Archive for 27 septembre 2022

Demain, une autoroute solaire à Marseille ?

27 septembre 2022

L’énergie solaire, bien qu’intermittente, présente l’avantage d’être inépuisable et pourrait permettre de couvrir largement nos besoins en électricité, à condition de pouvoir être stockée, ce qui n’est pas si simple… Depuis des années maintenant on voit fleurir des panneaux photovoltaïques sur nombre de toits, initialement surtout dans le but de revendre l’électricité produite au réseau public à un prix garanti très attractif, désormais pour consommer directement l’électricité ainsi produite, ce qui limite la question de son transport… On voit aussi de plus en plus des bâtiments publics mais aussi des hangars agricoles, industriels ou commerciaux qui offrent généralement de belles surfaces de toitures, se recouvrir de panneaux photovoltaïques.

Cave viticole de Bonnieux, dans le Vaucluse, largement recouverte de panneaux photovoltaïques depuis une bonne dizaine d’années (source © Cave de Bonnieux)

Une alternative particulièrement judicieuse aux centrales solaires installées au sol sous forme de panneaux simplement posés sur supports fixes ou orientables, voire avec concentration sur une tour centrale, mais qui occupent de l’espace, au détriment d’autres usages. Certains ont bien essayé de développer des panneaux solaires sur ombrières pour les installer au milieu des cultures, mais avec un risque de concurrence voire de gêne pour les travaux agricoles. D’où l’idée d’installer les panneaux photovoltaïques de préférence dans les lieux où ils ne font pas concurrence à d’autres usages. Outre les toitures ou les anciennes décharges difficiles à réhabiliter, comme celle d’Entressen, dans la Crau, ce sont maintenant les canaux de distribution d’eau voire les plans d’eau qui sont sollicités, même si l’installation s’y traduit par un surcoût significatif.

Des panneaux photovoltaïques déjà très présents sur les hangars agricoles, et ce n’est qu’un début… Un dessin signé Félé

Dans le même esprit, l’adjoint du maire de Marseille en charge de la transition écologique, Sébastien Barles, vient de proposer d’installer des panneaux solaires au-dessus des autoroutes urbaines de l’agglomération, l’A7, l’A50 et la L2. Une proposition qui s’inscrit dans la lignée de la labellisation de la ville de Marseille, retenue en avril dernier par la Commission européennes parmi les 100 villes qui visent la neutralité carbone en 2030. A l’époque, la candidature de Marseille avait un peu fait sourire tant la cité phocéenne partait de loin, après avoir fait le choix pendant des décennies du tout voiture, avec ses lacunes légendaires en matière de transports en commun, de préservation des ressources naturelles et de gestion des déchets notamment. Elle a pourtant été retenue avec 8 autres villes françaises parmi les 23 qui avaient candidaté, aux côtés des autres grandes métropoles passées en 2020 aux mains d’une municipalité à participation écologiste, à l’instar de Lyon, Paris, Nantes, Bordeaux, Grenoble ou Angers.

Marseille, retenue parmi les 100 villes accompagnées par la mission européennes en vue de la neutralité carbone d’ici 2030 (source © FNE PACA)

Et comme Marseille a un long chemin à parcourir pour atteindre cette bien hypothétique neutralité carbone d’ici 2030, il va falloir beaucoup d’imagination et de volonté politique ! D’où cette idée, un peu farfelue au premier abord, de recouvrir les autoroutes urbaines de panneaux solaires… L’écologiste Sébastien Barles n’est d’ailleurs pas tout seul à la porter et il était entouré, lors de sa présentation en conférence de presse jeudi 22 septembre 2022, notamment par le président du groupe écologiste au conseil municipal marseillais, Fabien Perez, par le président de la FNE 13, Richard Hardouin, mais aussi par le nouveau député LFI Hendrick Davi et le sénateur écologiste des Bouches-du-Rhône, Guy Benarroche.

Représentation de ce que pourrait être demain l’A50 recouverte de panneaux photovoltaïques (photo © P. Laurenson / Marsactu)

Car même si l’idée est séduisante, certains obstacles réglementaires empêchent pour l’instant sa mise en œuvre et il faudra peser politiquement pour les déverrouiller, en profitant par exemple du prochain examen de la loi sur l’accélération des énergies renouvelables. En supposant ces obstacles aplanis, il s’agirait de recouvrir 26 km d’autoroute, en commençant par un tronçon démonstrateur de 2 km sur l’A50 entre Marseille et Aubagne, la couverture permettant, non seulement de fournir de l’électricité (de quoi alimenter 6 000 logements rien qu’avec ces 2 premiers kilomètres), mais aussi de diminuer les nuisances sonores liées au trafic routier sur ces axes urbains régulièrement saturés.

Certes, la facture est un peu élevée, estimée à la bagatelle de 240 millions d’euros pour les 26 km visés à terme. Mais les élus sont optimistes pour lever les fonds nécessaires en mixant financement privés et publics (on voit mal la région PACA ne pas mettre la main à la poche pour un tel projet qui s’inscrit parfaitement dans sa prétention d’avoir « une COP d’avance »…), quitte à faire appel à la souscription des particuliers sous forme de participation pour un projet qui pourrait présenter un retour sur investissement évalué à 8 ans seulement.

Projet de serpent solaire imaginé par le suédois Mans Tham (source © Techniques de l’Ingénieur)

Ce projet s’inscrit en tout cas en droite ligne du Solar serpent présenté en 2010 par l’architecte suédois Måns Tham : une sorte de couverture semi-transparente des voies de circulation sous forme d’un revêtement en écailles constituées de panneaux photovoltaïques. Le concept avait été testé dès 2011 en Belgique sous forme de panneaux solaires posés sur le toit d’une tranchée couverte permettant au TGV de franchir en toute discrétion une zone naturelle protégée au nord d’Anvers. Un investissement de 15,6 millions d’euros qui permet de produire l’électricité dont a besoin le même TGV pour 2 heures de trajet…

Depuis, le coût des installations solaires a nettement baissé et l’opération devient de plus en plus intéressante, même si l’installation de panneaux photovoltaïques sous forme d’ombrières au-dessus de nos voies de circulation représente un surcoût qui reste très significatif par rapport à une installation photovoltaïque traditionnelle et ne peut donc se justifier que par les autres avantages recherchés. Il va donc falloir sans doute beaucoup de persuasion aux écologistes marseillais pour convaincre du bien fondé de leur projet, peut-être en argumentant que cette future couverture solaire de nos autoroutes urbaines permettra désormais de « rouler à l’ombre » même en période de forte chaleur…

L. V.