Départementales 2015 : quels enseignements en tirer ?

by

Beaucoup a déjà été écrit sur ces premières élections départementales qui viennent de se dérouler les 22 et 29 mars derniers, sur la base de cantons démographiquement plus équilibrés et en imposant la parité hommes/femmes. Politiquement, le principal enseignement est clair : la Gauche qui gérait, parfois depuis de nombreuses années, 61 des 101 départements français, n’en détient plus que 34. Seul le département de la Lozère, acquis à la Droite depuis 50 ans, bascule à gauche ! La stratégie de l’UMP qui avait fait liste commune avec l’UDI dès le premier tour de ces élections a manifestement été payante, par opposition à la Gauche qui s’est présentée à ces élections de manière totalement désunie.

Blog173_CarteDpt

L’exemple de notre canton de La Ciotat est de ce point de vue caricatural avec la présence au 1er tour de deux listes de gauche, conduites pourtant par deux alliés des dernières municipales. Pour la troisième fois consécutive, après les précédentes cantonales de 2011 et les législatives de 2012, le second tour s’est résumé à un duel entre la Droite et le Front National !

Sur notre canton, le taux de participation a été particulièrement faible au premier tour, malgré le volume massif de subventions accordées par le Département depuis des années à notre commune. Rien d’étonnant néanmoins à cette désaffection, à la lecture du programme des candidats qui pour la plupart évoquaient principalement des idées générales d’ordre national et sans aucun rapport avec les compétences effectives du Département !

Un soutien officiel de la part de Jean-Pierre Giorgi à la liste UMP

Un soutien officiel de la part de Jean-Pierre Giorgi à la liste UMP

A Carnoux, la Gauche, malgré sa désunion a fait un score honorable avec près de 400 voix. On ne peut pas en dire autant de la liste UMP, pourtant ouvertement soutenue par notre maire qui avait pris soin de déléguer une de ses adjointes comme suppléante et qui avait obligeamment posé en personne sur la photo des tracts de campagne, démentant une fois encore son prétendu apolitisme. Avec seulement 854 voix au premier tour, l’équipe Boré – Milon obtient un score dérisoire sur notre commune ! D’ailleurs, le FN y est arrivé largement en tête au premier tour avec plus de 1000 suffrages exprimés en faveur de Vesselin Bratkov, qui n’avait obtenu que 418 voix au dernières élections municipales l’an dernier, et ceci sans même faire campagne puisqu’il n’a tenu aucune réunion publique sur Carnoux et que ses interventions en conseil municipal attestent surtout de sa méconnaissance profonde de la gestion des affaires publiques.

Jean-Noël Guérini, futur ex-président du Département

Jean-Noël Guérini, futur ex-président du Département

Dans les Bouches-du-Rhône, département aux mains de la Gauche depuis 60 ans et présidé depuis 1998 par Jean-Noël Guérini, ces élections constituent un vrai séisme politique. La poussée du FN a été fortement contenue, avec seulement deux élus sur le canton de Berre mais la Droite UMP-UDI enregistre une victoire incontestable avec 32 élus sur 58 et Martine Vassal, adjointe au maire de Marseille, a été élue dès le premier tour au poste de présidente du département, malgré les soupçons de conflit d’intérêt qui pèsent sur elle et qu’a soulevés récemment la Cour Régionale des Comptes. La Gauche a fait un score plutôt honorable avec 24 élus, surtout en comparaison du Var voisin où aucun représentant de la gauche ne figure dans la nouvelle assemblée départementale : les deux seuls candidats de gauche présents au second tour se sont fait balayer suite à une interprétation locale de la stratégie du « ni, ni » qui a conduit les électeurs de droite à se reporter massivement sur le Front National qui comprend désormais 6 représentants dans ce département…

Martine Vassal, nouvelle présidente du département (photo SIPA)

Martine Vassal, nouvelle présidente du département (photo SIPA)

D’ailleurs, sur les 4108 conseillers départementaux élus, seuls 62 (soit 1,5 % d’entre eux !) appartiennent au Front National, ce qui constitue un revers incontestable pour ce parti, arrivé en tête du premier tour dans 43 départements, avec un score national moyen supérieur à 25 % et qui s’était maintenu au deuxième tour dans plus de la moitié des cantons restant à pourvoir. Bien implanté désormais dans plusieurs départements, dont celui de Vaucluse où il va jouer les arbitres entre Gauche et Droite qui ont le même nombre d’élus, le FN ne dirigera cependant aucun département, contrairement au Parti Communiste qui garde le Val-de-Marne malgré un score national assez faible (1,3 % au premier tour et 5 % en additionnant les voix du Front de Gauche).

Cette élection confirme en tout cas certaines évolutions du paysage politique national qui se dessinent depuis déjà plusieurs années. L’électorat FN s’est manifestement élargi vers les jeunes et surtout les couches populaires. Traduisant jusque là surtout une aspiration à l’ordre et à la sécurité voire à des tentations de repli identitaire, le vote FN semble de plus en plus motivé par d’autres ressorts parmi lesquels figure une forte méfiance vis-à-vis des élites en général et du personnel politique en particulier, mais aussi contre les institutions européennes et les multinationales, ce qui contribue clairement à siphonner une partie de l’électorat de gauche…

Ajoutons à cela la lente dérive individualiste de notre société où les citoyens se transforment de plus en plus en consommateurs davantage soucieux de leur confort personnel que de solidarité et l’on comprend aisément que la Gauche soit à la peine, surtout en période de grave crise économique et sociale qui se traduit par une crainte généralisée de déclassement. Dans ce contexte, la Droite a beau jeu de tirer à boulets rouges sur le gouvernement même si elle semble bien en peine de proposer la moindre alternative crédible, lui reprochant aujourd’hui de faire ce qu’elle-même avait mis en œuvre lorsqu’elle était au pouvoir…

Le programme du Conseil national de la résistance : un modèle à suivre ?

Le programme du Conseil national de la résistance : un modèle à suivre ?

Et pendant ce temps-là, « la maison brûle » : non seulement notre pays doit faire face à des mutations économiques majeures qui se traduisent par une désindustrialisation rapide et un chômage de masse, mais se profile aussi à un horizon de plus en plus rapproché le défi colossal du changement climatique et de la transition énergétique, tandis que les conditions sociales se dégradent pour une grande partie de la population avec de réelles difficultés de logement, voire de santé pour certains, et une aggravation des écarts de richesse entre les nantis et les autres. Une véritable situation de crise qui demanderait un sursaut républicain et l’union des intelligences pour trouver ensemble les bonnes solutions, comme la France avait su le faire au sortir de la seconde guerre mondiale.

On est loin de ce schéma malheureusement et les comportements des différents partis lors de ces dernières élections départementales ne donnent guère l’espoir qu’on s’achemine vers un tel processus…

L. V. PetitLutinVert

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Une Réponse to “Départementales 2015 : quels enseignements en tirer ?”

  1. Sainte-Martine, payez pour nous ! | Cercle Progressiste Carnussien Says:

    […] en avril 2015 Présidente du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, à la suite de l’inénarrable […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.


%d blogueurs aiment cette page :