Petite leçon d’économie… (Partie 1 – la crise grecque)

by

AfficheConfBeitone_A4coulQuelle politique économique en Europe ? Peut-on échapper à l’austérité ?

Tel était le titre de la conférence organisée par le Cercle Progressiste de Carnoux le 19 janvier. Alain Beitone, professeur de sciences économiques et sociales en classes préparatoires au lycée Thiers à Marseille s’est livré à une analyse historique des prémisses de la crise économique et de la crise de l’euro. Chacun pourra d’ailleurs apprécier la qualité pédagogique de ses productions en se rendant sur son site. Il y défend depuis des années une vision de l’enseignement des SES qui cherche à donner du sens à ces concepts parfois opaques parce que peu interrogés par les médias alors qu’ils devraient éclairer la lanterne du citoyen au lieu de contribuer à le noyer.

Alain Beitone à Carnoux le 19 janvier 2015

Alain Beitone à Carnoux le 19 janvier 2015

Un historique est nécessaire

Le 4 octobre 2009, la Droite a perdu les élections en Grèce : G. Papandréou arrive au pouvoir et dévoile que le déficit de la Grèce n’est pas de 6 % comme l’a prétendu son prédécesseur mais de 12 %. Cette déclaration, révélant des comptes grecs inexacts et dénués de transparence, provoque une nouvelle crise, qui fait suite à celle des subprimes, terrible crise financière de 2007-2008 dont l’Europe n’est toujours pas sortie à ce jour.

Dès lors trois questions se posent :

* Pourquoi y a-t-il eu cette deuxième crise ?

* Quelles sont les politiques qui ont été mises en œuvre face à cette deuxième crise ?

* Comment peut-on analyser ces politiques ?

Lorsque l’euro est mis en place, les responsables politiques, les économistes, les techniciens de la Commission européenne et les banques centrales savent très bien que les conditions pour qu’il y ait une monnaie unique dans cet espace ne sont pas réunies. Mais ils font le pari que le processus d’intégration des économies européennes va être amplifié par le passage à la monnaie unique. Ce passage devait entraîner un phénomène de convergence des économies. A l’époque, l’entrée de l’Espagne et du Portugal était critiquée, car on pointait leur éloignement de l’Europe. Une réelle convergence s’est pourtant réalisée. On a assisté à un rétrécissement de l’écart des niveaux de vie, des situations économiques et de différents indicateurs permettant d’évaluer les pays. Ceux-ci ne sont pas devenus égaux, mais les écarts mentionnés se sont réduits.

Pendant la conférence d'Alain Beitone

Pendant la conférence d’Alain Beitone

Les responsables politiques ont aussi fait le pari d’une intégration par le marché. Puisqu’on fait un seul marché en lieu et place de marchés séparés, l’hypothèse était que la mécanique du marché allait favoriser la convergence, à partir d’une l’idée simple (mais fausse) : le capital qui est abondant dans certains endroits va se diriger vers d’autres endroits où il est rare. Par exemple, le travail qualifié abondant à certains endroits ira là où il est rare. C’est une illustration du principe des vases communicants. Toujours dans cette hypothèse, les pays devraient aussi jouer sur leurs spécialisations. L’ensemble de ces facteurs devait accentuer le phénomène de convergence.

La divergence

Malheureusement, ce postulat est faux car un facteur a été sous-estimé – pourtant pris en compte par la théorie économique depuis longtemps – qui est un facteur lié à l’espace. Cet espace est hétérogène. Au lieu d’avoir un phénomène de convergence des économies, on a assisté à une concentration du capital et du travail qualifié là où ils existaient déjà. Par voie de conséquence, la situation des pays en recul, moins développés, s’est aggravée. On a finalement observé non pas le phénomène de convergence attendu, mais un phénomène de divergence des économies. C’est-à-dire que les écarts entre les situations économiques ont augmenté. Cette divergence est la cause fondamentale de la crise de la zone euro.

Crise de la zone euro et non crise de la dette

Il est préférable de ne pas parler de crise de la dette car lorsque la crise se déclenche, la Grèce est endettée certes, mais l’Espagne ne l’est pas et l’Italie a un excédent primaire de son budget (hors remboursement de la dette, le budget de l’Italie est excédentaire). On entend parfois dire que la crise tient au fait qu’il y a des pays laxistes, trop endettés et qui ont mal géré leurs finances publiques, etc. Cette explication est fausse, il suffit de regarder les données statistiques. On observe que le creusement des déficits est consécutif à la crise. Ce n’est pas la cause puisque ça se produit après !

Blog145_DessinVenus

De plus si on prend la zone euro globalement, on constate qu’elle était dans une situation macroéconomique bien meilleure que dans tous les pays du monde. En 2009, lorsque la crise grecque se déclenche, l’économie mondiale se contracte. Le commerce mondial baisse de 9 % en valeur absolue. A cette période, les États-Unis ont une dette publique plus forte que la zone euro. C’est aussi le cas du Japon qui, actuellement, a encore un endettement de 200 % de son PIB. Prétendre que la crise vient de la dette est inexact puisque des pays soumis à la même crise mondiale et qui sont plus endettés que la zone euro, ne subissent pas la même crise que la zone euro. D’un point de vue strictement logique, l’explication ne peut pas fonctionner. Si c’était la dette qui provoquait la crise, le Japon serait plus en crise que la zone euro, puisqu’il est deux fois plus endetté !

La convergence des débuts de l’euro

Au début du fonctionnement de la zone euro, on constate que le pari fait par les concepteurs du passage à l’euro fonctionne sur la convergence nominale, celle qui concerne les taux d’intérêt et les taux d’inflation (pour les économistes ce qui est nominal c’est ce qui a rapport aux prix et à la monnaie, et ce qui est réel c’est le chômage, la production,…) De fait la convergence nominale fonctionne jusqu’en 2009 malgré la divergence des économies. Pourquoi ?

Cela fonctionne pour deux raisons : il y a des zones, des pays, des territoires qui sont dans une situation économique déséquilibrée. La seule façon pour que ces territoires fonctionnent sans situation de crise, c’est qu’il y ait un système de redistribution des richesses. En effet, si la Corrèze ne devait vivre qu’avec la production de la Corrèze, elle ne pourrait pas vivre. Et si on avait une balance des paiements entre la Corrèze et le Val de Marne, on verrait que la balance des paiements de la Corrèze est absolument déficitaire. De même, le PIB par habitant va du simple au triple dans les états américains. Par exemple cette hétérogénéité est très marquée entre le Wyoming et le Texas.

Blog145_DessinAusteritéLa convergence nominale fonctionne jusqu’en 2009 parce que les services de la Commission européenne ont opéré un certain nombre de transferts au bénéfice des pays du sud, sous forme de fonds structurels (vers les pays du sud et aussi vers les pays de l’est). Mais cette aide est beaucoup moins généreuse qu’elle ne l’a été lors de l’intégration de l’Espagne et du Portugal. Après son entrée dans la zone euro, la Grèce a reçu des aides. On pouvant y voir le long des routes ou des aéroports de grands panneaux indiquant le montant du financement venant de la Commission européenne. Mais l’essentiel de l’argent n’est pas venu de l’UE. Des capitaux privés se sont déplacés du nord de la zone euro (là où il y avait beaucoup d’activité économique, de production, de capital, de main d’œuvre) vers le sud de la zone euro. Un facteur important de la crise espagnole est lié au fait qu’il y a eu une spéculation immobilière venue essentiellement des banques françaises et allemandes qui ont prêté aux banques espagnoles et aux promoteurs immobiliers lesquels ont lancé des chantiers. De plus ces banques ont aussi prêté aux acheteurs des immeubles construits.

La confiance n’est pas toujours au rendez-vous

Il y a donc eu à la fois des transferts publics (pas très importants, mais ils ont joué un rôle) et surtout des transferts privés. Pourquoi ces derniers ? Parce que les opérateurs sur les marchés financiers ont eu confiance dans la construction européenne. Ils ont considéré que finalement prêter en euros c’était bien, et peu importe à qui on prêtait ! Avant le passage à l’euro, quand on prêtait à la Grèce, ou à l’Espagne, il y avait un risque de change, le risque que ces pays dévaluent. Les prêteurs devaient estimer le risque de dévaluation avant de prêter. On a donc eu une convergence des taux d’intérêt, les taux d’inflation sont restés un peu différents, mais grosso modo, on a prêté en se disant que la solidarité européenne allait jouer

Blog145_DessinHercule

Mais la crise grecque de 2009 provoque une réaction notamment en Allemagne qui estime : « Puisque la Grèce est endettée, on ne veut plus les aider ! Ils n’ont qu’à vendre des îles, le Parthénon … » A partir de ce moment-là, ce qui se produit, c’est un phénomène classique de disparition de la confiance. Car la confiance est extrêmement volatile. Une maxime court à propos des marchés financiers : « Les marchés financiers ont une mémoire d’éléphant et ils sont courageux comme des lièvres ». Ils vous font payer ce que vous avez fait il y a 15 ans, et à la moindre alerte, ils détalent. Si on met les deux affirmations bout-à-bout, la situation devient explosive. Et à partir du moment où naît le moindre doute sur la crédibilité de la solidarité dans la zone euro, les prêts s’arrêtent immédiatement. C’est ce qu’on appelle le sudden stop : les crédits s’arrêtent brutalement.

Défaut de fonctionnement du crédit

Un crédit est accordé pour une durée donnée, et le remboursement s’enclenche jusqu’à épuisement de la dette. Puis le procédé recommence. Des flux continus d’apports en capitaux sont nécessaires pour que le niveau d’endettement soit constant ou s’accroisse. Le jour où on n’accorde pas de nouveau crédit, comme les débiteurs remboursaient avec les nouveaux crédits qu’on leur apportait, le système s’effondre. C’est exactement ce qui s’est produit.

Au pire moment de la crise, si la Grèce avait voulu emprunter sur les marchés internationaux, elle aurait emprunté à 29%. Comme elle ne pouvait pas s’endetter à ce niveau-là, il a fallu trouver une solution qui a été compliquée à mettre en œuvre

L’entrée de la Grèce dans la zone euro

Blog145_DessinGreceDans la zone euro l’inflation s’est alignée sur un taux moyen d’environ 2 %. C’était l’objectif de la BCE, le même que celui de la banque centrale des Etats-Unis. Mais entre les pays de la zone, les taux d’inflation ont été très différents. Les pays tels que l’Allemagne et la France ont mené des politiques de désinflation très tôt (ils avaient un taux d’inflation qui était autour de 2 %). Ce n’était pas le cas des pays du sud de la zone qui étaient partis de taux très élevés. Quand elle rentre dans la zone euro, la Grèce a un taux d’inflation qui est au dessus de la norme des taux d’inflation. Mais à l’époque les comptes ont été un peu maquillés. Ce fait a été rendu public. Mais Goldman Sachs, qui a modifié ces comptes à travers une opération connue de la Commission, a réalisé une opération appelée un « accord de swap ». Ils ont fait un prêt à la Grèce dans des conditions telles qu’elle pouvait baisser sa dette et en contrepartie la Grèce rembourserait plus tard. Schématiquement, ils ont échangé des « rentrées tout de suite » et des « sorties plus tard ». Mais de façon tout-à-fait connue des autorités européennes, car il y avait une volonté politique de faire entrer la Grèce dans la zone euro et donc les comptes de la Grèce ont « convergé ». Il se trouve que le traité de Maastricht précisait qu’il y avait, certes, des critères de convergence à respecter (les fameux 3 %, 60 % etc.) pour rentrer dans la zone euro. Mais il était aussi indiqué que la Commission apprécierait « en tendance » le respect des critères. C’est ce qu’ considéré la Commission pour la Grèce…

(A suivre)

Notes inspirées par la conférence, prises par Jacques Tonnelle

Étiquettes : , , , , ,

6 Réponses to “Petite leçon d’économie… (Partie 1 – la crise grecque)”

  1. CheG Says:

    Heureusement que le taux d’inflation de l’aspirine est également modéré ! ! !

  2. Le tour du Monde en 114 jours : 5ème escale | Cercle Progressiste Carnussien Says:

    […] une plongée vertigineuse dans les profondeurs abyssales de la dette grecque et les eaux glacées de l’égoïsme européen, nous voici de nouveau à flots au large de […]

  3. Crise grecque : petite réflexion personnelle… | Cercle Progressiste Carnussien Says:

    […] la « prise en mains » de la dette grecque par l’Europe, le PIB de la Grèce a perdu 25 % et la dette grecque a continué d’augmenter. […]

  4. Dotation aux communes : le maire de Carnoux crie au loup ! | Cercle Progressiste Carnussien Says:

    […] voire met en danger nos orientations politiques nationales comme vient de le montrer la situation en Grèce ? Est-il vraiment responsable pour un élu local dont les ressources excèdent largement […]

  5. José Manuel Barroso, le traître de l’Europe | Cercle Progressiste Carnussien Says:

    […] jusque là par son haut niveau d’éthique. C’est même l’un des principaux acteurs de la crise des subprimes, qui avait engrangé en 2007 plus de 10 milliards de dollars de profits, sur le dos […]

  6. Écho de conférence : Pourquoi se focaliser sur la dette publique ? Quel modèle économique pour le service public ? | Cercle Progressiste Carnussien Says:

    […] Carnussien, ce 24 mai 2018, pour ce sujet d’actualité, était Alain Beitone, déjà invité en janvier 2015. Michel Motré, Président du CPC, a rappelé en introduction le parcours de notre invité : […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.


%d blogueurs aiment cette page :