Le petit plus du miel ardéchois…

by

Pot of honey and wooden stick.Parmi les nouvelles qui circulent sur la toile, en voici une qui a fait un joli buzz et qui mérite d’être évoquée ici ! L’affaire se passe en Ardèche, près d’Aubenas et est racontée avec force détails en date du 16 mars 2016, sur le site du Daily Béret sous le titre alléchant : « Ardèche : Le succès de son miel bio était dû à la plantation de cannabis de son voisin ». En voici quelques extraits qui ne manquent pas de saveur :

Rémy P. est un apiculteur dépassé par son succès, où plutôt était car sa production vient d’être stoppée net par les autorités ardéchoises. Son miel contenait en effet une quantité importante de THC (tétra-hydro-cannabinol), le composé psycho-actif du cannabis, estimée selon un expert local à « un bon quart de joint bien chargé par tartine ». D’où provenait cette substance illégale ? De la plantation tout aussi illégale de son voisin, qui sous couvert de cultiver la châtaigne maintenait également un cheptel de près de 200 pieds de cannabis, cachés parmi les arbres et autres végétaux de son domaine de plusieurs hectares. « Les abeilles devaient butiner les plantes du voisin, au lieu de butiner les châtaigniers.. » conjecturait le jeune apiculteur lors d’un point presse.Blog290_PhAbeille

C’est un père de famille albenassien qui a découvert le pot-aux-roses en faisant passer un bilan sanguin à ses deux enfants de 7 et 9 ans. « Théo et Théa sont habituellement des enfants très excités, leur mère et moi avons beaucoup de difficultés à canaliser leur énergie. Mais depuis quelques temps, ils étaient très calmes… Trop calmes même; Théo s’est mis à écouter du Sinsemilia en boucle dans sa chambre et un dimanche, Théa a regardé une motte de beurre fondre pendant 5 heures d’affilé, en rigolant. On s’est beaucoup inquiétés » déclarait-il, admettant que lui-même et sa femme avaient également développé « un certain penchant » pour ce miel.

Mais si beaucoup se félicitent de l’arrêt de la production du « space miel », ce n’est pas le cas de tous les consommateurs, à l’instar de Jean-Tristan Spliffe, 45 ans, l’un des plus gros clients de Rémy qui lui se déclare très déçu. « Avec ce miel je me sens beaucoup mieux, je n’ai plus mes douleurs matinales, je suis de meilleure humeur et j’avais même arrêté de boire ! Là, je sais pas ce que je vais devenir.. j’étais à un pot et demi par jour, arrêter d’un coup va être dur, très dur.. » confiait-il, ajoutant que « si les abeilles trouvent ça bon, c’est que ça peut pas être mauvais pour les gens ».

Blog290_PotsMielExaminé en laboratoire, ce miel spécial s’est révélé particulièrement concentré en molécules psycho-actives, comme le résume Océane, une jeune lycéenne, consommatrice malgré elle : « Les miels, il y en a des clairs, il y en a des foncés. Avec celui-là c’est clair : t’es défoncé ! »

Même si la justice n’a pas encore tranché, Rémy P ne pense pas être inquiété, contrairement à son voisin qui a déjà été incarcéré : « Je suis un apiculteur moi, pas un dealer. Si je deviens responsable des faits et gestes de chacune de mes abeilles alors on va où là ? ». Réponse le 31 avril prochain au tribunal de moyenne instance d’Aubenas.

Mazette, il s’en passe de belles dans les campagnes ardéchoises ! En tout cas, l’histoire n’est pas passée inaperçue et même les internautes marocains s’y sont intéressés puisque le sujet a été relayé par le site Le Desk qui s’est dit qu’il y avait peut-être là des débouchés intéressants pour les petits producteurs de cannabis du Rif…

Bien entendu, l’histoire était trop belle pour être vraie et a fait l’objet d’une mise au point sur l’édition ardéchoise du Dauphiné, qui précise que le Daily Béret est un site satirique dont il convient de ne pas prendre toutes les informations pour argent comptant…

Ceci dit, il n’est pas impossible que ce beau canular sorti avant même le 1er avril ait été inspiré par une autre information qui a également circulé sur internet début mars, annoncé par le site Newsweed, qui se présente comme le premier magasine d’information sur la consommation légale de cannabis, puis reprise par plusieurs médias dont Marie-Claire… On y apprend qu’un jeune apiculteur de 39 ans, serrurier de formation et fervent militant pour le cannabis thérapeutique qu’il utilise pour soigner son hyperactivité apprend à ses abeilles à faire du miel à partir de plants de cannabis !

Blog290_PhAbeilleCanabisSe faisant appeler Nicolas Trainerbees – tout un programme – il se dit passionné par le dressage des animaux et a développé une « technique d’entraînement pour que les abeilles recueillent la résine et l’utilisent dans leur ruche ». Nicolas et ses abeilles ont ainsi créé le premier échantillon de miel de cannabis, dénommé en toute simplicité cannahoney, un produit qui cumulerait les bienfaits pour la santé du miel et du cannabis. Selon cette source, le miel ainsi produit serait bel et bien psycho-actif mais en revanche, le THC et les autres cannabinoïdes butinés par les abeilles n’auraient pas d’effet direct sur ces dernières du fait de leur absence de système endocrinien. Des informations bien difficiles à vérifier en l’état d’autant que l’apiculteur en question serait sur le point de déménager dans un autre pays : on se demande bien pourquoi…

L.V.  LutinVertPetit

Publicités

Étiquettes : , , ,

Une Réponse to “Le petit plus du miel ardéchois…”

  1. CheG Says:

    Je me demande si Major S. n’aurait pas récupéré la production de traineebee, il semble en effet très calme en ce moment !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :