Orthographe

by

On ne sora jamè si la relanse du déba sur la réforme de l’ortografe vient du ministre de l’éducation Luc Chatel lui-même.

Toujours est-il que son ministère accumule les fautes d’orthographe dans les dossiers de presse (voir le fac-similé ci-dessous) et qu’au même moment, François de Closets publie un livre, “Zéro faute” pour prôner une réforme.

Le moment de la rentrée est sans doute le plus mal choisi. Il donne d’avance raison aux cancres et incite les enseignants à accélérer la suppression des dictées. Aller vers une langue écrite style SMS ou espéranto est une toute autre proposition que de corriger les quelques absurdités orthographiques héritées de notre histoire linguistique.

Corriger les absurdités linguistiques est justifié. Tranquille, tranquilité, l’un s’écrit avec deux “l”, l’autre pas.  Ruisseler et harceler ont la même terminaison mais lorsqu’on les conjugue, cela donne ruisselle et harcèle. Il faut simplifier tout ceci. Il y a tant d’incohérences qu’on pourrait y perdre son latin. Justement, c’est le latin qu’il ne faut pas perdre, ou plutôt toute l’évolution de notre langue écrite qui s’exprime dans la complexite de notre écriture. Simplifier, lisser, “espérantiser” notre écriture comme le propose de Closet en replaçant tous les “au” et “eau”par la lettre “o”, serait perdre notre histoire.

Car la langue française n’a cessé d’évoluer (voir ici ). En voici un exemple concret : trois versions d’un même texte, le début de l’une des Fables de La Fontaine.

Édition originale (dix-septième siècle)
Une Grenoüille vid un Bœuf,
Qui luy sembla de belle taille.
Elle qui n’estoit pas grosse en tout
comme un œuf […]

Édition de 1802
Une grenouille vit un bœuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n’étoit pas grosse en tout
comme un œuf […]

Orthographe d’aujourd’hui
Une grenouille vit un bœuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n’était pas grosse en tout
comme un œuf […]

Alors, au moment où justement l’écrit passe largement par le clavier d’un ordinateur ou d’un appareil mobile, et que ceux-ci disposent tous de correcteurs orthographiques capables de corriger à la volée chaque mot, il ne faut pas abandonner les fondamentaux. Une faute d’usage, passe encore. Mais une faute de grammaire est souvent significative d’une difficulté à appréhender, à comprendre un texte. Et sans maîtrise de l’orthographe, le résumé d’un texte est beaucoup plus difficile. En soi, ce n’est pas l’orthographe qui est importante, c’est la liaison entre l’écrit et l’intelligence du cerveau.

Les petits, reprenez vos cahiers pour la dictée… Et faites mieux que Luc Chatel (ci-dessous) ! AC dfot.

les fots...

les fots...

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.


%d blogueurs aiment cette page :