Création d’une milice à Béziers ?

by
Affiches placardées dans les rues de Béziers

Affiches placardées dans les rues de Béziers

Une fois de plus, le maire de Béziers, l’ancien journaliste Robert Ménard, élu en 2014 avec le soutien du Front National, vient de faire parler de lui. Après s’être distingué pour avoir fait installer ostensiblement une crèche dans la mairie en 2014, en contradiction complète avec la tradition républicaine laïque, après avoir instauré le couvre-feu pour les mineurs dans certains quartiers de la ville, tenu le compte des élèves musulmans dans les écoles et interdit d’étendre du linge aux balcons, il avait fait placarder dans les rues de la ville en février dernier d’immenses affiches vantant l’armement de sa police municipale et s’était attiré les foudres du Préfet cet été, à l’occasion de la remise d’un drapeau au commandant de sa police municipale, en accusant l’État de « lâcheté », d’ « impuissance » et de « soumission », rien de moins !

Blog253_PhRemiseDrapeau

On doit en tout cas reconnaître à Robert Ménard une certaine suite dans les idées. Persuadé que la nation française est en pleine « décadence » et qu’il est le dernier rempart contre l’invasion de hordes barbares, il se dote en toute logique de sa propre armée sous forme d’une police municipale forte et bien équipée, dont les effectifs ont été doublés depuis 2014 et qu’il présente comme une « avant-garde » en vue d’ « un sursaut, une réaction », qu’il appelle de ses vœux, sous la forme d’une révolution nationale avec des accents qui rappellent furieusement les discours du maréchal Pétain ou de Pierre Laval dans les années 1940.

Conférence de presse de Robert Ménard le 1er décembre 2015 (capture écran YouTube)

Conférence de presse de Robert Ménard le 1er décembre 2015 (capture écran YouTube)

La conférence de presse que le maire de Béziers vient de donner mardi 1er décembre en compagnie de son adjoint à la sécurité, l’ancien colonel de gendarmerie Dominique Garcia, s’inscrit parfaitement dans cette logique. La prestation, relayée notamment par Midi Libre et le Huffington Post, fortement teintée d’une bonne dose de provocation, est visible sur YouTube et vaut le détour. On y voit Robert Ménard à côté de son adjoint muet mais au visage martial, sous l’œil impassible d’une Marianne en plâtre, expliquant benoîtement et après moult détours vouloir constituer une armée de supplétifs qui viendront épauler sa police municipale en quadrillant les rues de la ville en uniforme, au moins le temps que durera l’état d’urgence décrété après les attentats du 13 novembre, et pourquoi pas au delà si l’idée plaît…

Robert Ménard et son adjoint à la sécurité présentant leur affiche à la Presse (photo P. Saliba)

Robert Ménard et son adjoint à la sécurité présentant leur affiche à la Presse (photo P. Saliba)

On sent le coup médiatique mûrement préparé et les journalistes présents sont invités à s’emparer de magnifiques affiches en couleur fraîchement imprimées, que le maire annonce vouloir coller dans les rues de la ville « dès jeudi ». L’objectif : recruter ces nouveaux miliciens qui devront être nécessairement d’anciens professionnels de la sécurité, autrement dit d’anciens gendarmes, policiers ou pompiers retraités, car bien évidemment on ne s’improvise pas agent de sécurité.

Ces agents supplétifs sont présentés comme des volontaires, des « citoyens du cru », mais qui auront le statut de « collaborateurs occasionnels du service public » (décidément , toujours ces références à la période trouble du régime de Vichy et à la Collaboration…). En d’autres termes et même si le maire de Béziers les présente comme des bénévoles, ces agents seront rémunérés. Nul doute que les volontaires ne devraient pas manquer, même si le rôle de cette nouvelle « Garde biterroise » reste assez flou et semble devoir se limiter à se montrer sur la voie publique et à la sortie des écoles pour rassurer la population et téléphoner à la police en cas de besoin.

Avis aux amateurs...

Avis aux amateurs…

Bien évidemment, le Préfet n’a pas manqué de réagir à cette nouvelle provocation du maire de Béziers. Selon le Midi Libre, il a rappelé dans un communiqué que « les missions de sécurité publique assurées par les maires sont encadrées par des dispositions législatives et réglementaires, qui prévoient que les personnels intervenants doivent être des fonctionnaires territoriaux agréées par le représentant de l’État et le procureur de la République. » Dénonçant l’absence totale de concertation préalable avec les services de l’État et l’absence de délibération en conseil municipal qui entache d’illégalité une telle décision, il demande au maire de renoncer à ce dispositif et dissuade d’éventuels volontaires de se porter candidats pour une mission aussi mal définie.

Pas sûr qu’une telle mise en garde suffira à convaincre Robert Ménard de renoncer à son projet… Pour ce genre d’individu, passé les bornes, il n’y a plus de frontière !

L.V.  LutinVertPetit

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Une Réponse to “Création d’une milice à Béziers ?”

  1. Robert Ménard en croisade contre les crottes de chien… | Cercle Progressiste Carnussien Says:

    […] draconienne et le maire annonce en fanfare la création d’une milice locale, la fameuse garde biterroise, dont la mise en œuvre a été suspendue par décision de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :