Archive for 11 novembre 2018

L’Europe est-elle mal partie ?

11 novembre 2018

En 1962, à la fin du processus de décolonisation, René Dumont publiait son fameux livre L’Afrique noire est mal partie, clairvoyant sur les faiblesses structurelles, économiques, sociales et politiques et le danger d’enlisement de tout un continent. Dans un certain sens, la même question se pose, concernant aujourd’hui l’Europe, minée par sa faible croissance, son impuissance politique et son absence de solidarité.

Alors, est-il encore possible de réanimer l’Union Européenne ? Faut-il changer les règles européennes ? Dissoudre l’UE ? Sans doute ne peut-on pas continuer éternellement dans la béatitude, voire la naïveté et sans tenir compte de la réalité concrète. Les élections européennes de mai 2019 ne se dérouleront pas du tout dans le même contexte que celles de 2014.

Source : images libres de droit pxhere

Il y a d’abord le constat d’une croissance économique au point mort. Si le produit intérieur brut (PIB) de l’Europe reste en légère progression (2 à 3 % par an), cela ne peut masquer qu’en 10 ans il a dégringolé de 30 % à 22 % du PIB mondial, alors que les Etats-Unis n’ont perdu que 3 % et que celui de l’Asie a triplé. La financiarisation excessive a entraîné une baisse globale des investissements à l’échelle européenne, passant de 22,4 % du PIB européen à 20,1 % en dix ans.

Certes les investissements étrangers en Europe (surtout américains et chinois) ont augmenté d’un facteur 2 durant la même période, mais combien de Péchiney, Arcelor, Lucent, Lafarge, Chantiers de l’Atlantique, Alstom ont ainsi été perdus ? Cependant, au-delà des mécanismes spéculatifs, c’est l’austérité budgétaire idéologique qui a porté les plus forts dommages à l’économie. D’abord parce que c’est précisément en période de crise qu’il faut investir et que la relance publique est la plus efficace. Où sont les projets de grandes infrastructures ? Où sont les faramineux budgets de relance annoncés par la commission européenne ? Mais aussi parce que l’austérité a fait stagner le pouvoir d’achat des européens, quand il n’a pas drastiquement baissé (Grèce). Pas de pouvoir d’achat, pas de consommation et la fermeture de quelques usines de plus qui se rajoutent à celles de la délocalisation vers des salaires au plus bas.

Un dessin de Laurent Salles repris sur le blog de Frico-racing

Il y a ensuite le constat d’une démocratie européenne à la peine, qui a méprisé et contourné les votes populaires exprimés contre les traités. Non seulement la Commission Européenne et les Etats sont contestés dans leur fonctionnement démocratique même, mais leur politique entraîne l’arrivée au gouvernement de partis populistes d’extrême droite dans de nombreux pays (Pologne, Hongrie, Italie, Autriche, Finlande, Tchéquie, Slovaquie, Bulgarie) qui menacent l’existence même de l’Union Européenne.

Il y a enfin, ce constat d’une solidarité au rabais. Depuis 10 ans, les inégalités ont globalement augmenté en Europe. Pas de solidarité financière : on laisse la Grèce s’enfoncer avec des taux d’intérêt usuraires imposés par des banques européennes. Pas de solidarité fiscale : sur ce point, c’est l’Europe de la loi de la jungle, de l’absence de transparence, de la défiscalisation des plus riches, des paradis fiscaux en son sein même. Pas de solidarité sociale : on joue sur les bas salaires et les conditions de travail anachroniques pour délocaliser ou réduire les acquis sociaux. Pas de solidarité entre les Etats : non seulement en matière d’immigration, mais aussi en offrant des contrats militaires mirobolants aux Etats-Unis (Pologne, Belgique, Royaume-Uni) au détriment des industriels européens.

Un dessin signé Deligne, publié par Urtikan

Sur le plan de la solidarité, l’Europe, c’est avant tout le chacun pour soi ! Comme le dit une tribune récente d’universitaires publiée dans la presse, « la seule solidarité qui semble fonctionner efficacement en Europe est celle qui a permis de sauver, sans le réformer sérieusement, un système bancaire en faillite en l’inondant de liquidités, en transférant ses pertes sur les contribuables européens et en plongeant des pays entiers dans la misère. » Est-ce cela notre idéal ?

Un dessin signé Soulcié, repris sur réseauinternational.net

En fait, la désaffection croissante pour l’Union Européenne est le divorce entre les valeurs dont elle se déclare et les politiques qu’elle conduit. Nous sommes en effet loin des idéaux de prospérité, de démocratie et de solidarité… Et il faut arrêter de réduire le nécessaire débat à une vision caricaturale. D’un côté les pro-européens pour lesquels tout irait bien dans le meilleur des mondes (libéral) et il suffirait de continuer par des améliorations prudentes, constantes et limitées. D’un autre, dans un immense amalgame, tous les critiques, nationalistes ou pas, populistes ou pas, anti-européennes ou pas, démagogues ou pas, démocrates ou pas.

La vérité est que, si l’Europe veut survivre, elle doit profondément changer. L’Europe a été victime d’une illusion néolibérale, sans projet pour les citoyens, sans solidarité. Les traités successifs ont institué non seulement cette impuissance, mais ont entraîné inégalités territoriales, frustrations et colères. L’Europe ne pourra continuer sans une remise à plat démocratique des traités existants. Quelle démocratie ? Quelles politiques budgétaires au service du développement économique et social ? Quels projets européens en matière environnementale et énergétique ? Quelles politiques de convergence fiscale et sociale ? Quels partenariats avec la Méditerranée et avec l’Afrique ? Quelle indépendance vis-à-vis des Etats-Unis ?

C’est grâce à cet effort démocratique inédit, non complaisant vis-à-vis de l’injustice et de l’inefficacité du néo-libéralisme actuel, que l’Europe pourra trouver sa voie.

J. Boulesteix

Publicités