José Manuel Barroso, le traître de l’Europe

by

Quelques semaines seulement après le référendum qui a vu les Britanniques décider majoritairement de quitter l’Union européenne, voici que cette dernière subit une nouvelle claque ! L’ancien président de la Commission européenne, le Portugais José Manuel Barroso, a en effet annoncé le 8 juillet dernier qu’il rejoignait désormais les rangs de la banque d’affaires américaine Goldman Sachs, comme directeur de ses activités internationales, basé justement à Londres.

Dessin de Gros publié dans Marianne (juillet 2016)

Dessin publié dans Marianne (juillet 2016)

Celui qui fut pendant 10 ans, jusqu’à son remplacement en 2014 par le Luxembourgeois Jean-Claude Junker, le principal dirigeant de l’Union européenne, est donc recruté, pour son carnet d’adresses et sa parfaite connaissance des rouages bruxellois, par la grande banque américaine pour négocier le maintien des conditions avantageuses de son implantation dans la City londonienne malgré le Brexit. L’avenir des établissements bancaires basés à Londres dépend en effet étroitement du maintien de leur « passeport européen » qui leur permet d’offrir leurs services au sein de l’ensemble du marché intérieur européen.

José Manuel Barroso (photo J. N. Larsen /SCANPIX)

José Manuel Barroso (photo J. N. Larsen /SCANPIX)

Pour de telles négociations avec les fonctionnaires européens qu’il a lui-même nommés, José Manuel Barroso est assurément bien placé et d’ailleurs il ne s’en cache pas : « Evidemment, je connais bien l’UE et relativement bien aussi l’environnement britannique. Si mes conseils peuvent être utiles dans de pareilles circonstances, je suis prêt à aider ». Tant d’altruisme désintéressé force l’admiration…

Certes, la banque Goldman Sachs ne s’est guère distinguée jusque là par son haut niveau d’éthique. C’est même l’un des principaux acteurs de la crise des subprimes, qui avait engrangé en 2007 plus de 10 milliards de dollars de profits, sur le dos de clients floués à qui avaient été vendus des crédits immobiliers convertis en produits financiers toxiques. La banque a largement contribué au déclenchement de la crise financière mondiale et à ses conséquences économiques dévastatrices sur plusieurs économies européennes, dont le Portugal, dirigé justement par le même Barroso qui fut premier ministre de ce pays de 2002 à 2004. Goldman Sachs a d’ailleurs été contrainte de payer une amende de 5 milliards de dollars pour que la Justice américaine accepte de renoncer aux poursuites engagées à son égard dans cette affaire. En revanche, la banque n’a jamais été inquiétée pour les tripatouillages financiers qu’elle avait réalisés pour le compte de l’État grec au début des années 2000, pour aider le gouvernement alors en place à masquer son déficit budgétaire et entrer dans l’Euro…

Blog336_PhBarroso

Mais rien de tout cela ne semble toucher le moins du monde le sieur Barroso qui ne voit guère que son intérêt personnel et s’en félicite : « Après avoir passé plus de 30 ans dans la politique et le service public, c’est un défi intéressant et stimulant qui me permet d’utiliser mes compétences dans une institution financière mondiale ». Il n’est d’ailleurs pas le premier à faire ainsi des allers-retours avec la banque d’affaires américaine qui a compté aussi parmi ses salariés Mario Monti, ancien banquier central et premier ministre italien, mais aussi Mario Draghi, actuel président de la Banque centrale européenne, Lucas Papademos, ex- banquier central et premier ministre grec, ou encore Donald Sutherland, ancien commissaire européen.

Les portes entre la Commission européenne et le monde des affaires sont de manière générale grandes ouvertes comme l’ont montré aussi le parcours de l’ancienne commissaire européenne à la concurrence Neellie Kroes, désormais conseillère de la société Uber, ou celui de l’ex commissaire au commerce extérieur Karel De Gucht, par ailleurs accusé de fraude fiscale et actuellement salarié d’Arcelor Mittal.

L'ancien commissaire européen Karel de Gucht

L’ancien commissaire européen Karel de Gucht

Certes, il existe des règles pour éviter les risques de conflits d’intérêt dans les 18 mois qui suivent la fin de poste au sein de la Commission européenne. Mais ces règles paraissent bien légères puisque sur 117 demandes de collaboration reçues par la Commission actuelle de la part d’anciens collaborateurs, aucune n’a été refusée !

Le brave José Manuel Barroso, quant à lui, n’a même rien eu à demander puisqu’il n’était plus en poste depuis près de 2 ans. Sa situation n’était pas pour autant précaire puisqu’il percevait plus de 200 000 € annuel grâce au cumul de pas moins de 22 fonctions, toutes obtenues grâce à ses éminentes responsabilités antérieures. Pour autant, son passage chez Goldman Sachs ne va certes pas améliorer la considération que portent les citoyens européens dans leurs représentants politiques. De ce point de vue, son image dans l’opinion publique était déjà déplorable. On se souvient du rôle méprisable qu’il avait joué en mars 2003 en organisant avec Georges Bush et Tony Blair le sommet des Açores destiné à donner le feu vert de l’invasion en Irak. Mais il restera surtout de cet ancien maoïste converti au néolibéralisme poussé à l’outrance, son travail incessant de sape du service public, lui le chantre de l’austérité budgétaire et de la mondialisation heureuse, le promoteur du traité transatlantique de libre-échange, pourtant promu Grand officier de la Légion d’honneur en 2014 par François Hollande en personne…

Barroso décoré de la Légion d'honneur par François Hollande en juillet 2014

Barroso décoré de la Légion d’honneur par François Hollande en juillet 2014

L’avenir bancaire de l’ex président de la Commission européenne sera sans doute très profitable, sinon pour le bien public et l’image des institutions européennes, du moins pour sa carrière personnelle et les dividendes de la grande banque d’affaires américaines. L’épisode n’en est pas moins révélateur des dérives profondes d’un système de collusion entre affairisme mondial et institutions politiques européennes. Le secrétaire d’État au commerce extérieur, Matthias Fekl, ne s’y est pas trompé, lui qui a tweetté sitôt ce pantouflage rendu public : « Desservir les citoyens, se servir chez Goldman Sachs : Barroso, représentant indécent d’une vieille Europe que notre génération va changer ». Un sacré défi en perspective…

L.V. LutinVert1Small

Publicités

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :