Info ou intox : sommes-nous manipulés par nos émotions ?

by

AfficheConfLeCozTel était le titre de cette dernière conférence organisée le 17 mars 2016 par le Cercle Progressiste Carnussien dans la salle du Clos Blancheton à Carnoux-en-Provence et animée par Pierre Le Coz, professeur de philosophie et directeur du département de Sciences humaines à la Faculté de Médecine de la Timone (Université d’Aix-Marseille).

Le conférencier, auteur de « Le gouvernement des émotions… et l’art de déjouer les manipulations » paru chez Albin Michel en 2014, aborde le propos par une question centrale : Comment l’émotion agit comme révélateur de nos valeurs ? Pierre Le Coz se propose de montrer, à partir d’exemples issus de l’actualité, presse et télévision, ainsi que de situations relatives aux métiers de la santé, comment les émotions constituent des agents de manipulation.

Buste du général athénien Alcibiade

Buste du général athénien Alcibiade

Pour étayer son exposé qui sera nourri de références philosophiques, il évoquera d’abord le philosophe Platon qui relate le rôle joué par le démagogue Alcibiade lors de la guerre du Péloponnèse qui flatte le peuple en s’adressant à leurs bas instincts, ainsi que le mythe de la caverne et le jeu des ombres produites par des manipulateurs qui effraient leurs habitants.

Il distingue alors deux familles de manipulateurs : les rhétoriciens qui ont l’art de répondre à toutes les questions et les démagogues qui savent établir une connivence avec ceux qu’ils manipulent. Le pouvoir des images, tel qu’énoncé dans le mythe de la caverne, constitue un terrain propice comme nous allons le voir.

On peut parler de pouvoir esthétique à propos d’objets esthétiquement attractifs, même quand il s’agit de catastrophes et de pouvoir fantasmatique avec le recours à des images de grand format qui s’imposent au regard. Les médias friands de faits divers en usent et en abusent comme le montre une étude sur dix ans qui pointe une augmentation de 73% de la place des faits divers dans les émissions ou les journaux.

Pierre Le Coz lors de sa conférence à Carnoux le 17 mars 2016

Pierre Le Coz lors de sa conférence à Carnoux le 17 mars 2016

Quels sont ces faits divers ? Des récits d’histoires tristes avec une prédiction pour des comportements pathologiques qui flattent la délectation morbide. Des faits divers de connivence qui fonctionnent sur le ressort de l’ennemi commun, par exemple, un fou dangereux qui s’évade d’un hôpital psychiatrique, ou qui pointent des boucs émissaires (effet de réactivité des stéréotypes).

Simone Veil à la tribune de l'Assemblée nationale en 1974

Simone Veil à la tribune de l’Assemblée nationale en 1974

Des faits divers de complaisance morbide avec par exemple le cas de Vincent Lambert qui occulte le débat sur l’euthanasie ou encore des témoignages vécus qui dans leur formulation jouent sur l’intensité du ressort émotionnel comme pour ce titre : « Maman est morte dans l’ambulance sans avoir atteint l’hôpital ». Dans tous ces cas, les narrations d’événements se substituent à des débats et entretiennent une confusion entre illustration et démonstration. La connivence entretenue par le témoignage vécu agit sur l’autonomie du récepteur du message. Cette manipulation est souvent liée à une amplification quand la réalité avérée est exagérée.

Pierre Le Coz évoque aussi ce qu’il nomme le sophisme de la pente glissante quand il est fait état d’annonces d’effets en cascade, en citant certaines interventions de députés qui évoquent des « abattoirs de fœtus » lors de la présentation de la loi sur l’avortement par Simone Veil en 1975.

Faire peur, fasciner, jouer sur des ressorts sensibles innocent/méchant, enfant/vieux, fragile/puissant, peuvent provoquer la compassion ou l’indignation.

Champ d'oliviers peint par Vincent Van Gogh (Collection Kröller-Mušller Museum, Otterlo, Pays-Bas)

Champ d’oliviers peint par Vincent Van Gogh (Collection Kröller-Mušller Museum, Otterlo, Pays-Bas)

Pour conclure sur une note positive et optimiste en référence au Rire d’Henri Bergson, Pierre Le Coz prône l’éveil d’une sensibilité éthique où la raison prime avant d’évoquer le désir d’émotions esthétiques par la recherche de la Beauté et la sublimation en citant l’exemple de Vincent Van Gogh qui sut transfigurer le visible ou encore Jean-Jacques Rousseau à propos de son roman La Nouvelle Héloïse. Il nous engage à changer les perceptions pour engendrer de nouvelles émotions et en diversifier la gamme.

Une assemblée très attentive dans la salle du Clos Blancheton

Une assemblée très attentive dans la salle du Clos Blancheton

Au terme de cet exposé unanimement salué par la cinquantaine de personnes présentes et attentives, un échange nourri s’est établi avec le conférencier avant que tous se retrouvent autour d’un apéritif offert par le Cercle Progressiste Carnussien.

M.M.

Publicités

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :