Les fourmis de la Crau : un chantier à haute intensité de main d’œuvre !

by
Constat des dégâts après la rupture du pipeline (photo © RNCC – CEN PACA)

Constat des dégâts après la rupture du pipeline
(photo © RNCC – CEN PACA)

Le 7 août 2009, un garde de la réserve naturelle des coussouls de Crau a la désagréable surprise d’observer un geyser de pétrole brut en plein milieu de la plaine de Crau, un écosystème très particulier qui s’étend entre Arles et Fos-sur-mer, et dont une grande superficie est classée Natura 2000.

Ce fameux coussoul de Crau constitue en effet un milieu naturel très spécifique. Cette immense plaine caillouteuse est issue des dépôts alluvionnaires de la Durance qui y avait là son delta avant qu’elle ne change son cours pour aller se jeter dans le Rhône. Le sol est ainsi constitué d’une épaisse couche de galets plus ou moins cimentés et a donné naissance à un milieu d’apparence hostile recouvert d’une maigre végétation, broutée par des générations de moutons, grillée par le soleil provençal et balayée par les furieux assauts du mistral que rien n’arrête.

Blog93_PhCrau

Ganga cata dans la Crau

Ganga cata dans la Crau

Mais cette steppe aride, proche de celles d’Afrique du Nord ou de l’Espagne, est aussi un écosystème d’une incroyable richesse où l’on peut observer près de 300 espèces d’oiseaux sur les 479 répertoriées en France ! Parmi celles-ci se trouvent le faucon crécerelle, l’outarde canepière ou encore le ganga cata dont la Crau constitue le seul habitat connu en France. D’autres espèces sont également emblématiques des coussouls de Crau, dont le lézard ocelé ou le criquet rhodanien sans aile…

Bref, on comprend l’émoi du garde face à cette marée noire qui se déverse en ce petit matin d’août 2009 sur près de 5 hectares… Le coupable est un oléoduc enterré à faible profondeur et qui conduit le pétrole depuis le l’étang de Berre vers les zones de raffinage et les complexes pétrochimiques de Feyzin et de l’axe rhénan en Allemagne. Il appartient à la Société du pipeline sud-européen, la SPCE, une filiale des majors du pétrole (Shell, Exxon, Total et BP). Malgré l’alerte précoce, la quantité de pétrole répandue est estimée à environ 5000 tonnes avec un risque de pollution pour la nappe phréatique qui est exploitée pour l’approvisionnement en eau potable.

Vue aérienne de la pollution en 2009

Vue aérienne de la pollution en 2009

Des systèmes de pompage sont aussitôt mis en place pour éviter que les hydrocarbures n’aillent migrer dans la nappe et un chantier énorme d’excavation est entrepris sans tarder. Ce sont au total 72 000 m3 de terre souillées qui sont décaissés et mis en décharge, le chantier de dépollution mobilisant près de 50 hectares. Des biologistes de l’Institut méditerranéen de biologie et d’écologie, l’IMBE, un laboratoire de l’université d’Avignon rattaché au CNRS, sont mis à contribution. Une carrière proche est remise en exploitation pour y extraire les terrains de substitution, lesquels sont mis en place en respectant l’ordre des horizons pédologiques et en tentant de conserver la faune d’invertébrés qui les a colonisés.

Au total, la SPCE affirme avoir dépensé de l’ordre de 50 millions d’euros pour remettre en état le site. Assignée en justice par deux associations de protection de l’environnement, dont France Nature Environnement, la société vient d’être condamnée le 29 juillet 2014 par le Tribunal correctionnel de Tarascon, à payer une amende dérisoire de 75 000 euros, assortie de 400 000 euros de dommages et intérêts, les juges ayant considéré que la société avait entrepris des efforts incontestables pour réparer autant que possible les dommages occasionnés.

Fourmi moissonneuse au travail (photo R. Jaunâtre - CNRS-IMBE)

Fourmi moissonneuse au travail (photo R. Jaunâtre – CNRS-IMBE)

Pour tenter de recréer l’écosystème, la SPCE a subventionné l’équipe de chercheurs de l’IMDE afin de mettre en place une démarche originale en vue de réinstaller la végétation initiale malgré l’aridité du climat et les conditions naturelles assez hostiles. Le programme de recherche imaginé par Thierry Dutoit et son équipe s’appuie sur une main d’œuvre locale toute trouvée, l’une des 14 espèces de fourmis présentes dans la Crau, en l’occurrence les fourmis moissonneuses (messor barbarus). Les ouvrières de cette espèce ont en effet la particularité d’aller rechercher des graines jusqu’à une trentaine de mètres de leur nid et ceci plusieurs fois par jour. Malgré leur ténacité, il arrive fréquemment qu’elles perdent leur fardeau en chemin, si bien qu’elles jouent gratuitement le rôle de semoir manuel.

Introduction d'une reine sous un galet (photo IMDE)

Introduction d’une reine sous un galet (photo IMDE)

A l’automne 2011, les chercheurs de l’IMDE ont donc récupéré près de 200 reines qu’ils ont acclimatées sur les 5 hectares pollués en 2009 ainsi que sur un autre espace de 375 hectares jadis exploité en verger et rendu à sa vocation naturelle. Protégées sous un galet, les reines ont pondu et produit les premières équipes d’ouvrières dès l’année suivante. Trois ans plus tard, 40% des reines fondatrices ont survécu, chaque nid comprenant entre 8000 et 20000 ouvrières qui travaillent d’arrache-pied à la revégétalisation du secteur. Une belle tentative de restauration écologique dont l’avenir dira si l’opération peut être reproductible dans d’autres écosystèmes…

L. V. LutinVertPetit 

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Une Réponse to “Les fourmis de la Crau : un chantier à haute intensité de main d’œuvre !”

  1. Chez les fourmis aussi, certains se la coulent douce… | Cercle Progressiste Carnussien Says:

    […] à sa cousine la cigale, la fourmi est travailleuse, bien que peu prêteuse : l’affirmation va de soi, fermement ancrée dans […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :