Les évêques soutiennent la métropole d’Aix-Marseille !

by

Aussi étonnant que cela puisse paraître, voilà que le Diocèse de Marseille apporte un soutien aussi fervent qu’inattendu au projet de métropole Aix-Marseille-Provence, dont la création est toujours prévue au 1er janvier 2016, mais dont la gestation se fait dans la douleur et malgré l’opposition farouche et déterminée de bien des élus locaux… À l’heure où l’on insiste tant et plus sur le caractère laïc de notre État et sur la nécessaire séparation entre croyance spirituelle et gouvernance politique, voilà une prise de position qui va faire grincer bien des dents. On n’ose d’ailleurs imaginer comment aurait été reçue une telle prise de position si elle avait été formulée par un imam au nom du Conseil représentatif des musulmans de France…

Monseigneur Georges Pontier (photo E. Cabanis / AFP)

Monseigneur Georges Pontier (photo E. Cabanis / AFP)

Toujours est-il que cette position officielle, largement relayée par La Provence, a bien été formulée au nom de l’Église catholique par Monseigneur Georges Pontier, archevêque de Marseille, et par son homologue Christophe Dufour, archevêque d’Aix-en-Provence et d’Arles. Maryse Joissains, la maire d’Aix-en-Provence, qui a tout fait pour torpiller le projet et qui continue à se battre bec et ongles pour empêcher à tout prix que cette métropole ne voir le jour, s’en étrangle d’indignation, mais force est de constater que le message de l’épiscopat est sans ambiguïté.

Philippe Langevin lors de la conférence du 20 novembre 2015

Philippe Langevin lors de la conférence du 20 novembre 2015

L’événement a été soigneusement orchestré et s’est déroulé vendredi 20 novembre sous forme d’une conférence à Marseille devant une centaine de participants et en présence de l’archevêque, à l’invitation du Comité diocésain économique et social et du Secrétariat social de Marseille. Intitulée « Une lecture de la métropole AMP à la lecture de la doctrine sociale de l’Église », la conférence a été animée par l’économiste Philippe Langevin, également membre du Conseil diocésain. Le texte, qui avait été largement distribué, évoque les caractéristiques de notre espace métropolitain avec ses atouts mais aussi sa répartition très inégalitaire des richesses, et détaille les enjeux de la construction métropolitaine, formidable opportunité pour développer la solidarité et le mieux-vivre de ses habitants. Il égratigne au passage les maires qui s’accrochent à leur pouvoir et prône le renouvellement des responsables politiques pour éviter l’instauration de privilèges occultes…

Bref, un véritable pavé dans la mare des élus locaux qui s’opposent de toutes leurs forces à ce projet et qui vivent comme un véritable camouflet ce rappel à leurs responsabilités sociales ! Il faut dire que les deux évêques n’y vont pas avec le dos de la cuillère et invoquent carrément le pape en appui à leur prise de position, n’hésitant pas à déclarer : « Comme nous y invite le pape François dans sa lettre encyclique Laudato si, nous devons penser Aix-Marseille-Provence comme une maison commune qui nous accueille, nous protège et nous nourrit ». Rien de moins !

Article publié dans La Provence

Article publié dans La Provence le 18 novembre 2015

Déjà que les déclarations du pape François sur les dérives du néolibéralisme et les dangers qui pèsent sur notre environnement avaient fait grincer bien des dents, la pilule est amère pour bien des élus de droite pour qui la doctrine sociale de l’Église n’avait de sens qu’à condition de ne pas sortir des strictes limites du sermon dominical. Sauf que là, le message est limpide : « Cette métropole est nécessaire pour construire un nouveau territoire à la hauteur des enjeux de notre temps. Sur un espace d’intenses déplacements, les concurrences avérées entre les communes et les intercommunalités, le renfermement de beaucoup d’élus sur leur territoire de légitimité handicapent le développement d’un territoire qui ne manque pourtant pas d’atouts. Le taux élevé de pauvreté dans beaucoup de communes et les écarts importants de conditions de vie de près de 2 millions d’habitants renvoient à un devoir de solidarité ».

Maryse Joissains en 2012 (capture d'écran)

Maryse Joissains en 2012 (capture d’écran)

Pour la pauvre Maryse Joissains qui réclamait encore il y a quelques jours un audit de la ville de Marseille et refusait obstinément tout partage des ressources avec cette ville, le rappel à la morale chrétienne est brutal ! Car c’est bien dans cette optique que les évêques placent leur discours en rappelant que « pour les chrétiens, ce devoir de solidarité est un devoir de charité ».

Mais bien des élus locaux semblent sourds à ce genre de discours, alors qu’ils en sont encore à déposer des recours pour tenter d’annuler l’élection du nouveau président de la métropole et fragiliser autant que possible la mise en place de cette dernière, à l’image du maire de Pertuis annonçant sans ambages à la presse : « on va faire péter le système », tandis que la maire d’Aix-en-Provence réclame la mise sous tutelle de la ville de Marseille et de ses élus qu’elle qualifie d’ « équipe de branquignoles ». Rarement la politique aura atteint un niveau aussi bas…

L.V.  LutinVertPetit

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :