Katulu ? n° 48

by

n°48 5Ce nouveau numéro (Katulu48) du cercle de lecture Katulu ? affilié au Cercle Progressiste Carnussien vous emmène découvrir de nouveaux ouvrages en espérant vous faire partager ses coups de coeur et son plaisir de la lecture. Si vous aussi vous avez envie d’échanger en toute convivialité autour de vos dernières lectures, venez nous rejoindre pour nos prochaines réunions !

Innocent

Gérard Depardieu

P1_LivreInnocent« L’innocence, c’est quelque chose de gratuit, de désintéressé, un simple état de l’être, sans espoir de contrepartie ». Ce livre est un cri du cœur et un livre criant de vérité où l’acteur Gérard Depardieu cherche, selon moi, à se faire aimer et à retrouver l’estime du lecteur.

Ce livre est vrai parce que Depardieu dit ce qu’il pense, ses bonheurs et ses peines, ses qualités et ses défauts …Différents thèmes sont abordés :

– l’amitié qui, selon lui peut être comme une fleur. Ça pousse, ça se fane, ça disparaît, puis la saison d’après, ça peut revenir comme une pivoine que l’on croyait perdue et qui d’un coup se donne à voir, éclabousse de ses plus belles couleurs.

P2_Depardieu

– le cinéma : « Le cinéma, ça doit être dangers, des brûlots, de la dynamite, des pierres brûlantes avec lesquelles on essaie de jongler, l’Art, quel qu’il soit doit être le contraire de la bienveillance, pour être utile l’art doit être dangereux, le cinéma doit être vrai c’est à dire dangereux ! ».

– le monde politique : « je n’ai jamais rencontré un homme de pouvoir honnête, jamais. Quand je dis homme de pouvoir, je parle de ceux qui prétendent des choses, qui prétendent prendre notre vie en main, faire notre bien, nous diriger…».

les religions : Profond pessimisme, peur de l’extrémisme, de l’intégrisme ! Que feront-ils après ? « Parce que tu crois que détruire ça amène à créer après, abruti… ».

Est-il vraiment sincère ? il se montre sous un jour différent : il mérite l’estime et la confiance, il est vrai !

Josette J.

 

 

Robe de marié

Pierre Lemaitre

P3_LivreLemaitreL’auteur, Pierre Lemaitre, est né en 1951. Ses romans sont des polars, des romans noirs où il rend souvent hommage à ses « maîtres » : A. Dumas, R. Dorgelès, James Ellroy, E. Gaboriau, Aragon, Proust mais aussi Hitchcock. Il a obtenu de nombreux prix mais surtout le Goncourt en 2013 pour « Au revoir là haut » une histoire qui met en scène, dans une langue magnifique, les tribulations de deux jeunes démobilisés en 1918 et qui ne reconnaissent plus leur pays gangrené par des scandales, dont des trafics de monuments aux morts et de sépultures. On peut penser aux « marchands de gloire » de Pagnol sur le même thème.

P4_Lemaitre

Le titre de ce livre, Robe de Marié, est emprunté à une lettre de poilu fusillé pour désertion et que l’on vient de réhabiliter. Il serait dommage de déflorer l’histoire de ce thriller qui, un peu à la manière d’Hitchcock, décrit la folie de Sophie qui devient meurtrière sans jamais se souvenir vraiment de ses crimes. Près d’elle, comme un fantôme malfaisant, il y a Frantz, son journal intime et sa moto…

Dans une troisième et dernière partie de ce gros roman de 270 pages, les deux protagonistes vont enfin se rencontrer et s’affronter mais… Je ne vous en dirai pas plus, lisez « Robe de marié » (et notez bien l’orthographe du dernier mot car tout est là !). C’est le genre de bouquin qu’on ne peut plus quitter et je dois dire qu’il y a longtemps qu’un livre ne m’avait pas passionnée à ce point !

Annie

 

 

LES PROFANATEURS

Michael Collins

P5_LivreCollinsA l’âge de cinq ans, Franck Cassidy a vécu un drame effroyable : la mort de ses parents dans l’incendie de leur maison. L’enfant, seul témoin, est confié à un psychiatre qui, croyant fermement au pouvoir du subconscient, teste ses méthodes d’hypnose sur l’enfant afin d’élucider le mystère de l’incendie. Il sera élevé, par son oncle, un fermier taciturne, sévère et sa femme Martha et grandit avec son cousin Norman.

Franck quitte, adolescent, la ferme de son oncle. On le retrouve au début du roman, adulte, marié à Honey Wainscot avec laquelle il a un petit garçon, Ernie. Franck apprend par un article de presse qu’un fermier a été retrouvé mort dans sa maison et un homme suspect a été appréhendé sans résistance. Sur la photo de la victime il reconnaît son oncle qu’il a toujours appelé père.

P6_Collins

Le mystère s’épaissit lorsque l’homme arrêté est retrouvé pendu dans sa cellule et sur son bras un tatouage portant « C. Green, Corée ». C. comme Chester, le fils de Sam Green le voisin de la ferme de ses parents. Or, pour Franck, cet homme, le Dormeur, ainsi surnommé, ne pouvait être Chester, ce dernier étant mort une trentaine d’années auparavant. Mais la police, les autorités ne l’entendent pas et ne cherchent même pas à vérifier ses allégations.

Qui est donc le Dormeur ? Quel jeu joue l’énigmatique et inquiétant Docteur Brown ? Et enfin, qui est (ou sont) à l’origine de l’incendie dans lequel ont péri les parents de Franck ?

Ghislaine

 

L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir

Rosa Montero

Rosa Montero devait préfacer le journal que Marie Curie a écrit après la mort de son mari Pierre. Mais ce journal l’a immédiatement passionnée et elle s’est attelée à l’écriture de « L’idée ridicule de ne jamais plus te revoir » en 2013.

Elle même venait de perdre son époux Pablo Lizcano et en découvrant ce journal, elle avoue : « l’envie d’utiliser sa vie comme un mètre étalon pour raconter la mienne »… « On me dit : il est mort. Peut-on comprendre des choses pareilles… Mais comment çà je ne vais plus le revoir… c’est une réalité inconcevable que l’esprit rejette : ne plus jamais le revoir est une mauvaise blague, une idée ridicule ».

Marie Curie, le livre et l'auteur...

Marie Curie, le livre et l’auteur…

Ce livre n’est pas une biographie de Marie Curie. C’est pour l’auteur l’occasion de parler des états d’âme de l’homme, de ses souffrances, de la mort… mais aussi du bonheur. Grâce à ce journal Marie Curie a « été sauvée de l’anéantissement » ; « La littérature, comme toute forme d’Art est l’aveu que la vie ne suffit pas » et Rosa Montero ajoute : « elle ne suffit pas non. C’est pour ça que je suis en train d’écrire ce livre, c’est pour ça que vous êtes en train de le lire ».

Ce livre est aussi un livre sur le machisme ordinaire dont a été victime Marie Curie. Or elle ne fut pas seulement la première femme à recevoir un Prix Nobel et la seule à en recevoir deux mais aussi la première à être diplômée en sciences à la Sorbonne, la première à obtenir un doctorat de sciences en France, la première à avoir une chaire. Une pionnière absolue. Un être différent. La première femme aussi à être enterrée au Panthéon des Grands Hommes.

Marie a fait preuve d’un courage extraordinaire pour tout assumer : « comment a t-elle fait pour survivre, pour s’en sortir… quelle puissance ! ». Quand elle eut une relation avec Paul Langevin, la haine et l’anti sémitisme firent rage « on la traita de Russe, d’Allemande, de Juive, de Polonaise, c’était la femme étrangère ».

Josette J.

 

 

 Le viking qui voulait épouser la fille de soie

Katarina Mazetti

Le livre se situe au Xème siècle. Certains personnages vivent dans une île au sud de la Suède. Ce sont « les Vikings » : paysans et constructeurs de bateaux comme ce père et ses deux fils. La mère a disparu quand le dernier fils avait 3 ans.

Une autre famille est originaire de Kiev. Le père est un riche marchand de soie qui voyage pour son commerce en particulier dans les grandes villes telle que Byzance. Il a un fils et une fille. Cette dernière a reçu en cadeau deux esclaves. Toutes les trois vont grandir ensemble et ne plus se quitter.

P9_Mazetti

Quand la ville de Kiev tombe aux mains des pillards, le riche marchand est tué ; ses enfants et les deux esclaves vont être recueillis par un des fils Viking et ramenés sur l’île suédoise. Le viking est tombé fou amoureux de la « fille de soie » qui partage son amour, mais le destin l’empêchera de l’épouser et il s’enfuira laissant sa « fiancée » enceinte qui finira par épouser son frère …

Est-ce vrai ou pas, on découvre qu’à cette époque le trafic d’esclaves est très important. Lors des raids des pillards, l’enlèvement des garçons ou des filles pour les revendre comme esclaves fait partie des butins à acquérir quand on part à l’assaut de nouveaux territoires. Chez les Vikings, pas d’organisations centralisées, pas de roi, de prince, les problèmes de vie commune sont débattus et la justice rendue par les sages de la communauté : le clan. Mais pas d’impôts ni d’armée pour défendre les intérêts d’un roi lointain.

Pour ne pas tout dévoiler de l’intrigue, il y aura un dénouement inattendu à la fin du livre…

Un livre très agréable à lire, on est transposé dans une autre époque, dans un autre monde. Ce n’est pas un livre historique scientifiquement parlant, mais il y a tout de même des bases archéologiques qui ont permis à l’auteur de faire de son livre une petite fenêtre ouverte sur ce petit peuple Viking qui a parcouru le monde sur les mers et souvent semé la terreur. Un bon moment.

Cécile

 

Brèves… pour trois « coup de cœur »

Titus n’aimait pas Bérénice – Nathalie Azoulai

Les passants de Lisbonne – Philippe Besson

Les chauves-souris, les singes et les hommes – Paule Constant

Ces trois livres ont, pour moi, un point commun : l’écriture. Une écriture riche dans le style, le vocabulaire, la construction de la phrase. Une écriture pleine de musicalité, de finesse, de raffinement.

Cette écriture il est difficile d’en parler, il faut la lire ! Il faut d’autant plus la lire que les trois sujets traités sont aux antipodes les uns des autres : la vie de Racine, le deuil et l’épidémie Ebola.

Trois sujets merveilleusement traités, aux personnages intéressants et attachants. Après lecture j’ai écouté ce que chaque auteur disait de son livre (grâce à internet). Une expérience intéressante qui permet soit de se trouver en concordance avec ce qu’il a voulu communiquer soit de constater la marge interprétative du lecteur que je suis.

P10_Titus

Dans Titus n’aimait pas Bérénice, c’est l’œuvre de Racine qui a inspiré l’auteur. Pourquoi, se demande-t-elle, Racine a-t-il créé des personnages féminins aussi tragiques ? La force des textes viennent de l’observation, de la compréhension qu’a eu Racine du chagrin d’amour et de la souffrance de la femme. A partir de cette façon universelle de dire le chagrin d’amour, de sa résonance actuelle, Nathalie Azoulai crée un personnage meurtri par l’abandon de son amant  qui se plonge dans la lecture de Racine.

P11_LivreBessonDans Les passants de Lisbonne, il est question des catastrophes naturelles dont les images créent émotion et compassion, mais qui sont aussi pour certains la cause d’une disparation unique, le deuil d’un proche. Il en est ainsi de l’héroïne du roman qui, assistant à la télévision, à la destruction de San Francisco, rasée par un tremblement de terre et un tsunami, réalise que son mari était présent dans un hôtel de cette ville. Après avoir cherché des signes de vie, elle cherchera des signes de sa mort. Celle-ci étant avérée, elle quitte Paris pour Lisbonne, ville de la « mélancolie douce », « la saudade », une cité romanesque, une atmosphère, un état d’esprit, une topographie… Ce livre est le roman de deux formes de relation à l’absence : le deuil et la séparation amoureuse.

P12_LivreConstantQuant au roman Les chauves-souris, les singes et les hommes, le premier sur l’épidémie Ebola, l’auteur, fille de médecin militaire, explique avoir toujours vécu « avec les épidémies ». Lèpre et tuberculose soignées par son père, peste et choléra, et aujourd’hui ébola, objet de recherche de son mari. La chaîne de la maladie qu’elle décrit est totalement exacte. Face à ce fléau c’est l’ignorance : personne ne comprend, ne voit le processus de contamination ; c’est aussi la superstition, la malédiction, la recherche du bouc émissaire. Contrairement à l’idée reçue que les grandes épidémies appartiennent à l’Histoire, aux siècles passés, l’auteur montre qu’elles nous guettent car elles résultent de la mondialisation actuelle.

Marie-Antoinette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :