Aix-Marseille : le projet métropolitain vire à la farce napolitaine…

by
Jean-Claude Gaudin, nouveau président de la métropole Aix-Marseille-Provence

Jean-Claude Gaudin, nouveau président de la métropole Aix-Marseille-Provence

Ca y est, c’est fait ; Jean-Claude Gaudin a été élu lundi 9 novembre 2015 premier président de la future métropole Aix-Marseille-Provence qui verra le jour officiellement le 1er janvier 2016, en lieu et place de six intercommunalités des Bouches-du-Rhône. Mais, comme de coutume à Marseille, rien ne s’est déroulé comme prévu et le projet institutionnel soigneusement élaboré depuis des années par des armées de technocrates sous la houlette du ministère, a viré à la farce pagnolesque dans la grande tradition de la Comedia dell’arte sauce marseillaise.

On sait que depuis le lancement de ce projet pour lequel la ministre de la décentralisation Marylise Lebranchu

Marylise Lebranchu, ministre de la décentralisation et de la fonction publique

Marylise Lebranchu, ministre de la décentralisation et de la fonction publique

a largement mouillé la chemise, les élus locaux des 92 communes des Bouches-du-Rhône sont vent debout, de crainte que la nouvelle métropole ne leur fasse perdre l’essentiel de leurs pouvoirs, sur l’urbanisme en particulier, source majeure du clientélisme électoral qui constitue le socle de la démocratie représentative locale.

Mais la raison avait fini par s’imposer et de compromis en renoncement, la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles avait fini par être adoptée en janvier 2014, fixant le périmètre, les compétences et les modalités de mise en place de la future métropole qui rassemblera plus de 1,8 millions d’habitants à partir de 2016 et aura pour tâche de donner plus de cohérence à ce territoire, en particulier en matière d’urbanisme, de transports et de développement économique.

Mais c’était sans compter la capacité de nuisance de certains élus qui, comme la maire d’Aix-en-Provence sont allés jusqu’à déposer un projet concurrent de métropole aixoise autonome ! Le Préfet a eu beau faire de multiples rappels à la raison et à la loi, pas facile de faire coopérer des responsables politiques qui n’en veulent pas… Après avoir boycotté pendant des mois les différentes réunions préparatoires à l’organisation de la future métropole et avoir tenté par tous les moyens de faire avorter le projet, les élus réfractaires ont tenté de bloquer l’élection du futur exécutif, au risque que la métropole ne voit pas le jour au 1er janvier 2016, ce qui aurait provoqué une belle panique, paralysant totalement le fonctionnement des services publics locaux et empêchant que les 7500 fonctionnaires territoriaux soient payés au delà de la fin de l’année puisque les six intercommunalités n’auront plus d’existence légale à cette date…

Sylvia Barthélémy, présidente de la communauté d'agglomération du Pays d'Aubagne et de l'Etoile

Sylvia Barthélémy, présidente de la communauté d’agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Etoile

Pour convoquer l’assemblée permettant d’élire le président de la future métropole, la fenêtre de tir était étroite et les présidents des six intercommunalités s’étaient entendus pour que personne ne bouge. A ce petit jeu de poker menteur, il fallait un traître pour faire bouger les lignes. C’est Sylvia Barthélémy, la présidente de l’agglomération d’Aubagne qui a endossé le costume, au risque de se faire honnir par ses collègues… La date de l’élection a été fixée au lundi 9 novembre à 9h30 dans l’hémicycle du Pharo et les convocations dûment envoyées aux 240 représentants qui constitueront le futur conseil métropolitain et qui ont, eux, été désignés par les communes membres.

Mais à trois jours de ce scrutin mémorable, voici que tout est remis en cause une nouvelle fois. On apprend en effet que l’un des quatre recours qui ont été déposés en justice contre le projet de métropole vient d’aboutir devant le Tribunal administratif. C’est le maire d’Eguilles, un certain Robert Dagorne, qui a introduit ce recours contre les deux arrêtés préfectoraux publiés en septembre et octobre 2015 et qui fixent les modalités de répartition des sièges entre les 92 communes membres. Ce sont ces arrêtés qui avaient déterminé que les représentants élus seraient au nombre de 240 (contre 417 si on additionne ceux qui siègent dans les six intercommunalités actuelles) dont 108 pour la ville de Marseille, 17 pour Aix-en-Provence, 5 pour Aubagne et Martigues, 4 pour 5 communes dont La Ciotat, 2 à Miramas et 1 pour chacune des autres communes, comptant toutes moins de 21 000 habitants.

Le recours déposé conteste cette répartition qui fait en sorte que chaque commune est représenté grosso modo par un délégué pour 8000 habitants alors que dans le groupe fourre-tout des 83 communes n’ayant qu’un seul élu, la fourchette varie entre 130 habitants pour Saint-Antonin-sur-Bayon et un peu plus de 20 000 habitants pour Allauch ou Gardanne. Un argument que les juges ont déclaré recevable et qui a bien failli tout remettre en cause ! Le Préfet a certes fait appel de cette décision mais le fait est que samedi 7 novembre, à deux jours de l’élection, le président du tribunal administratif déclarait contre toute attente que la suspension des arrêtés faisait « obstacle provisoirement à la mise en place des instances de la future métropole »…

Jean-Claude Gaudin pendant la séance du 9 novembre (photo A.-C. Poujoulat / AFP)

Jean-Claude Gaudin pendant la séance du 9 novembre (photo A.-C. Poujoulat / AFP)

Il s’en est suivi un week-end de folie où chacun s’en est donné à cœur joie comme l’ont relaté les journalistes de La Provence ou de Marsactu, mais aussi leurs confrères parisiens du Monde ou de Libération. Ordres et contrordres se sont succédé. Samedi soir, Jean-Claude Gaudin, candidat déclaré à la présidence de la future métropole et a priori certain de l’emporter face au maire communiste de Martigues, Gaby Charroux, envisageait même de renoncer et faisait passer le message que la réunion convoquée pour le lundi matin n’aurait finalement pas lieu.

Mais c’était sans compter la hargne de Maryse Joissains qui, en tant que doyenne d’âge des présidents d’intercommunalité se voyait offrir la présidence temporaire de l’assemblée, le temps de l’élection. Celle-ci a donc tout fait pour que la réunion se tienne malgré tout, et le reste des élus s’y est finalement résolu, par crainte d’un nouveau coup tordu de sa part. On imagine sans peine les nombreuses tractations et coups de fil qui ont orchestré ce week-end jusque tard le dimanche soir…

Les élus dans l'hémicycle du Pharo, le 9 novembre 2015

Les élus dans l’hémicycle du Pharo, le 9 novembre 2015

Toujours est-il que le lundi matin, la plupart des élus étaient bien présents dans l’hémicycle du Pharo, surtout désireux de ne pas rater un spectacle qui s’annonçait haut en couleurs. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils n’ont pas été déçus, à en croire les éléments qui ont filtré de cette réunion, notamment via Marsactu… La maire d’Aix-en-Provence a été en tout cas à la hauteur de sa réputation et a tout fait pour empêcher l’élection, profitant de son rôle de présidente de séance pour tenter de la clôturer au bout d’une petite heure après avoir déclaré « J’ai ouvert la séance et je compte la refermer sans qu’il y ait vote ».

Maryse Joissains en live présidant la séance du 9 novembre (photo Marsactu)

Maryse Joissains en live présidant la séance du 9 novembre (photo Marsactu)

Les soutiens de Jean-Claude Gaudin sont alors montés au créneau pour tenter de rattraper la situation, Danièle Millon en tête, qui osait une citation historique : « Nous sommes ici par la force de la loi. Puisque la convocation a été faite selon la démocratie, je demande que l’élection se déroule suivant la démocratie ». Le Pharo n’est pas la salle du Jeu de Paume, mais on sentait bien que les baïonnettes étaient sorties et on a d’ailleurs failli en venir aux mains quand une élue a dû arracher le micro à une Maryse Joissains déchaînée qui, se croyant sans doute encore en cour de récréation, lui a lancé un « Oh, tu veux des coups ? », avant de quitter la séance en entraînant dans son sillage un groupe d’élus frondeurs.

Après ce coup d’éclat, il ne restait plus qu’à recoller les morceaux avec les 169 élus restant dans la salle. Une chance que le quorum était respecté… Dans un contexte aussi électrique, le maire de Martigues n’a finalement même pas maintenu sa candidature mais Jean-Claude Gaudin s’est quand même vu opposer un adversaire de dernière minute en la personne du maire de Cabriès. A 76 ans et avec 119 voix seulement, le sénateur-maire de Marseille a finalement été élu premier président de cette future métropole qui voit donc le jour dans un chaos rocambolesque qui augure assez mal de son avenir. Une chose est sûre, le projet métropolitain ici ne va pas de soi !

L.V.  LutinVertPetit

Publicités

Étiquettes : , , ,

6 Réponses to “Aix-Marseille : le projet métropolitain vire à la farce napolitaine…”

  1. Régionales 2015 en PACA : 10 listes en lice | Cercle Progressiste Carnussien Says:

    […] Informations, débats, idées à Carnoux-en-Provence (13470) « Aix-Marseille : le projet métropolitain vire à la farce napolitaine… […]

  2. Les évêques soutiennent la métropole d’Aix-Marseille ! | Cercle Progressiste Carnussien Says:

    […] alors qu’ils en sont encore à déposer des recours pour tenter d’annuler l’élection du nouveau président de la métropole et fragiliser autant que possible la mise en place de cette […]

  3. La métropole Aix-Marseille a de nouveau du plomb dans l’aile ! | Cercle Progressiste Carnussien Says:

    […] novembre dernier, avait tourné à la farce rocambolesque comme nous l’avions déjà évoqué ici-même et il s’en est fallu d’un cheveu pour qu’elle n’ait jamais lieu, […]

  4. La métropole Aix-Marseille-Provence enfin sur les rails ! | Cercle Progressiste Carnussien Says:

    […] planer un doute quant à la légitimité du président Jean-Claude Gaudin pourtant largement élu le 9 novembre 2015 à la tête de la nouvelle institution mais dont l’élection avait été […]

  5. Métropole Aix-Marseille : on efface tout et on recommence ! | Cercle Progressiste Carnussien Says:

    […] faite dans des conditions totalement rocambolesques comme nous l’avions déjà évoqué ici, avec 119 voix seulement sur 240 membres du tout nouveau Conseil métropolitain (mais dont 169 […]

  6. Conseil municipal au banc d’essai du Ravi | Cercle Progressiste Carnussien Says:

    […] de Jean-Claude Gaudin à la tête de la nouvelle métropole Aix-Marseille-Provence après le faux départ du 9 novembre 2015 et les multiples recours qui s’en sont suivis. Le décor est planté : […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :