver la corrosion des canalisations. Les cas de saturnisme se multiplient et General Motors, qui avait conservé sur place une usine de poids-lourds, finit par rétablir à ses frais, dès octobre 2014, une canalisation d’adduction d’eau depuis Detroit pour mettre fin aux graves problèmes de corrosion qui menacent ses propres installations industrielles !

Manifestation à Flint le 25 avril 2015 (photo J. May /Flint Journal)

Manifestation à Flint le 25 avril 2015 (photo J. May /Flint Journal)

Face à l’inertie des autorités, la population s’organise et plusieurs associations se créent, dont Flint Rising, pour dénoncer ce scandale et réclamer des solutions à la hauteur du problème. En octobre 2015, sous la menace de plusieurs recours en justice, les autorités finissent par rétablir l’alimentation par le réseau de Detroit. Mais il faut encore attendre le 8 janvier 2016 pour que le gouverneur décide enfin de déclarer l’état d’urgence sanitaire. Le 16, Barack Obama a même placé Flint en état d’urgence fédérale, afin d’accélérer la distribution d’eau en bouteille et de filtres, avec ces mots : « si j’étais en charge d’une famille là-bas, je serai hors de moi à l’idée que la santé de mes enfants puisse être en danger ».

Depuis, la situation s’améliore lentement mais les distributions d’eau potable se poursuivent en attendant que les canalisations de plomb, désormais gravement corrodées, puissent être progressivement changées afin qu’elles ne continuent plus à empoisonner la population, lentement mais sûrement. Plus de 27 000 enfants seraient ainsi menacés par une intoxication irréversible au plomb…

Distribution d’eau en bouteille à Flint en mai 2016 (photo AFP)

Distribution d’eau en bouteille à Flint en mai 2016 (photo AFP)

Dans un tel contexte, chacun règle ses comptes et les attaques en justice se multiplient. Même Véolia, qui n’est pourtant intervenu dans cette affaire que pour une expertise ponctuelle courant 2015, est attaqué par le procureur général depuis juin 2016 et va devoir s’expliquer devant la justice américaine, au même titre qu’un de ses concurrents, la société Lockwood, Andrews & Newnam.blog376_pheaupolluee

Beaucoup accusent les autorités d’avoir fait preuve d’un laxisme coupable dans une ville dont la population, majoritairement noire et pauvre, était considérée comme suffisamment passive pour supporter une telle situation et ne méritant pas d’investir plus que le strict minimum pour renouveler les infrastructures publiques. De ce point de vue, les reportages de Frédéric Autran, pour Libération, ou de Yves Eudes, paru dans le Monde, sont tout à fait instructifs…

On sait désormais, depuis le procès de Christine Lagarde, que pour les responsables politiques d’un certain niveau, la négligence en matière de gestion des affaires publiques, n’est qu’une faute vénielle qui ne mérite même pas d’être condamnée. Puisse néanmoins cet exemple amener nos élus à réfléchir aux conséquences des décisions qui sont prises sous le seul angle des économies à court terme, même si, à de multiples égards, la gestion de l’alimentation de l’eau en France n’est pas soumise à autant de risques de dérives qu’aux États-Unis, jusqu’à présent du moins…

L.V.  lutinvert1small

Changement climatique : Donald Trump se serait-il trompé ?

8 décembre 2016

Pendant toute sa campagne électorale, le candidat républicain Donald Trump n’avait pas arrêté d’exprimer une position climato-sceptique des plus caricaturales, ne manquant jamais une occasion, à chaque chute de neige hivernale, de tourner en dérision ceux qui alertent sur le réchauffement climatique global sous l’effet des émissions de gaz à effet de serre.

Comment peut-on encore douter de la réalité du réchauffement climatique ?

Comment peut-on encore douter de la réalité du réchauffement climatique ?

On se souvient de Vladimir Poutine clamant à qui voulait l’entendre que le réchauffement climatique était une excellente nouvelle pour la Russie et plus encore pour la Sibérie. Manifestement, Trump n’était pas loin de partager ce même sentiment, n’hésitant pas à affirmer que le changement climatique global n’était qu’un « canular », « un concept inventé par les Chinois pour empêcher l’industrie américaine d’être compétitive ».

Le candidat, alors en campagne promettait, s’il était élu, d’ « annuler » l’accord de Paris signé par les États-Unis le 12 décembre 2015 à l’issue de la COP 21 et entré en vigueur le 4 novembre 2016, quelques jours seulement avant la date de l’élection présidentielle américaine.

Il aura donc beaucoup fait parler de lui pendant le déroulement de la COP 22 qui vient de se tenir à Marrakech et à l’occasion de laquelle 360 grandes entreprises américaines ont publié un manifeste l’appelant à changer ses positions face au risque majeur du réchauffement climatique, risque qui pourrait se transformer en formidable opportunité de développement technologique pour peu que les responsables politiques ne s’enferment pas dans le déni et prennent le sujet à bras le corps. L’annonce, pendant la COP 22, d’une des dernières mesures prises par l’administration Obama, visant à diminuer de 80 % les émissions américaines de gaz à effet de serre d’ici 2050 par rapport à leur niveau de 2005, ressemblait d’ailleurs autant à un baroud d’honneur qu’à un pied de nez au milliardaire nouvellement élu.

Lequel semble du coup avoir légèrement atténué sa position maintenant qu’il accède réellement aux responsabilités. C’est du moins ce que la presse mondiale en a déduit suite à une interview qu’il a accordée le 23 novembre dernier au New York Times, entretien dont beaucoup ont compris qu’il ne comptait en réalité pas sortir de l’accord de Paris et que manifestement ses propos quelques peu outranciers tenus lors de la campagne n’étaient plus de mise.

Donald Trump en entretien dans les bureaux du New York Times le 22 novembre 2016 (photo H. Masuike/The New York Times)

Donald Trump en entretien dans les bureaux du New York Times le 22 novembre 2016 (photo H. Masuike/The New York Times)

Or le New York Times a tenu à publier sur son site la transcription intégrale de l’entretien accordé par le nouveau président élu aux journalistes et l’analyse de ses propos, tel que l’a rapporté Stéphane Foucart dans Le Monde, suscite plutôt une certaine perplexité. L’exercice, « offrant ainsi au lecteur un voyage fascinant au cœur des brumes sibyllines de la pensée trumpienne », révèle en tout cas à quel point la pensée du nouveau président est confuse, c’est le moins que l’on puisse dire…

Petit florilège de cet entretien qui restera sans doute dans les annales : à la question du chroniqueur Thomas Friedman : « Allez-vous retirer à l’Amérique son rôle moteur dans la lutte contre le changement climatique ? » Trump répond : « Je regarde ça de très près, Tom. Je vais vous dire quoi. J’ai l’esprit ouvert là-dessus. On va regarder très soigneusement. C’est une question intéressante parce qu’il y a peu de choses où il y a plus de divisions que sur le changement climatique. Vous avez tendance à ne pas l’écouter, mais il y a des gens de l’autre côté de cette question qui ne sont, tenez, même pas… »blog366_phtrump

Charitable, le patron du journal relance le débat, ce qui permet à Donald Trump de développer sa pensée : « Mais beaucoup de gens intelligents sont en désaccord avec vous. J’ai un esprit très ouvert. Et je vais étudier beaucoup de choses qui se sont produites là-dessus et nous allons les regarder très soigneusement. Mais j’ai un esprit très ouvert. Vous savez, le jour le plus chaud, c’était en 1890 et quelque, en 1898. Vous savez, vous pouvez faire grand cas de différents points de vue. J’ai un esprit totalement ouvert. Mon oncle a été pendant trente-cinq ans professeur au MIT. Il était un grand ingénieur et scientifique. C’était un type bien. Et il était… il y a longtemps, il avait son sentiment — c’était il y a longtemps —, il avait son sentiment à ce sujet. C’est un sujet très complexe. Je ne suis pas sûr que personne saura jamais. »

blog366_dessintrumpEffectivement, il y a fort à craindre qu’on ne saura jamais réellement ce que le nouveau président des États-Unis pense de ce sujet sinon qu’il est certainement très complexe. Peut-être son oncle scientifique aurait-il en effet été plus précis sur le sujet ? Pourtant les journalistes ne se découragent pas pour autant et relancent l’intéressé en lui demandant s’il pense que le réchauffement est lié aux activités humaines. « Maintenant, je pense… disons, je pense qu’il y a une connexion. Il y a quelque chose. Cela dépend à quel point. Cela dépend aussi de combien cela va coûter à nos entreprises. Vous devez bien comprendre, maintenant, nos entreprises ne sont pas compétitives. »

Voilà déjà qui est plus clair. La véracité d’un fait dépend donc, dans l’esprit de M. Trump, de son coût pour les entreprises américaines. Un journaliste insiste : les États-Unis vont-ils, oui ou non, se retirer de l’accord de Paris ? « Je vais y jeter un œil », répond simplement M. Trump.

Faut-il donc vraiment être rassuré par une position manifestement encore bien mouvante ? Le journaliste du Monde qui rapporte ces propos parait pour le moins inquiet à ce sujet et retient surtout de cet entretien que si Donald Trump insiste autant, tout au long de cette interview, sur son ouverture d’esprit, il est surtout à craindre que l’esprit du nouveau président soit en réalité plutôt « ouvert aux quatre vents »…

L.V.  lutinvert1small