Parc national des calanques : C’est pas gagné…

by
Les limites...?

Les limites…?

Bagarre à La Ciotat autour du Parc national des calanques

Incompréhension. C’est de toute évidence le mot qui règne en maître depuis qu’on parle, à La Ciotat, de la création du Parc national des calanques. Le dernier épisode étant la réaction, à la suite de la signature par le Premier ministre UMP François Fillon de l’arrêté de « prise en considération » du projet, du maire UMP Patrick Boré et de son adjoint au cadre de vie Noël Collura.
Ces derniers dénonçaient en effet très vivement le périmètre évoqué, « en contradiction avec celui défini par une délibération adoptée en conseil municipal » en décembre dernier, et accusaient le GIP (Groupement d’intérêt public) et son président Guy Teissier de « ne pas tenir ses promesses ».
Ce dernier a à son tour souhaité s’exprimer pour expliquer, et appeler « les uns et les autres à garder leur sang-froid » : « Je n’ai, à aucun moment, pris position sur ce que doit être le parc national sur les territoires des différentes communes concernées, rappelle-t-il. Le périmètre définitif et la charte de développement durable seront le fruit d’une concertation réelle, qui démarre maintenant pour dix-huit mois. L’arrêté de prise en considération est la marque de l’intérêt que porte l’État au massif des calanques, mais il propose un périmètre d’étude, qui n’est en rien définitif. Tout est réversible. »
Et l’élu UMP marseillais d’insister : « On ne fera pas un parc national des calanques contre les populations, mais avec elles, et je me tiens à la disposition de tous les acteurs locaux, pour répondre aux questions et sollicitations sur le terrain. » C’est donc bel et bien la procédure de concertation qui est enclenchée, sur la base d’un périmètre calqué sur les sites classés, les sites inscrits et le territoire de Natura 2000.
La philosophie de Guy Teissier, c’est de « se mettre autour d’une table, pour voir, notamment avec les maires, interlocuteurs incontournables du fait de leur légitimité démocratique, ce qui sera retenu en coeur de parc ».
Ainsi, des ateliers thématiques (aires terrestres, maritimes, zones d’adhésion, gouvernance du parc) ont déjà commencé et se tiendront sur le rythme d’une fois par mois. Dès le mois de juin, démarreront les ateliers territoriaux, avec tous les acteurs d’un territoire pour des regards croisés sur les enjeux. Enfin sont programmées des réunions bilatérales, entre les maires et le GIP, pour établir les priorités.
« La nouvelle loi de 2006, qui organise la création des parcs nationaux, a instauré l’obligation de passer par la case GIP, conclut Guy Teissier, justement pour imposer une concertation locale, alors qu’avant, un parc se créait sur décision unilatérale de l’État. Maintenant, il faut que chacun joue le jeu de cette concertation, en dehors de toute stratégie d’opposition frontale. »

Publicités

Étiquettes : , , ,

Une Réponse to “Parc national des calanques : C’est pas gagné…”

  1. A quoi sert donc le Parc des Calanques ? | Cercle Progressiste Carnussien Says:

    […] des débats homériques qui avaient secoué le petit monde politique local lorsqu’avait été lancée, en 2009, la […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.


%d blogueurs aiment cette page :