Système d’alerte SAIP : l’État jette l’éponge

by

Alerter les populations en cas de péril grave et imminent, voilà qui relève pleinement du rôle régalien de l’État. Après les cornes de brume, la sonnerie du tocsin puis les sirènes installées sur le toit de l’école ou de la mairie, il est apparu nécessaire de moderniser et de rendre plus efficace les dispositifs d’alerte, pour faire face à des menaces qui ne se limitent plus à l’état de guerre et aux éventuelles attaques aériennes mais qui englobent aussi les risques d’attentat, de catastrophe naturelle ou d’accident technologique.

C’est ainsi qu’a été initié en 2009 le dispositif SAIP, un acronyme comme le Ministère de l’Intérieur les adore, et qui signifie « système d’alerte et d’information des populations ». Ce système est en fait destiné à remplacer le « Réseau national d’alerte », mis en place après la dernière guerre et qui s’appuyait sur un réseau de 4500 sirènes, testées tous les mercredis, mais qui n’avaient quasiment jamais été actionnées pour déclencher l’alerte en 50 ans d’existence et dont la maintenance devenait de plus en plus problématique du fait de l’obsolescence du dispositif.

Le nouveau SAIP continue néanmoins à s’appuyer sur ce réseau de sirènes qui a été complété et surtout modernisé à grands frais. Il vise à permettre aux acteurs de la gestion de crise de lancer l’alerte dans une zone géographique donnée en une unique opération sur différents vecteurs simultanément : sirènes, téléphones mobiles, mais aussi via Radio France, France Télévision et même sur les panneaux à message variable des gestionnaires d’infrastructures et des collectivités territoriales.

Remplacement des sirènes d’alerte sur le toit de la mairie de Fréjus (source © Ville de Fréjus)

Testé dans 3 départements en 2009, le dispositif a été étendu à la France entière et prévoyait le lancement de SMS d’alerte via les opérateurs de téléphonie mobile. Contrairement aux sirènes qui ne font qu’alerter, la diffusion de messages d’alerte sur les téléphones mobiles permet en effet de diffuser des messages plus complets et plus ciblés qui informent chacun quant au meilleur comportement à adopter en fonction de la nature effective du danger.

Dans ce domaine, il existe différentes technologies comme l’explique un rapport sénatorial très pédagogique (et plutôt critique) déposé en 2017 par le sénateur LR de la Sarthe, Jean-Pierre Vogel. La plus adaptée, utilisée notamment aux Pays-Bas depuis 2012, mais aussi au Japon depuis 2007 et aux États-Unis, dite de diffusion cellulaire (cell broadcast) permet d’envoyer, via le réseau de téléphonie mobile un même message à tous les utilisateurs présents dans une zone géographique donnée (correspondant à une ou plusieurs cellules du réseau). Ce système est particulièrement adapté car il ne crée pas de surcharge sur le réseau, les messages étant transmis par des canaux de contrôle spécifiques, et ne nécessite pas de connaître les numéros de téléphone des destinataires, mais il ne permet pas de savoir qui a effectivement reçu le message.

Une autre possibilité consiste à diffuser des SMS ciblés aux seuls usagers présents dans le secteur géographique concerné, en s’appuyant sur la géolocalisation de leur téléphone, un dispositif qui peut néanmoins conduire à saturer rapidement le réseau et qui ne permet pas de distinguer les SMS d’alerte de tous les autres. Ces deux pistes ont été explorées en 2011 mais abandonnées par le Ministère de l’Intérieur du fait de la mauvaise volonté des opérateurs de téléphonie mobile et des coûts envisagés.

C’est la raison pour laquelle l’État a choisi plutôt une troisième voie qui consiste à développer une application spécifique pour smartphones, permettant d’envoyer des messages d’alerte aux usagers. Ce choix était acté depuis 2011, mais il a fallu attendre fin 2015, au lendemain des attentats du 13 novembre, pour que le Ministère se décide à rédiger le cahier des charges et lancer la consultation, dans l’urgence puisque l’objectif était que le dispositif soit opérationnel pour l’Euro de football prévu en France depuis 2010 et qui devait débuter en juin 2016 !

Ecran d’alerte de l’application défunte SAIP

Le marché a été notifié le 27 mai 2016 à la société Deveryware, spécialisée dans les services s’appuyant sur la géolocalisation en temps réel et qui a dû développer en catastrophe un dispositif particulièrement sophistiqué puisqu’il s’agissait d’identifier tous les abonnés effectivement présents dans une zone géographique donnée à un instant t, sans toutefois que la liste de ces destinataires ne soit répertoriée sur un serveur central, ceci pour se conformer aux exigences de respect de la vie privée de chacun.

Le camion qui a provoqué la mort de 84 personnes à Nice le 14 juillet 2016 (photo © Eric Gaillard / Reuters)

Cette précipitation dans l’élaboration du dispositif explique en partie sa faiblesse puisque le système a été actionné dès le 14 juillet 2016, à l’occasion de l’attentat sur la Promenade des Anglais à Nice. Et pour ce premier test en vraie grandeur, le dispositif ne s’est guère montré performant puisqu’il a fallu 3 heures pour que l’alerte soit effectivement transmise aux personnes présentes sur place, alors que tout danger était écarté depuis bien longtemps, et plus d’un mois pour que les personnes présentes à Nice reçoivent le message de fin d’alerte…

Depuis, le système a gagné en efficacité mais il reste dépendant des services préfectoraux en charge de déclencher l’alerte, ce qui explique que l’application est restée étrangement muette à l’occasion de la prise d’otage au Super U de Trèbes en mars 2018 ou lorsqu’un militaire a été attaqué au Louvre l’été dernier, tandis qu’il ne manquait pas en revanche de relayer en 2016 un supposé attentat dans une église parisienne alors qu’il s’agissait d’un simple canular.

Deux ans après la mise en service de cette application, le Ministère de l’Intérieur vient d’annoncer que le contrat le liant à la société Deveyware ne sera pas reconduit et que le dispositif était purement et simplement abandonné. Les services de l’État reconnaissent, comme le relaie Le Monde, avoir fait fausse route avec cette application qui exigeait d’être téléchargée au préalable, ce qu’ont fait seulement 900 000 personnes (alors que plus de 30 millions de Français sont inscrits sur Facebook…), et qui, pour être fonctionnelle, nécessitait d’être ouverte en permanence, ce qui peut être rédhibitoire selon les forfaits et selon l’état des batteries de téléphone !

Humour noir signé Delucq : « Pas de bras, pas d’appli »

Un échec cuisant donc et qui nécessite de revoir complètement la stratégie d’alerte des populations. Pour cela, le Ministère prévoit désormais de faire allégeance à Google, Facebook et Twitter qui ont donc définitivement gagné la bataille… Google promet ainsi de mettre en avant les messages du Ministère de l’Intérieur pour les internautes recherchant des informations sur un attentat ou une catastrophe, tandis que Facebook et Twitter relaieront ces mêmes messages en cas d’alerte, au même titre que la RATP, Vinci Autoroutes ou encore Radio France.

Une preuve de plus que les multinationales de l’internet sont incontournables, même pour une mission aussi fondamentale par laquelle l’État cherche à informer sa population d’un danger imminent : dure leçon pour un État régalien aux abois !

L.V.

Étiquettes : , , , , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.


%d blogueurs aiment cette page :